Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96Comptes rendusFrédérique LANGUE, Rumores y sens...

Comptes rendus

Frédérique LANGUE, Rumores y sensibilidades en Venezuela colonial, cuando de historia cultural se trata

Barquisimeto, Fundación Buría, 2010
Bernard Lavallé
p. 272-273
Référence(s) :

Frédérique LANGUE.- Rumores y sensibilidades en Venezuela colonial, cuando de historia cultural se trata.- Barquisimeto, Fundación Buría, 2010.- 148 p.

Texte intégral

1Ce livre réunit six études de Frédérique Langue, spécialiste bien connue du Venezuela colonial sur lequel elle a publié un grand nombre d’ouvrages et des articles qui ont fait date. Ces études peuvent en fait se regrouper en deux ensembles.

2Les deux premières sont des réflexions théoriques et critiques, et dans une perspective vénézuélienne se complètent. En effet, Frédérique Langue publie d’abord un texte inédit qui avait servi d’introduction et de canevas à un cours donné à l’UCV en 1998 (La Historia de las mentalidades ¿paradigma de la historia cultural, espejismo o simulacro metodológico ?). Elle y analyse les apports de l’histoire des mentalités, mais en montre aussi excellemment, de l’intérieur pourrait-on dire, les limites, les problèmes épistémologiques que pose celle-ci, et essaie de voir comment elle se situe par rapport à l’Histoire culturelle, à l’anthropologie historique, à la nouvelle Histoire, voire plus tard à l’étude des représentations et des pratiques sociales.

3La seconde étude continue en quelque sorte les pages finales de la précédente, où est présentée la réception de l’Histoire des mentalités en Amérique latine, concrètement dans les deux pays que l’auteure connaît le mieux et sur lesquels elle a longtemps travaillé, le Mexique et le Venezuela. Cette seconde étude, intitulée Historiografía colonial de Venezuela, pautas, circunstancias y una pregunta : ¿también se fue la historiografía de la colonia detrás del caballo de Bolívar ?, s’est donné pour objectif un étude critique de la production historiographique vénézuélienne coloniale, d’abord à partir des travaux de deux historiens bien connus, Angelina Lemmo et Germán Carrera Damas, mais en suivant ensuite, au cours de la dernière décennie du xxe siècle, les évolutions des travaux publiés selon des angles méthodologiques ou théoriques variés, ceux de Mario Briceño Irragorry, des marxistes et de divers courants et écoles apparus dans les universités vénézuéliennes à cette époque.

4La seconde partie du livre réunit quatre études dans lesquelles, à partir de cas précis et très révélateurs, Frédérique Langue perce à jour, en quelque sorte en action, certains moteurs importants de la société vénézuélienne de la fin du xviiie siècle qu’elle a si finement étudiée dans bien d’autres travaux. Elle y montre les mécanismes complexes de l’honneur, aussi bien chez les mantuanos que dans la pardocracia émergente, la question des généalogies reconstruites, le rôle du lignage et de la richesse dans la conception de l’honneur, l’action subversive de la transgression, notamment féminine, dans la constitution de l’identité, l’influence des fêtes publiques et des rythmes festifs dans l’affirmation des apparences, des prééminences et des passions. Tous ces éléments permettent de mieux cerner un être créole qui, en cette fin de xviiie siècle, au-delà de ses aspirations économiques, voire politiques, était une réalité culturelle en permanente recherche et affirmation d’une identité complexe et fuyante.

5Ce denier point montre bien d’ailleurs le glissement logique des recherches de l’auteure vers l’histoire des sensibilités dans laquelle elle s’est engagée avec succès depuis quelques années.

6Comme on l’aura compris, il s’agit d’un livre d’apparence modeste mais dont l’intérêt déborde largement du seul cadre de l’époque vénézuélienne dont il s’occupe, et qui, comme l’ensemble des travaux publiés de son auteure, a une valeur d’exemple de ce que peuvent apporter les nouvelles voies de l’analyse historique pour une meilleure connaissance de l’Amérique espagnole à la veille des bouleversements de l’Indépendance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lavallé, « Frédérique LANGUE, Rumores y sensibilidades en Venezuela colonial, cuando de historia cultural se trata »Caravelle, 96 | 2011, 272-273.

Référence électronique

Bernard Lavallé, « Frédérique LANGUE, Rumores y sensibilidades en Venezuela colonial, cuando de historia cultural se trata »Caravelle [En ligne], 96 | 2011, mis en ligne le 01 août 2019, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/5013 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caravelle.5013

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Université de Paris III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search