Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Carlos Antonio AGUIRRE ROJAS, L’Amérique latine en rébellion. Mouvements antisystémiques et mort de la politique moderne

Traduction de Nils Solari, L’Harmattan, Questions contemporaines, 2008
Richard Marin
p. 278-279
Référence(s) :

Carlos Antonio AGUIRRE ROJAS.- L’Amérique latine en rébellion. Mouvements antisystémiques et mort de la politique moderne (traduction de Nils Solari).- L’Harmattan, Questions contemporaines, 2008.- 155 p.

Texte intégral

1Carlos-Antonio Aguirre Rojas, chercheur à l’Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM), s’est fait, dans son pays, le passeur prolifique de l’historiographie européenne, tout particulièrement française. Ainsi s’est-il beaucoup intéressé à l’Histoire de la revue des Annales, fondée par Marc Bloch et Lucien Febvre, à l’œuvre de Fernand Braudel et à la microstoria italienne. Intellectuel résolument engagé et se voulant le tenant d’une pensée critique marxiste, il dirige depuis 2003 la revue mexicaine Contrahistorias, placée sous les auspices des Annales, des Quaderni Storici italiens et de la prestigieuse revue anglaise Past and present.

2Disons-le d’emblée, L’Amérique latine en rébellion, paru il y a un peu plus de deux ans, ressortit bien plus à une démarche militante qu’à un travail scientifique solidement étayé. L’ouvrage peut aisément se ramener à deux idées-forces longuement développées au fil des pages.

3La première insiste sur le rôle joué aujourd’hui par l’Amérique latine, ce continent jeune, métissé et riche en potentialités de tous ordres, comme principal pôle anti-systémique et référent de l’altermondialiste. Toutes proportions gardées, à l’égal de l’Union Soviétique dans les années 1920 ou de la Chine maoïste des années 1960, elle est à « l’avant-garde des mouvements antisystémiques et anticapitalistes ». Continent écrasé par des régimes dictatoriaux terroristes dans les années soixante et soixante-dix, elle a, depuis, porté un peu partout au pouvoir des gauches représentatives des intérêts des « bourgeoisies nationales ». Rafael Correa en Équateur, Cristina Kirchner en Argentine, Lula au Brésil, Tabaré Vázquez en Uruguay, Fernando Lugo au Paraguay, Evo Morales en Bolivie ou Hugo Chávez au Venezuela en sont ou en furent, selon lui, les émanations. Tous, poursuit l’auteur, doivent leurs succès électoraux aux mobilisations populaires de plus en plus radicalement anticapitalistes, dont celles des nouveaux mouvements sociaux – piqueteros argentins, Sans terre brésiliens (MST), indianistes équatoriens ou boliviens…

4A partir de l’évocation de ces mouvements issus de la base, Carlos-Antonio Aguirre Rojas défend une deuxième grande idée sur « la mort de la politique moderne ». Ces « gauches radicales et anticapitalistes », « plurielles et non sectaires, tolérantes et ouvertes au lieu d’être exclusives et fermées, voire festives », sont porteuses d’une nouvelle culture politique bien différente de celle des « vieilles gauches pré-68, rigides, disciplinées, parcimonieuses, verticales et autoritaires ». Très méfiantes à l’égard de la prise du pouvoir, à l’image du zapatisme mexicain, elles inventent d’autres manières de faire de la politique : par la participation citoyenne, l’exigence de fraternité et de dignité, la politisation au quotidien. Ce faisant, elles contribuent à l’accélération d’une crise profonde de l’État déjà bien engagée et à la délégitimation de l’action politique et du leadership traditionnels.

5Il n’y a, comme on le voit, rien de bien neuf dans ces systématisations et ces généralisations. Qu’elles soient constamment placées sous les augustes patronages de Karl Marx, de Marc Bloch, de Fernand Braudel, pour la longue durée, ou d’Immanuel Wallerstein pour le système-monde ne change rien à l’affaire.

6Pour ce qui est de la forme – catastrophique ! – L’Amérique latine en rébellion justifie de très sévères critiques. Son ton pamphlétaire ne sied guère au travail de sciences sociales qu’il prétend être. Dans une langue de bois du chêne le plus dur, la profération tient trop souvent lieu d’analyse : pour ne prendre qu’un exemple, la droite est « maccartiste » plus qu’à son tour, « insolente », « funeste », « belliqueuse », « cynique » et sa rhétorique est « hypocrite ». Quant à la traduction - car on ne peut imaginer que le texte original soit aussi mal écrit ! – elle est au-dessous de tout. Comment un éditeur digne de ce nom peut-il, au mépris des lecteurs et… des acheteurs, donner son blanc-seing à la parution d’un tel ouvrage, à peine lisible, où foisonnent fautes d’orthographe et incorrections et dans lequel, selon les pages, on a affaire à Karl Marx ou Carlos Marx ? Quant aux annexes 1 et 2, qui n’ajoutent rien au contenu, on a le sentiment qu’elles sont uniquement là pour donner au texte l’apparence d’un livre et non d’un gros article.

7Quant au fond, la principale faiblesse de l’ouvrage tient, nous semble-t-il, à une nette surestimation de la place des « nouveaux mouvements sociaux » dans le politique latino-américain, en même temps qu’il fait bien peu de place à l’essor des néo-ethnicités, phénomène de grande ampleur, et au rôle joué dans l’essor de ce « basisme » par la théologie de la libération. Pour ne prendre que deux exemples, l’hypermédiatisation du zapatisme ou du MST brésilien est sans commune mesure avec leur poids réel et l’impact, somme toute limité, de leurs actions sur leurs réalités nationales respectives. Il est, malheureusement, sans doute encore loin le temps où, comme le pronostique l’auteur, « le social réabsorbera le politique et ses fonctions principales en rendant aux forces sociales, aux classes subalternes et aux mouvements populaires la gestion et la conduite de leurs propres luttes et de leurs destins. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Marin,
« Carlos Antonio AGUIRRE ROJAS, L’Amérique latine en rébellion. Mouvements antisystémiques et mort de la politique moderne »
Caravelle,
96 | 2011,  278-279.

Référence électronique

Richard Marin, « Carlos Antonio AGUIRRE ROJAS, L’Amérique latine en rébellion. Mouvements antisystémiques et mort de la politique moderne »
Caravelle [En ligne], 96 | 2011,
mis en ligne le 01 août 2019,
consulté le 24 février 2020.
URL : http://journals.openedition.org/caravelle/5065

Haut de page

Auteur

Richard Marin

Université de Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals