Navigation – Plan du site

AccueilNuméros112Dossier – Justice et infra-justic...Rendre la justice en Louisiane es...

Dossier – Justice et infra-justice dans le Mexique indépendant

Rendre la justice en Louisiane espagnole (1763-1803) : aménagements, improvisations et instrumentalisations

Soizic Croguennec
p. 11-28

Résumés

La Louisiane espagnole (1763-1803), territoire élargi aux Florides occidentale et orientale après 1783, représente une véritable mosaïque culturelle à la croisée des empires. L’examen des pratiques de la justice quotidienne permet de mettre en valeur cette mosaïque en montrant comment la multiculturalité, le multilinguisme ainsi que la distance depuis les centres de pouvoir affectent le fonctionnement judiciaire de la colonie.

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Article rédigé dans le cadre du projet ECOS Nord – ANUIES « Justicia y sociedad en México (siglos (...)
  • 2 Havard, Gilles et Vidal, Cécile, Histoire de l’Amérique française, Paris, Flammarion, 2008, Colle (...)
  • 3 Jiménez, Alfredo, El Gran Norte de México. Una frontera imperial en la Nueva España (1540-1820), (...)

1À la suite du désastre de la Guerre de Sept Ans (1756-1763), Louis XV et le duc de Choiseul doivent faire face à ses conséquences sur le continent américain. Le Traité de Paris en 1763 marque ainsi la fin de la présence française en Amérique du Nord2. La Grande-Bretagne obtient le Canada tandis que l’Espagne reçoit les vastes territoires louisianais. Un tel accord permet à la France de récupérer ses possessions antillaises et plus particulièrement Saint-Domingue. En ce qui concerne l’Espagne, le don de la Louisiane par la France vient récompenser la solidarité dynastique et compenser la perte de la Floride3.

  • 4 Andreu Ocariz, Juan José, Luisiana española, Zaragoza, Talleres Editoriales Librería General, 197 (...)
  • 5 Narrett, David, Adventurism and Empire: the Struggle for Mastery in the Louisiana-Florida Borderl (...)
  • 6 Dans son introduction, Juan José Andreu Ocariz regrette ainsi l’incapacité de l’administration es (...)
  • 7 Voir le titre d’un des chapitres consacrés au xviiie siècle par Joe Gray Taylor dans Gray Taylor, (...)

2La Couronne espagnole ne se presse pas pour prendre concrètement possession d’un territoire qui ne lui offre que peu de perspectives comme le souligne l’ambassadeur Jerónimo Grimaldi. Il déclare en effet accepter les conditions du Traité de Paris au nom de son roi « aunque conocía perfectamente que no hacíamos sino adquirir una carga anual de 300 000 piastras, a cambio de la utilidad negativa y lejana de poseer un país para que otro no lo poseyese4 ». De fait, la présence espagnole en Louisiane n’a guère laissé de traces dans les mémoires collectives, et pour cause. Comme l’écrit David Narrett, « Spain had imperial dominion over Louisiana during the years 1763-1803, but it was only minimally a colonizing nation in the region5 ». L’idée d’échec espagnol en Louisiane est donc un thème prégnant, que l’on observe dans l’historiographie espagnole6 ou étatsunienne7.

  • 8 Din, Gilbert C. et Harkins, John E., The New Orleans Cabildo: Colonial Louisana’s First City Gove (...)
  • 9 AGI, Papeles de Cuba, 2351, Ramo 13, Martín Navarro, Reflexiones políticas sobre el estado actual (...)
  • 10 Hoffman, Paul, Luisiana Española, Madrid, Editorial MAPFRE, 1992, p. 219.
  • 11 Din, Gilbert C., The Canary Islanders of Louisiana, Baton Rouge, Louisiana state university press (...)
  • 12 AGI, Papeles de Cuba, 2351, Ramo 13, Martín Navarro, Reflexiones políticas sobre el estado actual (...)
  • 13 Allen Smith, Gene et Hilton, Sylvia L., Nexus of Empire. Negociating Loyalty and Identity in the (...)
  • 14 Ibid., emplacement 382.
  • 15 Si l’on se concentre uniquement sur les procédures – civiles, pénales, militaires – concernant de (...)
  • 16 Fernandez, Mark F., From Chaos to Continuity: The Evolution of Louisiana’s Judicial System, 1712- (...)
  • 17 Vidal, Cécile, Louisiana: Crossroads of the Atlantic World, Philadelphia, University of Pennsylva (...)
  • 18 Usner, Daniel, Indians, Settlers, and Slaves in a Frontier Exchange Economy: The Lower Mississipp (...)

3Toutefois, il ne faut pas réduire l’expérience espagnole en Louisiane à ce seul sentiment d’échec. Par maints aspects, la période de l’Interregnum fait figure d’une expérience coloniale et impériale singulière marquée par un grand pragmatisme. L’administration espagnole a en effet été confrontée à une équation inédite pour elle en Amérique : comment administrer un territoire occupé par des populations européennes aux loyautés contrastées ? En raison de la présence de la population française et de la permanence des liens de toute nature avec l’ancienne métropole, il n’était pas possible pour l’Espagne d’imposer le même type de système que dans le reste de l’Empire. À la suite de la révolte de 1768 contre le premier gouverneur Antonio de Ulloa et de la répression menée l’année suivante par Alejandro O’Reilly, les concessions administratives et économiques – notamment le maintien des réseaux commerciaux avec les ports français et antillais – permettent aux Français de Louisiane d’adhérer au projet colonial espagnol. Ils sont ainsi étroitement associés à l’administration locale et aux relations diplomatiques avec les tribus indiennes alliées – Choctaws, Chicasaws8... La faiblesse du peuplement est un autre enjeu du développement de la Louisiane. Le contador Martín Navarro souligne dans ses Reflexiones políticas sobre el estado actual de la provincia de la Luisiana9 la principale vulnérabilité de la région, c’est-à-dire le manque d’emprise démographique, handicap à la fois stratégique et économique. C’est pourquoi la couronne espagnole accueille dans un premier temps les Acadiens ayant fui leur région à la suite de la répression menée par les Anglais dans les anciennes possessions françaises10. Le gouverneur Bernardo de Gálvez (1778-1783) lance un ambitieux projet de colonisation en recrutant le Bataillon de Louisiane au sein de la population canarienne11. Martín Navarro envisage quant à lui le recours à des colons irlandais ou allemands12. Bien loin de la volonté de fermer l’empire colonial espagnol aux populations étrangères manifestée dès le xvie siècle, les différents projets de peuplement en Louisiane se veulent avant tout pragmatiques. Pour Madrid, la colonie a surtout une fonction géopolitique de région frontière qu’il faut peupler pour éviter une progression trop rapide des Anglo-américains vers l’Ouest. Le retour de la Floride sous l’autorité espagnole à partir de 1783 ainsi que l’apport de la pression démographique étatsunienne se traduit par la place grandissante d’une composante anglo-saxonne en Louisiane. Si l’on ajoute les populations indiennes voisines, on voit comment la Louisiane se construit comme une véritable mosaïque « multiethnique et multiculturelle13 ». L’administration et la justice espagnole doivent donc composer avec des contraintes géographiques, démographiques et culturelles fortes. Le pragmatisme et l’adaptation deviennent ainsi les maîtres mots après l’échec du premier gouverneur Antonio de Ulloa. Les réformes appliquées par Alejandro O’Reilly après 1769 ont permis la mise en place d’institutions espagnoles solides sur le plan administratif : le Cabildo de la Nouvelle-Orléans, l’administration fiscale, l’Hôpital royal… Sur le plan judiciaire, la même démarche est suivie depuis les alcaldes ordinarios chargés de la justice quotidienne jusqu’à la cour d’appel à La Havane14. Il résulte du développement de l’appareil administratif et judiciaire une documentation riche et dispersée, encore largement inexplorée pour la période espagnole en Louisiane. L’abondance de sources aussi bien à La Nouvelle-Orléans (Historic New Orleans Collection) qu’à Séville (Archivo de Indias) ou Mexico (Archivo General de la Nación) nous fournit un matériau d’une grande richesse et un éventail de situations particulièrement large : contrôle des idées menaçant les fondements de la royauté et de l’Église par l’Inquisition de Mexico, délinquance quotidienne dans les régions les plus éloignées, conflits personnels et économiques entre membres des différentes communautés en présence. La société louisianaise est, à l’instar de l’ensemble des sociétés coloniales, un monde hautement conflictuel et procédurier comme en témoignent les volumes identifiés aussi bien à Séville qu’à la Nouvelle-Orléans15. Dans From Chaos to Continuity: The Evolution of Louisiana’s Judicial System, 1712-1862, Mark Fernandez souligne l’intérêt d’une approche du système politique louisianais par l’analyse de l’évolution de l’institution judiciaire à partir de l’époque coloniale16. Dans le cadre de cet article, archives militaires et inquisitoriales sont mobilisées pour une analyse sous plusieurs angles : aspect narratif, données anthropologiques sur l’identification et les trajectoires des individus concernés, détail des procédures et des intervenants… Il s’agit de se pencher à la fois sur la matérialité des procès analysés – procédé de rédaction et de traduction, statut des personnels mobilisés – et le contenu des discours – argumentation, serments prêtés, objet des conflits – pour voir comment le contexte louisianais affecte le fonctionnement d’une justice de confins et comment celui-ci, en retour, nous éclaire sur les réalités d’une société composite de frontière. En d’autres termes, au-delà de la vision institutionnelle développée par Mark Fernandez, c’est davantage les rouages de ce système judiciaire dans le contexte d’une société multilingue « à la croisée des empires17 » qui nous intéresse pour bien comprendre « comment des populations de cultures différentes nouaient des relations et s’influençaient mutuellement dans leur vie quotidienne18 ». Le but du présent article est de faire le point sur les premiers résultats obtenus lors de sondages à Séville et Mexico en développant deux axes de réflexion. Nous explorerons ainsi dans un premier temps l’impact du multilinguisme sur le fonctionnement et les préoccupations de la justice militaire comme inquisitoriale avant d’analyser comment la position de la région comme carrefour aux confins des empires impose des adaptations permanentes des procédures, des personnels et des discours.

Rendre la justice dans un monde multilingue

4Pour la justice espagnole en Louisiane, puis en Floride, l’enjeu principal est de composer avec une population diverse. La langue administrative, l’espagnol, est extrêmement minoritaire dans la vie quotidienne, contrairement au français, dominant, l’anglais et les langues indiennes. L’exercice de la justice reposant sur la communication orale – questions de l’enquêteur, déclarations des parties en présence, témoignages recueillis – comme écrite – transcription des entretiens, rapports, décisions de justice – le contexte multilingue, de même que la coexistence religieuse entre catholiques et protestants, a un réel impact sur les pratiques de l’appareil judiciaire militaire.

La Louisiane à la croisée des Empires

5La société louisianaise se caractérise par sa grande diversité. De fait, il est intéressant de noter la manière dont les serments prononcés dans le cadre des procédures militaires reflètent de manière frappante la mosaïque de populations et de valeurs qui cohabitent dans la Louisiane espagnole de la fin du xviiie siècle. C’est ce que l’on peut le voir dans le document 1 ci-dessous. Ces échantillons viennent d’une série de sondages effectués dans la section Papeles de Cuba. Dans l’ensemble des procès étudiés à ce jour – un peu plus de vingt  – il apparaît que les serments « différenciés » sont une pratique commune à la Nouvelle-Orléans, en Floride Occidentale (Mobile, Panzacola) et Orientale (San Marcos de los Apalaches).

  • 19 Tableau réalisé à partir de AGI, Papeles de Cuba, 163A, Autos criminales contra los presidarios F (...)

Document 1 – Prêter serment dans une société multiculturelle19

Statut / Religion du déclarant

Serment prononcé

Gens du commun

hizo levantar la mano derecha y preguntado si juraba a Dios -nuestro señor y a la señal de la cruz que hizo con ella decir verdad

Soldats (troupe)

le hizo levantar la mano derecha y preguntado juráis a Dios y prometéis al Rey decir verdad

Officiers et nobles

recibió dicho señor juramento que hizo por Dios Nuestro Señor y la Cruz de su Espada, bajo el cual ofreció decir verdad

Anglo-américains

que le hizo por los Santos Evangelios y lo que creía de la Sagrada Biblia bajo del cual ofrecía decir verdad

Esclave anglo-américain

e inmediatamente recibió juramento al testigo Colmenar por medio del -interprete según forma de su religión, de decir verdad en lo que fuere preguntado

  • 20 Hoffman, Paul, Luisiana española…, op. cit., p. 220.
  • 21 Hilton, Sylvia L., « Spanish Louisiana in Atlantic Contexts: Nexus of Imperial Transactions and I (...)
  • 22 Archivo General de la Nación (AGN), Inquisición, 1373, Exp6, Expediente formado con motivo de hab (...)
  • 23 AGN, Inquisición, 1346, Exp1, El adjunto libro impío y sedicioso que con el título El Desengaño d (...)
  • 24 AGN, Inquisición, 1320, Exp2, Inventario y avalúo de los bienes secuestrados a don Juan Langouran (...)

6Pour l’historiographie, l’incapacité du pouvoir espagnol à imposer ses codes aux populations louisianaises a longtemps été interprétée avant tout comme un signe de fragilité. Le pragmatisme espagnol vis-à-vis des populations françaises puis anglo-américaines – notamment au niveau des concessions commerciales ou encore religieuses – peut être considéré comme l’aveu de faiblesse d’un pouvoir colonial incapable d’affirmer son autorité en Louisiane. Les populations anglo-américaines de Floride sont en effet encouragées à rester dans l’Empire espagnol après 1783 à condition de se convertir au catholicisme. Dans les faits, cet impératif reste lettre morte et la Couronne ne peut guère s’opposer à l’installation et à la résidence de populations protestantes sur ses territoires20. L’installation des populations anglo-américaines favorise la création de réseaux commerciaux entre les ports étatsuniens et la Louisiane qui viennent s’ajouter aux liens avec les Antilles et la France. Plaque tournante qui relie l’intérieur du continent via la vallée du Mississippi au golfe du Mexique, la Louisiane, et plus particulièrement la Nouvelle-Orléans, se trouve ainsi au cœur des flux transatlantiques, caribéens et nord-américains. Dans le même temps, le territoire louisianais est aussi une région de confins, peu contrôlée par les différents pouvoirs coloniaux en présence et donc favorable aux circulations illicites de tous genres – fuite d’esclaves, désertions de soldats, contrebande. Dans le dispositif colonial espagnol, la Louisiane doit représenter un glacis protecteur de la Nouvelle-Espagne sur le plan géopolitique21. Toutefois, en raison de la présence de populations françaises et anglo-américaines et des flux qu’elles génèrent, la région apparaît bien plus comme un point de vulnérabilité sur le plan culturel et politique. Par exemple, ce territoire apparaît comme un point d’entrée des livres et donc des idées réprouvées et interdites par l’Inquisition, qui peine à s’opposer à la circulation des idées et livres interdits. Sur un ensemble de vingt-trois dossiers de l’Inquisition identifiés aux archives de Mexico, la moitié concernent des suspicions d’hérésie et de discours politiques contestataires alimentés par les contacts entre Espagnols, Français et Anglo-américains dans le cadre louisianais. Quand ce ne sont pas les écrits de Voltaire qui parviennent en Nouvelle-Espagne via le Texas et la ville frontière de Natchitoches22, c’est un livre mettant en cause le principe monarchique et publié en 1794 par Santiago Felipe Puglia à Philadelphie, El Desengaño del Hombre, qui entre en Nouvelle-Espagne en suivant les circuits commerciaux depuis la côte est des États-Unis jusqu’à la Nouvelle-Orléans23. Les idées révolutionnaires passent également par la Louisiane pour pénétrer l’Empire espagnol comme le montre l’itinéraire du marchand français Jean Langouran qui développe ses activités entre Bordeaux, la Nouvelle-Orléans et l’Amérique Centrale. Favorable à la Convention, il ne se prive pas d’affirmer ses idées jusqu’à son arrestation à Tegucigalpa24. À travers les différents types de serments et la vulnérabilité face aux idées des Lumières, c’est tout un quotidien marqué par la diversité des langues, des systèmes de valeur et des religions qui apparaît.

Justice et traduction

  • 25 Burbank, Jane et Cooper, Frederick, Empires. De la Chine ancienne à nos jours, Paris, Payot, 2011
  • 26 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Criminal contra el sectario anabaptista nombrado Janah (Barton Hannon (...)
  • 27 Historical New Orleans Collection (HNOC), WPA#3701, Investigations into the death of Jorge Stelly (...)
  • 28 Ibid.

7Une première caractéristique de la justice louisianaise est un fonctionnement plurilingue qui affecte jusqu’à la matérialité des procédures. On observe ainsi un cheminement tortueux des procédures au fil des échelons, depuis le traitement local jusqu’à la Nouvelle-Orléans. Les articulations entre les niveaux locaux et régionaux sont nettement visibles dans la mesure où les plaintes et le recueil des témoignages sont tout d’abord rédigés dans la langue dominante de la communauté incriminée. La traduction intervient à l’échelon supérieur, si et lorsque la procédure atteint la Nouvelle-Orléans. Le processus de traduction, du français ou de l’anglais à l’espagnol, est ainsi révélateur de l’organisation concentrique de l’administration en Louisiane : le noyau espagnol s’appuie volontiers à l’échelle locale sur des intermédiaires français, anglais ou américains. Ce système est à la fois le signe d’une grande plasticité de la structure impériale mais aussi le symptôme de sa grande vulnérabilité dans la mesure où l’échafaudage ne tient que grâce à la coopération de ces intermédiaires selon le schéma décrit par Frederick Cooper et Jane Burbank25. C’est ainsi que les premiers témoignages au sujet d’une conspiration menée par Barton Hannon dans la région de Natchez sont recueillis en anglais par les officiers espagnols en place, le commandant Manuel Gayoso de Lemos et l’interprète Esteban Minor26. Une démarche similaire est observée à Opelousas lorsque Jorge (George) Stelly est retrouvé pendu à un arbre. La procédure est d’abord menée par les officiers français au service de l’administration avant d’être traduite en espagnol27. De telles pratiques permettent de tenir compte des contraintes imposées non seulement par une population diverse et éparpillée mais aussi par la composition même de l’administration coloniale. Toutefois, elles supposent également des frais de justice supplémentaires : il faut prendre en compte l’acte de traduction et prévoir l’entretien de traducteurs capables de manier l’espagnol, le français, l’anglais et les langues indiennes. Enfin, l’étape de la traduction combinée aux effets de la distance implique des délais dans le traitement des dossiers. Si l’on reprend l’enquête sur la mort de Jorge Stelly, la procédure commence à Opelousas – 200 kilomètres au nord-ouest de la Nouvelle-Orléans – en avril 1797 mais n’est traduite à la Nouvelle-Orléans qu’en novembre 179728. La justice en Louisiane est donc une justice lente. La distance, le manque de personnels et la mosaïque de populations constituent autant d’obstacles.

  • 29 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Sumaria información contra el teniente de milicias Eduardo Macabé.
  • 30 Croguennec, Soizic, Sociétés minières et monde métis. Le centre-nord de la Nouvelle Espagne au xv (...)
  • 31 Groebner, Valentin, Who are you? Identification, Deception and Surveillance in Early Modern Europ (...)
  • 32 Il est intéressant de noter que ces problèmes de compréhension sont à l’origine d’un nombre de pr (...)

8Un deuxième type de contrainte est la difficulté à identifier les différents témoins, plaignants ou prévenus. Les approximations se multiplient dans les documents et il n’est pas rare qu’un même individu soit désigné de trois ou quatre manières certes proches mais distinctes, de la même manière que la justice de Nouvelle-Espagne hésite au moment d’assigner une calidad à ses interlocuteurs. C’est ainsi que le cajero d’une compagnie américaine de la région de San Marcos de Apalaches, au nord de la Floride, est tour-à-tour désigné sous les noms de Beli Hambly, Vily Hambly ou Bely Amble lorsqu’il est convoqué pour assurer la traduction entre officiers espagnols et témoins américains ou irlandais29. Derrière ces approximations, on peut prudemment suggérer que le cajero répondait au nom de Willy (William) Hambly. Ce sont des approximations que l’on retrouve dans la documentation judiciaire en Nouvelle-Espagne : il n’est pas rare qu’un même individu se voie attribuer différentes calidades ou des noms à l’orthographe incertaine30. Toutefois, dans ce cas précis, il n’est pas interdit de penser que le caractère multilingue de cette région vient renforcer les approximations dans l’identification des personnes à une époque où ces processus dépendent encore largement de l’interconnaissance31. Les traductions approximatives de l’identité des individus confrontés à la justice louisianaise permettent d’imaginer la communication difficile entre des personnes déclinant leur identité et les greffiers transcrivant ce qu’ils peuvent entendre, ou croient entendre32.

Le rôle central du traducteur

  • 33 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Criminal contra el sectario anabaptista nombrado Janah (Barton Hannon (...)
  • 34 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Sumaria información contra el teniente de milicias Eduardo Macabé, f. (...)
  • 35 Ibid.

9Les traducteurs occupent dès lors une place centrale dans la documentation judiciaire, servant d’interface indispensable entre la population et les autorités. Les interprètes font partie intégrante de la narration écrite des différentes procédures observées en tant qu’agent médiateur qui relaie les questions et les réponses entre les enquêteurs et les déclarants comme le montre une expression comme « the interpreter said that having asked him the question [the declarant] answered that33 » Dans un monde colonial louisianais marqué par le multilinguisme, traducteurs et interprètes sont les rouages d’un système judiciaire dans lequel les différentes parties en présence ne se comprennent guère : sans une traduction honnête et fidèle des questions comme des réponses, il n’y a pas de bonne justice possible. C’est pourquoi le serment du traducteur apparaît toujours en bonne place dans la théâtralité de l’interrogatoire. Il est ainsi demandé à l’interprète « de traducir fiel y legalmente en castellano cuanto en idioma inglés...34 » De fait, le lien n’est jamais direct entre l’enquêteur et le déclarant qui dépendent l’un et l’autre du travail du traducteur qui joue le rôle de médiateur entre les deux parties comme le montrent des expressions récurrentes telles que : « preguntado en castellano y traducido al inglés35 ». L’importance de la médiation de l’interprète pour le bon fonctionnement de la justice laisse deviner toutes les sources de dysfonctionnement inhérentes à ce type de pratiques et plus particulièrement les traductions déficientes.

  • 36 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Diligencias contra José Leblanc, f. 1130v.
  • 37 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Compulsa del proceso contra el soldado José María Aldana, f. 993v.
  • 38 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Criminal contra el soldado José Méndez, f. 947v.

10Ces situations de multilinguisme se retrouvent aussi bien à la Nouvelle-Orléans où la justice espagnole est confrontée à une population majoritairement française à laquelle se mêle une communauté anglo-américaine de plus en plus importante à la fin du xviiie siècle, que dans les régions de confins où les soldats espagnols sont bien souvent confrontés au monde anglo-américain et indien. Le noir libre Noël Carrière, commandant de la milice des pardos de la Nouvelle-Orléans doit ainsi passer par un interprète pour déposer sa déclaration dans le cadre d’un procès36. De la même manière, les Indiens dénommés Sofolotke37 ou Maslogue38 ne peuvent être entendus par la justice espagnole que par l’intermédiaire des interprètes locaux.

  • 39 HNOC, WPA#3824, Don Pedro Belly instituted proceedings to obtain an English interpreter for Don J (...)

11Enfin, dans un monde colonial dans lequel les documents de toutes sortes sont rédigés en espagnol, français ou anglais selon les populations concernées, les interprètes revêtent un rôle crucial pour s’assurer de l’authenticité des pièces présentées et leur adéquation aux dires du déclarant. C’est ainsi que l’officier Pedro (Pierre) Bailly convoque un interprète pour assurer James Smith Yarbrough de l’authenticité de la signature apposée au bas d’une reconnaissance de dette par un débiteur décédé39. Au-delà de la sphère judiciaire, les interprètes et traducteurs constituent donc un rouage essentiel de la société louisianaise. Médiateurs linguistiques et culturels, ils agissent comme autant d’acteurs intermédiaires assurant non seulement le lien entre administration espagnole et populations locales, mais aussi entre les différentes communautés en présence. Le document 2 ci-dessous montre ainsi les interprètes officiels opérant dans les différentes places administratives.

  • 40 AGI, Santo Domingo, 2605, Hojas de servicio de empleados de Real Hacienda.

Document 2 – Le corps des interprètes en 178540

Nom

Lieu d’exercice

Fonction

Langues pratiquées

1785

Juan Joseph Duforest

Interprete inglés

Espagnol
Français
Anglais

Pas de nom

Plaza de la Movila

Interprete inglés

Josef Boisdoré

Plaza de Panzacola

Interprete de la nación Chacta

Espagnol
Français
Langues indiennes

Juan Baptista Roussève

Plaza de Panzacola

Interprete retirado de la nación Chacta

Espagnol
Français
Langues indiennes

Pedro Landrenau

Punta Cortada

Interprete

Espagnol
Français
Langues indiennes

Juan Baptista Brevel

Natchitoches

Interprete

Espagnol
Français
Langues indiennes

Francisco de St Germain

Natchez

Interprete

Espagnol
Français
Langues indiennes

Juan Baptista Saucier

Arcanzas

Interprete

Espagnol
Français
Langues indiennes

Antonio Garzón

Plaza de Panzacola

Interprete de la

nación Talapuche

Luis Forneret

Plaza de Panzacola

Interprete de los Chactas

Espagnol
Français
Langues indiennes

1793

Juan Joseph Duforest

Nueva Orleans

Interprete inglés

Français
Espagnol
Anglais

Santiago Lassausaye

Plaza de la Movila

Interprete inglés

Luis Forneret

Nueva Orleans

Interprete

Antonio Garzón

Plaza de Panzacola

Interprete

Simon Favre

Plaza de la Movila

Interprete

Juan Spinis

Natchez

Interprete

Juan Bautista Saucier

Arkansas

Interprete

Antonio Dethe

Ilinueses

Interprete

  • 41 Les Chactas ou Choctaws, installés au Nord-Est de la Nouvelle-Orléans, sont des alliés des França (...)
  • 42 Les Florides ont été reconquises à la suite de la guerre d’Indépendance des Etats-Unis et de la s (...)
  • 43 Narrett, David, Adventurism and Empire…, op. cit., p. 141.

12Un rapide examen de la liste montre tout d’abord la place occupée par les Français dans le corps des interprètes au service de la Couronne espagnole : à l’exception d’Antonio Garzón installé à Pensacola, d’un certain Juan Spinis de Natchez qu’il est difficile d’identifier clairement et d’un anonyme qualifié « d’interprète anglais », la profession est dominée par les sujets de « nation française ». Ceux-ci se sont en effet placés comme intermédiaires indispensables dès les premiers temps de la domination espagnole en raison notamment de la pratique des langues indiennes et des contacts noués depuis le début du xviiie siècle avec les populations indiennes voisines. De fait, on observe deux types de profils. Tous les interprètes pratiquent l’espagnol et le français et agissent ainsi comme médiateurs entre l’administration ou la justice espagnoles d’une part, et la majorité francophone de la colonie. Au-delà de ce tronc commun, on trouve les interprètes pratiquant les langues indiennes : si pour certains comme Jean-Baptiste Saucier, nous n’avons pas davantage de précisions, d’autres interprètes sont spécialisés dans la pratique d’une langue indienne bien précise. C’est le cas par exemple de Louis Forneret basé à Pensacola, qualifié d’interprete de los Chactas41. La deuxième catégorie concerne quant à elle les interprètes faisant le lien avec la communauté anglo-américaine croissante au fil des années, au gré de la reconquête des Florides42 ou des installations de marchands et entrepreneurs – les aventuriers étudiés par David Narrett – venus de la côte Est43. C’est ainsi qu’il n’est pas surprenant de trouver un tel interprète à la Nouvelle-Orléans, port de plus en plus investi par les marchands anglo-américains.

  • 44 Usner, Daniel, Indians, Settlers, and Slaves…, op. cit., p. 8.
  • 45 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Sumaria información contra el teniente de milicias Eduardo Macabé, f. (...)

13Toutefois, en raison de la faiblesse du maillage administratif et de l’immensité des territoires théoriquement rattachés à la Couronne espagnole, sans oublier la grande fluidité socio-économique et socioculturelle de ces régions évoquée par Daniel Usner44, cette poignée d’interprètes est loin d’être suffisante pour répondre aux besoins quotidiens. Il est donc régulièrement nécessaire de mobiliser les compétences de la population civile locale – avec les risques de partialité et d’approximations que le recours à un traducteur non professionnel implique. C’est ainsi que, pour recueillir le témoignage de Santiago (Jake) Campbell qui ne parle pas un mot d’espagnol, il est fait appel aux compétences du cajero Beli Amble qui, par sa fonction de commis, « connaît bien la langue espagnole45 ». Dans une région éloignée comme San Marcos de los Apalaches, faire appel à un interprète officiel signifie la paralysie de la procédure judiciaire pour de nombreuses semaines, voire mois. Dans ce contexte, il est nécessaire de mobiliser les compétences locales lorsque le besoin se fait ressentir. Juan Sandoval, originaire de Nouvelle-Espagne, est ainsi nommé interprète en raison de sa pratique de la langue Mvscoke ou Muskogee/Creek :

  • 46 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Compulsa del proceso contra el soldado José María Aldana, f. 975r.

compareció el intérprete de la nación Mvscoke que posee nuestro idioma Juan Sandoval natural de San Miguel el Grande en el reino de Nueva España que dijo sabía bien el español y la lengua Mvscoke y en virtud de esto lo nombró dicho señor por interprete... por no saber escribir el expresado interprete hizo una señal de cruz46...

14Nous n’avons guère de renseignements sur Juan Sandoval hormis son origine géographique – San Miguel el Grande dans la région de Oaxaca. Quoi qu’il en soit, il est surtout intéressant de noter que sa pratique de l’espagnol comme de la langue des Creeks n’est qu’orale car Juan Sandoval est probablement analphabète : incapable de signer son nom, il a recours au signe de la croix pour appuyer son serment. Nous voyons donc à travers le cas de cet interprète « improvisé » les difficultés du fonctionnement de la justice dans cette région de frontière. Les compétences locales et fort variables sont mobilisées pour faire face à la pénurie chronique de moyens humains qui caractérise l’administration espagnole en Louisiane et en Floride. Au-delà du cas des interprètes, c’est une situation qui frappe l’ensemble du système militaro-judiciaire mis en place dans les régions de confins.

Rendre la justice dans un carrefour impérial

  • 47 Alberro, Solange, « Zacatecas, zona frontera, según los documentos inquisitoriales, siglos xvi y (...)
  • 48 Cutter, Charles B., « Community and the Law in Northern New Spain » in The Americas, vol. 50, n°  (...)

15La Louisiane espagnole se caractérise par un maillage administratif et judiciaire faible, particulièrement vulnérable face à la répétition de faits divers souvent violents. De fait, les angles morts et les zones d’ombre sont légion, et les populations savent en tirer profit en termes de trafics et de défections. Comme Solange Alberro l’a montré pour le Nord de la Nouvelle-Espagne, les régions de frontière font figure de véritables « refuges »47. Face à ces tendances, la plasticité que l’on peut observer s’appuie sur une longue tradition d’adaptation des justices d’Ancien Régime48. Mais elles ne se réduisent pas aux zones les plus éloignées et peuvent se retrouver jusqu’au cœur de la colonie, à la Nouvelle-Orléans.

Les capacités d’adaptation d’une justice militaire de frontière

16Le document 3 ci-dessous montre ainsi la grande irrégularité du peuplement sur les territoires tenus par la Couronne espagnole, la Louisiane et les deux Florides. D’après le recensement de 1777 mené par le gouverneur Bernardo de Gálvez, le district de la Nouvelle-Orléans regroupe pratiquement la moitié de la population de la Louisiane.

  • 49 AGI, Papeles de Cuba, 2351, 1777, mayo 12, Padrón general de todos los individuos de la provincia (...)

Document 3 – La population de la Louisiane en 1777, un peuplement très inégal49

Document 3 – La population de la Louisiane en 1777, un peuplement très inégal49

17Le reste de la population se répartit sur un territoire couvrant le bassin du Mississippi et les côtes du golfe du Mexique jusqu’en Floride.

  • 50 Le recours à la condemna a presidio pour différents crimes était un moyen de renforcer les garnis (...)
  • 51 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Sumaria contra el sargento Bartolomé López.
  • 52 Il y a en effet, 6,5 grammes de différence entre la livre espagnole (460 g) et la livre anglaise (...)
  • 53 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Criminal contra el soldado Miguel Serrano, f. 850v.
  • 54 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Criminal contra Miguel Montenegro presidario de los de la dotación de (...)
  • 55 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Compulsa del proceso contra el soldado José María Aldana, f. 966.

18Dans les faits, si l’on sort du district de la Nouvelle-Orléans, la réalité du maillage administratif est assurée par un encadrement militaire appuyé sur un réseau de forts et de presidios. Dans ce contexte de société de frontières, essentiellement masculine, constituée pour bonne partie de soldats, presidarios50 et autres marchands ou aventuriers, les occasions de conflits et de transgressions sont nombreuses comme le montrent la centaine de dossiers regroupés dans la section Papeles de Cuba à Séville. Parmi ces nombreux dossiers, on peut citer le cas du guarda almacén du fort de San Esteban Tombecbé qui joue sur les poids et les mesures pour détourner une partie des rations dues aux soldats et réaliser un profit personnel51. Ce type de délinquance n’est pas propre à la Louisiane, loin de là, mais la fonction de carrefour de la région ainsi que les changements de loyauté de la deuxième moitié du xviiie siècle fournissent aux individus des opportunités et des outils – ici les poids et mesures52 – pour lancer des opérations en marge de la loi. Les procès concernant la violence quotidienne du monde des presidarios occupent enfin une place importante de la documentation judiciaire étudiée jusque-là pour ces régions. Pour traiter ces affaires, les ressources de la justice militaire sont particulièrement limitées. Au-delà des interprètes qui sont recrutés parmi la population locale, il est régulièrement fait appel aux quelques soldats lettrés pour jouer le rôle « d’escribano ». Dans le procès mené contre le soldat Miguel Serrano, c’est tout d’abord Agustín Blanco qui fait office d’escribano (scribe / greffier). Mais l’enquête montre que Blanco est lui-même témoin des actions de Miguel Serrano. Pour respecter l’impartialité de la procédure, il est donc remplacé par le soldat Aniceto Zabaleta qui est choisi « pour exercer la fonction d’escribano53 ». Dans un contexte d’alphabétisation encore limitée, les individus capables d’écrire constituent des ressources précieuses pour une administration civile comme militaire aux moyens limités. La pénurie de compétences est telle que l’enquête sur le meurtre de Francisco Navas n’est pas menée par le fiscal local mais le guarda almacén Francisco Javier Navarro faisant office de fiscal (procureur)54. Ces différents bricolages sont caractérisés par le risque accru d’erreurs et d’approximations. Il est en effet difficile d’attendre le même degré de rigueur et de précision chez un soldat faisant fonction de greffier que chez un véritable escribano de profession. Lorsque le soldat José María Aldana décline son identité et détaille son parcours depuis la Nouvelle Espagne, les dates inscrites sont pour certaines erronées – une version indique ainsi qu’il s’est engagé en 1890 (pour 1790) et Puebla de los Ángeles devient Puebla de los Angles, ce qui peut être surprenant car le soldat prenant les notes est lui-même espagnol55.

Honneur et provocation au temps de Carnaval : Joseph Leblanc vs Arthur Morgan

  • 56 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Testimonio de las ultimas diligencias en el lance ocurrido entre el C (...)

19Bien des caractéristiques évoquées dans les pages précédentes se retrouvent dans le long procès qui oppose le regidor Joseph Leblanc et le marchand américain Arthur Morgan56. De fait, ce conflit banal en apparence, au cours duquel les deux hommes s’accusent mutuellement d’agression et d’atteinte à l’honneur, permet d’apprécier la complexité des enjeux de justice dans la Nouvelle-Orléans du début du xixe siècle.

  • 57 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Testimonio de las ultimas diligencias en el lance ocurrido entre el C (...)

20À première vue, le conflit possède toutes les caractéristiques d’une affaire criminelle typique de la vie quotidienne d’Ancien Régime, opposant deux hommes à l’honneur chatouilleux et issus du même cercle des élites politiques et économiques locales. Joseph Leblanc a en effet effectué une carrière militaire avant d’être nommé regidor en 1799. Arthur Morgan est quant à lui un marchand anglais installé à Londres mais déployant ses réseaux entre l’Angleterre, les États-Unis et la Louisiane espagnole. D’après Leblanc, le duel qui oppose les deux hommes lors des festivités de Carnaval trouve son origine dans un problème de communication entre un Français et un Anglais qui ne se comprennent pas. Il affirme ainsi que : « dijo entonces Forstall que Morgan había creído hubiese dicho yo que lo despreciaba como las suelas de mis zapatos, que ese venía de que no entendía bien el idioma francés. Yo le contesté que por estos casos debía dedicarse a estudiarlo57. »

  • 58 Banks, Stephen, Duels and Duelling, Oxford, Shire, 2012 ; Guillet, François, François Guillet, La (...)
  • 59 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Testimonio de las ultimas diligencias en el lance ocurrido entre el C (...)
  • 60 Ibid., f. 740-741.

21Si l’on en croit cette déclaration, la raison du duel est étroitement liée au contexte multilingue de la Louisiane, contexte qui favorise les incompréhensions et donc les conflits, dans une société fortement marquée par la culture de l’honneur et du duel58. Toutefois, le volume documentaire occupé par l’affaire – des centaines de folios – montre qu’il ne s’agit pas d’une affaire ordinaire. Au-delà de la recherche des responsabilités respectives, c’est l’argumentation de Joseph Leblanc qui doit retenir l’attention de l’historien. À travers son discours, on retrouve en effet une véritable instrumentalisation de la justice au service d’enjeux d’identification et d’appartenance dans un contexte de pression anglo-américaine croissante sur le plan démographique comme économique. Au fil de la procédure, on découvre en effet que des rivalités commerciales et des questions de dette sous-tendent ce qui semble être à première vue un conflit d’honneur59. Pour mieux comprendre cela, il est important de revenir sur le parcours d’Arthur Morgan entre possessions britanniques et espagnoles. D’après sa déclaration, le marchand anglais est né en Louisiane et sa famille s’est installée à Pensacola pendant trois ans, lorsque la Floride occidentale était sous domination britannique. Son père, Patrick Morgan, s’est brièvement installé à la Nouvelle-Orléans et a fondé la compagnie Mathew and Morgan sur la Côte des Allemands. La famille Morgan repart finalement en Grande-Bretagne en 178060.

  • 61 Ibid., f. 636v-637r.
  • 62 à ce sujet, voir par exemple les travaux de Manuel Covo, « Baltimore and the French Atlantic: Emp (...)
  • 63 Ibid., f. 636r.
  • 64 Sur le statut de vecino, voir Herzog, Tamar, Defining nations. Immigrants and Citizens in Early M (...)

22Au moment de l’affaire, Arthur Morgan affirme être de passage à la Nouvelle-Orléans pour ensuite voyager aux États-Unis et régler les affaires de son père61. Sa projection commerciale transatlantique et transaméricaine entre Londres, les États-Unis et la Nouvelle-Orléans transcende les frontières et les empires, et il semble qu’il joue sur plusieurs tableaux sur le plan identitaire afin de servir ses intérêts économiques62. C’est ainsi qu’il se déclare « vecino y del comercio de esta ciudad 63 » en vertu de sa naissance à la Nouvelle Orléans qui marque selon lui son appartenance à la communauté. La revendication de ce statut lui permet, entre autres, de bénéficier d’une certaine protection de la part des autorités et de la justice, et de se poser comme l’égal de ses interlocuteurs locaux en s’affirmant vassal du roi d’Espagne64. De fait, il agit comme bon nombre d’habitants de la région

  • 65 Allen Smith, Gene et Hilton, Sylvia L., Nexus of Empire…, op. cit., p. 5-6.

both able and willing to modify their identities and loyalties. Nationality was only one of the components of a personal sense of identity, and individuals might consider changing it voluntarily for many different reasons, usually connected with expectations of personal gain or self-interest of some sort65

23Dans le même temps, il met aussi en avant sa position d’intermédiaire dont la liberté de circuler entre les empires ne doit pas être entravée. Il déclare ainsi que

  • 66 Ibid., f. 648r.

es mal si se me detiene aquí pues no solamente se me priva de la libertad que tiene todo individuo para viajar y hacer sus negociaciones sino que igualmente se causarán por esto graves perjuicios66.

24Arrêté à la suite de la plainte de Leblanc, il dépose une plainte et demande une sortie de prison sous caution pour pouvoir mener ses affaires à bien, ce que Leblanc refuse vertement. Pour le Français ayant réalisé sa carrière au service de la Couronne d’Espagne, les enjeux immédiatement liés au duel sont finalement très secondaires.

La stratégie de Joseph Leblanc : la négation des droits de son adversaire

  • 67 Sur le concept d’acculturation juridique, voir Garnot, Benoît, Histoire de la justice. France, xv (...)

25En premier lieu, la rhétorique déployée par Joseph Leblanc est frappante pour diverses raisons. Tout d’abord, il lance la procédure judiciaire seul, sans l’assistance d’un avocat. On ne peut que s’interroger vivement au sujet de cette stratégie. En raison de son appartenance aux élites locales, il est évident que le regidor a les moyens d’avoir recours aux services d’un avocat, plus à même de représenter ses intérêts. Il appartient également à une sphère sociale acculturée de longue date sur le plan juridique67. L’absence d’intermédiaire peut donc surprendre. De fait, si l’on suit son argumentation, il semblerait que les défaillances du maillage administratif et juridique ne soient pas seulement un phénomène associé au monde des confins et touche également un centre de pouvoir comme la Nouvelle-Orléans. Leblanc écrit en effet :

  • 68 AGI, CUBA, 163A, Testimonio de las ultimas diligencias en el lance ocurrido entre el Capitán del (...)

no obstante que la notoria falta de abogados aquí me ha privado de otra guía que la de mis tales cuales naturales luces para el seguimiento de esta causa […] creí a que la equidad del tribunal supliría los defectos de mi impericia mediante la imposibilidad de dirigirme por letrado donde no lo hay68.

  • 69 Havard, Gilles et Vidal, Cécile, Histoire de l’Amérique française…, op. cit., p. 701-717.

26L’absence de représentation est donc ici un choix contraint si l’on en croit sa déclaration. Il est vrai que le procès entre Joseph Leblanc et Arthur Morgan se déroule dans un contexte quelque peu confus sur le plan administratif. Le Traité de San Ildefonso de 1800 consacre le retour de la Louisiane à la France. Toutefois, l’administration espagnole reste en place avec le gouverneur Manuel Salcedo jusqu’en 1803. La passation de pouvoir effective a lieu en 1803, quelques semaines avant la concrétisation de la vente de la Louisiane aux États-Unis69. À ce sujet, es improvisations évoquées dans la partie précédente ne seraient pas seulement un phénomène lié à la situation de zones de confins mais aussi un symptôme de la fragilité administrative lors de cette période de transition.

  • 70 Ibid., f. 651r.
  • 71 Ibid., f. 795v.

27Dépourvu du conseil d’un avocat, Joseph Leblanc s’est donc lancé dans une procédure acharnée et peu maîtrisée au cours de laquelle sa stratégie se résume à nier littéralement le droit d’Arthur Morgan de se réclamer du statut de « vecino » de la Nouvelle-Orléans. Le marchand anglais est, aux yeux de Leblanc, un étranger qui ne peut pas développer ses affaires en Louisiane et encore moins jouir de la protection de la justice espagnole car il s’agit d’un « enemigo del estado que se dice vecino y el comercio de esta ciudad contra las reglas establecidas por su Majestad [...] sólo ha venido de los dominios británicos de donde es vasallo70... » Leblanc va jusqu’a confondre ses intérêts personnels et ceux de la Couronne en affirmant que Morgan « se ha abrogado el privilegio de comercio como español siendo manifiesto enemigo de nuestra nación, con las mismas facultades que se ha tomado para ajar, provocar e insultar a uno de sus individuos de honor, cual lo [es Leblanc] 71 ».

  • 72 à ce titre, les arguments invoqués par Joseph Leblanc ne sont pas sans rappeler les arguments uti (...)
  • 73 AGI, CUBA, 163A, Testimonio de las ultimas diligencias en el lance ocurrido entre el Capitán del (...)

28Derrière cette argumentation souvent brouillonne72, ce sont les enjeux d’une justice au carrefour des empires qui attirent l’attention. La projection transatlantique et transaméricaine d’Arthur Morgan en fait un individu particulièrement mobile, capable de jouer avec les systèmes au gré de ses voyages. Pour Leblanc qui attend une réparation pour l’atteinte portée à son honneur et les frais de justice engagés, tout l’enjeu est de s’opposer au départ de Morgan tandis que le marchand anglais affirme que « que es mal si se [le] detiene aquí pues […] se [le] priva de la libertad que tiene todo individuo para viajar y hacer sus negociaciones73 ».

Conclusion

29Région de confins, angle mort délaissé de l’Empire espagnol de la deuxième moitié du xviiie siècle, la Louisiane espagnole apparaît néanmoins comme une expérience coloniale singulière. Confrontée à une gestion permanente du « manque » et de la « distance », l’administration espagnole a dû s’adapter à une situation complexe à bien des égards. Un travail initial à partir des archives inquisitoriales et de la justice militaire permettent de mettre en valeur la mosaïque sociale en montrant comment la pluralité des populations ainsi que la distance depuis les centres de pouvoir affectent le fonctionnement judiciaire de la colonie. Les traducteurs occupent une place centrale dans ce système – qu’il s’agisse de traducteurs officiels ou de marchands pratiquant les langues indiennes. De même, les procédures criminelles connaissent parfois un cheminement tortueux depuis l’enquête initiale menée dans la langue la plus communément parlée localement jusqu’à son traitement à la Nouvelle-Orléans, et la nécessaire traduction. La justice en Louisiane est donc une justice longue et coûteuse, en raison des étapes obligatoires pour le traitement des plaintes et des procédures. L’adaptation sous ses diverses formes devient alors indispensable pour assurer le fonctionnement d’une institution fragile. Toutefois, l’adaptation peut parfois céder le pas à une véritable improvisation comme on peut le voir avec Joseph Leblanc. Les risques d’approximation voire d’erreur – involontaires ou volontaires – sont réels, ce qui peut encourager les tentatives d’instrumentalisation de la justice espagnole au service d’intérêts personnels, français ou anglo-américains.

Haut de page

Notes

1 Article rédigé dans le cadre du projet ECOS Nord – ANUIES « Justicia y sociedad en México (siglos xviii-xxi) ».

2 Havard, Gilles et Vidal, Cécile, Histoire de l’Amérique française, Paris, Flammarion, 2008, Collection Champs Histoire, p. 663-669.

3 Jiménez, Alfredo, El Gran Norte de México. Una frontera imperial en la Nueva España (1540-1820), Madrid, Editorial Tébar, p. 137. Voir aussi les travaux de Weber, David J., The Spanish Frontier in North America, New Haven, Yale University Press, 1992.

4 Andreu Ocariz, Juan José, Luisiana española, Zaragoza, Talleres Editoriales Librería General, 1975, p. 28.

5 Narrett, David, Adventurism and Empire: the Struggle for Mastery in the Louisiana-Florida Borderlands,
1762-1803
, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2014, p. 1.

6 Dans son introduction, Juan José Andreu Ocariz regrette ainsi l’incapacité de l’administration espagnole du xviiie siècle à mettre en place un système colonial comparable à ce qui a été réalisé au xvie siècle. Voir Andreu Ocariz, Juan José, Luisiana española, Zaragoza, Talleres Editoriales Librería General, 1975, p. 5.

7 Voir le titre d’un des chapitres consacrés au xviiie siècle par Joe Gray Taylor dans Gray Taylor, Joe, Louisiana : a Bicentennial History, New York, WW Norton & Co, 1976, « Colonial Louisiana: Study in Failure ».

8 Din, Gilbert C. et Harkins, John E., The New Orleans Cabildo: Colonial Louisana’s First City Government, 1769-1803, Baton Rouge, London, Louisiana State University Press, 1996. Voir également les fiches de services présentes aux Archives des Indes : Archivo General de Indias (AGI), Santo Domingo, 2605, Hojas de servicio de empleados de Real Hacienda.

9 AGI, Papeles de Cuba, 2351, Ramo 13, Martín Navarro, Reflexiones políticas sobre el estado actual de la provincia de la Luisiana.

10 Hoffman, Paul, Luisiana Española, Madrid, Editorial MAPFRE, 1992, p. 219.

11 Din, Gilbert C., The Canary Islanders of Louisiana, Baton Rouge, Louisiana state university press, 1988.

12 AGI, Papeles de Cuba, 2351, Ramo 13, Martín Navarro, Reflexiones políticas sobre el estado actual de la provincia de la Luisiana, f. 6.

13 Allen Smith, Gene et Hilton, Sylvia L., Nexus of Empire. Negociating Loyalty and Identity in the Revolutionary Borderlands, 1760’s-1820’s, University Press of Florida, Tallahassee, p. 4.

14 Ibid., emplacement 382.

15 Si l’on se concentre uniquement sur les procédures – civiles, pénales, militaires – concernant des conflits intercommunautaires, les sondages effectués à ce jour indiquent un volume de plusieurs centaines de dossiers pour la période espagnole.

16 Fernandez, Mark F., From Chaos to Continuity: The Evolution of Louisiana’s Judicial System, 1712-1862, Baton Rouge, Louisiana State University Press, 2001, édition Kindle, emplacement 66.

17 Vidal, Cécile, Louisiana: Crossroads of the Atlantic World, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2014.

18 Usner, Daniel, Indians, Settlers, and Slaves in a Frontier Exchange Economy: The Lower Mississippi Valley Before 1783, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1992, p. 6.

19 Tableau réalisé à partir de AGI, Papeles de Cuba, 163A, Autos criminales contra los presidarios Francisco Caparza, José Aguiar, José López, José Morales y Domingo Pineda sobre la muerte violentada al de igual clase Manuel Morales / AGI, Papeles de Cuba, 163A, Testimonio de las últimas diligencias en el lance ocurrido entre el Capitán del Regimiento de Luisiana D. José LeBlanc y D. Arturo Morgan / AGI, Papeles de Cuba, 163A, Criminal contra el soldado Miguel Serrano / AGI, Papeles de Cuba, 163A, Criminal contra el marinero Manuel González.

20 Hoffman, Paul, Luisiana española…, op. cit., p. 220.

21 Hilton, Sylvia L., « Spanish Louisiana in Atlantic Contexts: Nexus of Imperial Transactions and International Relations » ; Vidal, Cécile, Louisiana: Crossroads of the Atlantic World, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2014, p. 68-86.

22 Archivo General de la Nación (AGN), Inquisición, 1373, Exp6, Expediente formado con motivo de haber entregado el Capitán Bernardo Northolan, de las Milicias del puesto de Nachitoches, Provincia de la Luisiana, Dos tomos de la obra de Voltaire. El Br. D. Gavino Valdez remite, además, de los tomos de Voltaire la obra de Eusebio En 4 tomos en 8§. San Antonio De Bejar, N. M.

23 AGN, Inquisición, 1346, Exp1, El adjunto libro impío y sedicioso que con el título El Desengaño del Hombre se ha impreso en Philadelphia. AGN, Inquisición, 1389, Exp22, Expediente formado con el edicto publicado en esta corte en 26 de octubre de 1794 prohibiendo el libro titulado El Desengaño del Hombre.

24 AGN, Inquisición, 1320, Exp2, Inventario y avalúo de los bienes secuestrados a don Juan Langouran, de nación francés, natural de la ciudad de Burdeos, Hereje.

25 Burbank, Jane et Cooper, Frederick, Empires. De la Chine ancienne à nos jours, Paris, Payot, 2011.

26 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Criminal contra el sectario anabaptista nombrado Janah (Barton Hannon) acusado de revoltoso y sedicioso contra el gobierno.

27 Historical New Orleans Collection (HNOC), WPA#3701, Investigations into the death of Jorge Stelly who was found hung by his neck from a tree.

28 Ibid.

29 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Sumaria información contra el teniente de milicias Eduardo Macabé.

30 Croguennec, Soizic, Sociétés minières et monde métis. Le centre-nord de la Nouvelle Espagne au xviiie siècle, Madrid, Editions de la Casa de Velázquez, 2015.

31 Groebner, Valentin, Who are you? Identification, Deception and Surveillance in Early Modern Europe, Boston, MIT Press, 2007.

32 Il est intéressant de noter que ces problèmes de compréhension sont à l’origine d’un nombre de procédures pour insultes, la mauvaise maîtrise de la langue de l’autre menant à des conflits plus ou moins violents.

33 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Criminal contra el sectario anabaptista nombrado Janah (Barton Hannon) acusado de revoltoso y sedicioso contra el gobierno, f. 427v.

34 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Sumaria información contra el teniente de milicias Eduardo Macabé, f. 893r.

35 Ibid.

36 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Diligencias contra José Leblanc, f. 1130v.

37 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Compulsa del proceso contra el soldado José María Aldana, f. 993v.

38 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Criminal contra el soldado José Méndez, f. 947v.

39 HNOC, WPA#3824, Don Pedro Belly instituted proceedings to obtain an English interpreter for Don James Smith Yarbrough to prove that the signature of a deceased debtor was genuine.

40 AGI, Santo Domingo, 2605, Hojas de servicio de empleados de Real Hacienda.

41 Les Chactas ou Choctaws, installés au Nord-Est de la Nouvelle-Orléans, sont des alliés des Français de
Louisiane depuis le début du xviiie siècle.

42 Les Florides ont été reconquises à la suite de la guerre d’Indépendance des Etats-Unis et de la signature du Traité de Versailles en 1783.

43 Narrett, David, Adventurism and Empire…, op. cit., p. 141.

44 Usner, Daniel, Indians, Settlers, and Slaves…, op. cit., p. 8.

45 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Sumaria información contra el teniente de milicias Eduardo Macabé, f. 889r.

46 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Compulsa del proceso contra el soldado José María Aldana, f. 975r.

47 Alberro, Solange, « Zacatecas, zona frontera, según los documentos inquisitoriales, siglos xvi y xvii », Estudios de Historia Novohispana, vol. viii, 1985, p. 139-174. Plus récemment sur les dynamiques sociétés de confins, voir Planas, Natividad et Bertrand, Michel, Les sociétés de frontière, de la Méditerranée à l’Atlantique (xvie-xviiie siècle), Madrid, Editions de la Casa de Velázquez, 2011.

48 Cutter, Charles B., « Community and the Law in Northern New Spain » in The Americas, vol. 50, n° 4, apr., 1994, p. 467-480. ; Lorente Sariñena, Marta (coord.), De justicia de jueces a justicia de leyes: hacia la España de 1870, Madrid, Consejo General del Poder Judicial, 2007.

49 AGI, Papeles de Cuba, 2351, 1777, mayo 12, Padrón general de todos los individuos de la provincia de Luisiana.

50 Le recours à la condemna a presidio pour différents crimes était un moyen de renforcer les garnisons dans les régions de confins. Agustín Bohorquez, accusé du meurtre de son ami Felix Ramírez au cours d’une rixe, est ainsi condamné à dix ans de service dans un presidio aux Philippines (AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 02, Exp. 63).

51 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Sumaria contra el sargento Bartolomé López.

52 Il y a en effet, 6,5 grammes de différence entre la livre espagnole (460 g) et la livre anglaise (453,5 g). En utilisant des poids anglais, Bartolomé López récupère une partie des rations pour ensuite les revendre à des intermédiaires indiens de la région.

53 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Criminal contra el soldado Miguel Serrano, f. 850v.

54 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Criminal contra Miguel Montenegro presidario de los de la dotación de esta plaza acusado de haber dado muerte al de la propia clase Francisco Navas la tarde del 27 de abril del presente año.

55 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Compulsa del proceso contra el soldado José María Aldana, f. 966.

56 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Testimonio de las ultimas diligencias en el lance ocurrido entre el Capitán del Regimiento de Luisiana D. José LeBlanc y D. Arturo Morgan. HNOC, WPA#3958, Criminal proceedings instituted against Captain Don Jose Leblanc. Defendant allegedly injured Don Arturo Morgan.

57 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Testimonio de las ultimas diligencias en el lance ocurrido entre el Capitán del Regimiento de Luisiana D. José LeBlanc y D. Arturo Morgan, f. 550r.

58 Banks, Stephen, Duels and Duelling, Oxford, Shire, 2012 ; Guillet, François, François Guillet, La mort en face : histoire du duel de la révolution à nos jours, Paris, Aubier, 2008 ; Undurraga Schüler, Verónica, Los rostros del honor. Normas culturales y estrategias de promoción social en Chile colonial, siglo xviii, Santiago, Centro de Investigaciones Diego Barros Arana, Dibam, Editorial Universitaria, 2012.

59 AGI, Papeles de Cuba, 163A, Testimonio de las ultimas diligencias en el lance ocurrido entre el Capitán del Regimiento de Luisiana D. José LeBlanc y D. Arturo Morgan, f. 665-666.

60 Ibid., f. 740-741.

61 Ibid., f. 636v-637r.

62 à ce sujet, voir par exemple les travaux de Manuel Covo, « Baltimore and the French Atlantic: Empires, Commerce, and Identity in a Revolutionary Age », in Adrian Leonard et David Pretel (éd.), The Caribbean and the Atlantic World Economy: Circuits of Trade, Money and Knowledge, 1650-1914, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2015, p. 87-107.

63 Ibid., f. 636r.

64 Sur le statut de vecino, voir Herzog, Tamar, Defining nations. Immigrants and Citizens in Early Modern Spain and Spanish America, Yale, Yale University, 2003.

65 Allen Smith, Gene et Hilton, Sylvia L., Nexus of Empire…, op. cit., p. 5-6.

66 Ibid., f. 648r.

67 Sur le concept d’acculturation juridique, voir Garnot, Benoît, Histoire de la justice. France, xvie-xxe siècle, Paris, Gallimard, 2009, p. 171, Collection Folio Histoire.

68 AGI, CUBA, 163A, Testimonio de las ultimas diligencias en el lance ocurrido entre el Capitán del Regimiento de Luisiana D. José LeBlanc, D. Arturo Morgan, f. 849.

69 Havard, Gilles et Vidal, Cécile, Histoire de l’Amérique française…, op. cit., p. 701-717.

70 Ibid., f. 651r.

71 Ibid., f. 795v.

72 à ce titre, les arguments invoqués par Joseph Leblanc ne sont pas sans rappeler les arguments utilisés par les créoles dans leurs conflits avec des castas ou des Indiens dans la région de Zacatecas au xviiie siècle. Voir Croguennec, Soizic, Sociétés minières et monde métis. Le centre-nord de la Nouvelle Espagne au xviiie siècle, Madrid, Editions de la Casa de Velázquez, 2015.

73 AGI, CUBA, 163A, Testimonio de las ultimas diligencias en el lance ocurrido entre el Capitán del Regimiento de Luisiana D. José LeBlanc, D. Arturo Morgan, f. 648r.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 3 – La population de la Louisiane en 1777, un peuplement très inégal49
URL http://journals.openedition.org/caravelle/docannexe/image/5149/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Soizic Croguennec, « Rendre la justice en Louisiane espagnole (1763-1803) : aménagements, improvisations et instrumentalisations »Caravelle, 112 | 2019, 11-28.

Référence électronique

Soizic Croguennec, « Rendre la justice en Louisiane espagnole (1763-1803) : aménagements, improvisations et instrumentalisations »Caravelle [En ligne], 112 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/5149 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caravelle.5149

Haut de page

Auteur

Soizic Croguennec

MINEA, Université de Guyane

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search