Navigation – Plan du site

AccueilNuméros112Comptes rendusPilar Cagiao Vila (ed.), Donde la...

Comptes rendus

Pilar Cagiao Vila (ed.), Donde la política no alcanza. El reto de diplomáticos, cónsules y agentes culturales en la renovación de las relaciones entre España y América, 1880-1939

Madrid, Iberoamericana Vervuert, 2018, 285 p.
Frédérique Langue
p. 184-187
Référence(s) :

Pilar Cagiao Vila (ed.), Donde la política no alcanza. El reto de diplomáticos, cónsules y agentes culturales en la renovación de las relaciones entre España y América, 1880-1939, Madrid, Iberoamericana Vervuert, 2018, 285 p.

Texte intégral

1Au croisement de l’histoire des relations diplomatiques, des relations culturelles et des migrations internationales, tous thèmes récurrents de l’historiographie américaniste y compris et depuis la commémoration du Ve Centenaire, cet ouvrage se propose d’aborder l’action des diplomates, consuls et « agents culturels » du monde espagnol et américain, là où, parfois, le cadre politique n’est pas toujours opérant en termes de définitions. L’échelle des individus importe ici autant que l’insertion des personnages identifiés dans des « circuits » reliant les républiques ibéro-américaines et l’Espagne, et vice-versa. L’ouvrage se propose par conséquent de considérer des liens qui ne sont pas à strictement parler bilatéraux mais plutôt transnationaux, transcendant par là-même les trajectoires individuelles de diplomates ou d’« agents culturels », eux-mêmes intégrés dans des pactes et alliances diverses et plus ou moins formelles. L’hypothèse majeure de cette « monographie collective » issue d’un programme de recherche, réside dans le fait que ces « trajectoires biographiques » et les expériences qui en découlent, influent de manière décisive sur les comportements publics et privés du point de vue politique, social, économique et culturel. Cette approche permet dès lors d’identifier des réseaux dans toute leur complexité sociale. Elle permet également de déceler les motivations qui président à leur projection dans la sphère publique et au-delà, ainsi que la distance établie par rapport à des politiques officielles. En d’autres termes, ce sont non seulement les liens sociaux et politiques inhérents aux professions et charges exercées mais aussi les liens personnels et familiaux qui retiennent ici l’attention. L’introduction s’interroge à cet égard sur le rôle des tertulias, associations, institutions et manifestations scientifiques et culturelles, voire les maisons d’édition et la presse, en tant que points de départ d’actions à caractère collectif entre l’Amérique et l’Espagne, qui s’inscrivent indéniablement dans le cadre d’une histoire des idées confrontée alors à la montée des courants nationalistes, des théories de la « régénération » ou promouvant un américanisme diffus.

2Les cas singuliers qui inspirent cet ouvrage remettent certes en question la centralité des politiques officielles, malgré la profusion de traités bilatéraux signés pendant la période considérée. Mais les « périphéries » examinées ici, en termes de lieux, d’activités ou de réseaux, semblent en fait les prolonger, les compléter ou les renouveler dans une perspective incontestablement « transnationale ». Tel est le cas, jusqu’alors peu abordé par l’historiographie américaniste, de l’Espagnol Matías Alonso Criado, philosophe et juriste docteur de l’université de Valladolid, « chronique vivante d’Amérique » et la personne la plus au fait des questions d’actualité d’après le journal madrilène El Globo. Fondateur du journal La Colonia Española, philanthrope et mécène, Matías Alonso Criado fut conseiller à Montevideo puis consul du Paraguay à Madrid, dans la République orientale d’Uruguay (y représentant également le Chili), sans compter d’autres activités de représentation au profit d’autres pays latino-américains) soit une carrière qui couvre quatre décennies (Pilar Cagiao Vila). La plupart des représentants diplomatiques nommés en Espagne ont ainsi pour particularité de joindre l’aspect culturel aux impératifs diplomatiques, dans une conjoncture qui voit s’affirmer des États nationaux sur la base de modèles politiques d’inspiration libérale et dans un contexte économique favorable, marqué par la croissance des exportations et les investissements étrangers. Ainsi le juriste, journaliste et écrivain mexicain Vicente Riva Palacio, à la fin du xixe siècle (étudié par A. Sanchez Andrés), s’affirme-t-il comme le grand normalisateur des relations hispano-mexicaines pendant le Porfiriat – alors que s’opère la stabilisation du pays, coïncidant avec la première étape de la Restauration promue par les secteurs conservateurs de la bourgeoisie espagnole –. Il est le maître d’œuvre de la diffusion d’une image hautement positive du Mexique, à travers la littérature notamment. C’est à lui que l’on doit en grande partie la bonne tenue des relations culturelles entre les deux pays dans le premier tiers du xxe siècle, après plusieurs décennies plutôt tourmentées compte tenu de l’instabilité politique et financière du Mexique, sans compter le souhait de l’Espagne d’y installer un monarque hispano. L’intensification des relations culturelles entre les deux pays est particulièrement marquée dans le domaine de la presse, de nombreux journalistes et intellectuels espagnols gagnant alors le Mexique pour y travailler aussi bien dans des publications d’inspiration libérale que conservatrice, de diffusion nationale ou plus orientées vers la communauté espagnole résidant au Mexique (La Colonia Española, El Siglo xix, La Iberia, El Búcaro, La Razón de México). À noter que la plupart de ces journalistes furent également écrivains ou éducateurs, d’autres émigrés se signalant également dans le domaine de la musique ou du théâtre : après la fondation du Théâtre national du Mexique en 1864 par Maximilien, ce fut le Don Juan Tenorio de Zorrilla qui ouvrit la saison. L’histoire ne fut pas davantage oubliée si l’on considère la publication de la monumentale histoire de México a través de los siglos, que dirigea précisément Vicente Riva Palacio, qui en vint ultérieurement à représenter le gouvernement de Porfirio Díaz en Espagne. Davantage centrés sur des questions « pratiques » que les diplomates de carrière, les consuls se consacrent tout aussi bien à l’image qu’ils se doivent d’offrir de leur pays, qu’il s’agisse du domaine économique ou plus encore commercial, de la promotion culturelle ou de l’attention à leurs ressortissants : au début du xxsiècle, le consulat du Pérou à Barcelone joua ce rôle, s’appuyant sur des écrivains et politiques que l’on peut qualifier précisément d’« hommes de réseaux » (Ascensión Martínez Riaza). En retour, ces intermédiaires ou passeurs d’une diplomatie culturelle avérée présentent une vision non dénuée d’intérêt de leur pays de résidence, qu’il s’agisse de l’Espagne ou de la Catalogne. L’Institut diplomatique et consulaire de Madrid (créé en 1911 et encore peu étudié) exerce par ailleurs une fonction de formation des représentants espagnols destinés à l’Amérique ibérique ou encore au Maroc (Palmira Vélez Jiménez).

3Toute une diplomatie parallèle se déploie également aux côtés ou au-delà de la diplomatie formelle : commerçants, dirigeants d’entreprises ou « agents culturels » dans le domaine littéraire, artistique ou de la presse sont extrêmement présents, comme le démontre l’un des derniers travaux de Gabriela Dalla Corte, « Federico Rahola y la revista Mercurio: diplomacia consular iberoamericana entre la Guerra de Cuba y la Primera Guerra Mundial », consacré à cette revue commerciale « ibéro américaine » qui disposait d’une édition illustrée publiée à Madrid et d’une section commerce et transport fonctionnant à Barcelone, et à la Casa de América de Barcelona. Toutes deux furent des initiatives de la bourgeoisie catalane destinées à renforcer les liens économiques et culturels avec l’Amérique, par l’intermédiaire des consuls espagnols en Amérique comme des consuls ibéro américains présents à Barcelone tout particulièrement.

4Ces « expériences américanistes » trouvent également un terrain fécond aux États-Unis, avec le « bureau d’information pro Espagne » (crée en 1925 à l’instigation de la compagnie International Telephone and Telegraph), dont la directrice fut Carolina Marcial Dorado, Espagnole résidant aux États-Unis, un cas exceptionnel de présence féminine dans cette entreprise de valorisation des échanges culturels entre les deux pays mais sur un pied d’égalité et dans une perspective non plus exotique mais résolument moderne en ce qui concerne l’Espagne. Cette projection internationale de l’Espagne détermina en effet la politique culturelle de Primo de Rivera, contribuant à renforcer la collaboration et les réseaux tissés entre les deux pays (étude de Rosario Márquez Macías). La dernière contribution (Manuel Andrés García) porte également sur une autre personnalité du « mouvement hispano américaniste », le journaliste José María González, extrêmement représentatif du rôle de la presse et du positionnement des intellectuels sur ce point : bien que passablement oublié de nos jours, il joua en effet un rôle essentiel dans la promotion des commémorations du 12 octobre.

5Certes, Donde la política no alcanza se présente au premier abord comme un recueil de biographies. Au fil des chapitres, on voit cependant que celles-ci se répondent comme en écho, en vertu de ce fil conducteur qui les parcourt dans la longue durée, celui des trajectoires croisées d’acteurs de la diplomatie et de la culture parfois reconnus, souvent beaucoup plus discrets et en d’autres occasions tombés dans l’oubli. L’intérêt de ces biographies est par ailleurs de mettre en évidence le déploiement des trajectoires individuelles à différentes échelles, et de faire se répondre problématiques locales et internationales entre deux continents, les influences comme les effets en retour. L’étude de ces « connexions bilatérales et transnationales » telles que les évoque Pilar Cagiao Vila offre par conséquent une approche plus précise et nuancée des relations entre l’Espagne et ses anciens territoires d’Amérique que ne pourraient le proposer des synthèses plus globales. En ce sens, on ne peut qu’espérer qu’une approche plus systématique de ces réseaux et le choix d’une démarche prosopographique à l’endroit de ces « passeurs » dans l’ordre diplomatique et culturel, deux orientations pour lesquelles l’historiographie américaniste peut se valoir de travaux d’envergure et de discussions épistémologiques non moins fructueuses, vienne compléter et enrichir encore davantage ce passionnant projet à long terme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Pilar Cagiao Vila (ed.), Donde la política no alcanza. El reto de diplomáticos, cónsules y agentes culturales en la renovación de las relaciones entre España y América, 1880-1939 »Caravelle, 112 | 2019, 184-187.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Pilar Cagiao Vila (ed.), Donde la política no alcanza. El reto de diplomáticos, cónsules y agentes culturales en la renovación de las relaciones entre España y América, 1880-1939 »Caravelle [En ligne], 112 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 12 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/6143 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caravelle.6143

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS-IHTP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search