Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marina Franco, El final del silencio. Dictadura, sociedad y derechos humanos en la transición (Argentina, 1979-1983)

Buenos Aires, FCE, 2018, 411 p.
Frédérique Langue
p. 187-191
Référence(s) :

Marina Franco, El final del silencio. Dictadura, sociedad y derechos humanos en la transición (Argentina, 1979-1983), Buenos Aires, FCE, 2018, 411 p.

Texte intégral

1Auteure de nombreux travaux consacrés à l’histoire récente du Cône sud et tout particulièrement de Un enemigo para la nación. Orden interno, violencia y subversión 1973-1976 (également publié au FCE en 2012), Marina Franco ne se contente pas avec ce nouvel ouvrage de débroussailler un champ de recherche sujet à maints débats car centré sur un passé récent, qui ne « passe pas » toujours. Elle poursuit ici une réflexion sur les conditions de la sortie de dictature, du retour à la démocratie et du modèle transitionnel adopté dans le cas de l’Argentine, en liaison avec la question persistante des droits humains dont les échos persistent dans le temps présent. Mères de la Place de Mai, bébés volés devenus des adultes recherchant leurs parents, souvent des militants assassinés par la dictature, centres d’emprisonnement et de torture transformés en musées ou mémoriaux, l’histoire du temps présent argentin et plus généralement des dictatures du Cône sud renvoie indéniablement à ce que l’auteur qualifie, sous forme de questionnement ouvert, de « culture des droits humains ». La seule mention des archives utilisées, ainsi du ministère de la Défense et de sa « direction des droits humains » (sic) atteste de l’intérêt porté à ce passé récent, douloureusement inscrit dans les mémoires, à ses victimes et à ses formes de justice et de réparation. D’autres images contribuent de fait à ce déplacement de focale. Comme en attestent les véritables « récits mémoriels » que constituent les images, la guerre des Malouines elle-même (1983) passe en effet à un second plan face à la rupture constitutionnelle et politique du 10 décembre 1983. Cette date signe en effet la fin de la dictature, la reconnaissance des luttes pour les droits humains et le triomphe d’Alfonsín. D’autres aspects furent, en revanche, oubliés voire durablement occultés en cette sortie de dictature, que cet ouvrage vise précisément à (re)mettre en lumière.

2Afin de dépasser ces images comme cristallisées dans la mémoire, Marina Franco a choisi de centrer son propos sur la répression, en d’autres termes la violence d’État. Entre hasard – la découverte d’une vieille pile de journaux portant sur la période étudiée – et nécessité d’un questionnement quant à la manière dont une société se définit face à une extrême violence d’État, le premier constat est celui d’une permanence des figures de la subversion, autrement dit de menaces implicites pour l’ordre social dès les années 1970 et avant même que ne survienne le coup d’État de 1976. Ce discours n’aurait pas seulement été le fait des Forces armées, mais de l’ensemble de la classe politique et de la société civile : le gouvernement péroniste, les dirigeants d’opposition, les élus, syndicalistes, prélats, chefs d’entreprise, etc. Le contraste avec l’année 1983, celle des images des Mères de la Place de Mai et des manifestations en faveur des victimes et, partant, droits humains, ou encore la publication du Nunca más (1984) et les procès de 1985, est donc flagrant. Sur la base d’un état des lieux historiographiques pour l’ensemble des sciences humaines et sociales, M. Franco en vient à interroger les modalités de cette évolution, afin d’identifier le moment où les droits humains et le thème des disparus ont commencé à s’imposer dans la société argentine, dans l’opinion publique ainsi que dans les discours politiques voire gouvernementaux. Elle souligne à cet égard le consensus qui prévaut à l’endroit de la « transition » qui couvre la période intermédiaire entre la guerre des Malouines et le début de la présidence d’Alfonsín (18 mois en tout, contre sept ans pour la dictature). Il reste que ce consensus n’explique guère le déphasage entre la perception collective d’un ennemi, la demande d’autorité d’un État, et la condamnation ultérieure de la répression à partir de ces années. De même le déterminisme qui préside à l’interprétation de cette période (à l’exception de certaines études publiées sur la question) pose-t-il problème, comme si le retour de l’État de droit, de la justice et de la démocratie découlait en toute logique d’une prise de conscience politique et sociale. L’historiographie de la « transitologie », particulièrement développée sur le continent latino-américain et plus encore dans les pays du Cône sud, ne l’explique pas davantage.

3Cette réflexion d’une historienne recoupe par ailleurs ses souvenirs, non pas tant d’un témoin de ce temps présent que sa jeunesse n’autorisait guère à entrer dans des considérations politiques, mais de l’émotion qui accompagna la chute de la dictature, et de la sensation qu’une période nouvelle commençait. Cet ouvrage intègre par conséquent la nécessité de comprendre ce ressenti émotionnel de phénomènes politiques, dans le contexte de la montée en puissance du paradigme des droits humains, de la demande de justice en ce moment charnière. L’ouvrage de M. Franco prolonge en ce sens et remet à la fois en question les travaux de « transitologie » réalisés sur les dernières années de la dictature, en d’autres termes sur la « transition à la démocratie », ses modèles, qui incluent généralement la première étape du gouvernement d’Alfonsín. Elle souligne à cet égard que l’un des points clé de la discussion fut l’absence de pacte conclu avec les Forces armées, malgré la « concertation » de 1982 et que le thème des disparus et des procès intentés à des responsables des Forces armées fut l’objet de longues négociations avec les partis politiques. De même, une périodisation plus fine de cette période s’avère-t-elle incontournable, non plus en ce qui concerne la transition proprement dite, mais bel et bien le processus de consolidation de la démocratie. Cette démarche conduit notamment à en identifier les indicateurs en terme de limitation de la violence d’État exercée par les militaires. Comment appréhender également des aspects aussi essentiels que l’amnistie ou l’impunité, comment considérer la démocratisation de la société à l’aune d’un processus de transition ? Le propos de l’ouvrage se différencie sans conteste des études de sciences politiques volontiers centrées sur une modélisation institutionnelle, promptes à multiplier les références à un idéal type au détriment des imaginaires et cultures politiques, dont participent cependant les refondations démocratiques.

4Ce moment si spécifique de la fin de dictature en appelle dès lors à d’autres concepts, notamment celui de crise, qui autorise la prise en compte d’un certain nombre de « déplacements » propres à cette période complexe du point de vue idéologique, politique et culturel, et pas seulement d’instabilité et de réaccommodements. La Guerre des Malouines (défaite et affaiblissement conséquent du secteur militaire lui-même soumis à des tensions internes) apparaît ainsi comme le point de départ d’une mutation, de la dénonciation morale des violations des droits humains et du terrorisme d’État, dont les conséquences sociales ne sont cependant pas toujours perceptibles. Ce sont en effet les acteurs les plus visibles, issus majoritairement de classes moyennes urbaines et la dimension éthique, occupant le devant de la scène politique et qui se font l’expression des aspirations à un changement culturel fondé sur la démocratie et le retour de l’État de droit. D’où la présence des partis (les syndicats ne sont pas abordés dans cet ouvrage), des médias, de l’Église catholique, de la justice et des organisations de défense des droits humains. La surreprésentation des acquis sociaux à la fin de la dictature en liaison avec la problématique de la démocratie n’est pas sans renvoyer à un autre horizon d’attente : celui de la « transition » et des droits humains comme « promesse de futur ». L’un des points de départ, chronologique, de l’ouvrage, est d’ailleurs la visite effectuée par la Commission interaméricaine des droits humains en 1979 (à l’occasion de laquelle la propagande militaire tenta de lier le thème des disparus à celui des « subversifs » de retour), et l’étude se clôt, certes, sur l’auto-amnistie militaire et les élections de 1983, mais également sur la création d’un organisme essentiel, la Comisión Nacional sobre la Desaparición de Personas (CONADEP).

5Tout au long des différents chapitres, il s’agit par conséquent de problématiser et discuter une tendance à ne voir dans la fin de la dictature qu’un moment, une évolution linéaire, orientée vers le jugement des crimes commis pendant la dictature et la condamnation généralisée des violations des droits humains, en particulier à la fin de la Guerre des Malouines, dans un contexte qui mit à mal la légitimité de la Junte militaire et plus généralement des Forces armées (déroute, crise économique et sociale, échec politique). Comme le montre l’auteure, un deuxième axe de réflexion consiste dès lors à explorer la manière dont le thème de la répression s’est imposé dans l’opinion publique en tant que question éminemment politique à la fin de la dictature (l’« éclosion anti- dictatoriale »), selon quels critères, quelles manifestations et quels canaux (rôle essentiel sur ce point des organisations de défense des droits humains). M. Franco ouvre de fait un questionnement quant à la nature des acteurs politiques et à la réponse apportée par les politiques, peu soucieux de voir se poursuivre la quête des disparus au cours d’une nouvelle période constitutionnelle. L’hypothèse majeure, essentielle pour la compréhension de ce temps présent argentin, consiste à poser l’émergence du thème des droits humains comme conséquence de la perte de légitimité et de l’effondrement du régime militaire et non l’inverse. Troisième aspect de cette analyse, et de l’omniprésence du sujet : la teneur du discours, pas seulement fondée sur la question humanitaire (qui émerge comme facteur d’opposition vers 1981) et la condamnation de crimes imprescriptibles. En d’autres termes, le récit de l’horreur orchestrée par la répression d’État n’a pas conduit systématiquement à des enquêtes ou à l’intervention de la justice. La relation n’est donc pas de cause à effet et la reconnaissance des droits humains procèderait d’un ensemble de forces évolutives et de facteurs complexes qui se sont mis en place à la fin de la dictature.

6Cet ouvrage foisonnant comporte par ailleurs une dimension épistémologique essentielle, coïncidant en cela avec d’autres travaux récents comme ceux d’Emilio Crenzel, Daniel Lvovich, Lucrecia Escudera, Claudia Feld, Juan Pablo Boholavsky, Hugo Vezzetti, Silvina Jensen ou Elizabeth Jelín, pour ne citer que quelques auteurs. Il s’agit en effet de penser ce type de récit portant sur « l’histoire récente », son fondement historiographique, ses sources (ici hémérographiques en grande partie, des témoignages d’acteurs, à travers des publications ou prises de position publiques, les archives militaires récemment ouvertes, à partir de 2013, sur l’Opération Condor et les actes de la Junte, les archives orales conservées par exemple par l’Instituto de Investigaciones Gino Germani, et enfin, des entretiens avec les témoins et survivants) et sa conceptualisation, à partir d’une base commune : le rejet du terrorisme d’État, ce qui conduit à appréhender la « subversion » et la guerre intérieure dite « antisubversive », étudiée dans un ouvrage précédent, non plus comme contenu politique, mais comme la perception sociale d’une époque. L’émergence sur la scène publique du thème de la répression pose donc cette autre question de l’historicité des processus sociaux et des conflits de mémoire sur la période considérée, et contribue très fortement à relativiser la thèse des « deux démons » (le terrorisme des extrêmes et la réponse répressive des Forces armées). La « mémoire sociale » dans ses diverses acceptions se trouve donc au centre de cette déconstruction et réélaboration d’un récit sur la violence d’État, celui du « Nunca más ». Justice et mémoire ont en effet valeur de réparation du lien social mis à mal par la dictature, sans pour autant effacer ce passé encore trop présent, encore en partie à élucider, et dont le lecteur, le chercheur, ne peut qu’espérer qu’il donne lieu à une autre étude aussi précise et indispensable d’un passé traumatique, mais également fondateur de nouvelles formes de démocratie, ancrées précisément dans la défense des droits humains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Marina Franco, El final del silencio. Dictadura, sociedad y derechos humanos en la transición (Argentina, 1979-1983) »Caravelle, 112 | 2019,  187-191.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Marina Franco, El final del silencio. Dictadura, sociedad y derechos humanos en la transición (Argentina, 1979-1983) »Caravelle [En ligne], 112 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/6146 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caravelle.6146

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS-IHTP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals