Navigation – Plan du site
Dossier 2 - Les marchés de la littérature du XXIe siècle

Périphérie et identité locale ?

Approche cartographique du marché éditorial indépendant colombien
Virginia Capote Díaz
p. 77-90

Résumés

Cet essai vise à présenter un aperçu des Maisons d’édition indépendantes de littérature colombienne. Nous souhaitons analyser le marché éditorial indépendant qui fonctionne comme une alternative et une forme de résistance aux dynamiques des maisons d’édition internationales. Pour ce faire, nous allons nous concentrer sur les sujets de la violence, de l’identité et du genre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 « La littérature colombienne d’après le Boom ». (Traductions en note de bas de page de l’auteur.)
  • 2 « histoires dans lesquelles la violence ne serait pas la protagoniste » (TdA)
  • 3 « Le monde éditorial doit court-circuiter la norme selon laquelle seuls les auteurs latino-améric (...)

1Le 10 novembre 2003, onze écrivains colombiens se sont réunis à la Casa de América à Madrid afin de proposer un diagnostic de l’état des lieux de la littérature colombienne et ce, dans le cadre d’un événement intitulé « La literatura colombiana después del Boom »1. Les auteurs reconnus mais aussi quelques-uns plus éloignés des canons, et par conséquent moins visibles, sont fondamentalement arrivés à deux conclusions clés. En premier lieu, ils ont remarqué que, bien que la violence ait parcouru l’histoire culturelle du pays tel un courant souterrain, depuis l’apparition de son premier roman, El carnero (1936), la production littéraire – ou ses agents culturels – doit aux lecteurs une série de « historias donde la violencia no sea la protagonista »2, une partie des œuvres publiées qui permette la pluralité. La seconde conclusion s’est appuyée sur une comparaison à partir de laquelle il fut possible d’établir que la différence entre la Colombie et l’Espagne repose sur le fait que la première ne connaissait encore ni la tyrannie du marché éditorial ni celle des livres les plus vendus. De cette comparaison s’ensuivit une pétition : « El mundo editorial debe romper con el circuito de que sólo los autores latinoamericanos editados en España sean publicados en el continente.3 »

2Quinze ans après, nous commençons cet article en soulevant plusieurs questions qui sont en relation avec certaines des idées exprimées lors de la conférence de la Casa de América par des écrivains tels que Consuelo Triviño, Rafael Humberto Moreno Durán, Alonso Salazar ou bien encore Mario Mendoza : comment la littérature colombienne est-elle consommée en Europe et par quels biais ? La violence et le conflit sont-ils toujours, presque deux décennies plus tard, les lieux communs privilégiés par les maisons d’édition au détriment d’autres formes thématiques de l’identité ? Existe-t-il des alternatives à l’hégémonie éditoriale espagnole grâce auxquelles un auteur pourrait être diffusé sur le continent américain sans avoir été publié au préalable en Espagne ? Quel rôle jouent les maisons d’édition indépendantes à cet égard et comment sont-elles présentes en Colombie ?

  • 4 Gallego Cuiñas, Ana, « El valor del objeto literario », Literatura y mercado global en español, Í (...)

3Lors des dernières décennies, nous avons assisté à une révolution du monde de l’industrie éditoriale en espagnol qui modifie les fondements sur lesquels se sont construites les stratégies de marché. D’un côté, se trouve l’implacable présence des grands groupes éditoriaux qui deviennent toujours plus puissants et qui accumulent progressivement les labels sous leur nom. Il semble évident que les ventes, leurs critères, les questions relatives à la réussite commerciale et l’assujettissement d’une œuvre artistico-littéraire à des schémas quantitatifs de rendement ainsi que son approche en terme de rentabilité économique ont minimisé le pouvoir des pierres angulaires du monde éditorial et de son reflet postérieur dans la configuration des canons que sont la qualité et la valeur de l’objet littéraire4. Le système éditorial actuel, à caractère néolibéral, dans lequel les processus culturels répondent à des questions capitalistes, s’est vu aggravé par la dissolution des industries éditoriales régionales et par l’émergence des industries internationales du livre, précédemment évoquées, sur le marché littéraire en langue espagnole.

  • 5 Padilla, Ignacio, « Independientes. Editoriales, experiencia y capitalismo », in Gallego Cuiñas, (...)

4Peu à peu, ont commencé à apparaître, comme une sorte de résistance à ces dynamiques, de nouvelles façons de comprendre la publication du livre en espagnol ainsi que de nouvelles stratégies de conception et de diffusion de l’objet littéraire qui se matérialisent par le travail éditorial de labels indépendants. Ces formes de marché, s’efforçant de diffuser la culture et de générer une réflexion, ont fonctionné telle une alternative aux politiques de vente globales et internationales. Elles tendent à favoriser des produits littéraires dotés d’un fort potentiel populaire pour devenir des best-sellers, format considéré comme le fondement par excellence de la nouvelle industrie du livre, tant du fait de son adaptation à tout type de public, que la déterritorialisation de ses formes et de son contenu implique, que de la rente économique qu’il génère et qui, en général, ne parvient pas seulement à couvrir mais bien à dépasser les fonds investis en amont pour la publicité et le marketing paralittéraire. Face à de telles politiques, les maisons d’édition indépendantes ont, au contraire, progressivement développé des moyens, dans un premier temps, pour survivre dans le monde de l’édition sans tomber dans les filets des grands monopoles et, dans un second temps, pour offrir des objets esthétiques et culturels loin des tendances littéraires propres au monde éditorial. La protection des contenus locaux, la défense de la qualité, l’imposition de critères esthétiques spécifiques5, le choix d’un public spécialisé comme destinataire et, surtout, la garantie de la bibliodiversité générique, thématique, géographique et culturelle sont les traits caractéristiques fondamentaux de ces petites maisons d’édition destinées à créer d’autres formes de reconnaissance des figures hégémoniques et à offrir de nouvelles formes d’identités, différentes des stéréotypes et loin des artifices thématiques attendus par le grand public.

La littérature colombienne aujourd’hui. L’offre des grands groupes

5Lorsque nous lisons aujourd’hui l’histoire de l’Amérique latine, nous pouvons affirmer que le Continent n’a toujours pas réussi à s’émanciper du carcan eurocentriste qui se perpétue depuis l’époque de la Conquête. Au fil des ans et des étapes successives de son histoire, l’Amérique latine, la Colombie dans notre cas, a assisté à différentes métamorphoses d’une tendance qui, dans certains cas, se présente comme des formes de néo-colonisation qui se concrétisent sur le plan politique, social et culturel. Les stratégies des maisons d’édition, les politiques de marché ainsi que le fonctionnement des structures plus globales et médiatiques de sélection, production et distribution de la littérature colombienne en Espagne, ne sont pas sortis indemnes eu égard à cette question. C’est ainsi que les principaux groupes de diffusion et de vente de la littérature colombienne en Espagne ont dessiné certaines lignes littéraires dominantes – bien que pas toujours représentatives – de ce qu’est ou de ce que représente la littérature colombienne actuelle. En premier lieu, si nous prenons en compte les genres littéraires, nous pouvons constater un effet de massification en ce qui concerne la publication de romans au détriment des autres formes en prose tel que le conte et, surtout, un effet de vide presque total des autres formes littéraires que sont les œuvres lyriques et, à moindre échelle, le théâtre. Si durant la période du Boom, Gabriel García Márquez en tête, le réalisme magique et autres caractéristiques de cette nouvelle littérature produite en Amérique latine étaient les lettres de noblesse de l’exotisme de l’Amérique hispanique, de nos jours les procédés publicitaires ont également été immergés dans une même dynamique dont seul l’ancrage du thème a changé. En effet, lors de cette dernière décennie, la majeure partie des groupes médiatiques de vente du livre a cherché comme base substantielle de ses potentiels best-sellers un type de littérature, de roman, qui narre et qui relate un autre exotisme, cette fois anti-épique, situé en marge, à la périphérie, dans la violence et le conflit. Si nous prenons pour exemple les catalogues d’Alfaguara, Seix Barral ou Anagrama – toutes trois faisant dorénavant partie de grands groupes – nous observons qu’il y a trois noyaux thématiques autour desquels tournent les publications d’auteurs colombiens : la violence, le genre et la présence incontournable de la figure la plus mondialisée de la littérature colombienne. En d’autres termes, tout ce qui émane de la figure de Gabriel García Márquez reçoit un accueil favorable, qu’il s’agisse de rééditions de l’œuvre du Prix Nobel, de publications de travaux de recherche ou de récits d’autres auteurs dans lesquels il apparaît comme protagoniste.

  • 6 « différences culturelles » (TdA). Herrero-Olaizola, Alejandro, « Se vende Colombia. Un país en d (...)
  • 7 En ce sens, nous affirmons ici le tournant radical qu’a subi une de nos hypothèses de départ. Con (...)

6Alfaguara et Planeta comptent sur leurs contrats avec les écrivains les plus visibles de la littérature colombienne contemporaine du fait de la valeur et de la qualité de leurs textes mais aussi du fait des blocs thématiques constituant la majeure partie de leur narrative : ils restent, en effet, en lien avec l’horizon d’attente non seulement du lecteur universel mais aussi des maisons d’édition qui les publient et les diffusent. Les Éditeurs internationaux font preuve d’une propension à mettre en exergue les « diferencias culturales »6 comme clé de voûte structurelle des romans. En ce sens, l’utilisation de la composante du genre – entendu comme littérature écrite par des femmes, comme représentation de personnages féminins de nature complexe et comme construction de récits soutenus par des personnages qui se caractérisent par une sexualité périphérique – devient une constante dans les catalogues de littérature latino-américaine, et concrètement colombienne, mentionnés plus tôt. Si l’histoire de l’édition féminine colombienne nous montre la difficulté et le silence imposé qu’ont dû endurer les auteures tout au long du vingtième siècle pour diffuser leurs œuvres faute d’attrait des maisons d’édition pour les plumes féminines, faute de production de la critique à leur sujet et du peu de tirages de ces œuvres, la composante féminine dans les romans a dorénavant déplacé sa position de la périphérie vers le centre. La composante du genre apparaît emphatisée, dans de nombreux cas, comme produit de l’exotisation et de la fétichisation que les producteurs et les consommateurs culturels du monde entier attendent de la marginalité7.

  • 8 Par éléments paratextuels, nous entendons : des couvertures chargées dans de nombreux cas de sens (...)

7La violence et la périphérie apparaissent également dans La virgen de los sicarios ainsi que dans d’autres œuvres de Fernando Vallejo, dans lesquelles un personnage, alter ego de l’auteur, vit de dramatiques histoires d’amour, de violence, d’homosexualité et de maladie, dans le contexte du narcotrafic à Medellín. Seix Barral, faisant écho à cette tendance, édite deux œuvres qui illustrent la littérature la plus médiatique : Satanás de Mario Mendoza et Rosario Tijeras de Jorge Franco qui reproduisent toutes deux l’esthétique du réalisme cru et qui se composent, une fois de plus, surtout dans le second roman, de la triade du genre, de la violence et du mélodrame. Il nous faut également souligner l’importance du contenu paratextuel de ce type d’éditions qui est utilisé par les Éditeurs afin de renforcer et d’accentuer, de façon symbolique, ce que les lecteurs s’attendent à retrouver8.

8Comme nous pouvons le voir, représenter la marginalité, le genre et la violence au sein des catalogues et des « répertoires culturels » comme autant de réalités caractéristiques et identitaires de la Colombie et de son discours littéraire, et comme des formes thématiques et esthétiques représentatives de ses traits de définition locaux est un acquis notoire. Si nous comparons cette situation avec la tendance post-nationale présente dans un important courant de la littérature latino-américaine actuelle, au travers de laquelle nous irions vers une déterritorialisation des contenus, nous nous trouverions dans le panorama de diffusion de la littérature colombienne dans un contexte mondial face à un cas différent : cela signifie-t-il que la mondialisation et neutralisation des thématiques, des identités et du langage, propres aux tendances actuelles d’édition au niveau mondial ne serait pas applicable ici ? Si l’un des traits caractéristique par excellence de la philosophie des maisons d’édition indépendantes demeure la diffusion des habitudes et travers propres et locaux tant au niveau des thématiques et des atmosphères qu’à celui du langage, nous nous demandons alors quel pourrait bien être le rôle des Éditeurs indépendants quant à la diffusion d’œuvres de littérature colombienne si l’on prend en compte que c’est précisément de cette spécificité que relève ce que le marché éditorial de masse a globalisé et trans-territorialisé. Par conséquent, pouvons-nous affirmer que la ligne de conduite des grands groupes coïncide, dans le cas de la Colombie, avec ceux des labels indépendants ?

Édition indépendante en Colombie : configuration cartographique et lignes thématiques

  • 9 Si nous prenons en considération la controverse qui entoure le concept d’indépendance ainsi que l (...)
  • 10 Gamboa, Santiago, « Editorial norma, adiós », El Espectador, 9 septembre 2011, [http://www.elespe (...)

9Pour répondre à ces questions, nous exposerons la situation du marché éditorial en Colombie afin d’analyser comment les Éditions indépendantes « digèrent » et « combattent » les dynamiques générales des grands groupes éditoriaux9. En 2011, l’édition dans le pays andin est sérieusement ébranlée dans sa structure. En septembre de cette même année, la presse du pays se fait l’écho d’un fait majeur : la firme colombienne Norma, éditrice de Gabriel García Márquez, Andrés Caicedo ou Álvaro Mutis en Amérique latine, qui avait été absorbée par le groupe Carvajal, a décidé d’abandonner la publication de fictions pour se concentrer sur la production de matériel scolaire et de manuels. Le secteur éditorial colombien de diffusion et visibilité internationales, qui disposait d’un catalogue salué par la critique, les auteurs et les lecteurs, laisse alors démunis des auteurs nationaux et internationaux comme Óscar Collazos, William Ospina, Santiago Gamboa ou Ignacio Padilla10.

  • 11 Gómez, Martín, « La independencia en la edición colombiana: ¿una fuente de valor añadido o un sim (...)

10L’entreprise colombienne consacrée à la divulgation et commercialisation du livre de tradition majeure en Colombie et l’une de celles qui publie le plus en Amérique latine a donc disparu. Cette situation a entraîné une conséquence avec deux facettes opposées. D’un côté, et c’est là la conséquence plaisante, la Colombie se trouve dans une situation qui a permis l’enrichissement de l’« écosystème » littéraire et culturel du pays11. Le revers de la médaille c’est que les filiales étrangères des grands groupes internationaux en Colombie en ont tiré profit en s’appropriant de nombreux fruits du travail de Norma et en incorporant à leur catalogue un grand nombre d’auteurs qui s’étaient retrouvés désemparés suite à la diaspora générée par la disparition du groupe. Ces cinq dernières années, nous avons assisté à une croissance de l’Édition indépendante, tant par le nombre de labels que par la présence dans le circuit culturel du livre de noms déjà consolidés, qui démontrent l’envie de répondre aux besoins et à l’horizon d’attente d’un public et d’un type de lecteur plus choisi, spécialisé et spécifique.

  • 12 Ibid., p. 5-6.

11Respectant la structure de la classification proposée par Martín Gómez, nous pouvons citer, parmi les maisons d’édition les plus représentatives, trois grandes strates12 que nous avons groupées par date de création, traits caractéristiques de leur idéologie et nature de leurs catalogues. Les Éditions Común Presencia et El Áncora Editores, récemment disparue, sont des groupes culturels qui ont passé près de trente ans à travailler sur des catalogues riches et variés. Dans une tentative pour se positionner face à un lecteur instruit-professionnel, à la culture élitiste et à l’importance de l’esthétique littéraire, ces Éditeurs ont créé des collections parmi lesquelles se démarque Los conjurados, fondée en 2001 par Común Presencia, grâce à laquelle près d’une centaine de titres a été diffusée misant sur la récupération de la variété générique face à la consécration du roman. Témoignage, poésie, conte, essai, roman et chronique représentent une combinaison d’auteurs de grands classiques de la littérature universelle et d’autres écrivains moins accessibles (Común Presencia, Web). De la même façon, El Áncora, dans sa tentative de promotion de la pensée critique, nous a légué un catalogue où sont parus des auteurs, de Quevedo, Shakespeare, Conrad et Rimbaud, à des figures angulaires de l’histoire de la littérature colombienne qui offrent identité et pluralité à leur discours national comme Hernando Téllez, Cepeda Samudio, Eustasio Rivera ou Candelario Obeso, grand représentant de la poésie afro-descendante du pays.

12Une deuxième strate correspond à des Maisons d’édition plus récentes et de grand rayonnement telles que Tragaluz Editores, Sílaba, Babel, La Carrera Editores, Laguna Libros, Destiempo, Angosta Editores ou El Peregrino. La première Tragaluz Editores se démarque non seulement du fait de sa croissance importante depuis sa création en 2005 mais aussi du fait de l’originalité de ses propositions artistiques et thématiques. Suivant la tendance commune aux firmes indépendantes émergentes, elle reprend la notion du « livre-objet » qui, tel un trésor à préserver se transmet de génération en génération. Elle se spécialise ainsi dans la création de livres illustrés, pas nécessairement des livres de jeunesse, avec un design et une édition soignés. Sílaba Editores, créée elle aussi à Medellín en 2009 par Lucía Donadío, mérite une mention spéciale. En effet, dans le but fondamental de publier des écrivains colombiens contemporains et, concrètement, ceux qui vivent à l’étranger, elle présente une liste d’auteurs qui participent à ses onze collections. Grâce à celle-ci, elle fait face à la dynamique et la concurrence des grands Éditeurs13.

  • 14 « boîtes en carton jetables » (NdA).
  • 15 « ces vieilles machines auxquelles il reste encore beaucoup à faire et qui, dans le contexte de l (...)
  • 16 Ksenija Bilbija, « El valor de un cartonero en el mercado cultural: iconografías argentinas », Cu (...)

13À partir de 2012 (troisième strate), des « éditions cartonnées », suivant le projet de Washington Cucurto en Argentine, apparaissent également en Colombie avec la publication de textes qui relèvent du domaine public ou dont les droits d’auteurs leur ont été cédés. Amapola Cartonera, qui considère l’art comme un engagement social, utilise cette nouvelle configuration esthétique en tâchant, dans la mesure du possible, de les vider des principes de base du capitalisme et du néolibéralisme afin de diffuser ses œuvres. Ainsi, en organisant des événements culturels, des ateliers littéraires et en participant aux foires du livre, elle promeut la publication de nouveaux auteurs ou ceux pour qui le marché éditorial n’est pas facile d’accès. Le projet, encouragé par Carlos Baena Echeverry, diffuse ses objets artistiques à l’aide de « las cajas de cartón de usar y botar »14 et « aquellas viejas máquinas a las que les queda mucho por hacer, y que en el contexto de la impresión digital […] han sido desplazadas […] por la tecnología »15 (Amapola Cartonera, Web). Il en résulte la création d’objets esthétiques uniques et originaux, qui conjuguent littérature et arts plastiques et dont émane le concept d’art relationnel c’est-à-dire d’art considéré comme produit de la communication interpersonnelle16.

  • 17 « fétichisation des réalités catastrophiques romancées » (NdA). Rueda, María Helena, « Dislocacio (...)
  • 18 « sans origine ni conséquence […] détachées de leur contexte local […] classées en une poignée de (...)

14Après avoir étudié les catalogues les plus solides et les plus définis de ces Éditeurs indépendants, nous pouvons observer que la violence et l’identité continuent, effectivement, d’être une constante dans la sphère éditoriale indépendante aussi. Dans des maisons d’édition comme Laguna Libros, El Peregrino ou La Carreta Editores, nous trouvons des collections et des textes dédiés à l’histoire violente du pays. Cela peut nous laisser supposer que les petites maisons d’édition indépendantes aussi bien que les grands groupes éditoriaux publient des ouvrages marqués, dans le cas de la littérature colombienne, par des traits territoriaux. La différence la plus substantielle en ce sens entre les catalogues propres aux holdings étrangères et ceux des éditeurs indépendants réside en ce que ces premiers mènent à bien une appropriation des caractéristiques locales, des lieux communs ou des topiques typiques de la culture colombienne afin de configurer, promouvoir et vendre leurs best-sellers. María Elena Rueda s’est référée à ce processus en terme de « fetichización de las realidades catastróficas noveladas »17. Elle le fait néanmoins d’une manière disloquée, dissociée et décontextualisée comme si celui-ci était venu au monde « sin origen ni consecuencias […] desligadas de su contexto local […] clasificadas en un puñado de categorías generales cuyo impacto reside más en el dramatismo de las escenas descritas que en la relación de sus efectos o consecuencias »18. Dans un second temps, il nous faut apprécier la propension globale de ces maisons d’édition internationales à construire des romans avec des personnages anti-héroïques qui sont le centre des fictions, ce qui crée un halo de fascination des lecteurs et atténue, de façon frivole pour beaucoup de critiques et d’intellectuels, les faits perpétrés par les bourreaux – qu’ils soient guérilleros, paramilitaires ou narco-trafiquants –. Certains d’entre eux portent leur propre nom : le mythique Pablo Escobar est le personnage de nombreux romans.

  • 19 « sicaresque » (NdA).

15Les éditeurs indépendants en Colombie s’éloignent en grande partie de cette violence marginale, alarmiste et mélodramatique ; de cette sicaresca19 – comme l’a rebaptisée l’écrivain Héctor Abad Faciolince. Ils créent des catalogues dans lesquels l’identité est encore plus plurielle, variée et diverse, et dans lesquels la violence apparaît davantage comme composante historique et conséquence sociale que comme un moyen morbide de toucher le lecteur universel qui ne s’identifie pas nécessairement à la problématique réelle du contexte colombien. Trois exemples suffisent à le démontrer. Memoria por correspondencia, parue chez Laguna Libros et plus tard en Espagne chez Libros del Asteroide, est une œuvre épistolaire qui présente la correspondance de la peintre colombienne Emma Reyes avec Germán Arciniegas. Elle y relate la torture de son enfance qu’implique une jeunesse dans la Colombie du début des années vingt réprimée par le système ecclésiastique. Les lettres, loin de tout sensationnalisme, du sang et des élucubrations, adoptent un style serein et suggestif qui est mis en relief par son lyrisme, par l’emploi du rire comme manifestation de la critique – dans le sens du concept de « Carnavalisation » de Bakhtine – et par l’expression de la douleur personnelle et intimiste. Le second exemple est la publication de textes représentatifs de La Violence en Colombie par de nombreuses maisons d’édition indépendantes. El Peregrino Libros compte, par exemple, dans son catalogue l’œuvre d’Arturo Echéverri Mejía, Marea de Ratas. Ce texte représentatif, loin de relater des faits explicites d’assassinats, de sang, de tortures et de mort, présente la violence comme une atmosphère où plane la menace. Le dernier cas que nous allons évoquer à ce sujet est un texte peut-être sui generis dans ce contexte mais qui reproduit à la perfection la différence entre le « local » qui se mondialise, c’est-à-dire cette identité volée, décontextualisée et exportée, et le « local-vraiment local » qui exprime réellement de façon très fidèle le contenu identitaire, non plus d’un pays mais d’une région déterminée. Le livre de contes pour enfants, Bufeo y Pelusa, publié lui aussi par El Peregrino, s’inspire de la faune colombienne afin de représenter deux stéréotypes sociaux du pays : le caractère tranquille et calme des habitants de l’intérieur des terres, à travers le personnage de Bufeo, tortue charbonnière à pattes rouges, et le tempérament naturellement gai et blagueur des habitants du sud, à travers le personnage de Pelusa, dauphin rose de l’Amazone (Peregrino, Web). Ce dernier exemple nous semble significatif de la défense et de la diffusion d’autres formes des spécificités nationales à travers la représentation des espaces naturels et la revendication de la diversité identitaire propre à un pays aussi vaste que la Colombie. Il implique également la consécration d’une autre des tendances actuelles de l’Édition indépendante colombienne : le pari sur des genres moins canoniques, comme la littérature de jeunesse.

  • 20 Gómez, op. cit., p. 5.
  • 21 « Alliance Internationale d’Éditeurs Indépendants » (NdA).
  • 22 « contrats et la [célébration] d’alliances à des fins associatives ou commerciales avec les résea (...)
  • 23 Foire Internationale du livre de Bogotá (NdA).

16Cependant, cette coexistence des monstres éditoriaux, qui ont chaque jour plus de place et de poids du fait de l’agressivité de leurs campagnes de promotion, et du secteur indépendant dans la commercialisation du livre colombien (Larraz, 2014) fait qu’il existe, aujourd’hui encore, des risques quant à la viabilité des petites maisons d’édition en termes de marché. Face à cette situation, en vue d’éloigner ce risque et dans un souci de développement de leur présence dans les foires du livre, les instances académiques et les activités culturelles autour du livre20, les maisons d’édition indépendantes colombiennes ont mené à bien une politique d’associationnisme à plusieurs niveaux. Du point de vue de la distribution, des regroupements se sont créés, comme La Diligencia chargée de promouvoir les œuvres de quelque 16 labels. À plus grande échelle, c’est le modèle des corporations espagnoles, tel que le groupe Contexto ou encore le Grup 62, qui s’est implanté grâce à l’instauration de deux grandes associations d’Éditeurs. La Red de Editoriales Independientes Colombiana (REIC) apparaît dans le panorama national en 2008. Elle a pour but de « soutenir » les Éditeurs indépendants et pour objectif de se différencier des grands groupes éditoriaux et de créer un espace culturel qui fonctionne comme un symbole de l’ « identité nationale ». Associée à la Alianza Internacional de Editores Independientes21, la REIC réunit dans ses rangs 12 maisons d’édition – dont Babel, La Carreta, Diente de León, La Iguana Ciega, Pluma de Mompox ou Taller de Edición Roca –. Toutes se soucient de l’ « excellence » et de la « qualité », et du rôle de l’éditeur comme d’un agent culturel majeur dans la société et la configuration de l’art et de la littérature. Ces labels travaillent à la construction de voies de collaboration et d’échange, tant avec les différents maillons de la chaîne de production – éditeurs, distributeurs et libraires – qu’avec la réalisation de « contratos y [celebración] de alianzas para fines asociativos o comerciales con las redes o editoriales de otros países »22 – parmi lesquels l’Espagne – (REIC, Web). Pour sa part, la Ruta de la Independencia, groupement le plus récent de maisons d’édition et de librairies indépendantes, réunit douze éditeurs – parmi lesquels Laguna Libros, El Peregrino, Tragaluz, Editorial Robot et Rey Naranjo – qui ont commencé leur parcours pour répondre à un besoin : pouvoir participer à la Feria Internacional del Libro23 de Bogotá en 2012. Depuis sa création, sa croissance est telle qu’elle est aujourd’hui représentée au sein du conseil d’administration de la Cámara Colombiana del Libro.

  • 24 Siendones, Sergi, « Leerse con fervor », La Vanguardia-Cultura, 11 juin, 2014, p. 15. « L’Espagne (...)

17Si les catalogues de ces groupes, leur philosophie et leurs intérêts revêtent un caractère disparate, ils semblent néanmoins se rejoindre sur trois grandes idées. En premier lieu, tous misent sur des genres qui pourraient être considérés comme « subalternes » ou « expérimentaux » – comme ceux dérivés de l’autobiographie, de la bande dessinée, des romans graphiques – et sur d’autres délaissés par les grands groupes internationaux – nouvelles, poésie, chroniques, livres historiques et œuvres dramatiques. En seconde lieu, ils aspirent à offrir une place à des œuvres qui, bien que s’inscrivant dans le champ national et donnant une voix à l’identité, le fassent à partir d’une esthétique inédite et constructive. Pour ce faire, elles proposent des personnages convaincants, des langages suggestifs et soignés et des intrigues qui évitent les pièges du modèle apocalyptique, des esthétiques du mal comme unique alternative et de l’exacerbation de l’exotisme. Enfin, leur troisième idée consisterait à « ouvrir une brèche » dans la « tutelle » éditoriale péninsulaire d’œuvres en espagnol créées sur le continent américain. De cette manière, l’objectif serait de créer un réseau de marchés indépendant et suffisamment robuste pour permettre que le capital symbolique n’ait pas à passer par l’Espagne pour devenir prestigieux, reconnu et visible. Il ne s’agirait pas d’aller à l’encontre du marché espagnol en général mais, comme l’affirment les membres de El Peregrino Editores, de rappeler que « España no es una abstracción, son sus multinacionales las que balcanizaron nuestro mercado. Pero por fortuna existen cientos de editoriales pequeñas en España, un país que no es enemigo, a quienes admiramos y pensamos como aliadas24. »

  • 25 Cf. le catalogue de Sílaba Editores.
  • 26 « Ancrés dans la question nationale, ils menaient à bien une esthétique inédite et forte de propo (...)

18En continuant dans cette veine thématique, nous réalisons que nombre des maisons d’édition indépendantes espagnoles qui publient des œuvres colombiennes dans la péninsule le font en s’écartant tant des figures hégémoniques et consacrées (Vallejo, Abad, Restrepo, Mendoza, Gamboa, Franco, etc.) que de cette appropriation des caractéristiques locales qui entraînent les traits considérés comme nationaux au paroxysme du manichéisme. En novembre 2015, dans une interview qui lui était consacrée, Fabio Rodríguez Amaya affirmait que la meilleure littérature colombienne du moment continuait d’être marginale. Le critique citait ainsi Luis Fayad, Marvel Moreno, Ramón Illán Bacca, Julio Olaciregui, Pablo Montoya ou Consuelo Triviño, la plupart d’entre eux édités en Colombie par des labels indépendants25. À cette liste, il ajoutait Roberto Burgos Cantar – Seix Barral –, ou Evelio Rosero – Tusquet et Destiempo en Colombie – qui « insertados en lo nacional llevaban a cabo, diferenciándose así de las tendencias del momento, una estética inédita y propositiva »26. La plupart de ces écrivains ont publié une de leurs œuvres chez un éditeur indépendant de l’un et/ou l’autre côté de l’Atlantique. Consuelo Triviño et Luis Fayad en sont la preuve : ils ont édité une grande partie de leur œuvre dans des maisons d’édition indépendantes espagnoles comme La Mirada Malva (Prohibido salir a la calle et Testamento de un hombre de negocios) ou Alfaqueque Ediciones (Los parientes de Ester). En Espagne, la maison d’édition indépendante Libros de Asteroide se démarque aussi car, comme nous l’avons mentionné plus tôt, elle a récemment réédité Memoria por Correspondencia d’Emma Reyes. De même, la Editorial Periférica compte à son actif des publications représentatives de cette question. Ce label constitue d’ailleurs le porte-voix de la toute nouvelle littérature colombienne en Espagne. Deux auteurs se distinguent : Octavio Escobar Giraldo, qui a gagné le prix Novela Negra de Colombie en 1995 avec Saide, et Joni B avec son œuvre Maldito planeta azul, auteur qui est également le cofondateur de la maison d’édition colombienne Robot, l’un des labels de la Ruta de la Independencia. Enfin, nous soulignons, chez Periférica, le travail de Juan Cárdenas (Popayán, 1978) dont la littérature se situe dans la lignée des propositions émergentes les plus prometteuses de l’écriture narrative latino-américaine récente. Comme il est l’un des paris les plus fréquents dans la sélection de jeunes auteurs, comme la liste du Bogotá 39, et l’un des objets d’étude les mieux reçus par la critique avec ses derniers romans, il a choisi de publier la totalité de son œuvre chez des indépendants de Colombie et d’Espagne ; c’est là un élément d’une prise de position dans le champ littéraire et un moyen de résistance face aux dynamiques des groupes internationaux.

Tableau 1

Éditeurs consolidés avec des catalogues riches et variés

Común Presencia, El Áncora Editores

Maisons d’édition plus récentes et de grand rayonnement

Tragaluz Editores, Sílaba, Babel, La Carreta Editores, Laguna Libros, Destiempo, Angosta Editories, El Peregrino

Associations d’éditeurs

La Diligencia, Red de Editoriales Independientes Colombiana, Ruta de la Independencia

Maisons d’édition indépendantes espagnoles

La Mirada Malva, Alfaqueque Ediciones, Libros del Asteroide, Editorial Periférica

Maisons d’édition et éditions par catégorie en Colombie

Source : élaboration personnelle.

Conclusion

19Après cette approche cartographique de l’édition et de la représentation de la littérature colombienne, nous concluons cet article en soulignant comment, dans un contexte qualifié de post-national, la littérature colombienne n’en finit pas d’être consommée au niveau mondial depuis le paradigme identitaire, tout comme se sont déplacées les attentes des lecteurs de l’époque du Boom. La majorité des maisons d’édition internationales promeut, cherche et divulgue des lieux communs en lien avec la guérilla, le narcotrafic, la prostitution et des personnages construits sous la bannière esthétique de la marginalité et du queer, en s’aventurant dans un espace qui auparavant était occupé par des espaces mythiques issus de l’esthétique du réalisme magique. La question est donc de savoir dans quelle mesure cette situation est seulement la résultante du marketing actuel ou si, au contraire, elle est le reflet de la tendance naturelle et innocente de nombre d’écrivains contemporains confrontés à la page blanche. La contribution et la perspective littéraire offertes, dans ce sens, par les maisons d’édition indépendantes, en Espagne et en Amérique latine, peuvent façonner une forme de résistance face à ces pratiques qui appauvrissent la diversité thématique et qui réduisent sa valeur littéraire. Leur activité s’avère déterminante quant à l’enrichissement dudit panorama, sans interférer avec le matériel présent mais en diversifiant, avec de nouvelles propositions esthétiques et de nouvelles alternatives, le puzzle d’images de l’identité de la Colombie et de sa littérature.

Haut de page

Bibliographie

Bolívar, Ileana, « Entrevista, Lucía Donadío », Libros y letras, 2014, [http://www.librosyletras.com/2014/09/entrevista-lucia-donadio.html (consulté le 12/02/2018)].

Ksenija Bilbija, « El valor de un cartonero en el mercado cultural: iconografías argentinas », Cuadernos del CILHA, 15, 25, 2014, p. 137-155.

Gallego Cuiñas, Ana, « El valor del objeto literario », Literatura y mercado global en español, Ínsula. Revista de Letras y Ciencias Humanas, nº 814, octubre, 2014, p. 2-5.

Gamboa, Santiago, « Editorial norma, adiós », El Espectador, 9 septembre 2011, [http://www.elespectador.com/opinion/editorial-norma-adios (consulté le 19/06/2016)].

Gómez, Martín, « La independencia en la edición colombiana: ¿una fuente de valor añadido o un simple eslogan? », Boletín cultura y bibliográfico, vol. XLVIII, 86, 2014, p. 15-28.

Herrero-Olaizola, Alejandro, « Se vende Colombia. Un país en delirio: El mercado literario global y la narrativa colombiana reciente » Symposium: A Quarterly Journal in Modern Literatures, 61:1, 2007, p. 43-56.

Larraz, Fernando, « ¿Un campo editorial ? Cultura literaria, mercados y prácticas editoriales entre Argentina y España », Cuadernos del CILHA, 15, 25, 2014, p. 123-136.

Manjarrés Freyle, Annabell, « El reto anticipador de Cepeda Samudio. Entrevista a Fabio Rodríguez Amaya », Aurora Boreal, 2015 [http://www.auroraboreal.net/actualidad/entrevistas/2222-el-reto-anticipador-de-cepeda-samudio (consulté le 20/06/2016)].

Manrique Sabogal, Winston, « Escritores de Colombia analizan la nueva literatura de su país », El País, 11 novembre 2003.

Padilla, Ignacio, « Independientes. Editoriales, experiencia y capitalismo », Gallego Cuiñas, Ana (ed.), Entre la Argentina y España. El espacio transatlántico de la narrativa actual, Madrid, Iberoamericana-Vervuert, 2012, p. 243-266.

Rueda, María Helena, « Dislocaciones y otras violencias en el circuito transnacional de la literatura latinoamericana », Literatura y globalización. Revista de Crítica Literaria Latinoamericana, nº 69, 2009, p. 69-90.

Sánchez-Prado, Ignacio M., América Latina en la “literatura mundial” (ed.), ­Biblioteca de América, Universidad de Pittsburgh, 2006.

Siendones, Sergi, « Leerse con fervor », La Vanguardia-Cultura, 11 juin 2014, p. 15.

Web Amapola Cartonera [http://amapolacartonera.blogspot.com.es (consulté le 12/02/2018)].

Web Común presencia [http://comunpresenciaeditores.blogspot.com.es (consulté le 12/02/2018)].

Web El Peregrino Ediciones [http://www.elperegrinoediciones.com (consulté le 12/02/2018)].

Web Red de Editoriales Independientes Colombianas [https://www.alliance-editeurs.org/red-de-editoriales-independientes?lang=es (consulté le 12/02/2018)].

Haut de page

Notes

1 « La littérature colombienne d’après le Boom ». (Traductions en note de bas de page de l’auteur.)

2 « histoires dans lesquelles la violence ne serait pas la protagoniste » (TdA)

3 « Le monde éditorial doit court-circuiter la norme selon laquelle seuls les auteurs latino-américains édités en Espagne seraient publiés sur le continent » (TdA). Manrique Sabogal, Winston, « Escritores de Colombia analizan la nueva literatura de su país », El País, 11 novembre 2003.

4 Gallego Cuiñas, Ana, « El valor del objeto literario », Literatura y mercado global en español, Ínsula. Revista de Letras y Ciencias Humanas, 814, octubre 2014, p. 2-4; Sánchez-Prado, Ignacio M, América Latina en la “literatura mundial” (ed.). Biblioteca de América, Universidad de Pittsburgh, 2006, p. 9-16.

5 Padilla, Ignacio, « Independientes. Editoriales, experiencia y capitalismo », in Gallego Cuiñas, Ana (ed.), Entre la Argentina y España. El espacio transatlántico de la narrativa actual, Madrid, Iberoamericana-Vervuert, 2012, p. 243.

6 « différences culturelles » (TdA). Herrero-Olaizola, Alejandro, « Se vende Colombia. Un país en delirio: el mercado literario global y la narrativa colombiana reciente », Symposium: A Quarterly Journal in Modern Literatures, 61:1, 2007, p. 46.

7 En ce sens, nous affirmons ici le tournant radical qu’a subi une de nos hypothèses de départ. Contrairement à ce que nous pensions en amorçant notre réflexion, la question du genre ne semble pas être liée à l’indépendance : en règle générale, les Éditeurs indépendants ne valorisent pas la publication de « romans de genre » mais les politiques de publication des catalogues que nous avons étudiés normalisent la question et, peut-être comme un mode de résistance, privent les publications d’auteures féminines de la composante exotique et distinctive qui les caractérisent dans les maisons d’édition internationales. Le genre ne serait donc pas l’un des paramètres proposés par les petites maisons d’édition mais ce serait la publication d’œuvres d’auteures féminines qui s’insérerait dans d’autres objectifs des Éditions indépendantes (telles que la nécessité de rééditer des œuvres sorties des catalogues avec une grande valeur pour l’écosystème littéraire du pays, la promotion et la découverte de jeunes écrivains avec un talent littéraire ou la défense d’un des genres littéraires marginaux).

8 Par éléments paratextuels, nous entendons : des couvertures chargées dans de nombreux cas de sensationnalisme (dans Amor enemigo de Patricia Lara, par exemple, apparaît la combinaison picturale d’un cœur brisé sur un fond où dominent les couleurs de l’uniforme de guerre dans son édition chez Seix Barral, et une balle sérigraphiée avec un cœur sur fond de roses rouges, dans son édition chez Planeta), des textes de quatrième de couverture signés par des figures d’autorité, des rubans apposés sur les romans qui interpellent et reproduisent des critiques réductionnistes et décontextualisées ainsi que des titres comme Narcolandia de Virginia Messi et Juan M. Bordón ou El país que se hizo a tiros de Gonzalo España qui relient directement le pays dont ils parlent avec la violence et le narcotrafic.

9 Si nous prenons en considération la controverse qui entoure le concept d’indépendance ainsi que la prolifération, pas toujours justifiée, qu’a connue le terme, nous considérons dans ce travail comme maisons d’édition indépendantes les labels qui travaillent en marge des grandes holdings, qui se démarquent des exigences d’un marché en occupant des créneaux négligés par les grands groupes, qui favorisent le développement d’autres voies dans le secteur et qui offrent des propositions esthétiques qui, en général, tendent à produire des textes littéraires qui, dans le contexte de l’Édition mondiale, seraient restés invisibles.

10 Gamboa, Santiago, « Editorial norma, adiós », El Espectador, 9 septembre 2011, [http://www.elespectador.com/opinion/editorial-norma-adios (consulté le 19/06/2016)].

11 Gómez, Martín, « La independencia en la edición colombiana: ¿una fuente de valor añadido o un simple eslogan? » Boletín cultura y bibliográfico, vol. XLVIII, nº 86, 2014, p. 15.

12 Ibid., p. 5-6.

13 Bolívar, Ileana, « Entrevista, Lucía Donadío », Libros y letras, 2014, [http://www.librosyletras.com/2014/09/entrevista-lucia-donadio.html (consulté le 12/02/2018)].

14 « boîtes en carton jetables » (NdA).

15 « ces vieilles machines auxquelles il reste encore beaucoup à faire et qui, dans le contexte de l’impression digitale […], ont été détrônées […] par la technologie » (NdA).

16 Ksenija Bilbija, « El valor de un cartonero en el mercado cultural: iconografías argentinas », Cuadernos del CILHA, 15, 25, 2014, p. 137-155.

17 « fétichisation des réalités catastrophiques romancées » (NdA). Rueda, María Helena, « Dislocaciones y otras violencias en el circuito transnacional de la literatura latinoamericana », Literatura y globalización. Revista de Crítica Literaria Latinoamericana, nº 69, 2009, p. 42.

18 « sans origine ni conséquence […] détachées de leur contexte local […] classées en une poignée de catégories générales dont l’impact réside davantage dans le dramatisme des scènes décrites que dans la relation de ses effets ou conséquences » (NdA). Ibid, p. 42.

19 « sicaresque » (NdA).

20 Gómez, op. cit., p. 5.

21 « Alliance Internationale d’Éditeurs Indépendants » (NdA).

22 « contrats et la [célébration] d’alliances à des fins associatives ou commerciales avec les réseaux ou maisons d’édition d’autres pays » (NdA).

23 Foire Internationale du livre de Bogotá (NdA).

24 Siendones, Sergi, « Leerse con fervor », La Vanguardia-Cultura, 11 juin, 2014, p. 15. « L’Espagne n’est pas une abstraction, ce sont ses multinationales qui ont balkanisé notre marché. Mais, heureusement, il existe des centaines de petites maisons d’édition en Espagne que nous admirons et que nous considérons comme des alliées, un pays qui n’a rien d’un ennemi. » (NdA)

25 Cf. le catalogue de Sílaba Editores.

26 « Ancrés dans la question nationale, ils menaient à bien une esthétique inédite et forte de propositions, se distinguant ainsi des tendances du moment. » (NdA) Manjarrés Freyle, Annabell, « El reto anticipador de Cepeda Samudio. Entrevista a Fabio Rodríguez Amaya », Aurora Boreal, 2015, [http://www.auroraboreal.net/actualidad/entrevistas/2222-el-reto-anticipador-de-cepeda-samudio (consulté le 20/06/2016)].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginia Capote Díaz, « Périphérie et identité locale ? »Caravelle, 113 | 2019, 77-90.

Référence électronique

Virginia Capote Díaz, « Périphérie et identité locale ? »Caravelle [En ligne], 113 | 2019, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 09 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/6514 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caravelle.6514

Haut de page

Auteur

Virginia Capote Díaz

Université de Cambridge

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals