Navigation – Plan du site
Dossier 2 - Les marchés de la littérature du XXIe siècle

Traduction domestique : un marché glocal pour la poésie en espagnol

Azucena G. Blanco et Erika Martínez
p. 91-104

Résumés

Ces dernières années, le discours sur la littérature comparée s’est vu transformé par le débat sur les rapports entre littérature, marché et mondialisation. Des théoriciens comme D. Damrosch (littérature mondiale), G. Spivak (planétarité), Pascale Casanova (La Langue mondiale) ou L. Venuti (traduction et mondialisation), entre autres, ont contribué à ce débat depuis des perspectives différentes. Notre objet sera d’analyser, dans ce cadre théorique et depuis la périphérie (paroissialisme), un exemple de littérature, marché et traduction comme résistance/domestication à la tendance homogénéisatrice de la mondialisation que nous avons appelée traduction domestique. La traduction dialectale de poésie en espagnol nous permet d’aborder un cas fondamental des mouvements de la littérature sur le marché de ce que l’on appelle glocalisation comme alternative effective à la globalisation.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour la référence bibliographique Szpilbarg, Daniela, « La vuelta al libro: Representaciones de editores “artesanales” sobre la industria editorial », Afuera. Estudios de Crítica Cultural, año V, nº 9, noviembre de 2010 [http://editorialfunesiana.blogspot.com/2012/05/la-vuelta-al-libro-representaciones-de.html] le lien mentionné dans le pdf papier n'est plus actif. Nous avons mis à jour l'url sur la version électronique.

Texte intégral

Littérature pour un monde sans domicile fixe

1Après la Seconde Guerre mondiale, et face à l’horizon d’un Occident désarticulé, Ernst-Robert Curtius énonce sa « Phénoménologie de la littérature » comme une tentative de reconstituer le puzzle récemment parti en morceaux. Il se centrait certes sur la littérature européenne mais son projet possédait également une approche pleinement universaliste. Rappelons ce qu’il écrivait dans la deuxième édition de 1954 :

  • 1 C’est nous qui soulignons. Curtius, E. R., La littérature européenne et le Moyen Âge latinEur (...)

Ce livre ne vise pas que des buts scientifiques, il témoigne aussi d’un souci de maintenir la civilisation occidentale. Il essaye d’éclairer, au moyen de méthodes nouvelles, l’unité de cette tradition dans le temps et dans l’espace. Dans le chaos intellectuel de l’époque présente, il est devenu nécessaire, et possible, de démontrer cette unité des traditions culturelles de l’Occident, mais cela ne peut se faire qu’en partant d’un point de vue universel ; or c’est ce point de vue que nous offre la latinité. Le latin a été la langue culturelle des treize siècles qui séparent Virgile de Dante. Sans cet arrière-plan latin, on ne saurait comprendre les littératures populaires du Moyen-Âge1.

  • 2 Spivak, G., Death of a discipline, New York, Columbia University Press, 2003.

2De cette manière, E. R. Curtius esquissait le rapport entre les traditions culturelles de l’Occident et leur latinité comme une voie pour la reconstruction de l’identité d’une Europe dévastée suite à la Seconde Guerre mondiale. Universalisme et Occident mettent en évidence un chemin qui est habituel dans le développement de la littérature universelle jusqu’à l’introduction des courants postcoloniaux à la fin du xxe siècle, représentés par des auteurs comme Homi K. Bhabha ou Gayatri Spivak. Si la plupart des approches comparatistes d’une littérature mondiale font allusion à cet héritage immédiat, nous pouvons affirmer que dans de nombreux cas elles s’éloignent de cette prétention eurocentrique et impliquent l’ouverture d’une perspective plus globale ou planétaire dans le sens où G. Spivak définissait le terme dans Death of a discipline2.

  • 3 Pour un développement de ces questions théoriques, voir G. Blanco, Azucena, « Translation studies (...)
  • 4 Culler, J., « Whiter Comparative literature? », Comparative Critical Studies, vol. 3, 1-2, 2006, (...)

3La nouvelle dénomination en aucun cas fortuite de « littérature mondiale » ou « littératures du monde » réunit deux sphères que l’on envisage généralement depuis des disciplines distinctes, à savoir la littérature et le monde. Les études sur la littérature universelle ne sont d’ailleurs pas nouvelles, à la différence du débat autour duquel s’est développée ces dernières années ce que l’on appelle la « littérature mondiale ». C’est précisément l’analyse des approches successives des relations entre la littérature et le monde qui éclaire des aspects fondamentaux de cette transformation de la littérature universelle dans la « littérature mondiale » récente3. Pour être plus cohérent avec les domaines disciplinaires, une dénomination comme « littérature générale » aurait été plus probable ; celle-ci apparaît cependant aussi dans le concept de littérature mondiale, une généralité tout aussi problématique, comme l’a souligné J. Culler, dans laquelle la généralité de la « littérature mondiale » serait guidée davantage par des modèles bureaucratiques que par des modèles académiques ou intellectuels, à l’instar des critères bureaucratiques d’« excellence », sans contenu spécifique, qui sont en train de réorganiser l’université aux États-Unis4. De son côté, la référence au concept de « Monde » est très large et dans son analyse nous pouvons souligner certaines de ses acceptions possibles qui marqueront le développement de ce travail :

    • 5 Ette, O., Literatura en movimiento: espacio y dinámica de una escritura transgresora de fronteras (...)

    Une référence géographique. Cette mondialisation a sans doute la volonté de contredire, d’une part, la vieille dichotomie entre Orient et Occident et, d’autre part, des littératures nationales. Cette critique de l’espace géographique littéraire donne place à une nouvelle réflexion sur l’importance des littératures sans domicile fixe – comme les a définies Ottmar Ette –5, des littératures migratoires, de la littérature de voyage, etc., dans la formation des identités que l’on a appelées nationales. Ces études permettent d’envisager les rapports entre littérature et traduction avec de nouvelles perspectives, car la traduction est, sans aucun doute, ce qui permet de passer les frontières comme une « transposition d’un lieu à un autre ». La traduction représente enfin un voyage entre les langues, une négociation, une médiation interculturelle, un processus transculturel, selon Susan Bassnett.

    • 6 Ette, O., Literaturwissenschaft als Lebenswissenschaft: Eine Programmschrift im Jahr der Geistesw (...)

    Mais le monde est également une référence à l’espace habitable organique, au foyer, la littérature dans l’espace vital. La littérature est ainsi un entreposage de connaissances sur la vie, du savoir sur la vie, voire un artefact qui agit sur les vies et sur le monde. Et, en dernier recours, cette référence souligne une éthique de la littérature en tant que connaissance du savoir sur la vie ; comme l’exposait, entre autres, Ottmar Ette (théorie de la littérature comme science sur la vie/science aidant à la survie, « Literaturwissenschaft als Lebenswissenschaft »6).

  1. Mais dans le terme monde (mondialisation) on lit également tout le contraire, le caractère inhospitalier d’un espace global abstrait et mercantile, sous lequel se produisent entre autres des stratégies de formation du canon, d’identité coloniale, d’exercice de ce que Joseph Nye a appelé soft power dans son livre Bound to Lead: The Changing Nature of American Power (1990) ou de mouvements inégaux d’influence littéraire comme le signalaient, entre autres, Lawrence Venuti (Scandals of Translation, « Globalization », 1998) ou Franco Moretti (« Hypothèses sur la littérature mondiale », 2000).

  • 7 Guillén, C., Entre lo uno y lo diverso. Introducción a la literatura comparada (ayer y hoy), Barc (...)
  • 8 « Editorial » de 452º F. Revista de Teoría de la literatura y Literatura comparada, second numéro (...)

4Nous retrouvons dans le concept de « littérature mondiale » tous ces aspects complexes et contradictoires, et l’on remet ainsi en cause l’immobilisme de l’identité nationale que critiquait déjà le projet même de littérature comparée de Claudio Guillén7, pour citer un exemple, ainsi que des concepts provenant d’autres disciplines comme : « Les concepts de déconstruction (Derrida), post-nationalité (Gabilondo, Castany Prado, Resina), post-colonialité (Bhabha, Said), empire et mondialisation (Negri, Hardt), nomadisme (Gnisci), subalternité (Spivak), ou de l’identité comme rhizome (Deleuze-Guattari)8. » Nous découvrons alors un appel récurrent aux études culturelles, aux études postcoloniales, voire à l’histoire de la littérature, mais également à une idée mondialisatrice de tous les mondes qui intègrent ce « mondial », pour ne pas citer toutes les littératures qui intègrent ce singulier.

Énoncer (depuis) la périphérie : quelconquisation et bibliodiversité

  • 9 Moretti, Franco, « Hypothèses sur la littérature mondiale », in Études de Lettres, nº 258, 2001/2 (...)

5Selon le modèle de Franco Moretti dans « Hypothèses sur la littérature mondiale »9, la littérature mondialisée ressemblerait aujourd’hui davantage au système capitaliste, unifié et inégal, qu’au modèle utopique de Marx et Goethe. Mais la littérature, dans sa capacité non pas de prédire, mais de préfigurer, se présente en même temps comme une alternative au modèle économique mondial et inégalitaire. C’est précisément dans la proposition même de F. Moretti que nous trouvons cette double direction de la « littérature mondiale ». D’une part, F. Moretti semble récupérer l’intérêt pour les propositions formalistes du début du xxe siècle, teintées d’utopisme :

  • 10 Ibid., p. 6.

On définit une unité d’analyse (comme ici le compromis formel) et l’on suit ses métamorphoses dans des contextes variés […].
Je ne m’étais pas attendu à un si large éventail de résultats. J’ai donc été d’abord fort surpris et j’ai réalisé par la suite seulement qu’il s’agissait sans doute de la plus précieuse découverte de toutes, parce qu’elle montrait que la littérature mondiale est effectivement un système – mais un système de variations10.

  • 11 Ibid., p. 8.

6D’autre part, il effectue une analyse du pouvoir lié à la forme. Pour cela il prend comme exemple l’hybridation qu’un genre essentiellement occidental comme le roman a développée. La littérature se présente, conclut F. Moretti, comme un système unique mais pas uniforme11.

  • 12 Nous utilisons ici le terme « périphérie » et nous évitons de cette manière les connotations néga (...)

7Nous partirons précisément de la périphérie de ce système et de la place qu’y occupe la traduction de la poésie, périphérie que nous n’associons pas à la marginalité mais plutôt au concept de paroissialisme face au provincialisme, tel que le conçoivent Patrick Kavanagh et Susan Bassnett12. Vu son très faible rendement économique, l’on peut dire que la poésie (et avec elle la traduction de poésie) constitue une exception dans le fonctionnement de l’industrie éditoriale. Les maisons d’édition de poésie fonctionnent souvent comme de petites et moyennes entreprises qui ont l’ambition dans une certaine mesure d’accéder au marché mondial. Mais elles le font, encore plus souvent, au sein de l’énorme typologie de maisons d’édition informelles, précaires ou artisanales qui possèdent une économie de subsistance et dépendent de l’auto-emploi. Ce caractère exceptionnel de la périphérie est ce qui nous permet de voir comment fonctionnent des dispositifs de résistance que l’on trouve dans d’autres domaines mais ils le font ici de manière plus évidente.

  • 13 Au cours des années 1990 se produit en Argentine une dénationalisation de l’industrie éditoriale (...)
  • 14 Szpilbarg et Saferstein présentent six dimensions du terme : l’indépendant se référant à la taill (...)
  • 15 Le Salon du livre indépendant et auto-édité (Feria del Libro Independiente y Autoeditado, FLIA) d (...)
  • 16 La bibliodiversité est définie comme la diversité culturelle appliquée au domaine du livre. Le te (...)

8La poésie est une production qui génère principalement un capital symbolique. Un capital que dans de nombreux pays les poètes eux-mêmes achètent à l’aide de capital économique, autrement dit, ils paient pour publier. Il faudrait ajouter à cela le fait que d’innombrables recueils de poèmes dont la publication connaît un certain succès dans leur langue d’origine demeurent inédits dans d’autres langues, raison pour laquelle ils sont disponibles pour être traduits gratuitement ou pour un prix modeste. De plus, en raison de cette faible rentabilité économique, un certain type de traductions tire profit de ce phénomène : les traductions de poésie. Bien que la poésie suive une trajectoire à bien des égards similaires à celle d’autres genres littéraires, son statut mercantile est nul ou infime, ce qui pourrait avoir constitué un avantage dans son adaptation à la polarisation progressive de l’industrie éditoriale. Dans le cas concret de l’Argentine, l’industrie éditoriale a vu dès les années 1990 l’apparition d’une quantité considérable de petites maisons d’édition au capital local13, ainsi qu’un processus politique qui les a liées à des logiques culturelles contestataires, accentuées après la crise de 2001. Ces maisons d’édition, considérées régulièrement comme « indépendantes », se sont professionnalisées au cours de la décennie sans cesser pour autant de jouir d’une forte légitimation culturelle14. L’on peut dire que le processus culmine, dans une certaine mesure, en 2006 avec la tenue à Buenos Aires du premier Salon du livre indépendant et autoédité15, et avec la présence en 2010 de l’Argentine comme pays invité au Salon du Livre de Francfort. Une décennie plus tôt, le processus local conflua au niveau international avec un mouvement de protestation contre la concentration éditoriale qui se matérialisa par diverses déclarations présentées devant l’UNESCO en faveur de la diversité culturelle et de la bibliodiversité16.

  • 17 Mazzoni, A., Selci, D., « Poesía actual y cualquierización », Tres décadas de poesía argentina, J (...)

9Dans ce panorama, la poésie éditée en Argentine traverse un processus qu’Ana Mazzoni et Damián Selci ont défini par le terme de quelconquisation (« cualquierización »), pour se référer à l’élargissement progressif de ce que l’on entend par auteur, texte ou même maison d’édition. Un processus qui serait étroitement lié à la prolifération de petites maisons d’édition et revues de poésie comme Siesta, Tsé-Tsé, Eloísa Cartonera, Deldiego, VOX ou Carne Argentina17. Comme l’ont signalé A. Mazzoni et D. Selci, au milieu des années 1990, face à la crise de l’industrie éditoriale et à l’impossibilité d’entrer dans des maisons d’édition jouissant d’une participation même minime sur le marché, apparaît toute une série de nouvelles publications où le style a plus de poids que jamais. Les recueils de poèmes deviennent par conséquent des produits ultra-stylisés, plus que jamais des objets-livres, très souvent à partir de matériaux nobles :

  • 18 Ibid., p. 260.

Cette fragilité, dès lors, conditionne notre lecture et il ne faudrait pas la réduire à une question subsidiaire. Pourquoi ? Parce que d’une certaine manière tous ces livres dont nous parlons doivent être manipulés avec soin : on ne peut pas les plier sans craindre de les abîmer, on ne peut pas les ranger au risque de les perdre ou les confondre avec des papiers sans importance. Ce risque ne peut être nié. L’importance radicale qu’acquièrent la reliure et l’édition nous met face à un matériel qui a une logique propre18.

10Dans la première décennie du xxie siècle, nous trouvons des maisons d’édition comme Retazos dont le catalogue se spécialise dans des essais politiques autour de la problématique des travailleurs boliviens en Argentine et dont les couvertures, uniques et réalisées à la main, sont fabriquées à partir de chutes de textiles utilisés dans des ateliers clandestins (poches défectueuses, morceaux de cuir, restes de manche, etc.). L’on peut dire, dans ce sens, que le style est, dans le cas d’Eloísa Cartonera, la raison d’être du projet éditorial, un projet de fabrication de livres qui utilise tous les restes, les rebuts du travail et de l’industrie, en déplaçant ce qui est bon à jeter au centre de la production, en faisant de l’institution du livre une décharge.

  • 19 Nous utiliserons de manière indistincte la dénomination « castillan » et « espagnol », en nous ré (...)

11Dans le domaine de la traduction en espagnol, la menace sur la bibliodiversité a des conséquences très spécifiques. Cela fait déjà plusieurs décennies que différentes maisons d’édition espagnoles, appartenant à de grands groupes transnationaux, achètent les droits en général d’un roman pour tout le castillan19, en limitant donc les possibilités de traduction d’un même texte. Ce monopole implique que, avant d’être exportés en Amérique latine, soit les livres sont traduits en Espagne, soit on les attribue à des traducteurs latino-américains qui sont soumis à un processus d’édition pour « adapter » leur espagnol.

12Face à ce qui se passe avec le roman, les droits de distribution des traductions de poésie sont souvent signés pour un pays et non pas pour toute la langue castillane. Même dans les cas où les droits sont signés pour tous les pays de langue espagnole, les traductions ne sont pas en général distribuées au-delà d’un seul pays pour la simple raison que cela ne serait pas rentable. La conséquence de cette exception que constitue la traduction de poésie au sein du fonctionnement actuel de l’industrie éditoriale en fait une pépinière de la bibliodiversité dialectale. Si le poète étasunien John Ashbery était romancier, il serait difficile de lire A Wave, comme il est possible de le faire aujourd’hui, dans les traductions de l’Uruguayen Roberto Echavarren et de l’Espagnol Ignacio Infante.

  • 20 Subercaseaux, B., Nación y cultura en América Latina. Diversidad cultural y globalización, Buenos (...)

13Ces maisons d’édition occupent un nœud de résistance dans le réseau mondial. Bernardo Subercaseaux20 signale que l’épaisseur culturelle correspond très souvent à une variété d’origine ethnique ou démographique, ou linguistique (peuples natifs, population indigène, population noire, migrations européennes et du Moyen-Orient). B. Subercaseaux argumente que, si la concentration de l’activité éditoriale s’est traduite par des filiales des firmes transnationales, ces filiales qui ont dans chaque pays une certaine autonomie en termes d’édition sont en même temps strictement contrôlées par la maison mère, dans la mesure où celle-ci leur exige une rentabilité élevée. Les filiales se voient donc obligées de publier des livres qui ont un créneau commercial assuré, de se plier à des critères strictement mercantiles et de bestsellers, en évitant les risques et en laissant de côté la mission culturelle traditionnelle des éditeurs. Face à ce contrôle économique et culturel, seules quelques maisons d’édition indépendantes – qui privilégient l’élément culturel face à l’économique, dans la mesure où elles sont régies par une « éthique de l’éditeur » – se chargent de cette diversité mais avec de graves problèmes et insuffisances dus au manque de politiques publiques et de cadre législatif et fiscal qui incite et soutienne résolument les éditeurs indépendants de chaque pays.

Un marché glocal pour la traduction de poésie en espagnol : le cas des maisons d’édition argentines

  • 21 Venuti, L., The Scandals of Translation. Towards an ethics of difference, Routledge, Londres, 199 (...)
  • 22 Bhabha, Homi K., The Location of Culture, Routledge, Londres/New York, 1994, p. 86.
  • 23 Venuti, ibid., p. 171.

14Le rôle que joue la traduction dans ce nouvel espace mobile de la mondialisation de la littérature est essentiel. Lawrence Venuti argumentait21 que l’on soupçonnait généralement la traduction de domestiquer les textes étrangers, en les inscrivant dans des valeurs linguistiques et culturelles qui sont intelligibles pour la circonscription domestique. Le canon des textes qui sont traduits et les valeurs esthétiques seraient également guidés par des critères de domestication de l’élément étranger, aidant ainsi à la construction de représentations stéréotypées des cultures étrangères. Cependant, la traduction, en raison de son rapport intime à la colonisation, partageait avec celle-ci les possibilités de résistance qui sont inhérentes à l’ambivalence fondamentale du discours colonial22. Les effets de la traduction ne peuvent donc pas être totalement contrôlés ni anticipés23.

15Le cas concret de la traduction de poésie, sur lequel nous reviendrons plus tard dans le cas de la langue espagnole, peut être envisagé comme un exemple évident de ce double rôle que possède la traduction en tant que mécanisme de domestication/résistance. Et cela parce que, face au marché global, les maisons d’édition de poésie travaillent pour la plupart sur le marché que l’on appelle glocal. Le terme glocal vient décentraliser la force homogénéisatrice de la mondialisation et ouvre la possibilité à la « contamination » culturelle, dans le sens où elle défend la simultanéité et coprésence des deux tendances, l’universelle et la particulière. Car, comme l’a expliqué L. Venuti, l’imposition des langues colonisatrices donne lieu à des formes littéraires hybrides dans lesquelles l’auteur natif implique des variétés subversives de traduction. Ces formes littéraires hybrides peuvent s’interpréter comme une combinaison de ce qui est propre et ce qui est étranger, comme « résistance domestique ». Nous partageons l’idée de F. Moretti selon laquelle le système littéraire, qui est un et inégal, ne constitue pas seulement un réseau externe, en dehors du texte, mais qu’il est présent dans la forme même. F. Moretti réalise ainsi la tâche ardue de combiner l’étude des formes, non pas comme une expression de l’Esprit, mais plutôt comme une expression des relations de pouvoir. « Les formes sont la cristallisation de relations sociales : en cela, l’analyse formelle est à sa façon une analyse du pouvoir » (p. 8) : une analyse des variations du pouvoir symbolique d’un lieu à un autre.

16Dans cette perspective, nous pourrions nous arrêter brièvement sur le cas de la traduction d’Alfabet (1981), recueil de poèmes de l’écrivaine danoise Inger Christensen qui est considérée comme l’un des piliers de la poésie nordique du xxe siècle et qui pourtant n’a été traduite en espagnol qu’en 2014, lorsque Sexto Piso a publié une traduction de Francisco J. Uriz. Le premier poème du livre dit ainsi : « L’abricotier existe. L’abricotier existe. » Dès cette ouverture austère, le lecteur hispanophone rencontre un conflit dialectal. La traduction du terme abricot par « albaricoque », conventionnelle en espagnol ibérique, est étrangère, archaïque voire totalement exotique en Argentine, où l’on appelle ce fruit « damasco ». La variante « damasco », utilisée dans de nombreux pays latino-américains et, bien que quelque peu tombée en désuétude, également aux Canaries ou en Andalousie, aurait pu être le choix le plus international, si ce n’est que le mot « albaricoque » s’utilise également dans des pays comme la Colombie ou parce que dans des pays comme le Mexique, ce fruit est appelé « chabacano ». Le fait est que l’original danois dit « abrikostræerne findes, abrikostræerne findes », et en danois la sonorité de « abrikostræerne » est probablement plus étrange que dans aucun pays hispanophone et l’étrangeté de ces mots représente de fait un élément fondamental d’un recueil qui poursuit la cadence d’une invocation rituelle. Au Mexique ou en Argentine, la traduction pourrait être qualifiée de domestique car l’utilisation du terme « albaricoque » y est étrangère. Cette étrangeté dialectale même permet cependant à la traduction de s’approcher de l’effet énigmatique que possédait l’original de Christensen (« abrikostræerne »).

  • 24 Ceci dit, il convient de rappeler que, bien qu’une traduction madrilène soit aussi dialectale qu’ (...)

17Rares sont les occasions où l’existence de traductions de poésie dans différentes variantes régionales de l’espagnol est perçue comme une richesse. En Espagne, les traductions clairement latino-américaines sont fréquemment refusées parce qu’elles produisent une distance gênante avec l’original, ce qui oblige de temps en temps le lecteur espagnol à se mettre à la place où se trouve (au moins dans le cas de la prose) l’immense majorité des lecteurs hispanophones. De l’autre côté de l’Atlantique, les traductions résolument espagnoles sont reçues avec raison comme une forme d’impérialisme. Alors que les traducteurs espagnols jouissent d’une évidente liberté dialectale, les traducteurs latino-américains qui travaillent pour des maisons d’édition espagnoles à vocation internationale font l’objet de pressions pour neutraliser leurs dialectismes24. Ceci dit, de nombreux traducteurs latino-américains conscients de cet impérialisme dialectal ont recours dans leurs œuvres les plus transnationales à un espagnol qui, sans être neutre, privilégie les variantes lexicales et grammaticales les plus communes à tous les hispanophones du monde. Dans le domaine concret de la traduction de poésie, l’écosystème littéraire montre cependant une forte coexistence de deux types d’œuvres : les traductions internationales, faites pour ne pas semer les textes d’interférences dialectales, et les régionalistes, destinées presque toujours à un marché local mais exportables comme résultat tangible de l’épaisseur de l’espagnol.

18Nous trouvons parfois les deux options qui cohabitent dans une même traduction. C’est le cas par exemple de Elegías Doppler (2015), une anthologie de l’écrivain étasunien Ben Lerner, traduite par Ezequiel Zaidenwerg et publiée en parallèle par deux maisons d’édition : Zindo & Gafuri, de Buenos Aires, et Kriller71, de Barcelone. Il est intéressant de voir comment l’espagnol argentin de la traduction originale a été légèrement adapté pour l’édition destinée à l’Espagne et de suivre les traces de ce changement dialectal. L’on peut observer cette même relation translinguistique si l’on compare un poème de Ben Lerner dans les deux éditions :

Tableau 1

Voy a matar al presidente.
Te lo juro. Me rindo. Perdoname.
Soy gay. Estoy embarazado. Me estoy muriendo.
No soy tu papá. Estás despedido.
Despedidas. Me olvidé tu cumpleaños.
Vas a perder la pierna.
Ella se lo buscó.
Se tiró abajo del auto.
Parecía un revólver. Es contagioso.
Ella ya está con Dios.
Auxilio. Yo no tengo un problema.
Me tragué una botella de aspirinas.
Soy médico. Me quiero separar.
Te amo. Andá a cagar. Voy a cambiar
.

Voy a matar al presidente.
Te lo juro. Me rindo. Perdóname.
Soy gay. Estoy embarazado. Me estoy muriendo.
No soy tu papá. Estás despedido.
Despedidas. Me olvidé tu cumpleaños.
Vas a perder la pierna.
Ella se lo buscó.
Se tiró abajo del auto.
Parecía un revólver. Es contagioso.
Ella ya está con Dios.
Auxilio. Yo no tengo un problema.
Me tragué una botella de aspirinas.
Soy médico. Me quiero separar.
Te amo. Vete a la mierda. Cambiaré.

(Zindo & Gafuri)

(Kriller71)

Comparaison de la traduction du poème de Ben Lerner dans les deux éditions Zindo & Gafuri et Kriller71

Source : élaboration personnelle.

  • 25 C’est nous qui mettons l’italique.
  • 26 Pour sa part, L. Venuti considère la capacité subversive de ces traductions et cite l’exemple de (...)

19Entre les deux versions de la traduction l’on peut détecter de petites différences dialectales : dans le deuxième vers du poème de Lerner, l’impératif à la forme « vos » « perdoname » a été remplacé par « perdóname » (perdant ainsi inévitablement l’hendécasyllabe original argentin). Dans le dernier vers, l’on a remplacé non seulement la forme « vos » de « Andá a cagar », mais toute l’expression, au profit d’un « vete a la mierda » international, auquel on a ajouté en outre « cambiaré » (davantage semble-t-il pour une recherche de l’hendécasyllabe que pour des raisons dialectales). Les traces ou interférences qui se produisent dans le troisième et quatrième vers du poème sont plus subtiles : « No soy tu papá. Estás despedido. / Despedidas. Me olvidé tu cumpleaños. » Alors que les vers sont identiques dans les deux versions, l’on pourrait dire qu’en espagnol ibérique il aurait été plus fréquent d’écrire ainsi : « No soy tu padre. Estás despedido. / Despedidas. Me olvidé de tu cumpleaños. » De la même manière le huitième vers aurait pu être remplacé par : « Se tiró debajo del coche25. » Dans cet exemple, le processus d’adaptation n’implique pas du tout l’imposition d’un espagnol ibérique homogénéisateur à la traduction originale mais cela donne comme résultat une forme littéraire dans une certaine mesure hybride que l’on lit comme une variété spécifique de traduction26.

20Nous sommes en droit de nous demander si, à côté des traductions qui font le choix d’un espagnol international ou d’une dialectalisation des traductions déjà existantes, une plus grande cohabitation dans les librairies de recueils traduits dans différentes variantes dialectales serait possible. Face à une approche démagogique qui obligerait à choisir entre les traductions écrites dans un espagnol respectueux du plus grand nombre possible d’hispanophones ou les traductions dialectales à vocation locale, il reste l’option de cultiver les deux comme une partie de l’écosystème littéraire singulier de l’espagnol. Il ne s’agit pas, à ce niveau, d’inventer une nouvelle stratégie pour légitimer les traductions ibériques dans leur hégémonie au sein de l’industrie du livre, mais tout le contraire : de privilégier d’autres variantes dialectales comme une partie du patrimoine collectif hispanophone. Non seulement parce que cela transmettrait à l’industrie culturelle l’idée de la complexité réelle de l’espagnol, mais aussi parce que lire un livre traduit dans une variante qui n’est pas la nôtre peut produire un effet de distanciation qui aide à percevoir l’existence de l’épaisseur spécifique qu’ajoute à n’importe quel texte sa traduction.

Conclusions : la « traduction domestique »

21Pour conclure, nous voudrions souligner que le terme « traduction domestique » rassemble – depuis sa racine latin dom – une double appartenance au domaine du foyer et de la domestication. Avec ce terme nous avons fait référence à la cohabitation de traductions d’un même texte dans différentes variantes dialectales, en mettant en lumière depuis la périphérie une question cruciale dans les études de « littérature mondiale » et traduction : l’hybridation linguistique et culturelle qui en dérive et qui fonctionne dans l’ensemble d’une communauté linguistique.

  • 27 « Ainsi entendue, la supplémentarité est bien la différance, l’opération du différer qui, à la fo (...)

22Les traductions dialectales de poésie que nous avons analysées sont un exemple de la double fonction que joue la traduction dans l’espace de la « littérature mondiale » et des identités culturelles. D’une part, elle peut être un mode de répression des formes linguistiques locales en permettant de filtrer d’autres éléments linguistiques originaux, en donnant lieu à une hybridation qui est aussi culturelle. De cette manière, la traduction s’insérerait comme un pli dans la culture réceptrice : un pli qui ramène dans le domaine domestique ce qui est étranger, en introduisant l’étranger le plus proche, les variétés dialectales, au sein même de ce qui est habitable. D’autre part, par le biais de ce processus, la traduction accueillerait dans cette maison linguistique un supplément qui ajournerait indéfiniment toute possibilité d’une identité fermée, un supplément27 inespéré ou élément étranger qui démonte l’idée d’une identité égale à elle-même. Il se produit ainsi un élargissement de la langue que l’on voit de cette manière « contaminée » et distorsionnée.

23La traduction serait ainsi un mouvement indéfini entre l’élément global homogénéisateur et la résistance de ce qui est local, un dispositif glocal qui est double et fonctionne dans deux directions, mettant en relief l’idée que l’identité culturelle, face à l’idée de l’original et de l’identité moderne, n’est plus ni unique ni stable.

Haut de page

Bibliographie

Asociación de Academias de la Lengua Española y Real Academia Española, ­Diccionario Panhispánico de Dudas, Madrid, Santillana Ediciones Generales, 2005.

Bhabha, Homi K., The Location of Culture, London / New York, Routledge, 1994.

Bassnett, Susan, « Prefacio », Comparative Critical Studies Electronic Supplement, Edinburgh University Press, 2014, p. viiix [http://www.euppublishing.com/doi/pdfplus/10.3366/ccs.2014.0139 (consulté le 15/09/2019)].

Colleu, Gilles, La edición independiente como herramienta protagónica de la bibliodiversidad, Buenos Aires, La Marca. 

Culler, Jonathan, « Whiter Comparative literature? », Comparative Critical Studies, vol. 3, 1-2, Edinburgh University Press, 2006, p. 85-97.

Curtius, Ernst Robert, La littérature européenne et le Moyen Âge latin [« Europäische Literatur und lateinisches Mittelalter, 1948 »] (trad. J. Bréjoux), Paris, Presses ­Universitaires de France, 1956 (réimpr. 1986), 2 vol.

De Sagastizábal, Leandro, La edición de libros en la Argentina. Una empresa de cultura, Buenos Aires, EUDEBA, 1995.

Deleuze, Gilles et Felix Guattari, Mil mesetas. Capitalismo y esquizofrenia, Valencia, Pre-Textos, 2004.

Derrida, Jacques, La voix et le phénomène. Introduction au problème du signe dans la phénoménologie de Husserl, Paris, Presses Universitaires de France, 1972.

Diego (de), José Luis (comp.), Editores y políticas editoriales en Argentina, 1880-2000, Buenos Aires, FCE, 2006.

Ette, Ottmar, Literatura en movimiento: espacio y dinámica de una escritura transgresora de fronteras en Europa y América, Madrid, CSIC, 2008.

Ette, Ottmar, Writing-between-worlds. Transarea Studies and the Literatures-without-a-fixed-abode, Berlín, De Gruyter, 2016.

Ette, Ottmar, et alli (ed.), Literaturwissenschaft als Lebenswissenschaft: Eine Programmschrift im Jahr der Geisteswissenschaften (édition lendemains), Tübingen, Narr Verlag, 2009.

Fondebrider, Jorge (comp.), Tres décadas de poesía argentina 1996-2006, Buenos Aires, Libros del Rojas, 2006.

G. Blanco, Azucena, « Translation studies for a world community of literature », Translation and World literature, ed. Susan Bassnett, London, Routledge, 2019, p. 44-59.

Guillén, Claudio, Entre lo uno y lo diverso. Introducción a la literatura comparada (ayer y hoy), Barcelona, Tusquets, 2005.

Manzoni, Celina, « ¿Editoriales pequeñas o pequeñas editoriales? », Revista Iberoamericana, vol. LXVII, nº 197, Pittsburgh, 2001, p. 781-793.

Martín Becerra, Pablo Hernández, Glenn Postolski, « La concentración de las industrias culturales », Industrias culturales: mercado y políticas públicas en la Argentina, Buenos Aires, Ciccus / Secretaría de Cultura de la Nación, 2003, p. 55-84.

Mazzoni, Ana, Selci, Damián, « Poesía actual y cualquierización », Tres décadas de poesía argentina, Jorge Fondebrider (comp.), Buenos Aires, Libros del Rojas, 2006, p. 257-268.

Moretti, Franco, « Hypothèses sur la littérature mondiale », in Études de Lettres, nº 258, 2001/2, p. 9-24. Traduction de Raphaël Micheli. En ligne, en Normes et formes de la mondialisation culturelle (xixe-xxie siècles). Plateforme virtuelle de l’enseignement dispensé à l’Université de Lausanne, p. 1-10 : [http://enseignement.typepad.fr/files/moretti-hypotheses.pdf (consulté le 15/09/2019)].

Casanova, Pascale, La Langue Mondiale, Paris, Seuil, 2015.

Spivak, Gayatri, Death of a discipline, New York, Columbia University Press, 2003.

Subercaseaux, Bernard, Nación y cultura en América Latina. Diversidad cultural y globalización, Buenos Aires, Editores Independientes (EDIN), 2002.

Szpilbarg, Daniela, « La vuelta al libro: Representaciones de editores “artesanales” sobre la industria editorial », Afuera. Estudios de Crítica Cultural, año V, nº 9, noviembre de 2010 [http://editorialfunesiana.blogspot.com/2012/05/la-vuelta-al-libro-representaciones-de.html].

Szpilbarg, Daniela, Ezequiel Saferstein, « El espacio editorial independiente: heterogeneidad, posicionamientos y debates: Hacia una tipología de las editoriales en el período 1998-2010 », Primer Coloquio Argentino de Estudios sobre el Libro y la Edición, 31 de octubre, 1 y 2 de noviembre de 2012, La Plata, Argentina [http://www.memoria.fahce.unlp.edu.ar/trab_eventos/ev.1955/ev.1955.pdf (consulté le 15/09/2019)].

Vanoli, Hernán, « Pequeñas editoriales y transformaciones en la cultura literaria argentina », Apuntes de Investigación, nº 15, 2009, p. 161-185.

Vanoli, Hernán, « Sobre editoriales literarias y
la reconfiguración de una cultura », Nueva ­Sociedad, nº 230, 2010, p. 129-151.

Venuti, Lawrence, The Scandals of Translation. Towards an ethics of difference, Routledge, Londres, 1998.

Yúdice, George, « La reconfiguración de políticas culturales y mercados culturales en los noventa y siglo xxi en América Latina », Revista Iberoamericana, vol. XVII, nº 197, 2001, p. 639-659.

Yúdice, George, El recurso de la cultura: usos de la cultura en la era global, Barcelona, Gedisa, 2002.

Haut de page

Notes

1 C’est nous qui soulignons. Curtius, E. R., La littérature européenne et le Moyen Âge latinEuropäische Literatur und lateinisches Mittelalter, 1948 »] (trad. J. Bréjoux), Paris, Presses universitaires de France, 1956 (réimpr. 1986), vol. 1, p. 49.

2 Spivak, G., Death of a discipline, New York, Columbia University Press, 2003.

3 Pour un développement de ces questions théoriques, voir G. Blanco, Azucena, « Translation studies for a world community of literature », Susan Bassnett (ed.), Translation and World literature, London, Routledge, 2018, p. 44-59.

4 Culler, J., « Whiter Comparative literature? », Comparative Critical Studies, vol. 3, 1-2, 2006, p. 93.

5 Ette, O., Literatura en movimiento: espacio y dinámica de una escritura transgresora de fronteras en Europa y América, Madrid, CSIC, 2008.

6 Ette, O., Literaturwissenschaft als Lebenswissenschaft: Eine Programmschrift im Jahr der Geisteswissenschaften (édition lendemains), Tübingen, Narr Verlag, 2009.

7 Guillén, C., Entre lo uno y lo diverso. Introducción a la literatura comparada (ayer y hoy), Barcelona, Tusquets, 2005.

8 « Editorial » de 452º F. Revista de Teoría de la literatura y Literatura comparada, second numéro, 2010, p. 6.

9 Moretti, Franco, « Hypothèses sur la littérature mondiale », in Études de Lettres, nº 258, 2001/2, p. 9-24. En ligne, en Normes et formes de la mondialisation culturelle (xixe-xxie siècles). Plateforme virtuelle de l’enseignement, Université de Lausanne, p. 1-10 [http://enseignement.typepad.fr/files/moretti-hypotheses.pdf (consulté le 15/09/2019)].

10 Ibid., p. 6.

11 Ibid., p. 8.

12 Nous utilisons ici le terme « périphérie » et nous évitons de cette manière les connotations négatives que possède le mot « marginal », comme l’a expliqué S. Bassnett : « The notion of center and periphery recalls the famous distinction made by the Irish writer, Patrick Kavanagh, between the parochial and the provincial. The parochial and the provincial are, he suggested, opposites, since the provincial writer has no mind of his own but is forever looking towards the metropolis, which is somewhere else and holds the power to judge his work. The parochial, on the other hand, “is never in any doubt about the social and artistic validity of his parish”. For Kavanagh, provincialism is insecurity, so that to be provincial is to be aware of being marginal and to be anxious about that marginality. In contrast, the parochial writer “takes pleasure in the notion that the potato-patch is the ultimate” ». Dans « Préface », Comparative Critical Studies Electronic Supplement, 2014, VIII, Edinburgh University Press [http://www.euppublishing.com/doi/pdfplus/10.3366/ccs.2014.0139 (consulté le 15/09/2019)].

13 Au cours des années 1990 se produit en Argentine une dénationalisation de l’industrie éditoriale par le biais de rachats de maisons d’édition locales de la part de firmes espagnoles ou basées en Espagne. Cette dénationalisation s’est accompagnée d’une concentration de capital dans les dix plus grandes maisons d’édition du pays et du renforcement des grandes chaînes de librairies (Rama, C., Economía de las industrias culturales en la globalización digital, EUDEBA, Buenos Aires, 2003).

14 Szpilbarg et Saferstein présentent six dimensions du terme : l’indépendant se référant à la taille et nationalité du capital économique ; à la mission culturelle et esthétique ; à l’organisation du travail ; à la diffusion, distribution et commercialisation ; à leur relation avec l’État ; et avec les corporations (« El espacio editorial ‘independiente’ : heterogeneidad, posicionamientos y debates: Hacia una tipología de las editoriales en el período 1998-2010 », 2012, p. 1).

15 Le Salon du livre indépendant et auto-édité (Feria del Libro Independiente y Autoeditado, FLIA) de Buenos Aires est nommé comme tel pour la première fois en mai 2006, mais il fonctionnait déjà comme salon mensuel itinérant bien avant cette date. Il représente le prolongement déclaré du contre-salon du livre (« contra-feria del libro ») qu’organisait un groupe de poètes argentins des années 1980 en se situant à la porte du Salon du livre officiel pour offrir leurs livres avec des pancartes et des haut-parleurs.

16 La bibliodiversité est définie comme la diversité culturelle appliquée au domaine du livre. Le terme fut utilisé pour la première fois à la fin des années 1990 par un groupe d’éditeurs chiliens autour du collectif Editores Independientes de Chile, que l’on pourrait considérer comme le précédent de l’actuelle Alianza de Editores Independientes. Elle est intimement liée au concept de bibliodiversité et sa fête commémorative, le jour B, est célébrée pour la première fois le 21 septembre 2010 en Argentine, au Chili, en Colombie, au Mexique et en Espagne.

17 Mazzoni, A., Selci, D., « Poesía actual y cualquierización », Tres décadas de poesía argentina, J. Fondebrider (comp.), Buenos Aires, Libros del Rojas, 2006, p. 257-268.

18 Ibid., p. 260.

19 Nous utiliserons de manière indistincte la dénomination « castillan » et « espagnol », en nous référant à ce qui est établi par l’Asociación de Academias de la Lengua Española qui, par le biais du Diccionario Panhispánico de Dudas, déclare que : « Sont corrects pour désigner la langue commune de l’Espagne et de nombreuses nations d’Amérique, et que l’on parle également dans d’autres parties du monde, les termes castellano et español. La polémique autour de laquelle de ces deux appellations est la plus appropriée est aujourd’hui dépassée. »

20 Subercaseaux, B., Nación y cultura en América Latina. Diversidad cultural y globalización, Buenos Aires, Editores Independientes (EDIN), 2002.

21 Venuti, L., The Scandals of Translation. Towards an ethics of difference, Routledge, Londres, 1998, p. 67.

22 Bhabha, Homi K., The Location of Culture, Routledge, Londres/New York, 1994, p. 86.

23 Venuti, ibid., p. 171.

24 Ceci dit, il convient de rappeler que, bien qu’une traduction madrilène soit aussi dialectale qu’une traduction de Bogotá, on a tendance en Espagne à traiter de « dialectales » les traductions qui s’éloignent de la variante hégémonique d’une langue.

25 C’est nous qui mettons l’italique.

26 Pour sa part, L. Venuti considère la capacité subversive de ces traductions et cite l’exemple de l’Afrique occidentale, où des romans écrits en langues européennes ont été caractérisés par un translanguisme dans lequel des traits de la langue locale sont visibles dans un texte en anglais ou en français au travers des particularités syntactiques et lexicales.

27 « Ainsi entendue, la supplémentarité est bien la différance, l’opération du différer qui, à la fois, fissure et retarde la présence, la soumettant du même coup à la division et au délai originaires ». Derrida, J., La voix et le phénomène. Introduction au problème du signe dans la phénoménologie de Husserl, Presses universitaires de France, Paris, 1972, p. 98.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Azucena G. Blanco et Erika Martínez, « Traduction domestique : un marché glocal pour la poésie en espagnol »Caravelle, 113 | 2019, 91-104 .

Référence électronique

Azucena G. Blanco et Erika Martínez, « Traduction domestique : un marché glocal pour la poésie en espagnol »Caravelle [En ligne], 113 | 2019, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 09 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/6561 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caravelle.6561

Haut de page

Auteurs

Azucena G. Blanco

Université de Grenade

Erika Martínez

Université de Grenade

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals