Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Manuel HernÁndez GonzÁlez, Del cielo al infierno. Miguel Cabral de Noroña, vida y obra de un eclesiástico filomasóns

Ediciones IDEA, Santa Cruz de Tenerife, 2019, 267 p. ; Antología de Miguel Cabral de Noroña, Ediciones IDEA, Santa Cruz de Tenerife, 2019, 555 p.
Bernard Lavallé
p. 215-216
Référence(s) :

Manuel HernÁndez GonzÁlez, Del cielo al infierno. Miguel Cabral de Noroña, vida y obra de un eclesiástico filomasón, Ediciones IDEA, Santa Cruz de Tenerife, 2019, 267 p. ; Antología de Miguel Cabral de Noroña, Ediciones IDEA, Santa Cruz de Tenerife, 2019, 555 p.

Texte intégral

1Miguel Cabral de Noroña fut sans doute une personnalité hors du commun même s’il lui fut donné de vivre à une époque particulièrement troublée propice aux destins à rebondissements les plus inattendus. Il était né à Madère et donc portugais, dans une famille jouissant d’une bonne situation économique. Il fit de solides études classiques à Coimbra puis revint dans son île natale pour entrer au couvent franciscain de la capitale, Funchal. Il ne tarda pas à s’y faire remarquer et fut bientôt emprisonné pour avoir écrit des vers satiriques contre un carme venant du Brésil. Cabral réussit à s’enfuir et on le retrouve peu après à Tenerife dans les couvents de son ordre où il ne tarda pas à se faire de nouveau remarquer, par sa grande culture qui détonait mais aussi par sa curiosité insatiable et sa volonté de s’ouvrir à la nouveauté, comme en témoigne sa réception à la Real Sociedad Económica de los Amigos del País en 1792, et ses écrits, déjà prolifiques nettement provocateurs et satiriques. Devenu aumônier militaire, ses relations intimes avec une dame de la bonne société faisaient aussi jaser.

2En 1802 il se vit contraint de partir pour la Péninsule avec son régiment avant d’y obtenir avec difficulté sa sécularisation. La Bibliothèque Nationale de Madrid conserve de cette époque un volume manuscrit de poésies destiné sans doute à être publié mais qui ne le fut jamais. Il faut dire que Cabral avait déjà eu affaire avec l’Inquisition lors de son séjour aux Canaries à la suite de sermons et de propos publics jugés bien peu conformes à l’orthodoxie, en particulier sur la conquête des Canaries et de l’Amérique, ce qui lui valut d’être condamné à être expulsé de l’archipel.

3Les événements de 1808 exaltèrent sa plume ce qui entraîna pour lui de nouveaux ennuis. Envoyé en Espagne, il fut incarcéré à Cadix, mais pour peu de temps, la situation compliquée de l’époque étant propice aux retournements imprévus. On le retrouve ainsi en mars 1811 dans cette ville à la tête d’un journal El Duende político où il put développer ses idées sur la liberté, l’égalité, le droit à la propriété ainsi qu’un discours très anticolonialiste et des idées avancées pour l’époque sur les droits des femmes.

4Le ton volontiers provocateur et la nature de ses propos ne tardèrent pas à choquer et à valoir de solides inimitiés à sa publication qui amenèrent Cabral à quitter précipitamment Cadix pour Philadelphie aux États Unis. Dans cette ville, où il résida de 1811 à 1819, il eut des activités multiples mais contradictoires, puisqu’il appuya l’émancipation américaine mais se mit au service du colonialisme espagnol pour des raisons que M. Hernández explique en détail. Ainsi Cabral fut-il de fait au service de l’ambassade espagnole aux États-Unis pour laquelle, de 1812 à 1819, il rédigea des rapports sur la situation dans le pays et sur son attitude envers les mouvements d’indépendance qui se manifestaient dans diverses régions de l’empire espagnol.

5Vivant dans des conditions assez difficiles, Cabral essaya de rentrer en Espagne ou d’être autorisé à aller à Cuba, tout en mettant sur pied un vaste plan de peuplement des provinces nord de la Nouvelle-Espagne. À Philadelphie Cabral écrivit aussi un opuscule en défense d’un atelier maçonnique cubain dépendant de la Grande Loge de la ville, où il démontrait une excellente connaissance de la maçonnerie et du projet que celle-ci avait dans le cadre de la pensée rationaliste et libérale. Quelques années plus tard, en 1818, Cabral devait revenir sur ce sujet qui manifestement lui tenait à cœur, dans des Reflexiones imparciales sobre la franmasonería où il proposait rien moins que la réforme de celle-ci pour l’adapter aux airs nouveaux de l’époque et aux changements qui s’annonçaient.

6Cette même année, le gouvernement espagnol eut l’idée de créer à Londres un journal El Observador, susceptible de combattre les idées favorables à l’indépendance américaine alors très en vogue dans la capitale anglaise. Le projet était ambitieux. La publication devait avoir quatre sections : nouvelles, politique, arts et lettres, commerce, changes et marchés. Elle fut très difficile à mener à bien, un numéro par mois, pour des raisons tenant à la fois à l’économie, à des rivalités personnelles, à la situation politique tant en Angleterre qu’en Espagne et aussi aux entraves qui étaient mises à l’expression des idées de Cabral au sein de son propre journal.

7La restauration du régime constitutionnel dans la Péninsule lui offrit l’échappatoire qu’il recherchait, sans doute pour sortir d’une voie qui se révélait sans issue. Il mit fin à son journal considérant que la nouvelle situation en Espagne le rendait dès lors inutile. Une question se pose, à laquelle le livre essaie de répondre : quelle fut vraiment l’audience de ce périodique étonnant en Amérique.

8Cabral devait décéder à Madrid en mai 1821 ?

9L’histoire de cette vie agitée, contradictoire et finalement chaotique est heureusement accompagnée d’un volume de plus de cinq cents pages de textes de Cabral de Noroña : ses poésies, ses articles dans ses différents journaux, ses manifestes et ses satires, ses analyses politiques, qui illustrent et éclairent parfaitement les propos de cette biographie.

10Ces deux livres permettent de tirer de l’oubli où il est tombé un personnage sans doute étrange, original et marginal, mais dont le parcours montre bien, et aide à comprendre, la complexité de son époque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lavallé, « Manuel HernÁndez GonzÁlez, Del cielo al infierno. Miguel Cabral de Noroña, vida y obra de un eclesiástico filomasóns »Caravelle, 113 | 2019, 215-216.

Référence électronique

Bernard Lavallé, « Manuel HernÁndez GonzÁlez, Del cielo al infierno. Miguel Cabral de Noroña, vida y obra de un eclesiástico filomasóns »Caravelle [En ligne], 113 | 2019, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 09 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/6984

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals