Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Manuel Hernández González, Miguel Cabral de Noroña. Vida y obra de un eclesiástico filomasón

Santa Cruz de Tenerife, Ediciones IDEA, 2019, 269 p.
Frédérique Langue
p. 216-219
Référence(s) :

Manuel Hernández González, Miguel Cabral de Noroña. Vida y obra de un eclesiástico filomasón, Santa Cruz de Tenerife, Ediciones IDEA, 2019, 269 p.

Texte intégral

1Spécialiste reconnu de l’histoire d’Amérique espagnole et de ses prolongements au xixsiècle (Venezuela, Saint-Domingue, Cuba), Manuel González est également l’auteur de très nombreuses monographies consacrées aux Canaries, ou encore d’ouvrages portant sur les migrations vers les terres américaines (i.e. Venezuela). Avec cette nouvelle livraison, il confirme ce profil rare de véritable praticien de l’ « histoire atlantique » dans le meilleur sens du terme. Il ne s’agit pas, en effet, d’une biographie classique ou d’une vision comptable des échanges et circulations entre les deux rives de l’Atlantique, mais d’un parcours détaillé dans la vie culturelle et politique de la fin de la période coloniale et plus particulièrement des premières décennies du xixe siècle. L’ouvrage repose à cet effet sur de nombreux documents conservés dans les archives espagnoles, canariennes et états-uniennes, documents en grande partie inédits.

2L’itinéraire de Miguel Cabral de Noroña, personnage singulier, voire extravagant, originaire de Madère, formé à l’université de Coimbra, puis réfugié à Tenerife en 1789 pour échapper à un emprisonnement motivé par ses écrits satiriques depuis le convent franciscain de Funchal, est un érudit porteur d’une « culture peu commune ». Il s’agit en fait d’un ecclésiastique « philo-maçon » d’après Manuel Hernández, ce qui nous renvoie d’entrée aux nombreux liens qui s’étaient tissés entre commerce et maçonnerie, à Funchal et dans les Canaries voisines. Sur l’île cosmopolite de Tenerife, alors dominée par une bourgeoisie commerçante ouverte aux idées des Lumières, il rejoint le couvent franciscain de Puerto de la Cruz puis le monastère de La Laguna et devient membre de la Real Sociedad Económica de los Amigos del País. Comme l’un de ses pairs, le franciscain Antonio Ruiz del Padrón, autre contempteur de l’absolutisme, il finit par abandonner un ordre hostile à son tempérament satirique et rebelle, et gagne la Péninsule (Cadix, Madrid), avant de rejoindre le régiment de Naples comme chapelain. De retour à Tenerife en 1799 sans pour autant revenir à l’habit et aux sobres modalités monastiques, il y est dénoncé comme lecteur de l’abbé Raynal. Un nouveau retour dans la péninsule lui permet d’obtenir un statut séculier, de se consacrer à une poésie non dénuée de réflexions contemporaines (ainsi la guerre entre la France et la Grande Bretagne en 1802 et les tendances tyranniques des Européens, ou encore une diatribe contre l’esclavage). Devenu un libéral plus que convaincu, pourfendeur du colonialisme, il publie alors un sermon dénonçant la conquête des Canaries et de l’Amérique. Cet essai lui vaut les foudres de l’Inquisition, mais tout aussi bien l’appui d’autres tinerfeños, parmi lesquels le corregidor de Tenerife, qui autorisa la publication du sermon objet de discorde, définitivement censuré en 1806.

3D’autres dénonciations suivront à l’encontre d’un personnage qualifié d’agitateur et subversif, porté sur la satire et l’ironie et qui n’hésite guère à prendre position sur les problèmes de son temps. M. Hernández montre ainsi comment sa verve satirique à l’encontre des pratiques du pouvoir et de la corruption ne manque pas d’inquiéter les élites de Tenerife et leur projet hégémonique « insulariste » face à la Grande Canarie, siège de l’Audience, de l’Inquisition et du Cabildo ecclésiastique. Ses écrits ne manquent pas de froisser le marquis de Villanueva del Prado, neveu de Don Antonio Porlier, mais aussi des aristocrates, conservateurs ou réformistes, ou des commerçants parfois d’origine étrangère, ou encore l’évêché. Les élites économiques, sociales et religieuses réunies finalement dans la Junta suprema de Canarias s’efforcèrent par conséquent d’obtenir son expulsion de l’île. La description des intrigues locales, dans un contexte d’inquiétude face aux nouvelles arrivant de la Péninsule occupée par « l’infâme Napoléon », les pasquins et échanges peu amènes entre l’intéressé, ses partisans (dont le commandant général marquis de Casacagigal) et ses ennemis, font que cet ouvrage se lit comme un roman. Dans son Manifeste de 1809, écrit alors que Cabral était retenu prisonnier au couvent franciscain de Santa Cruz avant d’être conduit à Cadix, l’intéressé persiste et signe cependant dans la dénonciation des membres de la Junta locale.

4Comme le montrent les chapitres suivants, cette nouvelle étape de la vie de l’ecclésiastique radical renvoie indiscutablement à une histoire vécue des idées et de leur diffusion dans l’aire atlantique. Miguel Cabral de Noroña collabore en effet avec la presse libérale de l’époque, ainsi El Patriota en las Cortes, avant de devenir rédacteur du Duende Político o la tertulia resuscitada (1811) dans la Cadix des Cortes. Sa critique impitoyable de la Régence, qu’il rend responsable des maux qui affligent le pays, son analyse dévastatrice de l’action des Juntas, aussi bien centrale que provinciales, ses principes libéraux affichés, son souhait non dissimulé d’en finir avec l’Ancien Régime et ses élites rencontrent des échos incontestables. Pour Cabral de Noroña, liberté et égalité civile sont en effet indissociables, y compris en ce qui concerne le statut des femmes, sur lequel il fait figure de précurseur.

5Manuel Hernández souligne à cet égard que ses réflexions sur l’Amérique espagnole témoignent également d’une conscience affutée des réalités « américaines ». Elles furent appréciées comme telles outre-Atlantique, ainsi à La Havane. Mais ses prises de position sur la liberté de la presse, ses attaques frontales contre l’absolutisme et sa « tyrannie », son discours libéral sans concessions vont conduire fort logiquement à la fermeture du Duende (1811). Cabral se réfugie alors à Philadelphie où il s’essaye de nouveau à la publication d’un journal (El Cosmopolita sensible o el Duende en América) avant d’endosser le costume de conspirateur et d’agent de la représentation diplomatique espagnole. Pendant plusieurs années, il va osciller entre appui au processus d’émancipation américaine et d’autres activités pour le moins contradictoires avec ses idéaux proclamés, alors que le gouvernement s’oppose à son retour en Espagne ainsi que dans tout autre territoire dépendant de la monarchie.

6L’auteur indique à cet égard que l’une des expressions les plus significatives de l’engagement de Cabral de Noroña en faveur des idées nouvelles et, plus généralement, du libéralisme, est contenue dans un petit texte rédigé afin de défendre la maçonnerie cubaine depuis Philadelphie : Delación al Género Humano o Respuesta al Fraile de La Habana (1812), édité par un maçon français également installé à Philadelphie. Comme le souligne M. Hernández, aucun document ne prouve en fait son appartenance à la maçonnerie, malgré la publication quelques années plus tard d’une autre analyse critique de la maçonnerie, Reflexiones imparciales sobre la franmasonería (1818), toujours à Philadelphie. Son parcours comme les idées qu’il défend reflètent la singularité de ses positions idéologiques, en d’autres termes une conception ouverte voire hétérodoxe, qui ne manqua pas d’inspirer certains représentants libéraux du clergé espagnol, particulièrement aux Canaries. Séparation de l’Église et de l’État, liberté de conscience et de religion, rationalisme et catholicisme des Lumières fondent un discours d’une cohérence à la fois rare et originale, mettant en avant un point de vue à la fois rationaliste et libéral.

7Alors que l’insurrection gagne du terrain en Amérique et que l’action des groupes indépendantistes américains et libéraux espagnols à Londres est de plus en plus évidente, le gouvernement espagnol tente de s’opposer à cette tendance diffuse dans l’opinion publique, en particulier en Amérique espagnole. En 1818, Cabral est envoyé à Londres afin d’y éditer un périodique favorable à Ferdinand et opposé par conséquent à l’indépendance de l’Amérique, El Observador español, dont les propos connaissent une certaine diffusion en Amérique espagnole et y rencontrent une opposition non moins évidente. Avec la fin du gouvernement absolutiste et la réinstauration en 1820 du régime constitutionnel, et malgré son souhait de regagner les États-Unis, Cabral est renvoyé à Madrid, où il finira sa vie peu après.

8Illustration brillante d’une histoire des représentations et analyse très précise d’une période de doute politique exacerbé, cet ouvrage aura mis en scène un personnage profondément représentatif de son temps, issu de catégories sociales intermédiaires mais cultivées, un « libéral exalté », polymorphe, dont la présence ne passait jamais inaperçue. Représentant d’une « minorité intellectuelle » aux côtés d’une bourgeoisie libérale porteuse des idées de raison et de progrès social, Cabral de Noroña s’efforça en définitive de lutter contre la persistance d’un Ancien Régime incarné aussi bien par une élite nobiliaire que par un peuple peu instruit et rétif aux transformations politiques. Dans le contexte révolutionnaire de la veille des Indépendances américaines, au sein d’une société parcourue par les idées révolutionnaires et marquée par des contradictions récurrentes que peu de spécialistes de la période ont mis en exergue, entre « réforme frustrée et […] peur frénétique de la plèbe », ce personnage cultivé et hétérodoxe participe pleinement d’un climat d’agitation sociale et politique dans lequel la presse et les pamphlets ont commencé à jouer un rôle essentiel dans la formation d’une opinion publique. Tel n’est pas le moindre apport de cette analyse à la fois circonstanciée et ciblée d’un itinéraire atlantique qui mérite de toute évidence d’être mieux connu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Manuel Hernández González, Miguel Cabral de Noroña. Vida y obra de un eclesiástico filomasón »Caravelle, 113 | 2019, 216-219.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Manuel Hernández González, Miguel Cabral de Noroña. Vida y obra de un eclesiástico filomasón »Caravelle [En ligne], 113 | 2019, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 09 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/6987

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS-IHTP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals