Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Olivier Compagnon, Camille Foulard, Guillemette Martin, María Inés Tato (coord.), La Gran Guerra en América Latina. Una historia conectada

México, CEMCA/IHEAL/CREDA, 2018, 490 p.
Luc Capdevila
p. 219-222
Référence(s) :

Olivier Compagnon, Camille Foulard, Guillemette Martin, María Inés Tato (coord.), La Gran Guerra en América Latina. Una historia conectada, México, CEMCA/IHEAL/CREDA, 2018, 490 p.

Texte intégral

1Issu d’un cycle de rencontres scientifiques organisées entre 2012 et 2014 à Paris, Vienne et Mexico, l’ouvrage interroge l’impact, les résonances et les suites de la première guerre mondiale en Amérique latine, ainsi que les modalités de la participation des Latino-américains au conflit. Peu présente jusqu’à ces dernières années dans l’historiographie internationale du sous-continent, la guerre de 1914-1918 a longtemps été considérée comme un épiphénomène en marge du vingtième siècle latino-américain. Mais les travaux récents d’Olivier Compagnon et de María Inès Tato notamment ont conduit à la réévaluation de la place de la Gran Guerra dans l’histoire des jeunes républiques. Elle apparait désormais comme une véritable rupture dans l’histoire de l’Amérique latine depuis les Indépendances. Cet ouvrage marque également une nouvelle approche de ce moment latino-américain, inscrite dans le sillage du renouvellement profond de l’historiographie de la première guerre mondiale qui s’est produit dans les années 1990 en Europe et aux États Unis. Le nouveau cadre théorique d’analyse du premier conflit mondial s’est depuis imposé avec les concepts de « culture de guerre », de « brutalisation », de « totalisation », fondé sur de nouvelles démarches et méthodologies dont participent l’histoire des représentations collectives et celle des sensibilités et des émotions. Conjointement, le déplacement de l’analyse du premier conflit mondial loin des théâtres d’opération s’est nourri des développements contemporains dans les études transnationales à partir du champ de l’histoire croisée et connectée. L’ensemble des auteurs participant à la Gran Guerra en América Latina questionne ainsi la réception de la Grande Guerre en Amérique latine à l’aune des renouvellements historiographiques majeurs opérés par l’histoire culturelle et la sociohistoire de ces dernières années.

2Les textes réunis dans ce volume s’organisent autour de trois grands ensembles.

3Il s’agit d’une part d’interroger les formes d’articulation des États au conflit. L’une des questions porte sur les tensions entre l’événement européen et les dynamiques politiques, sociales, culturelles qui orientent le projet national, favorisant la cristallisation des identités collectives dans les jeunes républiques. Nombre d’études, notamment au Pérou et à Haïti, montrent comment la guerre est un moment de consolidation, de structuration du nationalisme, et finalement se vérifie être un point d’inflexion dans les histoires nationales. Une autre approche éclaire les redéfinitions de la diplomatie en Amérique latine, les premières expériences du multilatéralisme en participant à la conférence de la paix en 1919 à Paris, puis la constitution d’un bloc latino-américain à la SDN, la défense de la dignité des petites nations, et le renforcement d’un latino-américanisme défensif dans le cadre du développement du panaméricanisme juridique dès 1916-1917.

4De nombreux articles, d’autre part, analysent les échos du champ de bataille européen dans la presse latino-américaine, faisant apparaitre une véritable « guerre de papier ». L’événement est abondamment traité dans la presse salvadorienne et au Costa Rica. Les opinions publiques et les débats politiques sont en effet impactés par le théâtre européen. Les journaux des capitales abonnés aux grandes agences de presse couvrent l’événement, mais les feuilles régionales suivent également les épisodes guerriers. Certains journaux peuvent se faire les relais de la propagande des belligérants européens, telle La Unión à Buenos Aires, ou plus généralement prendre parti dans le conflit. Au-delà des affrontements entre aliadophiles et germanophiles qui questionnent la neutralité, selon les États, c’est aussi une réorientation des débats nationaux inspirés par la conflagration outre-Atlantique qui se produit dans le nouveau monde : telle la radicalisation du projet révolutionnaire au Mexique au moment de la rédaction de la constitution en 1917, le renforcement au Pérou et en Bolivie de la réclamation des territoires annexés par le Chili, la montée en puissance de la dénonciation des « interventions » étatsuniennes en Amérique centrale et dans les Caraïbes, en lien directement avec les débats nés dans le théâtre européen : l’invasion de la Belgique neutre par le Reich allemand, l’irrédentisme italien, la réflexion sur la propriété privée dans les pays en guerre…

5Le dernier ensemble porte sur les mobilisations des populations, mobilisations culturelle, morale et militaire : celle des intellectuels et des volontaires, tels les 1200 à 2000 Latino-américains qui traversèrent l’Atlantique pour s’engager au côté de la France ; celle également des colonies européennes installées dans le nouveau monde par le biais de l’appel des nationaux masculins au titre de l’impôt du sang en 1914, migrants de première et deuxième génération, religieux français des missions. Des mobilisations qui se produisent aussi dans le cadre du tissu associatif des communautés de migrants. Dans le Brésil en guerre contre les puissances centrales, les colonies allemandes étant relativement bien intégrées font que la presse de Curitiba et de Porto Alegre marque une différence nette entre « l’ennemi germanique » et les migrants installés dans les États du sud. En Argentine, restée neutre, les associations de migrants reproduisent les clivages entre belligérants européens sur les bords du Río de la Plata, ce qui amorce une reconfiguration des solidarités locales. À Rosario, les communautés allemandes et britanniques mettent fin à leurs collaborations dès l’entrée en guerre, puis les sociétés allemandes se rapprochent des communautés autrichiennes et turques pour organiser ensemble des fêtes, des cérémonies, des commémorations et des actions caritatives en faveur des femmes et des enfants.

6Au total, l’ampleur de ce volume en fait un premier grand livre qui pose l’expérience de la Grande Guerre à l’échelle du sous-continent. On regrette, seulement, l’absence d’études de cas sur le Paraguay et la Bolivie dont l’affrontement pour le Chaco boréal au début des années 1930 a été vécu par les belligérants comme une nouvelle guerre de tranchée américaine : le chef d’état-major paraguayen, futur maréchal Estigarribia, avait été stagiaire à l’école supérieure de guerre à Paris au début des années 1920, tandis que le commandant en chef de l’armée bolivienne au début du conflit, Hans Kundt, était un officier allemand. Par ailleurs, les armées en belligérance avaient été respectivement formées par une mission militaire française à Asunción, allemande à La Paz, Ernst Röhm dirigeant cette dernière en 1929 et 1930. Très symboliquement, l’un des principaux axes du centre-ville d’Asunción, l’actuelle « calle del Mariscal Estigarribia », anciennement « calle del presidente Sadi Carnot », a reçu le nom de « calle 14 de julio » par l’ordonnance municipale du 22 juillet 1918.

7Mais à l’aune des Amériques latines, l’ensemble des régions y est étudié. Le Mexique y est abondamment traité, ainsi que le Cône sud, le Brésil, le Pérou, l’Amérique centrale et les grandes Caraïbes. Par ailleurs les approches, les questionnements, les outils mobilisés par la trentaine d’auteurs participent d’un même mouvement, ce qui donne au volume une forte homogénéité. De ce fait, les études convergent sur nombre de points et permettent d’approfondir, voire de nuancer, des analyses qui ont été réalisées sur le théâtre européen.

8La mise en évidence d’une rupture politique provoquée par le conflit européen, déjà bien documentée pour l’Argentine et le Brésil, est généralement confirmée pour les autres républiques étudiées. Les premières années du conflit sont un moment d’observation, de surprise et de positionnement face à la surprise générée par la violence, la « barbarie », déployée sur le théâtre européen, jusqu’à l’année 1917 qui marque un point de basculement et de durcissement du projet national. De ce fait, la question de la totalisation, qui a été posée pour décrire le développement des mobilisations des sociétés belligérantes européennes au cours du conflit, connaît des prolongements dans les sociétés latino-américaines induits par la réception de l’événement. Le concept de « culture de guerre », qui a pour corollaire la « brutalisation des sociétés européennes », en étant étendu aux populations d’Amérique latine impactée par le théâtre européen, conduit à des nuances heuristiques. La diffusion des représentations patriotiques guerrières dans la presse, les ouvrages, les jeux, les manuels scolaires n’a qu’une incidence modérée dans le comportement des populations outre-Atlantique. L’engagement des volontaires latino-américains semble en partie davantage lié à des motivations matérialistes, et la mobilisation militaire dans les milieux issus de l’immigration est difficile en l’absence de moyens coercitifs. L’absence de contraintes institutionnelles, sociales et morales des populations migrantes bien insérées, l’influence « funeste » des épouses argentines selon un diplomate, conduit Hernán Otero à souligner qu’il ne faudrait pas séparer le concept de culture de guerre des mécanismes de coercition légale et sociale qui la rendirent possible.

9Le débat historiographique sur la contrainte et le consentement des populations à la guerre est ainsi opportunément enrichi, à travers l’expérience originale des sociétés latino-américaines dans le premier conflit mondial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Capdevila, « Olivier Compagnon, Camille Foulard, Guillemette Martin, María Inés Tato (coord.), La Gran Guerra en América Latina. Una historia conectada »Caravelle, 113 | 2019, 219-222.

Référence électronique

Luc Capdevila, « Olivier Compagnon, Camille Foulard, Guillemette Martin, María Inés Tato (coord.), La Gran Guerra en América Latina. Una historia conectada »Caravelle [En ligne], 113 | 2019, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 09 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/6989

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals