Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Ana Teresa Torres, Diario en ruinas (1998-2017)

Caracas-Barcelona, Editorial Alfa, 2018, 384 p. (édition E_Pub)
Frédérique Langue
p. 226-227
Référence(s) :

Ana Teresa Torres, Diario en ruinas (1998-2017), Caracas-Barcelona, Editorial Alfa, 2018, 384 p. (édition E_Pub)

Texte intégral

1D’Ana Teresa Torres, le lecteur quelque peu soucieux de l’actualité du Venezuela et de ses interprétations historiques connaissait La herencia de una tribu (Ed. Alfa, 2009), synthèse sans concession des mythes fondateurs de l’identité nationale, passée ou beaucoup plus récente. Essayiste reconnue, A. T. Torres s’attachait à comprendre la coexistence de deux constructions mythiques déterminant l’imaginaire politique du pays. En premier lieu, celle du mythe bolivarien, associé à la guerre d’Indépendance et à ses héros, le Libertador Simón Bolívar devenant le symbole de la nation, un symbole que maints projets politiques allaient s’approprier. Le mythe de la démocratie criolla, associé au xxe siècle, s’inscrit quant à lui dans la continuité du précédent. Il se fonde sur l’idée de progrès et de modernité. À cet égard, Diario en ruinas, dont le titre rend compte de manière on ne peut plus explicite du désastre vécu au quotidien, se veut une dénonciation tout aussi radicale du détournement des symboles nationaux, de la destruction du système démocratique et des usages politiques d’un passé marqué par la figure de Bolívar.

2À la fois journal et témoignage, ce « diario de la revolución » égrène de 1998 (première élection de Hugo Chávez à la présidence de la République en décembre de cette année) à 2017 les mémoires particulières, retracées à la première personne, d’un processus « révolutionnaire », à travers des dates assorties de faits et d’analyses – souvent parues dans la presse – et sur la base d’archives personnelles. En ce sens, ce « journal sans fin » (diario inconcluso) se veut un engagement, un combat parfois non dépourvu d’humour contre la falsification de l’histoire pratiquée avec constance par la « République bolivarienne ». Son point de départ est la « rencontre » en 1998, sur l’île de Margarita, lors d’un meeting du MVR, avec « ce qui allait advenir ». Il conviendrait d’y ajouter des lectures prémonitoires, celles de journalistes (César Miguel Rondón) voire des discours de politiques plus lucides que d’autres (Antonio Ledezma) sur la nature « totalitaire » du processus initié par Hugo Chávez ou encore sur la division du pays en deux identités nouvelles – chaviste et antichaviste –. L’ouvrage insiste également et à juste titre sur la radicalisation et la disqualification voire la déshumanisation de l’autre, en d’autres termes de quiconque ne partagerait pas l’idéologie régnante – les « ennemis du processus » –. Tels furent en effet les maîtres mots de la « révolution spectacle » (C. Capriles) et de ses partisans, parallèlement à la légitimation de la tentative de coup d’État de février 1992 menée par Chávez, la « rébellion des anges » selon l’expression d’Angela Zago, transformée en « commissaire politique » à l’instar d’autres intellectuels partisans du régime.

3La thèse de la « bolivarisation de la République » et de l’effacement avéré du passé récent, celui du système démocratique issu du pacte de Punto Fijo (1558), constituent de fait le fil conducteur des chapitres suivants. Il s’agit pour A.T. Torres d’appréhender le lien imaginaire qui unissait le leader aux « masses », la ferveur qui accompagnait ses prestations médiatiques (en particulier télévisées, avec l’émission Aló Presidente), ses messages porteurs de symboles christiques y compris, ou encore l’influence exercée par Norberto Ceresole, sociologue argentin ancien conseiller des dictatures du Cône sud. D’où le nouvel « apostolat » ou devoir de mobilisation qui incombait désormais aux intellectuels selon l’anthropologue Michelle Ascensio. La mise en place de la Constituante, l’adoption d’une nouvelle constitution, la Constitution bolivarienne (1999), les « méga élections » qui s’ensuivirent, le contrôle des institutions par le pouvoir y compris à l’occasion de référendums (à une exception près), et, déjà, la montée de la violence politique et du fanatisme, contribuent à réécrire l’histoire du pays avant même l’annus horribilis de 2002 (tentative de coup d’État contre Chávez en avril). S’ajoutera ensuite l’adoption des lois dites habilitantes, qui confèrent les pleins pouvoirs au Président. A. T. Torres est alors partie prenante de cette « maladie de l’âme » qui consistait, comme ce fut le cas pour de nombreux intellectuels, à se mobiliser dans l’opposition aux côtés d’autres professionnels de la culture ou des médias (Teodoro Petkoff, Thaelman Urgelles, Carlos Oteyza, Elías Pino Iturrieta et tant d’autres) : tous furent considérés comme des « ennemis de la culture » selon le credo officialiste. Elle montre ainsi comment la polysémie du « bolivarisme » participe de cette réécriture offensive de l’histoire menée par un président à la personnalité clivante et paranoïaque, sujet de discussions sans fin pour les psychiatres se penchant sur la question. La dénonciation, l’usage de la peur, l’imposition d’une « culture officielle », la répression des grèves « civiques » et des manifestations, les attaques constantes contre la presse, l’ère du soupçon généralisé, les insultes et autres « blessures symboliques » à l’encontre des opposants et des ONG ou des médias (Tal Cual, El Universal, El Nacional…), les incursions violentes des Cercles bolivariens puis des milices du régime, la violation de plus en plus systématique des droits humains, les fraudes électorales, la rupture de l’ordre constitutionnel, particulièrement évidente sous la présidence du successeur de Chávez, et un quotidien chaotique sous-tendent ce témoignage sur un Venezuela qualifié sans ambages de « territorio libre para la novela negra ».

4Au confluent de l’histoire et du témoignage précisément, à la fois sur le combat intellectuel de l’auteure et son insertion dans une dynamique d’opposition au régime bolivarien et à ses velléités dans le domaine de la culture, Diario en ruinas demeure, certes, un texte très précis pour le lecteur non familier de l’histoire récente du pays. Contribution d’intérêt à la mobilisation du monde de la culture in situ, il présente cependant l’avantage de se positionner comme une chronique de l’intérieur tout en bénéficiant d’une vision extérieure (l’auteure résidant à Toronto). Cette double circonstance rend dans une certaine mesure plus accessible ce récit de la tragédie d’un pays passé du statut de « Venezuela saudita » à celui d’État failli. À noter que cette édition, à laquelle nous avons eu accès en version E-Pub, inclut les références des textes de l’auteure, ouvrages ou articles de presse parus dans les grands quotidiens vénézuéliens ou dans des médias en ligne, ainsi qu’une sélection de ces mêmes textes et des manifestes d’intellectuels vénézuéliens, indispensables à la compréhension de cette tragédie du temps présent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Ana Teresa Torres, Diario en ruinas (1998-2017) »Caravelle, 113 | 2019, 226-227.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Ana Teresa Torres, Diario en ruinas (1998-2017) »Caravelle [En ligne], 113 | 2019, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 09 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/7031

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS-IHTP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals