Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95MélangesLes élites de Saint-Domingue au X...

Mélanges

Les élites de Saint-Domingue au XVIIIe siècle : réflexions méthodologiques

Zélie Navarro-Andraud
p. 59-84

Résumés

Essentiel à toute recherche, le choix d’un protocole méthodologique se doit d’être pertinent. Pertinent par rapport à la discipline, par rapport au sujet, par rapport aux objectifs de l’étude. Dans cette perspective, cet essai de réflexion se veut être une présentation, étape par étape, d’une démarche méthodologique, depuis les prémices de la recherche jusqu’au dépouillement et l’analyse critique des matériaux et des sources. Afin de répondre à cette ambition, l’article présente une méthodologie spécifique : la prosopographie. En effet, l’objectif n’est pas, ici, de faire état de la multiplicité des méthodes d’analyses en sciences humaines mais de présenter toute la rigueur d’un protocole et d’un processus de réflexion en prenant appui sur le cas précis d’un sujet de recherche.

Haut de page

Texte intégral

1Essentiel à toute recherche, le choix d’un protocole méthodologique se doit d’être pertinent. Pertinent par rapport à la discipline, au sujet, aux objectifs de l’étude. Dans cette perspective, cet essai de réflexion se veut être une présentation, étape par étape, d’une démarche méthodologique depuis ses premiers pas jusqu’à l’usage des outils nécessaires à sa réalisation. Au regard de la grande diversité des protocoles d’étude en sciences humaines, c’est à travers une méthodologie en particulier, la prosopographie, que nous présenterons toute la complexité d’un processus de réflexion et d’analyse.

  • 1 Navarro-Andraud Zélie, Les élites urbaines de Saint-Domingue dans la seconde moitié du XVIIIe siècl (...)

2De fait, afin de rendre compte concrètement de cette démarche initialement conceptuelle, nous prendrons comme support d’analyse l’exemple d’un sujet, relevant de l’histoire sociale : « Les élites urbaines de Saint-Domingue dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : la place des administrateurs coloniaux (1763-1792)1.

3A travers ce thème nous présenterons le déroulement du parcours méthodologique emprunté suivant deux grandes étapes qui sont la définition intrinsèque du sujet, commune à l’ensemble des disciplines de sciences humaines, et la mise en œuvre de la pratique prosopographique.

4Si celle-ci est ordinairement propre à l’histoire, ses emprunts méthodologiques à d’autres disciplines nous permettent d’exposer des données générales adaptables et modulables.

I. Appréhension et définition du sujet

La recherche bibliographique : de l’élaboration à l’analyse critique

5Tout travail de recherche débute, invariablement, par une recherche bibliographique. Celle-ci consiste, dans un premier temps, à se documenter de façon générale sur le sujet envisagé avant de l’appréhender de façon plus précise. Bibliothèques, moteurs de recherches, bases de données et bibliographies en fin d’ouvrages sont les principaux éléments à la disposition du chercheur. Prenons l’exemple suivant : « Les élites urbaines de Saint-Domingue dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : la place des administrateurs coloniaux (1763-1792) », exemple familier en ce qui me concerne puisqu’il s’agit du thème d’une thèse de troisième cycle soutenue en 2007. La première étape réside donc, dans le cadre de cet exemple, en la consultation d’ouvrages relatifs à la conquête coloniale européenne et française de même qu’à l’histoire des Caraïbes et de Saint-Domingue en particulier. Il s’agit ici de se familiariser avec l’histoire coloniale et l’histoire antillaise, l’objectif étant d’acquérir une vision globale du temps et de l’espace dans lesquels s’inscrit le sujet.

  • 2 Saintoyant J., La colonisation européenne du XVe au XIXe siècle, t. 1, La formation des empires col (...)
  • 3 Voir, entre autres, Chaunu Pierre, Les Amériques XVIe-XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Armand Colin, 19 (...)
  • 4 Les ouvrages abordant le thème de l’économie étant nombreux, je ne proposerai qu’un seul titre dont (...)
  • 5 Duviols Jean-Paul, Voyageurs français en Amérique (colonies espagnoles et portugaises), Paris, Bord (...)
  • 6 Grumberg Bernard, Lakroum Monique (dir.), Histoire du métissage hors Europe. nouveaux mondes ? nouv (...)
  • 7 L’Université Paris-IV-Sorbonne accueille aujourd’hui le Centre International de Recherche sur les E (...)

6De cette première élaboration bibliographique se dégagent les grandes orientations de la recherche menée jusqu’alors. En effet, une bonne connaissance des grands axes de recherche et de leur évolution, de même que des divers courants de pensée ayant traversé et animé la recherche elle-même, est indispensable à tout préalable. Dans le cas présent, l’historiographie se compose globalement, dans un premier temps, de travaux d’après guerre, appartenant au courant historique dit « événementiel » et « institutionnel », tendant soit à justifier la politique coloniale des puissances européennes soit à retracer une histoire générale où seuls les faits sont constitutifs de celle-ci2. Puis, dans les années soixante, la présentation du mercantilisme comme moteur de l’expansion européenne dans le monde ouvre la voie à un nouveau courant de recherche. De nombreux ouvrages de synthèse tentent alors de définir l’histoire de la colonisation à travers deux axes principaux que sont la politique et l’économie3. Les travaux réalisés sur une grande échelle, de temps ou d’objet, s’appuient ainsi sur l’analyse statistique4. Or, dans cette voie du grand commerce maritime, selon la place accordée au phénomène d’échange ou de production, se distinguent deux grands courants d’étude : un courant pouvant être qualifié de « circulationniste » et un second courant, s’opposant au premier, globalement orienté vers le « productionnisme ». Suite à la publication de quelques études d’histoire sociale à la fin des années soixante-dix5, un nouveau champ de recherche s’ouvre dans les années quatre-vingt pour aboutir à un nouveau courant bibliographique tourné vers l’interprétation sociale de l’histoire. L’interrogation porte désormais sur les valeurs et les modes de vie que les acteurs de la colonisation ont véhiculés. Aux côtés de ces considérations les conséquences de la colonisation sont également analysées. La question du métissage devient l’une des préoccupations des historiens6. Quant à la répercussion de la traite, en Afrique, celle-ci connaît un nouvel essor7.

7En ce qui concerne les travaux consacrés aux Antilles françaises, ils connaissent la même évolution historiographique que les publications relatives à la colonisation ; cependant, les grandes études de synthèse sont peu nombreuses.

8Quoi qu’il en soit, deux thèmes dominent largement la production européenne et antillaise : le système de plantation et la traite atlantique.

  • 8 Voir les nombreux travaux de Lucile Bourrachot et de Jean-Pierre Poussou, auteurs de cette enquête.

9Enfin, concernant, plus précisément, l’étude de la société coloniale et dominguoise, à partir des années soixante, une vaste enquête sociale est lancée, basée sur les registres des passagers embarqués pour les îles8.

  • 9 A titre d’exemple : Cottias Myriam, La famille antillaise du XVIIe au XIXe siècle : Etude anthropol (...)
  • 10 Arnold L., Bureaucracy and Burocrats in Mexico City. 1742-1835, Tucson, 1988 ; Bertrand Michel, Gra (...)
  • 11 Bonnet Natacha, Seigneurs et planteurs, entre Ouest Atlantique et Antilles : quatre familles du XVI (...)

10Parallèlement, d’autres études consacrées à la société coloniale et créole sont menées. Il s’agit principalement de recherches réalisées à petite échelle ou axées autour d’un sujet très précis, parfois restrictif. Elles ont toutefois le mérite de s’affranchir de l’histoire traditionnelle des plantations pour s’ouvrir aux autres catégories socioprofessionnelles et, de façon générale, à la société coloniale9. Les élites coloniales européennes ont, quant à elles, fait l’objet d’un certain nombre d’études, majoritairement, anglaises et ibériques10. Les thématiques alors abordées ne diffèrent guère de celles traitées par les travaux menés sur leurs homologues métropolitains, dont l’analyse s’inscrit pleinement dans la mouvance de l’histoire sociale. Quant à l’étude des élites coloniales françaises, les publications sont peu nombreuses, et jusqu’au début des années quatre-vingt-dix les approches sont aussi diverses que la qualité des écrits. Néanmoins, dans cette perspective historiographique, la nouvelle approche sociale de la société coloniale connaît actuellement un regain d’intérêt11.

11La vocation de ce rapide tour d’horizon historiographique et bibliographique est de fournir, ici, un exemple concret d’une démarche et de ses résultats. Car, dans l’absolu, peu importe la thématique de recherche, voire la discipline : un sujet d’étude recouvre invariablement un éventail thématique aussi large que la multiplicité des angles d’approches. De fait, il s’agit de procéder à une analyse critique des divers courants historiographiques et de la bibliographie constituée au cours de la recherche. Le classement même de cette bibliographie (chronologique ou thématique), dont les références peuvent être, parfois, accompagnées de quelques notes personnelles, vise à souligner la pertinence de la recherche, sa rigueur et la nouveauté du sujet considéré.

12Ainsi, même si certains thèmes apparaissent éloignés du sujet, leur connaissance est indispensable. Elle témoigne de la bonne connaissance du chercheur du champ d’étude dans lequel il s’inscrit et donc de la maîtrise de son objet.

Problématique de recherche : concepts et définitions

13La seconde étape dans l’approche du sujet consiste à affiner son appréhension. Quels concepts, quelles définitions, recouvrent véritablement les termes de l’étude ? De même, quels débats ont animé la réflexion, quelles écoles de pensée ont prévalu ? L’enjeu est alors de préciser le sujet, voir d’apporter un premier élément de réponse. Chaque terme, chaque groupe de mots doit faire l’objet d’une recherche avancée. Le sujet doit être rigoureusement interrogé, considéré sous toutes ses facettes.

14Revenons à l’exemple choisi dans cet article. L’étude de la place des administrateurs coloniaux au sein de l’élite urbaine de Saint-Domingue soulève de nombreuses interrogations. L’approche globale du sujet pose un premier questionnement, simple et essentiel : qui sont les administrateurs coloniaux ou comment se définissent-ils ? Quelle place occupent-ils parmi l’élite urbaine dominguoise ? La réponse à cette question nécessite de décliner celle-ci afin d’appréhender toute la réalité du sujet. L’analyse exige alors un certain nombre de définitions et de délimitations précises. Il s’agit de cerner au plus près les problèmes et les questions qu’il soulève. Une nouvelle fois, il est essentiel de définir les concepts inhérents à l’objet de l’étude.

  • 12 Les ouvrages étant particulièrement nombreux nous ne citerons que quelques études ayant contribué à (...)
  • 13 Cubells Monique, La Provence des Lumières, les parlementaires d’Aix au XVIIIe siècle, Paris, Maloin (...)
  • 14 Mousnier Roland, Recherche sur la stratification sociale à Pari…, op. cit., p. 7.
  • 15 Ibid., p. 8.

15Par exemple, le concept de catégorie sociale, inhérent au sujet, fut débattu dès le début des années soixante12. Jusqu’au début des années quatre-vingt, les historiens se sont divisés à propos des catégories socioprofessionnelles et des notions d’ordres et de classes. Selon Monique Cubells, « lorsque les rapports de production sont caractérisés par l’appropriation, par un groupe d’hommes à leur profit, d’une partie du produit obtenu par le travail d’autres hommes, à travers des cadres juridiques et sous des formes variables, ces rapports déterminent l’existence de deux classes13 ». La « classe » serait donc un concept théorique désignant avant tout un système de travail induisant de fait un système de relations entre catégories sociales. Défini de la sorte, le concept est applicable à tout système social où existent les rapports définis plus haut, ce qui lui donne un champ d’utilisation d’une extrême étendue. R. Mousnier avait, lui, poussé plus avant la réflexion en écrivant que « les classes sociales sont un genre de strates qui existent dans les sociétés où les jugements de valeur sociaux placent la production des biens matériels et la création des richesses au sommet de l’échelle des fonctions sociales dans une économie de marché où dominent les rapports de production capitalistes14. » De sorte que les strates sociales sont caractérisées par la part du travail social (gouvernement, administration, défense, éducation, etc.), par la forme de ce travail (conception, initiative, direction, exécution, etc.), par la mesure dans laquelle elles disposent du travail social d’autres strates, par une mentalité et un style de vie et par des moyens d’existence, cause ou conséquence, de façon générale, de leur rôle social15. Ainsi, la fonction sociale constitue la vie, la raison d’être, la manière d’être, le moyen d’entretenir le niveau de vie et de l’améliorer, des membres d’une même catégorie sociale. C’est donc à travers cette approche idéologique que fut appréhendée, dans un premier temps, la catégorie socioprofessionnelle des administrateurs coloniaux et plus largement la catégorie sociale des élites. Néanmoins, cette réflexion ne peut à elle seule cerner toute la complexité d’un groupe social.

  • 16 Ibid., p. 8.

16L’analyse nécessite une appréhension globale de l’organisation de la société dans laquelle s’inscrivent les individus. Ainsi, la société française d’Ancien Régime est avant tout divisée en ordres. L’ordre comprend une qualité attachée à la personne et qui est une dignité relative ; un style de vie qui en découle ; une vocation à certaines parties de la division du travail social, qui en résulte. Les ordres et leurs divisions, les états, sont reconnus par le consentement tacite du peuple. Toujours selon R. Mousnier, « le tacite consentement des peuples est entraîné par un ensemble de jugements de valeurs spontanés sur les comportements sociaux, qui crée l’échelle de valeur sociale. Ils reposent d’abord sur la notion d’utilité16. » Cette utilité, qui sous l’Ancien Régime réside dans l’exercice de la profession des armes, confère la qualité, la dignité et l’honneur. La qualité impose, quant à elle, le style de vie, le costume, la résidence, les occupations, les distractions, les relations, les fonctions publiques, les opinions et les points de vue. Enfin, les corps sont divisés en rangs, assignés à chacun dans l’échelle sociale et révélés par le comportement à leur égard de ceux qui les approchent et de la société en corps (dignités, honneurs, décorations, pensions, etc.). Quant à l’évaluation des individus et leur classement dans la hiérarchie sociale ils relèvent, en premier lieu, de leur fonction sociale principale, de ce qu’ils exécutent pour le bien commun et qui correspond le plus souvent à une profession. Mais d’autres critères peuvent entrer en ligne de compte dans cette évaluation et tenir lieu de conditions comme la naissance, le lignage et, dans le cas des colonies, la race.

  • 17 Mousnier Roland, Les hiérarchies sociales…, op. cit.

17Afin de définir plus précisément la notion de catégorie sociale, R. Mousnier use des diverses échelles de stratification. Pour lui, cinq échelles déterminent la position sociale d’une personne : la stratification légale, le statut social, la hiérarchie économique, le pouvoir et la stratification idéologique17.

18Le croisement de ces diverses échelles, associé aux notions précédentes, aboutit à une classification sociale des individus en vertu d’un certain nombre de similarités. Or, de cette répartition sociale procèdent les catégories sociales et leur hiérarchisation.

19C’est donc parce que nous étions imprégnée de cette théorisation des catégories sociales que, par exemple, le parti fut pris à un moment de l’analyse de différencier, puis de comparer, les administrateurs coloniaux en fonction de leur origine sociale (noblesse, bourgeoisie, sans état). L’étude sociale du groupe se devant d’inclure la hiérarchie des corps tout en tenant compte d’une certaine fragilité des rangs.

20Le processus analytique du concept de catégorie sociale fut ainsi appliqué aux autres concepts présents dans le sujet. Ainsi, les notions d’élite, d’élite urbaine et d’officiers et/ou d’administrateurs, furent tour à tour étudiées.

21Il résulte de cet exercice un essai de définition globale du sujet. Ainsi, dans le cas présent, si l’on transpose sur la société dominguoise le croisement des notions d’élite, d’élite urbaine et d’administrateur celles-ci recouvrent alors l’ensemble du personnel dépendant des secrétariats d’Etat de la Guerre, de la Marine, du Contrôle général des finances et les magistrats des cours supérieures. La position dans la hiérarchie sociale et la fonction au service de l’Etat désigne un groupe socialement identifiable pouvant se présenter sous le terme générique d’administrateur colonial. Dépositaires de la puissance publique et acteurs de la gestion de Saint-Domingue, ils entrent dans la catégorie dite des élites coloniales, élites que concentre l’espace urbain, lieu d’exercice du pouvoir.

22Or, le cadre de la recherche, bien que défini conceptuellement, n’est pas complet. En effet, dans le cas d’un sujet d’histoire, à l’espace géographique et social s’additionne un espace-temps : 1763-1792. Il est à noter que la dimension chronologique de la recherche, si elle est inhérente à tout sujet historique, est commune à un certain nombre de disciplines de sciences humaines. Ne serait-ce que parce qu’elle permet de fixer un cadre permettant de limiter l’espace de la recherche, de cerner un élément ou de le définir par opposition au cadre établi.

Chronologie d’une recherche : nécessité, définition

23Si la définition de limites chronologiques est indispensable, elle est essentielle en histoire. La délimitation d’un cadre chronologique permet de border la recherche, en elle-même, mais aussi et surtout de mettre en relief une période particulière dont les multiples spécificités auront orienté le « découpage » du temps historique. Il s’agit de porter l’analyse sur un espace-temps cohérent du point de vue du sujet. De fait, les périodes considérées se caractérisent généralement par un marqueur unitaire fort, qu’il soit d’ordre politique, social, économique ou culturel, offrant une certaine homogénéité de lecture donc d’analyse. C’est ainsi que les temps de primauté, ou dates supposées de « débuts », « naissances » ou « apparitions », et les périodes marquant une « fin » de cycle, une « déchéance » ou une « rupture », bornent les extrémités chronologiques des études.

24Dans le cas présenté, la seconde moitié du XVIIIe siècle correspond, dans le domaine colonial, à l’âge d’or des Antilles et plus particulièrement de Saint-Domingue. En effet, à l’explosion du commerce colonial s’ajoute l’expansion de l’émigration métropolitaine à destination de la Caraïbe. Enfin, à ces considérations économiques et démographiques s’additionnent celles d’ordre politique et social qui justifient les dates de 1763 et de 1792.

  • 18 Pour une présentation de l’administration coloniale, de sa hiérarchie et de ses attributions, voir (...)

25Lorsque éclate en 1756 le conflit entre la France et l’Angleterre, le royaume de Louis XIV s’étend depuis les rives du Saint-Laurent jusqu’aux golfe du Bengale. La rivalité franco-britannique s’exacerbe en Amérique du Nord et aux Indes. Après de nombreux combats sur l’échiquier européen entre diverses puissances réunies en deux coalitions, le traité de Paris signé en 1763 marque la fin de la guerre de Sept Ans. La monarchie française vaincue se voit contrainte de céder certaines de ses colonies, la cession du Canada étant la plus célèbre. Louis XV ne sauvegarde que l’essentiel : Gorée, le droit de pêche au Canada et les Antilles dont Saint-Domingue est le fleuron. 1763 marque par conséquent la volonté royale de conserver Saint-Domingue et les bénéfices qu’elle apporte. Mais 1763 marque également un renouveau dans l’administration coloniale. A partir de cette date les pouvoirs de l’intendant sont considérablement étendus. Par ailleurs, le gouvernement prend conscience que la marine seule ne peut assurer la défense des territoires d’outre-mer et qu’il faut mettre en place une défense autonome des îles. Aux officiers de marine à la tête de l’administration coloniale succède un pouvoir bicéphale composé d’un officier d’armée et d’un officier civil. En même temps, le roi concentre et simplifie l’administration sous l’autorité de l’intendant, supprime les milices formées de colons, l’exercice du militaire est à nouveau concentré entre les mains de l’armée régulière18.

  • 19 Si la colonie voit l’élection de députés à l’Assemblée constituante en 1789, la création de postes (...)

26En ce qui concerne le choix de 1792, comme date extrême de l’étude, celui-ci fut longuement débattu, les événements secouant SaintDomingue en cette fin de XVIIIe siècle étant multiples et divers dans leurs répercussions. Quoi qu’il en soit, en dépit des quelques modifications politiques et administratives advenues jusqu’alors19, le gouvernement central et l’administration d’Ancien Régime demeurent encore en place et la société coloniale, bien que vacillante, n’est pas encore mise à bas. Ce n’est que le 28 mars 1792 que l’Assemblée législative établit une égalité de droit entre tous les hommes libres sans distinction de couleur ou de filiation. Ce décret, et l’envoi à SaintDomingue d’une deuxième mission de commissaires de la République pour le faire appliquer, marquent, à notre sens, le bouleversement de la société dominguoise par le renversement de la hiérarchie sociale basée, notamment, sur le critère de la couleur de peau. Suite à la promulgation de ce décret, des soulèvements d’esclaves embrasent toute la colonie et l’opposition des planteurs se fait plus virulente. Une nouvelle vague d’émigration se forme en direction des Etats-Unis, composée, entre autres, d’une part importante de l’élite urbaine de Saint-Domingue. Enfin, l’administration insulaire et la répartition des pouvoirs sont profondément remaniées. Le gouverneur général, tout comme les conseils supérieurs, voit ses prérogatives se restreindre au profit des commissaires civils, désormais seuls représentants du pouvoir civil légitime, et des libres de couleur entrent dans la composition des nouvelles instances administratives. C’est en raison de ces changements affectant les élites urbaines, l’administration coloniale et la hiérarchisation sociale que la date de 1792 fut retenue. Enfin, l’abolition de la royauté, le 21 septembre 1792, proclamant implicitement la République française et, de fait, la révocation de l’administration coloniale d’Ancien Régime, conforta notre décision.

27Ce que nous tentons de démontrer à travers cet exemple, c’est toute l’importance du cadrage chronologique d’une recherche. S’il s’agit de délimiter dans le temps un objet d’étude il est, avant tout, question de mettre en relief une unité d’analyse, que celle-ci se fonde sur une continuité ou une discontinuité d’un événement, d’une période, d’un phénomène.

28Le sujet étant ainsi défini, tant dans son insertion historiographique et bibliographique que dans ses concepts et sa chronologie, est alors venu le temps de la recherche sur le terrain.

Exemples de matériaux et sources de recherche

29Cette nouvelle étape consiste à pratiquer la recherche sur le terrain même de son élaboration. Le « terrain » diffère selon les disciplines mais le point commun est, sans aucun doute, la trouvaille de nouveaux éléments permettant de développer et d’étayer le sujet. Qu’il s’agisse d’un terrain de fouille, d’objets, d’une enquête sociologique, de témoignages oraux, de documents (manuscrits, visuels, sonores, etc.), d’iconographie, etc., l’enjeu demeure identique : tenter de répondre, par la collecte d’informations et leur analyse, aux questions posées par le sujet.

  • 20 On s’accorde à dire que la période moderne, en histoire, s’étende depuis les Grandes Découvertes, s (...)
  • 21 Aix-en-Provence, Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM). Inventaire sommaire, série colonies E, Aix (...)

30Dans le cas d’un sujet d’histoire, moderne en l’occurrence20, le terrain de la recherche est celui des archives papiers, publiques ou privées. Bien que le support soit identique, les sources offrent une grande variété de formes, de contenus, d’origines, d’émetteurs, de destinataires, etc., et ce, quelle que soit la discipline concernée. Une première approche est donc souvent nécessaire. Ainsi, un recensement initial est généralement réalisé lors des travaux de DEA, suivi de quelques sondages afin de mesurer leur contenu et leur valeur. En ce qui nous concerne, une sélection dut être opérée face à l’importance quantitative de la documentation. L’objet de notre recherche nous conduisit, en premier lieu, à sélectionner les dossiers personnels21 relatifs aux individus ayant séjourné dans les colonies françaises d’Ancien Régime, dont Saint-Domingue. Le contenu des dossiers, extrêmement divers dans sa composition, se révèle en règle générale d’une grande richesse : états de service, correspondances administratives et privées, requêtes, relevés de soldes, comptes d’habitation, documents juridiques, ordonnances médicales, etc. La grande variété des documents permet de retracer les trajectoires individuelles. Si les états de service établissent très précisément les parcours professionnels, le croisement des autres catégories de papiers permet de reconstituer, en partie, les parcours privés et les destins familiaux. Quant au croisement de l’ensemble des données il met en relief de nombreux aspects du quotidien ou des goûts des individus, pouvant toucher à l’intime. Se dessinent ainsi cercles de sociabilité professionnelle et privée, qualité des relations interindividuelles et familiales, mentalités, etc., favorisant une approche plus fine de l’individu et du groupe. Cependant, la composition des dossiers est extrêmement aléatoire, oscillant entre grande richesse documentaire et grande pauvreté des données. La série E n’est donc pas exhaustive. La lecture des dossiers révèle l’existence d’administrateurs qui n’ont pas de dossiers personnels répertoriés tandis que d’autres sont classés dans d’autres fonds.

31Quoi qu’il en soit, il s’agit de ne pas être tributaire du discours des acteurs (administrateurs, hiérarchies administratives, protecteurs, etc.), notamment sur les conditions d’évolution des carrières. Les multiples courriers de sollicitation en tout genre procèdent d’un genre extrêmement codé livrant des informations normalisées en raison de l’habitus bureaucratique. Il est donc nécessaire de croiser les sources pour valider la qualité des informations et d’interpréter les documents avec précaution.

  • 22 Taffin D., et allii, Dépôt des Papiers Publics des Colonies. Etat civil. Répertoire numérique, Aixe (...)

32La seconde source utilisée est celle des registres paroissiaux. Classé au sein du Dépôt des Papiers Publics des Colonies (DPPC)22, l’état civil, en vertu des données d’ordre généalogique et sociologique qu’il recèle, permet de démêler l’écheveau des liens de parenté, d’identifier les différents groupes sociaux et de tracer, ou d’enrichir, les divers réseaux de sociabilité. Largement complémentaire de la série colonie E, il met en lumière les parentés spirituelles significatives des accointances familiales, des intérêts professionnels, des ambitions et des mentalités. Les individus apparaissent insérés dans la société coloniale par le tissage volontaire de liens dont la qualité permet une appréhension encore un peu plus fine des individus et donc du groupe socioprofessionnel dans la dynamique d’un système relationnel. Néanmoins, le contenu et la conservation aléatoire de la documentation tempèrent le propos. Enfin, en terme d’informations, elle est inégale dans sa rédaction. Tandis que certains actes sont détaillés, d’autres sont très succincts.

  • 23 Menier, Marie-Antoinette, « Dépôt des Papiers Publics des Colonies, Saint-Domingue, notariat : tabl (...)

33Autre série du DPPC : le minutier notarial23. L’analyse des minutes apporte un nouvel éclairage. Les informations contenues sont, principalement, de nature économique mais suivant le type d’acte les données peuvent également être d’ordre généalogique, culturel, social, relationnel, professionnel, administratif, etc. D’une façon générale, en fournissant des indications sur la qualité des individus, les fortunes et les patrimoines, et la qualité des liens interindividuels entre les parties mentionnées, ces sources permettent d’affiner la perception des catégories socioprofessionnelles tout en rendant possible l’évaluation des critères d’appartenance à l’élite urbaine, dominguoise ou métropolitaine. Enfin, la diversité des actes et la richesse de leur contenu dessinent, notamment, l’univers relationnel dans lequel évoluent les administrateurs en mettant en relief les solidarités, les sociabilités, les tensions, les conflits et les enjeux financiers.

34En ce qui concerne la collection des greffes de Saint-Domingue, également constitutive du DPPC, elle se compose de procédures civiles et criminelles. La nature des informations fournies permet d’appréhender, lors de leur mise en perspective avec les sources précédentes, de nouvelles facettes. L’insertion au sein de l’élite peut être approfondie sous l’angle financier (nature, composition et valeur des patrimoines), ou celui des réseaux sociaux ou des mentalités. Cependant, les greffes ne recensant pas les procédures dans leur intégralité, il est généralement difficile d’en connaître les tenants et les aboutissants. Cette imperfection nuit alors à l’analyse des situations et de leurs enjeux. Il s’agit donc d’aborder avec circonspection la documentation, tant en raison de ses lacunes que de la nature judiciaire des sources codifiant le discours des acteurs et détournant la voix et les actions des protagonistes.

35Cependant, il ne s’agit pas d’une analyse exhaustive des archives relatives à Saint-Domingue. Tandis que d’autres types de sources ont été consultés, dont les sources imprimées (récits de voyage, travaux d’érudition, mémoires, journaux, annuaires, essais ou réflexions sur un domaine particulier, etc), il n’en demeure pas moins que de multiples documents auraient pu être sollicités.

36Ainsi, l’appréhension du sujet nécessite le suivi d’une démarche méthodologique rigoureuse inhérente à toute recherche. Le recensement et la localisation des sources sont indispensables. Un aperçu de leur valeur quantitative et qualitative est incontournable avant d’opérer, ou non, une sélection de celles-ci, s’il y a lieu. Quoi qu’il en soit, la diversité des sources est gage d’une recherche se voulant, si ce n’est complète, du moins précise. Le croisement des informations ainsi réalisé, l’étude critique et la prise de distance nécessaire du chercheur envers son matériau attestent véritablement d’une démarche analytique draconienne.

37Après avoir présenté, de façon générale, les premiers pas méthodologiques visant à appréhender le sujet dans sa globalité afin de valider, ou non, sa pertinence et sa potentialité, il convient maintenant de s’intéresser à l’étape suivante du processus de recherche. Celle-ci consiste en l’élection d’une nouvelle méthodologie de travail ayant la capacité, par sa pratique et la réflexion qu’elle induit, d’apporter une réponse aux questions soulevées par le sujet.

II. Une méthode d’analyse : la prosopographie

  • 24 La « micro histoire sociale » consiste en l’étude de groupes sociaux aux effectifs restreints, géné (...)

38Le choix d’une méthode d’analyse représente la deuxième grande étape dans le déroulement d’une recherche. L’élection d’une méthode doit faire l’objet d’un choix pertinent, en adéquation avec le sujet et les types de sources recensés. En effet, celle-ci a pour vocation de nous permettre de répondre aux questions posées par notre objet en interrogeant de façon appropriée les ressources à notre disposition. Il serait donc illusoire de vouloir prétendre présenter, ici, l’ensemble des démarches méthodologiques ayant cours en sciences humaines. En conséquence, dans un souci de justesse et d’évocation concrète nous nous attacherons à présenter une démarche spécifique, interdisciplinaire sous certains aspects. L’objectif est, ici, de faire état du déroulement d’un processus méthodologique dans toute sa complexité afin de poser quelques jalons en matière de procédé et de réflexion. Ainsi, au regard du thème évoqué, le choix méthodologique fut celui de la prosopographie, en raison de la nature du sujet et des questionnements qui le soustendent. Développée dans le domaine de l’histoire sociale au cours des années 1970, suite à une réorientation paradigmatique au profit de la « micro histoire sociale »24, elle a pour objectif de cerner l’identité d’une population spécifique au travers des individus qui la composent. Or, cette approche nécessite de fait la constitution d’un corpus d’individus.

Elaboration d’un corpus

39La constitution du corpus représente la première difficulté de la démarche prosopographique, et plus généralement de toute démarche visant à appréhender une collectivité. Quels critères sélectionner ? Quelle hiérarchisation opérer ? Quel fondement privilégier ? L’établissement d’une biographie collective de tous les individus d’un groupe suppose que celui-ci soit, en effet, préalablement défini. Or, si l’appréhension des concepts d’« administrateur », d’ « élite », et d’ « élite urbaine », associée au territoire particulier de Saint-Domingue, permet de clairement définir le groupe, le délimiter s’est avéré plus difficile.

  • 25 Paris, CARAN, microfilm, 5 MI 1254, Recensements des fonctionnaires coloniaux de Saint-Domingue. An (...)
  • 26 Inventaire sommaire, série colonies E…op. cit. ; Vayssière Pierre de, Dossiers individuels du perso (...)
  • 27 L’ouvrage de Moreau de Saint-Mery Louis-Médéric-Elie, Description topographique, physique, civile, (...)

40Une première liste d’administrateurs coloniaux fut établie d’après le croisement des recensements des fonctionnaires coloniaux de SaintDomingue25, des répertoires des dossiers individuels du personnel des colonies26 et de l’index des personnes contenu dans l’ouvrage de Moreau de Saint-Méry27. L’établissement de cette liste mit en lumière une difficulté non négligeable. L’analyse prosopographique nécessite la collecte de données relatives à chacun des membres de la population étudiée mais, en comparant les trois listes initiales, il est apparu qu’un certain nombre d’administrateurs n’avait pas de dossiers personnels aux archives. Or, comment prétendre à l’analyse d’un groupe lorsqu’une partie de ses membres demeure dans l’obscurité ? Quelle crédibilité accorder à une étude où la part d’inconnu se révèle conséquente ? Celleci ne remet-elle pas tout simplement en question les résultats dégagés ? Mais, à l’inverse, élaborer un corpus à partir des sources individuelles estce suffisant à la fondation d’une prosopographie rigoureuse ? Le retranchement d’individus connus seulement par leur nom ne conduit-il pas à réaliser une analyse incomplète du groupe ? Face à ce problème insoluble, le parti fut pris de privilégier la présence de sources individuelles. Si le recensement des administrateurs à partir des dossiers personnels peut être perçu comme une délimitation arbitraire du corpus, elle s’avère cependant nécessaire. Les sources individuelles constituent un matériau précieux pour la reconstitution des trajectoires et donc pour l’appréhension globale du groupe.

  • 28 Pour une définition des officiers moyens voir, entre autres, Nagle Jean, « L’officier « moyen » dan (...)

41Second élément de sélection : l’intitulé même du sujet se rapportant à la notion « d’administrateur ». Si le mot « d’administrateur » est généralement employé comme un terme générique désignant l’ensemble des agents de l’Etat ils n’en sont pas tous pour autant des administrateurs. Représentant de l’Etat, l’administrateur est le détenteur d’une parcelle de pouvoir public appliqué à la gestion administrative de la colonie. Sa capacité de remplir, à la décharge du roi, des fonctions essentiellement liées à sa juridiction et à son administration, fait de lui un décisionnaire et un donneur d’ordre. C’est donc en fonction de l’étendue du champ de compétences en matière de pouvoir et d’autorité dans le gouvernement de Saint-Domingue que fut affinée la délimitation du groupe. En raison de leur positionnement au sein des hiérarchies professionnelles et de la prépondérance de leur statut d’exécuteur sur celui de donneur d’ordre les officiers dits « moyens » furent donc, par exemple, écartés28. Ce choix peut néanmoins être jugé délicat si l’on considère les limites chronologiques et la réalité des carrières et de leur avancement. La discrimination réalisée ne se fait pas l’écho d’une éventuelle rupture au sein de la carrière administrative. Il est évident que des membres du corpus ont débuté leur carrière en dehors de l’ère d’étude et que, de fait, l’analyse en tient compte. Quant à la mise à l’écart des individus n’étant pas officiers supérieurs avant 1792, il ne s’agit pas là d’un tort porté à l’étude car ces administrateurs en devenir n’appartiendront pas au système administratif analysé, celui-ci étant profondément remanié à partir de cette date avant de disparaître lors de l’indépendance de SaintDomingue en 1804. Leur non sélection résulte de la volonté d’inscrire les travaux dans une homogénéité politique, administrative et structurelle afin de rendre pertinente l’analyse prosopographique. En d’autres termes, il s’agit de comparer des individus ayant connu des conditions d’exercice similaires. Or, la prosopographie requiert dans son approche une certaine normalisation.

Méthode de la prosopographie : démarche, enjeux, limites

42Une fois le corpus délimité, la prosopographie a pour premier objectif de constituer des notices individuelles regroupant les renseignements biographiques sur l’ensemble des membres du groupe. L’inventaire et l’exploitation des sources disponibles doivent ainsi permettre de déterminer les origines géographiques et sociales des individus mais également de reconstituer les carrières et les trajectoires comme de recomposer les fortunes et les activités. Le croisement des sources permet alors de combler les lacunes, ou plus généralement de réduire la part d’inconnu, tout en rendant plus fiable la qualité des données. Or, dans le cadre de cette approche sérielle la collecte d’informations doit tendre vers une standardisation des données. Dans la perspective d’une biographie collective, les biographies individuelles doivent être comparables. De fait, la normalisation des documents administratifs présents dans les dossiers personnels permet de répondre à cette exigence. Car l’intérêt de la recherche prosopographique réside dans la confrontation, la comparaison, des biographies.

  • 29 Picard Emmanuelle, « Du dossier individuel à la prosopographie en histoire de l’éducation : bilan e (...)

43Pour mener à bien ces comparaisons, cela nécessite un traitement statistique des données. En effet, l’analyse ne porte pas sur un individu qui serait confronté tour à tour aux autres membres du corpus mais sur une population. Il s’agit de dessiner les contours du groupe, de l’appréhender dans sa diversité en dépassant les individus « hors norme ». L’un des intérêts de la prosopographie est qu’elle permet de montrer l’ensemble des trajectoires : les plus caractéristiques de la « norme », au sens de la majorité statistique, les écarts et les « anomalies », soulignant toute la complexité du groupe. Cette approche met ainsi à disposition à la fois le groupe et l’individu permettant un changement d’échelle d’analyse dont la pratique vise à apprécier le plus finement possible le lien qui se noue entre l’individu et le groupe. En constituant une vision complète des trajectoires personnelles il est donc possible de révéler les dynamiques internes qui parcourent le groupe, d’interroger ses modes de fonctionnement, en définissant les types et les formes de relations interindividuelles. Or, à cette première possibilité s’offre conjointement celle d’éclairer le rapport du groupe avec le monde extérieur, en l’occurrence les élites urbaines de Saint-Domingue. En effet, la prosopographie conduit le chercheur à s’interroger sur la nature, la forme et la porosité des frontières sociales. Leur interrogation, leur analyse, appelle à une réflexion sur les éléments concourrant à définir les caractéristiques sociales d’une catégorie professionnelle. Il s’agit de cerner une population, de saisir les niveaux d’autonomie et d’hétéronomie d’un espace social29.

44En raison de son approche à la fois quantitative et qualitative, générale et particulière, la démarche prosopographique nous est apparue pertinente dans le cadre de notre étude. Néanmoins, cette généalogie sociale se doit, dans la perspective d’une analyse fine et globale, d’intégrer les apports de la généalogie.

45La généalogie, dans ses formes classiques et sa pratique sociale, est inexorablement centrée sur la dynamique des familles en tant qu’unités autonomes. Les recherches se développent à partir d’un individu, ou d’un couple, de façon ascendante et/ou descendante. La démarche usitée ne diffère que peu des pratiques prosopographiques. Il s’agit, là aussi, d’établir des notices individuelles rassemblant toutes les données d’ordre généalogique afin de reconstituer les familles et leur destinée. En effet, la généalogie entend appréhender les individus au sein de leur univers familial proposant ainsi une nouvelle approche davantage axée sur le fort privé. Le croisement de ces deux méthodes offre ainsi une analyse du groupe à la fois verticale ou familiale et horizontale ou sociale. Dans les deux cas, elle se veut rayonnante à partir d’un noyau central représenté par l’administrateur et son couple.

46Bien que la généalogie soit complémentaire de la prosopographie il n’en demeure pas moins qu’un certain nombre de limites s’imposent. L’inégale conservation des sources représente la principale d’entre elles. L’usage de la prosopographie suppose la standardisation d’un certain type de données relatives à chaque individu. Or, toute la difficulté réside dans la capacité des sources à renseigner systématiquement l’ensemble des catégories nécessaires à l’étude entreprise. L’œuvre du temps sur la documentation associée à une certaine discrétion des individus dans les sources font du fort pourcentage d’inconnu une règle incontournable. A cette lacune majeure s’ajoute un second élément, également engendré par la disparité des informations, qui est un certain effet de réduction du champ d’analyse par la mise en fiche d’un matériel inégal. Ces lacunes inexorables induisent des biais méthodologiques fragilisant de fait la démonstration. On peut donc légitimement se demander dans quelle mesure la population étudiée est-elle représentative d’une population qui a existé à un moment donné ? Indéniablement, la prosopographie aboutit généralement à élaborer des bases de données sans pouvoir toujours en tirer des conclusions réelles suivant le questionnement. Il s’agit de se faire extrêmement prudent quant à l’interprétation et à l’appréciation des faits prosopographiques.

47Dans sa démarche méthodologique de traitement des données, la prosopographie vise donc à faire émerger les caractéristiques propres d’un groupe social, l’objectif étant, dans une perspective synthétique, d’en extraire le maximum de renseignements sur le plan de l’histoire générale. Par la standardisation des biographies elle permet la mise en œuvre d’un questionnement spécifique, général, qui ambitionne de conduire à une approche globale de la société par l’étude d’un de ses groupes sociaux. L’objectif ultime étant d’aboutir à une meilleure compréhension de la vie des hommes en société.

Outils informatiques et bases de données

48Au regard de la démarche méthodologique établie par la prosopographie, la constitution de bases de données apparaît essentielle. Ainsi, dans l’optique d’appréhender à la fois l’individu au sein de la sphère familiale comme au sein de la sphère publique, il fut créé deux bases de données distinctes.

49La première, ouverte sous le logiciel Win Généalogic, met en fiche les informations généalogiques propres à chaque individu. Il est ainsi créé une fiche par personne comprenant comme informations l’état civil de l’individu, les unions, les séparations, la descendance issue de chaque union, les ascendances, la profession, etc.

Fiche individuelle de Pierre Guy Coustard.

Fiche individuelle de Pierre Guy Coustard.
  • 30 Notre base de données contient actuellement un total de 6 208 fiches soit autant d’individus enregi (...)

50L’objectif d’un tel logiciel est la reconstitution des familles et des parentés. L’enregistrement systématique des personnages rencontrés au cours du dépouillement des diverses sources permet de démêler l’écheveau des liens familiaux30. Ainsi, grâce aux multiples applications du logiciel, se dessinent les toiles de parenté. Les bases de données généalogiques recomposent et représentent schématiquement l’ossature des familles, par le biais d’un arbre généalogique, mais elles mettent également en évidence leur dynamique interne et sociale. Par exemple, le simple remplissage des champs proposés sur les fiches et leur analyse globale, au niveau du corpus, révèle les stratégies matrimoniales des individus, des groupes familiaux et du groupe socioprofessionnel des administrateurs coloniaux, suivant l’échelle d’analyse. L’étude globale des mariages met alors à jour la norme matrimoniale du groupe tout en soulignant les exceptions. Enfin, il demeure évident que l’un des principaux attraits des logiciels de généalogie est la possibilité de procéder à des analyses démographiques et statistiques. L’espérance de vie, l’âge au mariage, le nombre de remariages, la durée du veuvage, le nombre d’enfants, etc., peuvent être quantitativement appréhendés. Si ce faisceau d’angles d’analyse permet de cerner le groupe dans sa composante démographique globale il permet également d’aborder, par exemple, à travers un autre biais, la question des stratégies matrimoniales et des mentalités dans le rapport des individus à la religion.

51Si l’intérêt de ce type de base de données est évident, il n’en demeure pas moins que certaines difficultés se posent, notamment dans la saisie informatique des données. Alors qu’ordinairement le remplissage des champs est relativement souple il est difficile d’enregistrer des informations familiales floues. Si, par exemple, l’existence d’un « cousin à la mode de Bretagne » nous est connue sans autre indication, le logiciel ne permet pas de rentrer cet individu dans la base de données en faisant apparaître l’incertitude du lien de rattachement à l’une ou l’autre des familles, lien qui est cependant réel. Seule la fiche Notes, apparaissant sur la fiche individuelle, nous permet de consigner l’information dans l’attente de plus de précision. Il n’en demeure pas moins, qu’en dépit de ces quelques lacunes, l’usage d’un logiciel généalogique, s’il n’est pas suffisant, se révèle indispensable.

  • 31 Le système Fichoz, système de dépouillement, de stockage et de restitution de données liées à des a (...)

52Ainsi, parallèlement à Win Généalogic, une seconde base de données fut ouverte sous le logiciel FileMaker.Pro31. Il s’agit d’un outil informatique permettant de mettre en fiche les informations biographiques des individus dans un même fichier et selon un format unique favorisant un traitement simultané des données. Si une certaine codification dans la saisie est indispensable pour tendre vers la standardisation nécessaire des informations, et de leur lecture, le remplissage des fiches est cependant extrêmement large.

  • 32 Dedieu Jean-Pierre, « Les grandes bases de données : une nouvelle approche de l’histoire sociale. L (...)

53L’objectif, dans l’élaboration de cet outil, est de répondre, technologiquement, à l’évolution d’un paradigme, dominant en histoire sociale, qui de la considération unique d’un groupe social défini est passé à l’appréhension des acteurs composant le groupe. Or, un individu ne peut se concevoir que globalement. « On ne peut distinguer en lui l’homo oeconomicus, de l’homo socialis, de l’homo religiosus, du paterfamilias ou du magister docens : ce sont des rôles distincts, mais dans chacun d’eux il assume simultanément tous les autres, ce qui oblige à rassembler des données sur son action dans chacun de ces domaines avant d’opiner32. » Et si l’on prolonge la réflexion, alors l’étude d’un individu ne peut se faire sans la prise en considération de ses interactions avec la société dans laquelle il s’inscrit. De fait, la recherche doit à la fois se centrer sur l’acteur et se décentrer sur les personnes avec lesquelles il entre en relation. Face au décuplement de la masse de données à traiter, l’outil informatique se fait donc nécessaire.

54L’enjeu utilisationnel d’un tel logiciel est, dans un premier temps, la reconstitution des carrières et des trajectoires personnelles. L’ordonnancement chronologique des fiches, et non leur ordre de saisie, associé aux multiples applications informatiques permet de mettre en évidence le déroulement des parcours de façon linéaire, que ceux-ci soient ou non continus dans le temps. Le deuxième intérêt du système Fichoz est qu’il permet de mettre en fiche des données de type non professionnel. Chaque donnée peut, et doit être, traitée comme un événement dans la vie d’un acteur. Il s’agit donc de créer de nouvelles fiches propres à chaque fait donnant de la sorte une lecture séquentielle des parcours où l’acteur est, suivant les situations, actif ou passif. Cet enrichissement des notices individuelles permet de retracer les destins dans leur globalité.

Exemple de fiche de carrière de Pierre-François-David de Beaulmont, lieutenant-colonel du régiment de Port-au-Prince, Saint-Domingue.

Exemple de fiche de carrière de Pierre-François-David de Beaulmont, lieutenant-colonel du régiment de Port-au-Prince, Saint-Domingue.

55On comprend dès lors tout l’intérêt d’utiliser un tel outil dans une démarche prosopographique. L’enregistrement ouvert à tous types d’informations, la compilation des biographies et les nombreuses interfaces du logiciel permettent de procéder à une analyse quantitative précise et techniquement simplifiée. Tous les angles d’étude peuvent être abordés. Le changement d’échelle d’analyse se voit facilité et retrouve toute sa pertinence.

56Enfin, le troisième intérêt du logiciel est sa capacité de saisie des informations de type relationnel et son rendu visuel faisant émerger les liens noués entre un acteur et d’autres personnages. La fiche générale, présentée plus haut, affiche ainsi l’identité de la relation, sa nature et la période du parcours individuel dans lequel elle s’inscrit (profession, statut, action, etc.). La fiche dédiée au traitement de ces données contient, quant à elle, toute la substance de l’information : date, détails de l’information, sources.

Exemple de fiche lien de Pierre-François-David de Beaulmont, lieutenantcolonel du régiment de Port-au-Prince, Saint-Domingue

Exemple de fiche lien de Pierre-François-David de Beaulmont, lieutenantcolonel du régiment de Port-au-Prince, Saint-Domingue
  • 33 L’analyse de réseaux se base sur des calculs mathématiques qui aboutissent à la formalisation des p (...)

57L’enregistrement de ces données, par la création de fiches spécifiques mettant en relation deux individus, permet de recomposer la toile sociale dans laquelle s’insèrent les acteurs. Si FileMaker.Pro ne permet pas de concrétiser sous forme de graphes33 les liens interrelationnels, son utilisation invite à une lecture spécifique des sources. Son mode de saisie contraint le chercheur à découper les informations contenues dans la documentation en séquences événementielles nominatives. L’analyse des réseaux sociaux s’en trouve profondément renouvelée. Le fractionnement de l’information, son traitement informatique, introduisent dans l’analyse la combinaison de paramètres dont la prise en compte simultanée réoriente les perspectives. L’analyse porte désormais sur le caractère multidimensionnel des individus et leur action dans des sphères différentes. Ce logiciel n’est donc pas un dictionnaire biographique informatisé figé mais un outil en perpétuelle évolution.

  • 34 Dedieu Jean-Pierre, « Les grandes bases de données…, op. cit., p. 109.

58Cependant, aussi malléable que soit le logiciel dans la transcription des informations, quelques difficultés demeurent. Par exemple, la saisie de données touchant à l’intime, telles les opinions, est malaisée car il s’agit d’éléments difficilement classables en ce sens qu’ils sont non datés, non officialisés, non définis. Enfin, le système Fichoz n’offre pas d’exploitation statistique directe des données qu’il recense. « Il n’est en aucun cas un système d’exploitation de données historiques, mais un (presque) pur instrument de stockage et de filtrage34. » L’exploitation statistique doit être opérée sous d’autres logiciels. C’est là que réside, à notre avis, la principale lacune du système.

59Si la démarche méthodologique présentée est, généralement, propre à l’histoire, notre ambition est de souligner, ici, la rigueur de tout processus de mise en œuvre d’une méthode d’analyse et des questionnements et réflexions qu’elle suppose. Par le procédé qu’elle impose, visant à interroger, analyser et critiquer les sources, elle a inexorablement pour objectif, toutes disciplines confondues, de produire de nouvelles connaissances en répondant au sujet d’étude.

60Mener à bien une recherche scientifique suppose donc d’emprunter un parcours méthodologique précis, pertinent et ordinairement contraignant. Le sujet impose à la fois une réflexion sur le thème et sur les moyens méthodologiques permettant de répondre aux questions qui le sous-tendent. Si la première partie de la démarche présentée est commune à bon nombre de disciplines de sciences humaines le choix de la prosopographie, bien qu’à l’origine spécifique à l’histoire, demeure intéressant. Son mode opératoire, les questions qu’il soulève et l’ouverture du champ d’étude qu’il permet par la possibilité de variation des échelles d’analyse en font un outil méthodologique rigoureux et pertinent.

61Cependant, malgré toute la précision du processus, la prosopographie demeure soumise à l’inexorable aléa de la recherche historique : la conservation des documents. Ce défaut, majeur dans la composition du matériau de recherche, relativise, de fait, les résultats dégagés. Ils sont, généralement, à considérer avec prudence, puisqu’ils n’affichent pas une vérité absolue, mais ils indiquent, néanmoins, les principales tendances en soulignant la norme et ses écarts. Par la multiplicité des ressources qu’elle offre en matière de recherche, la prosopographie est, sans conteste en histoire sociale, une méthodologie performante tendant au but ultime qu’est une meilleure compréhension des réalités humaines des sociétés anciennes.

Haut de page

Bibliographie

Arnold L., Bureaucracy and Burocrats in Mexico City. 1742-1835, Tucson, 1988, 202 p.

Bertrand Michel, Grandeur et misère de l’office, les officiers de finances de Nouvelle-Espagne, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Publication de la Sorbonne, 1999, 458 p.

Bonnet Natacha, Seigneurs et planteurs, entre Ouest Atlantique et Antilles : quatre familles du XVIIIe siècle, université de Nantes, thèse de doctorat, Nantes, octobre 2006 .

Bourdieu Pierre, « Capital symbolique et classes sociales », l’Arc, n° 72, 1972, p. 13-19.

Buckner Philip, Canada and the British Empire, Oxford, Oxford University Press, 2008, 294 p.

Cassan Michel (dir.), Les officiers « moyens » à l’époque moderne : pouvoir, culture, identité, Actes du colloque de Limoges, 11-12 avril 1997, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 1998, 339 p.

Castillero Calvo Alfredo, Kuethe Allan, Historia general de América Latina, vol. 3, Consolidatión del orden colonial, ediciones UNESCO, Paris, 2000, 406 p.

Cauna Jacques de, L’Eldorado des Aquitains, Gascons, Basques et Béarnais aux isles d’Amérique (XVIIe-XVIIIe siècles), Biarritz, Atlantica, 1998, 541 p.

Chaunu Pierre, Les Amériques XVIe-XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Armand Colin, 1976, 271 p.

Chaussinand-Nogaret Guy, Histoire des élites en France du XVIe au XXe siècle, l’honneur, le mérite, l’argent, Paris, Hachette, 1991, 478 p.

Cottias Myriam, La famille antillaise du XVIIe au XIXe siècle : Etude anthropologique et démographique, Enracinements créoles, thèse EHESS, Paris, 1990, 2 t.

Cubells Monique, La Provence des Lumières, les parlementaires d’Aix au XVIIIe siècle, Paris, Maloine, 1984, 421 p.

Daumard Adeline, François Furet, Structures et relations sociales à Paris au milieu du XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, 1961, 97 p.

Dedieu Jean-Pierre, « Les grandes bases de données : une nouvelle approche de l’histoire sociale. Le système Fichoz », Revista da Faculdade de Letras História, Porto, III Série, vol. 5, 2004, p. 101-114.

Duviols Jean-Paul, Voyageurs français en Amérique (colonies espagnoles et portugaises), Paris, Bordas, 1978, 272 p.

Fouchard Jean, Artistes et répertoire de scènes de Saint-Domingue, Port-auPrince, Imprimerie de l’Etat, 1955, 271 p.

Gautier Arlette, « Les esclaves femmes aux Antilles françaises 16351848 », Réflexions Historiques, vol. 10, n° 3, 1983, p. 409-433.

Grumberg Bernard, Lakroum Monique (dir.), Histoire du métissage hors Europe. nouveaux mondes ? nouveaux peuples ?, Paris-Montréal, l’Harmattan, 1999, 288 p.

Inventaire sommaire, série colonies E, Aix-en-Provence, CAOM, s.d., 7 vol. , 1828 p.

Julien Charles-André, Les Français en Amérique au XVIIe siècle, Paris, Centre de documentation universitaire et Société d’édition d’enseignement supérieur réunis, 1976, 179 p.

Moreau de Saint-Mery Louis-Médéric-Elie, Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de Saint-Domingue, nouv. éd., par Blanche Morel et Etienne Taillemite, Paris, Société d’Histoire des Colonies françaises, Librairie Larose, 1958, 3 t. Menier, Marie-Antoinette, « Dépôt des Papiers Publics des Colonies, Saint-Domingue, notariat : table numérique et alphabétique par paroisse des notaires », Revue d’Histoire des Colonies, t. 38, n° 135, 1951, p. 339-358.

Mörner Magnus, Le métissage dans l’histoire de l’Amérique Latine, Paris, Fayard, 1971, 221 p.

Mousnier Roland, Les hiérarchies sociales de 1450 à nos jours, Paris, Presses Universitaires de France, 1969, 106 p. ; Recherche sur la stratification sociale à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, A. Pedone, 1976, 139 p.

Nagle Jean, « L’officier « moyen » dans l’espace français de 1568 à 1665 », dans l’Etat moderne : genèse, bilans et perspectives, Paris, CNRS Editions, 1990, p. 163-174.

Navarro-Andraud Zélie, Les élites urbaines de Saint-Domingue dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : la place des administrateurs coloniaux (1763-1792), université de Toulouse II-Le Mirail, thèse de troisième cycle, décembre 2007.

Pérotin-Dumon Anne, La ville aux îles, la ville dans l’île : Basse-Terre et Pointe-à-Pitre, Guadeloupe, 1650-1815, thèse d’Etat, université de Bordeaux III, décembre 1996.

Pétré-Grenouilleau Olivier, Les négoces maritimes français, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Belin, 1997, 255 p.

Picard Emmanuelle, « Du dossier individuel à la prosopographie en histoire de l’éducation : bilan et problèmes de méthode », Revue administrative, n° spécial, février 2007, p. 55-58.

Richard Robert, « Les minutes des notaires de Saint-Domingue aux archives du ministère de la France d’outre-mer », Revue d’Histoire des Colonies, t. 38, n° 135, 1951, p. 281-388.

Ronsseray Céline, « Administrer Cayenne : sociabilités, fidélités et pouvoirs des fonctionnaires coloniaux en Guyane française au XVIIIe siècle », université de La Rochelle, thèse de doctorat, décembre 2007, 3 vols.

Ruggiu François-Joseph, Vidal Cécile (dir.), Sociétés, colonisations et esclavages dans le monde atlantique. Historiographie des sociétés américaines des XVIe-XIXe siècles, Rennes, Les Perséides, 2009.

Saintoyant J., La colonisation européenne du XVe au XIXe siècle, t. 1, La formation des empires coloniaux (XVe-XVIIe siècles), Paris, Editions Marcel Daubin, 1947, 430 p.

Taffin D., et allii, Dépôt des Papiers Publics des Colonies. Etat civil. Répertoire numérique, Aix-en-Provence, CAOM, 1991, 2 t.

Vayssière Pierre de, Dossiers individuels du personnel des colonies (XVIIeXVIIIe siècles), inventaire-index dactylographié, 4 t., 1828 p.

Haut de page

Notes

1 Navarro-Andraud Zélie, Les élites urbaines de Saint-Domingue dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : la place des administrateurs coloniaux (1763-1792), université de Toulouse II-Le Mirail, thèse de troisième cycle, décembre 2007.

2 Saintoyant J., La colonisation européenne du XVe au XIXe siècle, t. 1, La formation des empires coloniaux (XVe-XVIIe siècles), Paris, Editions Marcel Daubin, 1947, 430 p.

3 Voir, entre autres, Chaunu Pierre, Les Amériques XVIe-XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Armand Colin, 1976, 271 p., Julien Charles-André, Les Français en Amérique au XVIIe siècle, Paris, Centre de documentation universitaire et Société d’édition d’enseignement supérieur réunis, 1976, 179 p.

4 Les ouvrages abordant le thème de l’économie étant nombreux, je ne proposerai qu’un seul titre dont la bibliographie est particulièrement intéressante : Pétré-Grenouilleau Olivier, Les négoces maritimes français, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Belin, 1997, 255 p.

5 Duviols Jean-Paul, Voyageurs français en Amérique (colonies espagnoles et portugaises), Paris, Bordas, 1978, 272 p. ; Mörner Magnus, Le métissage dans l’histoire de l’Amérique Latine, Paris, Fayard, 1971, 221 p.

6 Grumberg Bernard, Lakroum Monique (dir.), Histoire du métissage hors Europe. nouveaux mondes ? nouveaux peuples ?, Paris-Montréal, l’Harmattan, 1999, 288 p.

7 L’Université Paris-IV-Sorbonne accueille aujourd’hui le Centre International de Recherche sur les Esclavages : Acteurs, systèmes, représentations (CIRESC) créé à la suite du Réseau Thématique Prioritaire « Esclavages ». Il est composé d’un réseau international de chercheurs appartenant à des universités et des centres de recherche des continents africain, américain et européen.

8 Voir les nombreux travaux de Lucile Bourrachot et de Jean-Pierre Poussou, auteurs de cette enquête.

9 A titre d’exemple : Cottias Myriam, La famille antillaise du XVIIe au XIXe siècle : Etude anthropologique et démographique, Enracinements créoles, thèse EHESS, Paris, 1990, 2 t. ; Fouchard Jean, Artistes et répertoire de scènes de Saint-Domingue, Port-au-Prince, Imprimerie de l’Etat, 1955, 271 p. ; Gautier Arlette, « Les esclaves femmes aux Antilles françaises 1635-1848 », Réflexions Historiques, vol. 10, n° 3, 1983, p. 409-433.

10 Arnold L., Bureaucracy and Burocrats in Mexico City. 1742-1835, Tucson, 1988 ; Bertrand Michel, Grandeur et misère de l’office, les officiers de finances de Nouvelle-Espagne, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Publication de la Sorbonne, 1999, 458 p. ; Buckner Philip, Canada and the British Empire, Oxford, Oxford University Press, 2008, 294 p. ; Castillero Calvo Alfredo, Kuethe Allan, Historia general de América Latina, vol. 3, Consolidación del orden colonial, ediciones UNESCO, Paris, 2000, 406 p.

11 Bonnet Natacha, Seigneurs et planteurs, entre Ouest Atlantique et Antilles : quatre familles du XVIIIe siècle, université de Nantes, thèse de doctorat, Nantes, octobre 2006 ; Cauna

Jacques de, L’Eldorado des Aquitains, Gascons, Basques et Béarnais aux isles d’Amérique (XVIIeXVIIIe siècles), Biarritz, Atlantica, 1998, 541 p. ; Pérotin-Dumon Anne, La ville aux îles, la ville dans l’île : Basse-Terre et Pointe-à-Pitre, Guadeloupe, 1650-1815, thèse d’Etat, Université de Bordeaux III, décembre 1996 ; Ronsseray Céline, « Administrer Cayenne : sociabilités, fidélités et pouvoirs des fonctionnaires coloniaux en Guyane française au XVIIIe siècle », Université de La Rochelle, thèse de doctorat, décembre 2007, 3 vols. ; Ruggiu François-Joseph, Vidal Cécile (dir.), Sociétés, colonisations et esclavages dans le monde atlantique. Historiographie des sociétés américaines des XVIe-XIXe siècles, Rennes, Les Perséides, 2009.

12 Les ouvrages étant particulièrement nombreux nous ne citerons que quelques études ayant contribué à notre réflexion : Bourdieu Pierre, « Capital symbolique et classes sociales », l’Arc, n° 72, 1972, p. 13-19 ; Chaussinand-Nogaret Guy, Histoire des élites en France du XVIe au XXe siècle, l’honneur, le mérite, l’argent, Paris, Hachette, 1991, 478 p. ; Daumard Adeline, François Furet, Structures et relations sociales à Paris au milieu du XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, 1961, 97 p. ; Mousnier Roland, Les hiérarchies sociales de 1450 à nos jours, Paris, Presses Universitaires de France, 1969, 106 p., Recherche sur la stratification sociale à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, A. Pedone, 1976, 139 p. ; Nagle Jean, « L’officier « moyen » dans l’espace français de 1568 à 1665 », dans l’Etat moderne : genèse, bilans et perspectives, Paris, CNRS Editions, 1990, p. 163-174.

13 Cubells Monique, La Provence des Lumières, les parlementaires d’Aix au XVIIIe siècle, Paris, Maloine, 1984, p. 17.

14 Mousnier Roland, Recherche sur la stratification sociale à Pari…, op. cit., p. 7.

15 Ibid., p. 8.

16 Ibid., p. 8.

17 Mousnier Roland, Les hiérarchies sociales…, op. cit.

18 Pour une présentation de l’administration coloniale, de sa hiérarchie et de ses attributions, voir Navarro-Andraud Zélie, Les élites urbaines de Saint-Domingue…, op. cit., t. 1, p. 47-135.

19 Si la colonie voit l’élection de députés à l’Assemblée constituante en 1789, la création de postes de maire, et la nomination de commissaires civils de la République en 1791, ces nouveaux pouvoirs, ou contre-pouvoirs, ne sont pas propres à Saint-Domingue et concernent également la métropole.

20 On s’accorde à dire que la période moderne, en histoire, s’étende depuis les Grandes Découvertes, soit la fin du XVe siècle, à la Révolution et l’Empire, soit le début du XIXe siècle.

21 Aix-en-Provence, Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM). Inventaire sommaire, série colonies E, Aix-en-Provence, CAOM, s.d., 7 vol., 1828 p. ; Vayssière Pierre de, Dossiers individuels du personnel des colonies (XVIIe-XVIIIe siècles), inventaire-index dactylographié, 4 t., 1828 p.

22 Taffin D., et allii, Dépôt des Papiers Publics des Colonies. Etat civil. Répertoire numérique, Aixen-Provence, CAOM, 1991, 2 t.

23 Menier, Marie-Antoinette, « Dépôt des Papiers Publics des Colonies, Saint-Domingue, notariat : table numérique et alphabétique par paroisse des notaires », Revue d’Histoire des Colonies, t. 38, n° 135, 1951, p. 339-358 ; Richard Robert, « Les minutes des notaires de Saint-Domingue aux archives du ministère de la France d’outre-mer », Revue d’Histoire des Colonies, t. 38, n° 135, 1951, p. 281-388.

24 La « micro histoire sociale » consiste en l’étude de groupes sociaux aux effectifs restreints, généralement appréhendés dans une perspective professionnelle. Elle s’oppose à la « macro histoire sociale » qui a pour vocation d’analyser des groupes sociaux aux effectifs considérables et ordinairement envisagés dans un cadre local ou régional.

25 Paris, CARAN, microfilm, 5 MI 1254, Recensements des fonctionnaires coloniaux de Saint-Domingue. Anciennement côté G1 498, n° 104, Moreau de Saint-Méry.

26 Inventaire sommaire, série colonies E…op. cit. ; Vayssière Pierre de, Dossiers individuels du personnel des colonies…, op. cit.

27 L’ouvrage de Moreau de Saint-Mery Louis-Médéric-Elie, Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de Saint-Domingue, nouv. éd., par Blanche Morel et Etienne Taillemite, Paris, Société d’Histoire des Colonies françaises, Librairie Larose, 1958, 3 t., contient en effet un index de personnes composé de notices individuelles.

28 Pour une définition des officiers moyens voir, entre autres, Nagle Jean, « L’officier « moyen » dans l’espace français…, op. cit. ; Cassan Michel (dir.), Les officiers « moyens » à l’époque moderne : pouvoir, culture, identité, Actes du colloque de Limoges, 11-12 avril 1997, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 1998, 339 p.

29 Picard Emmanuelle, « Du dossier individuel à la prosopographie en histoire de l’éducation : bilan et problèmes de méthode », Revue administrative, n° spécial, février 2007, p. 55-58.

30 Notre base de données contient actuellement un total de 6 208 fiches soit autant d’individus enregistrés.

31 Le système Fichoz, système de dépouillement, de stockage et de restitution de données liées à des acteurs, a été élaboré, pour l’essentiel, entre 1989 et 2002, par JeanPierre Dedieu, chercheur au CNRS, dans le cadre des programmes scientifiques de la Maison des Pays Ibériques, centre de recherche conjoint du CNRS et de l’Université Bordeaux III. Bien que le système Fichoz, sous FileMaker.Pro, compte de nombreux adeptes il connaît également un certain nombre de détracteurs remettant en cause la codification d’enregistrement des données et particulièrement sa difficulté d’exportation des fichiers. Notre base de données contient actuellement un total de 15 945 fiches.

32 Dedieu Jean-Pierre, « Les grandes bases de données : une nouvelle approche de l’histoire sociale. Le système Fichoz », Revista da Faculdade de Letras História, Porto, III Série, vol. 5, 2004, p. 104.

33 L’analyse de réseaux se base sur des calculs mathématiques qui aboutissent à la formalisation des phénomènes grâce à la théorie des graphes. Il s’agit d’une méthode structurale d’analyse qui valide par des modèles mathématiques des hypothèses sociologiques.

34 Dedieu Jean-Pierre, « Les grandes bases de données…, op. cit., p. 109.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fiche individuelle de Pierre Guy Coustard.
URL http://journals.openedition.org/caravelle/docannexe/image/7278/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Exemple de fiche de carrière de Pierre-François-David de Beaulmont, lieutenant-colonel du régiment de Port-au-Prince, Saint-Domingue.
URL http://journals.openedition.org/caravelle/docannexe/image/7278/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Exemple de fiche lien de Pierre-François-David de Beaulmont, lieutenantcolonel du régiment de Port-au-Prince, Saint-Domingue
URL http://journals.openedition.org/caravelle/docannexe/image/7278/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zélie Navarro-Andraud, « Les élites de Saint-Domingue au XVIIIe siècle : réflexions méthodologiques »Caravelle, 95 | 2010, 59-84.

Référence électronique

Zélie Navarro-Andraud, « Les élites de Saint-Domingue au XVIIIe siècle : réflexions méthodologiques »Caravelle [En ligne], 95 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/7278 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caravelle.7278

Haut de page

Auteur

Zélie Navarro-Andraud

Université de Toulouse

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search