Navigation – Plan du site

AccueilNuméros94Comptes rendusMiguel G. RODRÍGUEZ LOZANO.- Pist...

Comptes rendus

Miguel G. RODRÍGUEZ LOZANO.- Pistas del relato policial en México. Somera expedición

México, UNAM, 2008.- 71 p.
Claire Pailler
p. 329-331
Référence(s) :

Miguel G. RODRÍGUEZ LOZANO.- Pistas del relato policial en México. Somera expedición.- México, UNAM, 2008.- 71 p.

Texte intégral

1Les lecteurs de Seis problemas para don Isidro Parodi ne trouveront pas mauvais que, pour présenter cette enquête sur le roman policier mexicain, on emprunte cette définition tirée d’un autre livre de Borges : « Las implicaciones de la palabra joya – valiosa pequeñez, delicadeza que no está sujeta a la fragilidad, facilidad suma de traslación (...) – la hacen de uso legítimo aquí ». C’est en effet « una joya » que l’on a en main : dès l’abord, une édition soignée, un volume de format réduit, à la reliure maniable, imprimé avec soin sur un papier de choix de teinte ivoire et qui restitue au lecteur nostalgique le charme désuet des pages qu’il faut couper au fil de la lecture, bref, un petit trésor pour le bibliophile ; puis, un condensé d’analyse et d’information, suivi d’une bibliographie fournie.

2Partant du constat désormais indiscuté que « la ficción policiaca revela la densa situación de las sociedades, se entromete para descubrir que la línea entre lo real y lo ficcional es quebradiza y que el poder, ese tejido cotidiano, puede ser explorado sin cautela » (p. 6), l’A. rappelle que la littérature policière fleurit au Mexique depuis déjà plus de soixante ans. Il va donc entreprendre « una expedición, un ir en busca de las pistas mínimas, que demuestran cómo el género policiaco en México es heterogéneo, abundante en las propuestas y muchas veces ligado a los procesos sociales del momento. No se trata de una historia del género en el país. El fin de este escrito es subrayar algunas características notables del relato policial más o menos reciente, es decir, la última década del siglo XX y los primeros años del XXI, a través de casos concretos y obras significativas » (p. 6-7).

3L’A. établit 1969, avec El complot mongol, de Rafael Bernal, comme le point de départ du genre « hard boiled » dans une littérature qui jusqu’alors se cantonnait dans le roman d’énigme et de détection. Ce genre s’affirme avec P. I. Taibo II, qui y introduit définitivement le langage parlé et la marque urbaine, avec sa violence et son insécurité.

4Le récit policier s’installe de plus en plus entre 1970 et la fin de la décennie suivante, en même temps qu’il se situe aussi ailleurs que dans la capitale : Puebla et la frontière Nord ont acquis désormais droit de cité dans une littérature qui révèle les maux d’un pays où, accompagnant narcotrafic et narcopolitique, se sont imposées violence et corruption.

5L’A. se consacre ensuite à présenter plus spécialement les œuvres d’un certain nombre d’auteurs, dans leurs caractéristiques et leur évolution : Juan Hernández Luna (p. 16 à 25) et, pour la « frontera norte », Francisco José Amparán (p. 16 à 32) et une pléiade de créateurs : comme variations sur un thème multiple, ces romans contribuent à suggérer un monde où la frontière est à elle seule un protagoniste, où la mobilité, le croisement, le franchissement des limites sont autant de marqueurs de la culture d’une région.

6Qu’ils se consacrent exclusivement ou non au genre policier – tel Fernando del Paso −, qu’ils situent leur action à Mexico, Monterrey ou Tijuana, le foisonnement et la diversité des auteurs apparaît clairement, dans un angle d’attaque qui va du constat – de la dénonciation – au plan social ou politique le plus immédiat (la révolte du Chiapas avec le sub-comandante Marcos, tout comme l’inquiétant phénomène des maras y trouvent leur place) jusqu’à la parodie, comme dans le cas du Tiempo de alacranes de Bernardo Fernández : « Es cierto que se encuentran la corrupción policial, el ejército y el ambiente de los narcos, pero sólo es una manera de acercarse al fenómeno sin afán maniqueo. Por todo ello es una novela lúdica. Parece indicar que ante tanto caos en la realidad, vale más reírse un rato » (p. 60).

7Le « rápido recorrido », mais bien plutôt cette « enquête » bien menée, illustrée de nombreuses analyses, se termine alors trop vite, mais les nombreuses pistes explorées laissent augurer de la richesse et du développement du genre : « Por lo expuesto en este rápido recorrido, los alcances del relato policial mexicano quedan visibles. El peso del hard-boiled y su estrecha relación con los acontecimientos del país, más las obras que se despegan de una tradición ligada a novelas como las de Bernal o Taibo II, configuran una heterogeneidad que indica la buena salud de un género que, sin duda, seguirá dando sorpresas » (p. 65-66).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Pailler, « Miguel G. RODRÍGUEZ LOZANO.- Pistas del relato policial en México. Somera expedición »Caravelle, 94 | 2010, 329-331.

Référence électronique

Claire Pailler, « Miguel G. RODRÍGUEZ LOZANO.- Pistas del relato policial en México. Somera expedición »Caravelle [En ligne], 94 | 2010, mis en ligne le 01 avril 2010, consulté le 16 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/8121 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caravelle.8121

Haut de page

Auteur

Claire Pailler

Université de Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search