Navegação – Mapa do site

InícioNuméros94Comptes rendusMiguel G. RODRÍGUEZ LOZANO (edit....

Comptes rendus

Miguel G. RODRÍGUEZ LOZANO (edit.).- Escena del crimen. Estudios sobre narrativa policiaca mexicana

México, UNAM, 2009.- 189 p.
Claire Pailler
p. 331-332
Referência(s):

Miguel G. RODRÍGUEZ LOZANO (edit.).- Escena del crimen. Estudios sobre narrativa policiaca mexicana.- México, UNAM, 2009.- 189 p.

Texto integral

1On ne saurait trop se réjouir de retrouver, après l’excellent Bang ! Bang ! (cf. Caravelle 87), sous la houlette de Miguel Rodríguez Lozano, et comme une illustration de son « expédition » de l’année précédente, un autre recueil d’études consacrées aux multiples facettes du roman policier mexicain. Ce volume apporte donc au dossier quelques textes bien venus, que le style nerveux et incisif de leur objet a visiblement inspirés. Une bibliographie abondante complète chaque essai, témoignant de l’importance de cet aspect de la création littéraire mexicaine.

2Chacun des articles analyse une œuvre et un auteur, différents, en faisant clairement ressortir les caractéristiques propres de chacun ; cependant, il ressort de cet ensemble une indéniable unité, grâce à ce qui apparaît comme un trait essentiel du polar – ou « neo-polar » – mexicain, tout particulièrement des romans de « la frontera norte » : en référence constante aux conditions socioéconomiques, la dénonciation de la corruption et de la violence aboutit à une mise en question du rôle de la police et de ses relations avec la société civile.

3Le livre s’ouvre, comme référence originelle, sur « La cabeza de la hidra. Las claves políticas de la novela policiaca ». Les origines politiques du roman de Carlos Fuentes sont présentées et détaillées, replacées dans le contexte des politiques intérieure et extérieure du Mexique, ainsi que dans l’idéologie propre à l’auteur et sa génération pour s’achever sur le constat d’un échec : « La cabeza de la hidra, con su código policiaco fallido, deturpado por las claves políticas de las cuales su autor no podía separarse, es una obra que textualiza la obstinación de Carlos Fuentes con el nacionalismo revolucionario a cuyas pautas el país ya no se adecuaba en ese período » (p. 33).

4Les articles suivants présentent un panorama des œuvres les plus récentes : si Jorge Ibargüengoitia met en lumière les rapports de méfiance des Mexicains visà-vis de la police, tout comme Malú Huacuja, cette dernière aborde, dans Crimen sin faltas de ortografía, la vacuité d’un certain milieu intellectuel de la capitale ; de plus, les innovations, tant au plan structurel que linguistique, qu’apporte son roman, et le recours à différents types d’humour, permettent de conclure à l’apparition d’un roman policier « expérimental ».

5C’est également un « cambio de estética », une évolution dans le style et l’élaboration de la matière, que l’on suit dans les romans de Juan Hernández Luna, qui passe ainsi d’une « novela negra » engagée socialement et politiquement à un « thriller » de tueur en série dans les milieux glauques de Tijuana. Et l’émergence de nombreux romans noirs qui se situent à la « frontera norte » est expliquée par le « potencial dramático » offert à la fiction par la triste célébrité de la région Nord, qui se conjugue à la fascination exercée par un certain nombre d’icones cinématographiques tels que Peter Lorre ou Humphrey Bogart. Ces traits généraux se retrouvent alors dans le cas concret de La novela inconclusa de Bernardino Casablanca, de César López Cuadras, dont la maîtrise technique se voit affirmée dans une constante référence à Truman Capote.

6Si l’on revient à la capitale, le roman de Enrique Serna, El miedo a los animales, introduit une perspective et un ton inhabituels : parodie et esperpento dénoncent par l’absurde les milieux intellectuels, cependant qu’une réflexion sur l’écriture apparaît aussi comme un instrument de critique sociale. Ce même recours aux outils littéraires que sont la parodie, l’ironie, l’intertextualité, permet à Élmer Mendoza, dans Un asesino solitario, dont le point de départ est l’assassinat réel, historique, du candidat du PRI Luis Colosio, d’entreprendre la radiographie de la société mexicaine marquée par la corruption, la violence et l’impunité.

7Le dernier roman analysé, Mi nombre es Casablanca, de Juan José Rodríguez, combine des données en apparence fort éloignées : le roman, structuré comme un puzzle, se déroule comme une partie d’échecs, mais se veut en même temps particulièrement représentatif de Sinaloa et de la région Norte. Il s’éloigne cependant des stéréotypes en créant des policiers dotés, tout autant que les « narcos », d’une grande culture littéraire et cinématographique.

8Le rapprochement s’impose avec les narcocorridos qui présentent le trafiquant comme un bandit au grand cœur. L’étude souligne la richesse et l’ambiguïté qui découlent de ce déplacement des valeurs sociales, mais elle soulève aussi la question : cette construction de stéréotypes opposés aux repères habituels et légaux ne serait-elle pas, en définitive, un canular ?

9Cette série d’analyses s’attachant à un roman en particulier se termine par un bref aperçu de l’évolution, entre 1955 et 1997, des contes policiers et de leur écriture, dans la présentation comparée de quatre anthologies. Il apparaît ainsi que, dans la première, figurent exclusivement des contes de « détection » classique, destinés à stimuler l’esprit de curiosité et de logique du lecteur. Les deux suivantes incluent également des récits « noirs ». Les prologues et les critères de choix sont étudiés en détail, ce qui donne lieu à une réflexion sur le fonctionnement des différents genres. Le dernier corpus, enfin, préparé par Paco Ignacio Taibo II et Víctor Ronquillo, est consacré pour sa part à la production « neopolicial », et sa caractérisation s’applique également, en dernière analyse, aux romans évoqués dans les précédentes contributions : « De hecho, en el neopoliciaco mexicano, los políticos y los delincuentes confluyen en los relatos en una imbricación que se parece sospechosamente a nuestra realidad. (...) Lo que importa ahora es el desarrollo de la trama, la ambientación, las relaciones interhumanas, los problemas sociales e individuales, el narcotráfico, el fraude, en fin, todo aquello que puede interesar en un buen relato sea cual fuere el género al que su temática pertenece » (p. 186).

Topo da página

Para citar este artigo

Referência do documento impresso

Claire Pailler, «Miguel G. RODRÍGUEZ LOZANO (edit.).- Escena del crimen. Estudios sobre narrativa policiaca mexicana»Caravelle, 94 | 2010, 331-332.

Referência eletrónica

Claire Pailler, «Miguel G. RODRÍGUEZ LOZANO (edit.).- Escena del crimen. Estudios sobre narrativa policiaca mexicana»Caravelle [Online], 94 | 2010, posto online no dia 01 abril 2010, consultado o 27 fevereiro 2021. URL: http://journals.openedition.org/caravelle/8128; DOI: https://doi.org/10.4000/caravelle.8128

Topo da página

Autor

Claire Pailler

Université de Toulouse

Artigos do mesmo autor

Topo da página

Direitos de autor

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Topo da página
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Pesquisar OpenEdition Search

Você sera redirecionado para OpenEdition Search