Navigation – Plan du site

AccueilNuméros114Comptes rendusAdriana Valobra, Mercedes Yusta (...

Comptes rendus

Adriana Valobra, Mercedes Yusta (ed.), Queridas compañeras. Historias iberoamericanas de mujeres comunistas

Buenos Aires, Miño y Dávila Editores, 2017, 294 p.
Frédérique Langue
p. 184-186
Référence(s) :

Adriana Valobra, Mercedes Yusta (ed.), Queridas compañeras. Historias iberoamericanas de mujeres comunistas, Buenos Aires, Miño y Dávila Editores, 2017, 294 p.

Texte intégral

1Paru à l’occasion du centenaire de la Révolution d’octobre, cet ouvrage à plusieurs mains, fruit d’une collaboration internationale suivie entre les deux rives de l’Atlantique, s’inscrit d’entrée dans une histoire longue. Cette histoire est à la fois celle des partis communistes et de leur diversité, et celle d’un mouvement à vocation internationaliste – l’Internationale communiste jusqu’en 1943, et, dans une moindre mesure le Kominform à partir de 1947 –, en d’autres termes celui de la « révolution mondiale », que certains leaders charismatiques ont contribué à remettre au goût du jour. Guerre froide, chute du Mur de Berlin : l’histoire des partis communistes, de leurs controverses politiques et idéologiques est désormais mieux connue, sans que le facteur idéologique n’aie toutefois cessé d’influer sur certaines interprétations. L’ouverture des sources soviétiques a joué sur ce point un rôle majeur, permettant tout aussi bien de dépasser l’approche strictement politique au profit d’une histoire culturelle diversifiée, au-delà des frontières nationales. La prise en compte d’autres éléments, comme la participation féminine, non plus dans une perspective nationale, amplement abordée par les historiographies régionales (en Argentine, en Espagne ou au Chili), mais dans une perspective comparée, demeure relativement récente. Dans le cas espagnol, l’association thématique avec la lutte contre le fascisme et la figure exemplaire et charismatique de Dolores Ibarruri demeure l’exception. Notons toutefois que l’action des militantes, bien que considérée comme subsidiaire par les PC et le Komintern – l’émancipation des femmes étant liée à celle du prolétariat –, malgré les écrits d’Engels sur la question, n’est pas vraiment absente de la téléologie révolutionnaire, sachant que les partis communistes ont une tendance marquée à faire abstraction de cette dimension, obviée par ailleurs par la limitation des droits civiques pendant la période considérée. Des « militantes féministes », telles Alexandra Kollontai ou Clara Zetkin, ont fait résonner les réunions de cellules de revendications que l’on qualifierait aujourd’hui de genrées. Ce type de militantes furent parfois qualifiées de « bourgeoises » par les tenants de l’orthodoxie.

2L’ensemble de ces considérations historiographiques et le très utile bilan bibliographique qui introduisent cet ouvrage constituent par conséquent un point de départ fondamental. La conjonction depuis une décennie de plusieurs courants historiographiques, à savoir l’histoire du communisme et l’histoire des femmes et du genre, autorise en effet un regard différent sur les décennies de Guerre froide et le fascisme, en particulier depuis la production historiographique des années 2000. L’une des dates clés se trouve être l’année 1945, à la fois première conséquence immédiate de cette prise de conscience des militantes, date symbolique et concrétisation de cette capacité de mobilisation, sans pour autant occulter leur possible instrumentalisation. C’est cette année que fut créé le « mouvement féministe de masse peut-être le plus important depuis la Guerre froide », à savoir la Fédération démocratique internationale des femmes, objet de la première analyse pour la période 1945-années soixante (F. de Haan), à la dimension internationale avérée. La scientifique et féministe Eugénie Cotton, ancienne élève de Marie Curie, en fut l’une des premières responsables.

3Sur la base de ses congrès internationaux périodiques et de ses publications mensuelles, la Fédération joua un rôle de « parapluie » au niveau international, regroupant des organisations affiliées depuis plusieurs pays, bénéficiant de l’appui de l’Union soviétique, actives aux Nations Unies, et qui jouèrent donc un rôle décisif dans l’amélioration des droits des femmes (égalité, salaires, éducation, enfance, etc.), droits mis à mal par le fascisme), dans la perspective d’un « féminisme de gauche ». D’où l’hypothèse qui fonde cette réflexion collective : c’est sous l’influence des fronts antifascistes que les militantes communistes en vinrent à s’organiser différemment, en d’autres termes, d’une manière plus autonome (malgré l’existence d’un plafond de verre limitant l’accès des militantes communistes à des responsabilités au sein de leurs partis) et plurielle, à la fois à l’intérieur de leur parti et à l’extérieur, intégrant d’autres formes de mobilisation voire d’autres cultures politiques comme le pacifisme et le féminisme.

4L’autre point décisif de la discussion ouverte au fil des différents chapitres réside dans la caractérisation de ces nouvelles mobilisations, perceptibles en Amérique latine avant même la Deuxième guerre mondiale, et leur caractère transnational, comme le montrent les différentes études portant aussi bien sur l’Espagne (M. Yusta, sur la stratégie internationale du PCE de 1921 à 1950 et la question de l’anti franquisme) que sur l’Argentine (A.  Valobra), Cuba (M. Chase, qui signale que les premières générations féministes furent passées sous silence par la Révolution, malgré les prises de position en faveur de l’émancipation des femmes), le Guatemala (A. Cofiño Kepfer), le Mexique (V. Oikón Solano), le Paraguay (L. Soler), le Pérou (L. Balbuena), le Costa Rica (E. Rodríguez Sáenz) et le Brésil (H. de Melo et C. Rodrigues) ou encore le parallèle final que trace Sandra McGee entre l’Amérique latine et l’Espagne. Malgré ses réalisations, la Conférence latino-américaine des femmes de 1954 demeure peu mentionnée, au profit du congrès de Santiago en 1959, volontiers présenté comme le « premier congrès latino-américain de femmes, qui ne manqua pas de mettre en exergue l’exemple de la Révolution cubaine voire de s’en inspirer, sous l’influence de militantes telles que Vilma Espín, qui parvint à sa vice-présidence en 1965. Aux côtés de ces idéaux révolutionnaires, le coup d’État de 1973 au Chili rendit ensuite indispensable la prise en compte des droits humains annihilés par la dictature et particulièrement ceux des femmes, exilées comprises, un thème que la Guerre civile espagnole avait déjà contribué à soulever. Les différentes études montrent bien que ces circulations et échanges internationaux, sur la base du militantisme ou de l’exil, se trouvèrent incontestablement renforcés dans la décennie 1976-1985, avec l’Année internationale de la femme puis la « décennie de la femme » mise en place depuis l’ONU.

5On pourra certes regretter l’absence de certains pays latino-américains dans ce panorama cependant des plus complets, qui a le grand mérite non seulement de problématiser une histoire longtemps oubliée mais également d’éluder les pièges du manichéisme ou d’une démarche hagiographique. La mise en exergue de nouveaux espaces de politisation, y compris dans la clandestinité, les relations établies avec les mouvements féministes, la question toujours sous-jacente du vote des femmes, font de ces années fondatrices un moment majeur de cette historiographie croisée, à la fois très actuelle dans son propos et inscrite dans le long terme des évolutions politiques et sociales, voire d’itinéraires individuels précédemment occultés et que cet ouvrage remarquable, que clôt une bibliographie des plus complètes, revisite avec une indéniable acuité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Adriana Valobra, Mercedes Yusta (ed.), Queridas compañeras. Historias iberoamericanas de mujeres comunistas »Caravelle, 114 | 2020, 184-186.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Adriana Valobra, Mercedes Yusta (ed.), Queridas compañeras. Historias iberoamericanas de mujeres comunistas »Caravelle [En ligne], 114 | 2020, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 21 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/8496 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caravelle.8496

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS-IHTP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search