Navigation – Plan du site

AccueilNuméros115Comptes rendusTomás Pérez Vejo, Elegía criolla....

Comptes rendus

Tomás Pérez Vejo, Elegía criolla. Una reinterpretación de las guerras de Independencia hispanoamericanas

México, Crítica, 2019, 254 p.
Frédérique Langue
p. 185-187
Référence(s) :

Tomás Pérez Vejo, Elegía criolla. Una reinterpretación de las guerras de Independencia hispanoamericanas, México, Crítica, 2019, 254 p.

Texte intégral

1En ces temps de nouvelles commémorations des Bicentenaires des Indépendances hispano-américaines, la réédition de Elegía criolla, publiée initialement en 2010, revêt un intérêt certain. Non seulement en raison de la trajectoire de l’auteur, dont les travaux revisitent avec constance des thèmes aussi « visibles » désormais que la question raciale, la citoyenneté, l’émergence des nations ibéro américaines, sans compter les imaginaires politiques partagés sur les deux rives de l’Atlantique, mais également parce que la question posée lors de la première édition conserve toute sa validité. Pourquoi revenir en effet sur les guerres d’Indépendance ? De la Méditerranée à l’Atlantique, via la médiation poétique de Constantino Kavafis, c’est, de fait, le « mythe du politiquement correct » qui se trouve mis en question, et plus précisément le récit qui est fait de la « désagrégation » de l’empire espagnol. Formulé d’une manière plus radicale peut-être, les guerres d’indépendance furentelles des guerres de libération nationale ou le résultat de l’effondrement de l’ancien ordre impérial ?

2La question va certes à l’encontre de certaine interprétation – idéologisée – de l’histoire faisant des « vaincus » du passé les inspirateurs d’une lutte anticoloniale mise au goût du jour par l’histoire politico électorale et sociale de ces dernières décennies, sans tenir véritablement compte des circonstances de création de la vingtaine d’États-nations au seul bénéfice d’une détestation des « empires ». Le détour par une histoire urbaine de structures politiques de la Monarchie catholique (expression utilisée par les contemporains et dûment argumentée ici), histoire urbaine confrontée à un processus de « ruralisation démographique », est porté par une abondante littérature stigmatisant la barbarie d’un monde rural – des paysans aux grands propriétaires terriens. Cette barbarie trouverait précisément son origine dans une période coloniale à reléguer dans les oubliettes de l’histoire. L’histoire urbaine de l’Amérique espagnole, comme celle des guerres d’Indépendance et l’influence de la Constitution de Cadix dans l’affirmation des municipios, sans compter le rôle des juntas montre, à l’inverse, une redistribution conséquente de la structure de pouvoir, notamment après le vide constitutionnel de 1808. Démontant dès l’introduction les diverses « légendes » en présence, T. Pérez Vejo revient sur quelques faits majeurs : les guerres d’Indépendance eurent pour origine des nations et non l’inverse ; la référence à une monarchie d’Ancien Régime rend inopérante la caractérisation de système colonial ; et, enfin, si les guerres d’Indépendance furent bien une geste créole, ce ne fut pas sur la base d’affrontements entre péninsulaires et créoles mais de créoles contre créoles (criollos), ce qui n’exclut pas la participation de catégories sociales métisses ou indigènes. De même, la dichotomie entre élites partisanes du statu quo/ royalistes et classes populaires favorables aux insurgés quand ce n’est pas au discours libéral, interprétation parfois privilégiée par les historiens marxistes, ne correspond guère à la réalité observée.

3Lé dénomination du conflit pose donc un premier problème d’interprétation, amplement évoqué et circonscrit dans ces pages, et documenté sur la base des écrits des premiers partisans de l’insurrection, Servando Teresa de Mier ou Carlos Maria de Bustamante et de l’expérience novohispana. Une explication globale des indépendances américaines s’inscrit par conséquent dans une perspective à même de distinguer les grandes lignes de faille et d’évolution, et pas seulement la récupération d’une souveraineté idéalisée par des historiographies nationales voire nationalistes, qui tendent à déceler une continuité historique entre les civilisations précolombiennes et les nouveaux États-nations. T. Pérez Vejo rappelle à cet égard les apports de l’historiographie révisionniste des indépendances à partir des années quatre-vingt du xxe siècle (B. Hamnett, J. Tutino, F. X. Guerra, J. Rodríguez et autres), confrontée ultérieurement à la montée des études postcoloniales et des subaltern studies, promptes à écrire un « premier chapitre de l’anticolonialisme mondial ». La nation se présente comme une communauté naturelle, liée à une certaine modernité politique et les guerres d’indépendance sont posées comme un conflit politique, de lutte pour la légitimité du pouvoir, une opposition entre souverainetés fondée sur des discours et idéologies spécifiques, sans occulter pour autant les questions sociales, économiques ou « raciales » comme le montre la référence à la « constitution imaginée à Cadix » et à l’ « exclusion » des afro descendants.

4Cette déconstruction soutenue des mythes de l’indépendance et de ses historiographies revendique ainsi la caractérisation de « guerre civile » et d’un affrontement entre des visions du monde incompatibles (ce que d’autres historiens, comme G. Carrera Damas, ne manquèrent pas de souligner, dans ce cas précis à l’endroit du Venezuela), et non des seules « révolutions », fussent-elles bourgeoises ou « atlantiques », à la différence de la réécriture de l’histoire proposée en ce sens par de nombreux auteurs. T. Pérez Vejo démonte les mécanismes de cette écriture et les relativise – il s’agit dès lors de considérer les Indépendances –, insistant sur l’exemple de la Nouvelle Espagne (F. J. Mina, Morelos, etc. ), la tradition des Lumières hispaniques, les déplacements de légitimité, en un processus qui dépasse amplement les limites chronologiques des guerres d’Indépendance puisqu’impliquant la longue construction en des termes fréquemment identitaires des jeunes nations hispano américaines. La lutte des créoles contre les créoles, illustrée dans les dernières pages non pas par les héros habituels mais par l’indifférence d’un personnage que nous connaissons bien, Fernando de la Campa Cos, hidalgo montañés devenu grand mineur et surtout hacendado à Zacatecas, ou de ses successeurs, confrontés à la disparition de leur monde, s’impose par conséquent comme l’argument majeur de cet ouvrage. À la veille de nouvelles célébrations et commémorations à caractère officiel, sa (re)lecture – et sa discussion – s’avère d’autant plus indispensable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Tomás Pérez Vejo, Elegía criolla. Una reinterpretación de las guerras de Independencia hispanoamericanas »Caravelle, 115 | 2020, 185-187.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Tomás Pérez Vejo, Elegía criolla. Una reinterpretación de las guerras de Independencia hispanoamericanas »Caravelle [En ligne], 115 | 2020, mis en ligne le 09 février 2021, consulté le 21 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/9196 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caravelle.9196

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS-IHTP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search