Navigation – Plan du site

AccueilNuméros115Comptes rendusCamilo Vicente Ovalle, [Tiempo su...

Comptes rendus

Camilo Vicente Ovalle, [Tiempo suspendido]. Una historia de la desaparición forzada en México, 1940-1980

México, Bonilla Artigas Editores, 2019, 359 p., prologue de Lorenzo Meyer
Frédérique Langue
p. 193-195
Référence(s) :

Camilo Vicente Ovalle, [Tiempo suspendido]. Una historia de la desaparición forzada en México, 1940-1980, México, Bonilla Artigas Editores, 2019, 359 p., prologue de Lorenzo Meyer.

Texte intégral

1Au premier regard, le titre de cet ouvrage pourrait sembler redondant, tant l’histoire du temps présent latino-américain comporte de références et d’études portant sur la question des disparus sous les dictatures latino-américaines et pendant les « années de plomb », notamment dans les pays du Cône sud. L’insistance sur la volonté politique qui préside à ces disparitions dans le Mexique de Luis Echeverría (1970-1976) et de José López Portillo (1976-1982) dévoile en ce sens un non-dit majeur de l’histoire du Mexique, en d’autres termes, tout un pan de l’histoire du temps présent mexicain soigneusement occulté jusqu’à présent par l’historiographie nationale. Le consensus existait en effet afin de nier l’existence d’une stratégie d’élimination de dissidents, principalement de guérilleros, et de présenter l’image lisse d’un Mexique contrastant alors avec celle de ses voisins en proie à des gouvernements autoritaires ou dictatoriaux. L’essor de l’histoire du temps présent au Mexique, autour d’un séminaire et de quelques spécialistes formés notamment en France, n’est sans doute pas étranger au choix de ce sujet difficile, qui fait une place de choix à la violence d’État via les archives (lorsqu’elles sont effectivement accessibles) mais aussi à ces vecteurs fondamentaux et sources incomparables de l’histoire du temps présent que sont les témoins. Leur parole répond à une urgence, manifeste dans les premières pages de l’ouvrage, une urgence qui répond tout aussi bien à une actualité par trop présente dans laquelle l’historien a son rôle à jouer.

2Au début de l’année 2019, le Registre national des personnes disparues comptabilisait plus de 40 000 disparus alors même que la consultation des archives nécessaires à cette recherche, celles de la Dirección Federal de Seguridad, déposées à l’AGN, se heurtait à de nombreux obstacles. C’est seulement en 2019 que le voile put être levé sur les 58 000 dossiers et sept millions de fiches, grâce à la nouvelle direction de l’AGN. En 2002, l’ouverture progressive des « archives de la répression » et la création de la Fiscalía Especial para Movimientos sociales y políticos del pasado (FEMSPP) avaient ouvert la voie, sur la base des rapports établis par la Commission nationale des droits humains (CNDH) en 2001 (532 cas recensés en milieu rural principalement), puis de celui de la FEMOSPP (787 cas documentés entre 1960 et 1980), mais également de la Loi fédérale des archives promulguée par le Congrès en 2012, qui reconnaissait l’existence de ces documents confidentiels tout en limitant leur consultation (30 à 60 ans d’attente) et enfin la consultation directe après 2019.

3Le point de départ de [Tiempo suspendido] est en effet la « nouvelle dissidence politique et sociale » qui s’affirme au Mexique dans les années 1970, face à un régime qui se situait, comme l’indique l’auteur, en rupture avec les postulats de justice sociale de la révolution de 1910, et exerçait un contrôle autoritaire et répressif sur la société. Le contexte, à la fois national et international, est donc celui de la Guerre froide, de 1940 à 1985. Comme dans d’autres pays d’Amérique latine, les années 1960/1970 coïncident en effet avec le développement de la lutte armée, en d’autres termes de la guérilla, de la répression de celle-ci et l’entrée dans la spirale d’une violence d’État qui, à partir de ce moment, fait des disparitions forcées une « pratique institutionnelle », plus organisée et systématique. Tel est le sens du premier chapitre consacré à l’« avant 1968 », autre moment et cycle de violence politique désormais mieux connu de rupture dans l’écriture de l’histoire récente du pays.

4Le régime présidentiel mexicain, la domination du PRI, ont longtemps alimenté les analyses des politistes, exerçant à l’occasion une sorte de fascination sur ses analystes. Il était beaucoup plus rare d’en évoquer le versant moins constitutionnel qui s’exprime notamment dans sa stratégie antiguérillas, de « contre-insurrection », faite d’arrestations, d’enlèvements, de séquestrations et élimination d’opposants (ou non) et de militants politiques (communistes), au prétexte de la guerre contre le narcotrafic. En témoignent les chapitres suivants, consacrés au corps des « hommes parfaits », ceux-là mêmes qui étaient censés défendre l’État révolutionnaire (ils étaient formés par Miguel Nazar Haro, l’un des principaux responsables de la stratégie contre-insurrectionnelle entre 1965-1985, ultérieurement mis en cause par la FEMOSPP) et au lien avéré entre disparitions et contre-insurrection, ainsi qu’au « circuit de la détention-disparition ».

5Le déclin de la guérilla après 1977 ne signifia cependant pas la fin de ces pratiques, qui s’orientèrent officiellement contre les « narcos ». La disparition en septembre 2014 des 43 étudiants de l’école normale rurale de Ayotzinapa a mis à jour les compromissions du PRD (Parti de la révolution démocratique) et des autorités, en particulier de la police fédérale, la collusion avec le crime organisé et le silence de l’armée. Des actes de torture, pratiqués parfois systématiquement dans des centres clandestins afin d’obtenir des aveux sur l’« ennemi », en une dépolitisation de l’action des insurgés présentés comme de simples criminels, ont été dénoncés. Contestée par l’opinion publique, mise à mal par la contre-enquête menée durant quatorze mois par cinq experts mandatés par la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH), la version officielle a volé en éclats, entachant l’image du président Enrique Peña Nieto. À ce jour, un seul corps a été retrouvé, permettant toutefois de relancer l’enquête, désormais menée par l’administration du président López Obrador.

6Fort logiquement, et compte tenu de l’ampleur des sources finalement dévoilées (archives de première main sur les organisations répressives, AGN et archives locales, rapports, entretiens, bibliographie sur la question), l’auteur a choisi de centrer son analyse sur trois des États les plus concernés par cette pratique des disparitions forcées dans les années 1970, moment où la répression contre l’adversaire politique s’institutionnalise véritablement, en particulier entre 1974 et 1978 : le Guerrero (qui compte d’ailleurs une Commission de la vérité), Oaxaca (dont le gouverneur porté sur la répression généralisée entraîna la mobilisation de divers secteurs populaires et une crise politique) et le Sinaloa. Dans ce dernier chapitre, C. Vicente Ovalle étudie ainsi les « usages de la disparition », et l’influence croissante du narcotrafic, ainsi dans l’État de Sinaloa.

7Cette analyse d’ensemble de la problématique de la disparition forcée au Mexique s’inscrit résolument contre le séquestre de la « mémoire politique » évoquée par Lorenzo Meyer dans son prologue, une mémoire que les familles demeurèrent longtemps les seules à revendiquer en réclamant justice. Détaillant la disparition forcée comme forme de répression politique et d’élimination, ses évolutions, la logique de la violence d’État, la bureaucratisation de la contre-insurrection et la mise en place de groupes répressifs, cet ouvrage contribue sans la moindre ambiguïté à la connaissance des usages de la violence politique. Il se veut par conséquent une contribution à la défense et à la préservation de la démocratie. Davantage, il dévoile les usages et pratiques de cette violence dans le long terme des institutions, n’hésitant pas à remonter à la violence déjà exercée à l’encontre du sinarquisme ou à l’invocation déjà ancienne de la menace communiste. Si la pratique n’est guère nouvelle – et c’est l’un des apports également de cette étude –, l’urgence demeure, fondée sur des logiques de violence constamment renouvelée. De fait, cet ouvrage à la fois terrible et magnifique se veut une contribution majeure à la lutte contre l’impunité, en un « Nunca más » transposé du sud du continent à un Mexique trop souvent mythifié dans le passé par ses exégètes. Il constitue dès lors une réflexion exceptionnelle sur l’histoire du temps présent mexicain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Camilo Vicente Ovalle, [Tiempo suspendido]. Una historia de la desaparición forzada en México, 1940-1980 »Caravelle, 115 | 2020, 193-195.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Camilo Vicente Ovalle, [Tiempo suspendido]. Una historia de la desaparición forzada en México, 1940-1980 »Caravelle [En ligne], 115 | 2020, mis en ligne le 09 février 2021, consulté le 21 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/9222 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caravelle.9222

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS-IHTP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search