Navigation – Plan du site

AccueilNuméros93Comptes RendusAsunción LAVRIN, Brides of Christ...

Comptes Rendus

Asunción LAVRIN, Brides of Christ « Conventual Life in Colonial Mexico »

Stanford, California, Stanford University Press, 2008.- 496 p.
Mathilde Cotten
p. 307-308
Référence(s) :

Asunción Lavrin, Brides of Christ « Conventual Life in Colonial Mexico ». Stanford, California, Stanford University Press, 2008.- 496 p.

Texte intégral

1Depuis l’ouvrage pionnier de Josefina Muriel paru en 1946 Conventos de monjas en la Nueva España, les études monographiques ou thématiques se sont multipliées, principalement autour des couvents de Puebla, de Mexico et de Guadalajara. Néanmoins, elles n’offraient pas de nouveau panorama général sur la vie conventuelle féminine en Nouvelle-Espagne au vu des sources récemment examinées. C’est précisément ce qu’Asunción Lavrin s’attache à faire dans ce nouvel ouvrage à la lumière de ses propres recherches, parues sous forme d’articles depuis 1971, et de ses fructueuses collaborations avec Rosalba Loreto López sur l’écriture féminine dans les monastères et beatarios de la Nouvelle- Espagne.

2En partant de son hypothèse d’un intérêt accru pour le monde conventuel en raison de la sécularisation de notre société contemporaine, Asunción Lavrin propose dans une dizaine de chapitres (355 pages) un descriptif complet et une analyse socio-religieuse de la vie dans les couvents féminins de toute la Nouvelle-Espagne. Privilégiant les pratiques réelles par rapport aux normes, les six premiers chapitres de l’ouvrage (1. The Path to the Convent. 2) The Novice Becomes a Nun. 3) The Spiritual Meanings of Religious Life. 4) Government, Hierarchies, and Ceremonials. 5) Daily Life in the Convent. 6) Body, Soul, and Death.) offrent une analyse thématique de la vie conventuelle depuis l’entrée des novices au couvent jusqu’à leur mort. Avec un souci constant de confrontation entre des sources d’origines très diverses, chroniques conventuelles, sermons de profession ou funèbres, autobiographies et biographies de moniales, Asunción Lavrin livre pas à pas les motivations qui conduisaient des jeunes femmes, veuves ou petites filles à prendre le voile. De même, elle éclaire les motivations sociales qui pouvaient entourer ce choix en précisant ses implications tant sociales que religieuses. L’auteur choisit également de présenter l’organisation interne des cloîtres, lieux de relative liberté de gouvernement pour les femmes et de perméabilité avec la société coloniale grâce à la présence de nombreuses servantes, esclaves et donadas dont le rôle est très judicieusement analysé. Soulignons certains passages tout à fait remarquables sur les activités menées par les religieuses au sein de leurs communautés, tels la pratique de la musique ou le rôle des mères comptables pour la bonne gestion de leurs couvents. Les manifestations mystiques, le rapport ambigu entretenu par les religieuses au corps, à la maladie et à la mort, éminemment libératrice, voire désirable et désirée, donnent lieu à d’intéressantes analyses sur les pratiques médicales dans les couvents et la longévité de certaines moniales. Malgré une masse documentaire très importante, Asunción Lavrin ne s’attache pas réellement à différencier les pratiques en fonction des ordres monastiques d’appartenance.

3Dans les derniers chapitres de son étude (7) Sexuality : A Challenge to Chastity. 8) Indian Brides of Christ. 9) The Struggle over Vida Común. 10) Writing in the Cloisters.), Asunción Lavrín aborde quatre grands thèmes qui alimentent les tensions permanentes existantes autour de la clôture féminine. Un chapitre est entièrement consacré aux rapports « sexués » entre les religieuses et leurs confesseurs, objets de l’attention de l’Inquisition, bien que peu de dossiers soient parvenus jusqu’à nous. L’auteur admet elle-même que ces problèmes avaient un caractère exceptionnel très marqué. Les luttes qui entourent la fondation de plusieurs couvents réservés exclusivement aux Indias, décelables dès la fin du XVIe siècle, éclairent très judicieusement le conflit entre les différents ordres religieux autour de la reconnaissance et de la capacité des Indios à être des chrétiens à part entière. Parallèlement, le conflit entre les archevêques et les moniales de Puebla au sujet de la vida común prouve la tentative permanente des autorités ecclésiastiques d’éviter une « criollisation » de la vie conventuelle en Nouvelle-Espagne dont le référent se devait d’être exclusivement et impérativement espagnol. Enfin, Asunción Lavrin examine la possibilité de l’existence réelle d’une voix féminine, plus ou moins entravée par les exigences des confesseurs, qui s’est manifestée dans les autobiographies, certaines chroniques conventuelles et les écrits dévotionnels. Ce thème apparaît en filigrane dans toute son étude et nous invite, en dernière instance à nous interroger sur la place de Sor Juana Inès de la Cruz en tant qu’ « intellectuelle » au sein de communautés conventuelles étroitement surveillées par les autorités ecclésiastiques.

4L’ouvrage de Asunción Lavrin se termine par une importante bibliographie divisée en trois parties : tout d’abord, les sources primaires imprimées (158 références), ensuite les sources manuscrites (29 références) et enfin les sources secondaires (462 références). Elle permet d’avoir un catalogue relativement complet des sources jusqu’à ce jour disponibles sur la vie conventuelle féminine en Nouvelle-Espagne.

5Cet ouvrage offre un indispensable état des lieux, très condensé, sur la question de la vie monastique féminine en Nouvelle-Espagne tout en ouvrant de nouvelles pistes encore inexplorées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Cotten, « Asunción LAVRIN, Brides of Christ « Conventual Life in Colonial Mexico » »Caravelle, 93 | 2009, 307-308.

Référence électronique

Mathilde Cotten, « Asunción LAVRIN, Brides of Christ « Conventual Life in Colonial Mexico » »Caravelle [En ligne], 93 | 2009, mis en ligne le 01 avril 2021, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/9789 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caravelle.9789

Haut de page

Auteur

Mathilde Cotten

Université de Paris III- Sorbonne Nouvelle

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search