Navigation – Plan du site

AccueilNuméros93Comptes RendusÚrsula CAMBA LUDLOW, Imaginarios ...

Comptes Rendus

Úrsula CAMBA LUDLOW, Imaginarios ambiguos, realidades contradictorias. Conductas y representaciones de los negros y mulatos novohispanos. Siglos XVI y XVII.

México, El Colegio de México, Centro de Estudios Históricos, 2008.- 227 p.
Sylvie Mégevand
p. 311-314
Référence(s) :

Úrsula Camba Ludlow, Imaginarios ambiguos, realidades contradictorias. Conductas y representaciones de los negros y mulatos novohispanos. Siglos XVI y XVII, México, El Colegio de México, Centro de Estudios Históricos, 2008.- 227 p.

Texte intégral

1Si l’on s’en tient à la masse des travaux consacrés aux Indiens, l’étude dont il est ici question porte sur un sujet plutôt confidentiel dans le contexte de la Nouvelle-Espagne. Les populations d’origine africaine y sont minoritaires par rapport à d’autres zones coloniales comme la Caraïbe, ce qui ne fait qu’accroître l’intérêt et l’originalité d’un tel sujet : l’auteure en souligne en préambule la portée historique, mais aussi le manque de visibilité sur la question dans les archives et publications diverses.

2Ce qui fut originellement un travail de doctorat a été mené pour l’essentiel à Séville (Archivo General de Indias), Mexico (Archivo General de la Nación), ainsi qu’à Pátzcuaro (Archivo Histórico de la Ciudad). Les sources sont indiscutablement historiques, mais la perspective générale de cet ouvrage est avant tout celle de la construction des imaginaires, comme en atteste son titre ; c’est pourquoi Úrsula Camba Ludlow apporte préalablement des éléments de réflexion sur les concepts de représentation, se référant notamment aux célèbres analyses de Roger Chartier dans Le monde comme représentation, ou à celles de Bronislaw Baczko sur les imaginaires sociaux.

3Comme on pouvait s’y attendre, l’accent est mis sur les différences entre normes et pratiques sociales ainsi que sur les inévitables contradictions entre l’édiction des lois (la letra) et leur application sur le terrain. L’étude des diverses sources, notamment juridiques, fait également surgir un obstacle scientifique majeur : les populations d’origine africaine forment en effet un groupe mouvant et difficile à cerner, clivé qu’il est par un statut social variable – Noirs libres et esclaves – ainsi que par le degré de métissage. Le distinguo n’est pas toujours aisé à établir, si l’on se souvient par exemple des applications imprécises du terme pardo, qui finit par s’appliquer aux Noirs aussi bien qu’aux mulâtres.

4Une autre difficulté surgit quant à l’évaluation du groupe tout entier dans les imaginaires, de par l’ambivalence qui le caractérise. Si la réalité sociale est particulièrement normée et codifiée (on pense aux castas), la représentation subjective n’est pas fondamentalement différente selon que l’on a affaire à des esclaves ou à des individus libres, à des Noirs ou à des métis. Après s’être brièvement intéressée aux origines de l’esclavage dans l’Antiquité, puis dans le monde islamique et au Moyen Âge, l’auteure montre que l’Afrique de l’imaginaire européen s’est propagée au Nouveau Monde et évoque au passage la présence de Noirs dans les expéditions des premiers découvreurs et conquérants : Colomb, Núñez Cabeza de Vaca, Cortés.

5Plus intéressante est l’analyse de recensements de la fin du XVIe et du XVIIe siècle, qui mettent en évidence la forte supériorité numérique des Noirs et des castas sur les Blancs – compte tenu de la crédibilité toute relative des statistiques de l’époque. Puisant dans les Partidas d’Alphonse X, les lois promulguées par les rois et le Conseil des Indes cherchèrent à assujettir les groupes des Noirs et des mulâtres libres ou esclaves, sans faire de distinction nette entre les statuts juridiques des uns et des autres, comme pour rappeler que l’esclavage infâmant des ancêtres sous-tendrait toujours les restrictions et interdits appliqués au groupe tout entier.

6Le système de représentations et de symboles qui circule dans la société dégage des invariants subjectifs : en Nouvelle-Espagne, les populations de couleur sont généralement perçues de la même manière pour la période concernée : main-d’œuvre robuste et résistante – à la différence des faibles Indiens – mais généralement rétive et indomptée, ce qui conduit à considérer le recours à l’esclave comme un pis-aller, un mal nécessaire. Exception est faite pour le bozal, jugé comme doux et soumis dans les sources citées, ce dont on peut s’étonner puisque l’ordre colonial tendit à lui préférer le criollo, pour d’évidentes raisons de rentabilité et d’économie : acculturation et évangélisation, adaptabilité, meilleure communication … Tous éléments qui induisirent chez ce dernier une relative résignation et une conduite sans doute moins imprévisible que celle du bozal.

7Les diverses sources criminelles étudiées ensuite par Úrsula Campa Ludlow font apparaître une société novo-hispanique agitée de conflits, et les procès dont il est fait état dans un chapitre joliment intitulé « Pequeños roces cotidianos » reflètent la rancœur des gens de couleur – là encore tous statuts confondus – envers les Blancs, rancœur largement motivée par les spoliations et vexations constantes dont ils font l’objet. Mulâtres et mulâtresses en particulier sont en butte à des critiques invariablement centrées sur leur orgueil et leur manque de retenue. Les femmes par exemple s’attacheraient, dès que les circonstances le leur permettent, à se parer de vêtements et de bijoux précieux comme les Blanches, cela malgré les interdits officiels. Souvent discrédités et humiliés comme les Indiens, ces groupes revendiquent toutefois pour leur propre compte des valeurs considérées comme « hispaniques » telles que le courage, la discipline ou l’honneur. À travers les procès d’Inquisition sont également évoquées les amours adultères ou contre nature, ainsi que l’empreinte supposée du Diable auquel le Noir est si souvent associé de par la couleur de sa peau.

8Fait suffisamment rare pour être salué, l’ouvrage accorde une assez large part à la littérature et l’iconographie, qui sont des marqueurs appréciables de la construction de l’imaginaire. La vision indifférenciée et pittoresque du « Noir » est appréhendée au travers de villancicos anonymes ou composés par Sor Juana Inés de la Cruz, ou bien encore d’œuvres théâtrales, le tout formant un inventaire qui ne laisse pas d’être un peu mécanique. Quant aux sources iconographiques sur le sujet, elles ne sont évidemment pas légion aux XVIe et XVIIe siècles, comme en attestent quatre reproductions de codex seulement.

9Cette difficulté objective contraint d’ailleurs l’auteure à élargir le champ chronologique de son étude, provoquant l’ambiguïté quant au choix iconographiques et à la délimitation temporelle du corpus. En effet, le gros de ce chapitre est basé sur des azulejos du XVIIIe siècle et des pinturas de castas de la même époque, ce qui contrarie quelque peu le propos initial. Elle-même souligne ce que l’on pourra voir comme une contradiction – pourquoi étudier des sources primaires postérieures au cadre préalablement défini ? –, mais qui peut à la rigueur se justifier si l’on s’en tient au postulat d’une représentation invariable au fil du temps.

10S’il est a priori séduisant, un tel choix scientifique reste d’autant plus discutable que la plupart des pinturas de castas ne sont ni précisément datées, ni signées ; celle qui est présentée – en noir et blanc, source INAH – n’échappe pas à la règle. Une telle spécificité distend le champ de l’étude, en principe limitée aux deux premiers siècles de la période coloniale, et finit par jeter sur l’ensemble une impression de « flou », tout comme les quelques Adorations également présentées puisque des Noirs y figurent.

11Úrsula Camba Ludlow s’accordant une certaine liberté en la matière, on s’explique d’autant plus mal la quasi absence de Miguel Cabrera, artiste mexicain majeur, dont les beaux portraits des castas du Museo de América de Madrid vont bien au-delà du cliché. Ici, le peintre n’est mentionné que pour son Adoration (église de Santa Prisca, Taxco)et curieusement rebaptisé au passage « Manuel » Cabrera (p.184). La très grande qualité picturale de sa série aurait pourtant permis de dépasser celle qui figure dans l’ouvrage. Par ailleurs, la représentation de gens de couleur parfois placés assez haut dans l’échelle sociale et apparemment bien intégrés dans la société coloniale était susceptible de nuancer et d’approfondir l’appréhension générale de la question du Noir.

12Elle aurait également permis de revoir la thèse – simpliste à notre sens – qui réduit les pinturas de castas à des taxonomies dénuées de toute portée esthétique. Un point de vue moins stéréotypé sur l’histoire de l’art hispano-américain aurait également mis en doute des notions subjectives, notamment celle de la relativité de la valeur artistique en Nouvelle-Espagne par rapport à des principes académiques encore loin d’être appliqués au XVIIIe siècle. Pour autant que l’on puisse en juger, la recherche iconographique ne semble donc pas être le point fort de cette étude.

13Quoi qu’il en soit et malgré ces réserves, ce doctorat a donné lieu à un joli volume : couverture pelliculée, papier crème, typographie claire et soignée. En un louable effort de transversalité et d’originalité, il a le mérite d’aborder une question relativement marginale dans le contexte mexicain et de la passer au crible de la construction des imaginaires, croisant des sources documentaires souvent disparates. Tout cela donne un ensemble attachant et un peu atypique, traité mezza voce. Un tel propos méritait sans doute une œuvre plus ample et préalablement mieux définie, et l’on se prend à attendre un futur travail d’approfondissement avec impatience et curiosité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Mégevand, « Úrsula CAMBA LUDLOW, Imaginarios ambiguos, realidades contradictorias. Conductas y representaciones de los negros y mulatos novohispanos. Siglos XVI y XVII. »Caravelle, 93 | 2009, 311-314.

Référence électronique

Sylvie Mégevand, « Úrsula CAMBA LUDLOW, Imaginarios ambiguos, realidades contradictorias. Conductas y representaciones de los negros y mulatos novohispanos. Siglos XVI y XVII. »Caravelle [En ligne], 93 | 2009, mis en ligne le 01 avril 2021, consulté le 21 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/9813 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caravelle.9813

Haut de page

Auteur

Sylvie Mégevand

Université Toulouse II-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search