Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43« Des titres que le hasard leur a...

« Des titres que le hasard leur avait donnés ici-bas »

Marivaux et les Discours sur la condition des Grands de Pascal
Nicolas Fréry
p. 45-67

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Marivaux, « Compliment au Chancelier », Journaux et œuvres diverses, Paris, Classiques Garnier, 20 (...)
  • 2 Ibid., p. 496.
  • 3 Pascal, Discours sur la condition des Grands, dans Les Provinciales, Pensées et opuscules divers, (...)

1En 1750, Marivaux compose un compliment fondé sur la distinction entre « deux sortes de respects1 ». Il est, déclare-t-il, « des respects réservés pour les dignités éminentes, des respects accompagnés d’éclat et de cérémonie, mais qui ne sont souvent qu’extérieurs », et il y en a « de libres, d’indépendants et d’intérieurs qui ne se joignent pas toujours aux premiers, et que nulle loi, nulle police d’État ne peut exiger pour aucune dignité, pour aucun rang du monde2 ». Ainsi est-ce de façon transparente que Marivaux se réapproprie le partage, établi par Pascal dans les Discours sur la condition des Grands, entre respects d’établissement et respects naturels, « deux sortes de respects » (écrit Marivaux) qui résultent de la distinction entre « deux sortes de grandeurs » (écrit Pascal) : les « dignités et la noblesse » d’une part, « les qualités réelles et effectives de l’âme ou du corps » d’autre part3.

  • 4 On rencontre de fait dans les décennies qui suivent la publication des trois Discours des pièces d (...)
  • 5 Marivaux, Le Prince Travesti, acte II, scène 10. Voir une page du Spectateur français d’un an anté (...)
  • 6 Marivaux, La Vie de Marianne, éd. F. Deloffre, Paris, Classiques Garnier, 1990, p. 226.
  • 7 Marivaux, Lettres sur les habitants de Paris, dans Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 23.

2Des souvenirs aussi précis du seul opuscule politique de Pascal peuvent surprendre chez un auteur dont le nom a longtemps été associé au badinage frivole, et dont la pensée politique tend aujourd’hui encore à être minorée. D’aucuns seraient tentés de supposer que cette inspiration pascalienne est chez Marivaux cantonnée à de tardifs textes de circonstance4, à des pièces académiques postérieures et de toute évidence inférieures à ses œuvres principales. Pourtant, le rayonnement des Discours sur la condition des Grands est sensible tout au long de l’œuvre marivaudienne et dans les différents genres où il s’est illustré. Dans Le Prince Travesti, Marivaux fait dire à Lélio : « les égards que l’on doit à la seule vertu sont aussi légitimes que les respects qu’on doit aux Princes5 ». Un personnage de La Vie de Marianne, Mme Dorsin, respecte extérieurement les gens bien nés sans accorder de valeur intrinsèque aux « titres que le hasard leur a donnés ici-bas6 ». Dans ses écrits journalistiques, enfin, Marivaux présente dès 1717 la « grande naissance » comme une « chimère » qui n’est pas « matière à orgueil » mais que l’homme de raison supérieure consent à honorer7. Sur la question de l’égalité naturelle, de la contingence des prérogatives sociales, des fondements de l’autorité, Marivaux s’inscrit dans une filiation pascalienne.

  • 8 Voir notamment la sixième feuille du Cabinet du Philosophe, dans laquelle Marivaux commente une ma (...)
  • 9 Sur la complexe question du christianisme de Marivaux – Le Cabinet du Philosophe, notamment, est r (...)
  • 10 Lesbros de la Versane, L’Esprit de Marivaux ou Analectes de ses ouvrages, Paris, Veuve Pierres, 17 (...)
  • 11 Antony McKenna note l’écho chez Marivaux des Discours dans son ouvrage classique (De Pascal à Volt (...)
  • 12 Nicole fait précéder le texte des trois Discours d’un préambule dans lequel il assure qu’ils ont é (...)
  • 13 « Toute cette grandeur n’était, pour ainsi dire, qu’un composé de plusieurs hasards ; et qui désas (...)
  • 14 Œuvres de Mme de Lambert, éd. Robert Granderoute, Paris, Champion, 1990, p. 54. On remarque de lég (...)
  • 15 Louis Marin, Le Portrait du roi, Paris, Minuit, 1981, p. 261-290.

3Bien qu’elle soit très ancrée dans son siècle, l’œuvre marivaudienne témoigne d’un dialogue soutenu avec les écrits moraux du xviie siècle8 et porte la trace d’un christianisme diffus9. À en croire l’un de ses amis et biographes, Marivaux aurait tenu les Pensées de Pascal pour « le meilleur livre de morale qui eût jamais été10 ». Si, prenant la mesure de ces déclarations, certains commentateurs ont souligné les échos des Pensées dans son œuvre, la postérité des trois Discours chez Marivaux a quant à elle très peu été relevée11. Le texte de Pascal, diffusé par Nicole (qui en fut le scripteur, l’éditeur et le premier commentateur12) dans son Éducation d’un Prince puis dans ses Essais de morale, a pourtant connu une fortune certaine dans les cercles littéraires fréquentés par Marivaux. Pour se limiter à deux exemples emblématiques, Fontenelle s’inspire du premier Discours pour souligner que les prérogatives des Grands sont le fruit du hasard13 et la marquise de Lambert reformule dans l’Avis d’une mère à son fils les analyses pascaliennes (« il y a des grandeurs réelles ou personnelles, et des grandeurs d’institution. On doit des respects aux personnes élevées en dignité ; mais ce n’est qu’un respect extérieur : on doit de l’estime et un respect de sentiment au mérite14 »). Chez Marivaux, les résonances des trois Discours sont plus marquées encore et engagent des aspects majeurs de sa pensée : la réflexion sur la contingence et la nécessité, l’exploration des frontières entre le naturel et l’institutionnel, l’aspiration à dépouiller la personne de ses ornements extérieurs pour remonter à ce qui constituerait l’hypothétique noyau irréductible de l’individu. Il s’agira d’abord d’explorer les résurgences, dans l’œuvre marivaudienne, de la distinction matricielle entre deux sortes de grandeurs et de respects. Nous verrons ensuite que l’apologue sur lequel s’ouvre le premier Discours, celui du « naufragé roi » (Louis Marin15), trouve de singuliers échos chez Marivaux, amateur d’expérimentations politiques et morales qui fait de l’espace insulaire le lieu d’une réflexion sur l’arbitraire des grandeurs établies. Enfin, nous nous proposons de montrer que la raison des effets pascalienne informe l’œuvre de Marivaux qui, comme Pascal, met au jour la contingence des distinctions sociales tout en acquiesçant en dernière instance à cet ordre imparfait au nom d’une « pensée de derrière ».

Grandeurs naturelles, grandeurs d’établissement

Marivaux orateur

  • 16 On songe au paratexte de La Double Inconstance : « Madame, on ne verra point ici ce tas d’éloges d (...)
  • 17 Jacques Schérer, Racine et/ou la cérémonie, Paris, Puf, 1982, p. 11. Une nuance de sens sépare à c (...)
  • 18 Pascal, Discours sur la condition des Grands, op. cit., p. 751. La catégorie d’extériorité est ess (...)
  • 19 « Il faut que ces cérémonies extérieures naissent d’un mouvement intérieur, par lequel on reconnai (...)
  • 20 « Les grandeurs naturelles sont celles qui sont indépendantes de la fantaisie des hommes, parce qu (...)
  • 21 On sait que le mot estime a une extension plus large dans les Pensées, où il désigne l’admiration (...)
  • 22 Pascal, Pensées, Sel. 92 ; Marivaux, « Compliment à M. le Chancelier », Journaux et œuvres diverse (...)

4Le texte qui atteste le mieux la bonne connaissance qu’avait Marivaux des Discours sur la condition des Grands est le « Compliment » qu’il compose en 1750 en l’honneur du Chancelier La Moignon. À au moins trois titres ce panégyrique – prononcé par un écrivain qui raillait jadis éloges et épîtres dédicatoires16 – se révèle être pétri de souvenirs pascaliens. 1/ Marivaux commence par assurer que les respects réservés aux Grands sont rendus avec « cérémonie » (mot qu’il faut comprendre dans son double sens de « solennité » et de « politesse superflue et importune17 ») et sont le plus souvent « extérieurs ». Ainsi les termes qu’il emploie sont-ils littéralement ceux de Pascal, qui définit les respects d’établissement comme des « cérémonies extérieures18 ». La formule est, on le sait, plusieurs fois épinglée par Nicole dans son traité De la Grandeur, où il soutient, contre Pascal, que les nobles méritent des égards intérieurs parce que leur grandeur participe de l’autorité divine19. 2/ La caractérisation marivaudienne des respects intérieurs est non moins héritière de Pascal. Marivaux déclare qu’ils ont pour objet la vertu, qui constitue, aux côtés des qualités physiques et intellectuelles, l’une des « grandeurs naturelles » selon Pascal20. Surtout, Marivaux associe ces hommages intérieurs à « l’estime », notion qui désigne spécifiquement dans les Discours sur la condition des Grands les respects dus aux « qualités réelles et effectives21 ». 3/ Enfin, c’est en pensant l’hétérogénéité entre grandeurs établies et respects naturels, et en contestant la prétention à faire découler les seconds des premières, que Marivaux s’inscrit dans le sillage de Pascal. Requérir des respects intérieurs pour les « dignités éminentes » au sens politique du mot « dignité », alors que seule la dignité dans l’acception morale du terme est objet d’estime, constituerait un acte de tyrannie, au sens pascalien de débordement des frontières ontologiques. La force elle-même ne peut transgresser les bornes qui séparent les différentes catégories d’hommages. C’est bien à la façon dont Pascal conclut ses réflexions sur la tyrannie en écrivant que « rien ne peut régner partout, non pas même la force », que Marivaux précise que les respects intérieurs « se refusent à la force même22 ».

  • 23 Frédéric Deloffre et Michel Gilot insistent dans leur notice sur ces lignes, où selon eux « se man (...)
  • 24 Pons-Augustin Alletz, Dictionnaire des richesses de la langue française [1770], Genève, Slatkine, (...)
  • 25 Rappelons que ce texte, où Pascal admire en Christine une rencontre de l’autorité et de la science (...)

5Grandeurs naturelles et grandeurs d’établissement relèvent d’ordres différents. Or, Marivaux emploie le terme ordre en un sens pascalien dans un autre texte de circonstance où l’on perçoit des échos des Discours sur la condition des Grands : son discours de réception à l’Académie en décembre 1742. Après des protestations de modestie qui sont autant de figures imposées dans l’éloquence d’apparat, le ton de Marivaux se fait plus original quand il confronte les hommes qui sont « grands dans l’ordre des dignités du monde » et ceux qui sont « grands dans l’ordre des esprits23 ». Cette dernière expression a paru insolite à des contemporains de Marivaux, au point d’être relevée par Alletz dans son Dictionnaire des richesses de la langue française et du néologisme24. Elle prend néanmoins tout son sens à la lumière des textes de Pascal, aussi bien les trois Discours que la Lettre à Christine de Suède25, dont Marivaux a pu avoir connaissance grâce à sa parution en 1738 dans un Recueil de pièces d’histoire et de littérature. C’est à la façon de Pascal que Marivaux distingue deux « ordres » indépendants, entre lesquels existe une différence ontologique et axiologique :

  • 26 Marivaux, Discours de réception à l’Académie française, dans Journaux et œuvres diverses, op. cit. (...)

Une compagnie d’hommes qui, malgré l’inégalité du rang, de la naissance et de la fortune, viennent se dégager ici de toutes les distinctions de l’orgueil humain, les anéantissent, et ne forment plus qu’une société d’esprits, entre qui toute différence d’état et de condition cesse, comme absolument étrangère à eux ; parmi lesquels enfin j’en vois à qui, pour obtenir la place qu’ils occupent, il n’a servi de rien d’être grands dans l’ordre des dignités du monde, et que vous n’avez reçus que parce qu’ils étaient grands dans l’ordre des esprits ; dans cet ordre où les rois même, tout puissants qu’ils sont, ne sauraient élever personne26.

  • 27 Voltaire, Lettres Philosophiques, « Sur les Pensées de M. Pascal », dans Œuvres complètes de Volta (...)
  • 28 La Vie de Marianne, op. cit., p. 226.
  • 29 Ibid.

Alors que Voltaire affectait de tenir la théorie des trois ordres pour du « galimatias27 », Marivaux s’en souvient pour déclarer que le prestige social est sans incidence sur le prestige intellectuel. L’idéal qu’ébauche Marivaux est celui d’une pure communication des intelligences au prix d’un anéantissement (remarquons la coloration chrétienne du mot) des hiérarchies sociales. On aurait tort de se contenter d’y voir une rhétorique banalisée, tant ce rêve rejoint celui qu’incarne dans La Vie de Marianne un des personnages les plus célébrés par la narratrice : Mme Dorsin. La « société des esprits » que peint Marivaux ressemble en effet de près au salon de Mme Dorsin, où loin qu’importent les préséances, « c’était comme des intelligences d’une égale dignité, sinon d’une force égale, qui avaient tout uniment commerce ensemble28 ». Si Marivaux célèbre l’Académie française comme un espace social fantasmé dans lequel « toute différence d’état et de condition cesse », c’est à la façon dont il imaginait dans Marianne un salon, transposition idéalisée de celui de Mme de Tencin, où « il n’était point question de rangs ni d’états29 ».

Facticité des distinctions sociales : le bâton et le cheval

  • 30 Discours de la réception à l’Académie, dans Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 450.
  • 31 Marivaux, La Vie de Marianne, op. cit., p. 56.
  • 32 Pascal, Discours sur la condition des Grands, op. cit., p. 751.
  • 33 Ibid.

6L’éloge, dans ce très pascalien Discours de réception à l’Académie, des hommes qui « viennent se dégager des distinctions de l’orgueil humain30 », est emblématique de la pensée sociale de Marivaux. Il trouve en effet son pendant quasi littéral dans le principal paratexte des romans marivaudiens, le deuxième Avertissement de La Vie de Marianne, à la fin duquel l’auteur s’adresse aux lecteurs qui ne sont pas « dupes des distinctions que l’orgueil a mises dans les choses de ce monde31 ». La formule accuse la facticité, au double sens du terme, des hiérarchies sociales. D’une part, elles sont le produit d’une institution : « dépendantes de la volonté des hommes32 », elles résultent d’un établissement. D’autre part, elles sont de l’ordre de l’illusion : elles sont, selon les mots des trois Discours, dissociées des « qualités réelles et effectives33 ». Les différences sociales ne sont pas corrélées à des différences de nature. Marivaux estime que les privilèges des Grands s’expliquent par une fortuite sédimentation d’usages dont ils ont tort de s’enorgueillir, et non par leur prétendu mérite intrinsèque.

7Cet arbitraire des distinctions, Marivaux le souligne dans une page de L’Indigent Philosophe aux accents très voisins :

  • 34 Marivaux, Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 323.

Les hommes avec toutes leurs façons ressemblent aux enfants : ces derniers s’imaginent être à cheval quand ils courent avec un bâton entre les jambes ; de même les hommes : ils s’imaginent, à cause de certaines belles manières qu’ils ont introduites entre eux pour flatter leur orgueil, ils s’imaginent en être plus considérables, et quelque chose de plus grand ; les voilà à cheval34.

  • 35 Horace, Satires, II. 3, v. 248. Au xviiie siècle, on sait quels développements sont consacrés par (...)
  • 36 L’Île de la raison, acte III, scène 2.

Les belles manières sont une construction sociale (elles ont été « introduites ») et ne servent qu’à combler l’amour-propre (elles « flattent l’orgueil »). L’originalité de ces lignes est de ravaler les usages humains au rang de fantaisies puériles. L’image du bâton tenant lieu de cheval se trouve en effet être un traditionnel paradigme des fantaisies enfantines. Horace écrivait dans Les Satires qu’« un vieillard passerait pour fou s’il passait le temps […] à courir de côté et d’autre avec un bâton entre les jambes35 ». Dans une scène de L’Île de la Raison, Marivaux va jusqu’à comparer le noble à un « poupon » jouant avec un « hochet36 ». L’analogie entre le Grand et l’enfant révèle l’inconsistance des distinctions les plus révérées. Les titres et les préséances existent sur le mode du conditionnel ludique ; ils n’ont de valeur qu’au sein du jeu social.

  • 37 Comparer cette formule de L’Indigent Philosophe au texte de Pascal : « ne vous méconnaissez pas vo (...)
  • 38 Mme de Lambert, Œuvres, op. cit., p. 70.
  • 39 Pascal, Discours sur la condition des Grands, op. cit., p. 747.
  • 40 Ibid., p. 749.

8Si les hommes agissent en enfants, c’est parce qu’ils se croient « quelque chose de plus grand37 » en raison de prérogatives qui leur sont pourtant radicalement extrinsèques. Ils adjoignent à l’image qu’ils ont d’eux-mêmes de chimériques biens qui leur sont extérieurs. Mme de Lambert, dans l’Avis d’une mère à son fils, mettait en garde contre ce travers : « ne regardez les avantages de la naissance et des rangs que comme des biens que la fortune vous prête, et non comme des distinctions attachées à votre être, et qui fassent partie de vous-mêmes38 ». On reconnaît littéralement les propos de Nicole déclarant que Pascal cherche à dessiller les Grands qui « s’imaginent que tous ces biens dont ils jouissent […] font comme partie de leur être39 ». Les nobles oublient que les titres et la pompe nobiliaire leur sont extrinsèques, qu’il y a indifférence réciproque entre l’être réel et les privilèges sociaux. « Votre âme et votre corps », souligne Pascal, « sont d’eux-mêmes indifférents à l’état de batelier ou à celui de duc ; et il n’y a nul lien naturel qui les lie à une condition plutôt qu’à une autre40 ». Ainsi touche-t-on à un sujet d’exploration cher à Marivaux, qui s’inspire de Pascal et de Montaigne pour méditer sur l’épineuse distinction entre l’être profond et les qualités extérieures.

Enjeux stylistiques : clivages et syllepses

  • 41 Marivaux, Le Paysan parvenu, éd. Erik Leborgne, Paris, GF, 2010, p. 199.
  • 42 Marivaux, Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 380.
  • 43 Marivaux, La Fausse Suivante, acte III, scène 2.
  • 44 Marivaux, Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 308.

9Cette aspiration à dépouiller le moi des oripeaux sociaux, un procédé linguistique goûté de Marivaux l’exprime particulièrement : le clivage, qui permet d’opposer l’être réel et les attributs extérieurs. « Ce n’était donc point elle que j’aimais, c’était son rang qui était très grand par rapport à moi » (Le Paysan parvenu41) ; « ce n’est pas vous qu’il aime ; c’est votre rang, c’est votre fortune, c’est l’éclat qui vous environne » (Le Cabinet du Philosophe42) ; « c’est mon habit qui est un coquin ; pour moi, je suis un brave homme » (La Fausse Suivante43) sont autant de formules qui traduisent la scission entre le moi et l’apparaître social. On rencontre un remarquable clivage de cette sorte – « ce n’est pas lui qu’ils saluent, c’est son privilège44 » – dans une page de L’Indigent Philosophe consacrée aux mirages de la grandeur :

  • 45 Ibid.

C’est un homme titré, les conventions l’ont fait un Grand ; c’est-à-dire qu’elles lui ont donné le privilège d’être encore plus petit que les autres. S’en sert-il ? Je n’en sais rien : mais c’est une terrible chose que de n’avoir pas besoin de mérite pour être respecté ; et ceux qui le saluent voudraient bien n’en avoir pas plus besoin que lui ; ce n’est pas lui qu’ils saluent, c’est son privilège45.

  • 46 Montaigne, Essais, III. 10 (« De ménager sa volonté »), Paris, Gallimard, « Folio Classiques », 20 (...)
  • 47 « Il le faut juger par lui-même, non par ses atours » (Montaigne, Essais, I. 42, « De l’inégalité (...)

Marivaux se souvient probablement de Montaigne invitant les puissants à faire le partage entre « les bonnetades qui les regardent » et « celles qui regardent leur commission, ou leur suite, ou leur mule46 ». À cette discrimination entre l’individu et ses atours47, il ajoute toutefois une évocatrice syllepse sur l’adjectif petit. Le Grand a « le privilège d’être encore plus petit que les autres ». Sa grandeur prétendue non seulement n’est le reflet d’aucune élévation morale, mais encore l’autorise à s’abaisser davantage qu’autrui.

  • 48 Carlo Ginzburg, « Le haut et le Bas (le mythe de la connaissance interdite aux xvie et xviie siècl (...)
  • 49 Voir, à cet égard, de suggestives formules de Rousseau dans Émile : « le maître n’a pas les bras p (...)
  • 50 Nicole, « De la faiblesse de l’homme », dans Essais de morale, éd. cit., p. 28.
  • 51 Marivaux, L’Île de la raison, acte I, scène 2. Voir déjà, dans le divertissement de L’Île des Escl (...)

10Ce jeu sur les deux acceptions de la grandeur est récurrent dans l’œuvre de Marivaux. Leitmotiv marivaudien que de tourner en dérision l’emploi social du mot grandeur en rappelant que la prétendue grandeur des puissants ne les place pas au-dessus du commun. S’il est vrai que « le symbolisme de la “hauteur” » est « profondément associé au pouvoir politique48 », cette image donne à tort l’illusion que les puissants sont investis d’une excellence effective49. Comme l’écrit avec ironie Nicole : « je m’imagine que celui qui s’est le premier appelé Haut et puissant Seigneur se regardait comme élevé sur la tête de ses vassaux, et que c’est ce qu’il a voulu dire par cette épithète de haut, si peu convenable à la bassesse des hommes50 ». L’Île de la raison est emblématique de ce travail quasi lexicologique sur le mot grandeur. Dans cette pièce fondée sur de symboliques renversements de taille, le « grand seigneur » devient en effet si petit qu’il ne saurait être vu sans microscope51. On songe toutefois aussi à une scène de La Double Inconstance où Arlequin s’étonne d’avoir à s’adresser à un secrétaire d’État en l’appelant « votre Grandeur » :

  • 52 Marivaux, La Double Inconstance, acte III, scène 3.

Arlequin. Vous saurez que je m’appelle Arlequin.
Trivelin. Doucement. Vous devez dire : Votre Grandeur saura.
Arlequin. Votre Grandeur saura. C’est donc un géant, ce secrétaire d’État ?
Trivelin. Non, mais qu’importe.
Arlequin. Quel diantre de galimatias ! Qui jamais a entendu dire qu’on s’adresse à la taille d’un homme quand on a affaire à lui52 ?

L’humour est double : Arlequin dépouille le mot grandeur de son aura en le ravalant à son sens propre et souligne l’incongruité d’une métonymie banalisée – appeler un homme « votre Grandeur ». La parole ingénue d’Arlequin permet, en restituant aux mots leur sens véritable, de mettre à nu les illusions dont le langage de Cour est porteur. Le défigement des expressions est un pas vers le défigement des usages.

  • 53 « Nous ne nous accommoderons pas », assure Arlequin à Trivelin à l’acte I, scène 4 ; « accommodons (...)

11Ces méprises sur le mot grandeur à l’acte III sont symétriques d’un malentendu comique sur celui d’honneur dans la scène 7 de l’acte I, à la fois une des plus visuelles (avec ses nombreux lazzi) et une des plus subtilement satiriques de la pièce. Le Prince, pour accommoder Arlequin aux usages de la Cour53, lui attache une suite de valets. Aussi le villageois demande-t-il à Trivelin pourquoi de « grands drôles bariolés » le suivent :

  • 54 Marivaux, La Double Inconstance, acte I, scène 7.

Arlequin. – Dites-moi une chose : il y a une heure que je rêve à quoi servent ces grands drôles bariolés qui nous accompagnent partout. Ces gens-là sont bien curieux !
Trivelin. Le Prince, qui vous aime, commence par là à vous donner des témoignages de sa bienveillance ; il veut que ces gens-là vous suivent pour vous faire honneur54.

  • 55 Ibid.

La discussion s’engage dès lors sur le terme d’honneur. Arlequin s’étonnant que Trivelin ne bénéficie pas de cet honneur, Trivelin répond qu’il ne le « mérite » pas. Pris de colère, Arlequin rosse Trivelin en criant : « détalez, je n’aime point les hommes sans honneur55 ». Le quiproquo repose ainsi sur la confusion entre deux sens du mot honneur : « marque extérieure de respect » et « vertu, probité ». Aux honneurs (le pluriel a valeur concrétisante) rendus aux Grands, Arlequin superpose l’honneur de l’honnête homme. De ce que Trivelin ne bénéficie pas de « marques d’honneur », il conclut qu’il est « sans honneur ». Son interlocuteur réplique en soulignant qu’il y a divorce entre les deux acceptions du mot :

Trivelin. – Quand je vous dis que nous ne méritons pas d’avoir des gens à notre suite, ce n’est pas que nous manquions d’honneur ; c’est qu’il n’y a que les personnes considérables, les seigneurs, les gens riches, qu’on honore de cette manière-là : s’il suffisait d’être honnête homme, moi qui vous parle, j’aurais après moi une armée de valets !

  • 56 Ibid.
  • 57 Marivaux, La Vie de Marianne, op. cit., p. 87.

Arlequin reformule cette distinction en opposant « être honoré » (un fait social) et « être honorable » (une qualité intrinsèque) : « sur ce pied-là ce n’est pas grand-chose que d’être honoré, puisque cela ne signifie pas qu’on soit honorable56 ». Ainsi ce débat lexical peut-il être lu à la lumière de la distinction pascalienne entre « deux sortes de grandeurs ». Grandeurs d’établissement et grandeurs naturelles appartiennent à deux sphères séparées. On respecte les Grands quand bien même ils ne seraient pas d’honnêtes gens et les honnêtes gens, tout estimables qu’ils soient, n’ont pas droit à une suite. La conclusion de Trivelin et celle d’Arlequin diffèrent néanmoins. Alors que Trivelin se contente d’établir qu’on peut être honorable sans être honoré, Arlequin radicalise le paradoxe, en estimant que si l’on est honoré, c’est en général faute d’être honorable. La narratrice de La Vie de Marianne ne tient pas un autre discours : « pour parvenir à être honoré, je saurai bien cesser d’être honorable ; et, en effet, c’est assez là le chemin des honneurs : qui les mérite n’y arrive guère57 ».

Expérimentations insulaires

  • 58 Bernard Lamy, De l’art de parler, Paris, 1675, p. 143-144.
  • 59 Philippe Sellier, « Abandonné… dans une île déserte : fantasmatique et théologie dans les Pensées (...)
  • 60 Gilles Deleuze, L’Île déserte et autres textes, Paris, Minuit, 2002, p. 12.

12Si la postérité du deuxième Discours est donc riche chez Marivaux, les échos dans l’œuvre marivaudienne de l’analogie sur laquelle s’ouvre le premier Discours méritent également une attention particulière. La comparaison pascalienne avec un naufragé échouant sur une île dont il devient par erreur le roi a très tôt été célébrée. Bernard Lamy, étudiant dans De l’art de parler les mérites des « comparaisons et similitudes », en cite « un exemple merveilleux » : la « parabole » sur laquelle repose le premier Discours58. Là où l’île est dans le fragment Sel. 229 associée à une fantasmatique de l’abandon59, elle vaut dans le premier Discours comme un lieu de « séparation » et de « recréation » (selon les mots de Deleuze60), qui permet d’expérimenter des renversements imaginaires ou de méditer sur la genèse des rapports sociaux. C’est bien en ce sens que Marivaux, dont les commentateurs ont souligné la prédilection pour les dispositifs expérimentaux d’une part et l’intérêt pour la remontée généalogique d’autre part, met en scène des espaces insulaires.

  • 61 Marivaux, Œuvres de jeunesse, éd. F. Deloffre, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1 (...)
  • 62 Prévost, Œuvres, dir. Jean Sgard, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, VIII, p. 338.
  • 63 Prévost, La Jeunesse du Commandeur, Genève, Slatkine, p. 157. Guillaume Ansart a relevé le lien av (...)
  • 64 Prévost, La Jeunesse du Commandeur, op. cit., p. 156. On ne peut que songer à un autre épisode émi (...)
  • 65 « Je n’entreprendrai point de vous représenter mon étonnement. À peine pouvais-je me persuader que (...)
  • 66 Pascal, Discours sur la condition des Grands, op. cit., p. 748.
  • 67 Louis Marin écrit bien que l’intronisation, loin d’être « une opération de tyran », est « un mécan (...)

13Chronologiquement, c’est dans un épisode peu connu de son premier roman, les Effets surprenants de la sympathie (1713) que Marivaux associe pour la première fois scénario du naufrage sur une île et expérimentation politique. Émander accoste sur une île qu’il croit inhabitée mais où il rencontre des autochtones qui conçoivent pour lui une « véritable vénération » au point qu’ils « l’élurent [enfin] leur chef61 ». Ce texte de jeunesse gagne à être comparé à d’autres œuvres de la période dans lesquelles affleure ce qu’Henri Coulet a identifié comme le « thème romanesque du naufragé ou de l’exilé que le hasard jette chez un peuple sauvage dont il devient le souverain62 ». Un exemple très pascalien en est, chez Prévost, l’épisode de La Jeunesse du Commandeur dans lequel Junius devient le roi de l’île où il échoue. Comme dans les trois Discours, l’accent est mis sur le hasard (« le hasard m’avait jeté sur la côte63 ») et l’apparence physique du naufragé favorise son accession au trône (« je devais peut-être ma principale recommandation à quelques avantages extérieurs que j’avais alors sur la figure64 »). Surtout, la prise de pouvoir résulte non d’un accaparement tyrannique mais d’une dérisoire méprise dont le bénéficiaire est le premier surpris. Ainsi le Junius de Prévost est-il saisi d’étonnement avant d’accepter la charge qu’on lui confie65, de même que le roi pascalien « d’abord ne savait quel parti prendre, mais se résolut enfin de se prêter à sa bonne fortune66 ». L’imposteur ne doit pas sa toute-puissance à l’ingéniosité ou à la libido dominandi : seul entre en jeu un risible enchaînement de hasards sur lequel il est sans prise67.

  • 68 Voir également un épisode du Masque de fer de Mouhy, où un peuple qui « venait de perdre sa Reine  (...)
  • 69 « Vous et les vôtres, vous m’appelez Prince, et je me suis fait expliquer ce que ce mot-là signifi (...)

14Ainsi est-ce en respectant certaines lignes de force du texte pascalien que l’expérience de pensée imaginée dans les trois Discours, devenant péripétie romanesque, innerve la fiction dix-huitiémiste68. Or, le scénario du naufragé élevé malgré lui au rang de roi, loin d’être seulement au xviiie siècle un topos narratif, se trouve être aussi un canevas dramatique. On songe ainsi à la coutume de l’île de Serendib, où échoue Arlequin dans la pièce de Lesage : chaque mois un étranger est couronné, pour être ensuite égorgé. Si Marivaux exploite les potentialités de l’espace insulaire, c’est bien dans son œuvre théâtrale davantage que dans son œuvre romanesque. Dans une perspective pascalienne, nous nous attarderons moins sur La Colonie et sur L’Île de la raison (encore qu’il y soit question de l’arbitraire du titre de Prince69) que sur la première pièce insulaire de Marivaux : le chef-d’œuvre qu’est L’Île des Esclaves.

  • 70 Christophe Martin, L’Esprit des lumières : histoire, littérature, philosophie, op. cit., p. 142.
  • 71 Françoise Rubellin, « Trivelin, de l’Ancien Théâtre-Italien à Marivaux : interaction du rôle, de l (...)
  • 72 Marivaux, L’Île des Esclaves, sc. XI.

15Selon C. Martin, dans cette comédie de 1725, « tout se passe comme si Marivaux s’était appliqué à offrir une interprétation théâtrale et quasi littérale de certains propos de Pascal [dans les Discours sur la condition des Grands]70 ». Qu’en est-il en effet ? C’est d’abord la conclusion de la pièce qui peut être lue à la lumière de Pascal. Trivelin, « détenteur de la loi et garant de la morale71 », déclare : « les différences de condition ne sont qu’une épreuve que les dieux font sur nous72 ». Ainsi la notion éminemment marivaudienne d’épreuve est-elle élargie, au-delà de son sens moral et politique, à un sens théologique. L’épreuve n’est plus seulement orchestrée par de lucides virtuoses de l’intrigue, elle a pour spectateurs et pour maîtres d’œuvres « les dieux ». Le pluriel, exigé par le cadre antique de convention, ne doit pas faire illusion : cette conclusion est d’une évidente teneur chrétienne. Pièce où les puissants sont humiliés, les fautes avouées, la charité célébrée, L’Île des Esclaves est sans conteste la comédie de Marivaux la plus imprégnée de christianisme. La fin du Spectateur Français, presque exactement contemporaine de la pièce, développe de façon plus transparente encore le thème, cher aux prédicateurs, de l’épreuve terrestre ayant pour horizon une rétribution ou un châtiment post mortem :

  • 73 Marivaux, Le Spectateur Français, « Vingt-cinquième feuille » [septembre 1724], dans Journaux et œ (...)

Ainsi vous, dont ce riche ne soulage pas la misère, prenez patience, c’est là votre unique tâche à cet égard-là ; vivez comme vous faites à la sueur de votre corps ; continuez, c’est Dieu qui vous éprouve ; mais vous, homme riche, vous payerez cette fatigue et ces langueurs où vous l’abandonnez73.

  • 74 Pascal, Pensées, Port-Royal, XXIX. 2 ; Sel. 124.

Les hiérarchies sociales n’ont aucun fondement ontologique, mais Marivaux invite à y acquiescer. Il rejoint ainsi la position que Pascal, dans sa gradation dialectique, identifie comme celle du « chrétien parfait » : des différences de condition dont l’arbitraire est patent sont acceptées au nom d’une « lumière supérieure74 ».

  • 75 Le parallèle avec les Saturnales était avancé par les contemporains de Marivaux. D’Argenson notait (...)
  • 76 Marivaux, L’Île des Esclaves, scène VI.
  • 77 Nous renvoyons à l’étude classique de Laurent Thirouin, Le Hasard et les règles. Le modèle du jeu (...)

16Cette contingence des grandeurs d’établissement, Marivaux la montre en imaginant, dans la lignée des Saturnales antiques75, une inversion des rôles sociaux qui met au jour leur profonde substituabilité. L’épreuve marivaudienne a pour effet de dénaturaliser la répartition des positions sociales. Les avantages du rang ne dépendant pas du mérite intrinsèque mais de circonstances fortuites. Cléanthis, dans une réplique fondamentale, déclare : « me voilà dame et maîtresse d’aussi bon jeu qu’une autre ; je la suis par hasard ; n’est-ce pas le hasard qui fait tout76 ? ». C’est cette réflexion sur le hasard qui fait, en définitive, de L’Île des Esclaves l’héritière des trois Discours. Le hasard est en effet une puissance reine dans le Discours sur la condition des Grands77, où Pascal se plaît à montrer combien les prérogatives des Grands dépendent d’un précaire échafaudage de circonstances. Les biens dont ils jouissent résultent de la conjonction aléatoire entre un hasard premier – celui de la naissance – et le hasard de lois qui leur sont favorables. Pascal et Marivaux ont en commun d’aspirer à dessiller les Grands en montrant que leurs avantages leur ont été octroyés par une Fortune aveugle.

  • 78 Marivaux, L’Île des esclaves, scène 2.
  • 79 Laurent Thirouin, Le Hasard et les règles. […], op. cit., p. 27.
  • 80 Lucrèce, De natura rerum, V, v. 222-227. Voir à ce sujet Hans Blumenberg, Naufrage avec spectateur (...)
  • 81 Pascal, Pensées, Sel. 680. Sur cette métaphore pascalienne du « jet », voir Pierre Lyraud, « Pense (...)

17Dans L’Île des Esclaves, le hasard est invoqué dès la scène 2, quand Trivelin rapporte le traitement qui était originairement réservé aux maîtres que « le hasard ou le naufrage conduirait dans leur île ». L’alternative est évocatrice : le naufrage sur l’île est par excellence un hasardeux coup du sort. C’est en ce sens que Trivelin assure également : « remerciez le sort qui vous conduit ici78 ». Parmi ses nombreuses valeurs symboliques, l’île vaut comme une figuration du hasard. Dans les trois Discours de fait, « perdue dans une immensité, sans nécessité géographique apparente, l’île est posée par hasard et atteinte par chance après le naufrage79 ». Le naufragé qui la découvre ignore pourquoi il accoste en ce lieu plutôt qu’en un autre et pourquoi il a la chance d’avoir la vie sauve alors que tant d’autres ont péri. Une homologie existe ainsi entre le hasard qui fait échouer sur l’île et le hasard que le texte s’emploie à mettre au jour : le hasard de la naissance. C’est en vertu d’un enchaînement de circonstances aussi hasardeux que le naufragé est porté sur une île inconnue et que l’aristocrate jouit d’une naissance prestigieuse. Il n’est pas indifférent à cet égard que, depuis Lucrèce, le naufrage soit une fréquente métaphore de la naissance80. Si l’homme pascalien « est jeté par la tempête dans une île inconnue », c’est à la façon dont à la naissance « notre âme est jetée dans un corps81 ». Le naufrage sur l’île, chez Pascal comme chez Marivaux, est donc le reflet du hasard qui préside à la répartition des positions sociales. La bonne fortune dont Arlequin et Cléanthis jouissent en accostant dans un lieu qui leur est favorable, ils auraient pu en bénéficier en naissant maîtres à Athènes. Le coup du sort que subissent Iphicrate et Euphrosine en échouant sur une île où ils ne sont plus les maîtres, ils auraient pu l’essuyer en naissant esclaves dans leur cité d’origine. Si L’Île des Esclaves a une portée allégorique, c’est parce que le naufrage répète le coup de hasard originel qu’est l’appartenance ou la non-appartenance à la noblesse.

  • 82 Le Jeu de l’amour et du hasard, acte III, scène 1. Nous soulignons.
  • 83 « C’est une aventure dont le seul récit est attendrissant ; c’est le coup de hasard le plus singul (...)

18Ces réflexions sont au cœur d’autres œuvres de Marivaux, y compris la plus célèbre, placée dès son titre sous le signe du hasard. « J’espère […] que son amour me fera passer à la table en dépit du sort qui ne m’a mis qu’au buffet82 », déplore l’Arlequin du Jeu de l’amour et du hasard, en rabattant plaisamment sur l’opposition entre « la table » et « le buffet » l’écart qui sépare les deux extrémités de la hiérarchie sociale. Si le valet n’a pas les prérogatives du maître dont il emprunte un jour durant l’identité, la cause en est le sort. Le hasard sur lequel la pièce de 1730 invite à méditer n’est pas seulement le « coup de hasard » dont la romanesque Silvia s’émerveille à la fin de la pièce83, c’est le hasard originaire qui a, n’en déplaise aux maîtres, de si nombreuses incidences sur l’amour : celui de la naissance.

  • 84 Des analogies existent entre le motif des enfants enlevés au berceau dans La Dispute et « l’épreuv (...)
  • 85 « Votre pénétration va se jouer de cette faible épreuve où je la mets » (Journaux et œuvres divers (...)
  • 86 Ibid., p. 524.
  • 87 Trivelin déclare dans L’Île des Esclaves vouloir « corriger [Iphicrate] de son orgueil » avant de (...)
  • 88 Marivaux, Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 526.
  • 89 On la rencontre d’ailleurs presque à l’identique quelques années plus tard au livre III de l’Émile (...)
  • 90 Marivaux, L’Éducation d’un Prince, dans Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 527. L’égalité n (...)

19Loin que l’expérience politique imaginée dans L’Île des Esclaves soit la seule « épreuve » marivaudienne qui rappelle les trois Discours, elle gagne à être rapprochée d’un des derniers textes de Marivaux, intitulé L’Éducation d’un Prince. Rappelons qu’il s’agit du titre même du traité de Nicole dans lequel furent pour la première fois publiés les Discours sur la condition des Grands. Dans ce dialogue pédagogique entre deux personnages dont les noms ont un sens transparent – Théophile, le sage qui aime Dieu ; Théodose, le puissant qui a bénéficié d’un don d’en haut – Marivaux, dix ans après La Dispute, imagine un Roi expérimentateur84. Un roi d’Asie, ayant un fils qui « avait une superbe idée de sa condition », imagine une « épreuve85 » destinée à « le guérir de cette petitesse d’esprit86 », en vertu d’un propos thérapeutique très voisin de celui de L’Île des Esclaves87. L’enfant de ce Prince trop fier et l’enfant d’un esclave sont à leur naissance placés côte à côte sans aucun signe qui puisse les distinguer sinon une marque seulement connue du roi et de ses confidents. Des liens troublants unissent ainsi cette expérience et le destin de Marianne, enfant trouvée dont on ne saura pas si elle est noble ou roturière. Le Prince, incapable de déterminer qui est son fils malgré l’abîme social qui sépare les deux enfants, se voit forcé d’admettre que « la nature ne fait que des hommes et point des princes88 ». La formule est certes topique89, mais Marivaux souligne que toute connue que soit cette maxime, elle n’est pas « vérité d’usage90 » à cause de l’opinion flatteuse que les Grands se font d’eux-mêmes.

  • 91 Ibid., p. 522. Voir aussi le préambule de Nicole : le premier défaut des Grands est « de se méconn (...)
  • 92 Ibid., p. 750.
  • 93 Marivaux, L’Éducation d’un Prince, dans Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 522.
  • 94 Pascal, Discours sur la condition des Grands, op. cit., p. 750.

20Des coïncidences de détail entre le texte de Pascal et celui de Marivaux viennent confirmer que L’Éducation d’un Prince s’inscrit dans la lignée des trois Discours. « L’orgueil de ce rang vous a déjà gagné, vous ne vous connaissez déjà plus91 », dit Théophile à Théodose à la façon dont Pascal mettait en garde l’allocutaire des Discours : « et surtout ne vous méconnaissez pas vous-même92 ». Surtout, Théophile déplore chez les Grands un « oubli de soi-même93 », de même que Pascal assure qu’« il faut s’oublier soi-même » pour se croire supérieur aux roturiers94. C’est bien une thérapie contre l’oubli que proposent Pascal et Marivaux : oubli de la condition originaire, oubli de la conjonction de hasards à laquelle le noble doit sa puissance comme le naufragé sa qualité de roi. Dans Le Spectateur Français, à l’occasion d’une apostrophe très pascalienne aux « Grands de ce monde », Marivaux n’exprimait-il pas en des termes voisins un credo dont toute son œuvre est imprégnée ?

  • 95 Marivaux, Le Spectateur Français, 1re Feuille, dans Journaux et œuvres diverses, p. 116.

Ces prestiges de vanité qui vous font oublier qui vous êtes, ces prestiges se dissiperaient et la nature soulevée, en dépit de toutes vos chimères, vous ferait sentir qu’un homme, quel qu’il soit, est votre semblable95.

La clairvoyance de l’habile

  • 96 Marivaux, L’Éducation d’un Prince, dans ibid., p. 522.
  • 97 Gérard Ferreyrolles, Pascal et la raison du politique, Paris, Puf, 1984, p. 10.
  • 98 Parmi les commentateurs de Marivaux qui ont évoqué la « raison des effets » pascalienne, citons Mi (...)

21Marivaux a beau imaginer des dispositifs expérimentaux mettant au jour l’arbitraire des normes sociales, il n’invite guère à les renverser. L’Île des Esclaves – c’est un topos critique que de le souligner – se conclut sur un retour à l’ordre établi et dans L’Éducation d’un Prince, Théophile fait valoir qu’il n’aspire pas à diminuer les prérogatives des Grands96. Alliant radicalité critique et conservatisme, Marivaux rejoint Pascal, qui a été jugé, selon les mots de Gérard Ferreyrolles, « trop loyaliste pour les démystificateurs, trop démystificateur pour les loyalistes97 ». Le double mouvement par lequel Marivaux montre la contingence d’un système social inique et ne prône pourtant pas de changement structurel peut être compris à la lumière de la dialectique pascalienne de la raison des effets98.

  • 99 Voir Marie Pérouse, L’Invention des Pensées. Les éditions de Port-Royal (1670-1678), Paris, H. Cha (...)
  • 100 Sel. 124 ; Port-Royal XXIX. Dans l’édition de Port-Royal, ce fragment est amputé des mots « raison (...)
  • 101 Marc Escola, Erik Leborgne et Jean-Christophe Abramovici relèvent que « Marivaux joue ici allusive (...)
  • 102 Marivaux, Lettres sur les habitants de Paris, dans Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 22-23 (...)
  • 103 Ibid..

22Si la locution « raison des effets » compte parmi les grandes absentes de l’édition de Port-Royal99, la gradation pascalienne n’en est pas moins à l’œuvre dans nombre de textes retenus en 1670 et 1678, en premier lieu à propos des égards rendus aux « personnes de grande naissance100 ». Or, sur cette question de la qualité nobiliaire, Marivaux raisonne en « habile » dans une page que les éditeurs des Journaux ont rapprochée de la pensée politique de Pascal101. Il commence par souligner que la haute naissance est une « chimère » eu égard à « l’égalité naturelle qui est entre les hommes102 ». Puis il célèbre et hiérarchise deux attitudes : celle du Grand qui sait que les avantages dont il jouit ne sont pas « matière à orgueil » (le Grand qu’un Pascal aurait dessillé) et celle du roturier qui « acquiesce de bonne grâce aux droits qu’on a donnés au noble, sans envier son état, ni rougir du sien propre103 » (l’esprit lucide, en somme, que Pascal qualifie d’« habile »). Cette dernière manière de penser est applaudie comme « une raison au-dessus de la noblesse ».

  • 104 Marivaux, L’Île des Esclaves, éd. H. Coulet, Paris, Gallimard, « Folio classiques », 2000, p. 33.
  • 105 Marivaux, Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 364-365.
  • 106 Ibid., p. 126.
  • 107 Ibid.
  • 108 Marivaux, La Seconde Surprise de l’amour, acte II, scène 6.
  • 109 « Nous avons tous besoin les uns des autres ; nous naissons dans cette dépendance, nous ne changer (...)

23Marivaux avance des arguments de divers ordres pour soutenir qu’il y a légitimité à acquiescer à un ordre établi dont l’illégitimité paraît pourtant criante. Nous avons déjà évoqué l’analyse des différences de condition comme « une épreuve que les dieux font sur nous ». Cette conclusion de L’Île des Esclaves est rapprochée par Henri Coulet de la Première épître de Pierre : « vous les domestiques, soyez soumis à vos maîtres […]. Car c’est une grâce que de supporter, par égard pour Dieu, des peines que l’on souffre injustement104 ». Dans ses Journaux, Marivaux va jusqu’à déclarer, à la façon dont le « chrétien parfait » est célébré dans les Pensées, que « les gens pieux […] n’ont que Dieu pour maître, ils n’obéissent qu’à lui-même en obéissant aux hommes105 ». Mais cet argumentaire chrétien vient à l’appui d’un argumentaire profane plus récurrent chez Marivaux, articulé autour de la question du lien social. Dans une feuille du Spectateur Français, le je constate combien « de grandes qualités dans un homme, un grand rang, un grand pouvoir106 » en imposent, mais au lieu de se limiter à la critique demi-habile de la toute-puissance de l’imagination, il se félicite de cet état de fait : « et dans le fond, c’est fort bien fait à nous d’être comme cela ; c’est le lien de la société des hommes que cet éblouissement de notre raison107 ». Comme Pascal, Marivaux pense que les opinions « vaines » deviennent « saines » dès lors qu’elles assurent la cohésion du corps social. De la « gloire d’une femme », la Marquise de La Seconde Surprise de l’amour dit : « gloire sotte et ridicule, mais reçue, mais établie, qu’il faut soutenir, et qui nous pare ; les hommes pensent cela, il faut penser comme les hommes ou ne pas vivre avec eux108 ». La communauté de vie exige selon Marivaux une relative communauté de pensée. C’est bien au nom des exigences de l’intersubjectivité109 que des distinctions imaginaires qu’un observateur sarcastique serait tenté de railler trouvent leur justification.

  • 110 Ibid., p. 225. Ces deux adjectifs sont à nouveau appliqués à Mme Dorsin ensuite : elle a une « faç (...)

24Ainsi les pages dans lesquelles Marivaux exprime le mieux sa position sur les grandeurs établies – foi dans l’égalité originelle entre les hommes mais respect extérieur des dignités pour préserver les liens sociaux – sont-elles celles qu’il consacre à Mme Dorsin dans La Vie de Marianne. Il faut citer un large extrait de ce portrait ému d’un « esprit naturellement raisonnable et philosophe110 » qui incarne la lucidité sociale authentique selon Marivaux :

  • 111 Ibid. Sur l’intérêt que Stendhal portait à ce portrait, voir Jules Alciatore, « Stendhal, Marivaux (...)

25Il n’était point question de rangs ni d’états chez elle […], c’étaient des hommes qui parlaient à des hommes, entre qui seulement les meilleures raisons l’emportaient sur les plus faibles, rien que cela.
Ou si vous voulez que je vous dise un grand mot, c’était comme des intelligences d’une égale dignité, sinon d’une force égale, qui avaient tout uniment commerce ensemble ; des intelligences entre lesquelles il ne s’agissait plus des titres que le hasard leur avait donnés ici-bas, et qui ne croyaient pas que leurs fonctions fortuites dussent plus humilier les uns qu’enorgueillir les autres.
[…] Ce n’est pas, d’un autre côté, que, pour entretenir la considération qu’il lui convenait d’avoir, étant née ce qu’elle était, elle ne se conformât aux préjugés vulgaires, et qu’elle ne se prêtât volontiers aux choses que la vanité des hommes estime, comme par exemple d’avoir des liaisons d’amitié avec des gens puissants qui ont du crédit et des dignités. Ce sont là des attentions qu’il ne serait pas sage de négliger, elles contribuent à vous soutenir dans l’imagination des hommes.
Et c’est dans ce sens-là que Mme Dorsin les avait. Les autres les ont par vanité, et elle ne les avait qu’à cause de la vanité des autres111.

  • 112 Antoine Lilti, Le monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Faya (...)
  • 113 Marivaux, Réflexions sur l’esprit humain, dans Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 485.

Ce portrait ne relève pas seulement de la « représentation topique de la bonne hôtesse112 », virtuose des relations mondaines ; il laisse transparaître un idéal intellectuel et moral. Les négations (« il n’était point question de rangs ni d’états », « il ne s’agissait plus de titres que le hasard leur avait donnés ici-bas ») montrent combien Mme Dorsin sait se détacher de déterminations sociales dont elle sait le caractère fortuit. Dépouillés des oripeaux sociaux, ceux qui lui rendent visite sont « des hommes qui parlent à des hommes », traités en vertu du principe, cher à Marivaux, selon lequel « toutes les âmes se valent113 ». Toutefois, une autre négation (« ce n’est pas, d’un autre côté, que… ») apporte une réserve cruciale : Mme Dorsin conserve un attachement de façade aux conventions, qu’elle respecte avec une clairvoyante distance pour ne pas s’exclure du commerce des personnes moins philosophes qu’elle. « Se conformer aux préjugés vulgaires » mais en sachant distinguer l’essentiel de l’accidentel, qu’est-ce sinon méditer en « habile » au sens de Pascal ?

  • 114 Voir Christophe Martin, « ‘‘La nature ne fait ni princes, ni riches’’ : politique du renversement (...)
  • 115 « Ne leur découvrez pas cette erreur si vous voulez, mais n’abusez pas de cette élévation avec ins (...)
  • 116 Marivaux, La Vie de Marianne, op. cit., p. 56. À propos de cet Avertissement, Franck Salaün écrit, (...)
  • 117 Desfontaines s’offusque de « vils et indignes objets », d’Alembert déplore les « détails ignobles  (...)

26Comme chez Pascal, l’analyse parfois corrosive que fait Marivaux de la contingence des grandeurs établies ne se double guère de volonté réformatrice. Sans contester que les réponses de Marivaux soient morales plutôt que politiques, individuelles et non systémiques, nuançons pourtant à deux titres l’hypothèse, fréquente chez les critiques, d’un conservatisme de Marivaux. Il faut tout d’abord souligner, avec Christophe Martin114, que le dispositif énonciatif diffère chez Pascal et Marivaux. Dans une pièce comme L’Île des Esclaves, la facticité des distinctions sociales, loin d’être révélée seulement à des Grands qui peuvent en conserver le secret115, éclate aux yeux de tous. Les esclaves, aussi démystifiés que les maîtres, se font même les porte-parole du discours sur l’égalité originelle. La leçon qui, dans un discours d’éducation princière, a pour seuls destinataires explicites les Grands, acquiert ainsi une force tout autre du fait qu’elle est portée sur une scène de théâtre où elle est défendue par les opprimés eux-mêmes. Par ailleurs, la démystification des grandeurs instituées a chez Marivaux des prolongements esthétiques dont il faut mesurer l’audace. En effet, la position de Mme Dorsin, qui considère les hommes abstraction faite des « titres que le hasard leur avait donnés ici bas », est identique à celle du lecteur éclairé qui, d’après le deuxième Avertissement du roman, n’est pas « dupe des distinctions que l’orgueil a mises dans les choses de ce monde116 ». Or, le propos de Marivaux dans cet Avertissement est de défendre la légitimité romanesque de personnages de basse extraction : une lingère et un cocher, dont Marianne rapporte la truculente querelle dans un épisode qui fit scandale117. Les hiérarchies entre les êtres étant arbitraires, Marivaux soutient qu’il n’est pas d’individu, même le plus humble, qui soit indigne de la plume d’un écrivain et de l’attention d’un lecteur éclairé. C’est dire si la réflexion marivaudienne sur la contingence des distinctions sociales – héritée des trois Discours de Pascal, auxquels Marivaux emprunte aussi bien des intuitions philosophiques que des dispositifs fictionnels – a des incidences esthétiques originales pour leur temps : en justifiant l’intégration à l’univers romanesque de personnages réputés inconvenants, elle légitime une ouverture du champ du représentable.

Haut de page

Notes

1 Marivaux, « Compliment au Chancelier », Journaux et œuvres diverses, Paris, Classiques Garnier, 2001, p. 496. Sur le contexte d’écriture de ces lignes, voir la notice de Frédéric Deloffre et Michel Gilot (Ibid., p. 495).

2 Ibid., p. 496.

3 Pascal, Discours sur la condition des Grands, dans Les Provinciales, Pensées et opuscules divers, éd. Gérard Ferreyrolles et Philippe Sellier, Paris, Le Livre de poche, « La Pochothèque », 2004, p. 751.

4 On rencontre de fait dans les décennies qui suivent la publication des trois Discours des pièces de circonstance qui s’appuient opportunément, au point de la banaliser, sur la distinction pascalienne entre deux sortes de grandeurs et de respects. Ainsi, dès 1691, Goibaud-Dubois écrit-il dans une épître précédant une traduction du De officiis : « Ce sont [les qualités de votre cœur et de votre esprit], Monsieur, que je révère principalement en vous, et qui m’attachent à vous, par ce respect intérieur qu’attirent les grandeurs véritables et naturelles ; et qui est si fort au-dessus de celui que peuvent imprimer les grandeurs d’établissement » (Paris, Coignard, 1691, p. VI). Notre propos sera de montrer que chez Marivaux, la distinction entre deux sortes de grandeurs, loin d’être une commodité rhétorique, a des implications profondes qu’il a explorées dans nombre de ses œuvres.

5 Marivaux, Le Prince Travesti, acte II, scène 10. Voir une page du Spectateur français d’un an antérieure : « je vous demanderais pardon de la manière dont je vous ai reçu d’abord, si je ne croyais devoir épargner au philosophe Anacharsis les excuses et les respects que je dois au prince » (Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 180).

6 Marivaux, La Vie de Marianne, éd. F. Deloffre, Paris, Classiques Garnier, 1990, p. 226.

7 Marivaux, Lettres sur les habitants de Paris, dans Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 23.

8 Voir notamment la sixième feuille du Cabinet du Philosophe, dans laquelle Marivaux commente une maxime de La Rochefoucauld et se réclame de La Bruyère et de Pascal (Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 387-388).

9 Sur la complexe question du christianisme de Marivaux – Le Cabinet du Philosophe, notamment, est riche en « réflexions chrétiennes » inspirées de Pascal (Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 335) – voir Laurence Mall, « Le statut ambigu du discours religieux dans les Journaux de Marivaux », dans Marivaux subversif ?, F. Salaün (dir.), Paris, Desjonquères, 2003, p. 197-208, ainsi que l’ouvrage, parfois discutable, de Pierre Jacoebée, La Persuasion de la charité : thème, forme et structure dans les « Journaux et œuvres diverses », Amsterdam, Rodopi, 1976.

10 Lesbros de la Versane, L’Esprit de Marivaux ou Analectes de ses ouvrages, Paris, Veuve Pierres, 1769, p. 38.

11 Antony McKenna note l’écho chez Marivaux des Discours dans son ouvrage classique (De Pascal à Voltaire. Le rôle des Pensées de Pascal dans l’histoire des idées entre 1670 et 1734, Oxford, SVEC, 1990, t. II, p. 812). Voir surtout les suggestives analyses de Christophe Martin sur les liens entre L’Île des esclaves et le premier Discours dans L’Esprit des lumières : histoire, littérature, philosophie, Paris, Armand Colin, 2017, p. 142.

12 Nicole fait précéder le texte des trois Discours d’un préambule dans lequel il assure qu’ils ont été mis par écrit par une « personne » qui a assisté à leur lecture ; selon Jean Mesnard (Œuvres complètes, Paris, Desclée de Brouwer, IV, p. 1013) et les autres critiques, il est peu douteux que cette « personne » soit Nicole lui-même.

13 « Toute cette grandeur n’était, pour ainsi dire, qu’un composé de plusieurs hasards ; et qui désassemblerait toutes les parties dont elle était formée, vous le ferait voir bien clairement », déclare Érasme (Fontenelle, Nouveaux Dialogues des morts, « Érasme et Charles Quint », Œuvres complètes, t. II, éd. Jean Dagen, Paris, Champion, 2018, p. 143).

14 Œuvres de Mme de Lambert, éd. Robert Granderoute, Paris, Champion, 1990, p. 54. On remarque de légères et intéressantes variations (les grandeurs naturelles sont « personnelles », l’estime est un « respect de sentiment »).

15 Louis Marin, Le Portrait du roi, Paris, Minuit, 1981, p. 261-290.

16 On songe au paratexte de La Double Inconstance : « Madame, on ne verra point ici ce tas d’éloges dont les épîtres dédicatoires sont ordinairement chargées ; à quoi servent-ils ? Le peu de cas que le public en fait devrait en corriger ceux qui les donnent, et en dégoûter ceux qui les reçoivent ». Voir, dans le corps de la pièce, la satire des « compliments » dans la bouche d’Arlequin : « mais ne me faites point de compliment ; ce serait autant de perdu, car je n’en sais point rendre ». Le Seigneur allègue dans sa réponse une distinction, qui ne dupe pas Arlequin, entre les « compliments » et les « témoignages d’estime » (acte II, scène 7).

17 Jacques Schérer, Racine et/ou la cérémonie, Paris, Puf, 1982, p. 11. Une nuance de sens sépare à cet égard la cérémonie au singulier (édition originale du texte de Marivaux) des cérémonies au pluriel (édition de 1765).

18 Pascal, Discours sur la condition des Grands, op. cit., p. 751. La catégorie d’extériorité est essentielle dans les trois Discours. Pascal oppose l’extérieur et l’intérieur à la fois du point de vue des égards rendus aux Grands et du point de vue de la conduite des Grands eux-mêmes : « si vous agissez extérieurement avec les hommes selon votre rang, vous devez reconnaître par une pensée plus cachée mais plus véritable, que vous n’avez rien naturellement au-dessus d’eux » (Ibid., p. 749).

19 « Il faut que ces cérémonies extérieures naissent d’un mouvement intérieur, par lequel on reconnaisse dans les Grands une véritable supériorité » (Nicole, « De la Grandeur », dans Essais de morale, éd. Laurent Thirouin, Paris, Presses universitaires de France, 1999, p. 209).

20 « Les grandeurs naturelles sont celles qui sont indépendantes de la fantaisie des hommes, parce qu’elles consistent dans des qualités réelles et effectives de l’âme ou du corps, qui rendent l’un ou l’autre plus estimables, comme les sciences, la lumière, la vertu, la santé, la force » (Discours sur la condition des Grands, p. 751).

21 On sait que le mot estime a une extension plus large dans les Pensées, où il désigne l’admiration que tout individu, mû par l’amour-propre, désire obtenir d’autrui, comme dans le fragment Sel. 152 (« et nous sommes si vains que l’estime de cinq ou six personnes qui nous environnent nous amuse et nous contente ») ou le fragment Sel. 707 (« il n’est pas satisfait s’il n’est dans l’estime des hommes »).

22 Pascal, Pensées, Sel. 92 ; Marivaux, « Compliment à M. le Chancelier », Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 496.

23 Frédéric Deloffre et Michel Gilot insistent dans leur notice sur ces lignes, où selon eux « se manifeste une forme particulière d’effusion que l’on ne trouve pas souvent dans les discours académiques » (Ibid., p. 447). Ils relèvent en note « l’inspiration évidemment pascalienne du passage » (Ibid., p. 666).

24 Pons-Augustin Alletz, Dictionnaire des richesses de la langue française [1770], Genève, Slatkine, 1968, p. 217.

25 Rappelons que ce texte, où Pascal admire en Christine une rencontre de l’autorité et de la science qui constitue une merveilleuse exception à la disjonction qui s’observe d’ordinaire entre détention du pouvoir et excellence intellectuelle, constitue une ébauche de la théorie des « trois ordres ». Pascal y écrit en effet que le pouvoir des esprits sur les esprits « est d’un ordre d’autant plus élevé que les esprits sont d’un ordre plus élevé que les corps » (Lettre à la reine Christine de Suède, dans Les Provinciales, Pensées et opuscules divers, p. 98). Nous remercions Laurent Thirouin de nous avoir suggéré ce rapprochement entre les discours de Marivaux et la lettre de Pascal.

26 Marivaux, Discours de réception à l’Académie française, dans Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 450.

27 Voltaire, Lettres Philosophiques, « Sur les Pensées de M. Pascal », dans Œuvres complètes de Voltaire, t. 6B, éd. Nicholas Cronk et Nicolas Fréry, Oxford, Voltaire Foundation, 2020, p. 277.

28 La Vie de Marianne, op. cit., p. 226.

29 Ibid.

30 Discours de la réception à l’Académie, dans Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 450.

31 Marivaux, La Vie de Marianne, op. cit., p. 56.

32 Pascal, Discours sur la condition des Grands, op. cit., p. 751.

33 Ibid.

34 Marivaux, Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 323.

35 Horace, Satires, II. 3, v. 248. Au xviiie siècle, on sait quels développements sont consacrés par Sterne au hobby-horse, à l’origine de l’emploi en français du mot dada au sens de « marotte ».

36 L’Île de la raison, acte III, scène 2.

37 Comparer cette formule de L’Indigent Philosophe au texte de Pascal : « ne vous méconnaissez pas vous-même, en croyant que votre être a quelque chose de plus élevé que celui des autres » (Discours sur la condition des Grands, op. cit., p. 750).

38 Mme de Lambert, Œuvres, op. cit., p. 70.

39 Pascal, Discours sur la condition des Grands, op. cit., p. 747.

40 Ibid., p. 749.

41 Marivaux, Le Paysan parvenu, éd. Erik Leborgne, Paris, GF, 2010, p. 199.

42 Marivaux, Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 380.

43 Marivaux, La Fausse Suivante, acte III, scène 2.

44 Marivaux, Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 308.

45 Ibid.

46 Montaigne, Essais, III. 10 (« De ménager sa volonté »), Paris, Gallimard, « Folio Classiques », 2009, p. 327.

47 « Il le faut juger par lui-même, non par ses atours » (Montaigne, Essais, I. 42, « De l’inégalité qui est entre nous », p. 215). Nous étudions la lecture pascalienne de ce texte dans « “Autour de lui, non en lui”. Qualités empruntées et avantages effectifs chez Pascal », Dix-septième siècle, 1/2021, « Varia », p. 125-140.

48 Carlo Ginzburg, « Le haut et le Bas (le mythe de la connaissance interdite aux xvie et xviie siècles) », dans Mythes, Emblèmes, traces : morphologie et histoire, Paris, Verdier, 2010, p. 100.

49 Voir, à cet égard, de suggestives formules de Rousseau dans Émile : « le maître n’a pas les bras plus longs ni plus forts que ceux de son esclave ; un Grand n’est pas plus grand qu’un homme du peuple » (Rousseau, Émile, dans Œuvres Complètes, IV, éd. Bernard Gagnebin et Marcel Raymond, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1969, p. 468).

50 Nicole, « De la faiblesse de l’homme », dans Essais de morale, éd. cit., p. 28.

51 Marivaux, L’Île de la raison, acte I, scène 2. Voir déjà, dans le divertissement de L’Île des Esclaves : « quand un homme est fier de son rang/ Et qu’il me vante sa naissance,/ Là, je ris de son impertinence/ Qui de ce nain fait un géant ».

52 Marivaux, La Double Inconstance, acte III, scène 3.

53 « Nous ne nous accommoderons pas », assure Arlequin à Trivelin à l’acte I, scène 4 ; « accommodons-nous », lui dit le Seigneur à l’acte III, scène 4. Tout le mouvement de La Double Inconstance est dans ce progressif accommodement au monde courtisan.

54 Marivaux, La Double Inconstance, acte I, scène 7.

55 Ibid.

56 Ibid.

57 Marivaux, La Vie de Marianne, op. cit., p. 87.

58 Bernard Lamy, De l’art de parler, Paris, 1675, p. 143-144.

59 Philippe Sellier, « Abandonné… dans une île déserte : fantasmatique et théologie dans les Pensées », dans Essais sur l’imaginaire classique, Paris, Champion, 2005, p. 67-79.

60 Gilles Deleuze, L’Île déserte et autres textes, Paris, Minuit, 2002, p. 12.

61 Marivaux, Œuvres de jeunesse, éd. F. Deloffre, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1972, p. 285 ; p. 288.

62 Prévost, Œuvres, dir. Jean Sgard, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, VIII, p. 338.

63 Prévost, La Jeunesse du Commandeur, Genève, Slatkine, p. 157. Guillaume Ansart a relevé le lien avec Pascal dans « L’imaginaire politique de l’abbé Prévost », Eighteenth century fiction, vol. 10, no 1, 1997, p. 29-42.

64 Prévost, La Jeunesse du Commandeur, op. cit., p. 156. On ne peut que songer à un autre épisode éminemment pascalien où sont mis en cause les « avantages extérieurs » : les décevantes retrouvailles avec Héléna victime de la petite vérole (Ibid., p. 300).

65 « Je n’entreprendrai point de vous représenter mon étonnement. À peine pouvais-je me persuader que mon aventure ne fût point un songe » (La Jeunesse du Commandeur, op. cit., p. 156) ; « après une délibération qui dura toute la nuit, je me déterminai à prendre un rang qui flatte l’ambition » (Ibid., p. 158).

66 Pascal, Discours sur la condition des Grands, op. cit., p. 748.

67 Louis Marin écrit bien que l’intronisation, loin d’être « une opération de tyran », est « un mécanisme qui se déroule tout seul, indépendamment des intentions de la volonté ou du désir du “naufragé” » (Le Portrait du roi, op. cit., p. 284).

68 Voir également un épisode du Masque de fer de Mouhy, où un peuple qui « venait de perdre sa Reine » choisit pour souveraine une insulaire qu’ils croient envoyée par leur dieu pour les gouverner (Mouhy, Le Masque de fer (XVI) [1747], éd. A. Rivara, Paris, Desjonquères, 1983, p. 198).

69 « Vous et les vôtres, vous m’appelez Prince, et je me suis fait expliquer ce que ce mot-là signifie ; ne vous en servez plus. Nous ne connaissons point ce titre-là ici ; mon nom est Parmenès, et l’on ne m’en donne point d’autre » (L’Île de la raison, acte II, scène 9).

70 Christophe Martin, L’Esprit des lumières : histoire, littérature, philosophie, op. cit., p. 142.

71 Françoise Rubellin, « Trivelin, de l’Ancien Théâtre-Italien à Marivaux : interaction du rôle, de l’acteur et de l’auteur », Coulisses, 2006, p. 168.

72 Marivaux, L’Île des Esclaves, sc. XI.

73 Marivaux, Le Spectateur Français, « Vingt-cinquième feuille » [septembre 1724], dans Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 266.

74 Pascal, Pensées, Port-Royal, XXIX. 2 ; Sel. 124.

75 Le parallèle avec les Saturnales était avancé par les contemporains de Marivaux. D’Argenson notait : « la fête des Saturnales avait cet effet à Rome » (cité dans Marivaux, Théâtre complet, éd. F. Deloffre et F. Rubellin, Paris, Le Livre de poche, « La Pochothèque », 2000, p. 585).

76 Marivaux, L’Île des Esclaves, scène VI.

77 Nous renvoyons à l’étude classique de Laurent Thirouin, Le Hasard et les règles. Le modèle du jeu dans la pensée de Pascal, Paris, Vrin, 1991.

78 Marivaux, L’Île des esclaves, scène 2.

79 Laurent Thirouin, Le Hasard et les règles. […], op. cit., p. 27.

80 Lucrèce, De natura rerum, V, v. 222-227. Voir à ce sujet Hans Blumenberg, Naufrage avec spectateur : paradigme d’une métaphore de l’existence, Paris, L’Arche, 1994. Jean-Louis Chrétien cite Pascal aux côtés de Lucrèce et souligne combien « l’analogie que fait Lucrèce entre l’enfant et le naufragé, qui a presque les accents de la philosophie de l’existence […], met l’accent à la fois sur le dénuement et sur le hasard » (Fragilité, Paris, Minuit, 2017, p. 31).

81 Pascal, Pensées, Sel. 680. Sur cette métaphore pascalienne du « jet », voir Pierre Lyraud, « Penser le corps : l’avant-garde pascalienne », Dix-septième siècle, 2021/1 (no 290), p. 44-45.

82 Le Jeu de l’amour et du hasard, acte III, scène 1. Nous soulignons.

83 « C’est une aventure dont le seul récit est attendrissant ; c’est le coup de hasard le plus singulier, le plus heureux, le plus… » (Ibid., acte III, scène 4). On peut en réalité souligner, avec Patrice Pavis, combien, dans cette pièce de Marivaux comme dans d’autres, le hasard peut être « l’objet d’un jeu, d’une manipulation » (Marivaux à l’épreuve de la scène, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986, p. 231).

84 Des analogies existent entre le motif des enfants enlevés au berceau dans La Dispute et « l’épreuve » dont il est question dans L’Éducation d’un Prince. L’enquête sur les différences sociales dans L’Éducation d’un Prince a un résultat bien plus univoque que l’enquête sur les différences sexuelles dans La Dispute.

85 « Votre pénétration va se jouer de cette faible épreuve où je la mets » (Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 525).

86 Ibid., p. 524.

87 Trivelin déclare dans L’Île des Esclaves vouloir « corriger [Iphicrate] de son orgueil » avant de convoquer un lexique ouvertement thérapeutique : « vous voilà en mauvais état, nous entreprenons de vous guérir » (sc. II).

88 Marivaux, Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 526.

89 On la rencontre d’ailleurs presque à l’identique quelques années plus tard au livre III de l’Émile : « la nature ne fait ni princes, ni riches, ni grands seigneurs » (Rousseau, Œuvres complètes, IV, op. cit., p. 469).

90 Marivaux, L’Éducation d’un Prince, dans Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 527. L’égalité naturelle des hommes n’est pour les Grands « qu’un trait d’érudition, qu’une morale de conversation, et non pas une vérité d’usage ».

91 Ibid., p. 522. Voir aussi le préambule de Nicole : le premier défaut des Grands est « de se méconnaître eux-mêmes » (Pascal, Discours sur la condition des Grands, op. cit., p. 747).

92 Ibid., p. 750.

93 Marivaux, L’Éducation d’un Prince, dans Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 522.

94 Pascal, Discours sur la condition des Grands, op. cit., p. 750.

95 Marivaux, Le Spectateur Français, 1re Feuille, dans Journaux et œuvres diverses, p. 116.

96 Marivaux, L’Éducation d’un Prince, dans ibid., p. 522.

97 Gérard Ferreyrolles, Pascal et la raison du politique, Paris, Puf, 1984, p. 10.

98 Parmi les commentateurs de Marivaux qui ont évoqué la « raison des effets » pascalienne, citons Michel Deguy, selon qui dans les îles marivaudiennes, « si on revient à la première formule, comme les habiles de Pascal, c’est au paradoxe d’une Raison qui a connu le caractère ‘‘raisonnable’’, possible, de ce qui passait pour déraison » (La Machine matrimoniale ou Marivaux, Paris, Gallimard, 1981, p. 172).

99 Voir Marie Pérouse, L’Invention des Pensées. Les éditions de Port-Royal (1670-1678), Paris, H. Champion, 2009, p. 244.

100 Sel. 124 ; Port-Royal XXIX. Dans l’édition de Port-Royal, ce fragment est amputé des mots « raison des effets » et « gradation », et il est question de « pensée plus relevée » au lieu de « pensée de derrière ».

101 Marc Escola, Erik Leborgne et Jean-Christophe Abramovici relèvent que « Marivaux joue ici allusivement avec la pensée de Pascal (Trois Discours sur la condition des Grands) » (Journaux I, Paris, GF, 2010, p. 332).

102 Marivaux, Lettres sur les habitants de Paris, dans Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 22-23.

103 Ibid..

104 Marivaux, L’Île des Esclaves, éd. H. Coulet, Paris, Gallimard, « Folio classiques », 2000, p. 33.

105 Marivaux, Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 364-365.

106 Ibid., p. 126.

107 Ibid.

108 Marivaux, La Seconde Surprise de l’amour, acte II, scène 6.

109 « Nous avons tous besoin les uns des autres ; nous naissons dans cette dépendance, nous ne changerons rien à cela » (Marivaux, La Vie de Marianne, op. cit., p. 221).

110 Ibid., p. 225. Ces deux adjectifs sont à nouveau appliqués à Mme Dorsin ensuite : elle a une « façon de penser raisonnable et philosophe » (Ibid., p. 227).

111 Ibid. Sur l’intérêt que Stendhal portait à ce portrait, voir Jules Alciatore, « Stendhal, Marivaux et le portrait d’une femme aimable », Stendhal Club, 1958, p. 23-31.

112 Antoine Lilti, Le monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayard, 2005, p. 114. L’auteur analyse la « fiction égalitaire » régnant dans les salons du xviiie siècle, qui sont loin, historiquement, de « constituer les enclaves iréniques que l’on imagine parfois » (Ibid., p. 155-159).

113 Marivaux, Réflexions sur l’esprit humain, dans Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 485.

114 Voir Christophe Martin, « ‘‘La nature ne fait ni princes, ni riches’’ : politique du renversement dans les comédies insulaires de Marivaux », à paraître chez Classiques Garnier au sein de Mélanges en l’honneur de Pierre Frantz.

115 « Ne leur découvrez pas cette erreur si vous voulez, mais n’abusez pas de cette élévation avec insolence » (Discours sur la condition des Grands, op. cit., p. 750).

116 Marivaux, La Vie de Marianne, op. cit., p. 56. À propos de cet Avertissement, Franck Salaün écrit, dans sa récente biographie de Marivaux : « on retrouve la critique des ‘‘grandeurs d’établissement’’ de Pascal, mais il la combine, en quelque sorte, avec la gaieté du Roman comique de Scarron, des Amusements sérieux et comiques de Dufresny et du jeu des Comédiens-Italiens » (Marivaux, Paris, Gallimard, « Folio biographies », p. 125). Cette réinterprétation d’un héritage moraliste dans un cadre esthétique renouvelé est un des traits les plus saillants du dialogue entre Marivaux et Pascal.

117 Desfontaines s’offusque de « vils et indignes objets », d’Alembert déplore les « détails ignobles » que se serait permis Marivaux (Théâtre complet, éd. cit., p. 2084) et un couplet satirique circule dans Paris au sujet de cet épisode : « Il met dans ses romans nouveaux/ Fiacre et lingères/ Fripiers, harangères/ Auteur sans goût et sans rivaux/ V’la c’que c’est Marivaux » (cité par Françoise de Graffigny en mars 1743, dans Correspondance, t. IV, Oxford, Voltaire Foundation, 1996, p. 174).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Fréry, « « Des titres que le hasard leur avait donnés ici-bas » »Courrier Blaise Pascal, 43 | 2021, 45-67.

Référence électronique

Nicolas Fréry, « « Des titres que le hasard leur avait donnés ici-bas » »Courrier Blaise Pascal [En ligne], 43 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/cbp/527 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cbp.527

Haut de page

Auteur

Nicolas Fréry

CELLF, Sorbonne Université

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search