Navigation – Plan du site

AccueilHors série des CCECHommage à Brigitte Magnien et à M...Contributions sur l'Espagne conte...Retour sur Manuel Núñez de Arenas...

Contributions sur l'Espagne contemporaine

Retour sur Manuel Núñez de Arenas (1886-1951). Notes pour une biographie

Vuelta a Manuel Núñez de Arenas (1886-1951). Notas para una biografía
Back to Manuel Núñez de Arenas (1886-1951). Notes for a biography
Jean-Louis Guereña

Résumés

Nous nous proposons de rappeler, en premier lieu, la contribution décisive de l’hispanisme français et de Manuel Tuñón de Lara en particulier à la connaissance de la biographie de Manuel Núñez de Arenas et de son œuvre, en soulignant son rôle dans la création de l’« École Nouvelle ». Nous signalons ensuite sommairement quelques-unes des sources documentaires dont nous pouvons disposer sur notre personnage, ses archives, sa bibliothèque et sa correspondance, ainsi que quelques indications sur ses propres publications, en particulier ses nombreuses collaborations dans la presse périodique. Nous conclurons ces pages en insistant sur les caractéristiques principales de sa personnalité d’intellectuel engagé dans un combat constant pour l’éducation et la culture populaires.

Haut de page

Dédicace

Pour Brigitte Magnien et Michel Ralle, in memoriam.
En souvenir des années communes du séminaire de Paris-viii

Texte intégral

Introduction. Un voyage autour de Manuel Núñez de Arenas1

  • 1 Nous tenons à remercier, pour leur aide précieuse, Arthur L.-F. Askins, Pierre-Emmanuel Biot, Charl (...)
  • 2 Jean-Louis Guereña, Pour une Histoire de l’Éducation populaire en Espagne (1840-1920), Thèse pour l (...)
  • 3 Jean-Louis Guereña, «Cultura y política en los años diez: Ortega y La Escuela Nueva», Cuadernos His (...)

1En 1984 – autrement dit, avant l’apparition d’Internet, soit la préhistoire ou presque pour les plus jeunes –, dans le cadre des travaux portant sur l’histoire de l’éducation populaire en Espagne de 1840 à 1920, auxquels nous nous consacrions à ce moment-là et qui allaient donner lieu, quelques années plus tard, à la soutenance d’une thèse de doctorat d’État, présentée à l’Université de Franche-Comté (Besançon), sous la direction d’Albert Dérozier (1933-1997)2, nous nous étions intéressé aux relations qu’avait pu avoir le jeune José Ortega y Gasset (1883-1955) avec la Escuela Nueva, institution de culture et d’éducation populaires fondée en 1910 par le militant socialisant Manuel Núñez de Arenas (1886-1951), alors âgé de moins de 25 ans3.

  • 4 Jean-Louis Guereña, «La recherche en histoire ouvrière en Espagne. Approche bibliographique», Le Mo (...)
  • 5 Manuel Núñez de Arenas, «Algunas notas sobre el movimiento obrero español», in Georges Renard, Sind (...)

2Nous y envisagions successivement les quatre points suivants : Intellectuels et Socialisme. Le cas d’Ortega ; Socialisme, Culture et Éducation ; Manuel Núñez de Arenas et la Escuela Nueva ; Les conférences sur le Socialisme. En annexe, nous incluions le « questionnaire pour une étude du Parti Socialiste Espagnol », rédigé principalement par Tomás Elorrieta (1883-1949) pour servir de programme de travail au groupe qui précéda la Escuela Nueva et le texte de la conférence de 1912 d’Ortega sur Lassalle dans le cadre de la Escuela Nueva. La même année, et sans oublier de mentionner sa propre thèse de doctorat en philosophie, soutenue en 1915 sur le sociologue et économiste Ramón de la Sagra (1798-1871), considéré par Núñez de Arenas, à l’époque membre du Parti Socialiste espagnol, comme un « réformateur social », nous soulignions, dans une approche historique et bibliographique relative à l’histoire ouvrière telle qu’elle avait été écrite de l’autre côté des Pyrénées, l’apport non négligeable de ce même Núñez de Arenas à l’historiographie sociale espagnole des premières décennies du xxe siècle. Par là nous nous référions concrètement à la publication de ses « Quelques notes sur le mouvement ouvrier espagnol », qui tentaient d’aborder ce dernier dans la longue durée, depuis l’évocation des premières corporations médiévales jusqu’aux activités et aux effectifs du mouvement socialiste et syndical (psoe et ugt) en 1915, soit ce qui pouvait être considéré à l’époque comme le « temps présent »4. Éditées en effet en 1916, en appendice à sa traduction de l’ouvrage sur le syndicalisme écrit par l’historien et publiciste Georges Renard (1847-1930) et paru originellement en français en 1909, ces « Quelques notes », comme les intitulait modestement Núñez de Arenas, représentaient tout de même un total de 140 pages imprimées (129 de texte et onze de bibliographie, qui démontraient ainsi le sérieux de l’entreprise), soit les dimensions d’un véritable ouvrage, quoique de taille modeste5.

  • 6 La Maison du Peuple de Lausanne, Lausanne, s.éd., 1901, 24 p.
  • 7 Manuel Núñez de Arenas, Prologue à sa traduction de l’ouvrage de Georges Renard, Sindicatos, Trade- (...)
  • 8 Jean-Louis Guereña, « La recherche en histoire ouvrière en Espagne », op. cit., p. 114-115, note 6. (...)

3C’était à Lausanne –où ses parents l’avaient envoyé pour y réaliser des études de chimie, qu’il abandonna bien vite, par manque d’intérêt- que Manuel Núñez de Arenas avait entendu parler, quelques années auparavant –et notamment dans le cadre de la Maison du Peuple, qu’il fréquentait à ce moment-là et dont Georges Renard avait été le principal fondateur6-, de ce socialiste engagé dans le mouvement social, tant en France qu’en Suisse romande7. « Ce passionné d’histoire sociale, militant dans le psoe puis dans le pce, dont il sera un des fondateurs », écrivions-nous en 1984, en nous référant bien entendu à Manuel Núñez de Arenas et à son travail pionnier sur l’histoire du mouvement ouvrier espagnol, « se place résolument en historien et non comme témoin de cette histoire. Un historien soucieux de ses sources : presse ouvrière, documents sur les conditions de vie et de travail… »8. Malheureusement, le travail plus étendu sur l’histoire du mouvement ouvrier espagnol, annoncé alors en préparation par Núñez de Arenas, en collaboration avec José Luis Martínez Ponce (1889- ?), secrétaire de la Escuela Nueva, ne vit pas le jour, pas plus d’ailleurs que d’autres projets de notre auteur, plus ou moins avancés, comme nous aurons l’occasion de le voir plus bas. En tout cas, nous ignorons ce que sont devenues les notes préparatoires et les autres documents utilisés à cette occasion par Núñez de Arenas.

  • 9 Francisco de Luis Martín et Luis Arias González, «La biblioteca de la Casa del Pueblo de Madrid», i (...)
  • 10 Jean-Louis Guereña, «Les socialistes madrilènes et l’éducation au début du xxe siècle», Matériaux p (...)

4Depuis cette première incursion autour de Manuel Núñez de Arenas et de sa féconde initiative de l’École Nouvelle (qu’il ne faut toutefois pas confondre avec le mouvement pédagogique international du même nom, appelé aussi « éducation nouvelle »), nous avons souvent croisé sur notre route cette riche et attachante personnalité dans l’ensemble de nos recherches menées depuis lors. Et nous renvoyons à l’ensemble de nos travaux, effectués de 1985 à 2019, dont les références bibliographiques, tant en français qu’en espagnol, voire aussi en anglais –et, de ce fait, parfois répétitives, nous en sommes conscients –, sont citées en note. Ces recherches portaient sur l’histoire de la Maison du Peuple de Madrid (Casa del Pueblo), inaugurée en 1908 et dont Núñez de Arenas fut un temps l’actif bibliothécaire9, et, plus largement, sur les relations du mouvement socialiste espagnol avec l’éducation et la culture au cours du premier tiers du xxe siècle, et tout particulièrement dans les années dix, autour plus précisément de la fondation et des premiers temps de la Escuela Nueva10. Pour ne pas en alourdir exagérément la liste déjà fort longue, nous n’y tenons pas compte de nos autres travaux, portant, par exemple, sur l’histoire des orphéons socialistes ou encore de celle du théâtre joué dans les Casas del Pueblo inscrites dans la mouvance du psoe au cours du premier tiers du xxe siècle, dont les pièces écrites par le socialiste Juan Almela Meliá (1882-1970), le beau-fils de Pablo Iglesias (1850-1925), travaux qui s’insèrent toutefois dans la même perspective que les précédents.

  • 11 Jean-Louis Guereña, «Hacia una historia socio-cultural de las clases populares en España (1840-1920 (...)
  • 12 Alejandro Tiana Ferrer, Maestros misioneros y militantes. La educación de la clase obrera madrileña (...)
  • 13 Clases populares, Cultura, Educación. Siglos xix-xx. Coloquio hispano-francés (Casa de Velázquez, M (...)

5Bien entendu, nous n’étions pas le seul à nous intéresser de près à Manuel Núñez de Arenas et à son École Nouvelle, et ce dans le cadre d’une histoire socio-culturelle des classes populaires aux xixe et xxe siècles, thématique alors émergente en Espagne, en particulier au sein de l’Histoire de l’Éducation, qui demeurait, pour une bonne part, encore centrée autour de l’histoire des doctrines et des mouvements pédagogiques dans les départements universitaires correspondants11. Il nous faut faire allusion ici, tout particulièrement, aux travaux d’Alejandro Tiana Ferrer, professeur d’Histoire de l’Éducation à l’Université Nationale d’Enseignement à Distance de Madrid (uned), qui, pratiquement au même moment que nous, poursuivait également des recherches sur l’histoire de l’éducation populaire à la fin du xixe siècle et au début du xxe, en particulier autour des initiatives prises au sein du psoe en la matière, et ce après avoir abordé auparavant le cas de l’éducation libertaire, essentiellement pendant la Guerre Civile12. Avec Alejandro Tiana, la collaboration a été constante et largement fructueuse depuis plus de trente ans – concrètement, depuis la préparation du colloque organisé conjointement à Madrid en 1987 par la Casa de Velázquez et l’uned sur l’histoire de l’éducation et de la culture populaires –, comme on peut l’observer facilement par certaines des références citées dans ce travail, ce dont nous ne pouvons que nous en féliciter13.

  • 14 Jean-Louis Guereña, « En torno a Manuel Núñez de Arenas (1886-1951). Una nueva edición de su obra R (...)
  • 15 Manuel Núñez de Arenas, Ramón de la Sagra, reformador social, Estudio preliminar de María José Sola (...)

6Tout récemment, la lecture attentive, suivie de la rédaction d’un compte-rendu pour les Cahiers de Civilisation Espagnole Contemporaine14, de la réédition, parue dans le cadre de la collection « Historiadores » de la maison d’édition Urgoiti (établie à Pampelune), de l’ouvrage écrit par Manuel Núñez de Arenas sur Ramón de la Sagra – réédition précédée, comme c’est la règle dans cette collection, d’une substantielle étude introductive rédigée par la jeune historienne aragonaise María José Solanas Bagüés, portant sur la biographie de Núñez de Arenas en général et sur son essai relatif à la Sagra en particulier15–, nous a entraîné à nous plonger de nouveau sur ce dossier, qu’en fait nous n’avions réellement jamais abandonné et à nous poser quelques questions plus ou moins nouvelles sur notre personnage.

  • 16 Citons, du second, son article «Cultura obrera y política socialista: los primeros decenios del PSO (...)
  • 17 Brigitte Magnien, Danièle Bussy Genevois et Mercedes Yusta, « L’Équipe de Recherche sur les Culture (...)

7L’occasion concrète de mettre au net ces questions et de tenter d’y répondre, au moins partiellement, nous en est donnée avec le double hommage rendu à nos deux collègues et amis Brigitte Magnien (1934-2018) et Michel Ralle (1941-2018), avec lesquels nous avons longtemps travaillé ensemble dans le cadre de l’histoire sociale et culturelle de l’Espagne contemporaine16. Ce fut notamment le cas avec le séminaire régulier de l’erescec (Équipe de Recherche sur les Sociétés et les Cultures de l’Espagne Contemporaine) – d’abord dénommée erecec (Équipe de Recherche sur les Cultures de l’Espagne Contemporaine) – organisé à l’Université de Paris-viii (Vincennes, puis Saint-Denis) et placé à l’origine sous la responsabilité de Jacques Maurice (1934-2013) puis de Danièle Bussy Genevois, dans ce qui représenta alors une formidable aventure de recherche collective, que personnellement nous ne pouvons absolument pas oublier pour tout ce qu’elle nous a apporté dans notre propre parcours de recherche17.

8Rappelons ainsi simplement, sans les citer expressément, l’ensemble des travaux collectifs – sans oublier leurs nombreuses retombées individuelles – élaborés dans ce cadre et relatifs d’abord à la poésie dans la presse anarchiste ainsi qu’à la biographie de Fermín Salvochea (1842-1907), et plus généralement aux relations des couches populaires à la culture dans l’Espagne contemporaine, ensuite à l’histoire de la sociabilité et, dans cette perspective, qui a démontré toute sa fécondité depuis son « invention » dans les années soixante par l’historien français Maurice Agulhon (1926-2014), l’approche des sociétés musicales et chantantes ou encore celle des fêtes, puis ceux portant sur l’histoire de la sexualité et la personnalité du médecin et écrivain Gregorio Marañón (1887-1960).

  • 18 María José Solanas Bagües, «Una biografía de Manuel Núñez de Arenas y de La Escosura», in Manuel Nú (...)
  • 19 Manuel Núñez de Arenas, «La educación obrera», La Justicia Social. Órgano del Partido Socialista Ob (...)

9Dans ce rapide « retour sur Manuel Núñez de Arenas », effectué trente-cinq ans après notre contribution initiale, nous n’allons donc pas reprendre ce que nous avons déjà publié sur La Escuela Nueva et dont nous avons fait état plus haut, mais simplement signaler quelques points complémentaires. En effet, nous nous proposons simplement de rappeler, en premier lieu, la contribution décisive de l’hispanisme français et de Manuel Tuñón de Lara à la connaissance de la biographie de Manuel Núñez de Arenas et de son œuvre, avant de signaler sommairement quelques-unes des sources documentaires dont nous pouvons disposer sur Núñez de Arenas, ses archives et sa correspondance, sa bibliothèque ainsi que quelques indications sur ses propres publications, en particulier ses nombreuses collaborations dans la presse périodique. Nous conclurons ces pages en insistant sur les caractéristiques principales de sa personnalité d’intellectuel engagé dans un combat constant pour l’éducation et la culture populaires18. « Es viejo tema en mí, este de la educación obrera », rappelait-il, par exemple, en 1915 : « Con el ejemplo a más de la palabra vengo predicando. El problema de la cultura obrera, me parece el primero »19.

La contribution de l’hispanisme français et de Manuel Tuñón de Lara à la connaissance de Manuel Núñez de Arenas et de son œuvre

  • 20 L’exemplaire de ce tirage spécial, que nous avons pu avoir entre les mains, porte le nº 36 et a été (...)
  • 21 Manuel Núñez de Arenas, « Ramón de la Sagra, reformador social », Revue Hispanique, New York, t. lx(...)
  • 22 Sur la réception de l’ouvrage, voir María José Solanas Bagües, «Una biografía de Manuel Núñez de Ar (...)
  • 23 «Real orden declarando de utilidad pública, en lo que compete a este Ministerio [de Instrucción púb (...)

10Présenté tout d’abord en 1915 comme thèse de doctorat à l’université de Madrid (la seule habilitée en Espagne, à cette époque, pour les études doctorales), alors que son auteur militait au Parti Socialiste, le travail de Núñez de Arenas sur la Sagra avait paru originellement en 1924 dans un numéro de la Revue Hispanique -éditée sous la responsabilité intellectuelle de l’hispaniste français Raymond Foulché-Delbosc (1864-1929) et avec l’appui financier de la puissante Hispanic Society of America (New York), fondée par le multimillionnaire Archer M. Huntington (1870-1955) –, puis comme tiré-à-part de celle-ci, « qui ne sera jamais réimprimé » (dont un tirage « vénal » spécial de 110 exemplaires, numérotés et signés par l’auteur)20. Mais depuis lors, cette étude n’avait effectivement pas été rééditée comme telle, avant l’initiative, prise tout récemment par Juan López Tabar, directeur d’Urgoiti Editores, si l’on excepte toutefois la réédition en facsimilé de l’entier de la revue précitée dans les années soixante par une entreprise nord-américaine spécialisée en la matière21. La monographie en question, qu’il convient bien entendu de replacer, comme il se doit, dans son contexte (que ce soit la soutenance en 1915 ou la publication de 1924), était donc largement méconnue, ce qui ne sera donc plus le cas aujourd’hui, quel que soit d’ailleurs l’intérêt que l’on puisse y trouver22. Il faut rappeler à ce sujet que Manuel Núñez de Arenas cherchait à tout prix la reconnaissance publique de son travail, via la « déclaration d’utilité publique » de sa publication par le Ministère d’Instruction Publique et des Beaux-Arts, ce qu’il obtint en décembre 1927, suite à la présentation d’un rapport élogieux de l’Académie espagnole des Sciences Morales et Politiques : « [Ramón de la Sagra] merecía, pues, un estudio reflexivo, y al realizarlo, el Sr. Núñez de Arenas ha prestado un buen servicio a la cultura patria y a la historia del desarrollo intelectual de nuestro país »23. Mais il ne semble pas que son étude sur la Sagra en connut pour autant une meilleure diffusion.

  • 24 Voir Joseph Pérez, « Manuel Tuñón de Lara et ses maîtres : Manuel Núñez de Arenas et Pierre Vilar » (...)
  • 25 Manuel Núñez de Arenas, L’Espagne des Lumières au Romantisme, Études réunies par Robert Marrast, Pa (...)
  • 26 Nueva Revista de Filología Hispánica, México, El Colegio de México, vol. xix, nº 1, janvier 1970, p (...)

11À part la nouvelle publication, complétée plusieurs années après sa mort par son ami et disciple Manuel Tuñón de Lara (1915-1997)24, de sa synthèse sur l’histoire du mouvement ouvrier espagnol, dont nous avons déjà fait mention plus haut, il convient de citer, bien sûr, la réunion, en 1964, d’un riche ensemble de trente-sept études historiques (relatives, par exemple, à Teresa Cabarrús, Llorente ou Goya) et littéraires (portant sur Moratín, le Duque de Rivas, Fernán Caballero…), écrites par Núñez de Arenas. Parues au préalable dans diverses revues espagnoles et françaises des années vingt et trente du siècle passé, elles furent donc incluses, plus ou moins artificiellement, et en tout cas sans l’approbation de leur auteur, décédé depuis plusieurs années, dans un volume paru sous le titre suggestif, apparemment proposé par le grand hispaniste français Marcel Bataillon lui-même (1895-1977), de L’Espagne des Lumières au Romantisme25. Comme l’indiquait l’historien Alberto Gil Novales (1930-2016), en conclusion de son long compte-rendu publié quelques années plus tard dans la Nueva revista de Filología Hispánica, il s’agissait bien là d’une œuvre « llena de bondad humana y agudeza crítica, repleta de datos fundamentalmente históricos y biográficos »26. Le véritable artisan de cette compilation et donc le responsable de la mise à la disposition du public intéressé, de travaux jusqu’alors dispersés et donc relativement peu connus de Manuel Núñez de Arenas, bien que certains d’entre eux avaient pu faire l’objet de publications comme tirés-à-part et être diffusés par ce biais, fut en fait Robert Marrast (1928-2015). Hispaniste français, à cette époque maître-assistant à la Sorbonne comme l’on disait alors (c’était avant 1968 et la partition de l’ancienne université parisienne en plusieurs ensembles), celui-ci s’était consacré particulièrement à l’étude de la littérature espagnole des xixe (José de Espronceda) et xxe siècles (Rafael Alberti) ainsi que du Siècle d’Or (théâtre).

  • 27 M. Núñez de Arenas, «Impresos españoles publicados en Burdeos hasta 1850», in L’Espagne des Lumière (...)
  • 28 Robert Marrast, «Impresos españoles en Francia. Métodos y primeros resultados de investigación», in (...)
  • 29 Robert Marrast, « Imprimés castillans et catalans à Perpignan : état des recherches et travaux en c (...)

12Signalons tout particulièrement l’intérêt que revêt, à nos yeux, la publication dans ce volume de l’étude bibliographique consacrée aux imprimés espagnols publiés à Bordeaux jusqu’en 1850, d’abord incluse en 1933 dans une livraison de la Revue Hispanique, et qui s’inscrivait dans un projet bien plus vaste, sur lequel travaillait à ce moment-là Núñez de Arenas et non finalisé comme tant d’autres, de « catalogue des imprimés espagnols publiés en France »27. Toutefois, l’on peut noter à ce sujet que Robert Marrast suivit partiellement cette utile perspective de recherche, en s’inspirant précisément des travaux de Núñez de Arenas, à qui il rendit un vibrant hommage en 1981, pour exposer, dans le cadre de l’hommage à Tuñón de Lara, les premiers résultats de ses propres recherches portant sur les imprimés espagnols en France28, poursuivies, quelques années plus tard, par l’approche des imprimés castillans et catalans publiés à Perpignan29.

  • 30 María José Solanas Bagüés, «Exilio, Historia, Hispanismo: Manuel Núñez de Arenas y el Bulletin Hisp (...)
  • 31 Robert Marrast, José de Espronceda et son temps. Littérature, Société, Politique au temps du Romant (...)

13La contribution de l’hispanisme français – et, tout particulièrement, de celle de Robert Marrast, qui avait également rédigé un prologue à l’édition de 1970 de l’ouvrage sur le mouvement ouvrier espagnol, signé conjointement par Núñez de Arenas et Tuñón de Lara – à la connaissance et à la divulgation des travaux de Manuel Núñez de Arenas, apparaît donc comme essentielle, et ce dès 1924, comme nous avons pu le voir30. Pour sa propre thèse de doctorat d’État portant sur José de Espronceda et son époque, soutenue en mars 1972, Robert Marrast put par ailleurs utiliser les documents et les manuscrits concernant le poète (dont Núñez de Arenas était l’arrière-petit-fils- que celui-ci « avait préservés ou retrouvé s » malgré les nombreux soubresauts de sa vie31.

  • 32 José Luis de la Granja et Alberto Reig Tapia, «Manuel Tuñón de Lara, una trayectoria vital e intele (...)
  • 33 Jean-Louis Guereña, « Lieux de la recherche. Les colloques d’histoire contemporaine d’Espagne de l’ (...)
  • 34 Manuel Tuñón de Lara, Medio siglo de cultura española (1885-1936), Madrid, Tecnos, 1970, p. 160-184 (...)
  • 35 Manuel Tuñón de Lara, El movimiento obrero en la historia de España, Madrid, Taurus, 1972, p. 486-4 (...)
  • 36 Manuel Tuñón de Lara, «El semanario La Internacional (1919-1921)», in Prensa y sociedad en España ( (...)

14À la suite de Robert Marrast, il convient bien entendu d’ajouter l’apport pionnier, et toujours indispensable, de Manuel Tuñón de Lara, qui peut être associé d’une certaine manière à l’hispanisme français. Arrivé clandestinement en France en 1946 et après plusieurs années parisiennes, à l’automne 1964, il rejoignit en effet la ville de Pau, où, sur la proposition de l’hispaniste bordelais Noël Salomon (1917-1977), qu’il avait connu pendant la Guerre Civile, il commença à enseigner dans ce qui n’était alors qu’un simple Collège Littéraire Universitaire, rattaché à l’Université de Bordeaux, avant de devenir une université autonome après 196832. Devenu responsable du Centre de Recherches Hispaniques de l’Université de Pau, Tuñón de Lara contribua à y animer les inoubliables « colloques de Pau », portant sur l’histoire contemporaine espagnole, réunissant dans la cité natale d’Henri iv, à partir de 1970 et durant une dizaine d’années, historiens espagnols contemporanéistes – dont beaucoup de jeunes – et hispanistes français intéressés par l’histoire espagnole contemporaine, en particulier l’histoire du mouvement ouvrier ou de la presse33. Les pages que Tuñón de Lara consacra à Núñez de Arenas et à son Escuela Nueva, dans le cadre du chapitre 9 – intitulé « Nuevos impactos del hecho social en la tarea cultural. Nuevos tipos de intelectuales. La Escuela Nueva y Núñez de Arenas » – de son précieux ouvrage Medio siglo de cultura española (1885-1936), paru tout d’abord en 1970, allaient en permettre la (re)découverte, grâce notamment à l’utilisation des archives inédites de Núñez de Arenas, aimablement mises à sa disposition par son fils34. Par la suite, Tuñón de Lara allait revenir à diverses occasions sur Núñez de Arenas. Peu de temps après cette première étude, il reprenait en effet quelques-uns de ces éléments dans sa grande synthèse sur l’histoire du mouvement ouvrier espagnol, publiée en 1972, qui constituait, comme l’indiquait avec justesse Pierre Vilar (1906-2003), « une sorte de collaboration post mortem avec Núñez de Arenas »35. Quelques années plus tard, à l’occasion du cinquième colloque d’histoire contemporaine d’Espagne organisé par le Centre de Recherches Hispaniques de l’Université de Pau et tenu sous sa direction en 1974, Manuel Tuñón de Lara allait insister sur un autre moment de la biographie intellectuelle et politique de Núñez de Arenas, en analysant en détail l’hebdomadaire socialiste La Internacional (1919-1921), partisan des thèses de la Troisième Internationale et dont Núñez de Arenas était précisément le directeur à partir de mars 1920. La collection du périodique provenait d’ailleurs de ses propres archives, dont avait pu disposer Tuñón de Lara36. Manuel Núñez de Arenas y publia un total de 27 articles signés et de sept éditoriaux non signés mais qui sont bien de sa plume. L’on peut également noter que la rédaction et l’administration de l’hebdomadaire se trouvaient dans les mêmes locaux qu’occupait alors la Escuela Nueva, au rez-de-chaussée du nº 14 de la rue Los Madrazo.

  • 37 Manuel Tuñón de Lara, «Sobre la historia del pensamiento socialista entre 1900 y 1931», in Teoría y (...)
  • 38 Manuel Tuñón de Lara, «Actitudes socialistas frente a la cultura», in Peuple, mouvement ouvrier, cu (...)

15Núñez de Arenas et la Escuela Nueva étaient encore présents dans l’étude de Tuñón de Lara publiée en 1977 sur l’histoire de la pensée socialiste entre 1900 et 193137. Et, dans le cadre de sa contribution synthétique portant sur les « Attitudes socialistes face à la culture », exposée au colloque de Vincennes Peuple, mouvement ouvrier, culture dans l’Espagne contemporaine, dont les actes furent publiés en 1990, Manuel Tuñón de Lara reprenait finalement quelques éléments sur Núñez de Arenas et la Escuela Nueva38.

16Tous ceux qui ont pu écrire ultérieurement sur Núñez de Arenas – dont nous sommes –se sont donc inspirés peu ou prou de l’ensemble de ces travaux de Tuñón de Lara – surtout du premier –, en dehors bien entendu de la consultation directe de la presse socialiste et de l’utilisation d’autres documents, dont le volume d’études historiques et littéraires de Núñez de Arenas publié par Robert Marrast en 1964. Et, même si Tuñón de Lara introduisit une approche biographique générale de Núñez de Arenas, il privilégia toutefois l’épisode de la Escuela Nueva dans l’histoire sociale et culturelle de l’Espagne contemporaine.

  • 39 Luis Blanco Domingo, notice biographique dans le Dictionnaire biographique en ligne de l’Académie d (...)
  • 40 M. Núñez de Arenas, « Unos españoles en la Revolución Francesa », Boletín de la Unión de Intelectua (...)
  • 41 F. G. Bruguera, Histoire d’Espagne 1789-1950, Gap, Ophrys, 1953, 501 p. Outre le compte-rendu, asse (...)

17Parmi le cercle des connaissances de Núñez de Arenas présents en France, et particulièrement à Paris, lors de son dernier exil, autrement dit après la fin de la Guerre Civile, il ne faut pas oublier non plus de se référer à Francisco González Bruguera (1911-1960), personnalité disparue très tôt, alors qu’il n’avait pas encore 50 ans et qu’il préparait une thèse de doctorat sur la question des biens communaux au xixe siècle39. Républicain exilé en France, il fut, entre autres, membre de l’Union des Intellectuels Espagnols et collaborateur de son Bulletin (Boletín de la Unión de Intelectuales Españoles), tout comme Núñez de Arenas et Tuñón de Lara, d’ailleurs40. Après avoir publié quelques articles relatifs à l’histoire économique et politique de la première moitié du xixe siècle (dans les Cahiers d’Histoire de l’Université de Lyon ou, sous le pseudonyme de Gonzalo Brezo, dans la revue Nuestras Ideas, publiée à Bruxelles), pour l’essentiel, Bruguera est l’auteur d’une assez discutable Histoire contemporaine d’Espagne de 1789 à 1950, rédigée en français et qui a le mérite d’être parue relativement tôt – en 1953, aux Éditions Ophrys – et de tenter –certes maladroitement – de dépasser le récit classique des événements politiques. Sans doute en évoqua-t-il le contenu lors de ses conversations avec Núñez de Arenas, auquel il dédia son ouvrage : « à la mémoire du professeur Manuel Núñez de Arenas, mon vieil ami, mort en exil »41.

  • 42 Mairie de Paris-xiie Arrondissement, État civil, nº 2523. Acte de décès, 9-ix-1951 ; Pierre Vilar, (...)

18L’on peut enfin rappeler que la première rencontre directe – toute symbolique pour l’historiographie sociale espagnole et loin d’être donc simplement anecdotique – entre l’historien hispaniste Pierre Vilar et Manuel Tuñón de Lara – qui, par ailleurs, connaissait Núñez de Arenas aussi pour des raisons familiales et non pas uniquement intellectuelles et idéologiques – eut lieu précisément lors des obsèques de Núñez de Arenas, décédé brutalement à Paris au début du mois de septembre 1951 à l’âge de 65 ans, ce dont les deux protagonistes rendirent respectivement compte, avec plus ou moins de détails, trois décennies après le triste événement42.

Les archives, la correspondance, la bibliothèque et les publications de Manuel Núñez de Arenas

19L’une des premières questions que l’on peut se poser pour tenter d’établir une biographie du chercheur et du militant consiste précisément à essayer de connaître la nature et la localisation actuelle des archives, de la correspondance et de la bibliothèque de Núñez de Arenas, en dehors de tenter de recenser, autant que faire se peut, l’ensemble de ses publications, et ce quelle qu’en soit la teneur : historique, littéraire, politique ou autre.

  • 43 Margarita Ibáñez Tarín, Los profesores de segunda enseñanza en la Guerra Civil. Republicanos, franq (...)

20Autant que nous le sachions, une partie des archives de Núñez de Arenas se trouve toujours aux États-Unis d’Amérique. À l’origine, en vue de les protéger et d’éviter qu’elles ne tombent entre des mains hostiles, celles-ci furent confiées, vers la fin de l’année 1969, par le fils de Núñez de Arenas au département d’Espagnol de l’Université de Californie à Berkeley, et plus concrètement à Arthur L.-F. Askins, professeur de littérature espagnole du Moyen-Âge et du Siècle d’Or, qui se trouvait alors à Madrid, et ce à l’initiative et grâce à l’entremise et à l’appui personnel de son ami et collaborateur, le philologue et bibliographe espagnol Antonio Rodríguez-Moñino (1910-1970), enseignant dans le même département depuis 1966 et qui se trouva avec Núñez de Arenas à Valence pendant la Guerre Civile43. En revanche, il ne semble pas que Rafael Pérez de la Dehesa (1931-1972), pourtant spécialiste du xixe siècle espagnol, qui enseignait également à Berkeley à ce moment-là, y ait été pour quelque chose.

  • 44 Manuel Núñez de Arenas papers, nº BANC MSS 72/263 z, The Bancroft Library, University of California (...)
  • 45 Gonzalo Pasamar Alzuria et Ignacio Peiró Martín, Diccionario Akal de historiadores…, op. cit., p. 4 (...)

21En 1971, ces archives furent transférées à la Bibliothèque « Bancroft » de cette même université, qui renferme l’ensemble des documents rares et précieux (dans le cadre des « collections spéciales »), acquis initialement en 1905 auprès de l’historien et collectionneur Hubert H. Bancroft (1832-1918) – ce qui en explique la dénomination – et complétés par la suite par de nombreuses autres acquisitions, qu’elle qu’en soit la modalité (don ou achat), dont celle des « papiers » de Núñez de Arenas qui nous intéressent ici. Selon la description sommaire qui se trouve sur le site Internet de cette bibliothèque nord-américaine, il s’agit actuellement d’un ensemble de 27 cartons, 5 boîtes, 4 volumes et 2 dossiers de grandes dimensions, portant sur les années 1800 à 193444. Outre des documents du xixe siècle (relatifs, entre autres, à Antonio María de Mena et Juan Angel Ortiz), l’on peut y trouver des correspondances reçues par Núñez de Arenas, dont nous ne connaissons toutefois pas le contenu, ainsi qu’un document relatif à la Escuela Nueva (« Resumen de la labor de la Escuela Nueva (1915-1916) »), signalé par Gonzalo Pasamar Alzuria et Ignacio Peiró Martín dans leur dictionnaire des historiens espagnols contemporains45.

  • 46 Luis Monguió, « Una biblioteca obrera madrileña en 1912-1913 », Bulletin Hispanique, Bordeaux, t. 7 (...)

22De même, Luis Monguió (1908-2005), qui enseigna la littérature hispano-américaine de l’époque coloniale à l’université de Berkeley de 1957 à 1975, put utiliser un rare document, qui avait fait l’objet d’une récente acquisition par le fonds de manuscrits de la Bibliothèque de l’université de Californie et fait également partie de cet ensemble. Ce document, émanant de la Bibliothèque de la Société des ébénistes et assimilés de Madrid, est relatif aux prêts à domicile effectués entre le 16 septembre 1912 et le 19 août 1913. Grâce à la liste de ces emprunts (« Lista de los libros de la Biblioteca de la Sociedad de Ebanistas y Similares, de Madrid, que circularon entre 16 de setiembre de 1912 y 19 de agosto de 1913, por orden alfabético de sus títulos tal cual aparecen en los respectivos cupones, acompañados de su posible identificación »), l’auteur a pu reconstituer les fonds et les lectures d’une bibliothèque ouvrière en 1912-1913, précisément au moment où Núñez de Arenas était le bibliothécaire de la Casa del Pueblo de Madrid, où la dite Société ouvrière, fondée en août 1889, avait son siège social46.

23Une autre partie des archives de Núñez de Arenas était toujours restée en France, en possession de son fils – également nommé Manuel (1928-2010) et né de son mariage en 1927 avec une française, Geneviève Laffitte (1909-1985) –, décédé il y a quelques années, mais nous ignorons ce qu’elles sont devenues depuis. Plusieurs projets de dépôt de ce fonds dans des institutions publiques n’ont apparemment pas abouti. Ceux qui ont pu les consulter plus ou moins récemment se souviennent que ce fonds d’archives contenait surtout de la littérature espagnole du xixe siècle.

  • 47 Jean-Louis Guereña, « El profesorado universitario en el tránsito de los siglos xix-xx», in Histori (...)
  • 48 Rafael Pérez de la Dehesa, Política y Sociedad en el primer Unamuno 1894-1904, Madrid, Ciencia Nuev (...)
  • 49 María Dolores Gómez Molleda, El socialismo español y los intelectuales. Cartas de Líderes del Movim (...)
  • 50 María Dolores Gómez Molleda, El socialismo español y los intelectuales, op. cit., p. 431. Voir Rafa (...)

24Pour ce qui de la correspondance de Núñez de Arenas, nous pouvons explorer quelques pistes qui nous sont actuellement connues. Mais il ne fait aucun doute que l’épistolaire de Núñez de Arenas dut être relativement important. Même si une partie doit être considérée comme perdue, d’autres correspondances – rédigées par ou adressées à Núñez de Arenas, selon les cas – dorment-elles sans doute encore dans divers dépôts d’archives publics et privés. La correspondance de Manuel Núñez de Arenas adressée à l’universitaire et écrivain Miguel de Unamuno (1864-1936) – professeur de Grec à l’université de Salamanque à partir de 189147, et l’un des premiers intellectuels à sauter le pas et à être passé par les rangs du psoe et à collaborer régulièrement dans sa presse, dont La Lucha de Clases, l’hebdomadaire socialiste de Bilbao48 – est conservée à la « Casa-Museo Unamuno » de Salamanque, qui renferme la bibliothèque et les archives de l’écrivain. Cette correspondance a été rassemblée et publiée dès 1980 par l’historienne contemporanéiste María Dolores Gómez Molleda (1922-2017), alors professeure à l’université de Salamanque, dans le cadre des relations entre Unamuno et le socialisme espagnol et plus généralement le mouvement ouvrier dans ses diverses composantes49. Il s’agit d’un ensemble de cinq lettres, allant de 1906 à 1925, dont la première, datée du 28 février 1906 – Núñez de Arenas a alors à peine 20 ans –, est particulièrement importante pour nous. Núñez de Arenas y explique en effet les antécédents de l’École Nouvelle qu’il allait fonder quelques années plus tard : « Hace un año, después de haber pasado varios estudiando en el extranjero, volví a Madrid y fundé en mi casa unas conferencias, para que los estudiantes, mis compañeros, se fueran acostumbrando a la solidaridad en el trabajo, en el estudio ; para que se fueran acostumbrando a oír hablar de acción social que ejercer sobre las clases bajas, etc. ; sobre todo para que se habituaran a estudiar »50.

  • 51 Fondation José Ortega y Gasset-Gregorio Marañón, Madrid, Archives de José Ortega y Gasset, nº C 85/ (...)
  • 52 «Las grandes mentalidades españolas y el bloqueo de Rusia. José Ortega y Gasset. Catedrático de la (...)
  • 53 Fernando Díaz de Quijano, «Los epistolarios inéditos de Ortega y Gasset», El Cultural, Madrid, 4 fé (...)
  • 54 Ateneo Científico, Literario y Artístico de Madrid, Lista de señores socios. Abril 1920, Madrid, Gr (...)

25Parmi la correspondance de Núñez de Arenas avec le philosophe José Ortega y Gasset, la Fondation José Ortega y Gasset–Gregorio Marañón conserve seulement une brève note envoyée par Núñez de Arenas à Ortega le 15 octobre 1912 – sur du papier portant un tampon du « ixe Congrès du psoe 1912 » –, que nous n’avions pas pu consulter en 198451. Mais la réponse qu’envoya Ortega à l’enquête lancée par Núñez de Arenas – qualifié par le philosophe de « cher ami » – dans l’hebdomadaire « tercerista » La Internacional auprès des intellectuels espagnols sur le blocus de la Russie imposé par les puissances alliées lors de la première guerre mondiale, montre bien qu’il dut y avoir d’autres échanges épistolaires entre les deux hommes52. Le Centre d’Études sur Ortega, dépendant de la Fondation Ortega-Marañón, est d’ailleurs actuellement en train de procéder à un nouveau catalogage des quelques 11.000 lettres reçues par Ortega53. Et, autour de ce programme, le deuxième congrès international consacré spécifiquement à la correspondance d’Ortega (« Los epistolarios de Ortega y Gasset ») s’est tenu à Madrid en mai 2019. L’on peut donc raisonnablement penser pouvoir retrouver d’autres correspondances échangées entre Ortega et Núñez de Arenas, qui s’étaient sans doute connus au sein de l’Ateneo de Madrid, cet espace essentiel de la sociabilité intellectuelle madrilène, dont tous deux continuaient à en faire partie en 192054.

  • 55 Manuel Tuñón de Lara, Medio siglo de cultura española (1885-1936), op. cit., p. 162-169. La lettre (...)
  • 56 Manuel Tuñón de Lara, Medio siglo de cultura…, op. cit., p. 178 et 183.

26D’autre part, quelques lettres (quatre au total) reçues de 1914 à 1918 par Núñez de Arenas, encore membre du Parti socialiste, ont été reproduites en facsimilé par Manuel Tuñón de Lara en 1970. Leurs auteurs sont trois militants et responsables chevronnés du psoe, dont le fondateur du Parti dans la clandestinité en 1879 : Jaime Vera (1859-1918), lettre du 25 décembre 1914 ; Juan José Morato (1864-1938), lettres des 25 janvier 1915 et 5 avril 1918 ; et Pablo Iglesias, lettre du 9 mars 191855. Par ailleurs, dans le texte même de son ouvrage, Tuñón de Lara reproduit ou cite d’autres correspondances reçues par Núñez de Arenas, comme celle de Ramón Carande (1887-1986) d’octobre 1915 à propos du Xe congrès du psoe et de la question de la représentation de la Escuela Nueva ou celle d’Enrique Martí Jara (1890-1930) du 17 février 1924, suite à l’élection de ce dernier comme nouveau président de la Escuela Nueva56.

  • 57 Bibliothèque Municipale de Versailles, Fonds Morel-Fatio, nº Ms. 271. Voir María José Solanas Bagüé (...)

27Le fonds de l’hispaniste Alfred Morel-Fatio (1850-1924), déposé à la Bibliothèque Municipale de Versailles, renferme quant à lui quatre lettres de Núñez de Arenas adressées à ce célèbre hispaniste, que Núñez de Arenas traite d’ailleurs très respectueusement de « Cher maître ». Il s’agit de deux missives dactylographiées des 21 et 28 octobre 1923, la première rédigée en espagnol et la seconde en français, et de deux autres manuscrites et en français des 27 novembre et 27 décembre 192357. Dans son courrier du 28 octobre 1923, Núñez de Arenas affirmait à son correspondant être alors « […] tellement obsédé par [ses] recherches » qu’il ne parlait « que de Ferdinand vii » et qu’il ne jurait « que par [ses] réfugiés ».

28La Bibliothèque Régionale de Madrid Joaquín Leguina conserve quant à elle une correspondance, datée du 21 juin 1922, adressée par Manuel Núñez de Arenas père (Núñez de Arenas Castro) – écrite sur du papier à en-tête du bibliothécaire de la Chambre des députés, fonction qu'il occupait alors – à José María Garay Rowart, Conde del Valle de Suchil (1869-1940), alors Président de la corporation municipale de Madrid. Le courrier, que nous n’avons pas vu, sollicitait la communication des derniers budgets municipaux, peut-être en vue de la préparation d’un article ou d’un discours mais il ne s'agissait pas du personnage qui nous intéresse.

  • 58 Jean-Louis Guereña, « Archivos y memoria de la Guerra Civil. En torno al Archivo de Salamanca», Amn (...)
  • 59 Centro Documental de la Memoria Histórica, Salamanque, Section Politico-Sociale. Madrid, liasse nº (...)

29À Salamanque, l’on peut trouver dans les fonds conservés par le Centre Documentaire de la Mémoire Historique (anciennement, les Archives de la Guerre Civile58) une correspondance de Núñez de Arenas adressée à Marcelino Domingo (1884-1939) en avril 1931, quelques jours après la nomination de ce dernier au poste de ministre de l’Instruction publique59. A part proposer ses services, Núñez de Arenas y affirmait être toujours communiste mais « pour le moment en dehors du Parti ». Une carte de visite était jointe à l’envoi. Les mentions qui y étaient apposées nous indiquent les titres et fonctions auxquelles il tenait. On pouvait en effet y lire : « Manuel Núñez de Arenas / Doctor en Filosofía y Letras / Correspondiente de la Academia de la Historia / Catedrático del Instituto de Alicante », ce à quoi Núñez de Arenas avait ajouté à la main son adresse et son numéro de téléphone madrilènes.

  • 60 María José Solanas Bagües, « Una biografía de Manuel Núñez de Arenas y de La Escosura », op. cit., (...)
  • 61 Cristina Escrivá Moscardó, Los Institutos para obreros Un hermoso sueño republicano, Valencia, L’Ei (...)

30L’on peut penser également, entre autres, à l’existence d’autres correspondances de Núñez de Arenas avec diverses personnalités et institutions espagnoles et françaises, telles que Manuel Azaña, Ramón Menéndez Pidal, Albert Mathiez, l’Académie espagnole d’Histoire…60. En revanche, la Fondation Pablo Iglesias (actuellement située à Alcalá de Henares), qui s’est attachée à rassembler et à conserver l’ensemble de la documentation historique du mouvement socialiste espagnol, ne conserve malheureusement aucune correspondance de Núñez de Arenas. Relevons encore, pour en finir provisoirement avec ce point, l’existence de la correspondance, sans doute plus personnelle, qu’entretint, après la Guerre civile, Núñez de Arenas avec des anciennes élèves du « Lycée ouvrier » de Valence, où il avait été en poste, comme l’indique Cristina Escrivá Moscardó dans sa monographie sur les lycées ouvriers. Dans toutes ses lettres, nous assure-t-elle, Núñez de Arenas les encourageait à continuer à étudier61.

31Quant à la bibliothèque de Núñez de Arenas, tant la sienne propre – qui avait dû lui servir notamment à rédiger sa thèse de doctorat sur la Sagra et ses « notes » sur l’histoire du mouvement ouvrier espagnol – que celle, sans doute plus littéraire, dont il avait pu hériter de ses divers ancêtres, il semble qu’une partie n’ait pas quitté Madrid et ait été conservée par la famille dans plusieurs endroits. Bien sûr, ses divers exils et déménagements forcés n’étaient certes pas propices à la conservation dans de bonnes conditions de l’ensemble de celle-ci, qui renferme bon nombre d’ouvrages dédicacés à Núñez de Arenas et se compose d’une part d’ouvrages et de brochures politiques et d’autre part de publications littéraires.

  • 62 Charles V. Aubrun, « Manuel Núñez de Arenas y de la Escosura », Bulletin Hispanique, Bordeaux, t. 5 (...)
  • 63 María José Solanas Bagües, « Publicaciones de Manuel Núñez de Arenas», in Manuel Núñez de Arenas, R (...)
  • 64 María José Solanas Bagües, « Una biografía de Manuel Núñez de Arenas y de La Escosura », op.cit., p (...)
  • 65 Maria Dolors Capdevila i Roser Masgrau, La Justicia Social. Òrgan de la Federació Catalana del psoe(...)

32Enfin, il faut relever que tous les écrits de Manuel Núñez de Arenas, en particulier ceux qui furent publiés en son temps dans la presse périodique, n’ont pas encore été tous rassemblés. Dans sa nécrologie de Núñez de Arenas publiée dans le Bulletin Hispanique, Charles V. Aubrun donnait une première liste des périodiques qui accueillirent en son temps des collaborations de notre auteur62. Nul doute que les possibilités aujourd’hui ouvertes par l’utilisation d’Internet doivent pouvoir permettre de compléter facilement l’inventaire de ceux qui nous sont actuellement connus. Il convient de souligner à ce propos le grand intérêt de la liste conséquente de ses publications, classées chronologiquement de 1911 à 1952 – plus, classées à part, à la fin, les références des quelques traductions réalisées par Núñez de Arenas à partir du français –, dressée par María José Solanas dans son édition toute récente de la thèse de Núñez de Arenas sur La Sagra, signalée plus haut63. Plus de 150 publications, presque 200 si l’on tient compte des articles publiés dans la presse ouvrière, assure-t-elle par ailleurs, et sans doute davantage64. L’on peut en effet y ajouter, entre autres, les nombreuses collaborations de Núñez de Arenas publiées de 1912 à 1916 (dont une bonne moitié le fut en 1915, ainsi que la série, qualifiée de folletín, portant comme titre « La Internacional y la guerra », en mai-juin 1916) dans La Justicia Social de Reus, l’organe de la Fédération Catalane du psoe, mentionnées dès 1979 par Maria Dolors Capdevila et Roser Masgrau dans leur monographie relative à ce périodique65.

33Quant aux autres collaborations de Manuel Núñez de Arenas dans la presse socialiste – et notamment dans El Socialista, mais aussi, entre autres, dans Vida Socialista, revue hebdomadaire illustrée parue de 1910 à 1914, dont il existe actuellement une reproduction en facsimilé, ou dans La Internacional – puis dans la presse communiste (La Antorcha), il importe de les relever dans leur totalité, et ce quelle que soit leur importance et leur intérêt supposé, en incluant, par exemple, les chroniques théâtrales, parfois signées d’un pseudonyme, ou les simples compte-rendu d’ouvrages.

  • 66 Robert Marrast, « L’éditeur au lecteur », in L’Espagne des Lumières au Romantisme, op.cit., p. 10.
  • 67 Manuel Tuñón de Lara, « “España”, Semanario de la vida nacional », Étude préliminaire à la réimpres (...)

34Il en est de même bien évidemment pour la participation de Núñez de Arenas dans le quotidien madrilène La Voz – « diario independiente de la noche » –, fondé en 1920 par Nicolás María de Urgoiti (1869-1951), auquel « don Manuel donna pendant près de quinze ans une série de chroniques »66, ainsi que, plus généralement, dans l’ensemble de ses collaborations dans des organes de presse, dont, de 1916 à 1919, la revue España. Semanario de la vida nacional, fondée en 1915 par Ortega, et dont il fut même le rédacteur-en chef durant quelque temps67.

Conclusion. Un intellectuel engagé

  • 68 Pierre Vilar, « Manuel Tuñón de Lara : una vocación, una obra, un creador de encuentros », op. cit.(...)
  • 69 Robert Marrast, « L’éditeur au lecteur », in L’Espagne des Lumières au Romantisme, op.cit., p. 11 ; (...)
  • 70 Nueva Revista de Filología Hispánica, op.cit., p. 166.
  • 71 Louis Urrutia, « Aviraneta de Pío Baroja et les “Memorias íntimas” de Eugenio de Aviraneta », in So (...)
  • 72 Archives de Jules Humbert Droz I. Origines et débuts des partis Communistes des pays latins 1919-19 (...)

35Tous ceux qui ont fréquenté Manuel Núñez de Arenas peu ou prou ont mis en avant sa grande culture et son érudition sans failles dans bien des domaines de l’histoire et de la littérature espagnoles, outre bien entendu ce qui constitua « la passion de sa vie : la classe ouvrière espagnole et son histoire », selon ses propres propos exprimés sur son lit de mort et rapportés par Pierre Vilar68. Robert Marrast se référait ainsi à un « homme savant et cultivé » et Manuel Tuñón de Lara évoquait même à son propos « une chaire ambulante »69. Citons encore Alberto Gil Novales, pour qui Núñez de Arenas était « un investigador consciente, hombre de espíritu amplio, humanista en la plena acepción de la palabra, que redactó sus trabajos después de atentas lecturas y de minuciosas consultas en los archivos »70. Dans sa communication au vie congrès de la Société des Hispanistes Français (Besançon, 1970) portant sur Pío Baroja, Louis Urrutia (1917-2000) n’hésitait pas pour sa part à se référer à Núñez de Arenas comme ayant été « un des meilleurs spécialistes de la littérature et de la société espagnole du xixe siècle »71. Par ailleurs, l’économiste et militant communiste italien Antonio Graziadei (1873-1953), représentant du Comité exécutif de l’Internationale Communiste en Espagne, décrivait Núñez de Arenas – alors responsable du Parti Communiste Ouvrier Espagnol – dans un rapport de janvier 1922 adressé à celle-ci sur la fusion des deux Partis Communistes d’Espagne (pcoe et pce), comme « […] le type de l’universitaire nourri aux traditions françaises », « peut-être bien plus sous l’influence de Jaurès que sous celle de Marx »72. Il s’agissait en effet d’un francophile avéré.

  • 73 María José Solanas Bagüés, « Manuel Núñez de Arenas: los exilios de un historiador », in Claves del (...)
  • 74 Texte de présentation de la Escuela Nueva publié à l’intérieur de la seconde édition de la brochure (...)
  • 75 El Socialista, Madrid, 13 septembre 1912, p. 2/iii. Voir Jean-Louis Guereña, « La ugt a principios (...)

36L’engagement idéologique et politique de Núñez de Arenas, au sein du psoe d’abord puis du pce via le pcoe par la suite, ajoutait bien entendu une dimension concrète qui lui valut, on le sait, emprisonnements et exils à répétition73. Manuel Núñez de Arenas débuta son militantisme socialiste (au sein de la section socialiste – Agrupación Socialista – de Madrid) en janvier 1911, ainsi qu’au même moment, la mise en marche de son École Nouvelle, fondée en 1910 « por un grupo de profesores, literatos y universitarios »74. La conjoncture était alors porteuse pour le mouvement socialiste dans son ensemble et tout particulièrement à Madrid, après l’inauguration de la Maison du Peuple en novembre 1908. Peu de temps après, le psoe avait réussi à obtenir son premier siège de député pour son leader Pablo Iglesias lors des élections législatives de mars 1910, grâce à l’accord électoral signé avec les républicains (Conjunción republicano-socialista), ce qui, avec le renforcement du syndicat socialiste ugt (Unión General de los Trabajadores) fondé à Barcelone en 1888 – dont les effectifs passèrent de 40.984 syndiqués en juin 1910 à 128.914 en septembre 1912, soit une augmentation de plus de 300 % en à peine plus de deux ans75 –, allait changer la donne et permettre une bien meilleure visibilité du socialisme espagnol dans le mouvement social et politique.

  • 76 Enrique Moral Sandoval (éd.), El Socialista (1886-2011). Prensa y compromiso político, Madrid, Fund (...)
  • 77 Jean-Louis Guereña, « Le théâtre dans les Maisons du Peuple socialistes. Le cas de Juan Almela Meli (...)
  • 78 Pedro Ribas, Aproximación a la historia del marxismo español (1869-1939), Madrid, Endymion, 1990, p (...)
  • 79 Manuel Núñez de Arenas, « La educación, completa » et « La verdadera educación», El Socialista, Mad (...)

37Le changement de périodicité de l’organe central du Parti, El Socialista, fondé en 1886 non sans sacrifices et passé d’hebdomadaire à quotidien en mars 1913, allait constituer un des éléments importants de cette nouvelle phase du socialisme espagnol76. Manuel Núñez de Arenas faisait alors partie du comité de rédaction de El Socialista, en compagnie, parmi d’autres, de Mariano García Cortés (1878-1948), licencié en Droit et journaliste, Juan Almela Meliá, collaborateur de la Escuela Nueva et auteur de pièces de théâtre77, et Rafael Urbano (1870-1924), journaliste et écrivain, également membre de la Escuela Nueva, proche donc de Núñez de Arenas. Mais, ce que l’on peut qualifier, dans une certaine mesure, d’« activisme » culturel de Núñez de Arenas avec la Escuela Nueva, d’abord applaudi par les instances dirigeantes du psoe, qui y voyaient l’existence d’un nouveau relais envers les intellectuels, allait vite se heurter à une conception instrumentale et rigide de l’éducation et de la culture, largement partagée au sein du psoe, encore très ouvriériste, mais que ne partageait absolument pas Núñez de Arenas78. Ce dernier était partisan au contraire d’une certaine autonomisation du travail culturel dans le cadre du Parti et donc d’une conception relativement ouverte de celui-ci, ce qui pouvait entraîner par conséquent la collaboration plus ou moins régulière de non socialistes mais qui n’excluait évidemment pas de se placer in-fine sur les positions idéologiques et politiques de l’organisation socialiste. Ainsi, la tentative de créer en 1913 une « Centrale d’Éducation Socialiste », en partant en principe du modèle de la « Centrale d’Éducation Ouvrière », créée au sein du Parti Ouvrier Belge, révélait, pour Núñez de Arenas, l’étroitesse des conceptions éducatives et culturelles des promoteurs de l’initiative, Vicente Arroyo (1887-1969) et Andrés Saborit (1889-1980)79.

38Selon une petite brochure publiée en 1919 par la Escuela Nueva sur ses activités passées, celle-ci se proposait de réaliser précisément deux finalités : d’une part, « dotar al Partido Socialista de un Centro de estudios teóricos y prácticos […] », et de l’autre,

  • 80 José L. Martínez Ponce, « Lo que ha sido la Escuela Nueva (Breve resumen) », in Escuela Nueva. Lo q (...)

llamar a colaboración en la obra de enseñanza y de acercamiento de una sociedad más justa a aquellos elementos intelectuales que en su labor científica, literaria, artística, se hubieran impregnado de generosidad humana y se hallaran dispuestos a trabajar en ayuda de los más humildes80.

  • 81 « Conferencia de Núñez de Arenas », El Socialista, Madrid, 27 juillet 1913, p. 3/II. Voir aussi, to (...)

39Il nous semble donc que l’on puisse considérer Núñez de Arenas comme une sorte d’« intellectuel organique », tel que le définit plus tard le philosophe italien Antonio Gramsci (1891-1937). Dans son intervention relative au travail des intellectuels dans l’organisation ouvrière, Núñez de Arenas expliquait ainsi en juillet 1913, dans le cadre du Cercle Socialiste de l’Est (Madrid), « […] qué espíritu es necesario llevar al Partido Socialista cuando se es intelectual ; cómo es absolutamente preciso convivir en la organización obrera con los trabajadores para, a fuerza de confraternidad, comprender realmente la lucha económica »81.

  • 82 Eladio F. Egocheaga, « El Pleito de Río tinto. ¡¡Delito de opinión!! », La Justicia Social, Reus, 2 (...)
  • 83 Andrés Saborit, Julián Besteiro, Buenos Aires, Losada, 1967, p. 55-58.
  • 84 « Sesión preparatoria », El Socialista, Madrid, 25 septembre 1915, p. 2.

40Mais cette attitude généreuse n’était souvent pas comprise. Ainsi, selon le témoignage, accablant et peut-être un peu forcé, d’Eladio Fernández Egocheaga (1886-1965), militant socialiste alors emprisonné, Núñez de Arenas faisait partie de ceux qui étaient « pourchassés » au sein de l’organisation socialiste : « […] los hombres que saben pensar por cuenta propia en la organización, son perseguidos por esa especie de Santa Hermandad, que, por palabras, frases y suposiciones intenta condenarlos separándolos de la vida activa de la organización »82. Bien entendu, le ralliement de Núñez de Arenas, quelques années plus tard, aux thèses de la Troisième Internationale, ne fit qu’envenimer ses relations avec ses camarades socialistes et entraîna logiquement son éviction du psoe en mai 1921. Et l’un de ses adversaires les plus acharnés au sein du psoe, avant et après la scission, fut sans doute Andrés Saborit, typographe d’origine et président de la Fédération des Jeunesses Socialistes de 1912 à 1919, précisément pendant les années où Núñez de Arenas était un militant actif du Parti Socialiste espagnol et bien sûr, de la Escuela Nueva83. Saborit en vient même à insinuer que Núñez de Arenas puisse avoir été un « instrument des jésuites » dans les rangs socialistes… L’on peut également évoquer l’intervention hostile à son égard, au sein même de l’organisation socialiste, de la part de l’universitaire socialiste Julián Besteiro (1870-1940). Docteur en philosophie en 1895 et titulaire en 1912 de la chaire de Logique Fondamentale à l’université de Madrid, il devint, la même année, membre de la section socialiste madrilène, après être passé par d’autres organisations politiques. Et, lors du dixième congrès du psoe tenu en 1915, Besteiro y affirma que « […] el funcionamiento de la Escuela [Nueva] no es, a su juicio, regular, por estar formada en gran parte por no socialistas »84.

  • 85 Vicente José González, « Los institutos republicanos madrileños (1931-1939) y su plantilla de cated (...)
  • 86 Javier Cervera Gil, La Guerra no ha terminado. El exilio español en Francia 1944-1953, Madrid, Taur (...)

41De retour en Espagne en septembre 1930, pendant la Seconde République et la Guerre Civile, Núñez de Arenas privilégia l’investissement éducatif personnel et collectif, comme professeur de français, en particulier au Lycée Velázquez de Madrid puis dans le cadre du « Lycée Ouvrier » (Instituto Obrero) de Valence, déjà mentionné, avant de devoir s’exiler en France de nouveau, cette fois-ci définitivement85. Les années bordelaises puis parisiennes, qui suivirent, montrent que Núñez de Arenas était resté toujours fidèle à sa vocation d’éducateur mais aussi à son passé de militant. C’est ainsi qu’en avril 1945, Núñez de Arenas, auréolé de son titre de Professeur de la Faculté des Lettres, présidait à Bordeaux une manifestation organisée en commémoration de la proclamation de la Seconde République, qui décida d’envoyer un message aux gouvernements alliés, leur demandant de rompre leurs relations avec le gouvernement espagnol, c’est-à-dire avec Franco86.

42En tout cas, pour conclure ces quelques pages de ce « retour sur Manuel Núñez de Arenas », sur lequel nous reviendrons peut-être prochainement, il nous semble qu’avec lui nous soyons vraiment en présence d’une personnalité de tout premier plan de la vie intellectuelle, culturelle et politique de l’Espagne de la première moitié du xxe siècle, encore en partie méconnue ou, à tout le moins, négligée en général par l’historiographie, et sur laquelle il importe donc de revenir, en tenant compte – sans vraiment chercher à les séparer – de toutes ses facettes qu’il avait cultivées tout au long de sa vie, successivement ou simultanément : l’éducateur, le militant, le chercheur.

Haut de page

Notes

1 Nous tenons à remercier, pour leur aide précieuse, Arthur L.-F. Askins, Pierre-Emmanuel Biot, Charles Faulhaber, Beatriz García, François Géal, Enrique Moral Sandoval, Enrique Montero, Joseph Pérez et Pedro Ribas.

2 Jean-Louis Guereña, Pour une Histoire de l’Éducation populaire en Espagne (1840-1920), Thèse pour le doctorat d’État sous la direction d’Albert Dérozier, Besançon, Université de Franche Comté, 1989, 5 vols., XI-1155 p. Voir nos contributions « Pour une histoire de l’Éducation populaire en Espagne (1840-1920) », Bulletin d’Histoire contemporaine de l’Espagne, Pau, nº 10, Décembre 1989, p. 55-59 et « Entre Francia y España. Vivencias y réflexiones sobre un itinerario », in Exilio, memoria personal y memoria histórica. El hispanismo francés de raíz española en el siglo xx, éd. par Ricardo García Cárcel et Eliseo Serrano Martín, Zaragoza, Institución Fernando el Católico, 2009, p. 192-196 («Para una historia de la educación popular en España»). Sur Albert Dérozier, nous nous permettons de renvoyer à notre notice nécrologique publiée dans la presse espagnole : «Albert Dérozier, hispanista francés», El País, Madrid, 14 octobre 1997, p. 43.

3 Jean-Louis Guereña, «Cultura y política en los años diez: Ortega y La Escuela Nueva», Cuadernos Hispanoamericanos, Madrid, nº 403-405, janvier-mars 1984, p. 544-567. L´étude, corrigée des errata et des omissions, a été reprise dans la cinquième partie de notre thèse de doctorat («Éducation populaire et Réforme sociale. Intellectuels et Ouvriers»), plus concrètement dans le point 51 («Intellectuels et Éducation populaire. Trois cas»): Pour une Histoire de l’Éducation populaire en Espagne (1840-1920), op. cit., Volume III, p. 488-511.

4 Jean-Louis Guereña, «La recherche en histoire ouvrière en Espagne. Approche bibliographique», Le Mouvement Social, Paris, nº 128, juillet-septembre 1984 Mouvements ouvriers espagnols et questions nationales 1868-1936, p. 114.

5 Manuel Núñez de Arenas, «Algunas notas sobre el movimiento obrero español», in Georges Renard, Sindicatos, Trade-unions y Corporaciones, Traducción aumentada con un prólogo, un apéndice y un índice bibliográfico sobre El movimiento obrero español por Manuel Núñez de Arenas, Madrid, Daniel Jorro, Editor (Enciclopedia Científica. Biblioteca de Economía Política), 1916, p. 472-600 (plus bibliographie, p. 611-621). L’étude a été rééditée en 1970, avec des compléments rédigés par Manuel Tuñón de Lara: Manuel Núñez de Arenas et Manuel Tuñón de Lara, Historia del movimiento obrero español, Prólogo de Robert Marrast, Barcelone, Nova Terra, 1970, 264 p. Par ailleurs, l’ensemble de la version espagnole de l’ouvrage de Georges Renard a été réédité à son tour, avec une étude préliminaire de José Luis Monereo Pérez (Grenade, Comares, 2014, CVII-299 p.).

6 La Maison du Peuple de Lausanne, Lausanne, s.éd., 1901, 24 p.

7 Manuel Núñez de Arenas, Prologue à sa traduction de l’ouvrage de Georges Renard, Sindicatos, Trade-unions y Corporaciones, op.cit., p. V. Sur Georges Renard, voir la notice de Justinien Raymond dans l’irremplaçable Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, fondé par l’historien du mouvement ouvrier Jean Maitron (1910-1987) et consultable en ligne (http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article136011).

8 Jean-Louis Guereña, « La recherche en histoire ouvrière en Espagne », op. cit., p. 114-115, note 6. Voir Francisco de Luis Martín, «De estrella rutilante a secundario ilustre» o de la historiografía reciente sobre el socialismo en España», Ayer, Madrid, nº 50, 2003, p. 258-259.

9 Francisco de Luis Martín et Luis Arias González, «La biblioteca de la Casa del Pueblo de Madrid», in Enrique Moral Sandoval (éd.), Centenario de la Casa del Pueblo de Madrid 1908-2008, Madrid, Sociedad Estatal de Conmemoraciones Culturales-ugt y Fundación Progreso y Cultura, 2008, p. 187-191.

10 Jean-Louis Guereña, «Les socialistes madrilènes et l’éducation au début du xxe siècle», Matériaux pour l’histoire de notre temps, Paris, nº 3-4, juillet-décembre 1985 Espagne 1900-1985, p. 43-46; «Les socialistes espagnols et la culture. La “Casa del Pueblo” de Madrid au début du xxe siècle», in Peuple, mouvement ouvrier, culture dans l’Espagne contemporaine. Cultures populaires, cultures ouvrières en Espagne de 1840 à 1936, édité par Jacques Maurice, Brigitte Magnien et Danièle Bussy Genevois, Paris, Presses Universitaires de Vincennes, 1990, p. 23-37; «Las Casas del Pueblo y la educación obrera a principios del siglo xx», Hispania, Madrid, vol. li, nº 178, mai-août 1991, p. 645-692; «La educación obrera en las Casas del Pueblo», in Sindicalismo y Movimientos Sociales (Siglos xix-xx), éd. par Manuel Redero, Madrid, ugt. Centro de Estudios Históricos, 1994, p. 51-72; «Socialism and Education at the Beginning of the Twentieth Century: The Spanish Casas del Pueblo in a European perspective», in Masters, Missionaries and Militants. Studies of social movements and popular adult education 1890-1939, éd. par Barry J. Hake, Tom Steele et Alejandro Tiana, Leeds, The University of Leeds (Leeds Studies in continuing education. Cross-Cultural Studies in the Education of Adults, Number 4), 1996, p. 39-60; «European Influences in Spanish Popular Education: The Case of the Socialist Casa del Pueblo of Madrid and the Belgian Model (1897-1929)», History of Education, Vol. 35, nº 1, janvier 2006, p. 27-45; «Las Casas del Pueblo y la educación obrera a principios del siglo xx», in Centenario de la Casa del Pueblo de Madrid 1908-2008, op. cit., p. 89-93; «Les «Maisons du peuple» et l’éducation ouvrière en Espagne au début du xxe siècle», en Éducation populaire: Initiatives laïques et religieuses au xxe siècle, Textes réunis par Jacques Prévotat, Lille, Revue du Nord, hors série, n° 28, 2012, p. 149-160 ; en collaboration avec Alejandro Tiana Ferrer, « Influencias europeas en la educación popular española. El caso de la Casa del Pueblo de Madrid y el modelo belga (1897-1929) », in Formas y espacios de la educación popular en la Europa mediterránea Siglos xix y xx, éd. par Jean-Louis Guereña et Alejandro Tiana Ferrer, Madrid, Casa de Velázquez – uned, 2016, p. 167-185; « L’éducation populaire en Espagne (deuxième moitié du xixe siècle-premier tiers du xxe). Quelques aperçus historiographiques (1982-2010) », in Histoire de l’éducation populaire 1815-1945. Perspectives françaises et internationales, éd. par Carole Christen et Laurent Besse, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2017, p. 63-74; « Influencias belgas en la educación popular en España a finales del siglo xix y en el primer tercio del xx. El caso de la Casa del Pueblo y del movimiento socialista (1897-1929) », in Influencias belgas en la educación española e iberoamericana, éd. par José María Hernández Díaz, Salamanca, Ediciones Universidad de Salamanca, 2019, p. 121-147.

11 Jean-Louis Guereña, «Hacia una historia socio-cultural de las clases populares en España (1840-1920)», Historia Social, Valencia, nº 11, automne 1991, p. 147-164; Alejandro Tiana Ferrer, «Movimiento obrero y educación popular en la España contemporánea», Historia Social, Valencia, nº 27, 1997, p. 127-144; Alejandro Tiana Ferrer et Jean-Louis Guereña, “La educación popular en el marco de la investigación histórico-educativa”, in Formas y espacios…, op. cit., p. 15-33.

12 Alejandro Tiana Ferrer, Maestros misioneros y militantes. La educación de la clase obrera madrileña, 1898-1917, Madrid, Ministerio de Educación y Ciencia, 1992, p. 361-422 ; «La Escuela Nueva», in Centenario de la Casa del Pueblo de Madrid 1908-2008, op. cit., p. 159-162.

13 Clases populares, Cultura, Educación. Siglos xix-xx. Coloquio hispano-francés (Casa de Velázquez, Madrid, 15-17 junio de 1987), éd. par Jean-Louis Guereña et Alejandro Tiana, Madrid, Casa de Velázquez-U.N.E.D., 1989, 543 p. Voir Jean-Louis Guereña, «Entre Francia y España. Vivencias y reflexiones sobre un itinerario», op.cit., p. 200-201.

14 Jean-Louis Guereña, « En torno a Manuel Núñez de Arenas (1886-1951). Una nueva edición de su obra Ramón de la Sagra, reformador social (1924) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 23 | 2019, mis en ligne le 19 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/ccec/8996

15 Manuel Núñez de Arenas, Ramón de la Sagra, reformador social, Estudio preliminar de María José Solanas Bagües, Pamplona, Urgoiti Editores (Colección Historiadores, 31), 2019, cli-191 p. Voir également l’utile synthèse de Gonzalo Pasamar Alzuria et Ignacio Peiró Martín, in Diccionario Akal de historiadores españoles contemporáneos (1840-1980), Madrid, Akal, 2002, p. 445-446.

16 Citons, du second, son article «Cultura obrera y política socialista: los primeros decenios del PSOE», Ayer, Madrid, nº 54 (A los 125 años de la fundación del psoe Las primeras políticas y organizaciones socialistas, éd. par Carlos Forcadell Álvarez), 2004–2, p. 49-70, ainsi que son étude pionnière (auparavant publiée en français dans les Mélanges de la Casa de Velázquez en 1981 et 1982) sur les socialistes madrilènes, des origines de la Agrupación a 1910, incluse dans son ouvrage, publié en collaboration avec Antonio Elorza, La formación del PSOE, Barcelone, Crítica, 1989, p. 244-299.

17 Brigitte Magnien, Danièle Bussy Genevois et Mercedes Yusta, « L’Équipe de Recherche sur les Cultures de l’Espagne Contemporaine, histoire d’une transmission », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [revue en ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 02 mars 2015. URL : http://journals.openedition.org/ccec/5391. Voir Jean-Louis Guereña, «Entre Francia y España. Vivencias y reflexiones sobre un itinerario», op.cit., p. 199.

18 María José Solanas Bagües, «Una biografía de Manuel Núñez de Arenas y de La Escosura», in Manuel Núñez de Arenas, Ramón de la Sagra, reformador social, op.cit., p. xv-lxvi. Malgré toutes nos tentatives, nous n’avons pas pu consulter le travail d’Almudena Casado García, Núñez de Arenas, un intelectual comprometido con su tiempo, Thèse de doctorat présentée sous la direction de Pedro Ribas, Madrid, Universidad Autónoma de Madrid, 2004.

19 Manuel Núñez de Arenas, «La educación obrera», La Justicia Social. Órgano del Partido Socialista Obrero (Federación Catalana), Reus, año vii, nº 250, 3 avril 1915, p. 1.

20 L’exemplaire de ce tirage spécial, que nous avons pu avoir entre les mains, porte le nº 36 et a été dédicacé le 30 juillet 1934 par Núñez de Arenas à Ramón Prieto (1889-1972], qui fut brièvement Ministre d’Instruction Publique et des Beaux-Arts du 3 avril au 6 mai 1935.

21 Manuel Núñez de Arenas, « Ramón de la Sagra, reformador social », Revue Hispanique, New York, t. lx, nº 138, avril 1924, p. 329-531; Manuel Núñez de Arenas, Ramón de la Sagra, reformador social, extrait de la Revue Hispanique, tome lx, New York, Paris, s.éd. [Tours, Imprimerie E. Arrault et Cie], 1924, 203 p.

22 Sur la réception de l’ouvrage, voir María José Solanas Bagües, «Una biografía de Manuel Núñez de Arenas y de La Escosura», op.cit., p. ciii-cv et cxiv-cxviii.

23 «Real orden declarando de utilidad pública, en lo que compete a este Ministerio [de Instrucción pública y Bellas Artes], la obra titulada «Don Ramón de la Sagra, reformador social», de la que es autor D. Manuel Núñez de Arenas», Gaceta de Madrid, nº 342, 8 décembre 1927, p. 1467-1468.

24 Voir Joseph Pérez, « Manuel Tuñón de Lara et ses maîtres : Manuel Núñez de Arenas et Pierre Vilar », Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne, nº 52 [Manuel Tuñón de Lara (1915-2015). L’historiographie contemporaine espagnole au xxe siècle], 2017, p. 123-129.

25 Manuel Núñez de Arenas, L’Espagne des Lumières au Romantisme, Études réunies par Robert Marrast, Paris, Centre de Recherches de l’Institut d’Études Hispaniques, 1964, 434 p. Outre un prologue de R. Marrast (« L’éditeur au lecteur », p. 9-11), le volume incluait également l’article nécrologique publié en son temps par Charles V. Aubrun dans le Bulletin Hispanique, mais sans la précieuse « Liste succincte des travaux » de M. Núñez de Arenas qui y figurait en appendice, p. 7-8.

26 Nueva Revista de Filología Hispánica, México, El Colegio de México, vol. xix, nº 1, janvier 1970, p. 168.

27 M. Núñez de Arenas, «Impresos españoles publicados en Burdeos hasta 1850», in L’Espagne des Lumières au Romantisme, op. cit., p. 309-346. L’étude fit l’objet d’un compte-rendu d’Antonio Rodríguez-Moñino dans la Revista de Filología Española, Madrid, t. xxi, 1934, p. 186-187.

28 Robert Marrast, «Impresos españoles en Francia. Métodos y primeros resultados de investigación», in Estudios sobre Historia de España. Obra homenaje a Manuel Tuñón de Lara, éd. par Santiago Castillo, Carlos Forcadell, Mª Carmen García Nieto, Juan Sisinio Pérez Garzón, Madrid, Universidad Internacional Menéndez Pelayo, 1981, vol. II, p. 543-552.

29 Robert Marrast, « Imprimés castillans et catalans à Perpignan : état des recherches et travaux en cours », in Livres et libraires en Espagne et au Portugal (xvie-xxe siècles). Actes du Colloque international de Bordeaux (25-27 avril 1986), Paris, Éditions du Centre National de la Recherche Scientifique (Collection de la Maison des Pays Ibériques), 1989, p. 99-110. Voir également son étude antérieure, incluant diverses pistes de recherche sur le livre et la lecture dans l’Espagne du xixe siècle : «Libro y lectura en la España del siglo xix: Temas de investigación», in Movimiento obrero, política y literatura en la España contemporánea. Universidad de Pau. Centro de Investigaciones Hispánicas. iv Coloquio del Seminario de Estudios de los Siglos xix y xx, éd. par Manuel Tuñón de Lara et Jean-François Botrel, Madrid, Edicusa, 1974, p. 145-157.

30 María José Solanas Bagüés, «Exilio, Historia, Hispanismo: Manuel Núñez de Arenas y el Bulletin Hispanique», Bulletin Hispanique, Bordeaux, t. 118, nº 1, juin 2016, p. 15-30.

31 Robert Marrast, José de Espronceda et son temps. Littérature, Société, Politique au temps du Romantisme, Paris, Éditions Klincksieck, 1974, p. 13.

32 José Luis de la Granja et Alberto Reig Tapia, «Manuel Tuñón de Lara, una trayectoria vital e intelectual», in Manuel Tuñón de Lara. El compromiso con la Historia. Su vida y su obra, Bilbao, Servicio Editorial Universidad del País Vasco, 1993, p. 85-103 ; Jean-François Botrel, « ¿Generación Tuñón? », Hispanismes, nº 8, 2e semestre 2016, p. 316-324 [revue en ligne].

33 Jean-Louis Guereña, « Lieux de la recherche. Les colloques d’histoire contemporaine d’Espagne de l’Université de Pau », Cahiers d’histoire de l’Insti­tut Maurice Thorez, Paris, xiie année, nº 25-26 (nouvelle série), 2e trimestre 1978, p. 252-259 ; Paul Aubert et Jean-Michel Desvois, « Les Colloques de Pau et l’hispanisme français », Matériaux pour l’histoire de notre temps, Paris, nº 3-4, juillet-décembre 1985 (Espagne 1900-1985), p. 19-25.

34 Manuel Tuñón de Lara, Medio siglo de cultura española (1885-1936), Madrid, Tecnos, 1970, p. 160-184. L’ouvrage, qui connut diverses éditions chez son premier éditeur, a été réédité en 1982 par l’éditeur Bruguera de Barcelone et il y a peu, avec une introduction de Paul Aubert, l’un de ses anciens disciples à l’université de Pau : Manuel Tuñón de Lara, Medio siglo de cultura española (1885-1936), Estudio preliminar de Paul Aubert, Pamplona, Urgoiti (Col. Historiadores, 28), 2018, cx-417 p.

35 Manuel Tuñón de Lara, El movimiento obrero en la historia de España, Madrid, Taurus, 1972, p. 486-490 ; Pierre Vilar, « Manuel Tuñón de Lara : una vocación, una obra, un creador de encuentros », in Estudios sobre Historia de España. Obra homenaje a Manuel Tuñón de Lara, op. cit., vol. I, p. 2.

36 Manuel Tuñón de Lara, «El semanario La Internacional (1919-1921)», in Prensa y sociedad en España (1820-1936), éd. par Manuel Tuñón de Lara, Antonio Elorza et Manuel Pérez Ledesma, Madrid, Edicusa, 1975, p. 281-290.

37 Manuel Tuñón de Lara, «Sobre la historia del pensamiento socialista entre 1900 y 1931», in Teoría y práctica del movimiento obrero en España 1900-1931, éd. par Albert Balcells, Valencia, Fernando Torres,1977, p. 13-53.

38 Manuel Tuñón de Lara, «Actitudes socialistas frente a la cultura», in Peuple, mouvement ouvrier, culture…, op.cit., p. 141-155. Voir aussi sa contribution «Grandes corrientes culturales», in Los orígenes culturales de la ii República. ix Coloquio de Historia Contemporánea de España, éd. par José Luis García Delgado, Madrid, Siglo xxi de España, 1993, p. 1-24.

39 Luis Blanco Domingo, notice biographique dans le Dictionnaire biographique en ligne de l’Académie de l’Histoire (http://dbe.rah.es/biografias/22401/francisco-gonzalez-bruguera) ; « Ha muerto Francisco González Bruguera », Nuestras Ideas, Bruxelles, nº 10, janvier 1961, p. 148.

40 M. Núñez de Arenas, « Unos españoles en la Revolución Francesa », Boletín de la Unión de Intelectuales Españoles, Paris, III, nº 19, juin 1946, p. 12/i-iii. Voir Mª Fernanda Mancebo, « Una “mirada” sobre el Boletín de la uie », Exils et migrations ibériques au xxe siècle, nº 3-4, 1997, p. 87-101.

41 F. G. Bruguera, Histoire d’Espagne 1789-1950, Gap, Ophrys, 1953, 501 p. Outre le compte-rendu, assez critique, de Pierre Vilar (Annales. Économies, sociétés, civilisations, Paris, 10ᵉ année, nº 4, 1955, p. 610-612), voir Javier Malagón, « Los historiadores y la historia en el exilio », in El exilio español de 1939, éd. par José Luis Abellán, Tome v (Arte y Ciencia), Madrid, Taurus, 1978, p. 311; José Antonio Piqueras, « La fertilidad de las tierras bajas », Historiografías, Saragosse, nº 10, juillet-décembre 2015, p. 117; José Álvarez Junco et Gregorio de la Fuente Monge, El relato nacional. Historia de la historia de España, Madrid, Taurus, 2017, p. 394-395 ; José Antonio Piqueras, «El marxismo y los debates en España sobre la crisis del antiguo régimen, el liberalismo y el desarrollo del capitalismo », in Historiografía, marxismo y compromiso político en España Del franquismo a la actualidad, éd. par José Gómez Alén, Madrid, Siglo xxi – Fundación de Investigaciones Marxistas, 2018, p. 105-108. Nous ne croyons pas, toutefois, que, comme l’assure l’auteur, le livre de Bruguera ait fait l’objet d’une thèse de doctorat «elaborada bajo la tutela de Manuel Núñez de Arenas».

42 Mairie de Paris-xiie Arrondissement, État civil, nº 2523. Acte de décès, 9-ix-1951 ; Pierre Vilar, « Manuel Tuñón de Lara : una vocación, una obra, un creador de encuentros », op. cit., p. vii-viii; Manuel Tuñón de Lara, interview avec César Alonso de los Ríos publiée sous le titre de « Guerra, exilio y triunfo de Manuel Tuñón de Lara », Mirador de la Complutense, Madrid, nº 5, mars 1983, p. 9.

43 Margarita Ibáñez Tarín, Los profesores de segunda enseñanza en la Guerra Civil. Republicanos, franquistas y en la «zona gris» en el País Valenciano (1936-1950), València, Publicacions de la Universitat de València (Història i memòria del franquisme), 2019.

44 Manuel Núñez de Arenas papers, nº BANC MSS 72/263 z, The Bancroft Library, University of California, Berkeley (http://oskicat.berkeley.edu/search).

45 Gonzalo Pasamar Alzuria et Ignacio Peiró Martín, Diccionario Akal de historiadores…, op. cit., p. 446.

46 Luis Monguió, « Una biblioteca obrera madrileña en 1912-1913 », Bulletin Hispanique, Bordeaux, t. 77, nº 1-2, 1975, p. 154-173 ; l’article est daté du 2 octobre 1972. Le document, réélaboré par l’auteur à partir des reçus d’emprunts d’ouvrages, est reproduit en appendice. Sur les bibliothèques de sociétés ouvrières, voir Ángel Mato Díaz, « Las bibliotecas de sociedades populares en Asturias en el primer tercio del siglo xx », in Formas y espacios…, op. cit., p. 248-274.

47 Jean-Louis Guereña, « El profesorado universitario en el tránsito de los siglos xix-xx», in Historia de la Universidad de Salamanca. Volumen II: Estructuras y flujos, éd. par Luis E. Rodríguez San Pedro Bezares, Salamanca, Ediciones Universidad de Salamanca, 2004, p. 803-825 ; Mariano Peset, «Unamuno, rector de Salamanca», Bulletin Hispanique, Bordeaux, t. 104, nº 2, décembre 2002 (Hommage à François Lopez), p. 883-904.

48 Rafael Pérez de la Dehesa, Política y Sociedad en el primer Unamuno 1894-1904, Madrid, Ciencia Nueva, 1966, 207 p.; Miguel de Unamuno, Escritos socialistas. Artículos inéditos sobre el socialismo 1894-1922, Edición de Pedro Ribas, Madrid, Ayuso, 1976, 274 p.; José Antonio Ereño Eltuna, Artículos inéditos de Unamuno en «La Lucha de Clases» (1894-1897), Bilbao, Basauri, 2002, 180 p. et Unamuno y La Lucha de Clases 1898-1927, Bilbao, Beta, 2004, 214 p.

49 María Dolores Gómez Molleda, El socialismo español y los intelectuales. Cartas de Líderes del Movimiento Obrero a Miguel de Unamuno, Salamanca, Ediciones Universidad de Salamanca (Publicaciones de la Casa-Museo Unamuno), 1980, p. 431-434, lettres nº 229-233. Les Éditions de l’Université de Salamanque ont commencé la publication chronologique de la totalité de la correspondance d’Unamuno, dont le premier volume, correspondant aux années 1880-1899, est paru en 2017, sous la responsabilité de Colette et de Jean-Claude Rabaté.

50 María Dolores Gómez Molleda, El socialismo español y los intelectuales, op. cit., p. 431. Voir Rafael Urbano, « La Fabian Society », El Socialista, Madrid, 18 décembre 1913, p. 1-2.

51 Fondation José Ortega y Gasset-Gregorio Marañón, Madrid, Archives de José Ortega y Gasset, nº C 85/10. Le document figure dans le catalogue de l’exposition Ortega y su tiempo, édité par Juan Pablo Fusi, Madrid, Ministerio de Cultura, 1983, p. 123, nº 4. Voir Jean-Louis Guereña, «Cultura y política en los años diez: Ortega y La Escuela Nueva», op.cit., p. 557, note 68.

52 «Las grandes mentalidades españolas y el bloqueo de Rusia. José Ortega y Gasset. Catedrático de la Universidad Central», La Internacional, I, nº 4, 8 novembre 1919, p. 1/II. Cette réponse fut reproduite par Manuel Tuñón de Lara dans El movimiento obrero…, op. cit., p. 623-624, note 51.

53 Fernando Díaz de Quijano, «Los epistolarios inéditos de Ortega y Gasset», El Cultural, Madrid, 4 février 2016.

54 Ateneo Científico, Literario y Artístico de Madrid, Lista de señores socios. Abril 1920, Madrid, Gráfica Ambos Mundos, 1920, p. 69-70.

55 Manuel Tuñón de Lara, Medio siglo de cultura española (1885-1936), op. cit., p. 162-169. La lettre de Pablo Iglesias à Núñez de Arenas n’a toutefois pas été reprise dans les deux volumes de correspondance inclus dans l’édition des œuvres complètes de Pablo Iglesias publiées par les Éditions Monsa de Barcelone en 2000.

56 Manuel Tuñón de Lara, Medio siglo de cultura…, op. cit., p. 178 et 183.

57 Bibliothèque Municipale de Versailles, Fonds Morel-Fatio, nº Ms. 271. Voir María José Solanas Bagüés, « Exilio, Historia, Hispanismo », op. cit., p. 22-23.

58 Jean-Louis Guereña, « Archivos y memoria de la Guerra Civil. En torno al Archivo de Salamanca», Amnis. Revue de civilisation contemporaine Europe/Amériques, nº 2 (Memorias de la Guerra Civil española: transmisión, reapropriación y uso, Europa-América Latina), 2011, publication en ligne [http://amnis.revues.org/1521].

59 Centro Documental de la Memoria Histórica, Salamanque, Section Politico-Sociale. Madrid, liasse nº 2964-50, dossier nº 44.

60 María José Solanas Bagües, « Una biografía de Manuel Núñez de Arenas y de La Escosura », op. cit., p. liv, lviii-lx.

61 Cristina Escrivá Moscardó, Los Institutos para obreros Un hermoso sueño republicano, Valencia, L’Eixam, 2008, p. 60, note 57.

62 Charles V. Aubrun, « Manuel Núñez de Arenas y de la Escosura », Bulletin Hispanique, Bordeaux, t. 53, nº 4, 1951, p. 459-461.

63 María José Solanas Bagües, « Publicaciones de Manuel Núñez de Arenas», in Manuel Núñez de Arenas, Ramón de la Sagra, reformador social…, op. cit.., p. cxli-cli.

64 María José Solanas Bagües, « Una biografía de Manuel Núñez de Arenas y de La Escosura », op.cit., p. cix.

65 Maria Dolors Capdevila i Roser Masgrau, La Justicia Social. Òrgan de la Federació Catalana del psoe 1910/1916, Barcelone, Centre d’Estudis d’Història Contemporània, 1979, p. 105.

66 Robert Marrast, « L’éditeur au lecteur », in L’Espagne des Lumières au Romantisme, op.cit., p. 10.

67 Manuel Tuñón de Lara, « “España”, Semanario de la vida nacional », Étude préliminaire à la réimpression de la revue, Premier volume (1915), Vaduz, Topos Verlag, 1982, p. vii-xvii.

68 Pierre Vilar, « Manuel Tuñón de Lara : una vocación, una obra, un creador de encuentros », op. cit., p. viii.

69 Robert Marrast, « L’éditeur au lecteur », in L’Espagne des Lumières au Romantisme, op.cit., p. 11 ; Manuel Tuñón de Lara, Interview avec César Alonso de los Ríos, op. cit.

70 Nueva Revista de Filología Hispánica, op.cit., p. 166.

71 Louis Urrutia, « Aviraneta de Pío Baroja et les “Memorias íntimas” de Eugenio de Aviraneta », in Société des Hispanistes Français, Actes du VIe Congrès National des Hispanistes Français de l’Enseignement Supérieur, Paris, Les Belles Lettres (Annales Littéraires de l’Université de Besançon), 1971, p. 15.

72 Archives de Jules Humbert Droz I. Origines et débuts des partis Communistes des pays latins 1919-1923, Textes établis et annotés par Siefried Bahne, Dordrecht, D. Reidel Publishing Company, 1970, p. 130.

73 María José Solanas Bagüés, « Manuel Núñez de Arenas: los exilios de un historiador », in Claves del mundo contemporáneo, debate e investigación. Actas del XI Congreso de la Asociación de Historia Contemporánea, éd. par Teresa María Ortega López et Miguel Ángel del Arco Blanco, Grenade, Comares, 2013.

74 Texte de présentation de la Escuela Nueva publié à l’intérieur de la seconde édition de la brochure de Jaime Vera, La verdad social y la acción, Madrid, Escuela Nueva, 1918 (1e éd., 1912).

75 El Socialista, Madrid, 13 septembre 1912, p. 2/iii. Voir Jean-Louis Guereña, « La ugt a principios del siglo xx », in Imágenes de ugt 1888-1988, Madrid, Fundación Largo Caballero, 1988, p. 35-37.

76 Enrique Moral Sandoval (éd.), El Socialista (1886-2011). Prensa y compromiso político, Madrid, Fundación Pablo Iglesias, 2011, 230 p.

77 Jean-Louis Guereña, « Le théâtre dans les Maisons du Peuple socialistes. Le cas de Juan Almela Meliá », in Annie Molinié, Marie-Claire Zimmermann, Michel Ralle (éd.), Hommage à Carlos Serrano, Paris, Éditions Hispaniques, 2005, Vol. i, p. 301-311.

78 Pedro Ribas, Aproximación a la historia del marxismo español (1869-1939), Madrid, Endymion, 1990, p. 122-123.

79 Manuel Núñez de Arenas, « La educación, completa » et « La verdadera educación», El Socialista, Madrid, 14 juillet 1913, p. 3 et 25 décembre 1913, p. 2. Voir Jean-Louis Guereña et Alejandro Tiana Ferrer, «Influencias europeas en la educación popular española. El caso de la Casa del Pueblo de Madrid y el modelo belga (1897-1929)», op. cit., p. 178-179.

80 José L. Martínez Ponce, « Lo que ha sido la Escuela Nueva (Breve resumen) », in Escuela Nueva. Lo que ha sido. Reglamento. Lista de socios y Colaboradores, Madrid, Barrera, Impresor, 1919, p. 5-6.

81 « Conferencia de Núñez de Arenas », El Socialista, Madrid, 27 juillet 1913, p. 3/II. Voir aussi, toujours de Manuel Núñez de Arenas, « Pláticas de ahora. El pleito de los intelectuales », Vida Socialista, Madrid, 28 janvier 1912, p. 4.

82 Eladio F. Egocheaga, « El Pleito de Río tinto. ¡¡Delito de opinión!! », La Justicia Social, Reus, 26 septembre 1914, p. 1.

83 Andrés Saborit, Julián Besteiro, Buenos Aires, Losada, 1967, p. 55-58.

84 « Sesión preparatoria », El Socialista, Madrid, 25 septembre 1915, p. 2.

85 Vicente José González, « Los institutos republicanos madrileños (1931-1939) y su plantilla de catedráticos », in Aulas modernas. Nuevas perspectivas sobre las reformas de la enseñanza secundaria en la época de la JAE (1907-1939), éd. par Leoncio López-Ocón, Madrid, Dykinson-Universidad Carlos III de Madrid, 2014, p. 249-285; Cristina Escrivá Moscardó, Los Institutos para obreros…, op.cit., p. 29-69; Margarita Ibáñez Tarín, Los profesores…, op.cit.

86 Javier Cervera Gil, La Guerra no ha terminado. El exilio español en Francia 1944-1953, Madrid, Taurus, 2007, p. 495.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Guereña, « Retour sur Manuel Núñez de Arenas (1886-1951). Notes pour une biographie », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne],  | 2020, mis en ligne le 13 janvier 2021, consulté le 22 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/ccec/10191 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccec.10191

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Guereña

Interactions Culturelles et Discursives EA 6297, Université de Tours

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université d'Angers
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search