Navigation – Plan du site

AccueilHors série des CCECHommage à Brigitte Magnien et à M...Contributions sur l'Espagne conte...Margarita Nelken ou les écritures...

Contributions sur l'Espagne contemporaine

Margarita Nelken ou les écritures multiples. Temporalité et engagement

Margarita Nelken o las escrituras múltiples. Temporalidad y compromiso
Margarita Nelken or the multiple writings. Temporality and commitment
Danièle Bussy Genevois

Résumés

La notoriété de Margarita Nelken est liée à ses multiples fonctions en tant que députée socialiste de la Seconde République. Cette étude propose une approche différente en analysant ses écrits (féministes, politiques et littéraires), afin de mieux comprendre comment elle s’inscrit dans l’histoire contemporaine, de la Monarchie à la guerre d’Espagne. Il s’agit donc d’éclairer ses engagements culturels et sociaux et d’interpréter ses loyautés politiques successives.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Seule femme députée socialiste élue lors des trois législatures, comme représentante de la province de Badajoz, Margarita Nelken, née en 1894, meurt en exil, à Mexico, en 1968. Elle occupe dans l’histoire de la Seconde République une place complexe, car elle attire alternativement admiration et rejet, ses loyautés idéologiques successives semant le trouble : féministe – mais non suffragiste –, républicaine, socialiste, puis communiste, elle multiplie les engagements politiques et sociaux, mais aussi les activités littéraires.

  • 1 Margarita Nelken, La condición social de la mujer en España. Su estado actual. Su posible desarroll (...)
  • 2 Maria Aurèlia Capmany, «Un libro polémico sin polémica», in La condición social de la mujer en Espa (...)
  • 3 Antonina Rodrigo, Mujeres de España, las silenciadas, Barcelona, Plaza y Janés, 1978.
  • 4 Angela Ena Bordonada (dir), Novelas breves de escritoras españolas (1900-1936), Madrid, Castalia/In (...)
  • 5 Josebe Martínez Gutiérrez, Margarita Nelken (1896-1968), Madrid, Ediciones del Orto, 1997.
  • 6 Pelayo Jardón Pardo de Santayana, Margarita Nelken, del feminismo a la revolución, Madrid, Sanz y T (...)

2La redécouverte de María Nelken Mansberger dans l’Espagne récente s’est faite par le féminisme et non par le parti qu’elle a défendu au Parlement : rédigé en 1919, son premier essai, La condición social de la mujer en España1, bénéficie en 1975 d’une réédition accompagnée d’une préface de l’historienne du féminisme catalan, Maria Aurèlia Capmany2. En 1978, Antonina Rodrigo lui rend justice à son tour3. En 1989, un de ses courts romans est publié dans l’anthologie de la « Biblioteca de Autoras » co-éditée par l’Instituto de la Mujer4 et sa première biographie date de 1997, aux Ediciones del Orto dirigées par Cristina Segura Graíño5 ; elle est donc revendiquée par les chercheuses féministes post-franquistes. Sauf erreur, si l’on fait abstraction d’allusions éparses dans de nombreux ouvrages d’histoire, le Parti socialiste a tardé à reconnaître son importance, en lui consacrant une notice du Diccionario biográfico del socialismo español, établi à partir de 2006 par la Fundación Pablo Iglesias ; il est vrai qu’elle avait adhéré au Parti communiste en décembre 1936. Remarquons que les ouvrages de divulgation récente soulignent le renouveau de l’intérêt de son personnage6.

  • 7 Manuel TuñÓn de Lara, « Actitudes socialistas ante la cultura », in Peuple, Mouvement ouvrier, cult (...)
  • 8 Brigitte Magnien, « Zugazagoitia. Les pièges de l’écriture du roman social », in Peuple, mouvement… (...)
  • 9 Julián Zugazagoitia, «Aristocracia, burguesía y proletariado», La Gaceta literaria, Madrid 15 septe (...)

3Quant aux écrits de Margarita Nelken, ils déconcertent l’observateur par leur foisonnement multiforme : essais féministes, articles de presse, critiques d’art, courts romans, chronique parlementaire socialiste, textes révolutionnaires et publications staliniennes. La complexité de l’analyse tient aussi au fait que l’on peut n’en privilégier qu’un aspect : étudier soit ses écrits féministes, soit les textes assimilables à la culture ouvrière. Cette notion même pose problème ; en 1989, un colloque réunissant chercheurs espagnols et hispanistes, avait engagé la réflexion sur la validité du concept et souligné, selon Manuel Tuñón de Lara, « l’absence d’homogénéité de cosmovision » (« la ausencia de homogeneidad de cosmovisión »7) des socialistes sous la Seconde République ; l’historien ne laissait cependant pas M. Nelken à l’écart mais ne l’incluait pas parmi les « journalistes de renom » (« periodistas de gran talla »), à l’instar de Julián Zugazagoitia, ni parmi les spécialistes d’histoire de l’art, comme Manuel Ovejero : simplement, elle était « écrivain ». Quant à Jacques Maurice, en préface du même volume, il soulignait la diversité des pratiques d’écriture autant que le problème que supposait pour la classe ouvrière se libérer des topiques de l’écriture romanesque ; en étudiant les romans de Julián Zugazagoitia, (El botín, 1929 ; El asalto, 1930), Brigitte Magnien allait dans le même sens et démontrait la difficulté du dirigeant ouvrier à s’extraire des « cadres esthétiques hérités »8, alors qu’il avait théorisé en 1928 le concept, non pas d’art socialiste, mais d’art pour les prolétaires : « […] un arte que sin ser marxista […] tiene en cuenta al pueblo y ha roto con las maneras burguesas, con el repertorio de los viejos modelos »9.

4Dans le cas de Margarita Nelken, même s’il est hors de question de prétendre étudier la totalité de son œuvre pléthorique, la limiter à l’écriture féministe ou à l’écriture politique est difficile, tant ses productions apparaissent imbriquées les unes dans les autres et identifiées au temps immédiat. De ce fait, nous choisissons de privilégier une étude prioritairement chronologique, afin de tenter de comprendre les modalités de son insertion dans la culture populaire, féministe et militante ainsi que les fluctuations de ses écritures.

Essayiste ou romancière (1919-1930)

5En dehors de chroniques artistiques publiées à Londres, Paris, Berlin, ou au Prado, Margarita Nelken se fait connaître par des conférences et un essai féministes qui révèlent son talent et son ambition intellectuelle

Le pamphlet féministe

  • 10 Maria Aurèlia Capmany, «Un libro polémico…», op.cit., p.17.
  • 11 Danièle Bussy Genevois, « Féminisme, associationnisme, internationalisme sous la Restauration, 1890 (...)

6M.A. Capmany, découvrant comme un choc en plein franquisme, en 1965, La condición social de la mujer en España, avait compris « son projet d’insertion dans la circonstance historique » (« su propósito de inserción en la circunstancia histórica »10). Si les Espagnoles à partir de 1917 construisent le collectif féministe, la guerre de 1914-1918 et de l’après-guerre permettent aux pays bélligérants, sauf la France, d’obtenir le suffrage féminin11. Nelken porte un jugement sur le moment présent. Remarquons qu’elle publie chez Minerva, dans une collection (« Biblioteca de Cultura Moderna y Contemporánea ») la mettant sur le même plan que Waldo Emerson, Rafael Altamira ou Salvador de Madariaga, aussi bien que sur ses futurs camarades socialistes, Fernando de los Ríos, Luis Araquistáin ou Álvaro de Albornoz.

  • 12 Margarita Nelken, La condición social…, op.cit., p.55

7Si elle reste à cette date en dehors des associations féministes, M. Nelken fonde son ouvrage sur l’amitié féminine en le dédicaçant à Matilde Huici, future députée socialiste et à « Paquita » (Francisca) Bohigas, future députée de la ceda, jeunes étudiantes de droit susceptibles de créer en Espagne une « conscience neuve », une « morale neuve »12, si elles ne restent pas un objet de curiosité dans une société rétrograde. Le livre, d’une grande érudition, capable de convoquer J.Stuart Mill, August Bebel, Lloyd George ou tout texte littéraire susceptible d’appuyer sa démonstration, est à la fois une synthèse sur la condition des femmes dans plusieurs pays et une enquête sur les conditions de vie des travailleuses espagnoles et sur les freins apportés à leur émancipation. Elle dénonce, après Concepción Arenal, le mariage comme carrière et le fait avec férocité.

  • 13 Margarita Nelken, Ibídem, p.51.

El matrimonio burgués se envilece en principio por culpa de la mujer que se vende legítimamente con no menos astucia y a veces hasta con no mayor hipocresía que cualquier ramera13.

  • 14 Maria Aurèlia Capmany, «Un libro polémico…», op.cit., p.16.

8M-A Capmany crédite à juste titre le livre d’un « ton implacable, incisif, sans faux optimismes » (« tono contundente, incisivo, sin falsos optimismos »14). Mais au-delà de l’enquête sociale remarquable, Nelken fournit aussi un des pamphlets les plus sévères sur le féminisme espagnol, encombré par les controverses et l’influence catholique qui a rendu impossible la tenue en Espagne du congrès de la Women’s league for Peace and Freedom ; le droit de vote serait une simple « décoration » pour les veuves des combattants, une « farce ».

  • 15 Margarita Nelken, La condición social…, op.cit., p.148.

¿Y nosotras ? […] Dios quiera que no votemos en mucho tiempo15.

9Si ce ton explique le départ précipité de nombreuses spectatrices de sa conférence à l’Ateneo de Madrid le 21 décembre 1918, elle ébauche dans son livre l’appel aux femmes cultivées pour favoriser l’émancipation de toutes dans la dignité, ce qui restera l’axe de son idéal de justice.

  • 16 Ibídem, p.154.

Aquí […] la vida para los que luchan es dura y es muy mala ; en vuestras manos está hacerla mejor, más justa y más llevadera ; debéis realizar la tarea que nos colocará […] a la altura de las mujeres de otros países […] vosotras debéis antes que pedir nada, hacer que se tenga confianza para concedéroslo todo16.

La réflexion littéraire

10La seconde décennie du vingtième siècle est un moment de grande activité culturelle et littéraire pour Nelken ; cette période est d’ailleurs encadrée par deux essais majeurs, le premier dont il vient d’être question, le second écrit en 1929, Las escritoras españolas, qui révèle son intérêt pour l’écriture. Dans l’unique ouvrage qu’elle consacrera au passé (seule l’évocation d’Emilia Pardo Bazán, qu’elle a connue, la rapproche de l’histoire immédiate), elle veut dresser la liste des Espagnoles ayant exercé leur intelligence et leur plume et dédie cette étude à sa fille naturelle Magdalena, née en 1919. A visée pédagogique, le livre est publié dans la « Biblioteca de Iniciación cultural », aux éditions Labor où elle s’inscrit à côté de Karl Vossler ou Ángel González Palencia. Elle fournit une bibliographie en quatre langues comportant des entrées récentes (Ludwig Pfandl ou Américo Castro, par exemple). La méthode appliquée à la recherche est claire : écarter tout travail épistolaire personnel ou lié à l’Eglise pour privilégier les qualités d’écriture et le lyrisme :

  • 17 Margarita Nelken, Las escritoras españolas, Barcelona, Buenos Aires, Labor, 1930, p.16. La BNE indi (...)

[…] sólo habrán de interesarnos aquí las que hayan revestido la exposición de sus ideas de una forma que justifique su entrada en la literatura, o aquellas que suman a estas ideas una invención poética feliz, o los desahogos de una imaginación narrativa o dramática17.

  • 18 Voir parmi plusieurs ouvrages, Frédérique Morand, María Gertrudis Hore (1742-1801), Madrid, Edicion (...)
  • 19 Margarita Nelken, Las escritoras…, op.cit., p.180.

11Parmi les femmes de lettres qu’elle redécouvre, on note par exemple – certes avec l’aide de Fernán Caballero – les pages qu’elle consacre à María Gertrudis Hore, réhabilitée à partir de la fin du xxe siècle par la recherche nord-américaine et française18. Pour Nelken, elle est l’exemple parfait d’une poétesse qui « respire par ses blessures » (« respira por la herida »19). L’on peut s’attarder sur cet exemple, car peut-être y trouvons-nous la clef de l’écriture romanesque de Nelken.

  • 20 Ibidem, p.181.

No es, la de María Gertrudis Hore, una voz potente, mas siquiera es una voz de acentos sinceros. Y esta sinceridad, esta pasión […] vibrante, es la que sitúa a la « Hija del Sol » aparte de […] las versificadoras de su tiempo20.

La production romanesque

12M. Nelken publie ses premiers romans dès 1923, auréolée par le succès de son premier essai, que l’Eglise a voulu interdire et volant de ce fait au secours d’un livre de sociologie a priori invendable, selon ses déclarations en forme de confession légère à Artemio Precioso, fondateur de la collection « La Novela de Hoy » un an auparavant.

  • 21 Artemio Precioso, «A manera de prólogo», in Margarita Nelken, La aventura de Roma, Madrid, Sucesore (...)

Melquíades Álvarez dijo en el Congreso que porque yo denunciaba allí los manejos de ciertos congresos […]. Y, con una nobleza y un desinterés que yo nunca agradeceré bastante, [la Iglesia] me hizo ese reclamo a la americana. ¡Dios se lo pague21 !

13Ses autres romans sont édités par les principales éditions modernes et populaires en vogue : dans la collection « Los Contemporáneos » des successeurs de Hernando (sic) Fe – dont le rédacteur en chef est Rodolfo Viñas, futur coreligionnaire – ; ou bien dans une remarquable Antología de escritoras españolas en 1925, où les femmes de lettres futures républicaines publient et présentent leurs camarades (ainsi Regina Opisso, catalaniste républicaine, dresse un portrait élogieux de Nelken).

  • 22 Jacques Maurice, « Présentation », in Peuple, mouvement ouvrier…, op.cit., p.8.
  • 23 Federica Montseny, La victoria, Biblioteca de la Revista Blanca, portada.
  • 24 Danièle Bussy Genevois, «La novela rosa revolucionaria: Federica Montseny y Alejandra Kolontai (192 (...)

14Le problème se pose donc de l’affichage d’une position politique dans sa production romanesque. Jacques Maurice, dans l’ouvrage précédemment cité, mettait en évidence « l’inexistence de cloisons étanches entre cultures ouvrières idéologiquement spécifiés »22. L’affirmation semble cependant à nuancer si l’on compare quelques romancières liées par différents canaux au mouvement ouvrier. Chez les anarchistes, Federica Montseny publie ses trois premiers romans, échelonnés entre 1926 et 1928 (La victoria, El hijo de Clara et La indomable) pour « exposer les problèmes d’ordre moral qui se présentent à une femme d’idées modernes » (« […] narrar los problemas de orden moral que se le presentan a una mujer de ideas modernas »23) ; mais la généralité de cette proposition est démentie par la création de personnages exemplaires, les prénoms révélateurs de l’idéal anarchiste (Vida, Armonía, Aurora) et l’inscription de l’action dans une temporalité faussement indéterminée, reliée aux expériences de la famille de Federico Urales et Soledad Gustavo ainsi qu’aux rêves de phalanstères et aux idées d’Elisée Reclus24.

  • 25 Luisa Carnés, Tea Rooms. Mujeres obreras, Madrid, Juan Pueyo, 1934, p.198-203.

15Chez les républicains devenus à la fin de la République militants communistes comme Margarita Nelken, Luisa Carnés publie des contes entre 1926 et 1929 et des romans en 1930 (Natacha) et, avec retard de publication, en 1934 (Tea Rooms). Ouvrière à treize ans, serveuse, journaliste, elle crée des personnages ancrés dans le réel, fondés sur ses propres expériences professionnelles ; elle raconte les harcèlements des chefs, le mépris des clientes des salons de thé, les avortements sanglants et mortels25, toutes les formes d’exploitation, et elle rédige d’une écriture sèche qui s’interdit toute sentimentalité, en exaltant la grève et la manifestation comme moyens d’action.

16L’appartenance syndicale et ouvrière est donc claire chez ces deux romancières, alors que Margarita Nelken n’affiche pas de position politique dans ses courts romans mais un vrai plaisir d’écriture fondé sur la variété des lieux, des personnages et des actions. Dans La aventura de Roma et la Trampa del arenal (1923), El milagro (1924) et La exótica (1925), le thème principal est la relation entre les sexes ; Nelken écrit pour servir de contrepoint aux mauvais romans qui servent d’éducation sexuelle aux jeunes Espagnoles. Elle propose donc des études de cas : dans la Trampa del arenal (Madrid), Luis est emprisonné dans un mariage désastreux avec Salud, petite vendeuse poussée à cette union par une mère ambitieuse ; il retrouve temporairement avec Libertad, la voisine étudiante, la camaraderie intellectuelle et la sensualité. Dans La aventura de Roma, Andrés Marín, señorito andalou, sert de guide à l’Américaine Kate Findley sans comprendre la possibilité d’une relation amicale. El milagro qui se déroule dans un village de La Alcarria dépeint les fiançailles archaïques de Sinda et de Pascual, qui la trahira. Enfin dans La exótica, Ruth en butte aux commérages de l’atelier de peinture, garde le secret sur l’homme à qui elle s’est donnée « corps et âme ».

  • 26 Margarita Nelken, El milagro, Madrid, «Los contemporáneos», Año XVI, núm.816, (capítulo VI), 1924.

17L’ancrage dans le récit, bien moindre que chez Luisa Carnés – hormis une allusion à la guerre du Maroc dans El milagro –, passe par une réflexion sur le genre, le mariage et le divorce. L’élan de l’écriture se traduit dans le goût pour les formes et les couleurs, son sens du paysage et des ambiances. Par ailleurs, la narratrice emprunte à son vécu : les visites dans Rome, mais aussi l’apprentissage de l’atelier de peinture et les problèmes oculaires qui conduisent Sinda à la cécité et ont conduit Margarita Nelken à renoncer à la peinture. L’anticléricalisme trouve aussi à s’exprimer, non seulement dans la peinture de l’adoration du Pape par les fidèles à Rome, mais surtout dans le martyre de Sinda qui a tendu « son petit visage d’hostie » (« su carita de hostia ») vers une Vierge et un ciel restés sourds à ses prières26.

18Dans une série de titres accueillie avec égards et gourmandise par la profession, M. Nelken met donc en cohérence ses thèses sur l’égalité entre les sexes, et son inventivité romanesque, accompagnée d’un goût pour le suspense et d’une écriture partagée entre le lyrisme et le sarcasme : elle semble donc rester à l’écart d’une culture ouvrière, contrairement à nombre de ses contemporaines, et davantage écrire pour une classe moyenne ou une petite bourgeoisie citadine.

Journaliste et députée (1931-1936)

  • 27 Santiago Ramón y Cajal, La mujer (Conversaciones e idearios recogidos por M. Nelken con una adverte (...)
  • 28 Brigitte Magnien, « Féminités », in Le projet national de Blanco y Negro (1891-1917), Travaux et do (...)
  • 29 Brigitte Magnien, « Féminités », in Le projet national…, op.cit., p.196.

19Quand la République est proclamée, Margarita Nelken a donc déjà derrière elle une œuvre multiforme, à laquelle il faudrait ajouter notamment, en 1926, Cartas a Ramón y Cajal, dont elle publiera une anthologie en 193227, et de nombreuses collaborations de presse, notamment dans Blanco y Negro, de 1927 à 1931. La revue fondée par Luca de Tena en 1891 a toujours consacré une rubrique (La Mujer y la Casa) aux lectrices et accueilli dans ses pages dès 1917 des textes de la future socialiste María Lejárraga de Martínez Sierra ; l’image d’une féminité devenant « la bannière des temps modernes et du cosmopolitisme »28 affleurait déjà, ainsi que l’intérêt pour le travail féminin et une éducation moderne. Nelken se glisserait donc dans ce « féminisme prudent et pratique »29 ? Le goût pour le conte et l’ouverture de la revue à la peinture la rapprochent de Blanco y Negro, ainsi que sa capacité à poser des questions féministes internationales. Elle commente ainsi l’arrivée de quatorze femmes à la Chambre des Communes britannique :

  • 30 Margarita Nelken, Blanco y Negro, Madrid, 30 juin 1929, cité sans titre par Josebe Martínez Gutiérr (...)

[…] Ya no hay problemas. Mejor dicho, sólo hay estos dos problemas : primero, saber si la mujer actuará y reaccionará en política como mujer, o si se contentará con sumar su actividad a la del hombre […] Y el segundo problema está […] en saber si, ahora que ya es suyo, este triunfo no le va a tener a la mujer muy en breve completamente sin cuidado30.

20Le lien avec Santiago Ramón y Cajal s’est construit dans la même période ; le savant représente un idéal intellectuel mais aussi, avec sa femme, symbolise une parfaite relation de couple, souvent cité en exemple par les républicains, y compris au Parlement. Pour M. Nelken – qu’il traite avec gentillesse et même respect –, il s’agit de souligner les points de rencontre entre les idées de l’homme de science, souvent ironiques, et les siennes, en particulier sur le mariage.

  • 31 Santiago Ramón y Cajal, La mujer, op.cit., p.24.

La felicidad del esposo no depende del color del cabello femenino, sino de la estructura y contenido sentimental y cultural del cerebro, es decir, de un órgano cuyo color es igual en rubias y morenas. Menos dermatología y más psicología : tal debe ser la divisa del aspirante al matrimonio31.

L’accueil à la République

  • 32 Fernando García Rodríguez, María Victoria Gómez Alfeo, Margarita Nelken: el arte y la palabra, Madr (...)
  • 33 Margarita Nelken, «Caras lozanas, expresiones directas», Mujer, n°5, 5 août 1931, p.6.
  • 34 Margarita Nelken, «Esperanza y Teodora Zuloaga», Mujer, n°3, 20 de juin 1931, p.8.
  • 35 Margarita Nelken, «Julio Antonio y la ñoñez», Mujer, n°15, 12 septembre 1931, p.2-3.

21Avant même ses articles pour El Socialista et son élection au Parlement le 14 octobre 1931, M. Nelken avait confirmé la multiplicité de ses engagements et de ses travaux d’écriture. Fidèle à ses chroniques d’art32, elle en publie notamment dans une revue républicaine modérée, Mujer, en 1931, pour fomenter un art national, loin de ce qu’elle appelle « l’espagnolade ». Cette expression artistique républicaine intégrerait les scènes rurales d’Eugenio Hermoso, car « la campagne a encore son sens plein »33 – ce qu’elle avait voulu exprimer dans El milagro –, ou bien l’art de la céramique comme celle de Ségovie34, ou des sculptures pleines de sens politique comme le Monument à l’Indépendance de Tarragone dont la nudité du héros scandalise les bien-pensants35.

  • 36 Manuel Cordero, Diario de sesiones de la Segunda República, 30 septembre 1931, p.1340b.

22Dans l’élan suscité par la proclamation de la République, les propagandistes, notamment socialistes, conquièrent l’espace public ; María Lejárraga donne un cycle de conférences à l’Ateneo de Madrid en mai et juin, la vieille militante « Violeta » (Consuelo Álvarez) multiplie les meetings, María Domínguez parcourt les villages aragonais, pour ne prendre que quelques exemples. M. Nelken s’inscrit évidemment dans le mouvement en publiant dans l’urgence La mujer ante las Cortes Constituyentes, ouvrage synthétisant pour partie son essai La condición social de la mujer en España et construit à partir de réflexions sur le suffrage, le cléricalisme et le travail. A propos du vote, elle maintient son attitude d’hostilité, contrairement à ce que plaident ses camarades du psoe, encore qu’ils s’en inquiéteront par la suite. Manuel Cordero établit la comparaison avec la concession du suffrage universel « pour ouvrir une école de citoyenneté, afin de former la capacité et la conscience des travailleurs » (« abrir una escuela de ciudadanía para ir formando la capacidad y la conciencia de los trabajadores »36). M. Nelken écrit :

  • 37 Margarita Nelken, La mujer ante las Cortes Constituyentes, Madrid, Castro, p.30. Voir dans ce numér (...)

[…] repitámoslo también una vez más : el sufragio no es cuestión de calidad, sino de « cantidad » […] y no es el más leve peligro el de esa galantería excesiva que entre nosotros ve un ser superior en cada mujer un poco estudiosa37.

23En matière religieuse, elle renvoie le choix d’une croyance à la conscience personnelle, mais consacre la majeure partie du chapitre « La Iglesia y la ley » à la nécessité d’instaurer le divorce, pour enfin faire entrer les femmes espagnoles dans les « courants universels » du progrès et de la civilisation.

  • 38 Ibidem, p.39. Les guillemets sont de M. Nelken.

La mujer española, hoy todavía, y probablemente durante bastante tiempo « por su falta de liberación moral » […] ha de considerar el matrimonio como su mejor refugio frente a los azares de la vida38.

24Logiquement favorable au divorce par consentement mutuel, inscrit ensuite dans la Constitution du 9 décembre 1931 et dans la loi du 2 mars 1932, elle développe un point de vue intéressant, à propos d’une possibilité pour une femme de divorcer sans alléguer de cause.

  • 39 Ibidem, p.48.

No ya por dignidad, sino por pudor, por pudor físico, la mujer rehuirá declarar los motivos que la impulsan a romper el vínculo39.

  • 40 Voir aussi José Sanchís Banus (psoe), Diario de Sesiones, 15 octobre 1931, p.1764.

25Luis Jiménez de Asúa reprendra cette proposition au Parlement, lors de la rédaction de l’article 43 de la Constitution, rappelant la sagesse de la loi uruguayenne sur le divorce (1928) en cette matière. Suit-il Nelken, ou Nelken a-t-elle lu ou entendu Jiménez de Asúa qui, du fait de son exil en Argentine et en Uruguay sous la Dictature de Primo de Rivera, « était le meilleur connaisseur des législations d’Amérique du Sud ? »40

L’influence sur l’événement

  • 41 Cándido Casanueva, Diario de Sesiones, 2 février1932, p.3640.

26Les activités de Margarita durant la République sont bien documentées et attestent de son importance pour le psoe, dont elle préside de nombreuses commissions ; c’est d’ailleurs avec l’appui du Parti et les sollicitations des électeurs de la province de Badajoz qu’elle a obtenu son accréditation de députée. A une période où le problème de la nationalité des femmes avait été âprement débattu, les droites du Parti Agraire, et notamment Cándido Casanueva, s’opposent à reconnaître Nelken comme Espagnole, bien qu’inscrite à l’état-civil à Madrid et ayant exercé ses activités dans le pays. Casanueva, violemment hostile au divorce au point de vouloir le réserver aux couples qui se marieraient après la promulgation du texte, s’en prend donc à la fois à la propagandiste du divorce et à la juive allemande qu’on l’accuse d’être41. Le socialiste Cordero souligne la misogynie ambiante : il aurait suffi à un homme de faire son service militaire.

  • 42 Manuel Cordero, Diario de Sesiones, 18 février 1931, p.2453a.

Se trata de una mujer y yo planteo la siguiente cuestión : no puede ser más que ausencia de voluntad, ignorancia, desconocimiento42.

27Enfin autorisée à siéger le 18 octobre, elle rédigera jusqu’à 1934 la chronique « Desde el escaño », qui mériterait à elle seule une étude exhaustive et prend la suite des articles rédigés pour l’organe du Parti. Nous avons choisi deux exemples de sa façon de peser sur le moment présent, un article de El Socialista et une intervention parlementaire extrêmement rédigée. En décembre 1931, date à laquelle Largo Caballero et le Parti manifestent leur déception face aux ouvrières refusant l’Assurance maternité, Margarita Nelken craint l’explosion populaire en Estrémadure. Elle écrit « en qualité de députée envoyée au Parlement par les organisations ouvrières de Badajoz (remarquons le pluriel) » afin de défendre la Justice contre le gouverneur qui décide l’application de la Loi de Défense de la République contre les paysans en grève. Elle accuse les grands propriétaires d’affamer les paysans en détruisant les récoltes d’olives et d’avoir organisé une campagne de signatures pour empêcher la commémoration, le 11 décembre, de la tentative de soulèvement républicain de 1930. Pour elle, la Dictature est encore toute proche et menaçante, et elle veut freiner une évolution irrésistible vers la violence :

  • 43 Margarita Nelken, «En defensa de la justicia. Réplica a un bando inconsecuente», El Socialista, 31 (...)

« Mientras aún es tiempo – tiempo para reflexionar por ambas partes […] »43.

28Le sens de l’immédiateté s’accompagne d’un appel à reconnaître les vrais coupables.

  • 44 Ibidem.

[…] el exteriorizar serenamente, dignamente, una protesta colectiva contra ciertos desmanes o ciertas incompetencias, no es atacar a la República, sino, por el contrario, defenderla mejor44.

  • 45 Ibidem, p.3.
  • 46 El Socialista, «Sobre unos sucesos. El verdadero culpable», 2 janvier 1932, p.3.

29Dans cette défense du collectif ouvrier et paysan, elle laisse cependant échapper une phrase d’insatisfaction à l’égard de son parti, annonciatrice d’une évolution politique ultérieure ; elle affirme que les socialistes se sont sacrifiés en entrant au gouvernement « faisant passer leur propre idéal après l’idéal républicain » (« posponer su proprio ideal al ideal republicano »45). Le lendemain, 31 décembre, les paysans de Castilblanco lynchent quatre gardes civils, avec la répression que l’on sait ; un article non signé de El Socialista, qui se veut équilibré, prend la défense des revendications de citoyenneté des paysans face à la « vilenie » des propriétaires, tout en dénonçant des gardes civils qui continuent d’obéir à un « petit cacique » plutôt qu’au maire socialiste46.

30Le sujet de la défense des paysans de Badajoz est une constante de son écriture politique ; c’est à Gil Robles qu’elle s’oppose, par exemple, le 20 octobre 1932, au Parlement, dans un discours préparé, argumenté et passionné : les propriétaires continuent d’affamer les paysans, refusent de les payer et s’opposent aussi à la gestion collective des terrains par des « sociétés ouvrières ».

  • 47 Margarita Nelken, Diario de Sesiones, 20 octobre 1932, p.9003a.

Flaubert ha dicho en una frase famosa que sólo la necedad humana da idea de lo infinito. Si Flaubert hubiera conocido a algunos propietarios de la provincia de Badajoz, se habría dado cuenta de toda la verdad de su afirmación47.

  • 48 El Socialista, «Querella de Margarita Nelken contra el Director de La Libertad», 10 mai 1933, p.1.

31Sa popularité ne se dément pas dans le journal du Parti socialiste, qui suit ses démêlés avec les autorités locales, lesquelles vont jusqu’à publier une lettre apocryphe de la députée et ne cessent de l’avilir48.

La réflexion sur l’action

  • 49 Margarita Nelken, Por qué hicimos la revolución, Barcelone, Paris, New York, International Publishe (...)

32Dans un texte écrit en urss, « patrie de tous les travailleurs », en septembre 1935 mais publié en 1936, elle veut fournir une explication (« pas une histoire ») de la République et de la Révolution d’octobre 1934. Diatribe contre les gouvernements Lerroux et Gil Robles, l’essai est destiné à porter à la connaissance de la communauté internationale les erreurs d’un régime « en apparence démocratique ». La dédicace, aux victimes de la répression d’octobre, s’adresse à l’ensemble du mouvement ouvrier, qu’elle définit comme ses « camarades », socialistes, communistes et syndicalistes. Au-delà du déroulé des événements, le livre a clairement un double versant : dépeindre les premiers temps d’une République joyeuse et apparemment juste, d’une part, et dénoncer, d’autre part, la « guerre au marxisme » qui s’ensuit. Cette technique de récit lui permet d’exalter sa propre confiance initiale en une république née dans la fête et sans violence, la « lune de miel républicaine » : « Un velo de bondad lo envolvía todo », écrit-elle49. Qu’elle parle de la campagne électorale en Estrémadure pendant laquelle même le radical Diego Hidalgo s’engage à donner un salaire minimum de cinq pésètes aux paysans ou de la Constitution de 1931, la meilleure d’Europe après celle de l’urss selon elle, elle peint un tableau favorable aux premiers gouvernements et à leur légalisme, voire leur juridisme.

  • 50 Ibidem, p.34.

¿Una Convención ? ¡Qué horror ! Muy al contrario, aquello era una exaltación refinada y quintaesenciada del Derecho y sus vericuetos50.

33Certes l’ironie pointe, et, quand Margarita Nelken charge les socialistes, qui n’ont pas su s’engager à gauche, avant même la tentative de coup d’Etat anti-républicain d’août 1932, l’ironie devient révolte.

  • 51 Ibidem, p.54.

Tenían una consigna : sostener la República. Y la sostenían con todas sus fuerzas, sacrificándola cual a un Moloch de nuevo estilo, sus rebeldías, sus indignaciones, su solidaridad hacia todos aquellos a quienes la República […] no daba de comer51.

34Le livre, démontrant l’impossibilité de construire un Etat moderne sur des « décombres » (« escombros »), prouve l’inéluctabilité de la révolution quand Gil Robles et les membres de la CEDA entrent au gouvernement. Elle a beau jeu de mettre la suite du livre sous l’égide de Pablo Iglesias, interdisant au début du siècle aux socialistes d’entrer au gouvernement.

  • 52 Ibidem, p.56.

[…] Deben ir tan sólo a anular todos, absolutamente todos los privilegios capitalistas52.

35Ce livre est un cri d’indignation autant qu’une autojustification de son engagement communiste – ce n’est pas un hasard si de nombreuses pages sont consacrées aux réactions haineuses des droites contre les femmes députées, toutes des « moins que rien » (« mujeres del arroyo ») et qui, comme en urss, crachent sur le crucifix.

  • 53 Ibidem, p.43.

Dios para hacer escarmentar a los bolcheviques, les había condenado a un hambre que obligaba a los padres a devorar a los recién nacidos (esto ha sido publicado, textual y repetidamente, en hojas parroquiales)53.

36Les événements de 1933-1934 et la Révolution des Asturies marquent évidemment une césure dans l’activité de Margarita Nelken. Dans les quelques phrases qu’elle consacre à cette période dans son autobiographie tardive, la présentation de l’action est extrêmement concentrée :

  • 54 Autobiografía escrita en México en 1964. Archivo Margarita Salas, México. Cité par Josebe Martínez (...)

En 34, a raíz del movimiento revolucionario (yo fui a transmitir a Extremadura las órdenes de huelga general del Partido Socialista), se me quitó la impunidad parlamentaria y se me pedían 20 años54.

  • 55 Mercedes Yusta Rodrigo, Madres coraje contra Franco. La Unión de Mujeres españolas en Francia, del (...)
  • 56 Mercedes Yusta Rodrigo, Madres coraje…, op.cit.

37Alors qu’elle n’avait fait partie d’aucune association féministe, elle prit alors part au Comité National des Femmes contre le Fascisme55 et à la Révolution des Asturies et à la « Asociación Pro Infancia Obrera », même si ses activités sont assez peu documentées. Au sein de la « Asociación de Mujeres Antifascistas », elle fraternise avec les républicaines, dont Victoria Kent, les socialistes – parmi lesquelles Matilde Huici – et les communistes pionnières, Irene Falcón, Encarnación Fuyola et Dolores Ibárruri, entre autres56.

38Dans son autobiographie, elle retrouve une plume romanesque pour évoquer son passage vers l’urss.

  • 57 Autobiografía escrita en México…, op.cit., p.17.

Oculta un tiempo, pude por fin escapar, disfrazada, maquillada y gracias a la entonces Embajada Cubana en Madrid. De París pasé a Rusia […] Estuve en la urss, viajando hasta la frontera persa, hasta ser de nuevo elegida diputada en 3657.

La communiste dans la guerre

39L’exact contrepoint aux descriptions de l’urss par les extrêmes-droites catholiques est apporté par Nelken dans la publication féminine de mai 1936, Mujeres. Portavoz de las Mujeres Antifascistas (journal-affiche à placarder sur les lieux de travail) ; les collaboratrices sont, à cette date, communistes, espagnoles – Pasionaria, Lina Odena qui mourra au front – ou étrangères – Ilsa Wolf ou Emilia Pagnon. Nelken a assisté à la parade sur la Place Rouge et mesure la différence avec les femmes du peuple espagnoles, différence que les nombreuses photos de soviets mettent aussi en évidence.

  • 58 Margarita Nelken, «¡Del Primero de Mayo triunfante!», in Mujeres, n°3 (probablement erroné, n°1), p (...)

¡Cómo he llorado por Vosotras, sobre Vosotras, con Nosotras, a pesar de la distancia, en esa emoción que empañaba mis ojos al ver desfilar, certeras, inconmovibles en su triunfo, a nuestras hermanas libertadas, las mujeres de la Unión Soviética, que pueden ser ellas, en sí mismas, en sus hijos, en sus actividades, en sus alegrías, en su vida de fuera de casa y en la intimidad de su hogar58 !

L’écriture révolutionnaire

40Dès la révolution de 1934, elle avait trouvé le lyrisme du collectif, gommant alors les différences partisanes entre les « secteurs prolétaires », tout en adoptant le vocabulaire communiste.

  • 59 Margarita Nelken, Por qué hicimos la revolución…, op.cit., p.158, cité par Josebe Martínez Gutiérre (...)

Una sola orden : la insurrección. Una sola bandera : la bandera roja. Una sola consigna : la lucha por la dictadura del proletariado. Y para que ningún sector proletario pueda permanecer apartado, ni en el triunfo, ni en la responsabilidad […] un comité central compuesto […] por representantes de los tres partidos proletarios : socialista, sindicalista y comunista59.

41Elle collabore avec de nombreuses publications pendant la guerre mais la difficulté de l’accès aux sources ne permet que de faire quelques remarques. Bien révélateur de son écriture incisive paraît un article de Hora de España, rédigé à Valence après l’intervention de Negrín à Genève ; elle s’en prend à Anthony Eden et à Léon Blum qui ont refusé de considérer les bombardements allemands comme des preuves justifiant l’intervention ; elle exprime son horreur face au monde « civilisé » et dialogue avec le public du journal, le prenant à témoin.

  • 60 Margarita Nelken, «Comentario político de estos últimos días», Hora de España, n°10, octobre 1937, (...)

[…] lo que se llama mundo civilizado, el cual, como sabes, lector, comprende desde los linchamientos de negros en Norteamérica […] hasta el « Hard Labour » como modelo de régimen penitenciario, y los famosos « bagnes » de niños en Francia […]60.

42Les gouvernants non-interventionnistes recevaient sans cesse de la part des franquistes des tracts dégradants sur la barbarie « rouge ».

  • 61 Ibidem, p.86.

[…] Una barbarie cuya fantasía – hay que reconocerlo – es consecuente, y no ha variado un ápice desde que – los rojos – nos entreteníamos, en la Asturias del 34, en sacarles los ojos a los hijos de los seráficos guardiaciviles61.

43Dans ce texte fait d’indignation révoltée et d’intelligence politique, elle conclut sur le rôle du Mexique et, en majuscules, celui de l’Union Soviétique, dont la fraternité n’a jamais déçu. Notons qu’elle n’oublie pas – toujours déconcertante – de faire remarquer que son rapport sur la politique culturelle de la République a été bien reçu à Genève.

L’exaltation de l’enfance

44Parmi les lignes de force de l’œuvre de Nelken, l’enfance est une constante ; dès 1919 – année de naissance de Magda – elle crée à Vallecas, alors municipalité de la périphérie de Madrid, la « Casa de los Niños », première crèche madrilène pour les mères travailleuses ; dans La condición social…, elle ébauche ce qui deviendra une plaquette publiée dans une édition anarchiste, ouverte à cette problématique, en 1926, Maternología y Puericultura. Anticipant sur les publications et travaux républicains consacrés au bien de l’enfant et à l’hygiène, souvent empruntés aux recherches des pédiatres français, elle vante les bienfaits d’une préparation psychologique et physique à la maternité, dans un pays où la puberté est précoce et l’ignorance sexuelle totale. Dès cette date, parallèlement à ses romans, elle décrit le scandale des intoxications par le plomb, le tabac, le mercure des femmes qui exercent les professions jugées les plus féminines (bijouterie, entreprises de tabac ou travail de la fourrure) et sont empoisonnées ainsi que les enfants qu’elles portent ou allaitent. Le problème de santé est donc national et non individuel.

  • 62 Margarita Nelken, Maternología y puericultura, Valencia, Generación consciente, p.4. Extrait publié (...)

[…] basta, para espantarse, con comprobar la cantidad de tuberculosas que existen en estos oficios y la calidad de los hijos de estas mujeres62.

45Que ce soit comme problème politique ou comme description de souffrances, l’enfance est présente ; ainsi la mère emprisonnée à Castilblanco privée de son nouveau-né, la jeune femme d’Arnedo tuée en même temps que son enfant ou les atrocités de la Révolution d’octobre 34 ou de la guerre.

46Un document de 1937 démontre sa foi dans la gestion par le Secours Rouge des enfants réfugiés ; lyrique, joyeuse, attendrie, elle décrit l’accueil et l’organisation qui sont l’aboutissement du travail des militants. Dans ce texte entrecoupé de photos d’excellente qualité et de paragraphes non signés, M. Nelken, qui compte parmi les figures maternelles qui veillent sur le centre (Rosa Luxembourg, Clara Zetkin, Pasionaria et elle-même), construit historiquement le récit du refuge de Madrid, Calle de Abascal, puis le transfert des enfants à Orihuela dans la province d’Alicante. Exaltation du 5° Regimiento et du Secours Rouge International de Valence qui a réquisitionné la propriété, le texte vaut pour la traduction de la joie des petits paysans du Guadarrama de découvrir la mer, les douches, les cours à l’air libre : la gymnastique rythmique devient une « frise classique », le dortoir un ensemble de « petits lits » (« ¡a la camita ! »).

  • 63 Margarita Nelken, Niños de hoy, hombres de mañana, Orihuela (?), s.n. (non paginé). La date du 27 j (...)

Se juega en el jardín, en un jardín tan bonito, con doble placer, y es, en verdad, mucho más agradable sentarse en la arena, o a orillas de un estanque, o a horcajadas en un banco de mármol […] y ¿cómo no gustar del aseo, cuando el aseo es el baño, el chapuzarse libremente, y después tenderse como una lagartija para secarse al sol63 ?

  • 64 Ibidem.

47Les enfants s’expriment par l’art, l’affichage de textes antifascistes et par les correspondances avec les enfants soviétiques de la colonie Artek ; ils sont donc le symbole de la victoire proche. « No lo dudes, camarada lector […] »64.

Le « rêve de l’urss »65

  • 65 Antonio Elorza et Marta Bizcarrondo, Queridos camaradas, la Internacional comunista y España, 1919- (...)
  • 66 Ibidem, p.36.
  • 67 Margarita Nelken, « Cómo se vive en la Unión Soviética. El funcionamiento de un koljós», Claridad, (...)

48Parmi les rares historiens à mentionner Nelken, Marta Bizcarrondo et Antonio Elorza retiennent chez cette « émigrée et voyageuse » des textes aussi enthousiastes et joyeux que ceux cités précédemment, dépeignant « le paradis d’usines et de kolkhozes dont jouissent les travailleurs soviétiques […] monde peint en rose » (« el paraíso de fábrica y koljoses de que disfrutan los trabajadores soviéticos […] mundo pintado en rosa »66). La paysanne expose à Nelken la satisfaction de vivre dans la campagne soviétique alors que des pays autrefois riches, comme la France, agonisent : « Sí, camarada – contestamos –, la vida es buena y alegre en el campo soviético. ¡No lo sabe Usted bien ! »67.

  • 68 Mercedes Yusta, Madres coraje…, op.cit., p.45.

49L’on sait que Nelken, exilée en France puis au Mexique, en décembre 1940, n’a pu participer à la réorganisation de la « Agrupación de Mujeres Antifascistas », dénommée « Unión de Mujeres Españolas » à partir de 1945 et intégrant dès lors la « Fédération Démocratique Internationales des Femmes » (FDIF) : ce sont Dolores Ibárruri et Victoria Kent qui représentent l’Espagne républicaine au Congrès de l’Union des Femmes Françaises à Paris en juin 194568.

  • 69 Vers d’Emerson, en prologue du chapitre «Viendo vivir a Stalin», Margarita Nelken, Las torres del K (...)

50Elle a été expulsée du pce en 1942 ; si la biographie de Nelken n’est pas notre propos, quelles que soient les critiques politiques qui lui sont adressées (notamment le fait de préférer José Hernández à Dolores Ibárruri pour succéder à José Díaz), l’important est de noter que son engagement littéraire reste communiste. En 1943, elle publie Las torres del Kremlin, avec une double dédicace à Paul Touret, « hommage d’une réfugiée » à un Français de l’aide aux républicains espagnols et à son fils Santiago « combattant de la liberté » ; celui-ci s’est engagé dans l’Armée rouge, en 1940, et elle n’apprendra sa mort qu’en 1946. D’une grande érudition politique, notamment sur sa vision du poum par rapport au Parti communiste, le livre est à la fois l’hommage d’une intellectuelle à ses amis ou admirations (Manuel Bastos, Lorca, Machado, José Bergamín) mais surtout un texte d’adoration à Staline, dont la vie est un modèle : « ¡Ata tu carro a una estrella ! », lance-t-elle69.

51La fidélité à l’idéal se meut en grandeur quand elle rappelle la défense de Madrid et la nécessité d’armer les hommes, les « fils », pour lutter contre les putschistes en convainquant les femmes.

  • 70 Ibidem, p.245. Reproduit par Josebe MartÍnez GutiÉrrez, op.cit., p.88-90.

[…] hube de decirles que tal vez no existía tragedia íntima más grande, para la mujer, que tenía por regla moral de conducta indeclinable el inculcar a sus hijos normas de solidaridad […], que el tener que poner, ella misma, en manos de sus hijos, las armas con que hacer obra de muerte70.

Conclusion

  • 71 Josebe MartÍnez GutiÉrrez, op.cit., p.51.

52Choisir d’appréhender le parcours de Margarita Nelken à travers le prisme de ses écrits permet donc de comprendre l’importance et l’originalité de ses engagements ; cette clef de lecture ouvre des perspectives sur son identification non seulement au temps présent, mais aussi aux fluctuations et aux violences du moment politique. Sa sensibilité aux circonstances et aux événements imprègne sa réflexion, et aiguise son sens critique. Les écrits abordés ici ne fournissent que des indications sur les lignes de force de son action : le féminisme, la défense du monde rural, le respect de l’enfance et une exigence constante de justice ; l’étude de ses chroniques Desde el escaño s’imposerait donc pour une recherche complémentaire. Quant à ses nombreuses correspondances politiques, il semble qu’elles aient été détruites à sa demande71.

53Nombre d’intellectuels ont subi, à partir de 1934 et 1935, l’attraction de l’urss ; et elle partage le sort des républicains, l’exode, l’exil, et autant ou plus que d’autres, elle subit une mise à l’écart. Cependant le plus étonnant chez Margarita Nelken est sa volonté de faire entendre, avec détermination et obstination, sa propre voix, quel que soit l’objet de son action ; son dévouement au collectif et son exigence constante de justice s’accompagnent d’un désir de reconnaissance, à la limite, parfois, du narcissisme.

  • 72 Ibidem.

54Si ses loyautés successives ont pu brouiller la perception de son action, la Unión de Intelectuales Españoles rétablit le lien avec elle quand elle écrit, en hommage à sa fille morte, Elegía a Magda, à la fin des années cinquante72. Comme le féminisme, l’histoire politique et ouvrière doit réintégrer les prises de position de Margarita Nelken ; elles éclairent, en effet, les fragilités de la culture républicaine et socialiste, ainsi que les tentations marxistes ou, dans ce cas, staliniennes des républicains. Relire ses écrits aide donc à comprendre des modalités moins immédiatement lisibles de l’histoire des idées des années vingt et trente ou moins étudiées de la construction politique de la Seconde République.

Haut de page

Notes

1 Margarita Nelken, La condición social de la mujer en España. Su estado actual. Su posible desarrollo, Barcelona, Editorial Minerva, s.d. La date de 1919 communément admise semble douteuse au vu des événements rapportés. Remarquons qu’il existe au moins trois comptes rendus de 1921 : celui du quotidien barcelonais La Vanguardia du 7 juillet, celui de la revue madrilène Cosmópolis du mois d’août et celui de Gabriel Alomar dans Los Lunes de El Imparcial du 20 novembre.

2 Maria Aurèlia Capmany, «Un libro polémico sin polémica», in La condición social de la mujer en España, Madrid, CVS, 235 p., p.2-25.

3 Antonina Rodrigo, Mujeres de España, las silenciadas, Barcelona, Plaza y Janés, 1978.

4 Angela Ena Bordonada (dir), Novelas breves de escritoras españolas (1900-1936), Madrid, Castalia/Instituto de la Mujer, 1989.

5 Josebe Martínez Gutiérrez, Margarita Nelken (1896-1968), Madrid, Ediciones del Orto, 1997.

6 Pelayo Jardón Pardo de Santayana, Margarita Nelken, del feminismo a la revolución, Madrid, Sanz y Torre, 2013; Antonio González Villena, Margarita Nelken. Impulsora del feminismo español, diputada socialista, miliciana comunista, exiliada, Málaga, Ediciones del Genal, 2018.

7 Manuel TuñÓn de Lara, « Actitudes socialistas ante la cultura », in Peuple, Mouvement ouvrier, culture dans l’Espagne contemporaine (Jacques Maurice, Brigitte Magnien et Danièle Bussy Genevois, Dir.), Saint-Denis, PUV, 1990, p.154.

8 Brigitte Magnien, « Zugazagoitia. Les pièges de l’écriture du roman social », in Peuple, mouvement…, op.cit., p.76.

9 Julián Zugazagoitia, «Aristocracia, burguesía y proletariado», La Gaceta literaria, Madrid 15 septembre 1928, cité par Brigitte Magnien, art.cité, p.71.

10 Maria Aurèlia Capmany, «Un libro polémico…», op.cit., p.17.

11 Danièle Bussy Genevois, « Féminisme, associationnisme, internationalisme sous la Restauration, 1890-1923 », in Femmes et démocratie. Les Espagnoles dans l’espace public (1868-1978), (Marie-Aline Barrachina, Danièle Bussy Genevois et Mercedes Yusta (dir.), Nantes, Editions du Temps, 2007, p.83-103.

12 Margarita Nelken, La condición social…, op.cit., p.55

13 Margarita Nelken, Ibídem, p.51.

14 Maria Aurèlia Capmany, «Un libro polémico…», op.cit., p.16.

15 Margarita Nelken, La condición social…, op.cit., p.148.

16 Ibídem, p.154.

17 Margarita Nelken, Las escritoras españolas, Barcelona, Buenos Aires, Labor, 1930, p.16. La BNE indique une édition à Madrid.

18 Voir parmi plusieurs ouvrages, Frédérique Morand, María Gertrudis Hore (1742-1801), Madrid, Ediciones del Orto, 2006.

19 Margarita Nelken, Las escritoras…, op.cit., p.180.

20 Ibidem, p.181.

21 Artemio Precioso, «A manera de prólogo», in Margarita Nelken, La aventura de Roma, Madrid, Sucesores de Rivadeneyra, 1923, p.6.

22 Jacques Maurice, « Présentation », in Peuple, mouvement ouvrier…, op.cit., p.8.

23 Federica Montseny, La victoria, Biblioteca de la Revista Blanca, portada.

24 Danièle Bussy Genevois, «La novela rosa revolucionaria: Federica Montseny y Alejandra Kolontai (1926-1928)», in La democracia en femenino. Feminismos, ciudadanías y género en la España contemporánea (textos reunidos por Françoise Crémoux y Mercedes Yusta), Zaragoza, PUZ, 2017, p.95-117.

25 Luisa Carnés, Tea Rooms. Mujeres obreras, Madrid, Juan Pueyo, 1934, p.198-203.

26 Margarita Nelken, El milagro, Madrid, «Los contemporáneos», Año XVI, núm.816, (capítulo VI), 1924.

27 Santiago Ramón y Cajal, La mujer (Conversaciones e idearios recogidos por M. Nelken con una advertencia preliminar escrita expresamente para esta obra por el autor), Madrid, Aguilar, 1932.

28 Brigitte Magnien, « Féminités », in Le projet national de Blanco y Negro (1891-1917), Travaux et documents, n°13, Saint-Denis, PUV, 2001, p.177-204 (ici p.181).

29 Brigitte Magnien, « Féminités », in Le projet national…, op.cit., p.196.

30 Margarita Nelken, Blanco y Negro, Madrid, 30 juin 1929, cité sans titre par Josebe Martínez Gutiérrez, Margarita Nelken…, op.cit., p.72.

31 Santiago Ramón y Cajal, La mujer, op.cit., p.24.

32 Fernando García Rodríguez, María Victoria Gómez Alfeo, Margarita Nelken: el arte y la palabra, Madrid, Fragua, 2010.

33 Margarita Nelken, «Caras lozanas, expresiones directas», Mujer, n°5, 5 août 1931, p.6.

34 Margarita Nelken, «Esperanza y Teodora Zuloaga», Mujer, n°3, 20 de juin 1931, p.8.

35 Margarita Nelken, «Julio Antonio y la ñoñez», Mujer, n°15, 12 septembre 1931, p.2-3.

36 Manuel Cordero, Diario de sesiones de la Segunda República, 30 septembre 1931, p.1340b.

37 Margarita Nelken, La mujer ante las Cortes Constituyentes, Madrid, Castro, p.30. Voir dans ce numéro des Cahiers…, l’article de Jean-François Botrel, «El Palacio de la Novela (1930-1936). La editorial Castro S.A. entre conservadurismo y compromiso».

38 Ibidem, p.39. Les guillemets sont de M. Nelken.

39 Ibidem, p.48.

40 Voir aussi José Sanchís Banus (psoe), Diario de Sesiones, 15 octobre 1931, p.1764.

41 Cándido Casanueva, Diario de Sesiones, 2 février1932, p.3640.

42 Manuel Cordero, Diario de Sesiones, 18 février 1931, p.2453a.

43 Margarita Nelken, «En defensa de la justicia. Réplica a un bando inconsecuente», El Socialista, 31 décembre 1931, p.1.

44 Ibidem.

45 Ibidem, p.3.

46 El Socialista, «Sobre unos sucesos. El verdadero culpable», 2 janvier 1932, p.3.

47 Margarita Nelken, Diario de Sesiones, 20 octobre 1932, p.9003a.

48 El Socialista, «Querella de Margarita Nelken contra el Director de La Libertad», 10 mai 1933, p.1.

49 Margarita Nelken, Por qué hicimos la revolución, Barcelone, Paris, New York, International Publishers, s.d. [1936], p.20. « Printed in Spain ». Editeur de Marx, Lénine, Gorki, entre autres.

50 Ibidem, p.34.

51 Ibidem, p.54.

52 Ibidem, p.56.

53 Ibidem, p.43.

54 Autobiografía escrita en México en 1964. Archivo Margarita Salas, México. Cité par Josebe Martínez Gutiérrez, Margarita Nelken…, op.cit., p.17.

55 Mercedes Yusta Rodrigo, Madres coraje contra Franco. La Unión de Mujeres españolas en Francia, del antifascismo a la guerra fría (1941-1950), Madrid, Cátedra, 2009.

56 Mercedes Yusta Rodrigo, Madres coraje…, op.cit.

57 Autobiografía escrita en México…, op.cit., p.17.

58 Margarita Nelken, «¡Del Primero de Mayo triunfante!», in Mujeres, n°3 (probablement erroné, n°1), p.3.

59 Margarita Nelken, Por qué hicimos la revolución…, op.cit., p.158, cité par Josebe Martínez Gutiérrez, op.cit., p.77.

60 Margarita Nelken, «Comentario político de estos últimos días», Hora de España, n°10, octobre 1937, p.63. Publié par Josebe Martínez Gutiérrez, op.cit., p.84.

61 Ibidem, p.86.

62 Margarita Nelken, Maternología y puericultura, Valencia, Generación consciente, p.4. Extrait publié par Josebe Martínez Gutiérrez, op.cit., p.60-63.

63 Margarita Nelken, Niños de hoy, hombres de mañana, Orihuela (?), s.n. (non paginé). La date du 27 juin 1937 est celle des lettres aux enfants russes.

64 Ibidem.

65 Antonio Elorza et Marta Bizcarrondo, Queridos camaradas, la Internacional comunista y España, 1919-1939, Barcelona, Planeta, 1999, p.79.

66 Ibidem, p.36.

67 Margarita Nelken, « Cómo se vive en la Unión Soviética. El funcionamiento de un koljós», Claridad, 13 mai 1936. Cité ibidem, p.96.

68 Mercedes Yusta, Madres coraje…, op.cit., p.45.

69 Vers d’Emerson, en prologue du chapitre «Viendo vivir a Stalin», Margarita Nelken, Las torres del Kremlin, México, Industrial y Distribuidor, 1943.

70 Ibidem, p.245. Reproduit par Josebe MartÍnez GutiÉrrez, op.cit., p.88-90.

71 Josebe MartÍnez GutiÉrrez, op.cit., p.51.

72 Ibidem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Danièle Bussy Genevois, « Margarita Nelken ou les écritures multiples. Temporalité et engagement », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne],  | 2020, mis en ligne le 17 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/ccec/10192 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccec.10192

Haut de page

Auteur

Danièle Bussy Genevois

Professeure émérite, Laboratoire d’Etudes Romanes - EA4385, Université Paris-viii

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université d'Angers
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search