Navegación – Mapa del sitio

InicioNúmero extraHomenaje a Brigitte Magnien y a M...Contributions sur l'Espagne conte...Présence du catalan dans l'œuvre ...

Contributions sur l'Espagne contemporaine

Présence du catalan dans l'œuvre en vers de Manuel Vázquez Montalbán : écriture métisse, écriture du métissage

Presencia del catalán en la obra en verso de Manuel Vázquez Montalbán : escritura mestiza, escritura del mestizaje
Presence of Catalan in the verse work of Manuel Vázquez Montalbán: mixed writing, writing about mixing
Denise Boyer

Resúmenes

Se trata de analizar los distintos usos del catalán en la obra en verso de Manuel Vázquez Montalbán, según se trata de citas, collages, escritura bilingüe o escritura en catalán.

Inicio de página

Texto completo

  • 1 Coplas a la muerte de mi tía Daniela et Praga.

Les deux plaquettes de Vázquez Montalbán1. J'y ai vu cette capacité à reconstituer des formes littéraires consacrées et d'en jouer. Cela n’empêche pas que ça se lise avec une certaine émotion.
Michel Ralle, courriel du 15 octobre 2018

  • 2 Qui toutefois ne parlait pas catalan avec lui : « Mi madre, que era modista […] tenía a veces clien (...)
  • 3 « del proletariat barceloní immigrant ». Quim Aranda, Què pensa Manuel Vázquez Montalbán, Barcelone (...)
  • 4 « Yo entiendo muy bien lo quiere decir "mestizaje", pues ya sabes, soy inmigrante por antecedente f (...)
  • 5 Voir p. ex. Elogis desmesurats, Barcelone, Empúries, 1997, choix de ses articles publiés dans le qu (...)
  • 6 Outre les éditions de 1983, Memoria y deseo. Poesía 1967-1983, Seix Barral, 1983 et Memoria y deseo (...)

1Né à Barcelone d'un père galicien et d'une mère murcienne (et catalanophone2), issu du « prolétariat barcelonais immigré »3 et doté d'une culture universitaire, Vázquez Montalbán s'est souvent défini comme un « métis »4, divisé à la fois entre deux cultures, deux identités, deux langues. De fait, si son abondante œuvre romanesque est écrite exclusivement en espagnol, son œuvre journalistique et essayistique a parfois recours au catalan5. Quant à l’œuvre en vers que l’on se propose d’examiner ici, outre les recueils ou poèmes isolés rassemblés dans les éditions successives de Memoria y deseo6, qui présentent parfois des termes ou fragments en catalan, elle comporte deux textes de création en catalan, soit la chanson Barcelones (1988) et la quasi-totalité de la comédie musicale Flor de nit (1992).

2On distinguera ici les citations (extraits explicitement signalés comme étant d’un auteur différent, ou dont sont spécifiés du moins – cas intermédiaire – l’énonciateur et parfois la nature) ; les collages (termes catalans isolés ou fragments sans indication d’auteur ni d’énonciateur, qu’ils soient repris en catalan ou traduits en espagnol); les textes bilingues où le locuteur utilise à la fois les deux langues; enfin les chansons en catalan.

Citations

  • 7 Voir p.ex. : « […] mi objetivo es […] pagar mis deudas y enterrar a mis muertos. » Georges Tyras, G (...)
  • 8 Voir plus bas les collages de Movimientos, Muchachas et Almendra. On trouve aussi mention de ces ve (...)
  • 9 Vázquez Montalbán cite Espriu comme « l’un des symboles de la résistance culturelle et morale de la (...)
  • 10 « Ars amandi, poemario entre el surrealismo y la entristecida experiencia del joven poeta y marido (...)
  • 11 Camarade de Faculté de l’auteur, née en 1940 : « Recordo, per exemple, la casa de l’Helena Valentí, (...)

3Les citations proprement dites sont toutes trois des extraits de poèmes utilisés en épigraphes : celle d’Espriu (Però ara és la nit/ i he quedat solitari/ a la casa dels morts/ que només jo recordo) dit le souci souvent exprimé, chez Vázquez Montalbán, de « payer ses dettes et enterrer ses morts » 7 –ces vers réapparaissent d’ailleurs à plusieurs reprises comme on va le voir sous forme de collage dans l’œuvre poétique8, signe de leur caractère fondateur. Ils figurent aussi, symboliquement, le malheur collectif couramment métaphorisé par la nuit dans la poésie engagée de l’époque franquiste9. En effet, l’épigraphe de March (Lo jorn ha por de perdre sa claror…) associant explicitement la nuit à la peur et à la douleur (et nullement à l'érotisme comme on pourrait s‘y attendre s’agissant des poèmes d’amour d’Ars amandi) est elle aussi directement liée aux circonstances de l’écriture d’un recueil écrit en prison par un « jeune poète » dont l’épouse est elle-même emprisonnée10. Tandis que plus banalement, le poème « Cumples treinta años… » constitue une sorte de glose de Fas vint anys, Helena… évoquant les trente ans –et non plus les vingt ans– probablement de la même Helena Valentí qui avait inspiré le poème de Ferrater11. Dans les trois cas, donc, l’épigraphe contribue, comme c’est sa fonction la plus courante, à construire le sens du recueil, de la partie, du poème, mais en les plaçant sous le signe d’un poète catalan, première manifestation d’un métissage à la fois linguistique et culturel.

  • 12 « Recordo que la primera vegada que vaig sentir una cançó en català, en públic, va ser en la veu d’ (...)
  • 13 « Hay proyecciones biográficas en casi todo lo que escribo, fundamentalmente en poesía… », Georges (...)

4Un cas intermédiaire entre citation et collage sont les trois fragments dont l’énonciateur est spécifié : ils ont la particularité de renvoyer à la culture populaire de ces « morts » dont le locuteur entend perpétuer la « mémoire », et qui a contribué à contruire sa propre personnalité. Les deux premiers (arri Joan… et Visca/ Macià…) appartiennent d’ailleurs au poème initial, « Nada quedó de abril », qui constitue une sorte de montage des souvenirs transmis par la mère, laquelle connaissait aussi forcément Rosó, la première chanson catalane qu’ait entendue l’auteur de la bouche d’un chanteur de rue12. Liées à l’enfance et à la mère, ces trois citations-collages constituent l’une des « projections biographiques »13 les plus nettes de l’œuvre poétique, et leur valeur sentimentale contraste fortement, comme on va le voir, avec la fonction des autres fragments puisés dans la culture populaire.

Collages

  • 14 Contrairement à ce qui se passe dans les romans et les essais.
  • 15 Agradezco/ a […]Ausiàs March, Gabriel/ Ferrater […] Joan Vinyoli […]/ palabras,/ versos enteros por (...)
  • 16 « El autor agradece los versos involuntariamente prestados por B. Rosselló Porcel [sic] sin cuya ut (...)
  • 17 De même que Vázquez Montalbán voit dans les vers d’Espriu (voir n. 9) une référence à la «nuit fran (...)
  • 18 On n’a pas su en particulier retrouver de collage d’Ausiàs March.

5Beaucoup plus nombreux que les citations, les collages ne sont jamais signalés par des italiques14, ce qui contribue à les fondre complètement dans le texte, en particulier lorsqu’ils sont traduits en espagnol. Une minorité d’entre eux sont empruntés à des poètes catalans : outre ceux qui reprennent les citations d’Espriu (los recuerdos de muertos…, una memoria/ de muertos) et de Ferrater (Cumples treinta años muchacha…) il s’agit, dans Una educación sentimental, de « vers volés » au même Ferrater et à Joan Vinyoli, deux des trois poètes (avec Ausiàs March) cités dans les « remerciements » placés initialement en tête du recueil (puis de Memoria y deseo)15; et dans Praga de vers « involontairement prêtés par B. Rosselló Porcel [sic] 16». Le lien est à nouveau direct, dans le premier recueil, avec les motifs du crépuscule, de la nuit (et de la solitude) déjà présent dans les épigraphes : chez Ferrater (y me reciban…) un « crépuscule » d’un « roux puant de renard » (El color del crepuscle ?/ Roig pudent de guineu) et chez Vinyoli (que el vent morat…), un crépuscule métaphorisé en « puissant incendi figé » (quallat incendi poderós), précédant une « nuit » mentionnée deux fois. Dans le cas de Praga, le collage de Bartomeu Rosselló Pòrcel (oh ciudad del terror …) intervient après l’évocation d’une occupation qui peut aussi bien –et qui de fait, est à la fois– celle de Prague par l’armée soviétique en 1968 et celle de Barcelone par l’armée nationaliste en 1939. D’où la référence à une « ville de la terreur »17. Tandis que dans Almendra, le titre Da nuces pueris constitue l’une des variations sur le thème de l’amande, inspiré comme on le verra par la sculpture L’ametlla que balla de Benet Rossell ; hormis ce cas de collage ludique, le rapport est donc à nouveau direct avec le thème du poème, et l’effet est en quelques sorte de redondance. A preuve que les collages de poésie traduits en espagnol, vu leur isotopie avec l’ensemble du poème, passeraient inaperçus à un lecteur non prévenu. –comme beaucoup passent d‘ailleurs forcément inaperçus à quelque lecteur que ce soit18.

  • 19 À tel point qu’ils sont souvent passés dans l’espagnol courant de Catalogne et même dans les dictio (...)
  • 20 Puisque les proverbes péjoratifs concernant un village ne peuvent être du fait que des villages voi (...)
  • 21 « Des d’una descripció ambiental tipològica d’una europeïtat provinciana, el poeta tria un personat (...)
  • 22 « Fins i tot ser partidari del Barça i no de l’Espanyol es va convertir pels immigrants en una prov (...)
  • 23 « Si Una educación sentimental la iniciaba con un poema escrito en 1962 titulado “Nada quedó de abr (...)

6La plupart des collages renvoient toutefois à la culture populaire : termes isolés de la vie courante (pubilla, betes [sic] i fils, encesa, garbí)19, surnom d’un chanteur de la première moitié du siècle (el Musclaire), chanson plus ancienne encore que Arri Joan… et Rosó (Rosa de abril), variante provocatrice des Segadors transmise de bouche à oreille d’une génération à l’autre, onomatopée sans doute aussi ancienne que la sardane (Tots som pops), proverbes vantant les vertus (Com el Vallès…) ou moquant les travers (A Àger qui no tingui feina,…, Si vas a Balaguer …) de certains lieux, et peut-être un slogan –du Barça ? antérieur comme Visca Macià … à la guerra civile ?– (La victòria ens crida a tots). Tous éléments donc d’une culture populaire en bonne partie désuète : outre les chansons citées, le système d’héritage traditionnel, le petit commerce familial, la pèche au lamparo, et même la sardane qui dans les années soixante est déjà vue par d’aucuns comme la manifestation d’un « catalanisme de barretina », soit d’un folklore un peu suranné. La plupart ont une fonction purement –et férocement– humoristique, dans la mesure où ils renvoient à un nationalisme monolithique et plus ou moins agressif (voire, pour les proverbes, à un esprit de clocher20, y compris chez la « gauche divine » qui fréquente le Bocaccio21) et présentent certains de ses éléments les plus investis émotionnellement (et parmi les plus puissants facteurs d’intégration des immigrés22) sous un jour plus ou moins risible, réduisant l’hymne national à une variante pour le moins choquante et la sardane (considérée danse nationale depuis la fin du XIXe siècle) à une onomatopée. D’autre part, le rapport de certains collages avec le contexte est parfaitement incompréhensible pour qui ne sait pas par exemple que la formule Tots som pops ne vaut que comme onomatopée, ou que Benet Rossell est originaire d’Àger, village voisin de Balaguer. D’où une impression d‘absurde. Si les collages de poèmes, tous liés à la tristesse et la peur, redoublaient ces mêmes sentiments exprimés par le locuteur, les collages de la culture populaire, au contraire, sont le plus souvent l’instrument d’une écriture ludique. L’exception est Rosa de abril, qui dans le dernier poème de Memoria y deseo («Definitivamente nada quedó de abril ») évoque à nouveau, en pendant du premier (« Nada quedó de abril »), la figure de la mère. De cette culture populaire catalane –et catalaniste–, le locuteur ne sauve donc que les éléments directement liés à la jeunesse et la mort de celle-ci23.

L’écriture bilingue

  • 24 Vázquez Montalbán cite le cas d’un manifestant arrêté lors d’une manifestation catalaniste : « Cuan (...)
  • 25 Le nom Vázquez ne se prête pas à la catalanisation, n’ayant pas d’équivalent attesté (en valencien) (...)
  • 26 L’Instituto de cultura hispánica, créé en 1945 pour se substituer au Consejo de la Hispanidad, dont (...)
  • 27 Le pasodoble del beso (paroles d’Adrián Ortega, musique de Fernando Moraleda) appartient à une comé (...)

7Il s’agit ici de textes où le locuteur manie les deux langues. Le premier cas (repris du Manifiesto subnormal, donc de 1970) est l’aboutissement de la série de « visualisations synoptiques » renvoyant à la culture d’un individu dont le nom naïvement et maladroitement catalanisé –par un phénomène qui n’était pas rare24(Manuel Vasques Montalbà)25 dit à la fois l’identité « métisse » et une volonté d’intégration condamnée à l’échec. Le moi poétique aurait semble-t-il été formé par deux entités non seulement de nature différente (ICH, organisme culturel officiel à vocation supranationale, et Barça… club de football régional), mais aussi instruments de deux nationalismes antagoniques26, qui se borneraient de surcroît toutes deux à diffuser une sous-culture refermée sur elle-même et niaisement convaincue de sa supériorité. Ce qui laisse augurer d’un métissage fortement conflictuel, qui loin de supposer un enrichissement serait générateur au contraire de tensions tant intérieures qu’extérieures : comment exalter à la fois l’exceptionnelle vertu de la femme espagnole (La española cuando besa27) et appeler au meurtre des « Castillans » (Amb la sang dels castellans…)… i.e., des non-Catalans ?

  • 28 Praga est divisée en six parties numérotées en chiffres arabes. A l’intérieur de chaque partie, plu (...)
  • 29 mis feroces camaradas (1, p. 279). Sur les rapports complexes de Vázquez Montalbán avec le PSUC et (...)
  • 30 ser judío vivir en Praga escribir en alemán/ significa no ser judío ni alemán (2, p. 282)
  • 31 Respectivement : 1, p. 179 et 6, p. 296
  • 32 aunque reconstruyamos/ murallas de razones/ y hasta los mestizos prediquemos/ la reconstrucción de (...)
  • 33 Les mots qui selon le grammairien Josep Pau Ballot i Torres ont valu au catalan sa réputation d'êtr (...)
  • 34 « Crascitar, v. n. Lanzar, soltar ó despedir graznidos el cuervo. Este verbo se tomó, por onomatope (...)

8On retrouve ce même malaise et cette même dérision (souvent autodérision), mais cette fois explicite, d’abord dans la séquence bilingue28 de Praga, recueil qui constitue une sorte de règlement de comptes tant avec les « féroces camarades » du PSUC29 qu’avec la Catalogne et le catalan, l’entrée des troupes soviétiques dans Prague en 1968 métaphorisant comme on l’a dit celle des nationalistes dans Barcelone en 1939, et la situation de Kafka, Juif tchèque écrivant en allemand30, celle d’un écrivain linguistiquement « métis » –la formule initiale de l’acte d’accusation est d’ailleurs la même : os reconozco/ en vuestro retrato predilecto (I, p. 179 ) ; os reconozco/ en vuestra coqueteria de víctimas31 (VI, p. 296). En premier lieu, en effet, l’expression réitérée de l’impossibilité de « croire » à une citoyenneté « contestée » par ses divers « métissages », dont le plus « traître » serait celui de la « phonétique »32, prête précisément à rire par sa matérialité phonique : Jo crec crec] crec?, celle d’un monosyllabe perçu comme âpre et dur33, homonyme tant en catalan qu’en castillan d’une onomatopée évoquant un bruit sec, et paronyme en castillan de l’onomatopée évoquant le cri du corbeau34.

  • 35 Expression devenue courante suite à la publication par Francesc Candel de l’essai Els altres catala (...)
  • 36 Le grhilcec (Grup de Recerca en Història de la Llengua Catalana de l'Època Contemporània) de l’uab (...)
  • 37 Le slogan franquiste « Una lengua, un imperio, una espada » inspira en Catalogne le fameux slogan « (...)
  • 38 En 2012 encore, La Vanguardia (19 mars 2012) se fait ainsi l’écho, sous le titre « Per què els bili (...)
  • 39 À titre d’exemple, Sabino Arana reprochait déjà au catalanisme sa volonté d’intégration: « La polí (...)

9Le catalan sert ensuite à énoncer, en une énumération chaotique, les deux remèdes possibles à ce mal-être, né du constat amer de l’abîme séparant la grossièreté des « marins métis » (los marineros mestizos olían a morralla) et le raffinement des « cavaliers tchèques » (però els cavallers txecs olían a esencia…), autrement dit, par métaphore, les « autres Catalans »35 et les Catalans de souche : s’en évader, en rêvant à des aventures exotiques ou érotiques… mais toutes données comme chimériques (Inútilment vaig esperar… dormien els llums tous de Shangai… la noia rosa no es treia les calces … -no tenia cor ni cos el corb però no queden mars de Salgari…), ou en les relatant dans une « prose fantastique » (Cal fer prosa fantàstica) qui en l’occurrence ne pourra être que compensatoire ; ou bien adhérer aux « réponses sacrées » du catalanisme : « résistance linguistique »36 peu commune (Era la resistència lingüística d'una raça) face aux efforts des gouvernements centraux successifs, et en particulier du franquisme, pour imposer « la langue de l’empire »37 ; maintien d’une littérature de qualité dans un contexte hostile (estimava la mort quotidiana del drapaire…) ; enfin un bilinguisme vu comme une supériorité38 (los mestizos somos los mejores:/ tenim dues llengües)… mais ces « réponses sacrées » sont formulées de façon soit dénonciatrice (et injuste, car l’argument « racial » est généralement inconnu du catalanisme39), soit saugrenue (en associant deux fragments d’un registre tout à fait différent), soit schématique et finalement négative : les « métis » ne tirant de leur bilinguisme, en fait de supériorité, que « deux arguments d’exil » et « deux possibilités de silence », le mal-être lié au métissage s’en trouve multiplié. À l’impossibilité de s’en évader s’ajoute donc celle de s’intégrer pleinement, énoncée métaphoriquement dans l’écriture bilingue après l’avoir été directement en espagnol. D’où ce dernier vers (Jo crec crec] crec?// els agitadors d'aspirines s'embutxaquen el vent) dont on peut conclure à la vanité de tout effort en ce sens.

10Le côté « subnormal » de l’écriture bilingue est plus sensible encore dans Almendra, commentaire poétique à la sculpture éphémère L’ametlla com balla de Benet Rossell, où le locuteur s’amuse à gloser tant le nom même de la sculpture qu’une légende concernant le pont de Lleida, de façon à leur donner un caractère plus burlesque encore qu’à première vue, si on ne la connaît pas la légende ou le socle de la sculpture. Et de surcroît l’allusion à la « normalisation linguistique » (préoccupation constante du xxe siècle catalan et autre « réponse sacrée » aux attaques contre le catalan vu comme un dialecte artificiellement promu au rang de langue) prend-elle un sens fortement ironique car la multiplicité de termes désignant l’amande et de leurs dérivés (ametlera ametlerar Ametlla de Montsec ametllat/ ametllenca ametller ametlló), par un hasard qui sert bien les intentions de l’auteur, suppose un caractère fortement réducteur de la norme linguistique : or c’est précisément l’un des reproches que l’on fait parfois au catalan standard.

11Dans tous les cas, donc, l’écriture bilingue ne fait appel au catalan que dans des énoncés d’apparence absurde, et/ou tire en dérision de façon plus ou moins ouverte les « réponse sacrées » du catalanisme. Ce qui suppose un fort contentieux avec (au moins) la langue. L’écriture bilingue est celle d’un métissage soustractif, conflictuel, en un mot d’un échec.

L’écriture en catalan 

  • 40 De même que Vázquez Montalbán n’a dominé sa « peur de parler catalan en public » que durant la Tran (...)
  • 41 Quatre horitzons,/ quatre barres de fum,/ gent rica al nord,/ la vida eterna al sud./ La mar salada (...)
  • 42 « […] és la crònica de la meva ciutat, però implicant-hi totes les ciutats possibles que conté, per (...)
  • 43 Ce fragment de la chanson populaire « Eres alta y delgada » (Eres como la rosa/ de Alejandría,/ col (...)
  • 44 « Flor de nit » (sur une musique d’Albert Guinovart) est représentée pour la première fois en 1992 (...)
  • 45 Mais le seul texte mêlant les deux langues est une chanson du propriétaire du local, el Gran Thonet (...)
  • 46 Nom populaire de l’avenue Marqués del Duero, célèbre pour ses lieux de distractions nocturnes, et s (...)
  • 47 el meu estimat fillol/ sebastià reynals/ un dels intel·lectuals/ arreu més celebrats. (V)
  • 48 Les trois « dandys», Reynals, Patrick Red et Arrufat sont définis par Arrufat en ces termes : un es (...)
  • 49 Vázquez Montalbán se souvient sans doute du personnage d’Hortènsia Portell, du roman Vida privada ( (...)
  • 50 Ainsi Miguel Primo de Rivera (V), Ramón Franco (XIX), Goded (XXVII). On reconnaît aussi Lorca et Da (...)
  • 51 «Se pasó de una dictadura a un periodo de grandes esperanzas y, de ahí, al miedo. Flor de Nit es un (...)

12Les textes de création en catalan sont tardifs40. Le premier est la chanson Barcelones41, écrite en 1988 pour Marina Rossell. Ce premier texte en vers consacré à Barcelone met l’accent sur la diversité de la ville dès le titre au pluriel, repris dans un essai publié en 1990 où Vázquez Montalbán dit vouloir présenter «une mémoire différente d’une ville pluridimensionnelle42. D’où les abondantes antithèses : bourgeoisie traditionnelle aisée/ immigrés misérables (gent rica/ gent xarnega), vertu/ débauche (blanca de dia/ però de nit vermella43), vieil ordre aristocratique figé / agitation ouvrière (ciutat comtal/ d’imperis de vitrall // rosa de foc/ de la revolta obrera). On retrouve cette « pluridimensionnalité » dans la comédie musicale Flor de nit (1992)44, qui considérée dans son ensemble relève de l’écriture bilingue45, mais dont la majorité des textes en vers sont en catalan, qu’il s’agisse de dialogues ou de chansons proprement dites. Le titre renvoie à la fois au nom d’un cabaret fictif du Paral·lel46 et au nom de scène de la chanteuse Rosa, qui a pour compagnon l’ouvrier anarchiste Quimet et pour amant « l’intellectuel » Sebastià Reynals47, lequel ne dédaigne pas de venir s’encanailler au Paral·lel en compagnie d’autres « dandys »48 et fréquente par ailleurs le salon d’Hortènsia Brusi49, où se cotoient écrivains et artistes, autorités civiles et militaires, dont certains sont des personnages historiques50. Autour des trois protagonistes gravitent donc des personnages de toutes origines, occupations, classes sociales et opinions, et l’on passe du cabaret à l’usine de l’industriel Arrufat, du grenier où vit Quimet à des salons bourgeois. La pièce offre ainsi une sorte de portrait contrasté de Barcelone entre 1929 et 193651, tel que le « vieux Reynals » le présente à une jeune journaliste, le jour de la démolition du local dans la « Barcelone contemporaine ».

  • 52 La seule chanson en catalan de Mimí, qui se présente comme xarnega agradecida, est aussi la seule q (...)
  • 53 Al piano, un compositor austríac: Romberg, interpreta una peça crispada i experimental, mentre Colo (...)
  • 54 La chanson Flor de nit, écrite pour Rosa par Reynals, qui revient plusieurs fois avec des variantes (...)
  • 55 quimet pons i madriles : vosaltres heu estat els propietaris/ de les paraules i les llibertats/ […] (...)
  • 56 quimet: la gent crida pels carrers/ visca macià que és català/ mori cambó que és un cabró
  • 57 coloma ordinària i popular […] : divertida però vulgar

13C’est ainsi qu’au cabaret les chansons les plus grossières –chansons graveleuses de Mimí en espagnol : Lock-out matrimonial (II), En oasis catalán (XXII); chanson scatologique en catalan du Gran Thonet, proprétaire du local, accompagné d’un chœur de jeunes femmes: Els pets (XXIX), contrastent avec les plus sophistiquées qui sont toujours en catalan –la chanson Flor de nit écrite pour Rosa par Reynals (II& passim avec quelques variantes52, la chanson « crispée et expérimentale » que chante Coloma Pagès, fiancée de Reynals, chez Hortènsia Brusi, en alternance avec les « vers libres » du « poète andalou »53. De même les dialogues opposent souvent explicitement deux Barcelones, travailleuse et débauchée, « blanche le jour/ et rouge la nuit »54, prolétaire et bourgeoise55, mais en outre, pour la première, Catalans et immigrés espagnols (ainsi Quimet et el Madriles56), et pour la seconde, tenants d’une droite dure et sympathisants progressistes voire révolutionnaires (respectivement, Arrufat, Reynals, Patrick Red), bourgeoisie locale catalanophone et militaires qui de même que le « poète andalou » s’expriment évidemment en espagnol. Barcelone est d’ailleurs vue à la fois, dans une scène se déroulant dans un restaurant populaire de la Barceloneta, comme une ville « ordinaire et populaire », « amusante mais vulgaire » par Coloma, et par Quimet comme « millionnaire et resplendissante », « amusante mais indécente », tandis que Rosa y voit « la ville riche qui s’élève/ orgueilleuse et aisée/ qui au fond de son cœur est fausse/ comme le sont ces brillants », et Raynals « la ville pauvre qui accuse/ orgueilleuse et inquiétante/ qui fait le mal mais ne s’excuse jamais/ et est injuste et ignorante » (XIV)57. Au total, donc, l’écriture bilingue a pour caractéristique de présenter une image de Barcelone précisément comme ville « métisse », à la fois socialement, politiquement, culturellement, linguistiquement ; image éloignée de toute idéalisatiom, mais aimante et nuancée.

Conclusion

14Le rapport de Vázquez Montalbán au catalan, tel qu’il ressort de son usage dans l’œuvre en vers, est donc fondamentalement ambivalent : c’est l’une des langues du Raval où il a grandi, l’une des langues que parlait sa mère et dont elle connaissait des chansons, et comme telle indissolublement liée à son enfance et au « souvenir de ses morts ». C’est la langue d’une poésie qu’il admire et dont un fragment revient même en leit-motiv dans toute son œuvre. Mais c’est aussi celle d’une culture que ce fils d’« autres Catalans » ne pourra jamais sentir comme vraiment sienne, ce qui explique l’usage ludique du catalan, souvent railleur et confinant parfois au non-sens, de certains collages et de l’écriture bilingue, comme moyen de dire cette irréductible incapacité à adhérer au grand récit catalaniste, y compris dans sa composante linguistique.

  • 58 « Me puedo sentir catalán en algunas circunstancias de mi vida […], de la misma manera que me puedo (...)
  • 59 « Fa uns quants anys vaig escriure que els mestissos teníem dues possibilitats de silenci, ara puc (...)

15Cependant, par bonheur pour lui, le catalan est aussi l’une des langues de Barcelone, la ville métisse où il vit depuis toujours ; or Vázquez Montalbán s’il ne peut se sentir pleinement catalan, se sent pleinement barcelonais58. D’où en marge de l’œuvre poétique proprement dite, deux œuvres en vers écrites en catalan et constituant précisément des hommages à ces diverses « Barcelones » sur lesquelles il peut s’enorgueillir, en tant que « métis », de pouvoir porter « deux regards »59. Deux œuvres où tous ses métissages, linguistique, social, culturel, sont enfin pleinement assumés –et ses dettes payées, et ses morts enterrés ?

Annexes

Bibliographie de l’œuvre poétique

Una educación sentimental, Barcelone, El Bardo, 1967 (Educación)

Movimientos sin éxito, Barcelone, El Bardo,1969 (Movimientos)

Liquidación de restos de serie, in Una educación sentimental, 2e ed., Barcelone, El Bardo, 1970 (Liquidación)

[Coplas a la muerte de mi tía Daniela, Barcelone, El Bardo,1973]

A la sombra de las muchachas sin flor, Barcelone, El Bardo, 1973 (Muchachas)

Praga, Barcelone, Lumen,1982

Pero el viajero que huye, Madrid, Visor, 1990 (Viajero)

[Ciudad, Madrid, Visor, 1997]

« Construcción y deconstrucción de una teoría de la almendra de Proust complementaria de la construcción y deconstrucción de una teoría de la magdalena de Benet Rossell », in Mandorla, Barcelone, édition d’artiste, 1997 [texte repris dans Memoria y deseo, 2008 ] (Almendra)

[« Història de amor de la dama de ámbar » & « Rosebud », inclus dans Ars amandi : poesía erótico amorosa (1963-2000), Madrid, Bartleby, 2001]

Les recueils ne comportant aucun terme catalan (ni aucun fragment identifié traduit du catalan) figurent entre crochets. Les recueils sont cités sous la forme abrégée indiquée entre parenthèses (la pagination correspond à celle de Memoria y deseo. Obra poética 1967-1990, Barcelone, Grijalbo-Mondadori, 2000). Ciudad est cité d’après l’édition Visor, Almendra cité d’après le texte original, Flor de nit d’après le pdf de la Biblioteca Virtual Cervantes indiqué en note.

Relevé des termes et fragments en catalan

Citations

  • 60 On souligne en gras les fragments en catalan. Toutes les traductions sont de l’auteure de l’article (...)

« Però ara és la nit/ i he quedat solitari/ a la casa dels morts/ que només jo recordo », Salvador Espriu (Educación, I, El libro de los antepasados, épigraphe, 39 : 60.
« Mais maintenant c’est la nuit/ et je suis resté seul/ dans la maison des morts/ dont je suis le seul à me souvenir. », El Caminant i el Mur, 1954, « Cançó de capvespre ».

« Lo jorn ha por de perdre sa claror;/ cuan [sic] ve la nit qu'espandeix ses tenebres,/ pochs animals no cloen les palpebres,/ e los malalts crexen de llur dolor », Ausiàs March (Educación, III, Ars amandi, épigraphe, 83)
« Le jour a peur de perdre sa clarté/ quand vient la nuit, qui répand ses ténèbres./ Peu d’animaux ne ferment leurs paupières/ et les malades voient croître leur douleur », Ausiàs March, Poesies,1539, XXVIII.

Fas vint anys, Helena/ noia gola llarga. G. Ferrater (Muchachas, «Cumples treinta años, Helena », épigraphe, 219)
« Tu as vingt ans, Helena, /jeune fille au long cou. » Gabriel Ferrater, Teoria dels cossos, 1966, « Helena ».

Citations-collages

  • 61 le signe ] indique un décrochage typographique à l’intérieur du vers.
  • 62 D’après Florence Estrade, L’œuvre poétique de Manuel Vázquez Montalbán (1939-2003), Thèse de l'Univ (...)
  • 63 Vázquez Montalbán cite cet air sous le titre « Arri », Joan comme exemple de chanson très populaire (...)

16la voz/ del musclaire]61 arri Joan que l'arròs/ s'està covant (Educación, « Nada quedó de abril », 41)
« Allons, Joan, le riz est à point » (ou : « est trop cuit », selon les contextes). Ce vers est extrait du poème «Cançó de traginer » de Josep Maria de Sagarra (Cançons de taverna i oblit, 1922), chanté sous le titre Arri, Joan par le ténor Manuel Utor (1862–1946) dit el Musclaire (« vendeur de moules ») par référence au quartier maritime de la Barceloneta dont il était originaire62. La chanson a été reprise par le chanteur populaire Emili Vendrell (1893-1962), né comme Vázquez Montalbán dans le quartier du Raval, et par les chanteurs de rue63.

17pasaban multitudes vocingleras por la calle] Visca/ Macià qu'és català, mori Cambó qu'és un cabró (Educación, « Nada quedó de abril », 42)
« Vive Macià qui est catalan, à mort Cambó qui est un salaud ». Slogan opposant Francesc Macià, d’Esquerra Republicana, premier président de la Généralité sous la IIe République, et Francesc Cambó, de la Lliga, vaincu lors des premières législatives du nouveau régime.

  • 64 Barcelones, op. cit., p. 120.

18y cantaron por Pascua [las masas corales]/ « Rosó, llum de la meva vida… »/ en las esquinas del barrio (Educación, « Las masas corales », 79)
« Rosó [diminutif de Roser], lumière de ma vie… » C’est le début du refrain de la chanson sentimentale Pel teu amor (1922) de Josep Ribas i Gabriel, mise en musique par Miquel Poal-Aregall et popularisée elle aussi par Emili Vendrell. Ce caractère populaire explique qu’elle ait été chantée par le mouvement choral catalan né de l’initiative de Josep Anselm Clavé (1824-1874), dont l’objectif était de diffuser la culture au sein des masses à travers le chant, et de « catalaniser au moyen des chansons en catalan les goûts des classes populaires »64. Ces chorales avaient coutume de chanter dans les rues la veille de Pâques.

Collages

19[…] y me reciban/ inciertamente alegres] las mujeres, los hombres y las cosas (Educación, III, Ars amandi, V, 88)

20Cf : Què faràs? Tornar-te'n/ on saps que et rebran/ les cases i les dones. (« Que feras-tu ? Retourner/ là où tu sais que te recevront/ les maisons et les femmes »). Gabriel Ferrater, Menja’t una cama, 1962, « Guineu ».

21dama alta, calandria encendida/ que el vent morat apaga amb la seva ombra. (Educación, III, Ars amandi, XII, 94)
« que le vent violet éteint de son ombre ». Joan Vinyoli, El Callat, 1956, « Sempre allí ».

22Entre holocaustos/ de siemprevivas, feroces/ los recuerdos de muertos/ que sólo yo recuerdo
(Movimientos, III, Últimos movimientos, 1, 177)
V.p.h.

23pero estas suecas/ existen y esa antillana y esa pubilla/ vallesana que no sabe inglés (Liquidación, «Bocaccio Boîte », 109)
Dans le système traditionnel catalan, fille aînée héritère de la propriété rurale en l’absence d’héritier mâle (hereu).
y esa pubilla/ vallesana que no sabe inglés] y piensa/ com el Vallès no hi ha res. (Liquidación, ibid.)
« Rien de tel que le Vallès ». Proverbe.

24amb la sang dels castellans ens farem tinta/ vermella (Liquidación, « Visualizaciones sinópticas… », 124)
« Du sang des Castillans/ nous nous ferons de l’encre rouge. » Début d’une strophe burlesque chantée sur la mélodie de l’hymne national (Els Segadors).

25tots som pops, tots som pops (Liquidación, ibid.)
« Nous sommes tous des poulpes ». Onomatopée populaire évoquant l’intervention de la contrebasse dans la mélodie de la sardane.

26la victòria ens crida a tots (Liquidación, ibid.)
« La victoire nous appelle tous. » Collage d’un slogan du Barça ?

27junto a las tumbas de pioneros/ del renacer textil de les betes] i fils (Liquidación, « Arte poética », 138 )
Littéralement, « rubans et fils » (l’orthographe exacte est vetes). Nom traditionnel des merceries (anciennement, vetes-i-fils ou vetesifils), qui évoque immanquablement le personnage du senyor Esteve de L’auca del senyor Esteve de Santiago Rossinyol (1907), figure emblématique du petit commerçant catalan.

28en las cámaras del mar bajo la encesa/ se perpetró el cotidiano genocidio de los peces (Movimientos, I, « Yramin y el mar », 150 )
« lamparo » (pesca a l’encesa: pêche au lamparo)

29Cumples treinta años muchacha/ cuello largo dorado azul blanco (Muchachas, «Cumples treinta años, Helena », 219)
V.p.h.

30y el garbí destruye la melena/ auténticamente lacia (Muchachas, « Carta de Rosa desde el Stadazzu », 221)
Vent de mer de secteur sud-ouest, apportant la pluie sur les côtes catalanes.

31oh ciudad del terror/ entre las avenidas [lívidos/ árboles del otoño (Praga, 1, 277)
Cf: Oh ciutat dels terrors, entre les avingudes/ estèrils arbres lívids de la tardor,/ viuré l'hora impura de les aspres angúnies mudes,/ amb la por de morir tot sol en el carrer. ( « Oh ville des terreurs ! Dans les avenues/ stériles –arbres livides de l’automne !– je vivrai/ l’heure impure des âpres angoisses muettes, / avec la peur de mourir tout seul dans la rue. » Bartomeu Rosselló Pòrcel, Imitació del foc, 1938, « Ronda amb fantasmes », daté Palma, estiu 1935).
ciudad del terror/ entre las avenidas | lívidos/ árboles del otoño (Praga, 2, 285)
V.p.h.

32Pobre Rosa de abril […] roja Rosa de abril […] rota Rosa de abril (Viajero, « Definitivamente nada quedó de abril », 358-359)
L’espression rosa d’abril apparaît dans deux chansons catalanes très populaires : le Virolai de Jacint Verdaguer, hymne à la Vierge de Montserrat écrit en1880 à l’occasion du millénaire de l’Abbaye, parfois nommé « Rosa d’abril » par référence à son premier vers (Rosa d'abril, morena de la serra...) ; et la sardane Per tu ploro, du compositeur Pep Ventura (mise en paroles en 1892 par Joan Maragall, mais comme dans le cas d’Arri Joan et Rosó, beaucoup devaient ignorer qui en était l’auteur), dont le refrain dit : Adéu, rosa d'abril!/ Adéu, rosa encarnada/! Demà, lluny del teu roser,/ d' enyorament em moriré. (« Adieu, rose d’avril ! Adieu, rose écarlate !/ Demain, loin de ton rosier/ je mourrai de regret. » Étant donné le contexte, la référence est plutôt Per tu ploro. Il faut rappeler que la mère de Vázquez Montalbán se nommait Rosa.

33una memoria/ de muertos que sólo él recuerda (Almendra, II)
V.p.h.

34de momento/ da nuces pueris y revienta (Almendra, II)
Repris d’un épithalame de Catulle, Da nuces pueris est le titre d’un recueil poétique de Gabriel Ferrater (1960). On peut donc le considérer comme un collage en catalan.

35A Àger qui no tingui feina que no hi vagi (Almendra, III)
« À Àger qui n’a pas de travail qu’il n’y aille pas. » Proverbe.

36un sarcòfag pagà amb escenes mitològiques/ ara pila baptismal de la parròquia] agricultura de secà (Almendra, III)
« Un sarcophage païen avec des scènes mythologiques/ aujourd’hui fonts baptismaux de la paroisse] culture sèche ». Texte manifestement emprunté à un document d’information touristique d’Àger.

37si vas a Balaguer// esmorza primer i si has de dinar] porta el pa/ i si has de fer nit porta’t el llit (Almendra, III)
« si tu vas à Balaguer// prends d’abord ton petit déjeuner et si tu dois y déjeuner/ apporte ton pain/ et si tu dois y dormir apporte ton lit ». Dicton cité par Joan Amades, « Refranys geogràfics », Butlletí del Centre Excursionista de Catalunya, Barcelone, mai 1937, n° 504 (p. 121-122).

38fes-li una foguera pel davant/ i una altra pel darrere] que és vida entera (Almendra, IV)
« Fais-lui un feu par devant/ et un autre par derrière] ce qui fait une vie entière ». Les habitants de Balaguer ont la réputation d’être inhospitaliers (v.p.h.) et de n’inviter à déjeuner que ceux dont ils sont sûrs qu’ils vont refuser. Un étranger au village ayant accepté, son hôte dit alors à sa femme : Fes-li una bona foguerada, que el foc és mitja vida (« Fais-lui un bon feu, le feu est la moitié de la vie »). Par la suite lorsqu’il se trouve à son tour en visite chez l’autre et accepte son invitation à déjeuner, celui-ci dit à sa femme : Fes-li una foguera pel davant… Cité par Joan Amades, « Refranys geogràfics », op. cit., p. 122.

L’écriture bilingue 

39(Liquidación, « Visualizaciones sinópticas… », 124)

40yo creo ¿yo creo?/ Jo crec crec] crec? (Praga, 6, 296)
« Je crois crois] crois ? »

41Inútilment vaig esperar la mort de la groga holotúria/ que los marineros de Salgari pescaban sin escafandra ni/ batiscafo sin otro auxilio que el brou d'alga marcida (Praga, 6, 296)
« J’attendis inutilement la mort de l’holothurie jaune ». Cf I pescatori di trepang, d’Emilio Salgari (1896), dont la première traduction espagnole est de 1916 (Los pescadors de « trépang », Madrid, Calleja).

42pero antes hubiera muerto ya ahogado/ dormien els llums tous de Shangai/ i la noia rosa no es treia les calces humides/ -no tenia cor ni cos el corb / fugia cap a l'Orient Blavós] cal fer prosa fantàstica// los marineros mestizos olían a morralla/ però els cavallers txecs olían a esencia/ vermella de la més turca Turquia del més Oriental orient/ ¡vienen las hordas tártaras de Almería !/ clamaba Heribert Spencer a l’àgora de la Bruchstrasse (Praga, 6, 296)
« les lumières molles de Shanghai dormaient/ et la jeune fille rose n’ôtait pas sa culotte humide/ le corbeau n’avait ni cœur ni corps/ il fuyait vers l’Orient bleuté] il faut faire de la prose fantastique […] mais les cavaliers tchèques sentaient l’essence/ vermeille/ de la plus turque Turquie du plus oriental Orient ». On n’a pu déterminer s’il d’agit de collages ou d’exemples d’écriture « subnormale » –de « prose fantastique » ? Il est possible que le corbeau « sans cœur » qui « fuyait ver l’Orient » soit un souvenir de celui qui apparaît dans le poème « El corb » d’Espriu (Les cançons d’Ariadna, 1949) : après avoir « perdu son fromage » comme celui La Fontaine, ce personnage dont les « cavaliers de l’Islam » se reacontent la légende, « quitte le doux pays de France/ et s’envole vers les montagnes/ qui s’élèvent près du désert» (abandona Mestre Corb/ la dolça terra de França/ i vola vers les muntanyes/ que s’alcen prop del desert). C’est là que vient le consulter un lion, à qui il répond toujours avec « un rire méchant » (una dolenta rialla) Mai més, comme celui de Poe répondait Nevermore.

43Yo creo ¿yo creo?/ Jo crec crec] crec?// estimava la mort quotidiana del drapaire/ a la pell del conill!(Praga, 6, 297)
« Je crois crois] crois ?// j’aimais la mort quotidienne du chiffonnier/ à la peau de lapin !! »

44Cf le cri du chiffonnier (drapaire) Quel·la, Hi ha cap pell de conill ?, qui apparaît entre autres dans Primera història d'Esther de Salvador Espriu (1949). Au sujet de ce personnage historique d’Arenys de Mar, dont Espriu fait une allégorie de la mort, voir Agustí Espriu i Malagelada, Aproximació històrica al mite de Sinera, Barcelona, Curial, 1983, p. 277-287 & 374.
L’hypothèse est renforcée par le fait que l’expression sénéquienne mort quotidiana apparaît aussi dans un poème d’Espriu : Et diré sempre la veritat./ I si et parlo tan sovint de la meva/ quotidiana, solitària mort… (El caminant i el mur, 1954, « Amb música ho escoltaries potser millor »)

45Era la resistència lingüística d'una raça/ somos los mejores/ los mestizos somos los mejores:/ tenim dues llengües/ tenim dos arguments d'exili/ dos posibilidades de silencio (Praga, 6, 29)
« C’était la résistance linguistique d’une race/ […] nous avons deux langues/ nous avons deux arguments d’exil »

46però no queden mars de Salgari] solament/ mars de runes/ mars d'estel de portaavions/ mares de mierda (Praga, 6, 297)
« mais il n’y a plus de mers de Salgari] seulement/ des mers de ruines/ des mers d’étoile de porte-avions » 

47Yo creo ¿yo creo?/ Jo crec crec] crec?// els agitadors d'aspirines s'embutxaquen el vent (Praga, 6, 297)
« Je crois crois] crois ?// les agitateurs d’espirines empochent le vent »

48fruto nacional encara/ que a Lleida van tirar la raó/ daltabaix del pont perquè era olla] la raó/ i no era ametlla Benet Rossell la pintó de azul (Almendra, II)
« même/ si à Lleida on a jeté la raison/ du haut du pont parce que la raison était una marmite/ et non une amande »
Allusion à la légende du bonimenteur de foire qui proposait en échange de quelque sous de « donner raison » à qui devinerait le contenu d’une marmite en y introduisant un doigt… qui ressortait plein d’excréments. Jusqu’au jour où un badaud courroucé jeta la marmite du haut du pont. D’après Josep Ramon Correal, « De quan a Lleida només hi havia un pont», in La Paeria, Lleida, Ajuntament de Lleida, octubre 2009 (p. 23).
NB : Tant Àger que Balaguer se trouvent dans la province administrative de Lleida.

49normalització lingüística de l’ametlla/ ametlera ametlerar Ametlla de Montsec ametllat/ ametllenca ametller ametlló (Almendra, III)
« normalisation linguistqiue de l’amande » –ametlla ou ametla, mais le DCVB (Diccionari català-valencià-balear, 1930-1962) donne en outre les variantes dialectales amenla, metla, metlla, almela, almetla, armela.… et pas moins de 40 prononciations locales différentes ;
ametller ou ametler : amandier (LE DCVB donne en outre les variantes dialectales almeler, almetler, ameler, armeler. + une entrée ametllera) ;
ametlerar: variante d’ametllerar: champ d’amandiers;
ametlló: amande verte;
ametllat: pâte d’amande;
L’Ametlla (et non Ametlla] de Montsec : village voisin d’Àger (habitants : ametllencs).

50encara/ que a Lleida/ van tirar la raó daltabaix del pont/ perquè era olla la raó i no era ametlla/ (Almendra, IV)
V.p.h.

51[l’ametlla com balla] a la punta d’un rajolí de glaç (Almendra, IV)
« l’amande qui danse à l’extrémité d’un filet d’eau gelé ».Allusion à une sculpture éphémère appartenant à l’exposition Diari residual de Benet Rossell (Barcelone, Palau de la Virreina, 1996), ainsi nommée par allusion à la tradition de « l'œuf qui danse » (l'ou com balla) qui consiste à placer un œuf en haut du jet d’une fontaine le jour de la Fête-Dieu (par exemple à la cathédrale de Barcelone). En l’occurrence il s’agissait d’une véritable amande placée sur un socle transparent (d’où la métaphore du « gel »), en forme d’œuf.

Inicio de página

Notas

1 Coplas a la muerte de mi tía Daniela et Praga.

2 Qui toutefois ne parlait pas catalan avec lui : « Mi madre, que era modista […] tenía a veces clientas catalanas del barrio y hablaba en catalán con ellas. Y mi madre hablaba en catalán con mi hijo, por ejemplo, pero conmigo no, porque a mí, de hecho, me crió mi abuela […] y a mí me hablaba en castellano. » Georges Tyras, Geometrías de la memoria – Conversaciones con Vázquez Montalbán, Barcelone, Alrevés, 2003, p. 41-42.

3 « del proletariat barceloní immigrant ». Quim Aranda, Què pensa Manuel Vázquez Montalbán, Barcelone, Dèria, 1995, p. 9.

4 « Yo entiendo muy bien lo quiere decir "mestizaje", pues ya sabes, soy inmigrante por antecedente familiar ; […] mi padre pertenecía a una familia de campesinos de Galicia y vino a Barcelona con ocasión de la Exposición Universal de 1929. La familia de mi madre procedía de Águilas, en la provincia de Murcia, y se instaló aquí con anterioridad, me parece que hacia 1914. » Georges Tyras, Geometrías…, op. cit., p. 15. Vázquez Montalbán parle aussi de « métissage culturel » à propos de son personnage Pepe Carvalho: « Es un personaje que lleva el mestizaje cultural a sus últimas consecuencias. » Ibidem, p. 65.

5 Voir p. ex. Elogis desmesurats, Barcelone, Empúries, 1997, choix de ses articles publiés dans le quotidien Avui.

6 Outre les éditions de 1983, Memoria y deseo. Poesía 1967-1983, Seix Barral, 1983 et Memoria y deseo. Obra poética 1963-1990, Grijalbo-Mondadori, 1990, 1996 (avec adjonction de Pero el viaje que huye), 2000 (id.), publiées du vivant de Vázquez Montalbán, il existe deux éditions posthumes de la poésie complète, toutes deux intitulées Memoria y deseo (1963- 2003) : Península, 2008 (Manuel Rico ed.) et Visor, « Visor de Poesía », 2018. Sur leurs différences (et surtout leurs ressemblances), voir Sergio García García, « Manuel Vázquez Montalbán, Poesía completa. Memoria y deseo (1963-2003) », in Philobiblion: Revista de Literaturas Hispánicas, 2018, 7, p. 101-106.

7 Voir p.ex. : « […] mi objetivo es […] pagar mis deudas y enterrar a mis muertos. » Georges Tyras, Geometrías…, op. cit., p. 14; « Porque quizá ése sea el sentido de la vida, pagar sus deudas y enterrar a sus muertos… » (ibidem, p. 78).

Cf Cuando pague mis deudas/ y entierre a mis muertos… (Praga, 5, 292)

8 Voir plus bas les collages de Movimientos, Muchachas et Almendra. On trouve aussi mention de ces vers dans le paratexte de Ciudad: « Canta el petirrojo en diciembre… que alguna vez escuché de niño en una ciudad donde habitan muertos que sólo yo recuerdo […].» «A manera de epílogo », p. 31. Voir aussi n. 9.

9 Vázquez Montalbán cite Espriu comme « l’un des symboles de la résistance culturelle et morale de la Catalogne », et voit dans ces vers une référence à la « nuit franquiste » : « […] en un context de dura resistència civil […] els versos d’Espriu significaven, ho volgués o no l’autor, l’expressió de la melancolia per la memòria prohibida, encara que la intenció fonamental d’Espriu era íntimament més profunda […] », Barcelones, op. cit., p. 222-223.

10 « Ars amandi, poemario entre el surrealismo y la entristecida experiencia del joven poeta y marido seriamente encarcelado. » « Función del caos, función de la palabra », Ars amandi, Poesía erótico amorosa (1963-2000), Madrid, Bartleby Editores, 2001, p. 9. De même A la sombra de las muchachas sin flor (1973) est-il sous-titré Poemas del amor y del terror : « La educación amorosa del poeta-personaje-protagonista se produce con el correlato del terror-vivencia histórica de la España del franquismo terminal […] » Ibidem, p. 9-10.

C’est aussi en prison que Vázquez Montalbán entreprend de « lire systématiquement » la littérature catalane qu’il a commencé à découvrir à l’université. Quim Aranda, Què pensa…, op. cit., p. 43-44.

11 Camarade de Faculté de l’auteur, née en 1940 : « Recordo, per exemple, la casa de l’Helena Valentí, que era companya meva de curs » Quim Aranda, Què pensa…, op. cit., p. 61.

12 « Recordo que la primera vegada que vaig sentir una cançó en català, en públic, va ser en la veu d’un captaire : cantava “Roser [sic], llum de la meva vida…” » Quim Aranda, Què pensa…, op. cit., p. 17.

13 « Hay proyecciones biográficas en casi todo lo que escribo, fundamentalmente en poesía… », Georges Tyras, Geometrías…, op. cit., p. 12.

14 Contrairement à ce qui se passe dans les romans et les essais.

15 Agradezco/ a […]Ausiàs March, Gabriel/ Ferrater […] Joan Vinyoli […]/ palabras,/ versos enteros por mí robados. (p. 7)

16 « El autor agradece los versos involuntariamente prestados por B. Rosselló Porcel [sic] sin cuya utilización dos poemas de este libro hubieran sido imposibles. (N. del A.) », p. 273.

17 De même que Vázquez Montalbán voit dans les vers d’Espriu (voir n. 9) une référence à la «nuit franquiste », il considère « licite » de « s’approprier » en ce sens ces vers de Rosselló, bien qu’il soit mort en 1938. Barcelones (traduit de l’espagnol par Xavier Lloveras), Barcelone, Empúries, 1990, p. 7.

18 On n’a pas su en particulier retrouver de collage d’Ausiàs March.

19 À tel point qu’ils sont souvent passés dans l’espagnol courant de Catalogne et même dans les dictionnaires espagnols : le Diccionario del español actual recueille comme « régionaux » les termes garbí et pubilla. Manuel Seco, Olimpia Andrés, Gabino Ramos, Madrid, Aguilar, 1999.

20 Puisque les proverbes péjoratifs concernant un village ne peuvent être du fait que des villages voisins.

21 « Des d’una descripció ambiental tipològica d’una europeïtat provinciana, el poeta tria un personatge principal, una pubilla vallesana, que malgrat el mostrari de modernitat de Bocaccio pensa, com Joan Oliver, que "com el Vallès no hi ha res" », Barcelones, op. cit., p.279.

22 « Fins i tot ser partidari del Barça i no de l’Espanyol es va convertir pels immigrants en una prova de la seva integració psicològica. Quan l’immigrant andalús, murcià o gallec, o d’on sigui, sentia que era partidari del Barça […], que li posava la pell de gallina sentint una sardana […], podia dir d’ell mateix que era un català més », Barcelones, op. cit., p. 174. Id. p. 258. Voir aussi « Barça, Barça, Barça » de Triunfo (25/10/1969), in Carles Geli et Marcel Mauri, El món segons Vázquez Montalbán, Barcelone, Col·legi de periodistes de Catalunya, 2008, p. 109-118.

23 « Si Una educación sentimental la iniciaba con un poema escrito en 1962 titulado “Nada quedó de abril”, Pero el viajero que huye termina con un poema titulado “Definitivamente nada quedó de abril”. Ciclo cerrado de la investigación de mi memoria iniciada con la reconstrucción de la fallida juventud de mi madre y terminado con la elegía de sus muerte », Memoria y deseo, « Definitivamente nada quedó de abril », p. 302-303.

24 Vázquez Montalbán cite le cas d’un manifestant arrêté lors d’une manifestation catalaniste : « Cuando el comisario le preguntó su nombre contestó : Joan Martines Gonsales. ¿Natural ?, de Lorca (Murcia). », « Barça, Barça, Barça », in Carles Geli et Marcel Mauri, El món…, op. cit., p. 114.

25 Le nom Vázquez ne se prête pas à la catalanisation, n’ayant pas d’équivalent attesté (en valencien) comme Peris pour Pérez, Llopis pour López, etc. La forme galicienne est Vázquez : voir Manuel Ferreiro, Gramática histórica galega, II Lexicoloxía, Santiago de Compostela, Laiovento, 2e ed., 2001, p. 45. La forme Vasques n’existe qu’en portugais (où elle coexiste avec Vasquez).

26 L’Instituto de cultura hispánica, créé en 1945 pour se substituer au Consejo de la Hispanidad, dont l’objectif avoué était de diffuser la culture hispanique en Amérique Latine et aux Philippines, servait en réalité d’instrument de propagande au régime franquiste. Les liens du Barça avec le catalanisme ont souvent été soulignés par Vázquez Montalbán lui-même, p. ex. : « […] les poques satisfaccions èpiques que reben els catalans gràcies a les victòries del Futbol Club Barcelona, exèrcit no armat de la catalanitat […].» Barcelones, op. cit., p. 41; « La veritat és que el F.C. Barcelona ha fet un paper importantíssim com a referent d’una catalanitat fonda però tan irracional com una peregrinació a un Lourdes de diumenge i resignat en el fons. » Barcelones, op. cit., p. 264.

27 Le pasodoble del beso (paroles d’Adrián Ortega, musique de Fernando Moraleda) appartient à une comédie musicale de 1947, La estrella de Egipto. Vázquez Montalbán cite cette chanson parmi les plus populaires des années 1939-1966 et la commente en ces termes: « Y aun la aceptación del beso pasa por las horcas caudinas del españolismo : La española cuando besa/ besa siempre de verdad/ Y a ninguna le interesa/ besar por frivolidad », Cancionero general del franquismo. 1939-1975, Barcelone, Crítica, 2000, p. XXXI.

La flor de la canela, chanson sous-titrée Vals peruano, composée en 1950 par Chabuca Granda, est considérée comme une sorte de chanson nationale péruvienne. Voir p.ex. : « Así como los paraguayos tienen “Recuerdos de Ipacaraí”, los cubanos, “Guantanamera” y los venezolanos, “Alma llanera”, los peruanos tienen en esa pieza musical, una especie de plegaria nacional. » José Narovsky, « Chabuca Granda, la Flor de la Canela que nunca olvidó Buenos Aires », in Todo noticias, 28 juillet 2009.

28 Praga est divisée en six parties numérotées en chiffres arabes. A l’intérieur de chaque partie, plusieurs séquences sont déterminées par un blanc typographique et l’usage de petites majuscules dans le premier vers. On reproduit ici la séquence dans son intégralité.

29 mis feroces camaradas (1, p. 279). Sur les rapports complexes de Vázquez Montalbán avec le PSUC et son dirigeant Manuel Sacristán, voir p.ex. Salvador López Arnal, « La veracidad de una información. A propósito de Manuel Vázquez Montalbán, Manuel Sacristán y el PSUC », El Viejo topo, Madrid, 2006, 218, p. 102-111. Et ce témoignage de Vázquez Montalbán lui-même: Georges Tyras, Geometrías…, op. cit., p. 28-29 et 117-119.

30 ser judío vivir en Praga escribir en alemán/ significa no ser judío ni alemán (2, p. 282)

31 Respectivement : 1, p. 179 et 6, p. 296

32 aunque reconstruyamos/ murallas de razones/ y hasta los mestizos prediquemos/ la reconstrucción de Praga/ a los invasores confiados/en su costumbre de vencer]/ preferís/ comprobar la raza en la lengua/ no en los ojos no en las manos/ y cualquier alemán os seduciría/ con el santo y seña] de las respuestas sagradas/os reconozco/ en vuestra coquetería de víctimas/ y aunque redacte un auto de fe/ ante cada desgracia] lo hago descreído/ de la suerte de mi ciutadania/ cuestionada por el mestizaje de mis recuerdos/ por el mestizaje de mis muertos y mis vidas// y sobre todo/ por el alevoso mestizaje de la fonética (6, p. 296)

33 Les mots qui selon le grammairien Josep Pau Ballot i Torres ont valu au catalan sa réputation d'être « âpre et dur », ou du moins les exemples qu'il cite (fruyt, trull, foch, cap, tros, trau, lletg, front, creu), sont tous des monosyllabes entravés : « Diuhen alguns, que nostra lengua es aspre y dura, y citan per axó la pronunciació de algunas paraulas, com: fruyt, trull, foch, cap, tros, trau, lletg, front, creu, que per no tenirles acostumadas lo sèu oido encontran en ellas alguna duresa. » Josep Pau Ballot i Torres, Gramática y apología de la llengua cathalana, Barcelona, Estampa de Joan Francisco Piferrer, 1814, p XII.

34 « Crascitar, v. n. Lanzar, soltar ó despedir graznidos el cuervo. Este verbo se tomó, por onomatopeya, del cras y croc de los cuervos. » Ramón Joaquín Domínguez, Diccionario nacional o Gran diccionario clásico de la lengua española, 1847.

35 Expression devenue courante suite à la publication par Francesc Candel de l’essai Els altres catalans sur les « immigrés » venus d’autres régions de l’État espagnol (1964).

36 Le grhilcec (Grup de Recerca en Història de la Llengua Catalana de l'Època Contemporània) de l’uab (Universitat Autònoma de Barcelona) se donne ainsi entre autres objectifs : pour la période franquiste, « estudis sobre episodis de resistència lingüística del català per part d'institucions, com Òmnium Cultural, i per part de mitjans de comunicació (ràdio i premsa); et concernant la « langue standard » : « el procés d'estandardització de la llengua catalana iniciat a principi del segle xx ».

37 Le slogan franquiste « Una lengua, un imperio, una espada » inspira en Catalogne le fameux slogan « Habla la lengua del imperio ».

38 En 2012 encore, La Vanguardia (19 mars 2012) se fait ainsi l’écho, sous le titre « Per què els bilingües són més intel·ligents? », d’un article paru deux jours plus tôt dans le New York Times : « Why Bilinguals Are Smarter ».

39 À titre d’exemple, Sabino Arana reprochait déjà au catalanisme sa volonté d’intégration: « La política catalana consiste en atraer a sí a los demás españoles; la vizcaína en rechazar de sí a los españoles como extranjeros. […] Los catalanes quisieran que no sólo ellos, sino también todos los demás españoles establecidos en su región hablasen catalán; para nosotros sería la ruina el que los maketos residentes en nuestro territorio hablasen euskara. » « Errores catalanistas », in Bizkaitarra, 16, 31 octobre 1894. Vázquez Montalbán perçoit néanmoins les craintes d’« une partie du nationalisme traditionnel »: « […] no sigui que hi hagi un mestissatge cultural "que farà irrecognoscible Catalunya". » Barcelones, op. cit., p. 259.

40 De même que Vázquez Montalbán n’a dominé sa « peur de parler catalan en public » que durant la Transition, au cours d’une réunion politique où il avait été pris à partie pour être intervenu en castillan : Quim Aranda, Què pensa…, op. cit., p. 85-86.

41 Quatre horitzons,/ quatre barres de fum,/ gent rica al nord,/ la vida eterna al sud./ La mar salada a l'est/ a l'oest la gent xarnega.// Barcelona, Barcelones.// Ciutat Comtal / d'imperis de vitrall,/ ciutat vídua/ de poder i de somnis,/ rosa de foc/ de la revolta obrera.// Ciutat vençuda/ pels cabdills més bàrbars./ Ciutat venuda/ pels seus fills menys fidels,/ blanca de dia/ però de nit vermella.// Cada desfeta, una festa,/ cada festa, un tortell,/ cada muntanya, una verge,/ cada verge, un fillet,/ cada desig, memòria./ Tota memòria, és enyor. // Rambles avall,/ la tieta passeja el gos,/ Sant Jordi, el drac,/ el mafiós, el camell,/ el gai, el gat/ i tothom, l'esquelet.// Quatre horitzons,/ quatre barres de fum,/ quatre cantons,/ quatre regles d'enyor, / quatre barres de pa,/ quatre barres de sang i fetge. // El port és un estany,/ el Tibidabo, un puny,// la Rambla, un gos perdut,/ la gent, un riu vençut./ De ben poc has fet un món/
i de les pedres, tendresa. 

(« Quatre horizons,/ quatre colonnes de fumée,/ les riches au nord,/ la vie éternelle au sud,/ la mer salée à l’est/ à l’ouest les xarnegos.// Barcelone, Barcelones.// Ville comtale/ aux empires de vitrail,/ ville veuve/ de pouvoir et de rêves,/ rose de feu/ de la révolte ouvrière.// Ville vaincue/ par les chefs les plus barbares./ Ville vendue/ par ses enfants les moins fidèles,/ blanche le jour/ mais rouge la nuit.// Chaque défaite, une fête,/ chaque fête, un tortell,/ chaque montagne, une vierge,/ chaque vierge, un enfant,/ chaque désir, nostalgie./ Tout souvenir est nostalgie.// En descendant les Ramblas,/ tantine promène son chien, / Saint Georges, son dragon,/ le mafieux, son dealer,/ l’homo, sa cuite/ et tout le monde, son squelette.// Quatre horizons,/ quatre colonnes de fumée,/ quatre coins,/ quatre règles de nostalgie,/ quatre pains,/ quatre bandes de sang et de tripes.// Le port est un étang,/ le Tibidabo, un poing,/ la Rambla, un chien perdu,/ les gens, un fleuve vaincu./ De bien peu tu as fait un monde/ et des pierres, de la tendresse. »

42 « […] és la crònica de la meva ciutat, però implicant-hi totes les ciutats possibles que conté, perquè la tesi prèvia i imprescindible d’aquest llibre és quen com tota obra de creació, Barcelona no és Barcelona, sino Barcelones. La cultura ja ha codificat una Barcelona brillant i mesocràtica, que és la que surt als llibres. Jo he volgut destacar uns quants solistes del cor que fins ara havien estat deixats de la mà de Déu, i he volgut contribuir d’aquesta manera a una memòria diferent d‘una ciutat pluridimensional », Barcelones, op. cit., p.7.

43 Ce fragment de la chanson populaire « Eres alta y delgada » (Eres como la rosa/ de Alejandría,/ colorada de noche,/ blanca de día) est plusieurs fois cité dans l’œuvre de Vázquez Montalbán et donne son titre au roman La rosa de Alejandría (1984).

44 « Flor de nit » (sur une musique d’Albert Guinovart) est représentée pour la première fois en 1992 par la compagnie Dagoll Dagom au théâtre Victoria de Barcelone. On peut voir une vidéo complète de cette mise en scène sur youtube : https://www.youtube.com/watch?v=x_fZMZ3LIjM. Il existe aussi un album de chansons : Flor de Nit (2 CD) – Dagoll Dagom - 1992 PDI. Le pdf du tapuscrit fourni par Vázquez Montalbán est consultable en ligne sur la Biblioteca Virtual Cervantes : http://www.cervantesvirtual.com/nd/ark:/59851/bmcbv7d7. La typographie distingue par des majuscules les textes en vers (dialogues ou chansons proprement dites), les indications scéniques et dialogues non chantés étant écrits en minuscules.

45 Mais le seul texte mêlant les deux langues est une chanson du propriétaire du local, el Gran Thonet : gran thonet : cada “noche” aquí us espero/ “con el puro y” el barret /“calle del marqués del duero"/ conegut pel paral·lel./ hi ha carrers que “tienen niñas”/ hi ha carrers que “tienen” flors/ hi ha carrers que “tienen”...// dos del públic : putes! / gran thonet : hi ha carrers que ho tenen tot. (IX) Ici encore, donc, l’écriture bilingue présente un caractère comique.

46 Nom populaire de l’avenue Marqués del Duero, célèbre pour ses lieux de distractions nocturnes, et surnommée pour cette raison Via del pecat. Voir p. ex. Rossend Llurba, Història del Paral·lel – Memòries d’un home del carrer (ouvrage laissé incomplet à la mort de son auteur en 1954), Albert Arribas (ed.), Barcelone, Comanegra, 2017.

47 el meu estimat fillol/ sebastià reynals/ un dels intel·lectuals/ arreu més celebrats. (V)

48 Les trois « dandys», Reynals, Patrick Red et Arrufat sont définis par Arrufat en ces termes : un escriptor que ha perdut la inspiració,/ un lord anglès que ha perdut l’orientació/ un empresari que ha perdut la vocació, puis par Reynals avec cette variante : un escriptor que ens ha perdut la vocació/ un lord anglès que vol fer la revolució/ i un empresari que ha perdut la inspiració (IX)

49 Vázquez Montalbán se souvient sans doute du personnage d’Hortènsia Portell, du roman Vida privada (1932) de Josep Maria de Sagarra. Ce personnage était inspiré d’Isabel Llorach : « una dama pròcer, reina d’un saló per on passava "la flor i nata de Barcelona". » Barcelones, op. cit., p. 125 et 182.

Les Brusi étaient une grande famille de Barcelone, d’où le nom populaire du journal (Diario de Barcelona) qu’ils avaient fondé en 1792, el Brusi.

50 Ainsi Miguel Primo de Rivera (V), Ramón Franco (XIX), Goded (XXVII). On reconnaît aussi Lorca et Dalí tels que les décrit Patrick Red : el mateix dia, al mateix lloc,/ he conegut/ […] un andalús/ que és un poeta collonut/i el seu amant/ un pintor boig i empordanès […]. (viii).

51 «Se pasó de una dictadura a un periodo de grandes esperanzas y, de ahí, al miedo. Flor de Nit es una metáfora de la ciudad, conflictiva de día y lúdica de noche». Vázquez Montalbán, in Albert de la torre, « Flor de nit », El País, 30 mars 1992.

52 La seule chanson en catalan de Mimí, qui se présente comme xarnega agradecida, est aussi la seule qui évite les sous-entendus grivois. À noter qu’elle se fait corriger son accent lorsqu’elle chante en catalan «L’amor no és cec» (« L’amour n’est pas aveugle ») et prononce sec (« sec »), avec un e ouvert, au lieu de cec avec un e fermé (XIII).

53 Al piano, un compositor austríac: Romberg, interpreta una peça crispada i experimental, mentre Coloma Pagès la canta, i un poeta andalús recita versos lliures. (XIX)

54 La chanson Flor de nit, écrite pour Rosa par Reynals, qui revient plusieurs fois avec des variantes, pose explicitement la même dualité que la chanson Barcelones : I sóc com tu/ ciutat del desig/ ciutat de la memòria/ blanca de dia/ però de nit vermella. (II)

55 quimet pons i madriles : vosaltres heu estat els propietaris/ de les paraules i les llibertats/ […] vosaltres dispareu sempre a l’esquena/ la llei de fugues ens heu aplicat/ vosaltres carregueu amb mil cadenes/ homes i dones del proletariat.

arrufat: nosaltres hem estat els empresaris/ que hem fet possible la prosperitat/ i en paga ens heu fet destinataris/ de les revoltes i dels atemptats. (III)

56 quimet: la gent crida pels carrers/ visca macià que és català/ mori cambó que és un cabró

madriles: de la gent no en facis cas/ macià o cambó és el mateix./ vosotros orgullosos catalanes/separatistas del pueblo español/ habláis de lucha pero luego os basta/ con que el domingo el barça marque un gol.

57 coloma ordinària i popular […] : divertida però vulgar

quimet:: milionària i resplendent […] divertida però indecent.

rosa: hi ha la ciutat rica que s’alça/ orgullosa i benestant/ que en el fons del cor és falsa/ com ho són aquests brillants

reynals: hi ha la ciutat pobra que acusa/ orgullosa i inquietant/ que fa mal però mai s’excusa/ i és injusta i ignorant. (xiv)

58 « Me puedo sentir catalán en algunas circunstancias de mi vida […], de la misma manera que me puedo sentir español o me puedo sentir europeo. […] De donde sí que soy, con seguridad, es de una ciudad […].» Georges Tyras, Geometrías…, op. cit., p. 36.

59 « Fa uns quants anys vaig escriure que els mestissos teníem dues possibilitats de silenci, ara puc afegir que també disposem de dues possibilitats de mirada.» « La globalitazció », Avui, 4 décembre 1999. Cité par Carles Geli et Marcel Mauri, El món…, op. cit., p. 389.

60 On souligne en gras les fragments en catalan. Toutes les traductions sont de l’auteure de l’article.

61 le signe ] indique un décrochage typographique à l’intérieur du vers.

62 D’après Florence Estrade, L’œuvre poétique de Manuel Vázquez Montalbán (1939-2003), Thèse de l'Université de Paris Sorbonne, 2006, p. 184.

63 Vázquez Montalbán cite cet air sous le titre « Arri », Joan comme exemple de chanson très populaire. Barcelones, op. cit., p. 166.

64 Barcelones, op. cit., p. 120.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Denise Boyer, « Présence du catalan dans l'œuvre en vers de Manuel Vázquez Montalbán : écriture métisse, écriture du métissage », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En línea],  | 2020, Publicado el 13 enero 2021, consultado el 16 enero 2021. URL : http://journals.openedition.org/ccec/10723 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccec.10723

Inicio de página

Autor

Denise Boyer

Sorbonne Université

Inicio de página

Derechos de autor

© CCEC ; auteurs

Inicio de página
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université d'Angers
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search