Navigation – Plan du site

AccueilCahiers de civilisation espagnole...25ÉtudesDossier "1939-2019 : Quelle(s) mé...De la recherche scientifique au d...

Études
Dossier "1939-2019 : Quelle(s) mémoire(s) pour les exilés républicains espagnols en France? Entre l'intime et le politique"

De la recherche scientifique au documentaire sur la migration, des mémoires en mouvement

De la investigación científica al documental sobre la migración, memorias en movimiento
From scientific research to documentary about migration, memories in motion
Eva Léger

Résumés

Ce texte introspectif propose d’explorer le cheminement qui m’a amenée de la recherche scientifique à l’écriture documentaire. Il parcourt l’objet du documentaire sonore intitulé D’Alicante à Tulle, une mémoire en exil réalisé en 2018 en collaboration avec Julien Varigault, pour aborder plus largement la question des mémoires de l’exil espagnol et comment elles se sont imposées à moi comme cadre référentiel dans mon parcours de vie. En explorant ce passé douloureux, cet article interroge la trace et nos possibles empreintes sur le présent.

Haut de page

Notes de l’auteur

L'auteure est réalisatrice du documentaire sonore D’Alicante à Tulle, une mémoire en exil, en collaboration avec Julien Varigault (2018). Article publié initialement dans Écritures de la révolution et de la guerre d’Espagne, sous la direction de Geneviève Dreyfus-Armand et Odette Martinez-Maler, numéro spécial d’Exils et migrations ibériques aux XXe et XXIe siècles, nouvelle série, nos 9-10, Paris, Riveneuve éditions, 2019.

Texte intégral

  • 1 Le documentaire sonore a reçu le soutien de Peuple et Culture Corrèze, de l’Office National des Anc (...)

1Le 9 juin 2018, l’association Peuple et culture et l’onac de la Corrèze organisent à Tulle une diffusion publique du documentaire sonore réalisé en collaboration avec Julien Varigault : D’Alicante à Tulle, une mémoire en exil1. Un titre un peu vague pour un travail fondé sur le récit de Máximo Pastor Mullor, fils d’exilé espagnol pendu à Tulle lors du massacre du 9 juin 1944.

  • 2 fpp : Fréquence Paris Plurielle, radio associative fondée en 1992. Elle s’écoute en région parisien (...)

2Il s’agit là pour Julien et moi, d’un premier travail documentaire. Notre expérience de réalisation commune d’émissions, de jingles et de reportages pour la radio associative Fréquence Paris Plurielle2 nous a encouragés à explorer plus en profondeur le vaste champ de la création sonore à travers l’écriture, la composition et la réalisation documentaire.

  • 3 Eva LégerL’exil républicain espagnol en Limousin. Cartographie des mémoires, des identités et des (...)

3C’est en 2013 que j’ai recueilli le récit de Maximo Pastor à Alicante. Il s’était rendu pour la première à fois Tulle en 2011 sur les traces de son père. Mes recherches s’orientaient alors sur les mémoires et identités de l’exil républicain espagnol dans le Limousin3. J’ai été mise sur la piste de cet homme et de sa mémoire familiale tout juste exhumée à une époque où l’on ne disposait que de très rares informations sur les Espagnols ayant péri au cours du massacre.

4Si le point de départ du recueil de la parole de Máximo Pastor se situe là, dans le cadre informatif et réflexif de la recherche scientifique, sa transformation en objet documentaire s’inscrit dans un autre registre, dicté par d’autres logiques.

5Ce cheminement voire ce glissement de la recherche vers la création documentaire va donc être au cœur du texte que je propose ici. Un récit d’expérience assez personnel qui constitue, il me semble, un regard de côté sur les mémoires de l’exil espagnol avec lesquelles j’entretiens un lien particulier.

6Je suggère donc nous intéresser au documentaire, tout d’abord dans son contenu, mais aussi comme un point de passage entre la recherche et la création sonore, entre le passé et le présent. Je souhaite aussi interroger la transformation d’une source orale en objet d’écriture créative, et voir aussi comment les traces de cette mémoire douloureuse de l’exil peuvent marquer une multiplicité de présents.

7Samedi 9 juin 2018 à Tulle, j’étais loin d’imaginer les effets de la diffusion collective du documentaire sonore. L’émotion était palpable, parce qu’il s’agissait d’un jour de commémoration du massacre mais aussi du fait de la présence de Máximo Pastor, 80 ans, venu avec son fils pour l’occasion. Le documentaire le racontait lui, l’histoire d’un fils privé de son père, le cheminement de cette mémoire familiale à travers les frontières.

8C’est seulement en 2010 que Máximo Pastor fait une recherche Internet sur les traces de la disparition de son père à Tulle, soixante-six ans plus tôt. Il se heurte alors à une réalité bien différente de la légende du père décédé en exil qui circulait au sein de cette famille « rouge » espagnole d’Alicante. Il découvre alors que Máximo Pastor – son père –, anarchiste espagnol ayant fui la répression franquiste, a été pendu le 9 juin 1944 par les nazis dans la cité corrézienne.

9Máximo n’a connu son père qu’à travers les lettres de l’exil que celui-ci adressait à sa famille restée en Espagne. Mais en juin 1944, les missives ont cessé d’arriver. Des mois pour obtenir une réponse de la Croix Rouge et le verdict tombe, froid et distant : « Máximo Pastor Pastor –son père – est décédé, victime de la barbarie nazie ». Máximo – fils – n’a jamais oublié le cri de sa mère, comme une empreinte sonore profonde gravée dans sa mémoire. On imagine qu’il est mort, fusillé ou tué au combat. La légende, à demi-mot, s’est façonnée avec le temps dans cet espace privé. On en parle rarement, de peur des représailles, mais Máximo Pastor – père – est toujours là, comme l’image floue et secrète d’une figure mythique, exemplaire.

10Au début des années 2000, près de trente ans après la mort du dictateur et l’instauration de la monarchie parlementaire en Espagne, une partie de la société civile revendique le droit d’en savoir plus sur le passé de la guerre et de la répression franquiste. Blanca, la belle-fille de Máximo – fils –, décide de lever le tabou qui pèse sur la famille Pastor. Elle l’incite à regarder sur Internet les circonstances du drame de Tulle et de la mort de son père. Il découvre avec effroi l’ampleur du massacre perpétré par les S.S. de la division Das Reich. Au petit matin du 9 juin, les hommes de la ville sont réunis dans la manufacture d’armes. Après un tri préalable, 99 d’entre eux sont pendus aux balcons et réverbères, 149 autres sont déportés dans les camps de la mort.

11Máximo trouve le nom de son père parmi la liste des pendus. Après le choc, il choisit de se concentrer justement sur cette liste. Son père, supplicié, massacré violemment, enterré à la hâte dans la décharge publique après le massacre, a ensuite, après la Libération, été inhumé dignement, et commémoré au même titre que les autres victimes du drame.

12Sans plus attendre, Máximo – fils – et sa famille prennent la route pour se rendre à Tulle. En quête de réponses, ils trouvent une oreille bienveillante pour leurs mots teintés de sonorités étrangères. L’envie de connaître les circonstances de la mort du père, le lieu où il est enterré, les traces de son passage dans la cité, s’efface peu à peu au profit d’un travail plus profond de réparation symbolique. C’est le traitement mémoriel des événements qui referme peu à peu les plaies ouvertes du passé. Máximo, en participant aux commémorations du 9 juin à Tulle, ne rend pas hommage à son père, il célèbre ceux qui se sont battus, en France comme en Espagne pour la liberté.

  • 4 Le 10 juin, la Division Das Reich se rend à Oradour-sur-Glane où elle massacre toute la population, (...)

13L’entrevue avec Máximo avait d’abord été motivée par la recherche de données sur les Espagnols emportés au cours des deux massacres d’ampleur perpétrés par les nazis en Limousin en 1944 (Tulle et Oradour-sur-Glane4).

14Au-delà des informations recueillies sur son père – un parcours singulier révélateur de la réalité vécue par les exilés espagnols –, c’est la posture et le discours de Máximo qui ont particulièrement retenu mon attention. Les faits racontés sont devenus secondaires, car plus que l’histoire en elle-même, c’est la relation qu’il entretient avec ce passé, sa manière de le voir, sa façon de le considérer qui m’ont intriguée. Depuis ma place de jeune chercheuse sensibilisée très tôt à la mémoire de la Seconde Guerre mondiale, il m’était difficile de concevoir que d’autres aient pu être privés de leur passé récent. J’ai été profondément touchée par la transformation des souvenirs par Máximo, la création poétique d’une figure paternelle, l’usage des objets le reliant à son père pour palier à la confiscation institutionnelle de la mémoire familiale.

15La voix de Máximo est de celles qui ont été étouffées par l’oppression et par plusieurs strates de mémoires dominantes. C’est la voix d’un orphelin, celle d’un fils de « rouge » sous la dictature de Franco, privé de la parole dans l’espace public, n’ayant pu rendre hommage à son père. C’est aussi la voix d’un fils d’exilé, dont le père disparu a été noyé dans le flot de la violence nazie de masse en Limousin. À Tulle, à Oradour-sur-Glane, les victimes espagnoles, commémorées avec toutes les autres, sont longtemps demeurées inconnues.

16La voix de Máximo, enfouie, souterraine, émerge en 2010 pour se joindre à celles qui veulent rappeler cette mémoire. Si la douleur est bien présente dans son timbre, c’est avec beaucoup d’apaisement qu’il affronte aujourd’hui cette répression passée qui a profondément fait basculer le cours de sa vie. Un message serein qui tranche avec l’émotion palpable qui modifie sa voix, sa respiration, son débit de paroles.

17Après presque 70 ans, Máximo renoue avec le passé et peut enfin se réapproprier l’histoire familiale. Les lettres conservées chez lui sont les preuves tangibles de la relation épistolaire qui l’a uni à son père et celles d’un destin familial bouleversé.

18Pour créer cet objet de transmission, faire émerger cette parole sourde, c’est très naturellement que Julien et moi nous sommes orientés vers le documentaire sonore, radiophonique. La voix de Máximo, puissante, rauque, son ton, tantôt envahi par la tristesse, tantôt teinté de malice, n’avaient pas besoin d’image pour l’accompagner. Il nous a donc fallu créer une pièce sonore à même de maintenir l’auditeur et l’auditrice en haleine pendant cinquante minutes et en mesure de susciter chez eux des images mentales éloquentes.

19D’autres sources sont venues compléter le récit de Máximo, des traces matérielles qu’il a fallu transformer en matière sonore : les lettres du père de Máximo, un objet palpable et fragile qui constitue un repère immuable pour le fils. Comment montrer à l’auditeur cette transmission indirecte de l’affection paternelle, cette encre qui, malgré la séparation, coule dans les veines de son fils ? Recréer la voix du père que le fils n’a jamais entendue pouvait paraître artificiel au départ. Il nous fallait traduire cette idée d’une mémoire qui passe par le corps, par l’ouïe, Máximo se souvenant des sons des lectures des lettres avec sa mère. Les mots tendres adressés à une épouse et à un fils, nous avons choisi de les confier à un homme de l’âge de son père à l’époque, une voix grave, latine, profonde. Sa lecture est sobre, pudique.

20Nous avons maintenu les silences de Máximo, les moments de glissements du regard de l’adulte sur les chagrins de l’enfant qui ponctuent et rythment sont récit. Nous avons recherché des notes de musiques tantôt mélancoliques, tantôt profondément joyeuses pour accompagner les actes racontés. Julien Varigault les a matérialisées à la guitare, sèche, simple. Il nous fallait aussi une voix sobre pour la traduction, concernée et empathique. Un homme, un peu plus jeune que Máximo, s’est lancé dans l’exercice.

21Pour évoquer une mémoire sensorielle, faire travailler l’imaginaire des auditeurs, favoriser la construction d’images mentales, leur confier le soin de ressentir par eux-mêmes les sensations : nous avons agrémenté le documentaire d’évocations sonores des odeurs du foyer, de la cuisine de Máximo et Maribel, son épouse. Les sons extérieurs de la mer Méditerranée et de la rivière Corrèze nous placent tantôt à Alicante tantôt à Tulle et plantent les décors des souvenirs évoqués ou des lieux d’énonciation. Nous avons également proposé dans cet habillage sonore une recréation des sons intérieurs aux émotions : le cœur battant quand celles-ci sont trop intenses, qui vient se juxtaposer aux silences évocateurs de Máximo.

22Si la narration appartient davantage à un registre dramatique, l’ambiance du documentaire reflète la réalité de la vie sociale de Máximo. Ainsi, il nous a semblé important de mettre à distance un récit chargé de douleur au profit d’anecdotes légères et amusantes contées par des voix extérieures incarnées par sa femme, sa famille, les habitants de Tulle qui l’ont rencontré. Ce documentaire doit échapper au discours victimaire afin de mieux faire ressortir le caractère enjoué et rieur du principal narrateur de cette histoire, Máximo. S’il est important pour nous de dénoncer la confiscation du passé par des régimes d’oppression, nous avons aussi voulu montrer que la démarche de Máximo est exemplaire. De fait, celui-ci ne se contente pas de mettre en lumière son père ou de le présenter comme une victime du nazisme. Il inscrit son parcours dans une lutte politique collective, celle des Espagnols qui se sont soulevés contre le franquisme en Espagne, celle des résistants antifascistes en France et à travers le monde, et montre par là-même son adhésion aux valeurs défendues par son père. Malgré son absence, une transmission s’est réalisée, c’est ce que nous voulons transmettre à notre tour aux auditeurs.

23Le documentaire sonore semble à même de traduire la force de l’oralité dans la transmission ou la non-transmission de la mémoire. En donnant la parole à un fils d’exilé espagnol chassé de son pays puis massacré par les nazis en France, le documentaire vise à mesurer et à faire ressentir à l’auditeur l’empreinte d’un passé violent, douloureux et injuste sur les individus. Il envisage également de montrer les conditions d’émergence des souvenirs et comment les institutions sélectionnent les événements passés. En cela, la voix de Máximo s’oppose ainsi au pacte de silence imposé par les instances étatiques espagnoles après la mort de Franco. Elle ravive la mémoire de l’exil espagnol dans le Limousin et poursuit le travail de mémoire des victimes du massacre de Tulle. Une voix et une parole multiple, celle de Máximo, le père comme le fils, tendre et idéaliste.

24La réalisation du documentaire constitue l’un des prolongements du travail de recherche effectué dans le cadre du doctorat à Nanterre. L’exil républicain espagnol en Limousin : cartographie des mémoires, des imaginaires et des appartenances plonge dans les mémoires d’une trentaine de familles de l’exil espagnol dans cette région du centre de la France. Il s’agissait de travailler sur les représentations et usages du passé dans les familles de l’exil, en s’appuyant sur des entretiens semi-directifs réalisés pour l’occasion auprès d’exilés et de descendants d’exilés dans la région.

25J’ai recueilli des récits divers et détaillés, dans l’optique qu’ils soient ensuite déposés en archives parce qu’il me semblait nécessaire de conserver et préserver ces traces sonores du passé, malgré les différents filtres par lesquelles elles ont pu passer. Au fur et à mesure de mes recherches, je me suis interrogée sur la fonction de l’entretien. C’est certes un lieu dans lequel une personne me livre des informations sur sa vie, son passé. Mais si je l’envisage d’un autre point de vue, c’est un lieu où l’on offre à une personne la possibilité de s’exprimer sur elle-même, sur sa vie, sur son passé. Ce qui, somme toute, arrive assez rarement dans le cours d’une vie (sauf dans le cas d’entretiens tarifés avec des spécialistes). C’est là que je me suis rendu compte à quel point l’entretien individuel a constitué un espace privilégié pour la prise de parole, d’où un effet cathartique la plupart du temps. J’ai très vite considéré ce recueil de témoignage comme une parole enregistrée en vue d’une conservation des souvenirs inscrite dans un temps précis. La préservation de ces voix est devenue, pour moi, une préoccupation de premier ordre. Or, en 2008 déjà, il était tard pour tenter d’avoir un récit fidèle des événements du passé. Le filtre du temps bien sûr. La raréfaction des derniers témoins, des derniers combattants et combattantes, des derniers protagonistes de l’exil. Était-il trop tard pour recueillir et conserver ces mémoires ? Comment les conserver, pourquoi les conserver ?

26J’ai eu le privilège de suivre, en 2009, le séminaire « Fabrication de la source orale en histoire contemporaine : théorie et pratique » à la bdic. J’ai été aiguillée, orientée et confortée dans mon idée que la préservation des voix peu audibles, minoritaires, leur transformation en archives orales, constituait un legs pour l’avenir. J’ai alors compris que la démarche du chercheur pouvait aussi s’inscrire dans une forme d’engagement, qu’il peut contribuer à investir des espaces pour donner à entendre, un jour, des voix qui contrastent avec les discours dominants qui marquent son présent.

  • 5 En faisant référence au son, il convient de citer les travaux de Patrick Pépin, Christine Digier et (...)

27Comment passe-t-on de la démarche de conservation à l’écriture documentaire ? Il me semble qu’il s’est agi d’engager une réflexion sur la trace : le fils exhumant les traces du père et moi, cheminant sur les traces du fils. J’ai pu trouver, dans le récit de Máximo, presque tous les constituants de la « mémoire » étudiés dans ma thèse. Son récit m’a semblé exemplaire parce qu’il évoque : l’héritage du nom, les lieux de mémoire, les traces et les empreintes, les récits dominants, les entrepreneurs de mémoire, les récupérations et réappropriations des mémoires, la dimension transnationale de la mémoire, les représentations, les liens étroits entre mémoire et identité. C’était donc une concrétisation du travail de recherche. Mais c’est aussi une opération créative de divulgation scientifique, dans le sens où j’ai souhaité partager ce récit, cette histoire, au-delà d’un cadre universitaire restreint. À Tulle, j’ai pu observer que la complexité du personnage de Máximo Pastor ne pouvait pas s’exprimer entièrement en langue française. Cet homme m’a livré sa lecture de son propre passé, de celui de son père, avec son propre langage. Un langage qui est entré en résonnance avec ma propre grille de lecture sur le passé, mes propres cadres d’analyse. J’ai donc eu envie d’activer un point de passage, de créer un objet de transmission accessible en français et en espagnol, pour faire tomber une barrière linguistique alors que les frontières mémorielles sont toujours présentes. Le chercheur a ainsi une position d’observateur privilégié en convoquant les différentes dimensions de la mémoire et de l’identité de l’exil. À mesure qu’il participe à faire surgir la mémoire, il apparaît comme investi d’une mission tacite qu’il se doit d’assumer, celle de divulguer, à son tour, les mémoires de l’exil en donnant à voir et à entendre5 ces expériences plurielles.

28Je me suis donc engagée dans un autre type d’écriture, plus intérieure, faisant appel aux sens, à la fois pour provoquer des ressentis auditifs pour les destinataires du documentaire, mais aussi dans ma propre démarche, en laissant plus de place au sensible dans l’« objet de divulgation scientifique ».

29Il a évidemment fallu faire des choix narratifs, privilégier un décor sonore plutôt qu’un autre. L’une des motivations qui présidait au premier voyage de Máximo à Tulle était de voir l’endroit où était enterré son père. Les corps ayant été enterrés à la va-vite dans la décharge après le massacre, ils ont par la suite été exhumés pour être enterrés dans un lieu digne. Le père de Máximo a été « hébergé » au cimetière de Tulle, dans le caveau d’une famille corrézienne avant d’être placé sur le lieu même du premier enterrement, aménagé pour offrir une sépulture digne aux victimes. Depuis 1944, le lieu a souffert de diverses péripéties dues aux intempéries, les corps ont été à nouveau déplacés si bien que le corps du père de Máximo était introuvable dans les archives. Michel Trésallet, fils de déporté de Tulle, a mené l’enquête afin que son ami Máximo sache où se recueillir.

30J’ai choisi de ne pas faire figurer cet aspect – pourtant très important – du récit de Máximo. Je n’ai pas su trouver le biais pour le retranscrire simplement, pour lui donner une puissance sonore.

31Pour illustrer Tulle, je me suis accoudée au bar. J’ai observé les échanges entre Máximo et Didier dans cette langue hybride qui n’appartient qu’à eux. J’ai revécu, dans ce petit bar corrézien, du fait de la présence de Máximo, les sensations du bar espagnol. En écrivant cet article, je me rends compte qu’il m’est impossible d’expliquer par des mots ces ressentis et vécus du bar, cette ambiance particulière qui là, à ce moment précis, dans le Tullois, l’avait converti en un espace sans aucune frontière. Le son a ceci de précieux qu’il peut se passer de mots pour exprimer un ressenti, une idée, une émotion…

32Parce qu’il s’agit bien d’un travail empreint de ressentis et d’affect. Il m’a donc semblé cohérent que des proches interviennent dans le documentaire : mon amie Paloma León qui m’a permis de rencontrer Máximo Pastor, mon camarade Juan Ramon López Baissón pour la voix du père de Máximo, mon propre père, Patrick Léger, pour la voix de traduction de Máximo.

33En outre, j’ai dû moi aussi, comme les descendants d’exilés dans leur quête identitaire, mener une forme d’introspection pour trouver d’où me vient ce rapport particulier avec l’exil espagnol. J’ai pu exhumer un personnage de mon enfance, Tomás Cañizares, anarchiste espagnol, le grand-père de Violette, une voisine proche du village de mes parents. Tout au long de mon doctorat, et encore aujourd’hui, on m’a demandé si j’étais d’origine espagnole. Sans avoir de lien de sang, j’ai toujours eu un lien puissant qui m’a rattachée à Violette et à son grand-père, à cette histoire de déracinement, d’engagement, de destins basculés, d’amertume. En préambule à ma thèse, j’écrivais :

Il s’appelait Tomás Cañizares. Je n’ai qu’une seule image de lui, floue, suspendue dans mes souvenirs d’enfance. Il a les cheveux très blancs, il est assis au bout d’une grande table installée sur le parvis de la maison de ma voisine, Violette, sa petite-fille, grande amie de mes parents. Je dois avoir sept ou huit ans. Ce souvenir me fascine, d’une part parce que je n’en ai retenu qu’une chose : quand il parle, seul au bout de la table, tout le monde l’écoute. D’autre part, j’ignore si cette scène figée dans ma mémoire a été réelle, ou si elle n’a pas été façonnée par le temps, et par les recherches que je mène au présent. Tomás Cañizares, anarchiste catalan, plane sur mes souvenirs d’enfance. Tout, dans la maison de Violette que j’ai longtemps sillonnée, semble rappeler ses origines étrangères, et notamment les photographies qui parsèment les murs de sa vieille bâtisse rénovée. S’il me faut trouver un point de départ à cette recherche sur l’exil en Limousin, je crois qu’il se situe là, dans le lieu-dit de mon enfance, entre mes rares souvenirs et une mémoire exhumée, convoquée dans des conversations d’adultes, près de vingt ans après. À mesure que j’écris ces quelques lignes, les souvenirs prennent sens, ils expliquent mes actes au présent.

  • 6 Anne muxel, Individu et mémoire familiale, Paris, Hachette Littératures, 2007, p. 17.
  • 7 Ibid.

34J’ai donc pris conscience de cette inscription dans mon parcours des mémoires de l’exil en tant que « mémoire référentielle »6, selon la définition d’Anne Muxel : « L’antériorité est mobilisée pour définir un cadre d’expériences, de références et de valeurs, permettant de mieux circuler dans le présent. Elle fonctionne aussi comme une mémoire-repère, mais elle concerne moins l’histoire familiale et les personnages que les principes, exemples, modèles de croyance et de comportements mis en œuvre par celle-ci »7. C’est en prenant conscience de mon propre rôle en tant que réceptrice privilégiée de la parole de l’autre que j’en suis venue à me sentir héritière (plus que dépositaire) de cette parole enregistrée. Je me suis rendu compte que l’exil fait aussi partie de mon histoire. Je m’en suis nourrie et c’est aussi ce qui conditionne mes actes au présent.

  • 8 Intervention de Richard Dindo, dans l’ouvrage collectif Filmer le passé, Condé-sur-Noireau, L’Harma (...)
  • 9 Office Français pour les Réfugiés et Apatrides.
  • 10 Cour Nationale du Droit d’Asile.

35Pour conclure ce texte sur ces explorations narcissiques, j’aimerais dérouler encore un peu plus de fil de mes préoccupations actuelles. L’exil d’hier se reflète dans les drames d’aujourd’hui. Cette situation passée entre en résonnance avec les événements présents, à une autre échelle. Des migrants qui traversent les frontières de l’Europe pour se heurter à des murs d’indifférence, se confronter à des logiques sécuritaires, de rejet, d’exclusion. Quand les autorités grignotent chaque fois plus leurs droits pour en faire des indésirables, cultiver l’image des étrangers sanguinaires menaçant l’identité et la sécurité nationales. Agir sur le futur ? Ne pas laisser les discours dominants l’espace public effacer notre présent. Conserver une trace : « Celle qui subsiste lorsque tout est détruit. Celle qui retient un fragment de passé, exhibe un bout de preuve, signale que quelque chose a eu lieu ici. La trace, meilleure alliée du temps… »8. Cette préoccupation de la trace pour la thèse, les archives orales, l’écriture documentaire en serait presque devenue une obsession. Que va-t-il rester du passage en Europe des hommes et des femmes qu’on appelle aujourd’hui « les migrants » ? Quelle information peuvent-ils/elles transmettre ? Qu’est-ce que le récit pour les migrants d’aujourd’hui ? Les demandeurs d’asile doivent-ils être condamnés à façonner une parole pour qu’elle entre dans les cadres imposés par l’OFPRA9 ou la CNDA10 ?

36Quel espace d’expression pour eux, pour elles ? Quelles traces veut-on qu’il reste de leurs passages ? Doit-on attendre fatalement que leurs enfants ou petits-enfants réclament justice pour l’accueil indigne qui leur est réservé en Europe ?

  • 11 Les comptes-rendus sonores des ateliers radio « Micros ouverts » sont en écoute sur www.rhizome.med (...)

37Depuis le mois de janvier 2018, une fois par mois, nous organisons des ateliers de radio « Micros ouverts » à Limoges. Sous couvert d’échanges interculturels, de découverte du média radiophonique ou de la création sonore, sous prétexte d’apprentissage du français, nous tâchons d’intervenir sur le présent et peut-être un peu plus loin encore. Quand j’interroge Nader, demandeur d’asile soudanais de 27 ans, sur l’avenir des sons que nous enregistrons, il me dit qu’ils deviendront de « doux souvenirs ». Je crois que l’ambition cachée de nos ateliers se situe là, dans la création de tendres souvenirs : fabriquer des objets de transmission, creuser des sillons, nouer des liens puissants, se nourrir mutuellement, se renforcer. Puis, si l’on veut penser à plus long terme : c’est créer des conditions de fixation de ces souvenirs par le son, laisser dans les méandres du numérique11 des traces d’un passage, en Europe, riche de ces liens, et offrir au moins une possibilité pour que les discours dominants de l’exclusion et du rejet ne l’emportent pas sur la générosité de nos échanges.

Haut de page

Notes

1 Le documentaire sonore a reçu le soutien de Peuple et Culture Corrèze, de l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (onac-vg), de la Ville de Tulle, de l’Ateneo Republicano du Limousin et de l’association lir (Laboratoire Itinérant de Recherches sur les Migrations et les luttes sociales). Il est disponible sur www.rhizome.media

2 fpp : Fréquence Paris Plurielle, radio associative fondée en 1992. Elle s’écoute en région parisienne sur le 106.3 FM des ondes hertziennes et en streaming sur www.rfpp.net.

3 Eva LégerL’exil républicain espagnol en Limousin. Cartographie des mémoires, des identités et des appartenances, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, sous la direction de Mme Marie-Claude Chaput et M. Jesús Javier Alonso Carballés, Paris, 2014.

4 Le 10 juin, la Division Das Reich se rend à Oradour-sur-Glane où elle massacre toute la population, faisant 642 victimes. Les ruines ont été conservées après-guerre, le village a été reconstruit à côté du site. Depuis 1999, le Centre de la mémoire retrace l’histoire du drame.

5 En faisant référence au son, il convient de citer les travaux de Patrick Pépin, Christine Digier et Mariannick Bellot : Patrick Pepin et Christine Digier, Mémoire des vaincus: histoires intimes de la guerre d’Espagne, Paris, France Culture, 2004 ; Mariannick Bellot, La mémoire des Républicains espagnols dans le Languedoc-Roussillon, 2006.

6 Anne muxel, Individu et mémoire familiale, Paris, Hachette Littératures, 2007, p. 17.

7 Ibid.

8 Intervention de Richard Dindo, dans l’ouvrage collectif Filmer le passé, Condé-sur-Noireau, L’Harmattan, 2004, pp.14-15.

9 Office Français pour les Réfugiés et Apatrides.

10 Cour Nationale du Droit d’Asile.

11 Les comptes-rendus sonores des ateliers radio « Micros ouverts » sont en écoute sur www.rhizome.media.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eva Léger, « De la recherche scientifique au documentaire sur la migration, des mémoires en mouvement », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 25 | 2021, mis en ligne le 26 janvier 2021, consulté le 17 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ccec/11101 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccec.11101

Haut de page

Auteur

Eva Léger

Docteure en Études Hispaniques, Université Paris Ouest Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université d'Angers
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search