Navigation – Plan du site

AccueilCahiers de civilisation espagnole...printemps 2021ÉtudesCe qui aurait pu être et ne fut ...

Études

Ce qui aurait pu être et ne fut pas. Une perspective cinématographique de la psychiatrie catalane en exil

Lo que pudo ser y no fue. Una perspectiva cinematográfica de la psiquiatría catalana en el exilio
What could have been and was not. A cinematographic perspective of Catalan psychiatry in exile
Cristina Bernaldo

Résumés

Francesc Tosquelles, psychiatre en exil depuis la fin de la Guerre Civile, a exercé son métier à l'hôpital psychiatrique de Saint Alban en Lozère, après avoir passé quelques mois dans le camp de Septfonds. Il y a séjourné pendant la quasi-totalité de la Seconde Guerre mondiale, surmontant sans déplorer de pertes la période nommée « Extermination douce », encore peu explorée par la psychiatrie française. Nous allons étudier comment son témoignage audiovisuel enregistre la poursuite de la psychiatrie catalane d’avant et pendant la Seconde République espagnole et comment celle-ci va continuer à se développer en France.

Haut de page

Texte intégral

Francois Tosquelles : psychiatre, catalan, marxiste

  • 1 Laure Murat, « Le temps de la transmission », in Chimères, 2014, p. 13-19.

1Selon la chercheuse Laura Murat, l’histoire de la psychiatrie a connu trois révolutions décisives1. La première est la réinvention de la psychiatrie par Pinel et son traitement moral consistant à libérer les malades des chaînes et à porter sur la folie un nouveau regard : « le fou n’est plus la bête qu’on enferme mais un citoyen à réintégrer dans la société démocratique ». Avec Pinel, le fou change ainsi de statut, il devient un citoyen qui peut être intégré dans le système de production. La deuxième étape, que cette auteure qualifie de révolutionnaire, est la naissance de la psychanalyse de Freud ; avec lui, les troubles familiaux ou sexuels sont pris en compte lors du traitement des personnes perturbées. La troisième, la psychothérapie institutionnelle initiée par Jean Oury et Francesc Tosquelles, née après la Seconde Guerre mondiale, mais qui commence à se profiler, comme nous le verrons plus loin, au cours du premier tiers du vingtième siècle par la psychiatrie catalane. La psychothérapie institutionnelle, une thérapie qui réélabore l’histoire de la psychiatrie, trouve une alternative au divan dans l’application de la psychanalyse en la transférant dans le centre psychiatrique lui-même. Le patient est éloigné du cabinet et rapproché de l’environnement dans lequel il vit : l’asile, l’institution elle-même. Elle est mise en œuvre pendant que le patient accomplit des activités thérapeutiques telles que l'ergothérapie. Cette technique repose sur deux bases théoriques, le marxisme et le freudisme qui ont beaucoup à voir avec la psychiatrie catalane, en particulier avec les idées de Francesc Tosquelles et de son entourage.

  • 2 Josep Maris Comelles, La razón y la sinrazón. La asistencia psiquiátrica y desarrollo del estado en (...)
  • 3 C'est le titre du libre écrit par son fils avec la collaboration de Enrique Serrano Guerra, Fernand (...)

2Pour plusieurs raisons, les différents chercheurs qui ont travaillé sur la psychiatrie d’avant la Guerre Civile espagnole s’accordent à situer la psychiatrie catalane du premier tiers du xxe siècle au premier rang de la psychiatrie espagnole. Elle a en effet manifesté un intérêt pour la question de l'assistance, avec des propositions innovatrices telles que la proximité des malades avec leurs familles et leur environnement. Elle a également revendiqué la création d'un corps spécialisé d'infirmières capables de s'occuper des malades et, plus spécialement, promu des initiatives publiques en matière de soins pour en finir avec les privilèges de cette époque. En effet, la psychiatrie catalane avait une connotation nationaliste, au sens où ses demandes étaient liées à des projets émanant d’institutions exclusivement catalanes, telles que le Mancomunitat et, plus tard, la Generalitat2. Dans ce contexte s’inscrit la figure de Francesc Tosquelles, définie par son propre fils comme étant psychiatre, catalan et marxiste3. Son intérêt pour la psychiatrie se manifeste dès son enfance, probablement en raison de ses visites à son oncle maternel, médecin de l'hôpital psychiatrique « Pere Mata » de Reus (Catalogne). Doté d'une grande capacité intellectuelle, il obtient son diplôme de Médecine à 21 ans. Il se spécialise rapidement en psychiatrie et commence à travailler dans sa ville natale, dans ce même hôpital psychiatrique qu’il avait visité pendant son enfance. D’un autre côté, son intérêt pour le marxisme n’est pas anodin dans la Catalogne des années 1920, où les mouvements de la gauche radicale avaient des partisans parmi le prolétariat et la classe intellectuelle. Marxiste convaincu, il a ouvertement renié Staline, ce qui a eu des conséquences pour lui au cours et à la fin de la Guerre civile. Il était en effet un militant du POUM (Parti Ouvrier d'Unification Marxiste), parti interdit après les événements de mai 1937, après l'affrontement de ses militants avec ceux du Parti communiste d’Espagne.

3Tosquelles doit faire face, dès les débuts de sa carrière, aux grands événements qui le poussent à pratiquer une psychiatrie de combat. D’abord, il fait partie de la génération de psychiatres qui revendique la réforme psychiatrique, qui n’est entrée en vigueur que lors de l’arrivée de la Seconde République – en raison de son rejet par la dictature de Primo de Rivera. Deuxièmement, il est nommé chef de service du Front d'Aragon, à l'hôpital de Sariñena, et plus tard, à Almodóvar del Campo (La Mancha) par ordre d’Emili Mira i López, Professeur de psychiatrie à Barcelone – le premier à y occuper la chaire de psychiatrie – qui était chargé de la mission de diriger la psychiatrie dans le camp républicain. Là-bas, Tosquelles a créé une communauté thérapeutique sans psychiatres car, selon lui,

  • 4 Affirmations de Tosquelles sur son expérience pendant la guerre à l'hôpital de Sariñena (Aragon), F (...)

Les psychiatres avaient peur des fous, ils avaient une frousse indescriptible. Non seulement ils craignaient de mourir – en morceaux –, mais ils ne comprenaient rien à la situation politique et sociale qui ruinait leurs habitudes et conceptions plus ou moins « bourgeoises »4.

  • 5 Antonio Labad Alquézar, «Teoría y práctica en Tosquelles» in Víctor Aparicio Basauri (coord), Oríge (...)

4Il a préféré utiliser des personnes de son entourage « abogados, pintores, un cura, prostitutas… que en un mes se convirtieron en magníficos cuidadores »5. Resté à Almodóvar del Campo un an et demi, il est parvenu à deux conclusions, expliquées plus tard dans ses articles : la guerre ne produisait pas de nouveaux fous, premièrement et, deuxièmement, il existait des névroses et des psychoses plus facilement guéries à la guerre que dans la vie civile. À l'instar de ses collègues psychiatres du côté républicain, il a tenté de soigner la psychose des soldats aussi près que possible de la ligne du front, les éloignant de l'incertitude de l’arrière puisque, selon lui, elle rendait la guérison plus difficile.

  • 6 Jacques Tosquellas Francesc Tosquelles. Psychiatre, catalan, marxiste., op. cit. , p. 131-137.
  • 7 Dominique Mabin et Renée Mabin, « Art, folie et surréalisme à l'Hôpital psychiatrique de Saint-Alba (...)
  • 8 C'est l'expression pour appeler l'abandon des malades mentaux pendant la période de l'Occupation. P (...)

5Après la défaite de la République, Tosquelles est resté quelque temps à Almodóvar del Campo, se faisant passer pour un médecin psychiatre franquiste, et a continué à faire fonctionner l’hôpital avant de s’enfuir. Tosquelles est arrivé finalement au camp de Septfonds en septembre 1939. À Septfonds, voyant que tout était très mal organisé, il a conçu un service de psychiatrie. Grâce à cette organisation, il reçoit deux offres d’emploi : l’une, d’un psychiatre rencontré à Barcelone dans un symposium avant la guerre, une autre à Saint-Alban. Le préfet de la Lozère avait demandé à Paul Balvet, alors directeur de l’hôpital de la ville, s’il voulait bien accueillir des ouvriers rouges espagnols, main-d’œuvre bon marché. Balvet a refusé, mais il a demandé à ce que soit nommé un psychiatre6. C’est ainsi que Tosquelles, grâce à sa réputation, est arrivé à Saint-Alban, un hôpital psychiatrique qui est devenu une référence pendant la Seconde Guerre mondiale, puisqu’il a accueilli et caché plusieurs juifs et intellectuels, parmi lesquels Paul Éluard et Tristan Tzara7. Cet hôpital est connu pour avoir été, pendant la guerre, lors de la tragédie appelée « l’extermination douce »8, le seul hôpital dont le nombre de morts n’a pas augmenté.

L'incontinence audiovisuelle de Tosquelles : l'empreinte de la psychiatrie catalane en France

6Cette continuation des pratiques psychiatriques qui ont marqué la psychiatrie avant-gardiste de la Seconde République et qui ont été appliquées sur le front républicain pendant la Guerre civile, se retrouve dans deux de ses films enregistrés comme cinéaste amateur : Notre Sardane : l’exil, proche de ce que Roger Odin appelle les « films de famille » et La Société lozérienne d’hygiène mentale (1957), à la frontière entre cinéma amateur et reportage familial. Dans le premier, nous verrons le fort lien de Tosquelles avec sa patrie. Dans le second, l'application à Saint-Alban de ressources psychiatriques d’une méthodologie basée sur l’idée de communauté et de l'implication des patients dans leur propre thérapie et leur guérison. Nous avons jugé bon de ne pas étudier les films dans un ordre chronologique, mais de manière à nous aider à comprendre le lien avec la psychiatrie mise en œuvre en Catalogne avant la Guerre civile. L’étude des deux films de Tosquelles est importante, parce qu’il est le seul psychiatre pour lequel nous avons trouvé un témoignage audiovisuel hors des frontières espagnoles et aussi parce que, dans ses films, on peut voir la poursuite des pratiques psychiatriques catalanes de nombreux spécialistes exilés, tels qu'Emili Mira i López, Francesc Tosquelles ou Josep Solanes, entre autres.

Notre Sardane : l’exil. La nostalgie de la terre natale

  • 9 Selon son fils, Michel Tosquelles, le film date du 1957. Cependant nous ne pouvons pas prendre cett (...)

7Tosquelles trouve un lieu pour la réflexion dans l’enregistrement et le montage des images de son exil. Dans Notre Sardane : l’Exil (enregistré lors de plusieurs moments au cours des années quarante, cinquante et soixante)9, il évoque sa sensation de deuil d’une part, racontant son arrivée en France et mettant en évidence son rôle d’observateur dans un endroit qui ne lui appartient pas et, d’autre part, il ressent la nécessité de montrer des moments et des images de sa terre, dans le souci de conserver tout cela quelque part afin de ne pas l’oublier. Il fait un travail de réélaboration de sa mémoire à travers des images filmées. Le parcours de mémoire de Tosquelles, dans La Retirada, est distant, tangentiel.

  • 10 Sa fille Marie-Rose est née en Catalogne, elle est partie en France après la Guerre Civile avec sa (...)

8Nous ne savons pas si l’idée du scénario ou de la structure a été préalable à la décision de faire le voyage de retour et à la prise des images, mais nous allons voir comment sont articulés les deux registres, le dit et le filmique, lors de la construction de ce moment hautement chargé sur le plan émotionnel qu’est le retour de l’exil : le retour physique et le retour psychique. Quant au retour physique, la retrouvaille avec les racines est fondée sur son sentiment d'être déplacé. Tosquelles assume une responsabilité dans la présentation de sa propre identité, la coupe en morceaux et la reconstruit. Ce travail de reconstruction est fait par le biais de personnes, de traditions : la Vierge de Montserrat, les chansons et la Sardane – en effet, la sardane est une danse catalane typique, où les danseurs et danseuses en cercle sont entrelacés –, et finalement autour de sa famille, surtout sa femme et sa fille10. Tosquelles filme aussi les malades et ses collègues de travail lors d’une fête à laquelle participe sa famille. Nous comprenons que lui-même est tiraillé entre son statut de réfugié et celui de psychiatre et, surtout, que sa famille fait partie de son histoire, tant privée que publique. Par ailleurs, le retour psychique est traduit par le travail de montage. Celui-ci provoque une sensation similaire à une tentative de reconstruction à l'intérieur de soi-même, ainsi qu’il en va dans le processus du souvenir, dans lequel tout n’est pas linéaire ou classé. Il n’existe pas, dans le film, de perception linéaire. Tosquelles apparaît lui-même dans le film plusieurs fois.

9Dans le prologue, lors des premières minutes du film, Tosquelles nous annonce : « le film que vous allez voir joue avec l’ambiguïté qui concerne l’objet perdu ». Aussitôt après, il donne à voir le trinôme récurrent de l'ensemble du film, la Catalogne, sa femme et sa fille, entrecoupées de sa peinture de la Sardane (représentant la Catalogne, il montre le travail qu’il fait sur le tableau de la sardane tout au long du film) et d’images en noir et blanc de son enfance et de ses parents. Il raconte son histoire en voix off, dans une langue française où son accent très fort dénonce sa condition d'étranger. Il relate la sensation sans précédent vécue à son arrivée en France, son arrivée à Saint-Alban : « les pages seront tournées pour s’ouvrir à Saint-Alban ». Après ce prologue, on passe à la première partie, le départ, la reconstitution du voyage de Tosquelles en 1939 qui commence dans le « col del l'exil ». Tandis qu’il récite lui-même le poème de Jordi Sarsenaddes « il y a longtemps que tu étais en train de mourir que vous êtes morte / et maintenant je suis joyeux de ton fantasme jeune ». Puis commence le voyage (en voiture cette fois), qui nous transporte avec des images très granuleuses. Ce tournage nous fait voir l'œil d'un amateur qui semble avoir accumulé des images de façon incontinente, comme s'il voulait commencer à façonner ce que sera plus tard le discours de son histoire. Ensuite on voit le titre du film, dans un cadrage symbolique, qui présente Notre Sardane avec le profil de son épouse. Ce voyage commence en Catalogne, se poursuit à travers les Pyrénées et se termine à Saint-Alban. Son exil, sous la forme d'un journal intime, avec cette subjectivité inhérente à ce type d'écriture, et le montage qu’il utilise, nous renvoient à la guerre, à son exil ultérieur et à l’évocation du statut de déplacé. Cette première partie, fondée sur des réminiscences, semble être le montage d'un matériau gardé depuis longtemps. La reconstruction de l'exil est la reconstitution de son deuil (recréation du voyage entre les Pyrénées et Saint-Alban) qui se termine par un poème de Tomás Garcés (exilé aussi en France) sur son arrivée physique à Saint-Alban : « si un jour la mort frappe à la porte de la maison/ Alors ce seront les voix joyeuses qui diront : ils sont partis ». Il a vaincu l’ennemi de l’extérieur, il est sain et sauf dans un autre pays.

10La deuxième partie est également fondée sur un montage du matériel enregistré quelque temps auparavant. Elle consiste en un voyage de Tosquelles avec sa famille en Catalogne, plus tard, au début des années soixante. Le montage de cette partie, dont les plans exaltent la couleur de la mer et l'émergence de la nature, est centré sur sa femme et sa fille à Reus. Une fois de plus, les trois objets sont unis de manière symbolique, comme la danse de la sardane. Famille et amis circulent avec eux, mais les images de ces deux femmes, et surtout de sa femme Elena dans leur Catalogne natale reflètent-elles une quête du passé. Tosquelles nous montre tout l'amour qu'il éprouve pour elle. La voix off présente sa femme de façon explicite : « toi le guide, toi la forte, de sorte qu'au milieu du calme de la marée, vous sachiez que la pensée qui me prend retourne toujours au port de votre amour ». La présentation de sa femme et de sa fille est aussi faite de silences et de ralentis. Tosquelles veut saisir ce moment, comme pour dessiner le temps « qu'on nous a volé pour être ensemble ». Il semble vouloir effacer la trace de la distance entre le passé et le présent. Le plus particulier réside dans la bande son qui accompagne ces images de bonheur familial, quand il introduit sa fille, Maria Rosa, présentées à travers la voix de Josep María Espinàs, qui appartient à la nova canço catalana. Citons une partie de la chanson, assez explicite sur son retour à Reus :

  • 11 Olvidemos viejas canciones/que contagian la tristeza/Estrenamos la nueva voz/y alegramos la antigua (...)

11Oblidem velles cançons
que encomanen la tristesa.
Estrenem la nova veu
i alegrem
l'antiga terra11.

12Dans l’épilogue, il construit son message avec d’autres métaphores encore. La séquence est construite moyennant une alternance de plans de trois éléments qui deviennent un seul message : le tableau de la sardane que lui-même a peint, des images de la Vierge de Montserrat, sainte patronne de la Catalogne, à laquelle les Catalans s’adressent comme à la « Mare de Déu de Montserrat » et sa femme. Pour finir, un plan d’ensemble montre deux tableaux de deux personnes : Tosquelles, qui regarde sa femme, et sa femme qui regarde hors champ pendant qu’elle fume une cigarette. En effet, « la Mare » peut se concrétiser en la Catalogne – la Sardane et la vierge de Montserrat – et en son épouse. En s’adressant à la vierge, il finit en disant :

Quand on fait un don, il est possible que le raisin, que les figues, soient maintenant vertes, mais celui qui donne sait une seule chose, que ces fruits vont devenir mûrs, peut-être pas cette semaine, mais la semaine prochaine, c’est certain.

  • 12 Georges Didi-Huberman, Quand les images prennent position, Paris, Les Éditions de Minuit, 2009, p. (...)

13Tosquelles nous offre un manifeste de 40 minutes sur son exil et la reconstitution de son deuil qui expose ses opinions sur ces deux sujets. La disposition successive des images conduit à la sacralisation de cette recherche continue – deuil – et de la rencontre – fin de l'exil – par la pratique de la remémoration. Il assume sa tâche de créateur et d’enregistreur de souvenirs. Comme précise Didi-Huberman, pour savoir, il faut donc compter avec deux résistances au moins : celle qui dit notre volonté philosophique et politique de briser les barrières de l’opinion mais, également, celle qui dit notre propension physique à ériger d’autres barrières dans l’accès toujours dangereux au sens profond de notre désir de savoir – il s’agit là de la résistance qui ne sait trop ce à quoi elle consent ni ce à quoi elle veut renoncer12. La résistance selon sa deuxième signification est celle que Tosquelles n’a pas dépassée. En partant du principe que la reconstruction de la mémoire est un exercice artificiel et complexe, tout comme le cinéma, et qu’il n’y a pas de distinction opérable entre passé et présent, on peut dire que l’exorcisme qui aurait consisté pour lui à surmonter son deuil est encore à mi-chemin entre la Catalogne et Saint-Alban, perdu dans les Pyrénées.

Societé lozérienne d’hygiène mentale : psychanalyse, marxisme, espoir

  • 13 Reda Rahmani, Reda et Luis Pacheco, « A modo de fichas sobre clásicos de la Psiquiatría (xxix): Fra (...)

14Le travail psychiatrique de Tosquelles doit être étudié depuis deux perspectives : en premier lieu, celle de la réinvention de la psychanalyse et, en second lieu, celle du marxisme. En effet, Tosquelles avait commencé à prendre conscience des limites de la psychanalyse sur le divan dès avant la Guerre civile. Influencé par les psychanalystes juifs d’origine hongroise et autrichienne exilés à Barcelone dans la période de l’entre-deux guerres, il a perçu la difficulté de son application auprès des psychopathes, des enfants ou des psychotiques13. À cette prise de conscience se sont ajoutées les idées de son propre psychanalyste, Sandor Eiminder, émigré aussi à Barcelone et défenseur de la Gestalt, théorie qui recommande de ne pas séparer les individus de leur environnement pour les psychanalyser. Il établit ensuite une conjonction entre l’ergothérapie et la psychanalyse, concluant qu’elle pouvait être appliquée pendant que le patient effectuait son travail manuel et souvent aussi en collectivité. D’un autre côté, la mentalité de Tosquelles était déjà attachée à la collectivité et de la coopération, et à la culture catalane, ce qui s’est concrétisé, comme signalé, par son adhésion au POUM dès sa fondation en 1935. Cette affinité avec un parti qui rompait avec le stalinisme orthodoxe a été justifiée par son rejet de la centralisation de la psychiatrie dans l'État espagnol et par la reconnaissance de la pluralité des partis de gauche qui existaient à l'époque sur tout le territoire, deux raisons qui l’ont également conduit à défendre la culture catalane en tant qu’identité dans la définition de sa personnalité – il ne parle que le catalan et le français, avec un fort accent catalan.

  • 14 Il existe un autre film documentaire du réalisateur Mario Ruspoli de 1966 enregistré à Saint Alban  (...)

15La Société lozérienne d’hygiène mentale est un court-métrage réalisé et monté par Tosquelles lui-même, entièrement enregistré à l’Hôpital de Saint-Alban14. Film muet, la bande-son en est la Symphonie n°9 d'Anton Dvorak interprétée par l'Orchestre Philarmonique Slovaque, qui porte le titre peu anodin From the new world ; Dvorak, comme Tosquelles son film, compose bien cette œuvre depuis son exil (américain). Le film a été construit en deux parties avec des images tournées en super 8 : des images et des intertitres, qui jouent le rôle de complément d’informations sur les malades, les activités, le personnel et les progrès de l’hôpital depuis l’arrivée de Tosquelles, en 1940, jusqu'en 1956. Dans les images, nous voyons la chorégraphie quotidienne des patients, leurs activités, la préparation des fêtes, et, enfin, des activités d'ergothérapie à des fins thérapeutiques. Les intertitres nous livrent aussi des aspects informatifs sur le fonctionnement du centre, sur la méthodologie suivie pour la subsistance de l’hôpital lui-même pendant les années les plus dures, sur la coordination du personnel et les progrès réalisés jusqu’à la fin du tournage en ce qui concerne la réduction du nombre de morts, le nombre d'entrées et aussi de sorties de l'hôpital, chose inhabituelle jusqu'à l'arrivée de Tosquelles à Saint-Alban. Le film est construit à la manière d’un article académique. Il présente une étape d’observation qui est montrée dans les images ; la méthodologie à suivre est racontée à travers les intertitres et la conclusion sous forme d’épilogue livre les résultats de l'étude à court et à long terme tout au long de la vie de l'asile, le départ d'un patient de l'hôpital et les progrès réalisés depuis le début jusqu'au moment du tournage. Son objectif s'articule autour de deux perspectives : la première est celle du travail, une tâche particulière dans laquelle la communauté est prioritaire à tous égards, tant pour le personnel que pour les malades. La deuxième est celle de l'application de la psychanalyse (ré)inventée, caractérisée par l'élimination du divan et l'utilisation de la psychanalyse dans tout l'asile en même temps que les patients s’occupent de leurs réalisations dans les ateliers. Cette méthode était révolutionnaire à l’époque en France.

  • 15 Roger Odin, (coord.), Le film de famille. Usage privé, usage public, Paris, Méridiens Klincksieck, (...)

16Le film fait partie de la catégorie du « cinéma amateur »15 et sa distribution a un autre objectif que commercial : comme on le verra dans les intertitres, « il a été réalisé pour être projeté aux malades eux-mêmes ». La séquence d'introduction est filmée avec une caméra, située dans une voiture, qui enregistre en mode travelling l'arrivée en Lozère. On y voit des images de la route et de la montagne, d’animaux, de paysages. Ces plans sont particuliers car, comme dans Notre Sardane: l’exil, ils donnent le sentiment que Tosquelles a traversé les montagnes pour arriver là, comme s’il venait de Catalogne avec une mission. À l’arrivée, nous recevons deux informations importantes : premièrement, la concrétisation de l'espace géographique à travers un plan général dans lequel plusieurs malades se dirigent vers Saint-Alban, indiqué à droite sur un panneau de signalisation ; puis un intertitre indique « un vieil asile comme beaucoup ». Les promeneurs, qui sont les malades qui habitent l'asile, entrent dans le centre alors que le lieu nous est présenté : chambres avec lits alignés ou salles à manger pour prendre le repas, plans rapprochés et plans généraux des patients assis qui ne font rien. Deuxièmement, la réalité de l'asile nous apparaît : un bâtiment vétuste, gris, peu accueillant. Ensuite, la composition des séquences devient dynamique dans une séquence qui débute avec l’intertitre « ça va changer » : images de malades en activité, la plupart du temps en plans généraux, et plans d’ensemble des patients participant au travail de rénovation et de réparation de l’asile – ils réparent le toit, portent des pierres dans une brouette. Enfin, un travail d’équipe prend forme visuellement avec des plans de demi-ensemble des malades formant une chaîne humaine qui se passe des briques. La collectivité est mise en avant par des plans qui sont la plupart du temps construits de manière à ce que les malades apparaissent en groupe, avec cet épilogue de séquence suivant : « ça change grâce à l’effort de tous ».

  • 16 Andrés García Siso, « El Dr. Francesç Tosquelles i Llauradó: Posición del autor dentro de la psiqui (...)

17La deuxième perspective proposée par le film est celle de l’influence, que nous avons sigalée, de la psychanalyse en Catalogne dans la période de l’entre-deux-guerres – dans les années vingt, Barcelone était appelée à l’époque, dans le domaine de la psychiatrie, la « Petite Vienne »16. Il y est influencé par la psychanalyse de Freud – et plus tard par Lacan – et apporte sa contribution à Saint-Alban, faisant connaître ainsi la psychiatrie autrichienne, inconnue de la psychiatrie française de l’époque. La première séquence montrant ce que le film appelle la « socialthérapie » est introduite par le travail des objets artisanaux fabriqués par des malades. Ces objets étaient ensuite vendus en ville, échangés sous forme de troc avec les habitants de la ville, et de cette manière contribuait à l'autofinancement du centre. En effet, Tosquelles utilisait l’ergothérapie pour l’observation d'un point de vue psychothérapeutique dans un cadre de psychanalyse collective. À la fabrication d’objets, se sont ajoutés la création du « Club Paul Balvet », un bar-bibliothèque, l’édition du journal le « Trait-d’union », la préparation de fêtes auxquelles les paysans de la ville étaient invités ainsi que des pièces de théâtre. En d'autres termes, le système d'ergothérapie ne consistait pas uniquement en un moyen de production pour le travail du patient, mais était utilisé par le psychiatre pour établir un diagnostic plus précis permettant sa guérison. Les intertitres servent à exposer ses objectifs et informer de cette réinvention qui inclut l'observation du patient dans son environnement pour favoriser un meilleur diagnostic, comme indiqué dans les intertitres :

18Les divers types de psychothérapie de groupe s’inscrivent dès lors naturellement dans les activités sociales de l’Hôpital confiées à l’organisation coopérative des malades eux-mêmes aidés par les infirmiers moniteurs qui coordonnent leurs initiatives. Le médecin peut ainsi analyser individuellement ou en groupe le conditionnement du comportement de chacun à partir des faits, et des conflits sociaux concrets vécus par le malade pendant son hospitalisation. L'ergothérapie, les distractions, les jeux dans cette perspective médicale, ne sont pas de simples instruments de lutte contre la détérioration et l’autisme. Permettant par leur structure coopérative les investissements spontanés particuliers à chaque malade ils sont l’occasion concrète de l’engagement d’une psychothérapie en profondeur et en même temps le banc d’essai de la réadaptation sociale.

19Dans l'épilogue, comme nous l'avons dit précédemment, sont présentés les résultats obtenus en appliquant ces techniques. Mais surtout, il montre les principes utilisés dans la psychiatrie catalane avant la Guerre civile, appliqués à Saint Alban de manière révolutionnaire : le travail d'équipe de deux ensembles ; d'une part l'humain – médecins, infirmières et patients – et, d'autre part, une la pratique psychiatrique elle-même – ergothérapie et psychothérapie appliquées ensemble.

20Enfin, filmée par hasard selon les intertitres, la caméra saisit la sortie d'un patient. La caméra est cachée et la femme malade, en compagnie de deux personnes, descend les marches de l'asile. La deuxième partie de l'épilogue est complétée par les intertitres qui indiquent les progrès de l’hôpital entre 1936 et 1956, faisant référence à la baisse de mortalité ainsi qu’à l’augmentation des sorties de malades après guérison. Un progrès qui vient fermer le cercle de la première séquence du film dans laquelle Tosquelles arrivait en voiture à Saint Alban.

En guise de conclusion

  • 17 Emili Mira a été denoncé après la Guerre Civile par Ramón Sarró et trois autres psychiatres a (...)

21Les psychiatres franquistes ont attaqué le modèle catalan, en particulier celui du Dr Mira, sans possibilité pour lui de le défendre depuis l'exil, parce qu’il représentait un monde différent, une école très éloignée de Madrid et parce que lui-même avait combattu durant la guerre, précisément dans le camp adverse17. La destruction de la structure républicaine de soins psychiatriques va de pair avec la destruction de l'université qui a éliminé le personnel enseignant et le processus de formation des futurs professionnels de santé qui étaient en place.

22Pour sa part, Tosquelles a renoué des contacts avec la psychiatrie catalane à la fin des années 1960 et a travaillé en tant que conseiller à l’Institut Pere Mata, à la demande de son directeur de l’époque, Ramón Vilella, se rendant chaque mois à Reus jusqu’à sa mort en septembre 1994. Grace à son témoignage audiovisuelle, il laisse la porte ouverte à la recherche de connexions entre la psychiatrie catalane d’avant la Guerre civile et une partie de la psychiatrie française. L’hôpital de Saint Alban ainsi que la personne de Tosquelles elle-même ont inspiré la filmographie de plusieurs cinéastes : Mario Ruspoli, qui enregistre là-bas son Regard sur la folie (1962) ; François Pain, Jean-Claude Pollack et Danielle Sivadon avec Une polique sur la folie (1990). Loin de tomber dans l’oubli, Sonia Cantalapiedra filme Saint Alban, une révolution psychiatrique (2018) et Martine Deyres, Les heures heureuses (2017), sur ledit hôpital à l’époque de Tosquelles.

Haut de page

Notes

1 Laure Murat, « Le temps de la transmission », in Chimères, 2014, p. 13-19.

2 Josep Maris Comelles, La razón y la sinrazón. La asistencia psiquiátrica y desarrollo del estado en la España contemporánea, Barcelone, PPU, 1988, p. 111-136

3 C'est le titre du libre écrit par son fils avec la collaboration de Enrique Serrano Guerra, Fernando Vicente, Michel Tosquellas, Antoine Viader et José Garcia Ibanez : Jacques Tosquellas, Francesc Tosquelles. Ses vices constitutionnels : psychiatre, catalan, marxiste, Cour-Cheverny, La boîte à utiles, 2014.

4 Affirmations de Tosquelles sur son expérience pendant la guerre à l'hôpital de Sariñena (Aragon), François Tosquelles, L'enseignement de la folie, Malakoff, Dunod, p. 202.

5 Antonio Labad Alquézar, «Teoría y práctica en Tosquelles» in Víctor Aparicio Basauri (coord), Orígenes y fundamentos de la psiquiatría en España, Madrid, Ela Ed., 1997, p. 238. Ces histoires ont été racontés para Tosquelles lui-même lors du documentaire François Tosquelles, une politique de la folie, de Danielle Sivadon, Jean-Claude Polack et François Pain (1990).

6 Jacques Tosquellas Francesc Tosquelles. Psychiatre, catalan, marxiste., op. cit. , p. 131-137.

7 Dominique Mabin et Renée Mabin, « Art, folie et surréalisme à l'Hôpital psychiatrique de Saint-Alban-sur-Limagnole pendant la guerre de 1939-1945 », in Mélusine, 2015, disponible [https://melusine-surrealisme.fr/wp/?p=1775]

8 C'est l'expression pour appeler l'abandon des malades mentaux pendant la période de l'Occupation. Plus de 40.000 malades sont morts de froid et de faim entre 1941 et 1944 dans les asiles français. Max Lafont, L ́extermination douce. La cause des fous. 40.000 malades morts de faim dans les hôpitaux sous Vichy, Matresne, Le Bord de l ́eau, 2000.

9 Selon son fils, Michel Tosquelles, le film date du 1957. Cependant nous ne pouvons pas prendre cette date comme réelle puisque, d'abord, dans la bande son, on entend des chansons postérieures à 1957 et deuxièmement, parce qu'il y a des images numériques prises par François Pain.

10 Sa fille Marie-Rose est née en Catalogne, elle est partie en France après la Guerre Civile avec sa mère. Ses deux autres fils sont déjà nés en France.

11 Olvidemos viejas canciones/que contagian la tristeza/Estrenamos la nueva voz/y alegramos la antigua tierra.

12 Georges Didi-Huberman, Quand les images prennent position, Paris, Les Éditions de Minuit, 2009, p. 12-15.

13 Reda Rahmani, Reda et Luis Pacheco, « A modo de fichas sobre clásicos de la Psiquiatría (xxix): Francesc Tosquelles Llauradó », in Lmentala.net, 2017, p. 3, disponible sur : [http://lmentala.net/admin/archivosboletin/Tosquelles.pdf]

14 Il existe un autre film documentaire du réalisateur Mario Ruspoli de 1966 enregistré à Saint Alban : Regard sur la folie. Le film registre la vie quotidienne des patients et le travail des médecins, dont le docteur François Tosquelles, à l'hôpital psychiatrique.

15 Roger Odin, (coord.), Le film de famille. Usage privé, usage public, Paris, Méridiens Klincksieck, 1995, p. 49.

16 Andrés García Siso, « El Dr. Francesç Tosquelles i Llauradó: Posición del autor dentro de la psiquiatría catalana anterior a la Guerra Civil y proyección de esta posición en su obra posterior. », in Revista Asociación Española de Neuropsiquiatría, no 46, vol. 13, 1993, p. 52.

17 Emili Mira a été denoncé après la Guerre Civile par Ramón Sarró et trois autres psychiatres auprès de la Société Internationale de Psychologie comme conseiller de tortures pendant la guerre dans une « checa », en remettant en question sa réputation face à la psychiatrie internationale ; sur ce sujet : Emilio García García, Lucía Arbulo & Helio Carpintero, « Las acusaciones contra Emilio Mira y López. Un episodio lamentable en la Historia de la psicología » in Revista de Historia de la Psicología, no 2-3, vol. 13, 1992, p. 459-470.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cristina Bernaldo, « Ce qui aurait pu être et ne fut pas. Une perspective cinématographique de la psychiatrie catalane en exil », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne],  | 2021, mis en ligne le 22 juillet 2021, consulté le 20 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ccec/12048 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccec.12048

Haut de page

Auteur

Cristina Bernaldo

Université Paris Saint-Denis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université d'Angers
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search