Navigation – Plan du site

AccueilCahiers de civilisation espagnole...printemps 2021Comptes rendusSeptfonds 1939-1944. Dans l’archi...

Comptes rendus

Septfonds 1939-1944. Dans l’archipel des camps français et Les républicains espagnols à Rivesaltes. D’un camp à l’autre, leurs enfants témoignent. Janvier 1941-Novembre 1942

Bernard Sicot
Référence(s) :

Septfonds 1939-1944. Dans l’archipel des camps français, Perpignan, Le Revenant éditeur, 2019, 438 p. et Les républicains espagnols à Rivesaltes. D’un camp à l’autre, leurs enfants témoignent. Janvier 1941-Novembre 1942, Villeneuve-sur-Tarn, Éditions Loubatière / Mémorial du camp de Rivesaltes, 2020, 237 p.

Texte intégral

1Depuis 1995 — date de parution du livre intitulé Les camps sur la plage : un exil espagnol, écrit avec Émile Temime — et 1999, année de publication de L’exil des républicains espagnols en France. De la Guerre civile à la mort de Franco, Geneviève Dreyfus-Armand n’a pas cessé de poursuivre ses recherches sur les camps d’internement où, à partir de février 1939, des dizaines de milliers de républicains espagnols ont été parqués en France, dans des conditions de grande précarité. Elle leur a consacré nombre d’articles, de conférences, de communications et, sur le même sujet, les livres de 2019 et 2020, cités au début de ce compte rendu, sont les derniers parus.

2Ouvert le 5 mars 1939 à Septfonds, dans le Tarn-et-Garonne, sur cinquante hectares « de pâtures de moutons », le camp de Judes n’est pas très différent des autres lieux d’internement. Comme le dit si bien l’auteure, en ayant recours à un terme du titre bien connu de Soljenitsyne concernant l’univers concentrationnaire soviétique, c’est un « îlot dans l’archipel » des camps français, nombreux à être créés à cette époque à la suite de l’afflux de réfugiés espagnols après la prise de Barcelone par les troupes franquistes :

Le camp de Septfonds n’est pas une entité isolée mais un îlot au sein d’un archipel, un élément d’un ensemble plus vaste auquel il est relié, le vaste réseau d’internement mis en place pour l’arrivée des républicains espagnols. Cette multiplicité de camps est nécessitée par l’ampleur du nombre des réfugiés : les premiers camps du Roussillon, vite saturés, envoient des internés dans d’autres camps ouverts dans le Midi comme celui-ci. 

3Le 14 mars, il comporte 35 abris, rapidement occupés par 11 750 hommes. Les conditions d’internement sont on ne peut plus rustiques : les baraquements ne sont pas clos, l’un des côtés reste béant en permanence. Sur le sol, de la paille assure le couchage. La nourriture, sans doute insuffisante, est peu adaptée. Elle « est constituée de féculents […] », de « viande de seconde qualité, saine, loyale, bien préparée, exempte de toute altération et provenant d’animaux inspectés après abat » dit un rapport dont on apprécie la recherche adjectivale — « saine, loyale »… Quelques facilités sont consenties durant le séjour, comme les sorties à l’extérieur du périmètre du camp. Les bons comportements sont récompensés : le jour du 14 juillet, après le défilé des internés, le préfet leur remet mille paquets de tabac, produit de première nécessité dans l’univers masculin des camps.

4Les besoins de l’économie en cette période de l’avant-guerre sont tels que d’ « indésirables » les réfugiés deviennent « désirables ». Chaque camp ayant été dévolu à une fonction particulière, Sepfonds reçoit celle de rassembler les ouvriers spécialisés et fournit alors des ajusteurs, des tourneurs, des mouleurs notamment aux usines d’armement et d’aéronautique : « Au 9 septembre, 260 ouvriers sont ainsi recrutés à Sepfonds » et, pour ses chantiers, « la direction des Poudres ne cesse de solliciter le camp de Sepfonds pour recruter, en novembre et décembre 1939, des maçons, des métreurs, des serruriers, des charpentiers […] » ce qui donne une idée de l’éventail des formations qui étaient celles des réfugiés espagnols.

5Pendant le printemps et l’été 1940 le camp continue à se vider. Le 21 avril 1940 le nombre de réfugiés espagnols n’est plus que de 264. À l’automne, les embauches à l’extérieur, l’enrôlement dans les Compagnies de travailleurs étrangers et les retours en Espagne accélèrent ce processus. Pour certains membres des CTE basés dans les départements proches de la frontière allemande — soixante et onze en provenance de Septfonds « identifiés à ce jour », selon l’auteure —, le retour éventuel se fera après un séjour à Mauthausen, étape qui concerna environ 7200 Espagnols dont près de 5000 décéderont dans le camp nazi. Au moins trente-trois d’entre eux étaient passés par le camp de Judes. Geneviève Dreyfus examine les cas de plusieurs déportés à Mauthausen qui ont témoigné, et elle conclut sur ce sujet :

De Septfonds à Mauthausen, les itinéraires de vie évoqués sont emblématiques du lien de cause à effet qui a fait d’ « indésirables » espagnols envoyés travailler aux fortifications frontalières françaises des cibles de choix pour les nazis, satisfaits de persécuter ceux qui les avaient combattus en Espagne lorsqu’ils ont aidé Franco à prendre le pouvoir. Du travail à la déportation dans les camps nazis, les exilés espagnols ont fait l’objet d’une répression politique spécifique. Le camp de Septfonds n’est qu’un point de départ dans un processus de persécution politique systématique des antifascistes espagnols par les nazis ; il en est cependant un jalon indéniable. Le gouvernement de Vichy porte la responsabilité de la non-reconnaissance comme prisonniers de guerre de ceux qui étaient incorporés dans les compagnies dépendant du ministère de la Guerre. L’abandon des prestataires républicains aux vainqueurs est aussi un moyen pour Vichy de se défausser de la question des réfugiés antifranquistes et de complaire au nouveau gouvernement espagnol.

6Après l’invasion allemande, comme dans d’autres camps, Septfonds verra passer, parmi sa population étrangère, un certain nombre de Juifs qui, le plus souvent via Drancy, Pithiviers ou Beaune-la-Rolande, prendront le chemin d’Auschwitz. Durant quelques semaines, en août 1942, il fut même le lieu de rassemblement des Juifs étrangers raflés dans la région avant leur transfert en zone occupée, puis ce rôle revint à Rivesaltes.

7Entre août et octobre 1942 dix-sept convois quittent la zone sous juridiction française transportant au total 11 009 détenus vers les camps de la zone occupée puis du IIIe Reich et Septfonds joue son rôle dans ce dispositif. Une première déportation en provenance de ce camp a lieu dans la nuit du 23 au 24 août 1942 et concerne 84 travailleurs du GTE 302. Dans la nuit du 2 au 3 septembre, une deuxième est organisée concernant deux cent treize hommes, femmes et enfants. L’immense majorité d’entre eux sera exterminée dès l’arrivée à Auschwitz.

8Parmi les principales caractéristiques du livre de Geneviève Dreyfus-Armand — et les plus intéressantes —, il convient de souligner le fait que l’auteure, tout en précisant les différences fondamentales entre l’internement en France et dans les camps nazis, rappelle et souligne comment les camps français jouèrent néanmoins un rôle réel dans le processus qui envoya vers l’extermination un nombre non négligeable d’êtres humains. Des êtres humains auxquels l´historienne, au-delà des traces contenues dans les archives, donne chair en reconstituant aussi minutieusement que possible certains itinéraires individuels.

9Par ses dimensions réduites, cette recension ne peut rendre compte de toute la richesse et la complexité du livre examiné. Mais elle ne peut se terminer sans mentionner le chapitre IX intitulé « Survivre et résister dans le camp. Artistes, intellectuels et activités culturelles » où l’auteure développe un aspect de la vie du camp identifiable également dans d’autres structures de l’internement où les internés, notamment les Espagnols, ont brillé par diverses activités, intellectuelles, culturelles ou artistiques. Sur ce dernier point, le camp offre la particularité d’avoir « abrité » « les peintres de Septfonds » qui ont laissé des traces importantes de leurs dons artistiques à la mairie et à l’église. À la mairie, Josep Ponti Musté et Salvador Soria Zapater répondent à la demande du maire pour la célébration du 150e anniversaire de la Révolution française. L’un des tableaux produits alors s’intitule Prise de la Bastille, d’autres sont des portraits de Lafayette, Danton, Robespierre et Rouget de Lisle. Ils sont toujours accrochés aux murs de l’escalier conduisant à la salle du conseil municipal. De leur côté Bonaventura Trepat et Josep Martí repeignent l’église, puis, « dans la continuité de ce travail et pour remercier le curé de son dévouement envers les réfugiés, les deux peintres s’emploient à peindre un vaste chemin de croix composé de deux grandes toiles hautes de quatre-vingt-deux centimètres. L’une a onze mètres de long et comprend les huit premières stations du chemin de croix et l’autre, de plus de huit mètres, comporte les six dernières stations. […] Cette vaste toile […] est inscrite à l’inventaire des Monuments historiques depuis 2007. » Des œuvres d’autres peintres, dessinateurs ou photographes figurent dans des collections privées. Comme pour celles de la mairie et de l’église, Geneviève Dreyfus-Armand en reproduit quelques-unes dans le cahier iconographique inclus dans son livre.

10Enfin l’auteure a dressé, en annexes, quatre importants tableaux de grande utilité pour les recherches des descendants des internés. Le premier dresse la liste nominale des Espagnols décédés au camp et inhumés dans le « Cimetière des Espagnols réfugiés 1939-1940 », soit un total de 81. Le deuxième concerne soixante et onze « républicains espagnols internés à Septfonds, déportés ensuite à Mauthausen ou autres camps », la plupart décédés en déportation. Le troisième, le plus long, fournit les noms des 297 « Juifs étrangers déportés depuis le camp de Septfonds [24 août et 3 septembre 1942] ». Le quatrième inclut les 33 noms de « Juifs étrangers internés à Septfonds ou habitant la ville déportés à partir d’autres camps ».

11Également objet de ce compte rendu, le livre de 2020 réunit douze témoignages récents de sept hommes et cinq femmes, enfants ou adolescents à l’époque des camps et qui sont tous passés par celui de Rivesaltes ouvert entre janvier 1941 et novembre 1942. Cet exercice de mémoire orale se situe pour eux après une longue période de silence dont ils ont eu du mal à sortir. Malgré des différences dans les parcours individuels, quasiment tous se rappellent les incessants transferts d’un endroit à l’autre, successivement dans cinq ou six camps différents — plus inhospitaliers les uns que les autres —, les inconfortables voyages en train mais aussi, en général, la bonne volonté des populations françaises qui les saluent dans les gares et leur donnent quelques provisions au passage. Leurs souvenirs de Rivesaltes sont plus précis que ceux des autres camps : les baraquements en dur sont moins inconfortables et équipés de châlits. Cependant la nourriture manque et la faim est l’élément principal remémoré, malgré des fenouils qui apparaissent ici et là, malgré les gestes généreux de quelques gardiens. Gestes parfois exceptionnels comme celui qu’évoque Pilar Fabia :

Et là, un soir, un officier français faisait le tour du camp, il le surveillait et il a vu une poubelle bouger. Il a cru que c’était un chien qui était dedans. En fait, c’était moi qui mangeais un morceau de chou… cru. Comme c’était un homme très bon, il m’a emmenée au mess des officiers où il m’a nourrie. Ensuite, tout le temps où je suis restée au camp, j’y ai mangé ; et j’en faisais profiter aussi un petit garçon que j’emmenais avec moi… […] Mon père adoptif, qui était brave, s’est pas mal occupé de moi au camp.

12Plus loin, elle ajoute : « Quand j’assiste à des réunions ou des colloques sur les camps, je ne suis pas très à l’aise car je suis un peu partagée ; […]. On dit beaucoup de mal des militaires français mais, comme moi j’ai été sauvée par l’un des leurs, je me sens un peu mal à l’aise dans ces réunions. »

13Des termes utilisés par les uns et les autres pour relater les souvenirs se dégage une ambiance certes peu amène mais qui est très loin de permettre les rapprochements qu’on se permet parfois entre les camps français et les camps nazis même si l’expression « camps de concentration », prête à confusion. À ce propos, dans sa présentation du livre — « Le camp de Rivesaltes vu par les enfants de républicains espagnols » —, l’auteure a apporté les nuances qui s’imposent. Elle écrit, très justement :

Dans tous les récits émanant des républicains espagnols, comme dans les témoignages sur Rivesaltes présentés dans cet ouvrage, le terme utilisé pour désigner les camps français est toujours celui de « camp de concentration » ainsi que les désignaient les pouvoirs publics en 1939 après la Retirada. L’historien ne peut que prendre acte de cet usage récurrent d’un terme qui, après la Seconde Guerre mondiale, résonne aussi du souvenir d’autres tragédies humaines ; il ne peut, inlassablement, qu’expliquer, contextualiser, périodiser, éclairer sur la nature des divers types de camps qui ont surgi au XXe siècle, mais il doit aussi tenter de comprendre pourquoi, des décennies après les événements, l’emploi de ce terme s’impose constamment chez les républicains espagnols et chez leurs descendants, y compris dans les premières décennies du XXIe siècle. À la conscience douloureuse d’avoir, les premiers, combattus les fascismes avec leurs seules forces et à l’incompréhension d’avoir été abandonnés face à cette coalition noire, s’ajoute l’humiliation d’avoir été des « étrangers indésirables » sur le sol d’un pays qu’ils considéraient comme la patrie des droits de l’homme. N’étant ni ressortissants de puissances ennemies, ni soldats prisonniers, ils ont — selon la définition du camp de concentration admise en France dans les années 1930 — été considérés d’emblée comme des suspects qu’il fallait surveiller et contrôler. C’est pourquoi dans leurs têtes et dans leurs cœurs, les camps français restent intitulés comme ils l’étaient en 1939, à savoir des camps de concentration ; et ce, même après la découverte de l’existence des camps nazis qu’un certain nombre d’entre eux ont, par ailleurs, connus. Ce choix linguistique, inconscient ou revendiqué, exprime la profondeur de la douleur ressentie et, au-delà, le poids mémoriel d’un vécu longuement ignoré, occulté, sous-estimé, tant en France qu’en Espagne. Les républicains espagnols ont été durablement marqués par les conditions indignes et inhumaines de leur arrivée en France et refusent instinctivement toute terminologie qui pourrait sembler les minimiser.

14On ne peut que partager l’opinion de Geneviève Dreyfus-Armand sur ce point. Cependant, ce qui est vrai pour les républicains espagnols ayant vécu l’internement ou leurs descendants, l’est beaucoup moins lorsqu’il s’agit d’historiens amateurs ou même, parfois, professionnels. Il n’est pas rare de trouver, à propos de l’internement en France et sous des plumes d’un certain renom, l’utilisation sans réserve de l’expression « camp de concentration » et l’on sent, dans cet usage volontaire, souvent « revendiqué » et qui n’a rien « d’inconscient », un besoin de provoquer l’amalgame pour des raisons diverses, militantes ou francophobes, qui ne correspondent pas aux positions qui sont celles de la science historique.

15Comme pour démentir l’amalgame, Pilar Fabia, l’enfant adoptée par un officier, a fait sa vie en France, ainsi d’ailleurs que la plupart de ceux qui figurent dans le livre de Geneviève Dreyfus-Armand. Ils sont des exemples d’étrangers « indésirables » que la France a réussi, malgré les difficultés de tous ordres, à intégrer ou qui ont réussi à s’y intégrer. De son côté, Antonio de la Fuente y Ferras, vers la fin de son témoignage, déclare: “Mon cœur, il est partout. Je suis Espagnol, Catalan et Français. Nous sommes Français et respectons ce pays qui nous a accueillis, même si ça n’a pas été toujours dans les conditions qu’il aurait fallu. »

16Par ces deux livres qui allient si bien histoire et mémoire, Geneviève Dreyfus-Armand — « la meilleure historienne de l’exil espagnol en France » (Denis Peschanski) — fait un nouvel apport significatif à la bibliographie française concernant les camps d’internement, cet épisode sombre de l’histoire nationale qui, depuis plus d’une vingtaine d’années est abordé en France sans réticences et qui mérite de l’être en toute objectivité. L’exploration de l’ « archipel » longtemps méconnu est en voie d’aboutissement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Sicot, « Septfonds 1939-1944. Dans l’archipel des camps français et Les républicains espagnols à Rivesaltes. D’un camp à l’autre, leurs enfants témoignent. Janvier 1941-Novembre 1942 », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne],  | 2021, mis en ligne le 23 juillet 2021, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ccec/12240 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccec.12240

Haut de page

Auteur

Bernard Sicot

Professeur honoraire, Université Paris Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université d'Angers
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search