Navigation – Plan du site

AccueilCahiers de civilisation espagnole...printemps 2021Comptes rendusAntonio Machado. Gardiens de mémo...

Comptes rendus

Antonio Machado. Gardiens de mémoire / Memoria custodiada

Bernard Sicot
Référence(s) :

Antonina Rodrigo et Jacques Issorel, Antonio Machado. Gardiens de mémoire / Memoria custodiada, Céret, Alter ego éd., 2021, édition bilingue, 150 p.

Texte intégral

1Il y a longtemps que Jacques Issorel s’intéresse à la poésie espagnole et à ses poètes. Parmi les contemporains, Antonio Machado, Fernando Villalón, Gerardo Diego et Manolo Valiente sont quelques-uns de ceux à propos desquels il a fait paraître des travaux nombreux et importants.

2S’agissant de Machado, en 1993 il dirige l’édition du numéro 12 de la revue Marges intitulé Machadianas. En 2001, il publie à Perpignan (Mare Nostrum) Collioure 1939. Les derniers jours d’Antonio Machado suivi d’un choix de poèmes écrits en hommage à Antonio Machado exilé (rééd., 2013). En 2012, son étude du dernier vers écrit par le poète à Collioure, déjà publiée dans Marges, est l’objet d’une réédition dans la belle « Collección 22 de febrero » sous le titre « Último viaje, último verso de Antonio Machado (Collioure 1939) », et, en 2016, il réunit ses principaux travaux sur le sujet dans Últimos días en Collioure, 1939 y otros estudios breves sobre Antonio Machado (Sevilla, Renacimiento). En 2021, Jacques Issorel revient au poète de Campos de Castilla et publie, en collaboration avec Antonina Rodrigo, Antonio Machado. Gardiens de mémoire / Memoria custodiada, livre entièrement bilingue, qui s’ouvre par un prologue de Serge Barba auquel fait suite une chronologie du poète particulièrement claire et précise. Viennent après les parties essentielles et originales du livre. Il s’agit, d’abord, par Antonina Rodrigo, de celle intitulée « Femmes françaises et espagnoles qui, à Collioure, ont conservé la mémoire vivante du poète Antonio Machado » suivie de « Douze hommes “bonsˮ », par Jacques Issorel.

3Parmi les femmes évoquées par Antonina Rodrigo, certaines sont peu connues comme Juliette Figueres et Pauline Quintana, mais méritent de l’être. Juliette Figueres est la première à accueillir, à Collioure dans sa mercerie, la famille Machado qui vient d’arriver par le train et c’est elle qui l’oriente, de l’autre côté de la place, vers l’hôtel Bougnol-Quintana tenu par Pauline Quintana. C’est là que Machado vit ses vingt-sept derniers jours, assisté par son frère et sa belle-sœur, Matea, ainsi que par les deux Françaises qui, grâce à leurs gestes généreux et leur attitude prévenante, évitent au poète et à sa famille de connaître l’humiliation d’un trop grand dénuement. Ce sont elles aussi qui confectionnent le drapeau républicain pour envelopper le cercueil du poète jusqu’au cimetière. En outre, « [j]usqu’à la fin de leurs jours, Madame Figueres et Madame Quintana veillèrent sur la mémoire de cet être humble et sage, engagé dans la lutte du peuple, qui, un jour, était arrivé à Collioure, blessé à mort par la tragédie l’Espagne. » Antonina Rodrigo évoque également Marie Laffranque (1921-2006), philosophe et hispaniste, « agitatrice de haut vol » et sa participation active aux commémorations machadiennes ; Monique Alonso (1953) qui, à Collioure, en 1977, proposa de créer une fondation à la mémoire du poète, la Fondation Antonio Machado (FAM), à laquelle « elle se donna corps et âme » ; Mercedes Pradal Rodríguez (Kalinka, 1923-2005) membre actif de la Fondation ; Margarita Giral Clausell (1927-2009) qui, avec sa mère, fut « la gardienne zélée » de la tombe du poète à Collioure ; Sara Berenguer Laosa (1919-2010), Teresa Soler i Pi (Teresa Rebull, 1919-2015), Vida Manso González Zabraniecki (1937) et Adela Carreras Taurà (1916-1999) qui, à des titres divers, ont servi et honoré « la grande figure d’Antonio Machado […] symbole des valeurs morales, démocratiques et culturelles […] »

4De son côté, Jacques Issorel évoque la mémoire de ceux qu’il appelle, reprenant une formulation de Machado à propos de lui-même, « Douze hommes “bonsˮ ». Parmi les premiers, José Machado (1879-1958), frère d’Antonio, mari de Matea avec laquelle il s’exila au Chili après la mort du poète et de sa mère, Ana Ruiz, mais aussi Corpus Barga (1887-1975) qui accompagna le poète et les siens de Barcelone à Collioure. Le premier Français à avoir vu les Machado à la descente du train fut Jacques Baills, un soir de janvier à 17h30 : « […] de service, en qualité de chef de gare intérimaire, le 28 janvier 1939, il vit descendre du train en provenance de Cerbère, cinq personnes dont le seul bagage était un parapluie. » Il fut aussi le premier à identifier l’illustre passager :

C’est lui qui vit sur la fiche d’hôtel remplie par Machado à son arrivée le nom d’ « Antonio Machado, professeur ». Ce nom lui rappela celui du poète dont il avait étudié les poèmes quelques années auparavant, aux cours du soir d’espagnol. […]. Baills s’approcha et demanda à Machado s’il était le poète qu’il connaissait et Machado lui répondit : « Oui, c’est moi ». […]. Baills devint l’ami du poète, lui prêta quelques livres […] et était auprès de lui lorsqu’il rendit son dernier soupir. Là ne s’arrêta pas le rôle de Baills, car il devint, six ans plus tard, le trésorier du « Comité des amis d’Antonio Machado ».

5Ce « Comité », fondé en 1945, ancêtre de la FMA a eu pour « cheville ouvrière » Paul Jean Combeau (1893-1978), son secrétaire général, instituteur, homme de gauche et syndicaliste. Jacques Issorel évoque également Josep Maria Corredor (1912-1981) qui fit appel aux dons, dans Le Figaro littéraire du 12 octobre 1957, « pour financer les travaux de construction de la tombe. On sait que 413 472 francs furent ainsi réunis. […] les exilés qu’étaient Antonio Machado et Ana Ruiz purent trouver, et pour toujours, dans le cimetière de Collioure, une « patrie posthume » […]. La parcelle de terrain fut offerte par la mairie de Collioure. » Y sont inhumés depuis le 16 juillet 1958 le poète et sa mère, dans une tombe qui est devenue « un lieu de pèlerinage laïque, républicain et poétique ».

6En 1977, commence l’aventure de la Fondation Antonio Machado, à l’initiative de Monique Alonso, Antonio Gardó (1909-1997), très écouté lors des réunions de la Fondation, et Manolo Valiente (1908-1991) qui était passé par les camps et avait publié, sous le pseudonyme de Juan de Pena le recueil bien connu Arena y viento. C’est à lui que l’on doit l’installation d’une boîte à lettres sur la tombe du poète et, jusqu’à sa mort, il fut le secrétaire général actif de la Fondation, poste auquel le remplaça le discret Miguel Martínez (1931-2014), auteur de Casbah d’oubli et responsable, pendant dix-neuf ans, de la Revue annuelle de la Fondation Antonio Machado de Collioure, « document d’une valeur inestimable pour nous aujourd’hui, tout comme l’Histoire de la Fondation Antonio Machado, dont il rédigea la deuxième partie (1992-1997), la première, qui couvrait les années 1977-1991, l’ayant été par Antonio Gardó ».

7En fin de chapitre, Jacques Issorel cite également quelques fidèles de Collioure, comme Georges Colomer (1931-2010), Julián Antonio Ramírez (1916-2007, époux d’Adelita del Campo) et Paul José Combeau (1924), trésorier de la Fondation pendant trente-six ans, « qui marche gaillardement vers ses quatre-vingt-quinze ans. »

8Avant l’indispensable bibliographie (p. 139-144), le livre, où figurent les photographies de tous les « gardiens de mémoire », se complète, inévitablement, par une sélection bilingue de poèmes d’Antonio Machado, traduits par Jacques Issorel (p. 99-137), sélection d’où l’on pourrait extraire le suivant, bien connu, et sa limpide traduction :

Caminante, son tus huellas
el camino, y nada más;
caminante, no hay camino,
se hace camino al andar.
Al andar se hace camino,
y al volver la vista atrás
se ve la senda que nunca
se ha de volver a pisar.
Caminante, no hay camino,
sino estelas en la mar.

………………………

Voyageur, le chemin,
ce sont les traces de tes pas, rien de plus ;
voyageur, il n’y a pas de chemin,
on fait le chemin en marchant.
En marchant on fait le chemin
et en se retournant,
on voit le sentier que jamais
on ne foulera à nouveau.
Voyageur, il n’y a pas de chemin,
mais des sillages sur la mer
.

9Compte tenu de l’intérêt manifeste et réitéré de Jacques Issorel dans ses publications pour les jours que le poète a passé à Collioure et les circonstances de sa mort, peut-être conviendrait-il de le considérer, dès maintenant, et avec lui Antonina Rodrigo, Monique Alonso, Serge Barba, Joëlle Santa-García, présidente de la FAM depuis 2013, et son équipe, comme l’un des plus fidèles « gardiens de mémoire » présentés dans le livre qui est l’objet de ce compte rendu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Sicot, « Antonio Machado. Gardiens de mémoire / Memoria custodiada  », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne],  | 2021, mis en ligne le 23 juillet 2021, consulté le 22 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ccec/12249 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccec.12249

Haut de page

Auteur

Bernard Sicot

Professeur honoraire, Université Paris Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université d'Angers
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search