Navigation – Plan du site

AccueilCahiers de civilisation espagnole...27ÉtudesFelisa López, une réfugiée espagn...

Études

Felisa López, une réfugiée espagnole à Rennes en 1937

Felisa López, una refugiada española en Rennes en 1937
Felisa López, a Spanish refugee in Rennes in 1937
Jean-François Botrel

Résumés

À partir de quelques photos et de la mémoire familiale, il s’agit de reconstituer, par une démarche de microhistoire, les conditions de l’accueil à Rennes, entre juin et octobre 1937, d’une réfugiée basque et de ses deux enfants, le comportement de l’administration et de la population, la vie quotidienne et le monde transitoire que Felisa López, née en 1907, partagea avec plus de 500 femmes et enfants contraints de quitter leur pays.

Haut de page

Dédicace

À Mariano Otero

In memoriam

Texte intégral

1Dans les papiers de ma mère, Marcelle Botrel, née Auffret (1909-1981), sont conservées cinq photos légendées de sa main, avec la mention « Felissa Lopé », et « Raphaelito » et « José-Marie », « réfugiés espagnols ». Dans la mémoire familiale, elles sont associées à un moment où, pendant la guerre d’Espagne, mes parents accueillirent chez eux, avec ses deux enfants (Rafael et José-María), une réfugiée basque espagnole (Felisa López) qui dut rapidement se résoudre à regagner l’Espagne en échange de la libération de son mari par les autorités franquistes.

  • 1 Mes sources principales sont les archives de la série 4M conservées aux Archives d’Ille-et-Vilaine (...)
  • 2 Le 4 septembre 1937, on dénombrera 669 réfugiés espagnols en Ille-et-Vilaine.

2J’ai cherché à comprendre comment cette fugace rencontre avait pu se produire et, pour ce faire, j’ai confronté la mémoire à l’histoire, en reconstituant les faits1 : ce qui au regard de l’histoire pouvait légitimement être considéré comme anecdotique m’est alors progressivement apparu comme susceptible d’illustrer, sinon de révéler, des aspects moins souvent pris en compte. Par exemple, comment, entre juin et octobre 1937, une ville comme Rennes a pu accueillir et héberger plus de 500 réfugiés espagnols2, les réactions de la population devant l’arrivée continue et croissante de nombreux étrangers, la sensibilité de l’administration bien au-delà du caractère très terre à terre du dispositif d’accueil, les manifestations de charité ou de solidarité, la vie au quotidien de réfugiés ordinaires et leurs visages, le rôle de la presse, etc. Une possible contribution de la micro-histoire à l’histoire d’un épisode de la Guerre Civile espagnole connu comme l’exode des enfants basques en avril-août 1937 et à celle du Front populaire, après la signature du Pacte de non-intervention en septembre 1936.

L’exode des enfants basques

  • 3 Jesús Alonso Carballés, 1937, los niños vascos evacuados a Francia y Bélgica. Historia y memoria de (...)
  • 4 Geneviève Dreyfus-Armand, L’exil des républicains espagnols en France : de la Guerre Civile à la mo (...)

3Un rappel historique pour comprendre. Après le soulèvement factieux contre la République espagnole du 18 juillet 1936, les troupes insurgées ont rapidement progressé vers le Nord, entraînant une première vague de départs vers la France. Dès le mois de septembre, avec la prise d’Irún, les communications terrestres avec la France sont coupées et la zone loyale du nord de l’Espagne, de la Biscaye (Bilbao) aux Asturies (Gijón) se trouve encerclée. S’y sont réfugiés ceux qui dans les provinces de la Rioja, Álava et Guipúzcoa ont fui l’avancée des rebelles bientôt qualifiés par une partie de la presse de « nationaux » ou « nationalistes ». Avec la reprise de l’offensive des troupes insurgées en mars 1937 et les bombardements par l’aviation de Mussolini et d’Hitler de Bilbao (dès le 4 janvier), de Durango (le 31 mars) et Guernica (le 26 avril), le gouvernement basque provisoirement constitué le 7 octobre 1936, en vertu du statut d’autonomie du 6 octobre 1936, lance, le 27 avril, un appel, qualifié par les historiens de « désespéré », à la Grande Bretagne et à la France qui, le 30 avril, donnent leur accord pour aider à l’évacuation à l’étranger des enfants de moins de 14-15 ans et des femmes ainsi que les hommes de plus de 65 ans, puis d’autres au fur et à mesure de l’avancée des troupes rebelles. Selon Jesús Alonso Carballés3, le nombre de citoyens basques qui arrivent en France par voie maritime entre le 20 juin et le 24 octobre 1937 s’élève à 116 746. Entre mars et octobre 1937, 32 000 enfants basques, soit 20 % de la population âgée de 4 à 14 ans recensée en 1930, auront ainsi été évacués, dont 26 000 en France. Selon Geneviève Dreyfus, cette deuxième vague de réfugiés, entre juin et octobre 1937, aura concerné plus de 120 000 personnes4.

4En France, pour faire face à l’arrivée de ces milliers de réfugiés, dès le 1er mai des Instructions générales sur l’hébergement des réfugiés espagnols sont communiquées par le Ministère de l’intérieur du gouvernement de Front Populaire de Léon Blum (lié depuis septembre 1936 par le Pacte de non-intervention) : elles invitent les préfets à la recherche active de lieux d’hébergement. En Ille-et-Vilaine, où le souvenir de l’arrivée de réfugiés sarrois en 1935 est encore présent, ces instructions sont immédiatement mises en œuvre, avec intensité et humanité, par le 1er bureau de la 1e division de la Préfecture chargée des « réfugiés espagnols » dont sont conservées d’innombrables minutes rédigées au stylo et à l’encre bleu clair par une main restée anonyme.

La préparation de l’accueil

  • 5 En 1937, le maire de Rennes est François Château, entrepreneur de maçonnerie, élu en 1935 sur une l (...)
  • 6 Selon l’inspecteur, elle comprend 20 pièces de contenance variable : une salle à manger, une cuisin (...)

5Après avoir constaté que les lieux envisagés par l’Inspecteur-Contrôleur des bâtiments départementaux étaient indisponibles ou ne correspondaient pas aux besoins (la Ville de Rennes, par exemple, déclare ne disposer d’aucun immeuble pouvant être mis à disposition des réfugiés espagnols pour leur hébergement temporaire5), le préfet peut annoncer le 11 mai avoir trouvé un vaste immeuble (une « maison de maître »), 23 rue d’Inkermann, qui pourrait recevoir 100 réfugiés adultes et jusqu’à 180 avec des enfants6

Document 1. Maison de la rue d’Inkermann. Rennes.

L’Ouest-Éclair, 9 juin 1937.

  • 7 En février 1935, Rennes avait accueilli 25 réfugiés sarrois qui avaient choisi de quitter leur terr (...)
  • 8 Entre le 18 juin et le 13 octobre, les crédits délégués par l’État s’élèveront à 381 000 francs.

6Le rapport détaillé établi par le même inspecteur fait apparaître un relatif abandon de l’immeuble (murs salpêtrés, douilles et lampes manquantes, placards parfois sans tablettes, carreaux cassés, papier peint et peintures en assez mauvais état). Un bail est signé le 8 juin 1937 pour une location mensuelle de 1 000 francs, tacitement renouvelable. L’installation des locaux est supervisée par le secrétaire général de la Préfecture, le commissaire central chargé de l’organisation du cantonnement, Basilaire, qui a l’expérience de l’accueil des réfugiés sarrois en 19357, avec le concours d’employés municipaux sous les ordres de M. Delouche, conducteur de travaux à la voirie, avec MM. Richard, brigadier, Vitre et Chalopin et un groupe de soldats du 41e Régiment d’Infanterie sous les ordres de l’adjudant-chef Quéffelec. L’autorité militaire a été sollicitée pour une location de lits estimée à 600 francs, ainsi que l’Académie de Rennes qui fournit des lits mais sans matelas, et il est prévu d’embaucher un gardien rémunéré 35 francs par jour. La mairie de Rennes est sollicitée pour la fourniture de tables sur tréteaux et les barres nécessaires pour le réfectoire. Au total, avec les allocations à verser aux réfugiés, la location de matériel de couchage et de cuisine, l’assurance de l’immeuble contre l’incendie, les dépenses d’éclairage et de charbon, le salaire du gardien, le loyer de l’immeuble, le budget mensuel de fonctionnement est estimé à 20 000 francs8.

  • 9 Jesús Alonso Carballés, 1937, los niños vascos evacuados a Francia y Bélgica, op. cit., p. 102.
  • 10 Dans ce camp, l’administration loue à l’armée deux baraques (n° 7 et 21) et fait installer des robi (...)
  • 11 Des carlistes dans les années 1840 et 1870, des républicains en 1886, et dix syndicalistes en 1935, (...)
  • 12 Les autres réfugiés sont hébergés, dans d’anciennes maisons d’arrêt, à Vitré (34 le 24 juillet) et (...)

7Tout est prêt, donc, lorsque le premier contingent de 105 réfugiés espagnols arrive en gare de Rennes le 8 juin. Ces réfugiés font partie des 4 251 passagers (2 966 réfugiés « indigents » dont 1 733 enfants et 1 236 réfugiés « payants » dont 604 enfants) du transatlantique Habana qui, le 5 juin, escorté de navires de guerre anglais, a pour la quatrième fois quitté Santurce (le port de Bilbao), pour un débarquement à La Pallice, près de La Rochelle9. Pour 371 d’entre eux —les « indigents », s’entend—, ils ont été dirigés vers la Bretagne. Aux 105 qui ont été acheminés jusqu’à Rennes le 8 juin dans un wagon ajouté à un train de marchandises, s’ajouteront bientôt 88 réfugiés le 17 juin, 46 le 5 juillet, 52 le 28, 150 le 5 août et 70 le 15, qui seront hébergés au château de la Piletière, dépendant de l’asile départemental d’aliénés, puis au camp militaire de Verdun, à la sortie de Rennes, route de Redon10. Si ce n’est pas la première fois que Rennes accueille des réfugiés espagnols11, jamais cela n’en a concerné un aussi grand nombre : à Rennes, le 24 juillet, on comptera 333 réfugiés répartis entre la rue d’Inkerman, le Château ou « refuge » de la Piletière et le camp de Verdun ; plus de 500 à la mi-août12. Début septembre, on dénombrera 669 réfugiés espagnols en Ille-et-Vilaine. Pour plus de la moitié (54 %) il s’agit d’enfants, et les femmes représentent un peu plus de 40 % de l’ensemble.

Au 23 de la rue d’Inkermann

  • 13 L’une d’elles, enceinte, Luisa Lizundia, 33 ans, sera admise à la maternité de l’Hôtel Dieu le 16 j (...)

8Le premier groupe de réfugiés espagnols arrivé à Rennes comprend 64 enfants (le plus jeune a 14 jours), 40 femmes, et un homme de 83 ans. Un état nominatif et par famille des réfugiés espagnols hébergés à Rennes, 23 rue d’Inkermann, avec leurs dates de naissance, en date du 22 juin 1937, permet de dire que 16 d’entre elles/eux ont 38 ans et plus, 13 entre 28 et 36 ans, 11 entre 18 et 27 ans, 10 ont entre 7 et 15 ans (il y a 45 enfants de moins de 7 ans), et qu’elles viennent, pour la quasi-totalité, de Bilbao. La plupart se déclarent « sans profession », mais il y a parmi elles neuf couturières, deux culottières, quatre « usineuses », une femme de ménage et une « plongeuse13 ».

  • 14 Le Nouvelliste, 6 juillet 1937.

9 Ces réfugiés sont accueillis à la gare, à 23 h 30, par le secrétaire général de la Préfecture (Le Baube), le premier adjoint au maire (Jean Tromeur), le commissaire central Basilaire mais aussi par le président du Front Populaire local (Alexis Le Strat) et le secrétaire du syndicat du bâtiment (Godet) et quelques autres. Une « foule exténuée et presque silencieuse » qui a fui « les horreurs de la guerre » (le bombardement de Guernica, les fusillades à la mitrailleuse des avions, les hurlements des sirènes), écrit le journaliste du Nouvelliste. Sans doute les enfants portent-ils déjà « une lettre ou un chiffre épinglé sur leur poitrine14 ».

  • 15 À la différence des premiers réfugiés sarrois qui avaient dû, de nuit, parcourir à pied les quatre (...)

10 Depuis la gare, les réfugiés sont transportés au 23 rue d’Inkermann dans la camionnette du commandant Dubois, « toujours dévoué aux causes charitables », dit L’Ouest-Éclair (c’est la camionnette des pompiers qui doit faire plusieurs voyage15). À leur arrivée rue d’Inkermann, ils peuvent se restaurer d’un pot au feu préparé par la famille Lopez et d’autres bénévoles et les tout petits de 35 litres de lait chaud. C’est la vaisselle et les ustensiles « ayant servi aux Sarrois et passé à l’eau chaude additionnée de carbonate » qui est utilisée. Ces femmes et ces enfants pourvus de passeports basques viennent de Bilbao et de la Biscaye, mais aussi de la Rioja, de la Navarre, et des provinces basques d’Álava et de Guipúzcoa. Dans L’Ouest-Éclair du 11 juin, le commissaire central Basilaire rappelle que ces « déshérités » ont fui « les échos sinistres des sirènes, le vrombissement constant des moteurs des avions semant terreur et épouvante, les bombardements incessants et hélas efficaces accumulant ruines, infirmités et morts ». D’ailleurs, le mercredi 9, vers 11 h, la sirène de l’Arsenal sème la panique rue d’Inkermann.

  • 16 Le petit Rafael est le deuxième enfant en partant du bas à droite de la photo. Selon son acte de na (...)

11Parmi les réfugiés de la rue d’Inkermann se trouve Felisa Ruiz de Eguilaz, née López Arroyo, née le 24 février 1907 à Tolosa (Guipúzcoa), sans profession, accompagnée de ses deux enfants : Rafael (3 ans) et José María (14 jours). On les découvre sur une des photos que L’Ouest-Éclair publie le 10 juin : « Et voici dans les bras de sa mère et entouré de quelques enfants, le “benjamin” de la pitoyable troupe : un bébé âgé seulement de 14 jours. Comment ne pas se sentir pris de pitié devant des détresses aussi grandes ? », dit la légende16 Felisa fait sans doute partie de tous celles et ceux qui, devant l’avancée des troupes rebelles, ont dû fuir la Rioja, la Navarre, la province d’Álava puis celle de Guipúzcoa pour Bilbao.

Document 2. Réfugiés avec Felisa López, José María et Rafael.

L’Ouest-Éclair, 10 juin 1937.

La vie au quotidien

  • 17 Les docteurs Baderot et Tannou et le docteur Andrieu, chef des services d’hygiène.
  • 18 À Redon, où les 20 enfants réfugiés avaient été pris en charge par les sœurs de Saint-Vincent de Pa (...)

12Pour ces réfugiées, la vie dans la maison de la rue d’Inkermann s’organise rapidement avec l’aide du gardien et sous le contrôle de médecins, qui les visitent quotidiennement17. Dès leur arrivée, les enfants ont été vaccinés contre la diphtérie et contre la maladie NR1, soit les encéphalites, avec le vaccin Bilie. Par la suite, on veillera à ce qu’ils ne manquent pas de lait, mais aussi à ce que le soir du bouillon de légumes soit préféré au café au lait. On sait qu’ils ont du chocolat au goûter. Étant donné la date d’arrivée, la question de la scolarisation qui préoccupera le gouvernement basque, ne se pose pas encore, mais le corps enseignant envisage des cours ainsi que des promenades à la Prévalaye et dans les bois environnants18.

  • 19 C’est l’Armée qui, pour l’essentiel, fournit le couchage, sous forme de location. Entre juin et aoû (...)

13Pour ce qui est de la vie au jour le jour, dans cette maison de quelque 340 m2 habituellement habitée par une seule famille et un ou plusieurs domestiques, les différentes familles se sont réparties en chambrées dans les pièces où les lits ou couchettes sans doute superposés ont été installés, pourvus de paillasses, sacs à viande et couvertures militaires19. Si l’on s’en tient aux huit chambres et trois salons de l’habitation principale, cela fait neuf adultes ou enfants en moyenne par pièce, mais il avait été considéré que la contenance de la maison pouvait aller jusqu’à 180 personnes, en cas de présence d’enfants. Il semble bien que cette communauté de femmes, bien que de fortune, ait rapidement pris les choses en main et vécu en quasi-autogestion.

  • 20 Soit 2 640 francs par an pour un adulte et 1 320 pour un enfant. À titre de comparaison, en 1936 Ra (...)

14Pour l’alimentation au quotidien, un système de popote a été instauré, avec fourniture des aliments de base par l’armée et acquisition d’autres denrées (viande, poisson, lait pour les enfants), ainsi que du bois et du charbon pour la cuisson des aliments. Chaque famille participe aux dépenses proportionnellement au nombre de ses membres. Fin juin 1937, les indemnités perçues, sur la base des allocations journalières versées aux chômeurs, moins 10 % représentant la contribution de chacun au loyer de la maison d’Inkermann et au salaire du gardien, sont de 7 francs par adulte et de 3,5 par enfant20.

15Cette situation suscitera un peu plus tard l’envie d’autres réfugiées espagnoles hébergées, elles, au camp de Verdun qui prendront l’initiative d’une lettre-pétition adressée au préfet d’Ille-et-Vilaine, accompagnée de quelque 140 noms-signatures.


16Dans cette lettre (reproduite en annexe), les signataires, comparent leur situation à celles de la rue d’Inkerman « qui s’entendent bien et ont une bonne alimentation et boivent du cidre et malgré cela font des économies », et demandent à se passer des services du gardien pour l’achat des aliments qui ne sont pas toujours pesés devant elles et sont parfois avariés ou vendus sans factures. Elles accusent par ailleurs le gardien de favoritisme (à certaines il vend la bouteille de lessive 1,75, à d’autres il la donne gratuitement) et demandent que l’entrée d’hommes dans le camp « avec des intentions faciles à comprendre » et qui peuvent aussi être des espions, soit soumise à autorisation. Elles souhaitent par ailleurs changer d’interprète, car « nous avons remarqué – écrivent-elles – que ce que nous voulons n’est pas correctement traduit au Docteur ou au portier », selon les termes de la traduction remise au préfet. Dans sa réponse au Préfet, le 3 septembre, le Commissaire de police chef de la Sûreté faisant fonction de Commissaire principal réfute la plupart de ces critiques (il assure que 3 000 francs résultant de la bonne gestion ont pu ainsi être répartis entre les réfugiées) et promet des rondes autour du camp par deux agents en civil tous les soirs.

  • 21 Selon le journaliste du Nouvelliste (« Une visite aux réfugiés espagnols », 10-6-1937), il y a parm (...)

17Rue d’Inkermann, on le déduit de cette lettre, ce sont, donc, les réfugiées qui assurent la préparation de la nourriture et sa distribution dans la salle-à-manger/réfectoire. Elles accompagnent le gardien pour l’achat des aliments nécessaires et distribuent le chocolat, le savon, la lessive, etc. Elles se partagent l’unique salle de bain, les quatre cabinets de toilette et des deux WC. Elles assurent le nettoyage de la maison, la lessive (il y a une « laverie ») et le repassage. Sur les tons plutôt sombres des vêtements qu’elles portent sur la photo de L’Ouest-Éclair du 15 juin, les notes plus claires semblent être celles de tabliers de cuisine21.

Document 4. Les réfugiées de la rue d’Inkermann.

L’Ouest-Éclair, 15 juin 1937.

  • 22 Parmi les adolescents réfugiés à Rennes, on sait que, par la suite, deux d’entre eux seront dotés d (...)

18Elles veillent sur une « fourmilière de gosses » (le 12 septembre, on en dénombre 42, dont 5 sans père ni mère), dont on imagine les cris, les cavalcades dans les escaliers et les jeux dans les deux grands jardins : un jardin pelouse et un jardin futaie, selon l’inventaire22. Des plaintes d’un voisin, on déduit que la gestion des déchets n’a pas été parfaite. À en juger par l’appel lancé aux Rennais, elles ont besoin d’objets de toilette, peignes, brosses à cheveux, brosses à ongles, et les gosses de jouets et poupées.

  • 23 Les Rennais de mon âge ont encore connu le marchand de glaces Lopez dont la petite carriole était i (...)
  • 24 C’est Lorenzo Munnarriz/Mounérés, conducteur à Rennes, qui, au début, fera office d’interprète aupr (...)

19Aucune des réfugiées ne parlant français, leur intermédiaire avec l’administration et l’extérieur en général est le gardien-interprète. Dès le 14 juin, confrontée au problème de la langue, l’administration préfectorale avait demandé au préfet de Charente « l’envoi d’une réfugiée parlant couramment le français ». Mais finalement, le commissaire Basilaire va pouvoir s’appuyer sur des Espagnols résidant à Rennes. C’est Andrés López (46 ans, marchand de glaces arrivé en France en 1917 et habitant 13 rue Chicogné depuis le 16 avril 1931) qui va offrir la solution23. Avant le 28 juin, il sera d’ailleurs affecté comme gardien de la maison de la rue d’Inkermann, en remplacement d’un certain Toulouse, intempérant, et avec sa fille Palmyre servira d’intermédiaire, en assurant les tâches d’interprétation et de traduction des documents écrits en espagnol de nature officielle ou privée24.

20La situation des réfugiées à l’écart du centre de la ville, et la nécessité de passer par le gardien pour communiquer avec l’extérieur, n’a cependant pas été synonyme d’isolement. Le 11 juin, Basilaire assurait déjà que des dispositions avaient été prises pour que « ces malheureuses, la plupart catholiques pratiquantes […], puissent assister aussi souvent qu’elles le désireront aux offices religieux ». On sait, par ailleurs, que les réfugiées d’Inkermann échangeaient des informations avec celles hébergées au camp de Verdun et qu’elles ont eu la possibilité de suivre l’évolution de la situation en Espagne, notamment à travers L’Ouest-Éclair. Les « affaires d’Espagne », « la guerre des deux Espagne », « la Guerre d’Espagne », « les événements d’Espagne », sont les dénominations les plus fréquemment utilisées par L’Ouest-Éclair qui rend compte de l’avancée des « nationaux » ou des « nationalistes » face aux « gouvernementaux » (L’Ouest-Éclair a rapidement cessé de parler de rebelles ou insurgés et se réfère rarement aux républicains). On trouve également traité, le 5 juillet, l’arraisonnement du Trégastel par le croiseur nationaliste Cervera, le 20 septembre, le coup de main des « nationalistes » sur le sous-marin C2 dans le port de Brest, mais c’est le « péril communiste et anarchiste » qui semble avant tout préoccuper le journal : « Il n’y a en ce moment qu’un péril de guerre, celui qui vient du communisme et des querelles intestines entre révolutionnaires », est-il dit le 11 juin. Le 18 août, un article est consacré à « Barcelone et Valence sous la férule des anarchistes », et, à partir du 3 août, le journal publiera une série de six articles sur « La Catalogne, sous la Terreur ». Le 21 septembre, on peut lire à la une, « Deux dictatures sanglantes, l’anarchie et le communisme se disputent l’Espagne ». Le Nouvelliste, quant à lui, affiche encore davantage son camp en titrant, le 18 juin, sur la « grande offensive des rouges près d’Huesca » ou dans ses « Échos de l’Espagne nationale », le 29 septembre, « Du pain blanc dans Santander libérée ».

  • 25 Le consul fait état des nombreuses demandes faites quotidiennement par (ses) ressortissants dans le (...)

21Outre les informations à travers la presse, les réfugiées ont pu recevoir directement des nouvelles d’Espagne mais aussi être en relation avec les représentants du gouvernement d’Euzkadi via le Consulat d’Espagne de Nantes qui, dès le 22 juin, s’est enquis de leur sort25, ou du Vice-Consul de Saint-Malo, ou encore avec l’administration franquiste.

  • 26 À la différence du Morbihan, il n’est pas fait appel en Ille-et-Vilaine à des placements dans les f (...)

22On sait, par ailleurs, que des Rennais, sans doute par l’intermédiaire d’organisations syndicales, politiques ou caritatives, se sont intéressés à leur sort et les ont accueillies plus ou moins durablement comme dans le cas de Felisa López et de ses enfants26. Dès le 15 juin, L’Ouest-Éclair signale que, la veille, de généreuses personnes sont venues apporter quelques soulagements à leur misère ; certaines figurent sur la photo. « La détresse n’a pas de patrie », commente sentencieusement le journal.

23Malgré l’entassement et la promiscuité, lorsque, à la mi-septembre, il sera envisagé de les transférer au camp de Verdun, ces femmes manifesteront leur volonté de ne pas quitter Inkerman et proposeront d’assumer le montant du loyer en se restreignant davantage sur la nourriture et en supprimant de leurs menus le cidre (qui est aussi une boisson du Nord de l’Espagne) et « la collation de chocolat qui est attribuée aux enfants à 16 h ». Comme on va le voir, il leur restait alors bien peu de temps à passer à Rennes.

Les Rennais entre solidarité et charité

24Antérieurement à l’arrivée du premier contingent de refugiées et d’enfants, la solidarité de syndicalistes avec les enfants espagnols et les républicains d’Espagne s’était déjà manifestée. Au niveau national, en novembre 1936, sous l’égide de la CGT (unifiée) avait été constitué un Comité d’Accueil aux enfants d’Espagne. À chaque paye, les Cheminots adhérents à la CGT étaient invités à prendre un timbre de solidarité pour l’accueil des enfants d’Espagne (2 178 francs récoltées à Rennes à la date du 27 mars) et ; les 3 et 10 avril, le Comité de Secours aux enfants d’Espagne avait organisé des collectes et des bals qui avait rapporté 1 243 francs, versés à la Fédération Nationale. Au 8 mai 1937, au titre de la Solidarité pour les enfants espagnols, 5 562 francs ont été recueillis.

25Juste avant l’arrivée des premiers réfugiés à Rennes, les 5 et 6 juin, le Comité local de Front populaire avait organisé dans le Jardin du Thabor et sous les halles de la place des Lices une fête ou Kermesse de bienfaisance au profit de « milliers d’orphelins et d’enfants appelés à ne jamais revoir leurs familles et qui ont dû quitter le sol natal fuyant les bombardements et les horreurs d’une guerre civile sans précédent dans l’histoire », victimes du fascisme international, « ce fascisme défenseur de tous les privilèges et de tous les fanatismes dont les nationalistes de Franco, l’homme qui est allé chercher les ennemis héréditaires de son pays pour combattre sa propre patrie sont le plus bel exemple » , peut-on lire dans Le Semeur, le 5 juin 1937. Au programme de cette kermesse, une séance de cinéma, un bal sous les Lices, un « stand spécial pour recevoir les colis et les dons en nature en faveur des républicains espagnols », une buvette, de la pâtisserie, un buffet froid et des comptoirs de vente. Les bénéfices serviront à « soulager la misère des pauvres enfants de Bilbao obligés de s’exiler devant les hordes de Franco ». L‘Aurore du 12 juin 1937, rend compte de la prise de parole finale de la « Madrecita » (Sofía Blasco, 60 ans) qui a rappelé dans quelles conditions l’Espagne républicaine lutte pour la liberté.

26Il a également existé un Comité Socialiste de Secours à l’Espagne Républicaine, organisé en sections, et L’Aurore informe régulièrement sur la marche au plan local de la souscription qu’il a lancée. Ce mouvement de solidarité continuera à s’exprimer. Le 19 juin à Fougères, les résultats des bals et collectes faits par l’Alliance au profit des Enfants espagnols réfugiés en France de Fougères sont de 1 243 francs ; le 31 juillet, une collecte est organisée « en faveur de nos camarades espagnols ». À Redon, selon une lettre du sous-préfet du 28 juin, la section socialiste « s’est imposée une contribution de 20 francs suivie d’un engagement de prestation journalières ». Parmi les « personnes secourables », les Dames de la Croix Rouge et la Municipalité sont mentionnées, mais, toujours selon le sous-préfet, « les organisations de gauche ne sont entrées dans cette voie qu’avec un certain retard ». En juin, sera fondé le Comité français pour la paix civique et religieuse en Espagne, dans le comité de direction duquel figurent, entre autres, Jacques Maritain, Emmanuel Mounier et François Mauriac. Le 11, Le Nouvelliste reproduit in extenso son communiqué.

  • 27 Il s’agit de « victimes innocentes quelques [sic] soient les rangs où combattent leurs pères et leu (...)

27Par ailleurs, s’agissant des réfugiées et des enfants arrivés à Rennes le 8 juin, le commissaire Basilaire lance dans L’Ouest-Éclair et Le Nouvelliste, dès le 11, un appel aux dons en espèces et en nature. Ce même jour l’archevêché publie un communiqué (reproduit le 13) invitant les catholiques à leur venir en aide en faisant des dons à la Conférence de Saint Vincent de Paul. L’Ouest-Éclair qui ne cache guère, on le sait, son hostilité aux communistes et anarchistes ni sa tiédeur à l’égard des « gouvernementaux », affirmera, pour sa part, ne pas « rechercher à savoir quelles sont les opinions des réfugiés espagnols qui nous arrivent. Ce sont des malheureux, femmes, enfants, vieillards qui fuient la menace de la mort », écrit le journal catholique, le 9 juin. De son côté, Le Nouvelliste insiste, encore plus explicitement, sur le fait que « le malheur ne doit connaître aucun parti. En catholiques, ne devant se guider que par la charité, nous faisons appel à la population pour qu’on leur [aux réfugiés] vienne en aide autant qu’il se pourra ». Une idée reprise le 6 juillet, lorsque Le Nouvelliste assure que les réfugiés sont persuadés que la France les accueille à contrecœur (« On leur a dit qu’il y a tant de “fascistes” en France prêts à tuer leurs enfants ») et le quotidien ne doute pas de ce que « la charité des Français, surtout des catholiques, qui ne doivent pas avoir d’ennemi, saura adoucir leur exil27 ». L’appel du commissaire Basilaire est renouvelé le 15, lorsque le journal consacre trois photos à un reportage « Chez les réfugiés espagnols de la rue d’Inkermann ».

28Le 25 juin, à la suite de la visite aux réfugiés de la rue d’Inkerman et aux 98 hébergés à la Piletière, du maire de Rennes, François Château, L’Ouest-Éclair lance un nouvel appel à la population en faveur des « malheureux réfugiés espagnols » en précisant que sera particulièrement bienvenu le don de matelas, de literies d’enfants, d’effets pour hommes, femmes et enfants, mais aussi de fers à repasser et de lainages et de chocolat pour les enfants, ainsi que les aliments que pourraient fournir les producteurs, maraîchers et jardiniers. Sur la photo de groupe prise sur un des escaliers extérieurs du château, on peut aisément identifier le commissaire Basilaire, avec une enfant dans les bras, le maire de Rennes, le directeur et l’intendant de l’asile, posant à côté d’une quarantaine de réfugiées et d’enfants amassés sur les marches, l’air grave et les yeux braqués sur l’objectif.

Document 5. Des réfugiés et les autorités rennaises à l’asile de la Piletière.

L’Ouest-Éclair, 25 juin 1937.

  • 28 On doit sans doute ajouter à cette liste les pommes de terre pour lesquelles le marchand de produit (...)

29Parmi les initiatives collectives ou individuelles méritoires de la population rennaise, le journal signale celle de la Ligue des Droits de l’Homme qui a adressé 300 francs, celle du Directeur de l’École d’Agriculture qui a envoyé un stock imposant de légumes, celle du Directeur de la blanchisserie du Progrès qui a remis un stock de torchons, serviettes et toile, celles des commerçants, jardiniers, marchands de primeurs qui ont « ravitaillé ces infortunés en marchandises et denrées diverses » . Le 19 juin on avait déjà fait état des nombreux colis arrivés au château de la Piletière et du régime des bananes et des cageots de cerises envoyés par un commerçant « pour le dessert des réfugiés ». Autant d’exemples des « attentions généreuses » de la population rennaise28. Les collectes se poursuivent, dont les résultats (modestes) sont publiés dans l’Aurore. Le 14 juillet le bal payant organisé par municipalité se fait au profit de la Caisse des écoles et des réfugiés espagnols.

30À Rennes, pendant cet été qui connaît de fortes chaleurs durant la première semaine d’août, la vie continue, avec ses baignades publiques du gué de Baud et du canal Saint Martin, le train des pêcheurs (départ de Rennes à 6 heures ; arrivée à Messac à 6 h 50 ; retour à Rennes à 20 h 30), un concours de pêche de Betton qui réunit 2 000 pêcheurs, les sorties à bicyclette (on compte alors 160 000 bicyclettes en Ille-et-Vilaine, pour 566 000 habitants). Début août, dans la rubrique « Rennes qui s’embellit », on se réjouit par avance de l’ouverture programmée du Parc de Maurepas, ce qui adviendra en juillet 1939. Depuis le 20 juin 1936, à Rennes comme ailleurs, tous les salariés ont droit à deux semaines de congés payés. C’est pendant cet été qu’avec ses deux enfants, José María et Rafaelito, une des réfugiées de la rue d’Inkermann, Felisa López se rendra à Gosné, à 26 km au nord-est de Rennes, par les Tramways d’Ille-et-Vilaine (TIV) qui, depuis 1897, reliaient Rennes à Fougères.

Document 6. La maison de Gosné.

Archives familiales JFB

  • 29 Raymond et Marcelle, tous deux employés des PTT, se sont mariés en 1932 et ont alors deux enfants : (...)

31Ils y rejoindront Monique (4 ans) et Yvon Botrel (deux ans et demi) et leur grand-mère Caroline Auffret née Le Du (1875-1938) dans la petite maison louée pour l’été par Marcelle et Raymond Botrel29.

Document 7. Felisa López et « Raphaelito » à Gosné.

Archives familiales JFB

32Sur cette photo, on voit Felisa, dans une robe de lainage clair, chaussures blanches, les cheveux bien ramenés en arrière, assise sur du foin dans un champ, avec Rafaelito (qui figure seul sur une autre photo, cheveux blonds parfaitement crantés), tous deux en habits d’été ; souriants.

Document 8. De gauche à droite : Monique Botrel, Rafael López, Yvon Botrel, Felisa et le petit José María à Gosné.

Archives familiales JFB.

33On imagine facilement le caractère laborieux des échanges entre la grand-mère trégorroise dont la légende familiale dit qu’elle commença à apprendre l’espagnol et la jeune maman basque à laquelle Marcelle avait entrepris de faire assimiler la phonétique française. Monique, quant à elle, se souvient n’avoir pas particulièrement apprécié l’arrivée de ces deux autres enfants avec lesquels elle dut, même provisoirement, partager un peu sa grand-mère et sa mère.

34Comment cette rencontre a-t-elle pu se faire ? La question n’a pas été posée à Marcelle Botrel, mais c’est, selon toute vraisemblance, à travers la filière syndicale des PTT : il n’était guère envisageable pour Marcelle et Raymond Botrel et leurs deux enfants d’accueillir à demeure Felisa et ses deux enfants dans le trois pièces-cuisine de leur Habitation à Bon Marché du Foyer Rennais, 9 rue de la Paix ; mais un séjour à la campagne a semblé possible et salutaire. Ce qui est sûr, c’est que, malgré l’obstacle de la langue, des échanges ont pu se faire entre les deux jeunes femmes et mères de famille de 30 et 28 ans, et que Marcelle Botrel en a souvent parlé, jusqu’à sa mort en 1981. Malgré l’absence de traces dans les archives publiques et dans la presse, on peut supposer qu’il y eut d’autres manifestations de solidarité spontanées ou privées de cet ordre, relayées ou non par des organisations, s’ajoutant à ces petits francs peu à peu collectés auprès des travailleurs et aux différents dons déjà évoqués. Si, en termes d’intendance, elles n’ont pu évidemment être que subsidiaires, qui pourrait douter de leur valeur humanitaire ?

35C’est aussi pendant cet été qu’une plainte d’un voisin de la maison de la rue d’Inkermann est reçue à la Préfecture. Le 31 août, le chef de bataillon en retraite Le Bonner, dont la propriété, 15 rue de Redon, est mitoyenne du 23 rue d’Inkermann signale que quatre vitres d’une serre et d’une terrasse ont été brisées par des jets de pierre, que son jardin est « devenu un véritable dépotoir d’immondices jetées des fenêtres par-dessus le mur » et il en fait l’énumération : « chiffons, papiers graisseux, souillés, déchets d’aliments de toute nature, voire digérés, linges sales maculés, pansements usagés, chaussures vieilles et neuves, effets divers ». C’est la seule manifestation d’hostilité enregistrée.

  • 30 À la fin du mois de septembre, la question des vêtements chauds pour l’hiver est posée par le Consu (...)

36Quant aux commerçants rennais, la présence de quelque 500 consommateurs « rennais » supplémentaires n’aura eu pour eux que des conséquences positives. Entre le 6 juillet et le 15 septembre, la seule administration leur a acheté pour plus de 23 000 francs de viande, pain, lait, légumes, articles de ménage, épicerie, pommes de terre, haricots, sabots et galoches, espadrilles, charbon, tabliers, extincteurs, bidons de lait, etc. ou de travaux divers (terrassement, électricité, réfection de matelas, etc.). Certes, il y eut bien contre eux quelques récriminations, comme celles formulées le 3 septembre par des réfugiées du camp de Verdun, se plaignant de la mauvaise qualité de la viande et du poisson (des sardines, en l’occurrence), une plainte qui fut jugée non recevable par le commissaire chargé de l’enquête. Certains commerçants, on l’a vu, n’ont pas hésité à effectuer des dons en nature. Dans l’administration préfectorale qui, depuis le début, a été en première ligne, au-delà de la neutralité qui caractérise son action, on remarque l’efficacité des acteurs mais aussi, tel le commissaire Basilaire, leur humanité, même lorsque bientôt ils vont être invités à défaire ce qu’ils avaient rapidement et efficacement fait aux mois de mai et juin, en organisant, au début du mois d’octobre, le retour des réfugiés en Espagne30.

Le rapatriement

  • 31 Début août, par exemple, dans les Côtes-du-Nord, on constate une « situation déjà contraire à l’hyg (...)
  • 32 C’est ainsi que le 28 août 1937 des réfugiés arrivés dans le Sud-Ouest en provenance de Santander s (...)

37En effet, le 29 septembre, l’ordre est donné de procéder au « refoulement », à l’exception des malades, des quelque 50 000 Espagnols à la charge des budgets municipaux ou de l’État. « Les réfugiés espagnols incapables d’assurer leur subsistance vont être refoulés dans leur pays par la frontière de leur choix », annonce L’Ouest-Éclair le 1er octobre. Le 6 octobre, le ministère de l’Intérieur devra préciser qu’il s’agit non d’un refoulement mais d’un rapatriement qui se fait en accord avec le président du Conseil d’Espagne (Juan Negrín) et que ce rapatriement se fait graduellement et « avec tous les tempéraments que comportent les situations respectives des réfugiés ». Dès le 15 août, le Ministère des Affaires Étrangères français avait signifié au gouvernement espagnol que l’épuisement des crédits et l’absence de nouvelles possibilités d’hébergement ne lui permettait plus d’autoriser le transfert et l’installation en France de nouveaux réfugiés31 ; en conséquence de quoi ceux-ci ne pouvaient plus emprunter le territoire français que pour rejoindre la Catalogne32.

38De leur côté, les autorités franquistes n’avaient pas tardé à entrer en contact avec les réfugiées, et avec l’administration préfectorale. On trouve, en effet, conservées dans les archives, des autorisations d’entrée sur le territoire par la frontière d’Irún établies dès le 21 septembre sur des imprimés émanant de la Direction des services de la frontière nord de l’Espagne à Irún, où il est prévu un passage obligatoire par le camp de concentration de Fuenterrabia avant d’être autorisé à rejoindre sa destination finale.

Document 9. Autorisation d’entrée dans la zone occupée par les nationalistes.

AD 35.

39De son côté, le 7 septembre, le comité d’Évacuation du Gouvernement basque (à Paris), avait, par l’intermédiaire des directeurs de « refuges », fait savoir aux réfugiés espagnols qu’ils pouvaient continuer à résider en France comme ils l’avait fait jusqu’à présent, en précisant : « ceux qui décideraient de rentrer en zone loyale bénéficieront de toutes les facilités (permis, indemnités de voyage, etc.). En revanche, qui demanderait à être transporté en zone factieuse, serait considéré comme tel par le gouvernement de Valence [le gouvernement de la République transféré à Valence en novembre 1936] et celui d’Euzkadi. » Demande est faite aux directeurs de refuge de désigner parmi les personnes recueillies l’une des plus instruites pour servir de correspondant. En octobre (sans plus de précision) le Departamento de asistencia social del Gobierno de Euzkadi, s’adressant « À los refugiados vascos », les préviendra, pour s’efforcer de les dissuader, de ce que

  • 33 « En territoire factieux, les réfugiés sont internés dans des camps de concentration et soumis cons (...)

en territorio fascista, los refugiados son internados en campos de concentración y vejados constantemente, encontrándose la mayor parte de los que se trasladan a aquella zona con sus casas ocupadas y sin medios económicos, con la imposibilidad de encontrar trabajo, siendo este, en los casos en que se les da, miserablemente pagado » et que « consideraremos como facciosos a los que a terreno faccioso se trasladen33.

  • 34 En septembre 13 personnes sollicitent leur rapatriement par Hendaye pour rejoindre la zone national (...)
  • 35 Dès le début du mois d’août, le nonce-délégué apostolique du Pape, Hillebrando Antoniutt, avait été (...)

40Ce qui est sûr, c’est que, avant que la décision de rapatriement forcé ne soit prise, quelques départs de réfugiés espagnols à Rennes avaient déjà eu lieu, dont, le 29 juillet, les familles Errandonea et Suárez (15 personnes au total, hébergées à la Piletière). Entre le 11 et le 18 septembre, on enregistre 13 départs (6 femmes et 7 enfants34), neuf la semaine suivante, puis six femmes et dix enfants et deux hommes. Cela a sans doute été le cas de Felisa et de ses deux enfants, qui pourtant disait ne pas vouloir retourner en Espagne, mais qui a dû céder au chantage des autorités franquistes : la libération de son mari contre son retour35. Le 2 octobre, juste avant la mise en œuvre du dispositif de rapatriement, il ne reste plus en Ille-et-Vilaine que 632 « réfugiés indigents » (256 femmes et 362 enfants).

Document 10. Demande de rapatriement en Espagne d’une réfugiée de Rennes.

AD 35.

  • 36 Selon Le Boulanger (2016), sur 595 réfugiés en Ille-et-Vilaine, 175 choisissent Hendaye et 420 Lato (...)

41Le 3 octobre, sur des imprimés ronéotés prévus à cet effet (Document 10), ces réfugiés sont invités à solliciter leur rapatriement par le point d’entrée sur le territoire espagnol de leur choix : Irún via Hendaye, pour un rapatriement en zone franquiste, ou Puigcerdà via Latour-de-Carol, pour la zone gouvernementale. Selon L’Ouest-Éclair du 8 octobre, 179 des réfugiés en Ille-et-Vilaine ont choisi la première option et 416 la seconde36. Dix-neuf des réfugiées de la rue d’Inkermann ont choisi d’être rapatriées par Irún. Dans Le Nouvelliste du 6 octobre, le journaliste qui signe H. T. s’alarme du sort de celles qui ont choisi « l’Espagne rouge, c’est-à-dire Valence où la guerre sévit encore. Combien de malheureuses vont s’exposer ainsi par ignorance à la misère et à la mort », tandis que les autres « retrouveront pour la plupart leur famille ou leur foyer dans des régions où la vie est redevenue normale ».

42Le départ est fixé au 7 octobre, 18h30. Les réfugiés de Vitré et Redon ont été acheminés en car. Le préfet Antony ainsi que le secrétaire général Le Baube, salués par L’Ouest-Éclair pour leur action, viennent s’assurer de la parfaite organisation du voyage. Il est également fait mention de la présence de Basilaire, commissaire central, François, commissaire spécial, Brevet, adjoint au Maire, ainsi que d’autres membres de la police et des représentants de l’administration des Chemins de Fer, mais pas de représentants des forces politiques et syndicales. Une photo montre les quais de la gare remplis de réfugiés encore mélangés et bientôt « fort sagement séparés » en deux contingents et convois. « L’image de l’Espagne d’aujourd’hui », commente Le Nouvelliste.

  • 37 Gaston Basilaire (1886-1946), sera, en 1938, nommé à Lille. En 1941, il sera révoqué par le gouvern (...)

43« Nous devons à la vérité de dire que la plupart des voyageuses manifestaient une certaine joie de regagner leur pays », dit L’Ouest-Éclair qui signale que les réfugiés ont tenu à manifester leur reconnaissance à la ville de Rennes en poussant de chaleureux « Viva Rennes ». « Dommage cependant, écrit le journaliste, que ces cris aient été accompagnés de clameurs qui laissaient penser, dans l’esprit de certains réfugiés, qu’une seule partie de la population était venue à son secours. Dommage aussi que, pour saluer le départ du train, les Espagnols aient cru devoir chanter l’Internationale. Pas tous, il est vrai ». Le journaliste du Nouvelliste, quant à lui, a entendu des « Viva la libertad », « Viva el Frente popular », « Viva la Republica espagnola », « Viva la Republica francesa », mais aussi « Viva el Senor Comisario », en hommage au commissaire Basilaire37.

Document 11. Départ de Rennes des réfugiés espagnols.

L’Ouest-Éclair, 8 octobre 1937

44Le convoi part de Rennes à 18h18. Il sera scindé à Bordeaux le 7 octobre : un convoi sera aiguillé vers Hendaye et le Pays basque sous contrôle de ceux qu’on appelle désormais les « nationalistes », l’autre, via Toulouse, vers Latour-de-Carol (Pyrénées-Orientales) où il arrive vers 18h30, puis Puigcerdà, dans ce qui reste de territoire espagnol fidèle à la République. Un inspecteur de police spéciale et une infirmière ainsi qu’Andrés Lopez et sa fille Palmyre escortent chacun des convois. « Pauvres femmes ! Pauvres gosses ! Vers quel destin sont-ils partis ? », s’interroge le journaliste de L’Ouest-Éclair, qui conclut : « Puissent les malheureux trouver quelque joie à retourner chez eux ». Ni L’Aurore ni Le Semeur d’Ille-et-Vilaine ne semblent s’être fait l’écho de ce moment douloureux et l’hebdomadaire Le Petit Rennais des 9 et 10 octobre, en rappelant que « les frais de cet accueil se sont élevés à un million par jour », déclare ne de pas blâmer le gouvernement : « L’hiver s’annonce dur et il faudra venir en aide aux Français. Eux d’abord, n’est-ce-pas ? ». « Cela est triste de renvoyer dans un pays encore ravagé par la guerre des femmes et des enfants. Mais la vie est âpre et cruelle. Quand donc les hommes aboliront ils la guerre ? », est la conclusion.

45La location de la maison du 23 de la rue d’Inkermann n’a désormais plus lieu d’être et le 7 décembre une somme de 1 150 francs sera versée au propriétaire, au titre des réparations locatives. À fin de 1937, il ne reste plus en Ille-et-Vilaine que 27 réfugiés espagnols « retenus à l’hôpital », avec leur famille. Une situation très provisoire, car, bientôt, avec la progression des troupes insurgées et leur victoire finale, d’autres réfugiés arriveront, à nouveau pris en charge par l’administration (le plus souvent dans des camps), sans que la solidarité, par nécessité toujours subsidiaire, des Rennais et des autres ne cesse de se manifester.

46Qu’est devenue Felisa López ? Avec ses enfants, elle aura retrouvé son mari et sa maison dans la province de Guipuzcoa.

Document 12. Rafael, Felisa et José María, de retour en Espagne.

Archives familiales JFB.

47Sur une photo de studio que, quelques mois plus tard, elle adressa à Marcelle Botrel qui s’était montrée très inquiète lorsque Felisa l’avait informée de sa décision de retourner en Espagne occupée par Franco, on la voit, avec José María en robe de baptême et, à ses côtés, Rafaelito qui a un peu grandi.

Document 13. Felisa López et sa famille en 1938.

Archives familiales JFB.

  • 38 Registro Civil de Tolosa, tome 50, p. 4.

48Un peu plus tard encore, Felisa adressera une nouvelle photo, où elle figure, à côté de celui qui doit être son époux, avec, devant eux, les deux garçons (à présent José María se tient debout), et en arrière-plan une maison aux murs blancs dans un paysage rural et lumineux. Elle est vêtue d’une blouse de ménagère et attend peut-être un autre enfant. Pour elle, la vie continue, sous l’ordre franquiste ; la guerre d’Espagne aussi et, par la suite, les Rennais sauront encore manifester leur solidarité à l’égard de nouveaux réfugiés espagnols qui, pour certains d’entre eux ou de leurs enfants, se fixeront à Rennes. Felisa López y Arroyo décédera le 28 novembre 1973. Elle n’aura pas connu la fin du franquisme38.

  • 39 Merci à Gérard Brey pour ses informations et suggestions !

49Tel fut, reconstitué au regard des sources disponibles, ce moment de l’histoire familiale et rennaise, à situer dans la tragique histoire de l’exil républicain espagnol et dans celle du Front populaire, et qui, dans la mémoire de l’hispaniste qu’est devenu l’auteur de ces lignes, né cinq ans après juin 1937, a laissé une trace dont il fallait essayer de comprendre les exacts et humains contours au regard de l’histoire39.

Haut de page

Bibliographie

Archives

Archives Départementales d’Ille-et-Vilaine (AD35) : 4M 414, 415, 416, 417, 422, 423 et 424, essentiellement.

Presse

L’Aurore. Organe hebdomadaire de la Fédération Socialiste (SFIO) d’Ille et Vilaine (AD35 4Mi48)

Le Nouvelliste de Bretagne (AD35 4Mi37)

L’Ouest-Éclair, https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/cb32830550k/date1937

Le Petit Rennais (AD35).

Le Semeur d’Ille-et-Vilaine. Organe officiel de l’Union Départementales des Syndicats d’Ille-et-Vilaine (AD35).

Études consultées

Alonso Carballés, Jesús J., 1937, los niños vascos evacuados a Francia y Bélgica. Historia y memoria de un éxodo infantil. 1936-1940, Bilbao, Asociación de Niños Evacuados el 37, 1998, 774 p.

Dreyfus-Armand, Geneviève, L’exil des républicains espagnols en France : de la Guerre Civile à la mort de Franco, Paris, Albin-Michel, 1999, 475 p.

Dreyfus-Armand, Geneviève, « L’accueil des enfants espagnols en France pendant la guerre d’Espagne et après la victoire franquiste », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 46, 2011, pp. 105-122. [https://journals.openedition.org/dhfles/2095]

Gouiffès, Janine, Les réfugiés espagnols en Ille-et-Vilaine de 1936 à 1940, Mémoire de maîtrise d’Espagnol, Rennes-ii, dir. Albert Bensoussan, Jean-François Botrel et Michel Denis, 1969, 109 p.

Guépin, Isabelle, La vie des émigrés espagnols de 1937 à 1960 en Ille-et-Vilaine, Mémoire de maîtrise d’Histoire Rennes-ii, dir. Jacques Thobie, 1981, 163 p.

Le Boulanger, Isabelle, L’exil espagnol en Bretagne (1937-1940), Spézet, Coop Breizh, 2016.

Le Gall, Erwann et Prigent, François (dir.), C’était 1936. Le Front populaire vu de Bretagne, Rennes, Editions Goater, 2016, 331 p.

Morillon, Anne, « Immigrés et réfugiés à Rennes : toute une histoire », Place Publique, n° 23, mai-juin 2013, p. 11-16.

Nzieva, Natacha, Los refugiados españoles en el Jura (1937-1940), Mémoire de maîtrise d’Espagnol, dir. Gérard Brey, Université de Franche-Comté-Besançon. Département de langues vivantes, 2002, 123 p.

Sodigné Loustau, Jeanine, L’immigration politique espagnole en région Centre (Cher, Eure-et-Loire, Loir-et-Cher, Loiret) de 1936 à 1946. Thèse de doctorat, Université de Paris 7, dir. Andrée Bachoud, 1995, 451 p. Consultable sur https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00529068/document.

Haut de page

Annexe

Annexe unique

Lettre du 26 août 1937 adressée au préfet d’Ille-et-Vilaine par les réfugiées espagnoles du camp de Verdun (AD35)

Haut de page

Notes

1 Mes sources principales sont les archives de la série 4M conservées aux Archives d’Ille-et-Vilaine (AD35), les périodiques L’Ouest-Éclair (quotidien régional d’inspiration chrétienne et de sensibilité républicaine et sociale), Le Nouvelliste (journal catholique avant tout, soutenu par l’épiscopat breton), Le Petit Rennais, L’Aurore (socialiste) et Le Semeur (organe des syndicats d’Ille-et-Vilaine) et, bien sûr, les ouvrages et articles publiés sur la Guerre d’Espagne, les enfants basques et les réfugiés espagnols en Ille-et-Vilaine, en Bretagne ou en France qui figurent dans la bibliographie.

2 Le 4 septembre 1937, on dénombrera 669 réfugiés espagnols en Ille-et-Vilaine.

3 Jesús Alonso Carballés, 1937, los niños vascos evacuados a Francia y Bélgica. Historia y memoria de un éxodo infantil. 1936-1940, Bilbao, Asociación de Niños Evacuados el 37, 1998, p. 486.

4 Geneviève Dreyfus-Armand, L’exil des républicains espagnols en France : de la Guerre Civile à la mort de Franco, Paris, Albin-Michel, 1999.

5 En 1937, le maire de Rennes est François Château, entrepreneur de maçonnerie, élu en 1935 sur une liste de « concentration républicaine » (une alliance de personnalités « de gauche », radicales comme François Château, et de modérés favorables au clergé qui l’avait emporté sur la liste socialiste. À la différence d’autres municipalités (cf. Alonso, 1992, 17), celle de Rennes ne semble pas avoir favorisé (comme dans le Tarn, par exemple) la constitution d’un Comité local chargé d’habiliter des locaux pour l’accueil des réfugiés et l’acquisition des choses nécessaires pour leur subsistance avec fonds de l’État.

6 Selon l’inspecteur, elle comprend 20 pièces de contenance variable : une salle à manger, une cuisine avec gaz, un office, trois salons, sept chambres, une laverie, une salle de bains, trois cabinets de toilette, deux WC, plus un débarras, trois dégagements, un vestibule, et trois escaliers pour une surface totale qu’on peut estimer à 330 m2. Il y aussi, un garage, une écurie, un grenier à foin, un bûcher et deux grands jardins (un jardin pelouse et un jardin futaie). L’immeuble appartient à René Litoux, employé de commerce à Nantes dont le mandataire est un certain Landegren, brasseur rue Paul Bert à Rennes. La maison existe toujours, au 47 rue d’Inkermann, mais les jardins ont laissé la place à des constructions.

7 En février 1935, Rennes avait accueilli 25 réfugiés sarrois qui avaient choisi de quitter leur territoire, après le référendum du 13 janvier qui approuvait la réunification avec l’Allemagne, hitlérienne en l’occurrence. L’Ouest-Éclair du 9 juin rappelle également que des convois semblables, provenant du Nord et de l’Est et de Belgique, sont arrivés à Rennes durant la Première Guerre mondiale, et fait remarquer que « décidemment notre ville a gagné la réputation d’être hospitalière et accueillante aux malheureux qui sont dans l’obligation de quitter leur foyer et même leur pays ».

8 Entre le 18 juin et le 13 octobre, les crédits délégués par l’État s’élèveront à 381 000 francs.

9 Jesús Alonso Carballés, 1937, los niños vascos evacuados a Francia y Bélgica, op. cit., p. 102.

10 Dans ce camp, l’administration loue à l’armée deux baraques (n° 7 et 21) et fait installer des robinets supplémentaires, des latrines et des douches

11 Des carlistes dans les années 1840 et 1870, des républicains en 1886, et dix syndicalistes en 1935, hébergés à l’asile de nuit de Saint Jacques (cf. Ouest-Journal, 20 janvier 1935).

12 Les autres réfugiés sont hébergés, dans d’anciennes maisons d’arrêt, à Vitré (34 le 24 juillet) et à Redon (58 à la même date).

13 L’une d’elles, enceinte, Luisa Lizundia, 33 ans, sera admise à la maternité de l’Hôtel Dieu le 16 juin, ses deux enfants de 3 ans et demi et deux ans et demi étant pris en charge par les autres réfugiées d’Inkermann.

14 Le Nouvelliste, 6 juillet 1937.

15 À la différence des premiers réfugiés sarrois qui avaient dû, de nuit, parcourir à pied les quatre km séparant la gare du Moulin des Trois-Croix où rien n’était prêt pour les accueillir (pas de lits, même pas une botte de paille), selon L’Ouest-Éclair du 12 février 1935.

16 Le petit Rafael est le deuxième enfant en partant du bas à droite de la photo. Selon son acte de naissance (Registro Civil de Tolosa, tome 18, p. 397, n° 53), Felisa Primitiva López y Arroyo est la fille de Bernardino López de Miguel (43 ans) et Juliana Arroyo y Vega (43 ans), tous deux originaires de Escaray (Rioja).

17 Les docteurs Baderot et Tannou et le docteur Andrieu, chef des services d’hygiène.

18 À Redon, où les 20 enfants réfugiés avaient été pris en charge par les sœurs de Saint-Vincent de Paul et le collège Saint-Sauveur, le directeur de l’école primaire et « membre influent du Cercle républicain », M. Leblanc, réclame la mise sous sa garde de cette vingtaine d’enfants en âge scolaire. Consultés, les parents choisissent, à l’unanimité, l’école laïque. À Rennes, on se plaindra d’une institutrice, Mme Izquierdo, qui fait défiler sa classe au chant de l’Internationale.

19 C’est l’Armée qui, pour l’essentiel, fournit le couchage, sous forme de location. Entre juin et août 1937, rien qu’en paille, elle facture près de 1 500 francs à l’administration, en quatre fois (le 21 septembre, le Préfet demandera encore 1 600 kg de paille pour réfection des paillasses servant au couchage des réfugiés espagnols hébergés à Rennes). Le Nouvelliste s’alarme de ces conditions de couchage et souhaite que les paillasses puissent être rapidement remplacées par des matelas, et un appel est lancé pour le prêt de berceaux pour les nourrissons (l’un d’eux est tombé d’une paillasse et s’est blessé à la lèvre). « La charité catholique doit trouver là où s’exercer », assure le journal.

20 Soit 2 640 francs par an pour un adulte et 1 320 pour un enfant. À titre de comparaison, en 1936 Raymond Botrel, employé des postes, gagne 11 100 francs par an et, en 1942, Marcelle Botrel, également employée des postes, a un salaire annuel de 14 000 francs.

21 Selon le journaliste du Nouvelliste (« Une visite aux réfugiés espagnols », 10-6-1937), il y a parmi elles des femmes de toutes les classes sociales, « des paysannes en espadrilles, aux épaules couvertes de grands châles » et « des citadines vêtues de robes légères ».

22 Parmi les adolescents réfugiés à Rennes, on sait que, par la suite, deux d’entre eux seront dotés de bicyclettes par le commissaire Basilaire afin qu’ils assurent la liaison entre la Piletière et le centre-ville.

23 Les Rennais de mon âge ont encore connu le marchand de glaces Lopez dont la petite carriole était installée place de la Mairie dans les années 1940 (cf. Morillon, 2913, 13).

24 C’est Lorenzo Munnarriz/Mounérés, conducteur à Rennes, qui, au début, fera office d’interprète auprès des réfugiés orientés vers La Piletière. À Redon, ce sont des marchands de primeurs d’origine espagnole, Palou et Bennasar (24 ans, en France depuis dix ans) qui sont interprètes bénévoles. Après le départ de Concha Pedrosa, seule interprète à la Piletière, Andrés Lopez sera proposé comme gardien. On peut observer la rareté des compétences linguistiques en espagnol alors disponibles à Rennes (l’enseignement de l’espagnol à la la Faculté des Lettres de Rennes ne sera instauré qu’après 1945), mais aussi la solidarité spontanée des rares Espagnols résidant en Ille-et-Vilaine.

25 Le consul fait état des nombreuses demandes faites quotidiennement par (ses) ressortissants dans le but de retrouver des membres de leur famille parmi les Réfugiés espagnols de Bilbao arrivés en France.

26 À la différence du Morbihan, il n’est pas fait appel en Ille-et-Vilaine à des placements dans les familles, avec, en contrepartie, des indemnités journalières de 8 francs pour les adultes et de 4 francs pour les enfants. Deux ou trois demandes d’accueil de réfugiés sont, néanmoins, enregistrées à la Préfecture. On sait que le préfet refuse à la Section de Rennes du Comité Mondial des Femmes contre la Guerre et le Fascisme dont la secrétaire générale est madame P. Duhamel qui tient l’Herboristerie du Foyer (187 rue de Nantes) et « serait du Parti Communiste », de prendre en charge quelques femmes réfugiées espagnoles, moyennant une indemnité de 7 francs. En revanche, la proposition d’accueillir Carmen Suquia, interprète au camp de Verdun, semble avoir été acceptée ; elle est, en tout cas, autorisée à rester en France. Le 7 octobre, alors que le rapatriement des réfugiés est en train de s’effectuer, le Secrétariat social du Sud-Ouest du Comité National catholique d’accueil aux basques présente au préfet d’Ille-et-Vilaine une demande d’hébergement pour deux réfugiées espagnoles de Rennes. À titre d’information, en décembre 1937, on comptera environ 7 000 enfants basques accueillis dans des familles françaises (Alonso, 1998, 249). En Ille-et-Vilaine, il y a en août 1937, dix enfants orphelins ou sans leurs parents, « non accueillis dans des centres privés ni hébergés chez l’habitant à titre gratuit », selon la formulation administrative.

27 Il s’agit de « victimes innocentes quelques [sic] soient les rangs où combattent leurs pères et leurs époux », rappelait Le Nouvelliste, le 18 juin.

28 On doit sans doute ajouter à cette liste les pommes de terre pour lesquelles le marchand de produits du pays de Rennes Pioc, 6, rue de l’Arsenal, a refusé de toucher un mandat de 110 francs.

29 Raymond et Marcelle, tous deux employés des PTT, se sont mariés en 1932 et ont alors deux enfants : Monique, née en 1933 et Yvon, né en 1935.

30 À la fin du mois de septembre, la question des vêtements chauds pour l’hiver est posée par le Consulat d’Espagne qui se préoccupe de la quantité de vêtements nécessaires. Dans sa réponse, l’administration préfectorale donne le nombre précis de femmes concernées (270), de garçons (96) et de filles (103), avec leur âge entre 2 et 15 ou 12 ans. De son côté, l’administration préfectorale commence à prévoir des dépenses concernant des vêtements chauds, du charbon, des couvertures et le montage de poêles.

31 Début août, par exemple, dans les Côtes-du-Nord, on constate une « situation déjà contraire à l’hygiène et pénible pour les réfugiés » et, par conséquent, l’impossibilité d’accueillir les 265 réfugiés annoncés pour lesquels on ne dispose pas des locaux nécessaires (Alonso, 1998, 142).

32 C’est ainsi que le 28 août 1937 des réfugiés arrivés dans le Sud-Ouest en provenance de Santander sont reconduits en Espagne, à Puigcerdà, en zone gouvernementale.

33 « En territoire factieux, les réfugiés sont internés dans des camps de concentration et soumis constamment à toute sorte de vexations, la plupart de ceux qui se transfèrent dans cette zone se retrouvant avec leur maison occupée et sans moyens économiques et dans l’impossibilité de trouver du travail, celui-ci, quand il y en a, étant payé de façon misérable ». « Nous considérerons comme factieux ceux qui se rendront en territoire factieux »

34 En septembre 13 personnes sollicitent leur rapatriement par Hendaye pour rejoindre la zone nationaliste (Le Boulanger, 2016, 334).

35 Dès le début du mois d’août, le nonce-délégué apostolique du Pape, Hillebrando Antoniutt, avait été envoyé à Bilbao pour « favoriser le retour des enfants expatriés et dispersés dans le monde » et contribuer à travers la presse et les réseaux catholiques à convaincre de ce que « tous les dangers ou craintes qui avaient provoqué l’évacuation des enfants avaient disparu » , des enfants que la propagande franquiste qualifie de « monnaie d’échange sentimentale » utilisée par le gouvernement basque pour obtenir des armes. Au début octobre 1937, le gouvernement nationaliste mettra en place une « section de rapatriement pour les mineurs », sans grand succès: 200 rapatriés en 1937, 43 en 1938 (Alonso, 1998, 401-402). Les archives d’Ille-et-Vilaine conservent deux circulaires du Consulat d’Espagne invitant les Espagnols résidant en France à regagner « le sol de la Patrie », non datées mais postérieures à 1939.

36 Selon Le Boulanger (2016), sur 595 réfugiés en Ille-et-Vilaine, 175 choisissent Hendaye et 420 Latour-de-Carol.

37 Gaston Basilaire (1886-1946), sera, en 1938, nommé à Lille. En 1941, il sera révoqué par le gouvernement de Vichy. « Chargé par le Comité d’Alger de préparer dans la clandestinité un plan de réorganisation de la police avec les résistants du Nord de la France, il sera arrêté par la police allemande […], condamné à mort, embarqué avec 300 déportés vers les camps de concentration, et libéré par l’armée de résistance belge pendant le trajet. Dans la France libérée, il sera cofondateur de La Voix du Nord », quotidien lillois, après la période de clandestinité de ce journal (https://fr.geneawiki.com/index.php/59265_-_Gommegnies). 

38 Registro Civil de Tolosa, tome 50, p. 4.

39 Merci à Gérard Brey pour ses informations et suggestions !

Haut de page

Table des illustrations

Légende Document 1. Maison de la rue d’Inkermann. Rennes.
Crédits L’Ouest-Éclair, 9 juin 1937.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/12438/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Document 2. Réfugiés avec Felisa López, José María et Rafael.
Crédits L’Ouest-Éclair, 10 juin 1937.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/12438/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Crédits AD 35.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/12438/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 921k
Légende Document 4. Les réfugiées de la rue d’Inkermann.
Crédits L’Ouest-Éclair, 15 juin 1937.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/12438/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 613k
Légende Document 5. Des réfugiés et les autorités rennaises à l’asile de la Piletière.
Crédits L’Ouest-Éclair, 25 juin 1937.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/12438/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Document 6. La maison de Gosné.
Crédits Archives familiales JFB
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/12438/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M
Légende Document 7. Felisa López et « Raphaelito » à Gosné.
Crédits Archives familiales JFB
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/12438/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Document 8. De gauche à droite : Monique Botrel, Rafael López, Yvon Botrel, Felisa et le petit José María à Gosné.
Crédits Archives familiales JFB.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/12438/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Légende Document 9. Autorisation d’entrée dans la zone occupée par les nationalistes.
Crédits AD 35.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/12438/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende Document 10. Demande de rapatriement en Espagne d’une réfugiée de Rennes.
Crédits AD 35.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/12438/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende Document 11. Départ de Rennes des réfugiés espagnols.
Crédits L’Ouest-Éclair, 8 octobre 1937
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/12438/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 842k
Légende Document 12. Rafael, Felisa et José María, de retour en Espagne.
Crédits Archives familiales JFB.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/12438/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Document 13. Felisa López et sa famille en 1938.
Crédits Archives familiales JFB.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/12438/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 809k
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/12438/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/12438/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/12438/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Botrel, « Felisa López, une réfugiée espagnole à Rennes en 1937 »Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 27 | 2021, mis en ligne le 30 janvier 2022, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/ccec/12438 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccec.12438

Haut de page

Auteur

Jean-François Botrel

Université de Rennes-ii

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search