Navigation – Plan du site

AccueilCahiers de civilisation espagnole...27ÉtudesLa littérature et la légende comm...

Études

La littérature et la légende comme motifs touristiques en Espagne au xxie siècle

La literatura y la leyenda como motivos turísticos en la España del siglo xxi
Literature & Legend as Touristic Patterns in the xxist Century Spain
Christelle Schreiber-Di Cesare

Résumés

Devenue la deuxième destination touristique mondiale, l’Espagne s’est longtemps contentée de développer ses littoraux pour accueillir des touristes recherchant essentiellement le soleil et la plage. La massification du tourisme, la destruction des espaces naturels par la spéculation immobilière et la concurrence croissante d’autres pays ont montré les limites de ce modèle et l’Espagne, ayant acquis une visibilité internationale lors des Jeux Olympiques de Barcelone en 1992, a décidé de mettre en place des stratégies touristiques en lien avec d’autres territoires que les seuls littoraux, afin de donner d’elle une image plus moderne, de montrer la diversité de ses ressources et d’accueillir des publics sur l’ensemble du pays, tout au long de l’année. C’est ainsi que s’est développé le tourisme culturel, qui se propose de faire découvrir le patrimoine d’un territoire ainsi que le mode de vie de ses habitants. Il revêt différentes activités, comme la visite de sites naturels, de monuments ou de musées, la découverte de spécialités gastronomiques ou encore la participation à des manifestations comme des expositions ou des concerts. Cette étude s’intéresse au tourisme qui s’appuie sur le patrimoine littéraire de l’Espagne : organisation de Salons du Livre, ouverture de maisons-musées d’écrivains, mise en place de circuits littéraires sur les traces d’un auteur ou d’une œuvre, les collectivités publiques et les initiatives privées multiplient les stratégies pour, à la fois, créer la demande et y répondre, face à un public souhaitant prolonger l’expérience de lecture par une incursion dans les décors de l’intrigue. La dernière partie de cette analyse sera consacrée au tourisme de contes et légendes, qui attire de plus en plus de visiteurs, notamment en raison du succès grandissant de thèmes comme la sorcellerie ou les zombies.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bartolomé et Lucile Bennassar, Le voyage en Espagne. Anthologie des voyageurs français et francoph (...)
  • 2 Ernest Martinenche, Propos d'Espagne, Paris, Hachette, 1905, p. vii.
  • 3 Ana Moreno Garrido, «Historia del turismo: una investigación necesaria», in José Luis Jímenez Cabal (...)

1L’Espagne est une destination de voyage depuis le xvie siècle au moins, d’abord pour le commerce puis, au siècle suivant, lorsque le prestige de la littérature espagnole et les missions diplomatiques mirent ce pays à la mode, notamment après l’avènement de Philippe V et enfin à partir de 1820, par admiration d’un peuple ayant vaillamment défendu son identité nationale, sa liberté, ses traditions1. Cet engouement nous est rappelé dans les récits de voyage d’écrivains tels que Washington Irving dont le séjour en Andalousie en 1829 lui inspira Les Contes de l’Alhambra (1832), ou Théophile Gautier qui parcourut une grande partie du pays en 1839 et publia en 1843 Voyage en Espagne, ou encore d’hispanistes tels qu’Ernest Martinenche dont les Propos d’Espagne, parus en 1905, présentent sa vision d’un pays « merveilleusement contradictoire et savoureusement déconcertant »2. Les attraits de l’Espagne ont évolué en fonction des époques et des modes de vie : aux xviiie et xixe siècles, elle est une destination pleine de folklore et de sensualité, prisée des intellectuels voyageurs. En effet, des milliers d’européens issus des classes privilégiées, voyagent à des fins de loisirs, de santé et bien-être et d’acquisition de connaissances. Le thermalisme se développe, ainsi que la mode des bains de mer et les « grands tours » des élites britanniques enrichies par la consolidation de l’industrialisation. Voyager à l’étranger, c’est aussi voir de ses propres yeux les lieux mythiques du passé, où ont eu lieu de décisives batailles ou encore où ont évolué d’illustres personnages historiques. Ces lieux chargés de signification deviennent alors symboles d’une nation et d’un imaginaire à la fois national et international, et justifient ainsi leur découverte par le biais du tourisme 3.

  • 4 Gérard de Cortanze, Le Madrid de Jorge Semprun, Paris, Ed. du Chêne, 1997.
  • 5 John Urry, Sociologie des mobilités. Une nouvelle frontière pour la sociologie ?, Paris, Armand Col (...)
  • 6 Jocelyne Bonnet, « La vitrine identitaire, une nouvelle source pour l’étude des recompositions iden (...)

2Au xxe siècle, peu avant la deuxième guerre mondiale, le tourisme devient un enjeu pour tous les pays ; les avancées technologiques et sociales, comme les congés payés ou la démocratisation de la voiture, permettent à un plus grand nombre de personnes de partir en vacances. Dans une Espagne fragilisée par la Guerre Civile et appauvrie par un système d’autarcie qui est loin de permettre à toute la population de vivre dignement, le tourisme a joué un rôle économique primordial, en plus d’être un outil de la propagande franquiste. Dans les années 1960, l’Espagne attire plutôt les classes moyennes, pour son tourisme balnéaire, dit de « sol y playa ». De surcroît, le coût de la vie y est très raisonnable par rapport aux autres littoraux comme ceux d’Italie ou de la Côte d’Azur. Cependant, les visiteurs ont de l’Espagne des images préconçues et stéréotypées. Comme le déplore Gérard de Cortanze dans Le Madrid de Jorge Semprun, ces touristes « font de l’Espagne un territoire andalou et semi-africain, peuplé de gitanes, de castagnettes et de fandangos »4. Souvent indifférents aux merveilles architecturales ou culturelles du pays, revendiquant le droit de méconnaître les préoccupations et les susceptibilités des populations autochtones, les touristes se meuvent dans les espaces d’autrui avec leurs propres modèles de significations5. Le régime franquiste non seulement s’accommode de ce tourisme, mais il l’encourage, car c’est un moteur économique tout autant qu’une vitrine identitaire. Les images de vastes plages ensoleillées, les musiques traditionnelles et les spectacles de flamenco qui ravissent les touristes, ou encore les produits régionaux à déguster en toute convivialité sont les signes et les manifestations de ce que le pays veut offrir aux regards extérieurs comme symboles de son identité collective, et peu importe si cette vitrine ne reflète pas la réalité et n’est qu’une construction commerciale qui montre au touriste uniquement ce qu’il avait envie de trouver avant même de faire le déplacement6.

3Cependant, la démocratisation des voyages et la concurrence d’autres pays obligent l’Espagne, vers la fin du xxe siècle, à diversifier son offre touristique. Tourisme sportif, gastronomique, rural, culturel, religieux… les typologies sont diverses et ne s’excluent d’ailleurs pas mutuellement. En effet, et pour ne donner qu’un exemple, le tourisme rural s’accompagne souvent de tourisme gastronomique, la découverte d’un lieu et de ses spécialités culinaires allant souvent de pair. Attirer des touristes est un enjeu pour les territoires, qui cherchent perpétuellement de nouveaux moyens pour exister à l’échelle nationale ou internationale : ce peut être par l’acquisition de labels comme celui de capitale européenne de la culture, de ville mondiale du livre ; par la construction d’icônes architecturales comme le musée Guggenheim de Bilbao ; par l’organisation de festivals… Les territoires devenus produits sont soumis à des enjeux sociaux et économiques, ils dépendent des choix faits par les décideurs (les collectivités locales, les pouvoirs publics, par exemple). Il est alors nécessaire d’élaborer des géostratégies, c’est-à-dire des politiques intégrant les spécificités des espaces géographiques, qui visent à définir, forger et promouvoir l’identité d’un lieu pour le dynamiser et le rendre attractif. Cela porte ses fruits puisque l’Espagne a accueilli, en 2019, 83,7 millions de touristes étrangers, ce qui est un record absolu7. Parmi les différents types de tourisme existants, nous porterons notre attention sur le tourisme littéraire, niche de marché en voie de développement dans l’immensité du tourisme culturel et nous ferons une incursion dans le tourisme de contes et légendes, qui rencontre de plus en plus d’adeptes.

Qu’est-ce que le tourisme littéraire ?

  • 8 Françoise Lucchini, La culture au service des villes, Paris, Anthropos, 2002, p. 1.
  • 9 André Ferré, « Le problème et les problèmes de la géographie littéraire », in Cahiers de l’Associat (...)

4Le tourisme littéraire est une niche du tourisme culturel. Ce dernier s’est largement développé dans les dernières décennies, la culture étant devenue « à la fois l’aspiration légitime du plus humble d’entre nous et un instrument actuel pour le développement social et économique de nos cités »8. Des lieux peuvent être signifiants d’une culture particulière et porteurs d’une identité et d’une histoire propres, dont les villes commencent à faire ressortir la singularité et le prestige afin d’attirer les investisseurs, les entreprises, de nouveaux habitants et les touristes. La notion de patrimoine prend de l’ampleur. Parallèlement, des villes et des paysages sont traditionnellement sources de récits de voyages ou de poèmes vantant leur beauté. Les descriptions, les métaphores, les images, les représentations romanesques de ces lieux attirent progressivement l’attention de touristes toujours en demande d’expériences nouvelles et qui s’intéressent davantage qu’auparavant aux spécificités des territoires qu’ils visitent ou parcourent, et notamment aux ressources littéraires de ces lieux, jusqu’à ce que « certains pèlerinages littéraires déterminent des mouvements de population et une activité économique comparable à ceux que suscitent les pèlerinages religieux »9.

Le tourisme de librairie

  • 10 Mauricette Fournier & Pierre-Mathieu Le Bel, « Le tourisme littéraire, lire entre les lieux », in T (...)

5Le tourisme de librairie est une typologie en développement. Il s’agit pour le touriste de se rendre à des foires ou des salons spécialisés, à des festivals consacrés à un genre littéraire en particulier, de visiter des bibliothèques ou autres types de centres dédiés au livre, ou encore de se promener dans des « villages du livre »10.

6Ainsi, on dénombrait, en 2019, 177 foires et salons du livre en Espagne11. Le plus grand, la Feria del Libro de Madrid, accueille près de 1 800 auteurs et plus de 2 millions de personnes chaque année durant la première quinzaine du mois de juin. Les statistiques sont encourageantes puisqu’il y a toujours davantage de public, notamment extérieur à Madrid. Ainsi, pour 2019 (avant que le festival soit perturbé par la crise sanitaire), il y avait eu 2,3 millions de visiteurs dont 17% originaires d’autres régions que Madrid, principalement de Castille- La Manche, d’Andalousie et de Castille-et-León. 22% des visiteurs étaient âgés de moins de 25 ans. Plus de 300 activités autour de la lecture sont organisées, avec chaque année un pays invité.

7Notons que la crise sanitaire a fortement bouleversé l’organisation de l’édition de 2020, entièrement virtuelle. 500 000 personnes ont assisté, à distance, aux rencontres littéraires. C’est moins que lors des éditions classiques, mais cela a permis que des publics qui ne se déplacent généralement pas, participent aux activités organisées. Ainsi, les organisateurs ont dénombré plus de 50 000 nouveaux visiteurs sur le site internet de la Feria del Libro12. Quant à l’édition de 2021, elle s’est déroulée en septembre à guichets fermés mais avec une jauge restreinte à 75%, qui n’a permis d’accueillir que 380 000 visiteurs, dont 12% originaires d’autres régions que Madrid. Le nombre d’auteurs invités était légèrement inférieur à celui des éditions classiques, environ 1700. En termes de ventes de livres, cela s’est traduit par une baisse de recettes de l’ordre de 10% (460 000 livres pour 9,1 millions d’euros en 2021 contre 550 000 livres pour 10 millions d’euros en 2019)13. Vu le succès remporté malgré les conditions, il est permis de penser que cette baisse n’est que transitoire et due à des causes exogènes au festival.

  • 14 Festival du récit de terreur, fantasy et science-fiction Celsius 232 à Avilés (juillet) qui attire (...)
  • 15 Il en existe une vingtaine en Espagne dont la moitié en Catalogne. Nous pouvons citer Pampelune (ja (...)
  • 16 http://tiananegra.blogspot.com/ (consulté le 20/10/2021).

8Fonctionnent aussi très bien les festivals spécialisés dans des genres littéraires en vogue, comme la science-fiction14, la fantasy ou le roman noir15. Sebastià Bennasar, le commissaire du festival Tiana Negra16 qui a vu le jour en 2013 et attire chaque année plus de 1000 visiteurs, explique :

Es posible que estemos viviendo un 'boom' de festivales del género. Así como en los 70 cada pueblo que aspiraba a ser algo en el panorama cultural otorgaba un premio literario, ahora organiza un festival. Le sale un poco más caro, pero la proyección que logra es mayor17.

  • 18 Mauricette Fournier & Eric Bordessoule, « Les villages du livre: un modèle sans label », in Maurice (...)

9Une autre manière de lier tourisme et littérature est de créer des « Villages du Livre ». Il en existe une quarantaine dans le monde, ce sont principalement des territoires ruraux au patrimoine architectural et historique intéressant, des villages médiévaux souhaitant acquérir davantage de visibilité pour créer de la valeur ajoutée et un dynamisme économique, culturel et touristique. Ces villages se caractérisent par une concentration de bouquinistes mais également d’artisans du livre, et organisent périodiquement des manifestations autour du livre, en général à l’initiative d’associations locales désireuses de développer leur territoire et avec le soutien financier et logistique des collectivités locales ou régionales. Le tourisme de littérature n’est pas le seul mis en avant dans ces villages, il est une vitrine, « un élément de la "boîte à outils" du développement local »18. Le visiteur est ainsi invité à découvrir le patrimoine architectural de ce village chargé d’histoire, à se promener sur des sentiers de campagne et à goûter aux spécialités gastronomiques locales.

10En Espagne, il existe à ce jour un seul Village du Livre répertorié comme tel et qui existe depuis 2007 : Urueña, dans la province de Valladolid.

11Avec beaucoup d’humour, un article de presse dit qu’Urueña est le seul village en Espagne comptant plus de librairies que de cafés19. Cette Villa del Libro compte 12 librairies, un centre culturel, 5 musées et une bibliothèque, pour une population fixe de 200 habitants. Des ateliers autour du livre, comme la calligraphie ou la reliure y sont organisés. La publicité ne met pas l’accent que sur les liens du village avec le livre, mais aussi sur le caractère médiéval du lieu, avec ses vestiges architecturaux, et également sur la beauté des paysages environnants :

La Villa del Libro reparte por calles y corros de Urueña, librerías y establecimientos para el ejercicio de la actividad comercial y artesanal de libros, que preferentemente sean antiguos, raros, viejos o descatalogados: El Rincón del Ábrego, Páramo, El Portalón, Alcuino Caligrafía & Arte, El Grifilm, Primera Página, La Boutique del Cuento, Alcaraván, Librería enoteca "museo del vino", La Real, Taller de encuadernación artesanal y Espacio Dilab. Además de las librerías, Urueña alberga la sede de la Fundación Joaquín Díaz y la sede de la Asociación para la Recuperación de la Caligrafía Antigua, y ofrece la visita a 5 centros museísticos: el Museo del Cuento, el Museo de la Fundación Joaquín Díaz, el Museo de Campanas, el Museo de Instrumentos Musicales Luis Delgado y el proyecto expositivo del Centro e-LEA Miguel Delibes20.

  • 21 Renseignements obtenus par le biais de M. le Maire d’Urueña, Francisco Rodríguez, en octobre 2018.

12L’Office de Tourisme, qui ne comptabilise que les personnes passant par ses locaux pour obtenir des renseignements, fait état d’au moins 20 000 visiteurs par an, pour beaucoup provenant de la région de Madrid et du nord de l’Espagne21.

13D’un point de vue économique, l’existence de Villages du Livre apporte un certain dynamisme local qui se traduit par la création d’emplois directs et indirects qui ne sont pas négligeables pour des villages ne comprenant que quelques centaines d’habitants. Quant aux visiteurs, Mauricette Fournier et Eric Bourdessoule expliquent que ce sont surtout des urbains « pour qui la campagne s’est transformée en un vaste espace récréatif »22. Ce sont des familles qui, dans le cadre d’une flânerie, visitent les bouquinistes, les artisans d’art mais aussi les musées du village. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il ne s’agit donc pas majoritairement d’une clientèle élitiste, même si certains libraires spécialisés (livres d’art, bandes dessinées) peuvent accueillir davantage de bibliophiles en quête d’ouvrages bien précis : « Le livre apparaît comme le vecteur de l’animation du lieu mais exploite également le cadre dans lequel il s’inscrit »23. Dans le cas d’Urueña, le visiteur est invité à découvrir les murailles et le château datant du Moyen-Âge, l’église del Azogue datant du xvie siècle, l’ermitage de La Anunciada, les différents musées, ainsi qu’à parcourir les rues du village aux noms pittoresques24.

Le tourisme littéraire sur les traces d’un auteur

14Les villes qui ont été le lieu de naissance, de vie ou de mort d’une personnalité le mettent souvent en avant. Il peut s’agir de plaques commémoratives sur les façades des maisons concernées, mais aussi de la transformation de ces maisons en musées ouverts au public.

15Il existe à Madrid ce que l’on appelle le Barrio de las Letras, nommé ainsi car il regorge d’édifices où vivaient les grands dramaturges du Siècle d’Or comme Lope de Vega, Cervantès ou encore Quevedo. Les pavés sont ornés de citations de leurs œuvres, des statues d’auteurs de toutes les époques (Cervantès, Calderón de la Barca, Federico García Lorca) accueillent le visiteur en plusieurs endroits, de nombreux écrivains donnent leur nom aux rues de ce quartier considéré comme le « corazón literario de Madrid »25.

  • 26 Aurore Bonniot, Imaginaire des lieux et attractivité des territoires : une entrée par le tourisme l (...)
  • 27 Aurore Bonniot & Hélène Blasquiet, « De l’œuvre aux lieux : la maison d’écrivain pour passerelle (F (...)

16Depuis les années 1990, des collectivités territoriales ou des initiatives privées ouvrent au public des maisons d’écrivains et en font des lieux symboliques, des sites littéraires patrimonialisés26. Ces espaces investis peuvent prendre plusieurs formes : « des maisons-mausolées à la gloire de l’auteur, des maisons-musées retraçant un mode de vie d’antan, des maisons-monuments, édifices prestigieux entourés de jardins remarquables, des maisons-bibliothèques regorgeant d’ouvrages issus de la collection privée de l’auteur »27. Ce sont les maisons où un auteur est né, où il a vécu, où il a écrit une ou plusieurs œuvres… Il peut n’y être resté que quelques jours, ou des années, mais quelque chose le lie à cet espace qui ouvre au visiteur la porte sur un territoire qui est un lieu de mémoire. Lors de son parcours, le visiteur effectue un voyage intérieur, il imagine le quotidien de l’auteur entre ces murs, il le visualise à l’écriture, surtout si des objets ou des meubles personnels y sont exposés. Il y a donc une mise en scène inhérente à la maison d’écrivain, avec ce qu’elle peut parfois comporter d’inexact par rapport à la réalité.

17Citons la maison-musée d’Emilia Pardo Bazán à La Corogne, dont l’un des étages est occupé actuellement par la Real Academia de Galice mais dont plusieurs pièces ont conservé la décoration de l’époque où l’écrivaine y résidait ; toujours en Galice se trouve la maison-musée de la poétesse Rosalía de Castro, dans le petit village de Padrón. Elle est conservée dans son état initial et des objets personnels de l’auteure peuvent y être admirés, témoins d’une demeure seigneuriale d’une commune rurale de l’époque.

18La maison natale de Cervantès, située à Alcalá de Henares, a ouvert en 1956 sous l’appellation « Museo y biblioteca cervantina ». Elle recrée les ambiances d’un foyer aisé aux xvie et xviie siècles. Tout au long du parcours, le visiteur peut admirer les fonds bibliographiques du musée, qui présente un nombre infini d’éditions du Quijote, de toutes les époques et dans une grande variété de langues. Les visiteurs sont très nombreux et augmentent chaque année : de 160 000 en 201428, on passe en 2016 à 196 451 personnes dont 16 439 étrangers (8,37%), selon les statistiques que m’a fournies le Directeur du Musée. Si les chiffres concernant les visiteurs espagnols ne sont pas plus détaillés, en ce qui concerne les étrangers nous pouvons en savoir davantage : la moitié provient d’Europe (en premier lieu de France avec 4 232 visiteurs), tandis que 39 % viennent du continent américain (2 075 des États-Unis), 9 % sont originaires d’Asie (1 125 Chinois) et le reste d’Afrique et d’Océanie. Les années suivantes, ces chiffres augmentent encore, notamment pour la part des visiteurs étrangers29, signe d’un intérêt croissant, mais aussi d’un travail fructueux de promotion via les réseaux sociaux et les médias de communication.

  • 30 Aurore Bonniot, Imaginaire des lieux et attractivité des territoires…, op. cit., p. 150.

19Ces maisons-musées permettent au visiteur de mieux connaître la personnalité et l’environnement de l’auteur et lui donnent le sentiment d’entrer dans son univers personnel et créatif30. Certes, ce sont des reconstructions, car il est rare de pouvoir reproduire à l’identique des lieux dont on n’a parfois pas de description, mais ces maisons sont le témoin d’une époque passée ; elles essaient, de ce fait, de préserver une certaine authenticité, en ayant conservé les meubles de l’auteur par exemple, ou des manuscrits. De plus, elles sont bien souvent « rentabilisées » par une utilisation qui peut ne pas être littéraire : elles peuvent servir de centre d’étude, de résidence d’artistes, de salle de congrès ou d’exposition… Le lieu est rendu vivant par ces manifestations, et les visiteurs reçoivent autre chose, en plus de la mémoire de l’auteur qu’ils admirent. Cela permet également d’élargir les profils des visiteurs, qui ne sont pas forcément des admirateurs inconditionnels de l’auteur ou des experts de son œuvre, mais souvent uniquement des adeptes de tourisme culturel qui profitent d’un passage dans une ville ou un village pour faire du tourisme littéraire. Afin de gérer au mieux cette clientèle et tirer le meilleur parti de la ressource que représente la maison d’écrivain, a été créée en 1998 l’acamfe, Asociación de Casas Museo y Fundaciones de Escritores. Celle-ci s’est donné pour objectif de mettre à la portée de l’ensemble de la société la connaissance de ces maisons d’écrivains parce que :

la imagen que tradicionalmente se tenía de las Casas-Museo era la de un museo anticuado, ensimismado en la evocación fosilizada del autor o, en el caso de las Fundaciones, como una institución de contenidos y funciones eruditas, sólo al alcance de los especialistas. De un tiempo a esta parte, las cosas han cambiado. Las casas y fundaciones han desempolvado sus fondos, han modernizado sus instalaciones museísticas, han puesto al día la gestión de sus bibliotecas y archivos y se han profesionalizado. La casa se abre a los estudiosos para que avancen en la interpretación de la vida y la obra del escritor y a la sociedad para que se acerque a sus significados culturales. Salen al encuentro de esa misma sociedad a través de rutas literarias que amplían el espacio museístico y se convierten en referentes y focos de irradiación cultural en el ámbito social en que están instaladas31.

20La page internet de l’association, très fournie, recense ainsi plusieurs dizaines de ces lieux, en donne une description et présente les événements qui s’y déroulent.

21En plus des maisons d’écrivains à visiter, certains espaces ayant accueilli temporairement un écrivain décident de garder la trace de ce passage et d’en faire un lieu où des admirateurs peuvent également séjourner. C’est le cas à Pampelune, où le Gran Hotel La Perla, très luxueux et doté de cinq étoiles, a décoré ses chambres en fonction des personnalités qui y sont séjourné, notamment, pour le champ de la littérature, Ernest Hemingway et Mario Vargas Llosa32.

22Il existe également des circuits aménagés dans une ville, qui parcourent les lieux où un écrivain a vécu, écrit, est mort… Souvent ces circuits insèrent des lectures d’extraits d’ouvrages de l’auteur, notamment lorsque l’intrigue se déroule dans le même lieu. Il en existe des dizaines mais nous ne citerons que quelques exemples : à Grenade, classée Ville Littéraire par l’unesco, nous trouvons la Ruta de Federico García Lorca qui passe par plusieurs maisons où vécurent Lorca et sa famille, le café où il lut ses premiers poèmes, l’école, les établissements scolaires ou encore le Centre Artistique et Littéraire qu’il fréquenta33 ; à Salamanque, ville classée Patrimoine de l’Humanité par l’unesco, l’Office du Tourisme propose, autour de Sainte Thérèse d’Avila, le circuit Huellas de Teresa, « una ruta que ofrece el conocimiento de escenarios y situaciones en las que vivió y también un poco de su valentía y elevación espiritual, provisiones fundamentales para tiempos difíciles »34. Par ailleurs, le patrimoine littéraire de Salamanque est tel que l’un des circuits proposés allie la présentation d’auteurs et d’œuvres. Ainsi, la Ruta por Salamanca para los amantes de la literatura35 rend hommage à Fernando de Rojas (jardin de Calixte et Mélibée, dans La Celestina - 1499), Carmen Martín Gaite (statue), Fray Luis de León (statue devant l’Université), Gonzalo Torrente Ballester (statue devant le café Novelty), Cervantès (grotte de Salamanque), Miguel de Unamuno (sa maison-musée et le café Niebla), au roman picaresque publié en 1554 Lazarillo de Tormes (statue) ainsi qu’à tous les auteurs représentés dans les médaillons de la Plaza Mayor.

Le tourisme littéraire autour d’une œuvre

  • 36 Notons tout de même qu’avec le développement des adaptations de romans au cinéma ou dans des séries (...)

23Outre le tourisme sur les traces d’un auteur, qui consiste à visiter son lieu de naissance, son lieu de vie, son espace de création ou sa tombe, il existe un tourisme sur les traces d’une œuvre, où le visiteur cherche à retrouver des endroits, des paysages, qui ont servi de décor à une œuvre écrite36.

  • 37 Ivanne Galant, « Quand la femme fatale devient patrimoine : représentations de la féminité dans le (...)

24Certaines villes sont tellement marquées par une œuvre que celle-ci semble faire partie du patrimoine et de l’identité de la ville et est citée comme référence dans les dépliants et les guides touristiques. Tel est le cas de Séville, avec sa Carmen si emblématique37 ou de Valladolid à laquelle l’auteur Miguel Delibes rend hommage à plusieurs reprises et notamment dans son roman historique El hereje (1998), qui a donné lieu à la création d’un parcours touristique. Grâce à des plaques commémoratives parsemées le long d’un parcours, le visiteur accompagne les aventures de Cipriano Salcedo, personnage fictif qui vécut sous le règne de Philippe ii et connut les horreurs de l’Inquisition, et notamment les deux autodafés contre les protestants de mai et octobre 1559. Les descriptions du circuit indiquent que El hereje sera le fil conducteur du parcours, avec en été des représentations théâtrales mettant en scène Cipriano Salcedo et Leonor de Vivero, les deux protagonistes du roman, et qu’il permettra au visiteur de se plonger dans la Valladolid du xvie siècle :

La ruta del hereje nos acerca a la Valladolid histórica en su momento de máximo esplendor: la primera mitad del siglo xvi. Nos detendremos en los principales enclaves reflejados en El hereje, ya que esta célebre novela de Miguel Delibes nos servirá como hilo conductor.
Pasaremos por emblemáticos lugares de Valladolid como la iglesia de San Pablo, el Palacio de Fabio Nelli y el parque del Campo Grande.
Con esta visita tendremos la oportunidad de disfrutar Valladolid desde otra perspectiva: nos acercaremos al mundo de los letrados, conoceremos la forma de administrar justicia en aquella época, entenderemos cómo vivían las religiosas hace cuatro siglos y recrearemos cómo se celebraba un "auto de fe", con el que se condenaba a los herejes38.

25Cipriano, personnage imaginé par Miguel Delibes, « se convierte así no sólo en el protagonista y eje imaginario de la novela, sino también en un mito y una auténtica referencia turística »39. Ce parcours attire des centaines de personnes par an, c’est une véritable ressource pour Valladolid, qui consacre d’ailleurs à l’écrivain et à son œuvre un autre circuit théâtralisé, où des protagonistes de certaines de ses œuvres, comme la Carmen Sotillos de Cinco horas con Marío (1966) ou le Cipriano Salcedo de El hereje, évoquent l’auteur, son rapport à la ville ou encore des anecdotes de sa vie, en les mettant en relation avec ses romans. Les acteurs interprètent des extraits de plusieurs romans de Delibes, notamment La sombra del ciprés es alargada (1948). Il ne s’agit donc pas d’isoler l’auteur de son œuvre, mais bien d’évoquer l’un et l’autre40.

26Ce déplacement physique dans les paysages et les édifices de l’œuvre permet une approche plus sensible que la lecture, plus sensorielle même, elle confronte ce que le lecteur avait imaginé à ce qu’il voit. Cette porosité entre le paysage réel et celui de l’œuvre est parfois un argument marketing où le touriste n’est d’ailleurs pas nommé comme tel. En effet, c’est un voyageur qui va être tellement immergé dans les pages du roman que le paysage en sera transformé, comme l’affirme cette présentation de la Ruta de Don Quijote :

Aquí, el viajero, no solo andará por la tierra, sino que lo hará también, aunque no quiera, por las páginas del más grande mito que ha producido la literatura: El Quijote. En este viaje iniciático, la ficción se superpondrá a la realidad hasta anularla; los caminos de la Mancha se tornarán caminos de novela, caminos huidizos hacia las regiones incontrolables de lo literario, esas regiones de altura donde los poetas y el caballero don Quijote convierten las ventas vulgares en castillos de almenas de piedra y luna. En este territorio, el viajero recorrerá llanuras de horizontes infinitos, antiguas ventas, pueblos de anchas calles, cresterías con blancos molinos, el mayor viñedo de Europa y se encontrará con una naturaleza sorprendente trufada de lagunas y paisajes llenos de magia41.

27Le roman de Cervantès avait par ailleurs déjà donné lieu à des pérégrinations qui ont pris la forme d’écrits journalistiques sous la plume d’Azorín en mars 1905. Cette date marque le tricentenaire de la publication de la première partie des aventures du Quichotte et Azorín, alors employé au journal El Imparcial, s’était vu confier par le directeur José Ortega Munilla la mission de parcourir certains des lieux autrefois foulés par le Chevalier à la triste figure. Les écrivains de la Génération de 98 admiraient ce personnage, le tenant pour un symbole du génie espagnol et de la splendeur du Siècle d’Or, alors qu’ils considéraient vivre eux-mêmes dans une époque décadente. Azorín est séduit par l’idée de parcourir des villages et des paysages préservés de l’urbanisation anarchique et ses récits sont détaillés, émaillés d’anecdotes et de réflexions personnelles. Depuis sa mélancolie, sa tristesse et sa résignation, il met en relation la vie des journalistes avec celle d’Alonso Quijano :

  • 42 Azorín, La ruta de Don Quijote. Castilla [1905], Madrid, EDAF, 1973, p. 29.

¿Nuestra vida no es como la del buen caballero andante que nació en uno de estos pueblos manchegos? Tal vez sí, nuestro vivir, como el de don Alonso Quijano, el Bueno, es un combate inacabable, sin premio, por ideales que no veremos realizados… Yo amo esa gran figura dolorosa que es nuestro ídolo y nuestro espejo. Yo voy –con mi maleta de cartón y mi capa– a recorrer brevemente los lugares que él recorriera42.

  • 43 Idem, p. 41.

28Par manque de temps et certainement de budget, il ne parcourt que quelques-uns des itinéraires empruntés en son temps par Don Quichotte, ceux dont les éléments sont les plus présents dans la culture populaire et dont il reste des traces en 1905 : l’auberge de Puerto Lápiche où Don Quichotte aurait été adoubé ; les moulins à foulons des lagunes de Ruidera (dans le roman ils se trouvent à Miguelturra mais, en 1905, il n’y en a plus trace et Azorín choisit un lieu plus proche de ceux qu’il visite et qui en possède toujours) ; la grotte de Montesinos près de Ruidera ; Criptana où se trouveraient les moulins à vent qui ont tellement effrayé Don Quichotte ; et enfin El Toboso, où aurait vécu Dulcinée. Le point de chute d’Azorín est Argamasilla del Alba, considérée à l’époque comme le village de Don Quichotte. Constamment, Azorín mêle la fiction et la réalité, et opère une véritable plongée symbolique dans le passé : « Estamos, lector, en Argamasilla de Alba, y en 1570, en 1572 o en 1575 »43. En effet, il décrit les paysages tels qu’ils étaient en 1905 lors de sa visite, en les comparant non seulement avec ce qu’ils étaient au Siècle d’Or, selon les historiens, mais aussi avec ce qu’en dit Cervantès dans son roman, puisqu’il profite de sa mission pour relire certains épisodes du roman et parsemer ses articles de citations. Azorín effectue donc un véritable tourisme littéraire, sur les traces d’une œuvre.

29Cent ans après le voyage d’Azorín, une Ruta de Don Quijote officielle a vu le jour. En effet, pour le 400e anniversaire de la publication de la première partie du roman, le gouvernement de Castille-La Manche a inauguré le lancement d’une route éco-touristique, à ce jour la plus longue d’Europe, passant par « los mismos escenarios naturales donde Cervantès situó las andanzas de un jinete enamorado y de su fiel escudero, convirtiendo al luminoso, ancho y profundo paisaje manchego en reflejo del mundo »44. Ce sont ainsi 2 500 kilomètres que le voyageur peut parcourir parmi les principaux espaces naturels et culturels des cinq provinces de la région, en dix étapes qui traversent 148 villes et villages. Cette Ruta a obtenu en 2007 le statut d’Itinéraire Culturel du Conseil de l’Europe45. Notons que c’est la première à être inspirée d’un personnage littéraire, celui-ci « symbolisant les valeurs de liberté, de justice et de démocratie sur lesquelles sont fondées les sociétés européennes »46. Pour la région de Castille-La Manche, cette distinction représente une possibilité d’obtenir, notamment pour des petits villages jusqu’alors isolés et inconnus, une visibilité internationale propre à attirer des visiteurs, et par conséquent des investisseurs et des subventions nationales pour développer le réseau routier par exemple. Comme pour le label Patrimoine de l’Humanité, il n’y a pas de contrepartie financière de la part du Conseil de l’Europe ou de l’Union Européenne, mais il peut y en avoir au niveau national et régional.

30En plus de cet itinéraire officiel, des organismes ont élaboré leur propre parcours sur les traces de Don Quichotte, avec un nombre variable d’étapes, à réaliser en quelques jours et sur un nombre plus restreint de kilomètres, comme celui du portail officiel du tourisme en Espagne, Spaininfo : l’itinéraire proposé compte huit étapes « por algunos de los paisajes más mágicos de España »47. Alcalá de Henares ; Madrid ; Esquivias et Tolède ; Consuegra et Alcázar de San Juan ; Campo de Criptana et El Toboso ; Argamasilla de Alba, Ossa de Montiel et Villanueva de los Infantes ; Ciudad Real et Almagro.

31Au départ de Madrid, un train touristique appelé Tren de Cervantès rejoint Alcalá de Henares et propose des animations théâtrales interprétés par des acteurs. C’est également le cas du train Campos de Castilla (Madrid-Soria), créé en 2012 à l’occasion du centenaire de la publication du recueil de poèmes d’Antonio Machado, pour rendre hommage aux paysages qui y sont célébrés. Lors d’une halte à Sigüenza, de curieux passagers vêtus comme à l’époque d’Antonio Machado montent à bord et donnent une représentation théâtrale dans les wagons, sur la vie du poète et sur Campos de Castilla. Puis, à Soria, les visiteurs sont conduits sur les lieux décors des poèmes, qu’il s’agisse d’édifices comme le monastère baroque de San Saturio ou de sites naturels comme la source du fleuve Duero ou la Lagune noire, dont les paysages sauvages ont inspiré Machado pour écrire La tierra de Alvergonzález. L’initiative fonctionne bien, puisque dès la première année, le taux de remplissage annoncé fut de 68,4% soit 353 participants48 et a augmenté d’année en année pour dépasser les 80 %49, soit 400 passagers par saison (une saison représentant une douzaine de voyages) avant la crise sanitaire50.

32Le voyage en lui-même est donc important, il fait partie de l’expérience et le train51 possède de surcroît une dimension particulière, puisque les intellectuels voyageurs d’antan l’utilisaient52. Ce moyen de locomotion rappelle implicitement les écrivains qui nous ont laissé leurs impressions et leurs réflexions de voyages dans des fictions, des essais, des articles de presse ou des lettres, ce qui rehausse encore le sentiment d’être privilégié, supérieur ou simplement différent du touriste pour qui le voyage n’est pas un processus mais une obligation, voire une corvée. En ce sens, les initiatives « Tren de… » se multiplient, en rapport avec le patrimoine du lieu de destination. Pour la littérature, citons la création récente (2017, à l’occasion du bicentenaire de la naissance de l’auteur) du Tren de José Zorrilla53 reliant Madrid à Valladolid, déjà engagée dans une démarche de tourisme littéraire avec les manifestations autour de El hereje et qui diversifie donc son offre tourisme littéraire. Comme pour les autres trains, un acteur prend la peau de l’écrivain et anime le voyage. Afin d’inciter les visiteurs à utiliser ce moyen de locomotion et non leur voiture, le billet donne un accès gratuit à la maison-musée de Zorrilla et à d’autres lieux culturels de la ville.

33Dans les exemples que nous avons traités, l’afflux de touristes « sur les traces d’une œuvre » est maîtrisé54, mais ce n’est pas toujours le cas. La petite ville d’Elizondo, en Navarre, en est une parfaite illustration. La Navarre est une destination de tourisme rural principalement, mais qui perdait des visiteurs. Quant à Elizondo, c’est une petite ville de 3 500 habitants avec un joli patrimoine architectural (manoirs, hôtels particuliers…) mais inconnue jusqu’à récemment. Or, en 2012, l’écrivaine Dolores Redondo publie le roman policier El guardián invisible, premier volet de la très célèbre Trilogía del Baztán55 dont la toile de fond est Elizondo. La petite ville voit son nombre de touristes exploser, avec une augmentation de 60% durant l’été 2013, chiffre atteignant même quasiment 94% d’augmentation pour le mois d’août 2013 !56 Les professionnels du tourisme de la vallée du Baztán pointent une meilleure campagne de promotion et évoquent également les répercussions du prodigieux succès remporté par El guardián invisible. Les deux volumes suivants rencontrent également un large public avec un total de plus de 500.000 exemplaires de la trilogie vendus en 201557 (en 2020, la trilogie a atteint les 2 millions d’exemplaires vendus, en comptant les nombreuses éditions étrangères58 et les rééditions). Plusieurs circuits touristiques autour de cette trilogie ont vu le jour et l’auteure a elle-même participé à l’élaboration du premier :

Si has leído la "Trilogía del Baztan" de Dolores Redondo —o visto las películas— esta propuesta te va a encantar. Y es que, con la ayuda de la autora, se han organizado unas visitas guiadas que le siguen los pasos a la famosa detective Amaia Salazar.
Se trata de un recorrido exhaustivo por los escenarios de la novela. Las anécdotas y explicaciones de tu guía conseguirán que te metas de lleno en el Elizondo de los libros y ampliarán tu visión de la vida y costumbres del valle59.

34Le touriste suit les pas de la détective Amaia Salazar et peut même dormir à l’auberge Txarrena qui est dans les romans la maison de Tante Engrasi, l’un des personnages. Avoir été le scénario des romans de Dolores Redondo a totalement changé le quotidien des habitants : après la flambée de 2013 et jusqu’en 2016, après la publication du dernier volet de la trilogie, le nombre de touristes a augmenté de près de 10 % jusqu’à atteindre plus de 126.000 personnes par an. L’Office du Tourisme de la région du Baztán déclarait en 2017 :

Es un reclamo turístico, eso está muy claro. La gente viene y pregunta sobre los lugares, los personajes mitológicos y la cultura de la zona. Además, las visitas guiadas en torno a la Trilogía del Baztán están siendo muy solicitadas y se ven grandes grupos recorriendo las calles de Elizondo60.

35Cependant, tout n’est pas positif pour la population locale, car les touristes viennent spécifiquement pour se promener dans les lieux décrits dans les romans, le temps de prendre quelques photos-souvenirs, mais ne prolongent pas souvent leur séjour. Les entreprises locales estiment que les retombées économiques ne sont pas satisfaisantes. Leur porte-parole, Marijose Iparragirre, indique :

  • 61 Idem.

El perfil del turista que han movilizado las novelas y la película es el de una persona de avanzada edad, que llegan en autobús a través de un viaje organizado. Se hospedan en hoteles de Pamplona o Donostia, vienen a Elizondo a hacer la visita y, como mucho, pueden tomarse un café, ya que seguidamente tienen otra actividad programada61.

36Les intérêts des uns et des autres ne sont manifestement pas les mêmes et, dans le cas d’Elizondo, ne se rejoignent pas. De plus, une partie des visiteurs se rend à Elizondo de manière individuelle, en-dehors des groupes dont le nombre de personnes et le temps de présence sont limités. Il en résulte que la petite ville est constamment en présence de touristes qui se retrouvent aux mêmes endroits. Les habitants doivent alors faire face aux nuisances de cet afflux de touristes qui ne consomment pas ou peu, alors que les visiteurs, eux, ont le sentiment d’être plongés dans l’authenticité de l’expérience de tourisme littéraire puisqu’ils peuvent reconnaître réellement les lieux décrits par Dolores Redondo : les maisons, le commissariat, la pâtisserie Salazar (en réalité la Panificadora Baztanesa), le cimetière, la rivière et le pont Muniartea. Par cette visite, ils complètent leurs connaissances, ils les confortent visuellement après avoir imaginé les décors durant leur lecture. Certains commerçants goûtent tout de même aux retombées financières de cette augmentation de touristes, car ces derniers ont la possibilité d’acheter dans plusieurs enseignes de la ville la fameuse torta de Txantxigorri si appréciée de l’inspectrice Amaia Salazar, et de se rafraîchir et se restaurer au Bar Txocoto, l’un des décors de la trilogie. De plus, la région utilise cette visibilité médiatique pour promouvoir d’autres types de visites, la Navarre regorgeant de nombreuses autres ressources.

Les acteurs du tourisme littéraire

Les collectivités locales et les initiatives privées

37John Urry nous expliquait en 2005 que dans beaucoup de cultures, voyager semble être une nécessité. Il évaluait à 600 000 000 le nombre d’arrivées annuelles de voyageurs internationaux, alors qu’en 1950 le chiffre était de 25 000 000, et estimait qu’on construisait chaque année un demi-million de chambres d’hôtel à travers le monde. Selon ses études, les voyages internationaux comptaient pour 1/12e du commerce mondial, et le tourisme international et national réunis représentaient 10 % des emplois dans le monde et du PNB de la planète. 80% des voyages internationaux concernaient cependant les sociétés industrielles avancées, spécialement à l’intérieur de l’Europe de l’Est et du sud, et de l’Amérique du Nord62. L’industrie touristique doit se renouveler sans cesse pour satisfaire un touriste de plus en plus exigeant. En effet, comme tout produit, l’offre touristique a un cycle de vie qui n’est pas indéfini, il faut donc investir afin d’innover, adapter l’offre, la diversifier63. En Espagne, le tourisme a été le moteur du développement économique depuis que Franco, comprenant l’enjeu financier qu’il représentait, a ouvert le pays au capital étranger et aux touristes en supprimant l’obligation de visa en 195964. L’Espagne est devenue la deuxième destination touristique mondiale, et cette massification est maintenant source de grand mécontentement, voire de rejet. Dans les villes touristiques, la qualité de vie des habitants se dégrade, de plus en plus de logements sont consacrés à la location touristique, ce qui empêche la population locale de se loger dans les centres-villes, et le comportement de certains touristes peut être irrespectueux. Ainsi, les cas de tourismophobie se multiplient dans la capitale catalane à tel point que la chaîne de télévision cnn a conseillé, début 2018, d’éviter de s’y rendre et de lui préférer par exemple Valence65.

38Cependant, l’enjeu économique est fort et les collectivités locales exploitent toutes les ressources, et notamment le patrimoine littéraire, pour attirer des visiteurs66. Ainsi, la Generalitat de Catalunya organise-t-elle via des associations ou des fondations des circuits littéraires car « la fascinación por los espacios y la geografía relacionada con escritores ha dado lugar a que muchos lectores se decidan a visitar el lugar de nacimiento o ver los sitios que inspiraron poemas y novelas »67. Il faut dire que Barcelone est la toile de fond d’un grand nombre de récits et que chaque quartier a fait l’objet d’au moins une transposition littéraire, à commencer par Cervantès dans El ingenioso hidalgo don Quijote de la Mancha. L’ont suivi Eduardo Mendoza avec La ciudad de los prodigios (1986), Manuel Vázquez Montalbán pour les aventures du détective Pepe Carvalho (depuis 1972), Roberto Bolaño avec son roman Los detectives salvajes (1998), Juan Marsé avec Últimas tardes con Teresa (1966) et tellement d’autres… En littérature, la marque Barcelone fait vendre, explique Gloria Gutiérrez de l’agence littéraire Balcells, surtout depuis le succès international du roman La sombra del viento de Carlos Ruiz Zafón en 200168. Myriam Vidriales, responsable du groupe éditorial Planeta pour le Mexique et les États-Unis, indique que des milliers de centro-américains ont fait le voyage à Barcelone sur les traces du roman La sombra del viento et de celui d’Ildefonso Falcones, La catedral del mar (2008). Pour eux, Barcelone est « una construcción metaliteraria »69, une ville qui n’existe que par ses fictions.

39En collaboration avec la Generalitat de Catalunya, la fondation Mercè Rodoreda offre via son site internet tous les outils pour que le touriste puisse « conocer los lugares donde vivió Mercè Rodoreda y también los escenarios donde transcurren algunas de sus novelas más conocidas: Aloma, La plaça del Diamant, El carrer de les Camèlies y Mirall trencat »70. Le touriste peut circuler en toute autonomie sur les traces de l’œuvre de l’auteure catalane.

  • 71 Saskia Cousin, « Authenticité et tourisme », in Les Cahiers du Musée des Confluences, Revue thémati (...)
  • 72 Le roman, paru en 2006, a connu un grand succès. Traduit dans plus de 30 langues, il a été diffusé (...)

40Pour autant, lorsque l’action se déroule à une époque lointaine, et donc lorsque la plupart des lieux n’existent plus en tant que tels, où est l’authenticité de la démarche ? C’est pourtant l’une des revendications des consommateurs de tourisme littéraire71. Prenons l’exemple du parcours basé sur le roman La catedral del mar d’Ildefonso Falcones72, proposé par l’agence culturelle ICONO en collaboration avec la Generalitat. L’intrigue se déroule dans la Barcelone du Moyen-Âge. Si la Basilique de Santa María del Mar, qui a donné son nom au roman et qui est le point de départ du parcours, existe toujours, il n’en est pas de même pour d’autres endroits. Lors de ce circuit, des passages du livre sont lus au public et le guide apporte des connaissances complémentaires d’ordre historique et culturel :

Nuestra ruta utiliza el maravilloso libro para a través de sus protagonistas (Arnau, Bernat, Aledis, Joan, el padre Albert, Francesca, María, Sahat, Elionor…) descubrir qué comían los habitantes de Barcelona de aquella época, dónde vivían, cómo se vestían, a qué se dedicaban, como eran sus condiciones de vida, cuáles sus derechos, sus obligaciones…73

  • 74 Melchisedek Chétima, « Par ici l’authenticité ! », in Theoros, vol. 30, n°1, p. 44.
  • 75 Gérard Beaudet, « Les routes touristiques à thème : entre marketing territorial et valorisation ide (...)

41Le guide choisit ces informations car il estime qu’elles intéressent les visiteurs ; il cherche, par ces détails historiques et culturels, à plonger les visiteurs dans la Barcelone du xive siècle, à mettre en valeur le patrimoine barcelonais car, pour le touriste, le patrimoine « constitue un univers "autre" et "authentique" [et] un signe d’excellence d’une destination touristique »74. En mettant l’accent sur ces circuits littéraires, les villes affirment et valorisent leur identité tout en suscitant des retombées économiques et en dynamisant encore davantage l’économie touristique d’un territoire75.

Les populations locales

42Lorsque les villes développent des stratégies pour attirer les touristes, il faut que les habitants soient partie prenante des projets. C’est de plus en plus difficile pour des villes où le surtourisme76 rend le quotidien compliqué. On est parfois loin du « pride building » dont parle Bruno Meyronin, c’est-à-dire de la fierté de la population à l’égard du territoire, de son passé et de son avenir potentiel. Or, les habitants doivent pouvoir se reconnaître dans ce que le discours marketing dit d’eux et de leur ville, et parfois ce n’est plus le cas. Le chercheur et enseignant à l’Université Pompeu Fabra de Barcelone, Javier Aparicio Maydeu, parle en ces termes de sa ville :

la marca Barcelona nos explotará en las manos ya que la ciudad se ha desposeído de sus valores tradicionales, a diferencia de París o Madrid, que han sabido preservar mejor su identidad. Nosotros estamos devorados por el turismo de masas, ya no somos auténticos, como la ciudad de Carvalho o del Pijoaparte77. Literariamente, no tenemos gran cosa que ofrecer porque somos un batido turístico. La ciudad se ha prostituido, rodeándose de elementos que no le son propios, de los sombreros mexicanos a los trajes de faralaes o los souvenirs taurinos... Es un cosmopolitismo de baratillo. Shanghai, Dublín o las capitales nórdicas nos han pasado por delante. Literariamente, vivimos de la novela histórica, porque la Barcelona contemporánea no da más de sí. Conservamos el núcleo de poder editorial, pero desde el punto de vista creativo nos mereceríamos algo mejor, estamos en un impasse78.

43Il est vrai que Barcelone, qui compte 1,2 millions d’habitants, reçoit en moyenne 32 millions de touristes chaque année79, et que certaines zones, comme les Ramblas, sont parfois difficilement praticables en raison de l’afflux de visiteurs. De même, il est indéniable que les échoppes de souvenirs proposent des articles qui n’ont rien à voir avec la Catalogne, à côté des moulages des maisons de Gaudí et des tee-shirts du Barça… Est-ce à dire que Barcelone perd son identité ? Il me semble que Javier Aparicio Maydeu a un jugement très sévère sur sa ville, car les clichés n’épargnent aucune ville ni aucun pays et que ceux-ci s’y conforment pour des raisons financières et parce qu’il faut donner au touriste ce qu’il espère trouver, c’est pourquoi on pourra acheter, dans des boutiques de souvenirs, de petites Tours Eiffel ailleurs qu’à Paris, des matriochkas dans d’autres pays slaves que la Russie, ou encore des crânes en sucre à d’autres moments qu’à la Toussaint au Mexique… et en ce qui concerne notre sujet d’études, il existe à Barcelone des circuits littéraires sur bien d’autres thèmes que des romans historiques. Les poètes, par exemple, sont mis à l’honneur dans plusieurs circuits : celui de « La Villa de Sarriá » met à l’honneur Josep Vicenç Foix, José Agustín Goytisolo, Joan Vinyoli, Josep Maria de Segarra, Clementina Arderiu et Carles Riba ; celui de « Las Ramblas » rend hommage à Roberto Bolaño, a Jaime Gil de Biedma, a Joan Brossa, a Jacint Verdaguer, a Ángel Guimerà, a Federico García Lorca ou encore à Joan Salvat-Papasseit, et nous pourrions encore en citer davantage80

44Dans des zones moins dévorées par l’invasion touristique, les habitants créent des associations culturelles qui font la promotion de circuits littéraires moins fréquentées que celles dont les œuvres qui les ont inspirées ont été lues par des millions de personnes, et assurent au touriste que son expérience sera « nada mainstream »81 : il s’agit par exemple de Ségovie (San Juan de la Cruz), de Salamanque (Santa Teresa de Jesús, Miguel de Unamuno), ou d’Oviedo (Clarín). La publicité faite par ce site est, d’une certaine manière, anti-touristique82 dans la mesure où les parcours sont présentés comme élitistes donc réservés à un touriste exceptionnel, qui mérite mieux que les circuits littéraires communs qui, rappelons-le, sont déjà une part minoritaire du tourisme en général.

Le public du tourisme littéraire

  • 83 Rubén Pérez Redondo: «Un viaje desde lo imaginario a lo real. Una aproximación al perfil del turist (...)

45Mais justement, quel est le profil de ce touriste qui part sur les traces d’un auteur ou d’une œuvre ? Pour en déterminer les caractéristiques générales, je me réfère à l’enquête menée par le chercheur Rubén Pérez Redondo83 en 2017 en Espagne sur un échantillon de 100 personnes qui avaient toutes déjà fait du tourisme littéraire. Voici ses conclusions sous forme d’un tableau :

Age moyen

36-41 ans

Pourcentage de femmes

53 %

Etudes supérieures

72 %

Classe sociale

87 % classe moyenne (autoproclamés)

Salaire moyen majoritaire

1201-1800€ (smic brut en Espagne en 2021 = 965€)

Durée du séjour

2,6 nuitées

Dépenses par séjour

171€

46Sur ces 100 personnes interrogées, 17 seulement ont indiqué avoir fait le voyage spécifiquement et uniquement pour du tourisme littéraire ; 30 considèrent que l’aspect littéraire du voyage est une motivation réelle préexistante mais qu’elles souhaitent le coupler à d’autres types de tourisme (rural, gastronomique, culturel) ; 53 admettent que c’est le hasard du lieu de villégiature qui a induit le tourisme littéraire.

  • 84 Marta Magadán Díaz & Jesús Rivas García, Turismo literario, op. cit., p. 180.
  • 85 Chiffres de 2021, constatés sur les sites internet officiels des organisateurs.

47Ces statistiques montrent que les personnes pratiquant ou ayant pratiqué au moins une fois le tourisme littéraire, qu’il soit recherché ou non, sont en majorité des personnes diplômées. Elles n’ont pas forcément des revenus très élevés mais il ressort des études menées que ces touristes ont généralement un niveau de vie supérieur à la moyenne84. Certaines activités, d’ailleurs, nécessitent un bon pouvoir d’achat : résider une nuit au Gran Hotel La Perla coûte près de 300€ et participer à la Ruta Cervantès coûte plus de 120€85.

  • 86 Ce circuit porte le nom de Noche de Max Estrella, et a lieu chaque année au mois de mars ou avril. (...)

48À notre époque, la lecture est associée à une activité de loisir qui permet de s’évader mentalement et d’oublier les tracas du monde moderne. Nous retrouvons ce goût pour l’aventure dans les trois œuvres qui ont le plus incité les personnes interviewées par Rubén Pérez Redondo à effectuer cette expérience de tourisme littéraire : le Don Quijote de Cervantès, le Capitán Alatriste (1996) de Arturo Pérez Reverte, et La sombra del viento de Carlos Ruiz Zafón. Les héros de ces trois romans sont eux-mêmes dans un déplacement perpétuel et le lecteur est donc invité à vivre le même voyage, comme c’est le cas avec le circuit littéraire autour du roman Luces de Bohemia (1920) de Ramón del Valle-Inclán à Madrid, lors duquel le visiteur arpente avec Max Estrella les endroits de Madrid où il a passé sa dernière nuit86.

  • 87 Nicola J. Watson, The literary tourist, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2006.

49La littérature agit comme un médiateur entre le touriste et les espaces qu’il visite. Il en ressort que chacun de ces touristes aura sa propre représentation du lieu, en fonction de son expérience de lecture ; le lieu qu’il visitera est donc évolutif et malléable. En effet, lorsqu’il s’agit d’un voyage sur les traces d’une œuvre, le touriste confronte un espace imaginé avec la réalité. Il peut ressentir une impression de déjà-vu puisqu’il reconnaît les lieux décrits dans les récits. Le voyage est donc à la fois objectif et subjectif. On adopte parfois, pour le touriste qui fait les voyages exprès pour un motif littéraire, le terme de touriste-pèlerin87 à la recherche d’émotion et d’authenticité.

  • 88 Melchisedek Chétima, « Par ici l’authenticité ! », art. cit., p. 44.

50Ce dernier terme inclut une authenticité objective, c’est-à-dire que le touriste peut, par exemple, entrer dans des maisons d’écrivains ou contempler des objets leur ayant réellement appartenu, il peut voir de ses yeux des paysages ou des monuments tels qu’ils sont décrits dans les récits ; mais il existe également une authenticité construite, qui consiste par exemple à meubler une pièce comme elle est décrite dans un roman ou à organiser un bureau d’écrivain de manière personnelle mais avec des meubles d’époque et en suivant des modèles existants (dans des tableaux, des documents d’archives…), ou à recréer un espace totalement fictif à partir de sa description dans un récit, par exemple, le bureau de Pepe Carvalho sur les Ramblas. Melchisedek Chétima88 indique que l’activité touristique se structure autour de la recherche d’altérité, mais dans le cas du tourisme littéraire, il semble que le visiteur cherche plutôt à reconnaître ce qu’il a entrevu ou imaginé lors de sa lecture et que pour lui, ce qui est authentique c’est ce qu’il retrouve, et non découvre, lors de sa visite.

51C’est pourquoi une initiative entendant rectifier des erreurs commises par un auteur dans une œuvre est originale et à souligner : la présentation du circuit « BCN & Carlos Ruiz Zafón » indique trois objectifs : revivre les romans La sombra del viento, El juego del ángel (2008), El prisionero del cielo (2011) et El laberinto de los espíritus (2016) en découvrant la Barcelone intrigante et fantastique de l’auteur, ainsi que « destapa[r] las claves del éxito y el estilo de Ruiz Zafón, pero también las mentiras sobre Barcelona que hay en sus novelas » 89. Notons le terme non anodin de mensonge (non d’erreur), mis en exergue par les caractères gras. Un touriste ne connaissant pas bien l’auteur ou l’œuvre, pourrait se méprendre et confondre la réalité et la fiction. D’ailleurs, quand on interroge certaines personnes, on se rend compte qu’elles ne savent pas vraiment si Carmen, Don Quichotte, Pepe Carvalho ou encore Amaia Salazar ont vraiment existé ou pas…

52Des écrivains peuvent également être des « touristes de littérature » ! Et certains ont de cette expérience une impression mitigée. Voici ce que disait Ray Loriga (scénariste, réalisateur et écrivain influencé par Kerouac et Bukowski) en 2010 :

No soy de los que planean sus vacaciones con un mapa de visitas literarias, pero de una manera no premeditada siempre acabo por tomar ese pequeño desvío que casualmente pasa por delante de aquellos lugares donde algunos escritores vivieron, o murieron […]. Lo más curioso es que una vez allí, en ese bar, ese cementerio o esa casa, uno no sabe muy bien qué hacer ni a qué ha venido exactamente. […] Frente a la casa en la que vivió la Durás su infancia en Vietnam, o en el jardín por el que paseó Lope de Vega en Madrid, tengo la desasosegante sensación de que mi presencia no añade nada, con el daiquiri de Hemingway en la mano, y una vez pasada la infantil excitación del primer sorbo, me siento un completo imbécil, y merodeando alrededor del nido de amor de Pound no puedo evitar considerarme por un instante un mirón impertinente. […] Admirar no nos acerca en absoluto al objeto de nuestra admiración, de la misma manera que por mucho que uno pegue la nariz a los cristales de la pastelería no se aproxima en realidad ni un milímetro a la tarta de chocolate.
No se cómo será para otros colegas, pero en mi caso, el turismo literario, por más que quiera imaginarlo accidental, resulta siempre una experiencia agridulce. Soy consciente de que la escritura sucede en lugar diferente de aquel donde habitó este escritor o aquella escritora, pero me cuesta no detenerme delante de esas placas reales o imaginarias que dicen "Aquí vivió...".[…] 90.

53Nous pouvons le comprendre, lorsque le circuit touristique ne présente qu’une suite de plaques commémoratives sur des façades de maisons, sans autre contenu original. Le parcours Alcalá: Ciudad Literaria est un motif de fierté pour la municipalité car de nombreux écrivains ont séjourné dans cette ville, mais il peut effectivement paraître rébarbatif ou ennuyeux de suivre docilement un chemin fait de 25 plaques commémoratives dont certaines rappellent simplement un discours (Isabel Allende, 2011) ou un concert (Bob Dylan, 2004)91.

Le tourisme associé aux contes et légendes

54Tout comme le tourisme littéraire, le tourisme « de contes et légendes » est lié à la curiosité et au désir de s’informer, d’approfondir ses connaissances et de s’évader. En Espagne, les « castillos y palacios cargados de misterio donde las leyendas se mezclan con la realidad »92 attirent des centaines de visiteurs chaque week-end, qui partent sur les traces d’une sociabilité ancestrale, dans une démarche dialectique qui vise à débusquer des traditions oubliées93.

La légende dans les guides touristiques et les initiatives locales

55Pour entreprendre ces visites, le touriste peut s’appuyer sur des guides et sur les récits légendaires eux-mêmes.

56Une connivence s’installe entre le texte et le lecteur, potentiel touriste, chez qui va naître l’envie de se rendre sur ces lieux mystérieux dont « on raconte que », « la légende dit que », « il est connu que », « les habitants / les vieux assurent que », au choix, des spectres s’y promènent, des âmes damnées y reviennent à date fixe, la Vierge Marie y est apparue, tel personnage historique illustre y est mort… Ainsi, la province de Soria a élaboré un circuit littéraire inspiré des légendes de Gustavo Adolfo Bécquer situées en ce lieu : les différentes étapes, Soria – Almenar de Soria – Torrubia94 – Gómara – Noviercas95 – Beratón et enfin le Moncayo, mènent le touriste sur les lieux d’inspiration de El rayo de luna (1862) et de El Monte de las Ánimas (1861) (monastère de San Polo à Soria) ; de Los Ojos Verdes  (1861) (château médiéval d’Almenar de Soria) ; de La promesa (1863) (château de Gómara) et de La corza blanca (1863) (Beratón)96.

57Les livres, guides ou récits renforcent l’idée de parcourir un espace singulier, en même temps qu’ils mettent en avant l’aspect anecdotique et particulier de la légende. En effet, les circuits touristico-légendaires portent des noms explicites sur leur contenu :

58- Ruta de la Brujería (Navarre), constituée de quatre itinéraires « donde el misterio y no pocos enigmas aún se enconden entre sus rincones »97
-
Ruta Córdoba encantada « La Axerquía », « Un paseo por uno de los espacios más evocadores y desconocidos de Córdoba: su milenaria Axerquía »98
-
Ruta Leyendas y Misterios de Salamanca « que transportará al viajero a un universo mágico, misterioso y enigmático »99
-
Camins de comtes, Princeses i Guerrers (vallée de Cornudella), « viaje al pasado que nos permitirá conocer nuestra historia a través del legendario popular »100

59Ces dénominations montrent la volonté, de la part des acteurs locaux en lien avec le tourisme, de production d’une image d’un territoire inspirant, chargé de singularité et de magie, unique grâce à un passé riche en événements aussi bien palpitants, excitants que tragiques. L’Histoire et l’histoire se mélangent, le territoire est ce qu’il est aujourd’hui car il a inspiré des récits terrifiants, témoignages d’événements atroces ou héroïques. L’Office du Tourisme de Navarre crée une atmosphère chargée de mystères en présentant la Ruta de la Brujería en ces termes :

Dicen, que todavía en estos pueblos embrujados se oyen las voces del diablo. Que en estas tierras húmedas y escurridizas persiste un estado de ánimo un tanto especial. Así que si usted observa en las puertas de las viejas casonas una flor de cardo, no se extrañe; aquí todavía se cree que sirve, como hace siglos, para espantar a los malos espíritus. Y es que Navarra tiene un pasado embrujado. Porque la brujería fue aquí un fenómeno social de gran trascendencia durante los siglos xvi y xvii101.

60L’homme du Moyen-Âge craignait les manifestations surnaturelles ; sa naïveté est maintenant jugée avec bienveillance ou moquerie, mais le fait qu’il y ait encore aujourd’hui des traces de superstitions ancestrales permet de mettre en exergue la valeur ajoutée d’un territoire lorsqu’il s’agit d’en faire ressortir le patrimoine légendaire. Ce qui était raconté oralement, qui restait marginal et intime, devient public par le biais des recueils ou des guides touristiques consacrés aux légendes. Ainsi, une ville au patrimoine légendaire aussi riche que l’est Tolède compte-t-elle plusieurs ouvrages qui proposent de parcourir la ville selon des itinéraires basés sur des récits légendaires102. Dans la province de Cáceres, il existe même une initiative européenne datant de 2015 visant à développer des routes touristiques transnationales basées sur des mythes et légendes sur le thème de l’eau103. Le projet de la province de Cáceres fut retenu parmi une soixantaine d’autres afin de renforcer l’offre touristique des lieux présentés au travers de récits légendaires grâce à une dotation de 279 000€. Ainsi, les espaces mis à l’honneur furent le Palais de las Veletas de Cáceres avec la légende « La Princesa Gallina y las cisternas del Palacio de las Veletas »; les rues de Mérida avec « Las brumas del mártir : la leyenda de Santa Eulalia » ; la lagune de Montijo avec « La Laguna de los Encantados » ; le fleuve Guadiana et le Château de la Encomienda à Brozas avec « La Sirena de la serena » ; la sierra de Tormantos avec « La serrana de la vera » ; la rivière Rivilla à Badajoz avec « El Molino de la Tarasca » et « La fuente de los alunados » ; Frenegal de la Sierra avec « La Virgen de los Remedios » ; Casares de Hurdes avec « El charco de la serpiente » et enfin Monfragüe avec « El salto del gitano »104. La région d’Estrémadure ne cache pas son ambition de dynamiser son offre touristique105, d’attirer des investisseurs et d’augmenter la rentabilité des PME, grâce à ce projet baptisé L’Aqua. En effet, elle souffre d’un déficit de visibilité internationale et même nationale et les stéréotypes la présentent toujours comme une région aride, dépeuplée et pauvre106. Utiliser son patrimoine naturel et immatériel, dans ce projet les espaces aquatiques et les légendes attachées à la région, est donc une stratégie originale pour casser les clichés tout en revendiquant son identité. Ainsi, la province a entrepris d’aménager le territoire en fonction du projet, par la création de de points de vues et de sentiers permettant d’admirer les cascades et les chutes d’eau disséminées sur les Rutas de l’Aqua. Couplée aux autres actions de la Région, cette initiative semble avoir porté ses fruits puisque l’Estrémadure, et notamment la province de Cáceres, voient le nombre de touristes augmenter d’année en année107.

  • 108 Rien que l’existence du site est déjà le fruit d’une légende prétendant que, lors de la mort de Jés (...)

61Les espaces légendaires sont chargés d’événements et de personnages historiques ou fantastiques. Il peut s’agir de forteresses ou de monastères hantés par des templiers ou par des fantômes, ou habités par des sorciers… Il y a bien souvent une interprétation ésotérique du lieu. Prenons l’exemple de la montagne de Montserrat : sa topographie particulière en a fait le décor de nombreuses légendes, à toutes les époques108. Celles-ci produisent une image mentale du lieu qui devient un être culturel à part entière. De ce fait, bien souvent l’amateur de tourisme de contes et légendes fuit la simple visite architecturale et monumentale : à Tolède, la statue du Christ de la Vega n’est pas une simple représentation religieuse mais « la » statue qui s’est animée pour désigner le fiancé infidèle dans la légende A buen juez mejor testigo (1838) du poète et dramaturge romantique José Zorrilla ; de même, la statue du Christ en sang, toujours à Tolède, est chargée de sens puisque, selon la légende El testigo de bronce (1845) du même auteur, elle a pris vie pour dénoncer un assassin. C’est dans cette perspective que de nombreuses villes proposent des parcours nocturnes sur les traces des légendes s’y étant déroulées, avec activités complémentaires. Le visiteur est alors plongé dans le récit légendaire car de nombreux événements fantastiques ou surnaturels ont lieu la nuit. L’architecture particulière d’une ville comme Tolède se prête bien à ce type de programme. Les touristes parcourent les ruelles tortueuses et étroites, s’arrêtent sur des places obscures pour écouter un guide qui leur raconte des histoires des Templiers, de l’Inquisition ou d’événements miraculeux. Des tournois d’escrime s’organisent autour d’eux tandis que des experts en parapsychologie leur font écouter, grâce à du matériel sophistiqué, des sons étranges qui semblent paranormaux.

  • 109 Aurore Bonniot, Imaginaire des lieux et attractivité des territoires…, op. cit., p. 217.

62Par ces visites théâtralisées, par l’aménagement de sites et l’organisation d’attractions autour de récits légendaires, les territoires deviennent des scènes et les acteurs locaux créent une atmosphère mystérieuse grâce à laquelle les touristes se disent imprégnés de magie et ont la conviction de vivre une aventure unique109.

63D’autres évocations de légendes s’assimilent à de véritables célébrations. Il ne s’agit pas de relater une légende en particulier, mais de rendre hommage à tout un épisode historique qui porte en lui un nombre infini d’anecdotes, réelles ou fictives, authentiques ou légendaires. Nous pouvons citer les célèbres fêtes de Moros y Cristianos de la Communauté Autonome de Valence. Ainsi, la petite ville de Villajoyosa vit la dernière semaine de juillet au rythme de des festivités en l’honneur de Santa Marta, patronne de la ville. Depuis plus de 250 ans, la ville commémore l’attaque ratée de la ville par des pirates berbères en 1538 aux ordres du terrible Zalé-Arraez. D’après la légende, Santa Marta est intervenue en provoquant un gigantesque raz-de-marée qui a empêché les renforts ennemis d’accoster. Toute la ville est impliquée dans la fête : les habitants sont divisés en deux camps ; le roi et l’ambassadeur de chaque camp se promènent déguisés dans la ville, prononcent des discours et se rendent visite mutuellement, sous les yeux des touristes. Chaque camp installe ses quartiers dans un faux château qui arbore alternativement les drapeaux maure et chrétien. Le point d’orgue de la célébration est la reconstitution de la bataille navale qui marque la victoire finale des chrétiens grâce à l’aide miraculeuse de la sainte. Ce ne sont pas des légendes précises qui sont relatées à travers ces événements mais chacun d’eux, chaque activité est un signe d’un passé à la fois historique et imaginé. Toute la fête est un souvenir fictif d’épisodes qui sont devenus légendaires.

64L’implication de la population locale, nous le voyons dans cet exemple, est nécessaire, que ce soit pour l’offre gastronomique, hôtelière, la sécurité (à Villajoyosa, des coups de canon sont tirés dans la ville ; les touristes ont accès à la plage pendant les reconstitutions…) l’organisation de chasses au trésor…

65Pour attirer le jeune public et le public hyperconnecté, des initiatives publiques ou privées mettent en place des stratégies à partir des légendes comme le geocatching, qui donne l’impression d’être dans un jeu de piste, des applications pour smartphones qui offrent des informations complémentaires ou encore ce qui est en train de devenir un phénomène de mode, des escape games.

66Il ne faut pas perdre de vue que le parcours doit allier le divertissement et le savoir, car le touriste épris de patrimoine littéraire et légendaire souhaite s’informer, se cultiver et faire des découvertes inédites que la lecture ne lui avait pas dévoilées.

Le légendaire dans la rhétorique de la publicité

67Donner un caractère légendaire à des lieux (comme faire de la montagne abrupte de Montserrat une montagne surnaturelle), c’est ajuster leur image à des valeurs recherchées actuellement, qui sont l’histoire, l’authenticité et le patrimoine.

  • 110 L’idiot du voyage, op. cit., p. 171.

68Pour souligner cette image mentale, la publicité de ces lieux est en général illustrée par une photographie suggestive : des gens en costume traditionnel ou médiéval, par exemple, mais aussi une forêt dense, une forteresse, un énorme labyrinthe, la pleine lune, des ruines... D’après Jean-Didier Urbain, cela éveille la fascination du touriste pour ce qu’il appelle les sites « catastrophiques », les « lieux-limites »110 qui sont vus comme des frontières absolues.

69Cependant, contrairement au discours publicitaire du tourisme littéraire qui part d’un auteur défini ou d’une œuvre concrète et va les mettre en avant tout au long du parcours, celui du tourisme de contes et légendes, qui met en relation un moment de l’Histoire avec la culture d’un lieu, ne fait qu’évoquer l’existence du patrimoine légendaire du lieu, sans référence à des événements ou écrits particuliers :

70- la publicité pour un parcours dans le quartier de Triana à Séville, nommé Historia y Leyenda, fait uniquement mention de l’atmosphère « especial » 111de Triana.
- La route touristique Valle del Guadalquivir: Historias y Leyendas de un río único présentée sur une page internet très fournie, se contente de montrer les richesses et atouts de la région d’un point de vue économique et dit, à propos de la route touristique : « Este viaje nos adentrará en el mundo del arte y la poesía, que tanto han influenciado al Valle del Guadalquivir, y que han sido protagonistas de su devenir cultural, histórico y legendario » 112.
- Le texte publicitaire pour la Route nocturne Burgos de leyenda promet : « Conocerás los orígenes de Burgos a través historias y leyendas de personajes que la habitaron y descubriremos callejones y lugares misteriosos, que suelen pasar desapercibidos para los turistas pero que siguen albergando la esencia de esta ciudad milenaria llena de secretos »113. D’après la page d’accueil du site internet, les différents parcours ont été élaborés par quatre femmes guides officielles, des professionnelles du secteur touristique qui disent souhaiter faire du touriste un initié aux aspects les moins connus de Burgos, en somme en faire un privilégié qui aura pu se démarquer des circuits traditionnels, par exemple en sachant repérer des symboles cachés sur les façades des bâtiments : « En esta ruta nocturna recorreremos la parte menos conocida de la ciudad. Pasearemos por lugares llenos de esplendor en el pasado pero que han quedado casi olvidados hoy en día »114

71Il faut ouvrir des guides spécialisés ou des pages web consacrées exclusivement aux légendes pour avoir des renseignements plus précis. Ainsi, le circuit Piedras de Leyenda115 dans le canton de Somontano (Huesca) est-il précisément décrit dans sa présentation publicitaire, avec les monuments et éléments topographiques (rochers particuliers, fontaines, marais, etc.) que le touriste va découvrir dans chaque localité. Une photo accompagne le descriptif, pour souligner le caractère mystérieux du canton. On y voit un monastère isolé au milieu de la campagne, entouré d’arbres, au coucher du soleil.

72De même, le texte de présentation de la Ruta nocturna del Bilbao legendario vante « Un viaje intrigante donde surgen leyendas, tragedias y las historias más fabulosas de la villa »116 car « Además de la crónica oficial de Bilbao, existe otra ciudad que oculta intrigas, catástrofes, enigmas y leyendas »117 et décrit ensuite, point par point, chaque site qui sera visité.

73Le Guía de la España histórica, legendaria y misteriosa d’Antonio Puente Mayor, est également très explicite :

  • 118 Antonio Puente Mayor, Guía de la España histórica, legendaria y misteriosa, ed. Almuzara, Córdoba, (...)

Esta Guía de la España histórica, legendaria y misteriosa supone un viaje al pasado, pero también al presente de nuestra geografía, donde lo real y lo legendario toman forma de manual para los viajeros del siglo xxI. Desde los yacimientos de Atapuerca a la arquitectura vanguardista, pasando por la hispania romana, el esplendor musulmán, las batallas por la Reconquista, el Siglo de Oro y el de las Luces, la ensoñación romántica o el renacer del costumbrismo. Y todo ello salpicado con buenas dosis de misterio, investigaciones arqueológicas, nuevas hipótesis e interesantes datos sobre la geografía visible y subterránea de nuestro país118

74Quant au livre Galicia: Rutas con leyenda de Anxo Rial, son objectif est de :

dar a conocer algunas de las leyendas que, trasladadas de padres a hijos, conviven en la memoria colectiva y forman parte del pueblo gallego, de sus creencias, sus cultos y sus temores a lo desconocido y misterioso. El libro incluye cuarenta rutas que recorren cada uno de esos lugares misteriosos, para vivir in situ la magia de los mismos. De esta manera, además de gozar en comunión con la naturaleza, viviremos una completa experiencia caminando por los espacios que dieron pie a esas leyendas y cultivando nuestras propias vivencias.119

75Dans ces ressources, la légende n’est pas une simple information mais l’information principale. L’aspect sémiotique est important : la légende est annoncée par un titre mis en valeur, car il est en majuscules ou en caractères gras par exemple. La question de l’altérité y est très forte, pour éveiller la curiosité du touriste potentiel.

76Parfois, c’est la vidéo qui est utilisée dans les ressources publicitaires. Les drones dévoilent des espaces inédits, et permettent d’optimiser l’atmosphère de mystère qui s’en dégage. Les vues en plongée des forteresses, les survols de forêts et de montagnes ou encore les plans rapprochés sur des animaux sauvages renforcent la sensation, pour le touriste, d’entrer dans un monde d’altérité, différent, étrange. La musique qui accompagne généralement ces vidéos intensifie l’ambiance créée : il s’agit de musique médiévale pour les légendes du Moyen-Âge, de musique arabo-andalouse pour les légendes sur la Reconquête ou encore de films à suspense pour les légendes évoquées lors de circuits nocturnes…

77Les ambiances de mystère, danger, tension, légende, surnaturel sont très à la mode actuellement, parmi les générations qui veulent vivre des sensations fortes lors de leurs moments de loisirs tout en restant connectés à la culture.

Conclusion

78Le tourisme littéraire se développe en Espagne, ainsi que le tourisme de contes et légendes, aidés par un riche patrimoine historique et culturel en lien avec un passé de chevaliers, rois, sorcières, batailles épiques… Ces types de tourisme sont encore des niches de marché, ils s’accompagnent couramment d’activités qui ne sont pas forcément liées à la littérature, comme la découverte de plats typiques de la région, des balades dans des espaces naturels ou des visites dans des musées. Le succès phénoménal des romans policiers et historiques, dont nous avons donné quelques exemples dans cette étude, et la démocratisation des courts séjours de loisirs ont permis l’éclosion de nombreux itinéraires touristiques littéraires, qui s’appuient sur des best-sellers récents mais également sur des textes qui ont marqué l’histoire de la littérature, avec en tête les aventures de don Quichotte. Le développement des infrastructures de transport et hôtelières, par l’expansion du réseau routier ou la mise en place de Tren de (Cervantès, José Zorrilla…) parfois complétée par des forfaits transport + hébergement + visites, ainsi que la généralisation de la maitrise d’Internet et des nouvelles technologies de l’information et de la communication, permettent de capter une clientèle nationale et internationale plus nombreuse.

79Les collectivités utilisent ces atouts avec l’idée de dynamiser leur territoire, de valoriser leur patrimoine et de proposer un tourisme d’élite, notamment en ce qui concerne les itinéraires littéraires liés à des œuvres ou des auteurs qui ne font pas l’actualité médiatique, ainsi, à Barcelone, le circuit autour du roman Nada de Carmen Laforet.

80Pour les villes accueillant de nombreux touristes, proposer ces circuits littéraires ou de contes et légendes, ouvrir au public des maisons d’écrivains transformées en musées, est aussi une stratégie pour « éparpiller » les visiteurs sur le territoire ; en milieu rural, dans l’Espagne intérieure qui a moins goûté la manne touristique, ce peut être un moyen pour attirer davantage de visiteurs et, ce faisant, avoir plus de chance d’obtenir des subventions pour, par exemple, développer ses infrastructures de transport. En développant le tourisme culturel, et parmi celui-ci, le tourisme littéraire et de contes et légendes, l’idée est aussi de désaisonnaliser le tourisme et de diversifier l’offre tout en valorisant les richesses d’une ville ou d’une région ; pour le touriste il s’agit avant tout de revivre des émotions déjà connues au travers de la lecture et de les intensifier par la confrontation de l’imagination à la réalité.

81En se promenant dans le décor d’une œuvre, en parcourant le lieu de résidence d’un auteur, en écoutant des conférences et des rencontres lors de Salons du Livre, le touriste s’enrichit intellectuellement ; en participant à des visites guidées théâtralisées mettant en scène des légendes retraçant les pires moments de l’Inquisition ou les faits les plus héroïques du passé de l’Espagne, il a la conviction de vivre une expérience sensorielle qualitative.

Haut de page

Notes

1 Bartolomé et Lucile Bennassar, Le voyage en Espagne. Anthologie des voyageurs français et francophones du xvie au xixe siècle, Paris, Robert Laffont, 1998, p. iii.

2 Ernest Martinenche, Propos d'Espagne, Paris, Hachette, 1905, p. vii.

3 Ana Moreno Garrido, «Historia del turismo: una investigación necesaria», in José Luis Jímenez Caballero, Turismo y sostenibilidad: V jornadas de investigación en turismo, Sevilla: Facultad de Turismo, 2012, p. 105-126.

4 Gérard de Cortanze, Le Madrid de Jorge Semprun, Paris, Ed. du Chêne, 1997.

5 John Urry, Sociologie des mobilités. Une nouvelle frontière pour la sociologie ?, Paris, Armand Colin, 2005.

6 Jocelyne Bonnet, « La vitrine identitaire, une nouvelle source pour l’étude des recompositions identitaires », in Charles-Olivier Carbonell (dir), De l’Europe. Identité et identités, mémoires et mémoire, Toulouse, Presses de l’Université des Sciences Sociales de Toulouse, 1996, p. 183-190.

7 https://www.econostrum.info/Le-tourisme-espagnol-bat-un-nouveau-record_a26445.html (consulté le 18/05/2021). Ces touristes ont dépensé plus de 92 milliards d’euros. Le tourisme représente 12,3 % du PIB et 13,4 % des emplois.

8 Françoise Lucchini, La culture au service des villes, Paris, Anthropos, 2002, p. 1.

9 André Ferré, « Le problème et les problèmes de la géographie littéraire », in Cahiers de l’Association internationale des études françaises, 1954, n°6, p. 152.

10 Mauricette Fournier & Pierre-Mathieu Le Bel, « Le tourisme littéraire, lire entre les lieux », in Theoros, 37, 1, 2018 : https://journals.openedition.org/teoros/3258 (consulté le 03/01/2021).

11 https://www.turismoliterario.com/ferias-del-libro-espana/ (consulté le 20/10/2021).

12 https://www.ferialibromadrid.com/feria-2020/ (consulté le 20/10/2021).

13 Idem.

14 Festival du récit de terreur, fantasy et science-fiction Celsius 232 à Avilés (juillet) qui attire des visiteurs depuis les États-Unis ou le Royaume-Uni, en plus du public venant de toute l’Espagne. Les conférences, ateliers d’écriture, discussions littéraires regroupent souvent plus de 800 personnes.

15 Il en existe une vingtaine en Espagne dont la moitié en Catalogne. Nous pouvons citer Pampelune (janvier), Barcelone (janvier-février), Valence (mai), Gijón (juillet), Madrid (octobre)… : https://www.imosver.com/blog/festivales-de-novela-negra-en-espana/ (consulté le 18/08/2021).

16 http://tiananegra.blogspot.com/ (consulté le 20/10/2021).

17 https://www.elperiodico.com/es/noticias/onbarcelona/leer/festivales-novela-negra-catalunya-bcnegra-tiana-negra-5751570 (consulté le 12/10/2021).

18 Mauricette Fournier & Eric Bordessoule, « Les villages du livre: un modèle sans label », in Mauricette Fournier, Labellisation et mise en marque des territoires, 34, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2015, p. 581-602.

19 « Urueña: el único pueblo con más librerías que bares en España » https://www.traveler.es/experiencias/articulos/uruena-villa-del-libro/8721 (consulté le 05/10/2021).

20 http://www.provinciadevalladolid.com/es/centros-turisticos-provinciales/villa-libro (consulté le 20/10/2021).

21 Renseignements obtenus par le biais de M. le Maire d’Urueña, Francisco Rodríguez, en octobre 2018.

22 Mauricette Fournier & Eric Bordessoule, Labellisation et mise en marque…, op. cit., p. 15.

23 Idem, p. 16.

24 https://www.tierrasinsolitas.com/que-ver-en-uruena-villa-del-libro/ (consulté le 20/10/2021).

25 https://www.miradormadrid.com/barrio-de-las-letras/ (consulté le 20/10/2021).

26 Aurore Bonniot, Imaginaire des lieux et attractivité des territoires : une entrée par le tourisme littéraire. Maisons d’écrivains, routes et sentiers littéraires, Thèse de doctorat en Géographie, Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand-ii, 2016 : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01517269/document (consulté le 21/10/2021).

27 Aurore Bonniot & Hélène Blasquiet, « De l’œuvre aux lieux : la maison d’écrivain pour passerelle (France)», in Territoire en mouvement. Revue de géographie et aménagement, 31, 2016, https://www.researchgate.net/publication/309169129_De_l%27oeuvre_aux_lieux_la_maison_d%27ecrivain_pour_passerelle_France (consulté le 21/10/2021).

28 https://www.europapress.es/turismo/nacional/noticia-mas-160000-personas-visitaron-museo-casa-natal-Cervantès-alcala-henares-2014-20150317161527.html (consulté le 21/10/2021).

29 https://lalunadelhenares.com/las-cifras-de-visitantes-a-la-casa-de-Cervantès-estan-siendo-excelentes/ (consulté le 21/10/2021).

30 Aurore Bonniot, Imaginaire des lieux et attractivité des territoires…, op. cit., p. 150.

31 https://www.museosdeescritores.com/ (consulté le 21/10/2021).

32 https://www.granhotellaperla.com/ (consulté le 25/10/2021).

33 http://www.granadatur.com/rutas-tematicas/10-ruta-de-federico-garcia-lorca (consulté le 26/10/2021).

34 https://salamanca.es/es/fondo-armario/rutas/item/10867-huellas-de-teresa (consulté le 25/10/2021).

35 https://blog.hotelregio.com/ruta-por-salamanca-para-los-amantes-de-la-literatura/ (consulté le 26/10/2021).

36 Notons tout de même qu’avec le développement des adaptations de romans au cinéma ou dans des séries et mini-séries à la télévision ou sur les plateformes de streaming, il devient au fil du temps difficile de déterminer si c’est l’œuvre littéraire ou audiovisuelle qui attire le touriste sur le lieu décrit.

37 Ivanne Galant, « Quand la femme fatale devient patrimoine : représentations de la féminité dans le guide de voyage à Séville (France- Espagne, xix-xxe siècles) », Cyril Deves (dir.), La femme fatale, de ses origines à ses métamorphoses, Centre de recherche et d'Histoire Inter-médias de l'École Émile Cohl, 2020, p. 269-278.

38 https://www.valladolid.com/actividades/ruta-hereje#detalles (consulté le 21/10/2021).

39 https://www.terranostrum.es/turismo/ruta-del-hereje (consulté le 21/10/2021).

40 https://www.valladolid.com/actividades/tour-teatralizado-miguel-delibes (consulté le 21/10/2021).

41 http://www.rutaquijote.es/ (consulté le 22/10/2021).

42 Azorín, La ruta de Don Quijote. Castilla [1905], Madrid, EDAF, 1973, p. 29.

43 Idem, p. 41.

44 https://www.escapadarural.com/blog/wp-content/uploads/2015/10/Route_DQM_mapa_esp.pdf (consulté le 23/10/2021).

45 En 2012, le Comité Directeur de la Culture, du Patrimoine et du Paysage du Conseil de l’Europe a décidé de retirer à sept itinéraires, dont la Route de don Quichotte, le label Itinéraire Culturel du Conseil de l’Europe « étant donné que malgré les années de délai supplémentaires déjà accordées par le cdcult en 2008, 2009 et 2010 pour se mettre en conformité avec les critères, ces réseaux ne respectent toujours pas les dispositions de la Résolution Res(2007)12 du Comité des Ministres ou les critères énoncés à l’Annexe de la Résolution Res(2010)52 du Comité des Ministres » (https://rm.coe.int/090000168064a488) (consulté le 23/10/2021).

46 https://europaforum.public.lu/fr/actualites/2007/03/itineraire_eu/Itin__raires_1.pdf (consulté le 23/10/2021).

47 https://www.spain.info/es/ruta/don-quijote/ (consulté le 23/10/2021).

48 https://www.soria.es/es/actualidad/el-tren-campos-de-castilla-entre-las-mejores-ideas-turisticas-de-2012-para-actualidad (consulté le 24/10/2021).

49 https://www.efe.com/efe/castillayleon/turismo-naturaleza/soria-y-renfe-retoman-el-tren-turistico-campos-de-castilla/50000474-4624347 (consulté le 24/10/2021).

50 La saison 2020 devait voir le train Campos de Castilla devenir Tren de los poetas, avec un hommage rendu à Gustavo Adolfo Bécquer pour les 150 ans de sa mort, et à Gerardo Diego pour les 100 ans de son arrivée à Soria. Malheureusement, toutes les manifestations ont été annulées en raison des restrictions sanitaires liées à la pandémie de Covid-19.

51 Jean-Didier Urbain, dans L’idiot du voyage, explique que le train est un espace initiatique dans la mesure où personne, ni le voyageur ni l’employé, n’est chez lui. Tous sont contraints à une intimité partagée momentanément, ici autour d’un écrivain et d’une œuvre, ce qui amplifie la valeur des gestes et des regards. Paris, Plon, 1991.

52 Gonzalo Sanz Martín, La literatura como recurso turístico: el tren turístico como medio de difusión del turismo literario, Trabajo de fin de Grado en Turismo, Universidad de Valladolid, 2014, https://uvadoc.uva.es/bitstream/10324/5991/1/TFG-N.99.pdf (consulté le 05/10/2021).

53 https://www.elnortedecastilla.es/valladolid/201703/23/tren-jose-zorrilla-arrancara-20170323134941.html (consulté le 25/10/2021).

54 De par son étendue, la Route de Don Quichotte permet une dispersion des visiteurs ; la province de Soria a attiré, en 2019, 271.349 personnes, et la ville d’Antonio Machado n’est pas dans le trio de tête des destinations. https://www.elnortedecastilla.es/soria/crece-visitas-oficinas-20200109124635-nt.html (consulté le 24/10/2021).

55 Les deux autres volumes ont pour titre Legado en los huesos (2013) et Ofrenda a la tormenta (2014), tous deux aux Éditions Destino.

56 https://www.diariodenavarra.es/noticias/navarra/zona_norte_occidental/2013/09/28/baztan_contabiliza_incremento_del_turistas_verano_131519_1009.html (consulté le 24/10/2021).

57 https://www.deia.eus/cultura/2014/12/19/500000-ejemplares-vendidos-trilogia-baztan/408827.html (consulté le 24/10/2021).

58 https://elpais.com/cultura/2015/02/14/actualidad/1423928919_911256.html (consulté le 24/10/2021).

59 https://www.visitnavarra.es/es/valle-de-baztan (consulté le 24/10/2021).

60 http://www.expansion.com/directivos/2017/08/03/5982f443468aeb30408b45eb.html (consulté le 24/10/2021).

61 Idem.

62 John Urry, Sociologie des mobilités. Une nouvelle frontière pour la sociologie ?, Paris, Armand Colin, 2005, p. 64.

63 Camilo Eziagui, Los principios del turismo moderno, Editorial Planeta Venezolana, 2000, p. 55.

64 Miriam Sorriano procas & Antonio Terrón Barroso, «Cuando los estereotipos nacionales se convierten en marca: el caso del marketing turístico español», in Cuadernos de Turismo, n°47, 2021, p. 553.

65 https://www.20minutos.es/noticia/3241736/0/la-cnn-aconseja-evitar-barcelona-por-el-rechazo-de-los-vecinos-al-turismo/ (consulté le 24/10/2021).

66 C’est ce que Bruno Meyronin appelle « le soft-power », c’est-à-dire l’utilisation d’un rayonnement intellectuel, culturel, scientifique, pour nous littéraires : Marketing territorial, enjeux et pratiques, Paris, Vuibert, 2015.

67 Marta Magadán Díaz & Jesús Rivas García, Turismo literario, Oviedo, Septem Ediciones, 2011, p. 9.

68 https://www.lavanguardia.com/cultura/20160614/402488660381/crece-literatura-marca-barcelona.html (consulté le 24/10/2021).

69 Ibid.

70 https://www.mercerodoreda.cat/las-rutas-literarias (consulté le 24/10/2021).

71 Saskia Cousin, « Authenticité et tourisme », in Les Cahiers du Musée des Confluences, Revue thématique Sciences et Sociétés du Musée des Confluences, tome 8, 2011, p. 66.

72 Le roman, paru en 2006, a connu un grand succès. Traduit dans plus de 30 langues, il a été diffusé dans plus de 40 pays. https://www.turismoliterario.com/ruta-literaria-la-catedral-del-mar/ (consulté le 24/10/2021).

73 https://www.teguioenbarcelona.com/rutas/r13-la-catedral-del-mar/ (consulté le 24/10/2021).

74 Melchisedek Chétima, « Par ici l’authenticité ! », in Theoros, vol. 30, n°1, p. 44.

75 Gérard Beaudet, « Les routes touristiques à thème : entre marketing territorial et valorisation identitaire », in Theoros, 22-2, 2003, p. 4-9.

76 https://www.tourmag.com/Le-surtourisme-amplification-mediatique-mais-enjeux-reels_a102388.html : « Le surtourisme s’applique sur un territoire lorsque les flux touristiques excèdent la capacité de charge socio-physique d’un espace dans un contexte précis et que cette situation provoque des réactions chez les populations résidentes » (consulté le 24/10/2021).

77 Surnom de Manolo Reyes, protagoniste de Últimas tardes de Teresa de Juan Marsé (1966).

78 https://www.lavanguardia.com/cultura/20160614/402488660381/crece-literatura-marca-barcelona.html (consulté le 24/10/2021).

79 https://www.responsibletravel.com/copy/overtourism-in-barcelona (consulté le 24/10/2021).

80 https://www.barcelonaturisme.com/wv3/es/enjoy/105/rutas-literarias-de-barcelona-y-resto-de-cataluna-.html (consulté le 24/10/2021).

81 http://www.libropatas.com/listas/9-ciudades-para-hacer-turismo-literario-en-espana-nada-mainstream/ (consulté le 24/10/2021).

82 Jean-Didier Urbain, L’idiot du voyage, op. cit., p. 93.

83 Rubén Pérez Redondo: «Un viaje desde lo imaginario a lo real. Una aproximación al perfil del turista literario en España», Methaodos, Revista de Ciencias Sociales, 5 (1), 2017, p. 119-129.

84 Marta Magadán Díaz & Jesús Rivas García, Turismo literario, op. cit., p. 180.

85 Chiffres de 2021, constatés sur les sites internet officiels des organisateurs.

86 Ce circuit porte le nom de Noche de Max Estrella, et a lieu chaque année au mois de mars ou avril. Malheureusement, en raison de la crise sanitaire, les éditions 2020 et 2021 ont été annulées, ce qui est particulièrement dommage pour l’édition de 2020 qui marquait le centenaire de la publication de la pièce de théâtre. Lors de ce circuit, un hommage est rendu à Mariano José de Larra, Calderón de la Barca, Lope de Vega ou encore Benito Pérez Galdós : https://www.circulobellasartes.com/espectaculos/noche-max-estrella-2020/ (consulté le 26/10/2021).

87 Nicola J. Watson, The literary tourist, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2006.

88 Melchisedek Chétima, « Par ici l’authenticité ! », art. cit., p. 44.

89 https://www.cultruta.com/portfolio/bcn-carlos-ruiz-zafon/ (consulté le 24/10/2021).

90 https://elpais.com/diario/2010/08/29/eps/1283063208_850215.html (consulté le 24/10/2021).

91 https://www.turismoalcala.es/wp-content/uploads/2019/06/web_GUIA-RUTA-LITERARIA.pdf (consulté le 25/10/2021).

92 https://www.abc.es/viajar/top/abci-castillos-y-palacios-espana-cargados-misterio-donde-leyendas-mezclan-realidad-202010310256_noticia.html (consulté le 25/10/2021).

93 Hécate Vergopoulos, Tourisme et curiosités. Approche communicationnelle du légendaire dans les guides de voyage imprimés, Thèse de doctorat en Communication, Université d’Avignon et des pays de Vaucluse/Université du Québec (Montréal), 2010 : https://doi.org/10.4000/tourisme.519 (consulté le 25/10/2021)

94 C’est à Torrubia qu’est née Casta Esteban, l’épouse de Gustavo Adolfo Bécquer ; sa maison natale est devenue un musée et une étape de la Ruta literaria Bécquer bien que le village ne soit pas évoqué dans ses légendes ou poèmes. https://guiadesoria.es/soria-y-provincia/pueblos-de-soria/502-torrubia-de-soria.html (consulté le 25/10/2021).

95 Le village de Noviercas n’est pas un lieu évoqué dans une légende de Bécquer, mais c’est là qu’il résida et qu’il rédigea La corza blanca en 1863. La résidence du couple Bécquer a été conservée et le village consacre également à l’écrivain un espace muséal. https://guiadesoria.es/soria-y-provincia/pueblos-de-soria/379-noviercas.html (consulté le 25/10/2021).

96 https://guiadesoria.es/patrimonio/rutas-culturales/922-ruta-de-becquer.html (consulté le 25/10/2021).

97 https://www.visitnavarra.es/documents/8191683/8202067/Brujer%C3%ADa.pdf/b1c7921b-496c-fb5d-a5eb-853151e376ec?t=1614844381514 (consulté le 25/10/2021).

98 http://www.soycordoba.es/evento/cordoba-legendaria-ruta-cordoba-encantada-la-axerquia/ (consulté le 25/10/2021).

99 https://www.dondeviajamos.com/leyendas-y-misterios-de-salamanca/ (consulté le 25/10/2021).

100 https://rutasporetapas.com/es/ruta/trekking/caminos-condes-princesas-guerreros-montsant ; le texte publicitaire indique : « Si queremos atrapar y sentir con plenitud estos caminos hará falta trasladar nuestra imaginación al siglo xii, en un contexto medieval marcado por las batallas populares entre moros y cristianos, y dejarnos seducir por el legendario que explica la conquista del reino moro de Siurana y la creación del pueblo de Cornudella por parte del Condado de Prades.» (consulté le 25/10/2021).

101 https://www.visitnavarra.es/documents/8191683/8202067/Brujer%C3%ADa.pdf/b1c7921b-496c-fb5d-a5eb-853151e376ec?t=1614844381514 (consulté le 25/10/2021).

102 Nous pouvons citer, parmi les plus récents : Ángel Santos vaquero, Entre pueblos y leyendas: provincia de Toledo, Toledo, Azacanes, 2001, 370 p. ; Javier Mateo y Álvarez de toledo & Luis Rodríguez Bausá, La vuelta a Toledo en 80 leyendas, Toledo, Toletum Revolutum Ediciones, 2007 ; Juan Carlos Pantoja Rivero & Joaquín García Sánchez Beato, Paseos por las leyendas de Toledo, una guía en los límites de lo real, Madrid, Imágica Ediciones, 2015, 290 p.

103 http://www.elperiodicoextremadura.com/noticias/caceres/europa-impulsa-plan-rutas-mitos-leyendas-agua-provincia-caceres_854978.html (consulté le 25/10/2021).

104 http://clusterturismoextremadura.es/prensa/data/news/232/docs/1422879379.pdf (consulté le 25/10/2021).

105 https://www.periodistadigital.com/cultura/religion/20160114/sesenta-empresarios-turisticos-participan-conferencia-final-proyecto-laqua-noticia-689401186778/ (consulté le 25/10/2021).

106 Sergio Del Molino, La España vacía. Viaje por un país que nunca fue, Madrid, Turner, 2016, p. 66.

107 https://www.expansion.com/extremadura/2018/01/15/5a5cd748268e3e40758c024c.html (consulté le 25/10/2021).

108 Rien que l’existence du site est déjà le fruit d’une légende prétendant que, lors de la mort de Jésus, d’émotion le sol s’est soulevé pour former la montagne. La construction du monastère serait due à la découverte d’une statue de la Vierge noire, la Moreneta, impossible à déplacer.

109 Aurore Bonniot, Imaginaire des lieux et attractivité des territoires…, op. cit., p. 217.

110 L’idiot du voyage, op. cit., p. 171.

111 https://www.juntadeandalucia.es/cultura/agendaculturaldeandalucia/evento/ruta-triana-historia-y-leyenda (consulté le 25/10/2021).

112 https://www.cordobaviva.com/ES/actividad/el-valle-del-guadalquivir-historias-y-leyendas/102/permanente (consulté le 25/10/2021).

113 https://burgosturismo.org/visita/individuales/burgos-de-leyenda/ (consulté le 25/10/2021).

114 Idem.

115 https://turismosomontano.es/es/propuestas/rutas-en-coche/ruta-piedras-de-leyenda (consulté le 25/10/2021).

116 http://www.guiasartea.com/package/bilbao-leyenda-visita-guiada-nocturna/ (consulté le 25/10/2021).

117 Ibid.

118 Antonio Puente Mayor, Guía de la España histórica, legendaria y misteriosa, ed. Almuzara, Córdoba, 2017, https://www.casadellibro.com/libro-guia-de-la-espana-historica-legendaria-y-misteriosa/9788417229016/5996056 (consulté le 25/10/2021).

119 Anxo Rial, Galicia: Rutas con leyenda, Bilbao, ed. SUA, 2017 : https://www.casadellibro.com/libro-galicia-rutas-con-leyenda/9788482166308/5221680 (consulté le 25/10/2021).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christelle Schreiber-Di Cesare, « La littérature et la légende comme motifs touristiques en Espagne au xxie siècle »Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 27 | 2021, mis en ligne le 27 janvier 2022, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ccec/12648 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccec.12648

Haut de page

Auteur

Christelle Schreiber-Di Cesare

Université de Lorraine (Nancy)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search