Navigation – Plan du site

AccueilCahiers de civilisation espagnole...29Mémoires, thèses et habilitationsGenre et travail. L'insertion par...

Mémoires, thèses et habilitations

Genre et travail. L'insertion par le travail des exilées républicaines Espagnoles en France (1936-1956)

Género y trabajo. La inserción por el trabajo de las exiliadas republicanas en Francia (1936-1956)
Gender and Labour. The Labour Insertion of Spanish Republican women in France (1939-1956)
Rocío Negrete Peña

Texte intégral

1Cette thèse de doctorat a été préparée sous la direction, en cotutelle, de Mme Alicia Alted Vigil (UNED, Madrid) et M. Jesús Alonso Carballés (Université Bordeaux Montaigne) et soutenue à Madrid le 17 juin 2022. Elle porte sur l'insertion professionnelle des femmes de l'exil républicain en France entre 1936 et 1956. Sur la base des catégories analytiques du genre et du travail, l'objectif a été d'examiner en profondeur certains des aspects déterminant l'expérience d'exil des femmes qui ont fui l'Espagne en raison de la guerre et de la répression franquiste et se sont installées dans le pays voisin.

2Pour ce faire, on est parti de cinq hypothèses de départ. Premièrement, l'existence de vastes trajectoires de travail qui lieraient les expériences et le travail en Espagne (surtout pendant la guerre) à l'exil. Ensuite, la nécessité pour les exilé(e)s républicain(e)s espagnol(e)s de s'adapter aux besoins en main-d'œuvre de la France et à ses politiques migratoires. De même, l'observation de la perpétuation et de la reproduction en exil des mécanismes idéologiques d'exclusion des femmes du marché du travail, comme l'utilisation du terme « sus labores » ou « sans profession » pour définir une activité de manière imprécise. Quatrièmement, l'utilité des théories de l'intersectionnalité dans l'analyse de la construction de l'identité des travailleuses en exil. Et enfin, l'importance du travail comme outil d'intégration dans le pays d'accueil.

3On a choisi de placer cette recherche tout au long de deux décennies, entre 1936 et 1956. D’un côté, 1936 est l’année où le déclenchement de la guerre en Espagne a provoqué les premières vagues d'exilés dans le pays voisin. De l’autre, en 1956 la nouvelle situation diplomatique entre l'Espagne et la France a permis le début d'un nouveau cycle migratoire. Cependant, afin d'établir un lien entre cet exil et la migration de masse des années 1950 et 1960, nous avons prolongé la date de clôture.

4Retracer les multiples implications de l'exil républicain espagnol pour les femmes et leur insertion sur les marchés du travail en France implique une combinaison de sources administratives provenant de différents acteurs (États, organisations internationales et structures politiques), ainsi que de sources testimoniales. D'une part, la préservation et la publication de témoignages, mémoires ou autobiographies de femmes espagnoles exilées au cours des dernières décennies nous offrent un point de vue indispensable pour la reconstruction de l'histoire de l'exil républicain dans une perspective de genre et avec une attention particulière à leurs préoccupations quotidiennes : travail et foyer, famille et émotions. À cette fin, nous avons consulté des mémoires et des autobiographies, des recueils de témoignages, des journaux intimes, des correspondances privées et des entretiens oraux.

5D'autre part, bien qu'il faille garder à l'esprit qu'un sujet comme le travail féminin se caractérise par son opacité dans la plupart des documents officiels, les sources administratives montrent les contradictions des politiques du travail. Ainsi, l'augmentation des contrôles administratifs sur la population et la surveillance des mouvements migratoires ont conduit à la multiplication de la production documentaire sur ces sujets. De leur côté, l'action centrale des partis politiques et des organisations d'aide en exil constitue également une mine d'informations sur les réfugié(e)s « ordinaires ». Ainsi, pour cette recherche, nous avons visité 17 centres d’archives et de documentation différents entre l'Espagne et la France.

6Avec ces perspectives, nous avons abordé la question du genre et du travail dans l'histoire des femmes républicaines espagnoles exilées en France et de leur insertion professionnelle en suivant un critère chronologique et en divisant notre propos en quatre grands chapitres. Dans un premier chapitre, on s'est interrogé sur les représentations et horizons des femmes travailleuses en Espagne ainsi que sur les spécificités de genre de l'exil républicain espagnol et les politiques d'accueil et d'utilisation économique menés par les autorités françaises. Dans un second temps, les expériences d'internement des femmes dans les différentes structures d'accueil ont fait ressortir l'importance des activités menées en leur sein. Nous avons examiné également le travail des organisations d'aide humanitaire qui ont opéré dans ces espaces et aussi les possibilités pour les femmes d'émigrer vers un pays tiers (notamment le Mexique) et avons analysé leurs chances d'intégration. Le troisième chapitre montre comment les trajectoires des femmes espagnoles en France durant ces années sont marquées, en dehors des espaces d'internement, par le besoin de démontrer la maîtrise de leurs propres ressources, essentiellement par l'obtention d'un contrat de travail ou le regroupement familial. Leur devenir entre 1939 et 1945 a également été déterminé par l'expérience de la guerre et de l'occupation allemande. Finalement, le quatrième chapitre explicite comment la fin de la guerre en France a signifié le début d'une nouvelle période historique. Dans cette période, on analyse l’incidence pour les femmes exilées espagnoles de l'acquisition du statut de réfugié(e) politique, le renoncement au retour en Espagne, et l'accélération du processus d'intégration grâce à des outils clés comme le travail et l'éducation. À partir de la deuxième moitié des années 1950, la composition de la communauté espagnole en France a changé avec le début d'une nouvelle vague massive d'émigration de travail, où les femmes ont tenu un rôle décisif.

7En conclusion, cette thèse de doctorat a abordé l'évolution de l'exil républicain espagnol en France du point de vue de l'expérience des femmes, des relations de genre, en ayant comme fil conducteur le thème du travail et de l'insertion professionnelle. À cette fin, nous avons suivi l'évolution de la situation administrative, matérielle et émotionnelle de ces hommes et, surtout, de ces femmes, entre 1936 et 1956. La centralité du travail comme axe analytique et discursif nous a permis d'approfondir une voie suivie ces dernières années par l'historiographie française et espagnole dans le but de mettre en évidence l'agentivité féminine de l'exil républicain espagnol. Nous pensons qu'elle a été une perspective très utile pour mettre en évidence certains des aspects les moins étudiés et, en même temps, pour dresser un portrait fidèle et complet de ces expériences et de leurs protagonistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rocío Negrete Peña, « Genre et travail. L'insertion par le travail des exilées républicaines Espagnoles en France (1936-1956) »Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 29 | 2022, mis en ligne le 24 octobre 2022, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ccec/13903 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccec.13903

Haut de page

Auteur

Rocío Negrete Peña

UNED, Madrid (Espagne)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search