Navigation – Plan du site
Études
Miscellanées

Du Finis Hispaniae à l’Espagne du Plus Ultra, l’hispano-américanisme comme instrument de régénération nationale

De Finis Hispaniae a la España del Plus Ultra, el hispanoamericanismo como instrumento de regeneración nacional
David Marcilhacy

Résumés

Apparu au moment de l’effondrement de l’empire ultramarin espagnol, symbolisé par le Finis Hispaniae lancé en 1895 par Chamberlain, le courant hispano-américaniste surgit au sein du régénérationnisme comme l’un des discours les plus cohérents pour moderniser l’Espagne en l’ouvrant à l’Amérique tout en renouant avec un discours valorisant sur son passé et son identité collective. Entre le programme réformiste ouvertement libéral et pragmatique porté dès l’orée du siècle par Rafael Altamira et les manifestations de l’américanisme officiel qui s’impose sous la dictature de Primo de Rivera – symbolisées par le vol transatlantique de l’hydravion Plus Ultra ou par l’Exposition Ibéro-américaine –, la trajectoire de l’américanisme espagnol reflète les ambigüités d’une nation en quête de reconnaissance internationale et déchirée par un impossible consensus sur les voies de sa modernisation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 * Cet article est une version développée d’une étude publiée dans le numéro 382 de la Revue des Lan (...)

1La crise de 1898, provoquée par la défaite cinglante de la marine espagnole à Santiago de Cuba et à Cavite aux Philippines, a-t-elle signifié pour autant l’abandon par l’Espagne de toute velléité impériale ? Cet événement a-t-il conduit ce pays à se repenser comme État-nation en renonçant au modèle de l’Espagne « des deux mondes » (la España de ambos mundos), qui prévalait depuis les Cortès de Cadix ? Loin d’avoir été le signe d’une décadence et d’un retrait irréversibles de l’Espagne, la crise fin-de-siècle correspond en réalité à une période d’effervescence où se dessinent et prennent forme différents projets de modernisation qui interrogent la place de l’Espagne sur la scène internationale. C’est aussi l’occasion pour le pays de reconsidérer son modèle de construction nationale, la perte de l’empire opérant comme un révulsif pour repenser la nation, pour envisager son imbrication avec l’État, sa cohérence interne et sa projection extérieure. Dans ce contexte, l’Europe, la Méditerranée mais aussi l’Amérique constituent des miroirs dans lesquels l’Espagne projette ses ambitions universalistes et la conscience de sa propre singularité1.

  • 2 David Marcilhacy, Une histoire culturelle de l’hispano-américanisme (1910-1930) : l’Espagne à la re (...)

2Ces pages sont consacrées à l’étude d’un courant, l’hispano-américanisme, qui justement se développe à la suite de la perte de Cuba et qui peu à peu s’installe dans le paysage politique et culturel espagnol au cours des premières décennies du XXe siècle2. Apparu dès le milieu du XIXe siècle mais prenant son envol dans le sillage du régénérationnisme, l’hispano-américanisme recouvre plusieurs réalités. Il constitue tout à la fois un courant de pensée intellectuel et politique, un mouvement porté par des associations très implantées localement, une campagne d’opinion menée par voie de presse, mais c’est aussi un programme de réformes à destination des gouvernants, ou encore un discours sur la nation espagnole et son rôle dans le monde, support de politiques mémorielles et de mobilisations collectives. C’est dire combien il est difficile de l’appréhender sans en effacer la complexité, tant idéologique que fonctionnelle.

3Notre propos visera ici à resituer ce courant dans son contexte historique et à voir quelles ont été les conditions qui ont permis son émergence et sa diffusion progressive. Il s’agira aussi d’aborder l’hispano-américanisme comme le vecteur de projets politiques rivaux pour régénérer l’Espagne, et ainsi de voir que, derrière les convergences apparentes du discours, se sont affrontées des visions difficilement conciliables sur la nation et le modèle politique et social qui lui correspond.

« Crise de 98 » et désastre colonial : l’Espagne à l’heure de la régénération

  • 3 Juan Pan-Montojo (coord.), Más se perdió en Cuba. España, 1898 y la crisis de fin de siglo, Madrid, (...)
  • 4 Ramiro de Maeztu, Hacia otra España, Bilbao, Biblioteca Bascongada de Fermín Herrán, 1899 ; Ricardo (...)

4La défaite coloniale de 1898, qui a signifié la perte définitive des derniers pans de l’empire colonial espagnol, est à l’origine de ce que l’on appelle la « littérature de 98 », où ont fleuri les productions sur une Espagne prostrée, malade ou même moribonde3. Cette époque est passée à la postérité comme celle du « Désastre », mais c’est avant tout une construction intellectuelle et journalistique. La capitulation face aux États-Unis a été vécue comme une humiliation par les élites et a donné lieu à une campagne d’opinion sur les responsabilités de la défaite et les causes plus profondes d’une prétendue décadence de l’Espagne. La déroute de la marine espagnole est donc à situer dans une crise fin-de-siècle plus diffuse et multiforme, où émerge une génération d’écrivains et d’intellectuels désireux d’apporter des réponses à ce qu’ils analysent comme les maux de la société espagnole. On assiste alors à un mouvement d’introspection qui permet une prise de conscience des ratés du développement espagnol. Imprégnés des philosophies sociales organicistes alors en vogue, nombre d’écrivains appliquent le diagnostic d’une pathologie aux symptômes qu’ils observent : sous la plume d’auteurs comme Maeztu, Costa ou Macías Picavea, l’Espagne apparaît comme l’homme malade de l’Europe, affligé par des maux qui appellent un remède4.

  • 5 Ces mutations interviennent dans la période que l’historien britannique Eric Hobsbawm a définie com (...)
  • 6 Rosa María Pardo Sanz, « España ante el conflicto bélico de 1914-1918: ¿Una espléndida neutralidad? (...)
  • 7 Lily Litvak, Latinos y anglosajones. Orígenes de una polémica, Barcelona, Puvill, 1980.
  • 8 Rosario de la Torre, Inglaterra y España en 1898, Madrid, Eudema, 1988, p. 198-203. Voir aussi José (...)

5Leur analyse établit que la crise n’est pas que politique, mais plus profonde et qu’elle touche aux fondements mêmes de la société. La perte de l’empire ravive les craintes d’un déclassement de l’Espagne sur l’échiquier international. Elle intervient dans un contexte de redistribution des influences coloniales, où se constituent les grands empires coloniaux français, britannique et hollandais, mais aussi, dans une moindre mesure, allemand, italien, belge ou même portugais5. Face à ces dynamiques expansionnistes, l’Espagne est sur le reflux. Or ce retrait relatif s’ajoute à l’isolement du pays au niveau des alliances européennes qui se dessinent dans l’avant-guerre6. Sous l’effet des théories évolutionnistes postulant la hiérarchie des peuples et des « races » humaines, ces mutations des équilibres géopolitiques sont lues en termes culturels, comme le signe d’une infériorité des peuples latins – dont l’Espagne – face à la réussite des Anglo-Saxons7. C’est dans ce contexte que l’on comprend la résonnance de déclarations qui ont alors cours outre-Manche, lorsque le ministre des Colonies Joseph Chamberlain parle du Finis Hispaniae à la veille de la Guerre de Cuba (1895) ou quand le Premier ministre Lord Salisbury évoque l’Espagne comme l’exemple type des « nations moribondes » (dying nations) en mai 18988.

  • 9 Joaquín Costa, Oligarquía y Caciquismo como la forma actual de gobierno en España: urgencia y modo (...)
  • 10 Voir, par exemple, le livre d’Eduardo Zamacois, Europa se va, Barcelona, Martínez y Calvet, 1913. S (...)
  • 11 Federico Olóriz, « EI analfabetismo en España », Boletín de la Institución Libre de Enseñanza, 30/0 (...)

6Mais la crise fait émerger d’autres questions. Au-delà des enjeux internationaux, le pays est confronté à une crise de son modèle social et politique. Quelque quinze ans après la mise en place du système du turno político, Joaquín Costa fait une analyse sans concession des dérives du système de la Restauration, qui faussent la représentativité parlementaire et font reposer tout l’édifice institutionnel sur une fiction mise au service d’une minorité9. Ces mêmes structures oligarchiques sont un frein à la modernisation de l’agriculture, dont les rendements sont très faibles, et elles contreviennent à l’effort nécessaire d’industrialisation. La société espagnole accuse aussi un retard démographique face à ses voisins européens, la population stagnant en 1900 à un peu plus de 18 millions d’habitants, face aux 40 millions de la France. L’émigration de masse, notamment vers l’Amérique, est généralement analysée comme le signe du déclin10. L’analphabétisme, qui atteint 68 % à l’orée du siècle11, complète ce panorama pessimiste et fait de l’éducation l’une des urgences pour le redresser le pays, au même titre que la réforme des pratiques politiques.

  • 12 Joaquín Costa, Reconstitución y europeización de España: programa para un partido nacional, Madrid, (...)
  • 13 Víctor Morales Lezcano, El colonialismo hispanofrancés en Marruecos (1898-1927), Madrid, Siglo Vein (...)

7Face à ces constats, un certain nombre d’intellectuels formulent des propositions qui visent à relever ces différents défis et explorent les voies de la réforme. Ce courant hétéroclite qui émerge au tournant du siècle est connu sous le nom de régénérationnisme. Si toutes ont pour but de régénérer le pays, les solutions avancées constituent de fait un catalogue très hétérogène, où se côtoient les projets ancrés dans la réalité sociale et les remèdes qui tiennent de la panacée. Parmi les options envisagées, certaines interrogent justement la place et le rôle de l’Espagne dans le concert international. L’une des voies est l’européisation avancée par le même Joaquín Costa12, appelant l’Espagne à s’inspirer du modèle de développement des grands pays européens. Mais parallèlement à cet impératif, d’autres voies complémentaires sont explorées, qui postulent que, pour se relever, le pays doit projeter ses énergies à l’extérieur, à la conquête de nouveaux marchés et zones d’influence. Ainsi en est-il de l’option d’expansion ver le sud, essentiellement tournée vers le Maroc (dont l’africanisme sera l’une des manifestations13), mais aussi de la politique de projection vers l’Atlantique.

L’hispano-américanisme : initiative locale et portée nationale

  • 14 Sur l’américanisme régénérationniste, voir : Frederick B. Pike, Hispanismo, 1898-1936. Spanish Cons (...)
  • 15 « Las universidades españolas y la cultura americana », dans Rafael Altamira, Cuestiones hispano-am (...)
  • 16 José Martí, « Nuestra América », La Revista Ilustrada (Nueva York), 10/01/1891 ; Rubén Darío, Españ (...)

8C’est précisément cette dernière que défend le courant hispano-américaniste. Apparu dans la mouvance régénérationniste, il constitue l’un des discours les plus cohérents pour moderniser l’Espagne en l’ouvrant à l’Amérique, tout en renouant avec un discours valorisant sur son passé et son identité collective14. Ses promoteurs constatent qu’après les indépendances hispano-américaines, l’Espagne a tourné le dos à ses anciennes colonies, étendant sur près de soixante ans le lent et laborieux processus de reconnaissance des nouvelles républiques permettant d’établir des liens diplomatiques (1836-1894). Pourtant, le pays dispose là d’une zone d’influence potentielle qui lui est naturellement favorable, étant donné le passé commun, la langue en partage et les affinités d’ordre culturel ou moral liées au processus d’hybridation qui a eu cours pendant la colonisation à travers l’éducation, la religion, les institutions, etc. Pour Rafael Altamira, l’un des pionniers du courant américaniste espagnol, la perte de l’empire permet paradoxalement de renouer avec l’Amérique : loin d’être un obstacle, c’est une opportunité à saisir, dans la mesure où l’Espagne n’est plus considérée comme une puissance coloniale disposée à – ou même capable de – reconquérir ses anciennes possessions15. Or la menace est désormais incarnée par la puissance ascendante des États-Unis, ce Coloso del Norte dont les tendances expansionnistes sont dénoncées par les plus grandes plumes latino-américaines du moment, telles que José Martí, Rubén Darío ou José Enrique Rodó, inquiètes pour l’intégrité de leurs pays16. Elle-même victime de cet impérialisme, l’Espagne d’après 1898 peut profiter de ce retournement des consciences, qui semble effacer l’hispanophobie dominante du premier siècle des indépendances, pour entamer une politique de rapprochement avec les pays hispaniques, placée sous le signe de la cordialité et de la réconciliation.

  • 17 Mark J. Van Aken, Pan-Hispanism. Its Origin and Development to 1866, Berkeley-Los Angeles, Universi (...)
  • 18 Les « Fiestas colombinas » ont lieu chaque mois d’août, en commémoration du départ de l’expédition (...)
  • 19 Salvador Bernabeu Albert, 1892: el Centenario del Descubrimiento de América en España. Coyuntura y (...)
  • 20 Isabel García-Montón G. Baquero, “El Congreso Social y Económico Hispano-Americano de 1900: Un inst (...)
  • 21 Congreso Social y Económico Hispano-Americano reunido en Madrid el año 1900, Madrid, 1902, 2 vols.

9Héritier du panhispanisme qui s’était développé dans certains milieux diplomatiques et intellectuels au cours des décennies 1850-186017, l’hispano-américanisme réapparaît dans les années 1880 à travers deux associations qui concentrent dans un premier temps les initiatives : la Real Sociedad Colombina Onubense, basée à Huelva, dont la mission première est de commémorer l’expédition de Colomb en faisant du monastère de La Rábida et du port de Palos des lieux de mémoire accueillant des festivités annuelles18 ; l’autre association est la Unión Ibero-Americana, créée en 1885 à Madrid, et qui va constituer la principale agence de l’américanisme espagnol jusqu’à la Seconde République, accueillant en son sein des hommes politiques de premier plan aussi bien que des diplomates, des écrivains et des journalistes réputés. On doit à cette dernière les premières réalisations en matière américaniste, comme l’organisation en 1892 du IVe centenaire de la Découverte de l’Amérique, auquel participent des délégations en provenance de toute l’Amérique latine19. Mais l’action des américanistes ne s’en tient pas aux commémorations, car elle vise à asseoir le rapprochement hispano-américain sur une coopération effective, à travers un renouveau des relations commerciales, culturelles, éducatives et diplomatiques. C’est ainsi que la Unión Ibero-Americana est chargée en 1900, seulement deux ans après le « Désastre », d’organiser le Congrès Social et Économique Hispano-Américain de Madrid20. Cette assemblée réunissant des délégués de toutes les républiques hispano-américaines, constitue une première occasion de passer en revue tous les domaines à même de relancer les échanges transatlantiques, en créant les conditions morales, juridiques et matérielles qui y contribueront. Les transports maritimes, l’émigration, la politique du livre, les échanges universitaires, l’homologation des diplômes, les droits de douane, etc., on le voit, ce courant ancre son projet sur des réalités très concrètes et propose des réformes susceptibles de rassembler toutes les forces vives de la société21.

  • 22 Rafael Altamira, Mi viaje a América (libro de documentos), Madrid, G. López del Horno, 1911.

10D’emblée l’hispano-américanisme se veut d’ailleurs apartisan et rassemble des figures provenant aussi bien des partis dynastiques conservateur et libéral (Cánovas del Castillo, Mariano Cancio Villaamil, Faustino Rodríguez San Pedro, Segismundo Moret…) que du républicanisme (Juan Valera, Emilio Castelar, Rafael María de Labra, Rafael Altamira…). Sa diffusion dans la sphère culturelle et politique espagnole est due à l’action pionnière de représentants du monde universitaire et de la bourgeoisie commerciale, à l’implication active d’associations à vocation culturelle et de collectifs de migrants installés en Amérique. On soulignera en particulier le rôle d’un groupe d’éminents professeurs de l’Université d’Oviedo. Issus du réformisme progressiste et influencés par le krausisme et la Institución Libre de Enseñanza, le Groupe d’Oviedo défend un programme de réforme pédagogique qui s’insère dans un projet plus global de modernisation de la société espagnole. L’une des clefs de cette rénovation est le contact avec les jeunes républiques américaines, modèles de sociétés hispaniques qui ont entamé leur processus de modernisation en s’ouvrant aux influences extérieures en provenance d’Europe et d’Amérique du Nord. L’Université d’Oviedo finance ainsi deux missions de propagande à travers l’Amérique latine que réalisent l’historien Rafael Altamira en 1909 et le juriste Adolfo González Posada en 1910. Qualifié d’authentique « ambassade culturelle » étant donné son énorme retentissement, le voyage d’Altamira est l’occasion de donner une série de conférences dans les grandes universités du continent, mais aussi de faire connaître auprès des intellectuels, des faiseurs d’opinion et des autorités locales cette « jeune Espagne » qui est en train d’émerger autour de la science et des nouvelles pédagogies22.

  • 23 Voir La Casa de América (Asociación internacional ibero-americana). Orientación, estructura y organ (...)

11Peu à peu ces initiatives d’abord éparses trouvent un écho dans la presse espagnole et, en ce sens, le voyage d’Altamira marque un tournant, le professeur étant d’ailleurs reçu en audition à son retour par le jeune monarque Alphonse XIII. Dans les années 1910, apparaît une seconde génération d’associations américanistes qui traduit la diffusion croissante de ce courant dans toute l’Espagne. Là encore, on remarquera la forte implantation locale et régionale de ces associations, qui naissent dans les bassins directement intéressés par un renforcement des liens avec l’Amérique hispanophone. Les grands centres industriels et commerciaux tels que le Pays basque et la Catalogne en premier lieu : après le centre de la Unión Ibero-Americana en Biscaye, fondée en 1906 par l’industriel Julio de Lazúrtegui, c’est la Casa de América qui voit le jour à Barcelone en 1911, une entité rapidement très active qui rassemble un grand nombre d’entrepreneurs et de notables catalans proches de la Lliga Regionalista et de l’organisation patronale Fomento del Trabajo Nacional (José Puigdollers Macià, Federico Rahola Trèmols et Rafael Vehils, entre autres)23. Madrid n’est pas en reste, puisqu’en 1911 y est créée une seconde association, le Centro de Cultura Hispanoamericana, dirigée par Luis Palomo, un proche de José Canalejas au sein du Parti Libéral. D’autres régions sont concernées, telle que l’Andalousie et Cadix où, sous l’impulsion de son maire Cayetano del Toro, est fondée la Real Academia Hispano Americana de Ciencias y Artes en 1910. Dans le cas de l’Andalousie, les liens historiques avec l’Amérique expliquent cet intérêt pour l’américanisme. À La Corogne, berceau de la Casa América-Galicia (1920), l’émergence de ce courant est à relier au fort courant d’émigration qui touche tout particulièrement les régions du nord de l’Espagne. Les émigrés installés en Amérique constituent d’ailleurs des agents essentiels pour l’œuvre de rapprochement hispano-américain, non seulement à travers leur rôle au sein des associations régionales qui les regroupe outre-Atlantique (tels que le Centro Gallego, le Centro Asturiano, le Centro Leonés, le Centro Vasco, etc.), mais aussi parce qu’ils contribuent amplement au développement de leurs régions d’origine grâce aux investissements et aux dons des indianos qui sont parvenus à s’enrichir.

12Toutes ces associations américanistes publient des revues et font un travail de terrain pour imprégner les consciences, si bien qu’au cours de la décennie 1910 l’hispano-américanisme se consolide comme courant d’opinion à l’échelle nationale.

L’américanisme face à la Grande Guerre : une opportunité ratée ?

  • 24 Sur le rôle de l’Espagne pendant la Première Guerre mondiale, on consultera : Fernando García Sanz, (...)
  • 25 Rafael Altamira, España y el programa americanista, Madrid, Editorial-América, 1917.
  • 26 Véase por ejemplo: Federico Rahola

13Ce succès relatif en termes d’audience s’explique aussi par les bouleversements géopolitiques dans lesquels l’Espagne est alors plongée. L’éclatement de la Première Guerre mondiale marque un tournant dans le déploiement de l’hispano-américanisme. Dès l’été 1914, le gouvernement espagnol opte pour la neutralité, conscient à la fois des profondes divisions qui parcourent la société entre germanophilie et francophilie (aliadofilia) et de la faiblesse de son armée au regard de ses voisins24. Les effets de la guerre se font pourtant rapidement sentir. Avec l’effort de guerre, les pays belligérants limitent le commerce extérieur et le cours des matières premières et des denrées alimentaires s’envole. Cependant, beaucoup voient aussi dans le conflit mondial une fenêtre d’opportunité pour l’économie espagnole, et notamment pour développer le commerce maritime transatlantique. Privée de ses concurrents traditionnels pris dans la spirale de la guerre – Grande Bretagne, France et Allemagne en tête –, l’Espagne peut miser sur sa neutralité pour gagner des parts de marché en Amérique latine, même si le commerce des nations neutres est bientôt lui aussi affecté par les attaques de sous-marins allemands. C’est tout le sens de la campagne que Rafael Altamira entreprend en 1916, lorsqu’il élabore un programme d’action américaniste très concret à destination des partis de gouvernement25. Des initiatives similaires surgissent, visant à présenter aux autorités un catalogue de mesures pratiques et urgentes à adopter, notamment en Catalogne à l’initiative de la Casa de América26.

  • 27 David Marcilhacy, « España y América latina ante la Gran Guerra: el frente de los neutrales », dans (...)

14Mais la convergence avec les républiques latino-américaines au moment de la guerre n’est pas qu’un signe d’opportunisme commercial. Il traduit aussi l’intérêt bien compris des diplomaties des principaux pays neutres pour défendre leur position et leurs prérogatives. C’est plus encore le cas à partir de 1917, quand les États-Unis entrent en guerre et appellent les républiques du sous-continent à faire de même, au nom de la solidarité panaméricaine. Ce tournant dans le cours du conflit et l’option que suit chacune des républiques sont des indicateurs des dynamiques régionales en termes d’adhésion et de résistance à l’hégémonie nord-américaine. Dès lors, pour les républiques latino-américaines, ne pas entrer en guerre est moins une manifestation de proximité avec les empires centraux que l’affirmation d’une volonté d’autonomie du monde hispano-américain face à leur puissant voisin du nord. Ainsi les six pays qui maintiendront leur neutralité jusqu’au bout du conflit ont tous été récemment confrontés à l’expansionnisme étasunien (la Colombie et le Mexique) ou sont en position de marquer leurs distances, étant donné leur éloignement géographique et la prédominance de liens économiques avec les partenaires européens (l’Argentine et le Chili, en particulier). Dans ces différents pays – les plus importants du sous-continent hormis le Brésil –, la défense du statut neutre favorise une convergence avec la diplomatie espagnole dans une sorte de « front de la neutralité »27.

  • 28 Plusieurs auteurs latino-américains de renom revendiquent les racines latines et hispaniques de leu (...)
  • 29 Voir, en particulier : Ricardo Rojas, La restauración nacionalista, Buenos Aires, Ministerio de Jus (...)
  • 30 Jusqu’à cette date, l’Espagne n’avait que huit ambassades, toutes situées en Europe et à Washington
  • 31 Le décret fut adopté « en homenaje a España, progenitora de naciones » (décret présidentiel d’octob (...)

15Ce rapprochement s’inscrit dans un contexte de regain hispanophile qui traverse l’Amérique hispanophone à des degrés divers depuis quelques années28. La célébration des premiers centenaires des indépendances à partir de 1910 favorise l’émergence d’une nouvelle génération nationaliste qui cherche à repenser l’identité des pays hispano-américains en l’ancrant dans un héritage multiple associant les origines précolombiennes, le legs de la colonisation espagnole et l’apport plus récent des émigrés européens. Élément permettant de se démarquer symboliquement du voisin anglo-saxon et d’affirmer de façon positive leur filiation latine, le discours hispaniste rassemble aussi bien les élites créoles traditionnelles que certains secteurs nationalistes désireux de revendiquer l’indépendance et l’identité propre du continent latino-américain. C’est le cas en Argentine avec la Generación del Centenario, dont sont issus des figures comme Leopoldo Lugones, Manuel Gálvez et Ricardo Rojas29. Signe de l’accueil favorable donné à la campagne de rapprochement hispano-américaniste, en 1916 les légations espagnoles et argentines de Buenos Aires et de Madrid sont élevées au rang d’ambassades30. L’année suivante, alors que l’Argentine défend le maintien de la neutralité face aux pressions nord-américaines, le président Hipólito Yrigoyen adopte une mesure au symbolisme très marqué, puisqu’il fait du 12 octobre une festivité officielle de la république, en hommage explicite à l’Espagne, « procréatrice » des nations hispanophones d’Amérique. Cette commémoration devient dès lors l’étendard de la paix face à la belligérance des grandes puissances31. Promue depuis 1913 par la Unión Ibero-americana et activement relayée par les communautés espagnoles installées outre-Atlantique, l’institution du 12 octobre comme Día de la Raza constitue l’une des principales réussites de la campagne américaniste à destination des « républiques sœurs » d’Amérique.

16Sur un plan économique, l’offensive des milieux d’affaires espagnols fait long feu et le bond des échanges hispano-américains ne résiste pas au retour de la paix et, avec elle, des concurrents traditionnels des exportateurs espagnols. Si entre 1914 et 1920, les exportations espagnoles à destination de l’Amérique latine passent de 13,8 % à 22,7 % du total, celles-ci stagnent puis régressent dans les années suivantes. Cet échec relatif de la campagne en faveur d’un américanisme pratique est révélatrice des limites de ce courant sous la Restauration. Étant donné la faible implication des autorités et l’absence de ressources publiques pour le mettre en œuvre, le programme américaniste reste en grande partie lettre morte. Faute d’être véritablement mis en pratique, l’hispano-américanisme constitue avant tout un discours intellectualisé porté par une partie de la société civile. Néanmoins, alors que la crise des institutions va croissant, ce discours est peu à peu repris à leur compte par les cercles du pouvoir, étant donné sa valeur diplomatique et son utilité à des fins de cohésion interne.

Le mythe de la Raza au carrefour des nationalismes

  • 32 Sur les différentes facettes de la crise de 1917, voir Eduardo González Calleja (coord.), Anatomía (...)
  • 33 Bien que l’on doive l’expression à l’écrivain Emilia Pardo Bazán (qui l’emploie en 1899), la popula (...)

17L’année 1917 est aussi celle où éclate une grave crise sociale qui touche de plein fouet la légitimité des institutions en place et le pacte assurant la cohésion nationale. Outre les critiques ouvertes d’une partie de l’armée qui s’organise en lobbies pour faire pression sur les autorités civiles (les Juntas de Defensa), le gouvernement est confronté à une grève générale insurrectionnelle au cours de l’été 1917 et voit en parallèle une partie des élus situés en dehors du système (républicains, nationalistes périphériques, etc.) se réunir pour réclamer un changement constitutionnel32. Les fondements du régime parlementaire de la Restauration sont profondément ébranlés et d’aucuns appellent à son renversement. Face à cette situation qui menace le pouvoir de l’élite bourgeoise en place, l’hispano-américanisme apparaît comme un discours alternatif susceptible de rassembler la nation autour d’un récit et d’un projet prétendument consensuels. C’est pourquoi il est progressivement investi par les milieux proches du pouvoir, qui recourent à ce discours comme un puissant vecteur de nationalisation des masses (Nation-building). Dans la mesure où il permet de repenser l’identité qu’Espagnols et Latino-Américains ont en partage, l’hispano-américanisme présente une dimension identitaire et rétrospective. Conscientes de l’énorme capacité des mythes américains pour nourrir l’imaginaire national, les élites de la Restauration cherchent à travers ce discours à réhabiliter la mémoire de l’Espagne impériale et son œuvre coloniale. En luttant contre la tant décriée « légende noire » antiespagnole33, ils poursuivent un double objectif : d’une part, restaurer la confiance envers le processus de construction historique de l’Espagne, en cultivant la fierté de ses gloires passées, et d’autre part, réinsuffler la foi dans la capacité des Espagnols à s’inscrire dans la modernité.

  • 34 Joshua Goode, Impurity of Blood: Defining Race in Spain, 1870-1930, Baton Rouge, Louisiana State UP (...)
  • 35 José Álvarez Junco, Mater Dolorosa. La idea de España en el siglo XIX, Madrid, Taurus, 2001.

18C’est dans ce contexte qu’il faut lire le succès du mythe de la « Raza », un concept aux contours diffus, polysémique et malléable, qui s’installe dans le paysage politique et culturel espagnol du premier tiers du XXe siècle. Remontant aux décennies 1840-1850, cet usage du terme Raza, parfois associé aux épithètes española, latina, hispana ou hispanoamericana, désigne la communauté culturelle formée par les nations hispanophones partageant l’héritage de la colonisation hispanique34. Dans son acception espagnole, la Raza se démarque d’une conception étroitement biologique de l’idée de « race » – lecture pseudo-scientifique qui a pourtant cours au même moment dans certains secteurs européens et latino-américains – et renvoie plutôt à une famille de peuples, tout autant qu’à une civilisation spécifique. La diffusion de ce concept, intimement lié au développement du discours hispano-américaniste, constitue une réponse aux théories sur la décadence supposée des peuples latins. La Raza et le mythe qui lui est associé présentent une double dimension de récit des origines et de grille de lecture des relations internationales. Il s’inscrit dans une double interrogation qui traverse les débats des élites politiques et intellectuelles depuis la fin du XIXe siècle : quelle est l’identité espagnole et quelle est la place de l’Espagne dans le monde ?35 À travers ce schéma, l’Espagne interroge d’abord ses origines et son identité, mais elle repense également les relations qu’elle a tissées avec ses anciennes colonies américaines.

  • 36 Voir, par exemple, Miguel de Unamuno, « La raza ibero-americana en la gran raza latina », Unión Ibe (...)
  • 37 Ramiro de Maeztu, La crisis del humanismo, Barcelona, Editorial Minerva, 1919.

19Via l’imaginaire auquel il fait référence, le concept de Raza appréhende l’identité espagnole dans son rapport avec l’Amérique et le passé colonial et met l’accent, selon les auteurs, sur la communauté de langue, de religion et de tradition historique. Par le détour américain, les élites espagnoles et les tenants de la régénération nationale entendent échapper aux conflits symboliques et aux batailles idéologiques qui ont dominé tout le XIXe siècle, ou du moins prétendent-ils les dépasser. C’est le cas de Miguel de Unamuno, recteur de l’Université de Salamanque, qui à longueur d’articles défend l’idée de communauté linguistique comme la seule à même de réunir Espagnols et Hispano-Américains dans un projet commun d’échanges intellectuels sur la base d’une stricte égalité36. D’autres comme Ramiro de Maeztu identifient au contraire la religion catholique comme le ferment le plus profond et le plus solide à l’origine de la construction des nations hispanophones37. S’il serait trop schématique de résumer ces différentes positions à deux interprétations antagonistes de l’américanisme, l’une d’obédience progressiste (inspirée de Castelar et Labra) et l’autre conservatrice (inspirée de Menéndez Pelayo et Ganivet), il est évident que des projets nationaux très différents, voire divergents, se dessinent derrière ces discours.

  • 38 Sur les connexions de l’américanisme avec le nationalisme catalán, on consultera : Óscar Costa Ruib (...)
  • 39 David Marcilhacy, « América como factor de regeneración y cohesión para una España plural: “la Raza (...)
  • 40 Enric Prat de la Riba, Obra completa (a cura d'Albert Balcells i Josep Maria Ainaud de Lasarte), Ba (...)

20Qu’il soit d’orientation libérale ou plus conservatrice, l’hispano-américanisme constitue un courant indissociable du nationalisme espagnol dans ses différentes manifestations, à la fois espagnoliste et catalaniste, du moins jusqu’à la fin des années 1910. Il faut d’ailleurs souligner l’importance de ce courant en Catalogne et la fervente adhésion du parti de la Lliga à ce projet38. Pour Enric Prat de la Riba et Francesc Cambó, un temps engagés dans une stratégie conciliatrice avec le pouvoir central, l’américanisme peut permettre de dépasser les incohérences de l’État-nation espagnol en insérant ses régions dans un ensemble plus large, plurinational ou du moins supranational, une sorte de Plus Grande Espagne (España Mayor) ou de Commonwealth hispanique inspirée de la Greater Britain impériale, dont le succès est alors admiré39. Dans leur manifeste commun Per Catalunya i l’Espanya gran (1916), Prat et Cambó défendent une structure fédérale de l’Espagne, elle-même insérée dans une communauté plus large rassemblant tous les pays d’ascendance ibérique qui offrirait de considérables perspectives d’expansion économique40. Pour les catalanistes, la Raza constitue donc le soubassement d’un « État composé » (Estat compost) capable de dépasser les tensions et conflits identitaires hérités du modèle centralisateur bourbon. Il va de soi qu’une telle lecture est aux antipodes de ceux qui célèbrent au contraire à travers le discours américaniste les gloires de la Castille conquérante et le rôle prépondérant joué par ce royaume dans la colonisation américaine. Ces contradictions trouveront leur issue dans le coup d’État du général Primo de Rivera, qui confirmera la lecture castillano-centriste de l’identité espagnole et le modèle centralisateur en termes d’organisation territoriale.

  • 41 David Marcilhacy, Raza Hispana. Hispanoamericanismo e imaginario nacional…, op. cit., p. 341 et ss.
  • 42 Javier Moreno Luzón, « Entre el progreso y la virgen del Pilar. La pugna por la memoria en el cente (...)

21Toutefois, les années qui le précèdent confirment l’usage du mythe de Raza dans un sens de nationalisme fédérateur. C’est ce qui explique l’adoption du 12 octobre comme fête nationale espagnole en 1918, en réponse à la crise politique intérieure et aux bouleversements des équilibres internationaux qu’annonce l’après-guerre. La diffusion en Espagne des célébrations du 12 octobre est le fruit d’une conjonction d’initiatives locales et nationales. Schématiquement, on peut dire qu’elle résulte d’une construction de bas en haut : avant d’être officialisé comme fête nationale par le gouvernement de concentration présidé par Antonio Maura, en mai 1918, le 12 octobre a fait l’objet d’une propagande soutenue de la part des élites provinciales et de leaders d’opinion locaux, relayés par la presse41. Par le biais des nombreuses associations américanistes implantées à travers le territoire espagnol, les premières célébrations voient le jour dans la première moitié des années 1910. Depuis l’Andalousie, la Catalogne, l’Estrémadure ou les provinces du nord, le 12 octobre part ainsi d’un mouvement local et régional, intégrant souvent une dimension régionaliste revendiquée. L’enracinement territorial du 12 octobre n’est pas le seul fait des associations américanistes. C’est aussi grâce aux Aragonais, et à leur importante diaspora à travers le territoire espagnol que cette célébration connaît un authentique succès populaire. En effet, le 12 octobre coïncide avec la fête de la Vierge du Pilar, Patronne de Saragosse, et c’est pourquoi cette date est traditionnellement célébrée par cette communauté42. La coïncidence de ces deux motifs – Fête du Pilar et Jour de la Découverte – contribue d’ailleurs fortement au succès de la fête nationale : la convergence en une même date d’une référence laïque, avec Colomb, et religieuse, avec la Vierge, permet de renouer avec la tradition catholique chère au nationalisme conservateur. Mais cette référence intègre aussi la mémoire du libéralisme espagnol, puisque la Vierge du Pilar évoque la protection offerte aux armées espagnoles insurgées lors du siège de Saragosse en 1808. Grâce à ce faisceau croisé de références et d’ancrages, le Día de la Raza articule la construction nationale avec l’expression d’identités régionales et concilie en apparence des courants très variés. À travers ces festivités – auxquelles le roi Alphonse XIII s’associe dès 1917 –, les élites de la Restauration s’accordent pour appuyer le récit national sur un au-delà, le rôle de l’Espagne dans « l’invention » du Nouveau Monde américain. Dès lors, la célébration annuelle du 12 octobre instaure un rituel civico-religieux qui représente un important vecteur de socialisation du discours hispano-américaniste.

  • 43 David Marcilhacy, Une histoire culturelle de l’hispano-américanisme (1910-1930) : l’Espagne à la re (...)
  • 44 David Marcilhacy, « Las fiestas del 12 de octubre y las conmemoraciones americanistas bajo la Resta (...)

22La montée en puissance de cette commémoration fait partie intégrante du programme nationalisateur mis en œuvre par les élites de l’époque, en particulier à travers les politiques de mémoire. Dans un contexte de retrait de l’Espagne sur la scène internationale, on assiste à une fièvre historiciste, avec la multiplication de centenaires, de monuments commémoratifs et de cérémonies mobilisant le passé national et soulignant le rôle central de l’Espagne dans l’entrée du monde occidental dans la Modernité. Nombre de ces initiatives renvoient aux grandes explorations maritimes et à la conquête et à la colonisation de l’Amérique espagnole, épisodes dont on célèbre les héros – Colomb, Balboa, Elcano, etc. – comme autant de modèles à suivre pour une nation à la recherche de repères. En 1913 et 1914 l’Espagne célèbre la découverte du Pacifique et lance une souscription nationale pour ériger un monument à Balboa à l’entrée du canal de Panama justement inauguré cette année-là43. À cette même occasion, l’Académie Royale d’Histoire organise à Séville le Premier Congrès d’Histoire et de Géographie Hispano-américains, qui vise à offrir une image épurée de l’histoire de la colonisation espagnole, qui rompe avec la fameuse « légende noire ». Au-delà de la nécessaire révision historiographique et du retour aux sources qu’offrent les Archives des Indes, ce courant n’échappe pas aux tendances nationalistes visant à réhabiliter, voire à glorifier la politique coloniale espagnole44.

  • 45 « Las relaciones espirituales hispanoamericanas » et « El americanismo práctico », dans Rafael Alta (...)

23De l’avis des défenseurs d’un américanisme ancré dans le réel et tourné vers un projet modernisateur, cet aspect du discours américaniste conduit progressivement à un enfermement de ce courant dans une rhétorique passéiste empreinte de nostalgie et de grandiloquence. On le voit là encore, deux visions de la régénération nationale s’opposent, celle qui en appelle à un retour à la tradition et celle qui, sans renier le passé colonial, prône une ouverture sur l’Amérique contemporaine. C’est ce qui conduira certains des pionniers de ce mouvement, à l’instar de Rafael Altamira, à prendre leurs distances avec ce qu’ils appellent l’hispano-américanisme « rhétorique »45.

L’hispano-américanisme au service d’un régime (1923-1930)

24La dictature du général Primo de Rivera constitue un tournant dans la trajectoire de l’hispano-américanisme. C’est au cours de ces années que le pouvoir embrassera ce courant pour en faire l’un des piliers de l’« idéologie » officielle qui sous-tend son projet (si tant est que l’on puisse la définir avec cohérence), tendance qui sera reprise sous le franquisme à travers la doctrine de la Hispanidad. C’est aussi à ce moment-là que, pour la première fois, l’américanisme fera l’objet d’un véritable investissement public, devenant à partir de 1925 une véritable politique d’État déployée à des fins de cohésion interne et de diplomatie culturelle.

  • 46 Sur la dictature, voir Eduardo González Calleja, La dictadura de Primo de Rivera. La modernización (...)

25Le pronunciamiento de septembre 1923 fait suite à un nouveau désastre militaire au Maroc (Bataille d’Anoual, en 1921) dans une période d’agitations ouvrières (le « trienio bolchevique ») et de tensions croissantes sur un plan territorial. Il se produit donc dans un contexte d’humiliation du corps militaire, de frustration coloniale et de perte de confiance dans les institutions parlementaires. Se voyant comme le « chirurgien de fer » qu’appelait de ses vœux Joaquín Costa, Miguel Primo de Rivera arrive au pouvoir avec un projet que l’on peut qualifier de post-régénérationniste : pacification définitive du protectorat marocain, résolution des tensions territoriales, stratégie de négociation avec les syndicats pour mettre fin aux désordres sociaux, programme de modernisation des infrastructures et de l’appareil productif espagnol, etc., les tâches confiées au Directoire militaire sont nombreuses46. Modèle de pouvoir fort et de ténacité face à l’instabilité ministérielle qui précède le coup d’État, le nouveau régime s’attelle d’abord à ces priorités. Ce n’est qu’à partir de 1925 et de l’instauration du Directoire civil que le régime procède au déploiement d’une véritable politique américaniste. Avec la liquidation de la question marocaine (le débarquement d’Alhucemas en septembre 1925 permet d’assurer la victoire sur le front du Rif), le dictateur a les coudées franches pour mettre en œuvre une politique volontariste visant à renforcer le rôle de l’Espagne dans le concert international.

  • 47 Voir Manuelle Peloille, Positionnement politique en temps de crise : sur la réception du fascisme i (...)
  • 48 Javier Moreno Luzón (éd.), Construir España. Nacionalismo español y procesos de nacionalización, Ma (...)
  • 49 Genoveva García Queipo de Llano, Los intelectuales y la dictadura de Primo de Rivera, Madrid, Alian (...)
  • 50 Carolyn Boyd, Historia patria. Política, historia e identidad nacional en España: 1875-1975, Granad (...)
  • 51 David Marcilhacy, Raza Hispana. Hispanoamericanismo e imaginario nacional…, op. cit., p. 325 et ss.

26Ces évolutions s’insèrent dans un contexte de reprise en main idéologique provenant des secteurs qui appuient le nouveau régime : une partie de l’armée, la hiérarchie catholique, la bourgeoisie conservatrice, certains intellectuels et politiques intéressés par l’expérience fasciste, etc.47 Dans la continuité des efforts entrepris sous la Restauration, le pouvoir lance une politique nationalisatrice qui s’appuie notamment sur l’imaginaire américaniste48. Plusieurs intellectuels proches de la dictature ont des liens étroits avec les milieux hispanistes latino-américains et nourrissent leurs réflexions à travers ces échanges transatlantiques (correspondances, collaborations journalistiques, voyages). C’est le cas notamment de José María Pemán, d’Ernesto Giménez Caballero, d’Eugenio d’Ors et de Ramiro de Maeztu49. Ce dernier est même nommé ambassadeur d’Espagne en Argentine en 1928, où il prend contact avec les milieux conservateurs catholiques. En parallèle, l’américanisme qui est mis à l’honneur dans les cercles officiels et dans les manifestations publiques sous la dictature est clairement d’orientation conservatrice. Au-delà de la révision des manuels scolaires et des programmes d’enseignement public destinée à transmettre aux jeunes Espagnols une vision exaltée du passé national et de la colonisation50, cette tendance s’exprime très clairement dans les célébrations du 12 octobre51. Utilisées par le pouvoir comme vecteur de mobilisation et de propagande, les festivités de la Fiesta de la Raza se généralisent sur tout le territoire et suivent un rituel normé : l’instauration de processions scolaires et de défilés militaires, l’accent mis sur la fête du Pilar à travers des services solennels d’action de grâce présidés par les plus hautes autorités ecclésiastiques (notamment à l’occasion de la victoire au Maroc, le 12 octobre 1927 étant rebaptisé Fiesta de la Raza y de la Paz), etc., la liturgie mise en place est fortement inspirée du rituel religieux et de la discipline militaire, ce qui contribue à détourner de cette célébration certains secteurs de la population (libres-penseurs, milieux militants opposés à la dictature…).

  • 52 Juan Carlos Pereira Castañares, « Primo de Rivera y la diplomacia española en Hispanoamérica: el in (...)

27Parallèlement à cette exploitation des célébrations américanistes pour la transmission de valeurs affines au régime et à des fins de contrôle social, la dictature se saisit de ce courant pour renforcer sa politique étrangère. Ce tournant coïncide avec la nomination du diplomate José de Yanguas Messía à la tête du ministère d’État en décembre 1925. Dès sa mise en place, le Directoire civil – structure qui a pour but de normaliser et de pérenniser le régime – veut profiter de la résolution de la question marocaine pour lancer une offensive extérieure en direction des républiques hispano-américaines, dont la diplomatie a donné des signes de convergence avec l’Espagne depuis la Première Guerre mondiale. Yanguas Messía entreprend tout d’abord une réorganisation du ministère d’État en créant en son sein une section exclusivement consacrée à l’Amérique et en faisant passer à quatorze le nombre de représentations diplomatiques espagnoles en Amérique latine52. Des efforts sont fournis pour dynamiser les échanges commerciaux avec cet espace, à travers la Junta Nacional de Comercio en Ultramar (1923), le renforcement du réseau de chambres de commerce espagnoles présentes outre-Atlantique et la création du Banco Exterior de Crédito (1928).

  • 53 La nouvelle ambition culturelle de la dictature est supervisée par le diplomate José Antonio de San (...)
  • 54 Consuelo Naranjo Orovio (coord.), « La Junta para Ampliación y América Latina: memoria, y acción cu (...)
  • 55 Antonio Niño, « Hispanoamericanismo, regeneración y defensa del prestigio nacional (1898-1931) », d (...)

28Cependant, étant donné les capacités d’action limitées en termes économiques, l’accent est mis sur la diplomatie culturelle comme instrument de soft power, suivant en cela l’idée d’une « union spirituelle » des pays hispaniques défendue par des auteurs comme Ganivet ou Maeztu. À cette fin, le gouvernement crée en décembre 1926 la Junta de Relaciones Culturales, une agence qui a pour mission de coordonner la politique d’expansion culturelle espagnole et de promouvoir les échanges intellectuels, artistiques et scientifiques53. La Junta fait suite à la Oficina de Relaciones Culturales, précédemment créée en 1921 sous l’impulsion de l’historien Américo Castro et de la Junta para Ampliación de Estudios, suivant en cela le modèle de l’Office des œuvres françaises à l’Étranger54. La naissance de cette nouvelle institution coïncide avec le retrait temporaire de l’Espagne de la Société des Nations (1926-1928), pour protester contre le refus des grandes puissances de lui accorder un siège permanent au Conseil55. En effet, l’Espagne de Primo de Rivera ambitionnait ce siège au nom de son statut de pays neutre pendant la guerre et prétendait ainsi représenter les nations hispanophones sur la scène internationale. Ce revers diplomatique révèle aux autorités que le meilleur levier pour accroître l’influence de l’Espagne à l’extérieur repose sur son image et sur la promotion de sa culture. D’où les efforts réalisés en matière de diplomatie culturelle, à travers la Junta précédemment nommée et le déploiement d’une politique de prestige à destination des chancelleries et des opinions latino-américaines.

  • 56 David Marcilhacy, « Epopeyas oceánicas… Le retentissement du vol transatlantique du Plus Ultra (192 (...)
  • 57 Carlos Serrano, El nacimiento de Carmen. Símbolos, mitos y nación, Madrid, Taurus, 1999, p. 298-300 (...)

29Pour compenser sa relative marginalisation sur la scène européenne, le gouvernement met l’accent sur des opérations de communication, dont nous retiendrons deux exemples emblématiques. Le premier est le vol transatlantique de l’hydravion Plus Ultra, entrepris en janvier 1926 par des pilotes de l’armée espagnole pour relier l’Espagne et l’Argentine. Véritable exploit de l’aviation naissante, étant donné le défi technologique et humain qu’il suppose, ce raid a d’emblée un énorme retentissement dans toute la presse hispanophone, qui suit, haletante, chacune des étapes du périple56. Dans ce contexte, la propagande officielle qui s’appuie sur l’américanisme rejoint la ferveur populaire et ce, des deux côtés de l’Atlantique. Symboliquement partis du port de Palos, les officiers espagnols sont très vite qualifiés de nouveaux Colomb, lancés comme leurs ancêtres du XVe siècle sur de frêles vaisseaux à la conquête de nouvelles voies de communication. Réalisée à bord d’un hydravion opportunément baptisé Plus Ultra, cet exploit aérien permet à l’Espagne de Primo de Rivera de renouer avec la devise de la Monarchie hispanique, ce « Toujours Plus Oultre » conçu comme un dépassement des limites inhérentes au monde connu, symbole du caractère intrépide et aventurier d’Espagnols capables de dépasser leur condition et de prouver les capacités renouvelées de l’Espagne à s’inscrire dans la modernité57.

  • 58 Eduardo Rodríguez Bernal, Historia de La Exposición Ibero-Americana de Sevilla de 1929, Sevilla, Ay (...)
  • 59 L’Exposition de Séville coïncide avec une Exposition internationale à caractère commercial et indus (...)
  • 60 Eduardo González Calleja et Fredes Limón Nevado, La Hispanidad como instrumento de combate: raza e (...)

30Trois ans plus tard, l’Espagne met en scène sa vocation post-impériale en organisant à Séville l’Exposition Ibero-Américaine (1929-1930)58. Inspirée des grandes expositions universelles et coloniales qui ont cours depuis plusieurs décennies et au cours desquelles les principales puissances mettent en avant leurs avancées technologiques et/ou leurs empires, l’exposition de Séville réunit autour de l’Espagne l’ensemble des républiques latino-américaines et de ses possessions en Afrique (Protectorat marocain et Guinée espagnole), dans un ensemble architectural qui comprend plus d’une centaine de pavillons et d’édifices. À travers cette manifestation, l’Espagne se présente sous les traits d’une Hispania Mater entourée des nations auxquelles elle a donné naissance, revendiquant son statut de mère et de tutrice de la grande famille ibéro-américaine. On retrouve ici la prétention à exercer un rôle de leadership – ou à tout le moins de porte-parole – des nations hispaniques, l’Amérique latine étant appelée à constituer une caisse de résonance des ambitions espagnoles en termes d’influence diplomatique et de capacité d’attraction pour les investisseurs59. Cependant, l’organisation fastueuse de cette exposition s’avère être un désastre financier, avec des retombées économiques très limitées et la dette abyssale que la municipalité de Séville doit assumer. Couronnement de la politique de rayonnement extérieur de la dictature, elle symbolise l’aspiration et l’échec de ce régime à retirer un profit politique durable de son engagement hispano-américaniste. L’enfermement de ce courant dans un discours très conservateur et tourné vers les gloires du passé achève d’en éloigner les secteurs les plus libéraux. L’américanisme se retrouve dès lors prisonnier de la bataille idéologique qui opposera, au cours des années 1930, la doctrine réactionnaire de la Hispanidad à l’américanisme laïque et libéral défendu par la République60.

L’Espagne au miroir de l’Amérique : un impossible consensus

31Pour conclure, on soulignera les raisons de l’échec relatif du courant hispano-américaniste à réunir la société espagnole autour d’un projet fédérateur et consensuel. Proposé pour surmonter la crise post-impériale et offrir au pays un idéal de renouveau qui fasse le lien entre un passé prestigieux et un avenir plein de promesses, l’américanisme a démontré son adaptabilité. À l’instar du régénérationnisme, il a été promu et porté par des secteurs très divers, tels que le républicanisme progressiste, le réformisme libéral, le catalanisme « lligaire » ou le conservatisme dynastique, et ce à travers tout le territoire espagnol. Mais, derrière l’apparente convergence du discours, ce courant a recouvert des visions et des projets très dissemblables. Par-delà les initiatives privées qui ont très tôt vu le jour, l’américanisme a longtemps butté sur l’incapacité de l’État espagnol à déployer une politique cohérente et durable. Il a aussi démontré ses limites comme support d’un imaginaire national à même de surmonter les lignes de fracture qui divisaient et divisent toujours la société espagnole. Au final, l’hispano-américanisme a été le baromètre d’une nation déchirée par un impossible consensus sur les voies de sa modernisation.

  • 61 Miguel de Unamuno a, parmi d’autres, été le grand pourfendeur de la mal nommée « fête de la Race »  (...)
  • 62 José Álvarez Junco, « La nación posimperial. España y su laberinto identitario », Historia Mexicana(...)

32L’exemple de la fête du 12 octobre est à cet égard emblématique. Dès son adoption officielle, dans les années 1910, la Fiesta de la Raza a fait l’objet de diverses interprétations et a été la source de malentendus et de polémiques61. Lancée initialement pour porter un message de paix et de fraternité par-delà les mers, cette commémoration s’est bientôt transformée en levier politique au service de la monarchie et de la dictature. En recevant l’empreinte des autorités et des secteurs politiques les plus conservateurs, elle s’est chargée de connotations ethno-patriotiques, néocolonialistes et militaristes, qui ont contribué à brouiller le message d’unité et de solidarité initialement défendu par les promoteurs de la fête du 12 octobre. Comme on le voit à travers cet exemple, l’introspection fin-de-siècle a permis de doter le projet américaniste de constructions culturelles et de narrations mémorielles qui ont contribué à le légitimer et à le situer dans un continuum historique. Mais, dans le même temps, ce processus a fait appel à des représentations antagoniques sur la construction nationale espagnole et le modèle qu’elle devait suivre. C’est là un reflet du « labyrinthe identitaire » qui, après 1898, caractérise une Espagne post-impériale réduite à sa condition d’État-nation, cantonné à un rôle secondaire sur la scène internationale et profondément fragmenté sur un plan intérieur62. Ces divisions iront croissant à partir des années 1920 et s’exprimeront dramatiquement dans la décennie suivante, l’imaginaire américaniste étant mis au service de la propagande mortifère des deux camps.

Haut de page

Notes

1 * Cet article est une version développée d’une étude publiée dans le numéro 382 de la Revue des Langues Néo-Latines, Déc. 2017, sous le titre « L’hispano-américanisme comme manifestation du régénérationnisme : entre pragmatisme modernisateur et discours de compensation nationaliste ».

Chacun de ces espaces articule un aspect fondateur du nationalisme espagnol Les concepts de latinité et d’hispanité le traduisent, de même que les courants de l’ibérisme, de l’hispano-américanisme, de l’africanisme ou même du séphardisme.

2 David Marcilhacy, Une histoire culturelle de l’hispano-américanisme (1910-1930) : l’Espagne à la reconquête d’un continent perdu, Thèse de Doctorat codirigée par Paul Aubert et Serge Salaün, Université Paris-iii Sorbonne Nouvelle, 2006, 3 vols.

3 Juan Pan-Montojo (coord.), Más se perdió en Cuba. España, 1898 y la crisis de fin de siglo, Madrid, Alianza Editorial, 1998 ; et Santos Juliá (coord.), Debates en torno al 98: Estado, Sociedad y Política, Madrid, Comunidad de Madrid, 1998.

4 Ramiro de Maeztu, Hacia otra España, Bilbao, Biblioteca Bascongada de Fermín Herrán, 1899 ; Ricardo Macías Picavea, El problema nacional: hechos, causas, remedios, Madrid, Librería General de Victoriano Suárez, 1899 et Joaquín Costa, Oligarquía y Caciquismo como la forma actual de gobierno en España: urgencia y modo de cambiarla, Madrid, Hijos de M.G. Hernández, 1902.

5 Ces mutations interviennent dans la période que l’historien britannique Eric Hobsbawm a définie comme « l’ère des empires » (cf. Eric Hobsbawm, The Age of Empire, 1875-1914, London, Weidenfeld & Nicolson, 1987). Sur la place de l’Espagne dans ce contexte, voir José María Jover Zamora, 1898. Teoría y práctica de la redistribución colonial, Madrid, Fundación Universitaria Española, 1979.

6 Rosa María Pardo Sanz, « España ante el conflicto bélico de 1914-1918: ¿Una espléndida neutralidad? », in Salvador Forner Muñoz (coord.), Coyuntura internacional y política española, Madrid, Biblioteca Nueva, 2010, p. 45-64.

7 Lily Litvak, Latinos y anglosajones. Orígenes de una polémica, Barcelona, Puvill, 1980.

8 Rosario de la Torre, Inglaterra y España en 1898, Madrid, Eudema, 1988, p. 198-203. Voir aussi José Álvarez Junco, Mater dolorosa. La idea de España en el siglo XIX, Madrid, Taurus, 2001, p. 586.

9 Joaquín Costa, Oligarquía y Caciquismo como la forma actual de gobierno en España: urgencia y modo de cambiarla, Madrid, Hijos de M.G. Hernández, 1902.

10 Voir, par exemple, le livre d’Eduardo Zamacois, Europa se va, Barcelona, Martínez y Calvet, 1913. Sur l’émigration aux Amériques, voir Nicolás Sánchez Albornoz (coord.), Españoles hacia América. La emigración en masa, 1880-1930, Madrid, Alianza Editorial, 1988, et Pedro A. Vives, Pepa Vega et Jesús Oyamburu (coords.), Historia general de la emigración española a Iberoamérica, Madrid, CEDESAL, 1992.

11 Federico Olóriz, « EI analfabetismo en España », Boletín de la Institución Libre de Enseñanza, 30/09/1900, n°486, p. 261. Le chiffre correspond au recensement de 1887.

12 Joaquín Costa, Reconstitución y europeización de España: programa para un partido nacional, Madrid, Imprenta de San Francisco de Sales, 1900.

13 Víctor Morales Lezcano, El colonialismo hispanofrancés en Marruecos (1898-1927), Madrid, Siglo Veintiuno de España, 1976, et Ferrán Archilés, « ¿Una cultura imperial? Africanismo e identidad nacional española en el final del siglo XIX », Storicamente, 12, 2016, p. 1-25.

14 Sur l’américanisme régénérationniste, voir : Frederick B. Pike, Hispanismo, 1898-1936. Spanish Conservatives and Liberals and Their Relations with Spanish America, Notre Dame-London, University of Notre Dame Press, 1971 ; Isidro Sepúlveda Muñoz, El sueño de la madre patria. Hispanoamericanismo y nacionalismo, Madrid, Marcial Pons-Fundación Carolina, 2005 ; Antonio Niño, « Hispanoamericanismo, regeneración y defensa del prestigio nacional, 1898-1931 », dans Pedro Pérez Herrero et Nuria Tabanera (coords.), España-América Latina: un siglo de políticas culturales, Madrid, AIETI/Síntesis-OE, 1993, p. 15-48 ; et David Marcilhacy, Raza Hispana. Hispanoamericanismo e imaginario nacional en la España de la Restauración, Madrid, CEPC, 2010.

15 « Las universidades españolas y la cultura americana », dans Rafael Altamira, Cuestiones hispano-americanas, Madrid, E. Rodríguez Serra Ed., 1900, p. 5-29.

16 José Martí, « Nuestra América », La Revista Ilustrada (Nueva York), 10/01/1891 ; Rubén Darío, España contemporánea, Paris, Librería de la Viuda de Ch. Bouret, 1901 ; et José Enrique Rodó, Ariel, Montevideo, Imp. de Dornaleche y Reyes, 1900.

17 Mark J. Van Aken, Pan-Hispanism. Its Origin and Development to 1866, Berkeley-Los Angeles, University of California Press, 1959 ; et Leoncio López Ocón Cabrera, Biografía de La «América». Una crónica hispano-americana del liberalismo democrático español (1857-1886), Madrid, CSIC, 1987.

18 Les « Fiestas colombinas » ont lieu chaque mois d’août, en commémoration du départ de l’expédition de Colomb.

19 Salvador Bernabeu Albert, 1892: el Centenario del Descubrimiento de América en España. Coyuntura y conmemoraciones, Madrid, CSIC, 1987.

20 Isabel García-Montón G. Baquero, “El Congreso Social y Económico Hispano-Americano de 1900: Un instrumento del hispanoamericanismo modernizador”, Revista Complutense de Historia de América, 25, 1999, p. 281-294.

21 Congreso Social y Económico Hispano-Americano reunido en Madrid el año 1900, Madrid, 1902, 2 vols.

22 Rafael Altamira, Mi viaje a América (libro de documentos), Madrid, G. López del Horno, 1911.

23 Voir La Casa de América (Asociación internacional ibero-americana). Orientación, estructura y organización, Barcelona, Casa de América, 1919. L’américanisme catalan s’appuie également sur la revue commerciale ibéro-américaine Mercurio, publiée à Barcelone à partir de 1901.

24 Sur le rôle de l’Espagne pendant la Première Guerre mondiale, on consultera : Fernando García Sanz, España en la Gran Guerra. Espías, diplomáticos y traficantes, Barcelona, Galaxia Gutenberg S.L., 2014 ; Carolina García Sanz, La Primera Guerra Mundial en el Estrecho de Gibraltar. Economía, política y relaciones internacionales, Sevilla, Universidad de Sevilla-CSIC, 2011 ; Maximiliano Fuentes Cordera, España en la Primera Guerra mundial. Una movilización cultural, Madrid, Akal, 2014 ; Eduardo González Calleja et Paul Aubert, Nidos de espías. España, Francia y la Primera Guerra Mundial, 1914-1919, Madrid, Alianza Editorial, 2014.

25 Rafael Altamira, España y el programa americanista, Madrid, Editorial-América, 1917.

26 Véase por ejemplo: Federico Rahola

Rahola, Federico

, Programa americanista: post-guerra, Barcelona, Casa de América, 1918 ; Julio de Lazúrtegui, El libro español en América: informe que emite el Centro de la Unión Ibero Americana en Vizcaya sobre el comercio de libros en el extranjero particularmente en América y respecto á la creación, en Bilbao de la empresa "Ambos Mundos" editorial y de importación y exportación de librería (1919)

27 David Marcilhacy, « España y América latina ante la Gran Guerra: el frente de los neutrales », dans Olivier Compagnon, Camille Foulard et Guillemette Martin (coord.), América Latina y la Gran Guerra. Una historia conectada, México, CEMCA, à paraître en 2018.

28 Plusieurs auteurs latino-américains de renom revendiquent les racines latines et hispaniques de leur continent, comme l’Uruguayen José Enrique Rodó, le Nicaraguayen Rubén Darío, pour ne citer qu’eux.

29 Voir, en particulier : Ricardo Rojas, La restauración nacionalista, Buenos Aires, Ministerio de Justicia e Instrucción cívica, 1909 ; Manuel Gálvez, El solar de la raza, Buenos Aires, Nosotros, 1913 ; Leopoldo Lugones, Mi beligerancia, Buenos Aires, Otero y García, 1917 ; et Manuel Ugarte, « La atracción de los orígenes », Mi campaña hispanoamericana, Barcelona, Editorial Cervantes, s.d. [1922], p. 227-233.

30 Jusqu’à cette date, l’Espagne n’avait que huit ambassades, toutes situées en Europe et à Washington.

31 Le décret fut adopté « en homenaje a España, progenitora de naciones » (décret présidentiel d’octobre 1917).

32 Sur les différentes facettes de la crise de 1917, voir Eduardo González Calleja (coord.), Anatomía de una crisis. 1917 y los españoles, Madrid, Alianza Editorial, 2017.

33 Bien que l’on doive l’expression à l’écrivain Emilia Pardo Bazán (qui l’emploie en 1899), la popularisation de ce concept commence en 1914 avec la publication du travail de l’historien Julián Juderías

Juderías, Julián

, La leyenda negra y la verdad histórica: Contribución al estudio del concepto de España en Europa, de las causas de este concepto y de la tolerancia religiosa y política en los países civilizados, Madrid, Tip. de la Rev. de Arqueólogos, Bibliotecarios y Museos, 1914. Sur ce concept, voir Ricardo García Cárcel, La leyenda negra. Historia y opinión, Madrid, Alianza editorial, 1992.

34 Joshua Goode, Impurity of Blood: Defining Race in Spain, 1870-1930, Baton Rouge, Louisiana State UP, 2009 ; et David Marcilhacy, Raza Hispana. Hispanoamericanismo e imaginario nacional…, op. cit., p. 17-323 ; Antonio Feros, Speaking of Spain: The Evolution of Race and Nation in the Hispanic World.  Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2017.

35 José Álvarez Junco, Mater Dolorosa. La idea de España en el siglo XIX, Madrid, Taurus, 2001.

36 Voir, par exemple, Miguel de Unamuno, « La raza ibero-americana en la gran raza latina », Unión Ibero-Americana, Madrid, 01/03/1904, p. 43-44.

37 Ramiro de Maeztu, La crisis del humanismo, Barcelona, Editorial Minerva, 1919.

38 Sur les connexions de l’américanisme avec le nationalisme catalán, on consultera : Óscar Costa Ruibal, L’imaginari imperial. El Noucentisme català i la política internacional, Barcelona, Editorial Alpha, 2002 ; et Enric Ucelay Da-Cal, El imperialismo catalán. Prat de la Riba

Prat de la Riba, Enric

, Cambó

Cambó, Francesc

, D’Ors

D’Ors, Eugenio

y la conquista moral de España, Barcelona, Edhasa, 2003.

39 David Marcilhacy, « América como factor de regeneración y cohesión para una España plural: “la Raza” y el 12 de octubre, cimientos de una identidad compuesta », Hispania (Madrid), vol. LXXIII, nº. 244 (mai-août 2013), p. 501-524

40 Enric Prat de la Riba, Obra completa (a cura d'Albert Balcells i Josep Maria Ainaud de Lasarte), Barcelona, Institut d’Estudis Catalans, 1998-2000, p. 812-819.

41 David Marcilhacy, Raza Hispana. Hispanoamericanismo e imaginario nacional…, op. cit., p. 341 et ss.

42 Javier Moreno Luzón, « Entre el progreso y la virgen del Pilar. La pugna por la memoria en el centenario de la Guerra de la Independencia », Historia y Política (Madrid), vol. 12, 2004, p. 41-78 ; Francisco Javier Ramón Solans, “La Virgen del Pilar dice…”. Usos políticos y nacionales de un culto mariano en la España contemporánea, Zaragoza, Prensas de la Universidad de Zaragoza, 2014.

43 David Marcilhacy, Une histoire culturelle de l’hispano-américanisme (1910-1930) : l’Espagne à la reconquête d’un continent perdu, op. cit., p.600-614 ; et Javier Moreno Luzón, « Herederos de Balboa. España y la construcción de identidades en California y Panamá a comienzos del siglo XX », Anuario Instituto de Estudios Histórico-Sociales (Tandil), vol. 32/1, 2017, p. 155-178.

44 David Marcilhacy, « Las fiestas del 12 de octubre y las conmemoraciones americanistas bajo la Restauracón borbónica: España frente a su pasado colonial », Revista de Historia Jerónimo Zurita (Zaragoza), 86, 2011, p. 131-147.

45 « Las relaciones espirituales hispanoamericanas » et « El americanismo práctico », dans Rafael Altamira, Últimos escritos americanistas, Madrid, Compañía Ibero-Americana de Publicaciones, 1929, p. 51-57 et 182-188.

46 Sur la dictature, voir Eduardo González Calleja, La dictadura de Primo de Rivera. La modernización autoritaria 1923-1930, Madrid, Alianza, 2006.

47 Voir Manuelle Peloille, Positionnement politique en temps de crise : sur la réception du fascisme italien en Espagne, 1922-1929, Uzès, Inclinaison, 2015.

48 Javier Moreno Luzón (éd.), Construir España. Nacionalismo español y procesos de nacionalización, Madrid, CEPC, 2007 ; et Alejandro Quiroga Fernández de Soto, Haciendo españoles. La nacionalización de las masas en la Dictadura de Primo de Rivera (1923-1930), Madrid, CEPC, 2008.

49 Genoveva García Queipo de Llano, Los intelectuales y la dictadura de Primo de Rivera, Madrid, Alianza Editorial, 1988.

50 Carolyn Boyd, Historia patria. Política, historia e identidad nacional en España: 1875-1975, Granada, Ediciones Pomares-Corredor, 2000, p. 150-174.

51 David Marcilhacy, Raza Hispana. Hispanoamericanismo e imaginario nacional…, op. cit., p. 325 et ss.

52 Juan Carlos Pereira Castañares, « Primo de Rivera y la diplomacia española en Hispanoamérica: el instrumento de un objetivo », Quinto Centenario, 10, 1986, p. 131-156.

53 La nouvelle ambition culturelle de la dictature est supervisée par le diplomate José Antonio de Sangróniz, auteur de Nuevas orientaciones para la política internacional de España: la expansión cultural de España en el extranjero y principalmente en Hispano América, Madrid, Editorial Hércules, 1925. Voir Antonio Niño, « Orígenes y despliegue de la política cultural », dans Denis Rolland et alii, L’Espagne, La France et l’Amérique latine. Politiques culturelles, propagandes et relations internationales, XXe s., Paris, L’Harmattan, 2001, p. 23-163.

54 Consuelo Naranjo Orovio (coord.), « La Junta para Ampliación y América Latina: memoria, y acción cultural (1907-1939) », Revista de Indias (Madrid), 239, 2007; et Lorenzo Delgado, Imperio de papel: acción cultural y política exterior durante el primer Franquismo, Madrid, CSIC, 1992.

55 Antonio Niño, « Hispanoamericanismo, regeneración y defensa del prestigio nacional (1898-1931) », dans Pedro Pérez, Nuria Tabanera (coords.), España/América Latina: un siglo de políticas culturales, Madrid, AIETI/Síntesis-OEI, 1993, p. 15-48.

56 David Marcilhacy, « Epopeyas oceánicas… Le retentissement du vol transatlantique du Plus Ultra (1926) dans l’Espagne de Primo de Rivera », Mélanges de la Casa de Velázquez, Madrid, 36/1, 2006, p. 231-257 ; Rosario Márquez Macías (éd.), De Palos al Plata. El vuelo del Plus Ultra a 90 años de su partida, Sevilla, Universidad Internacional de Andalucía, 2016.

57 Carlos Serrano, El nacimiento de Carmen. Símbolos, mitos y nación, Madrid, Taurus, 1999, p. 298-300 ; David Marcilhacy, « La Santa María del Aire: El vuelo Transatlántico del Plus Ultra (Palos-Buenos Aires, 1926), preludio a una reconquista espiritual de América », Cuadernos de Historia Contemporánea, 213, 2006, vol. 28, p. 213-241

58 Eduardo Rodríguez Bernal, Historia de La Exposición Ibero-Americana de Sevilla de 1929, Sevilla, Ayuntamiento de Sevilla, 1994 ; Amparo Graciani García, La participación internacional y colonial en la exposición iberoamericana de Sevilla de 1929, Sevilla, Universidad de Sevilla, 2010.

59 L’Exposition de Séville coïncide avec une Exposition internationale à caractère commercial et industriel, organisée au même moment à Barcelone.

60 Eduardo González Calleja et Fredes Limón Nevado, La Hispanidad como instrumento de combate: raza e imperio en la guerra franquista durante la guerra civil española, Madrid, Centro de Estudios Históricos, 1988.

61 Miguel de Unamuno a, parmi d’autres, été le grand pourfendeur de la mal nommée « fête de la Race » : à l’instar d’éminents intellectuels latino-américains, comme l’anthropologue cubain Fernando Ortiz. Conscient, comme son homologue cubain, du poids des mentalités coloniales dans la construction de ce mythe collectif, il a maintes fois dénoncé les risques de dérive raciste et néocolonialiste que portait en lui le schéma racial.

62 José Álvarez Junco, « La nación posimperial. España y su laberinto identitario », Historia Mexicana, 53/2 (210), 2003, p. 447-468.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Marcilhacy, « Du Finis Hispaniae à l’Espagne du Plus Ultra, l’hispano-américanisme comme instrument de régénération nationale  », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 30 décembre 2017, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/ccec/6915 ; DOI : 10.4000/ccec.6915

Haut de page

Auteur

David Marcilhacy

CRIMIC - Sorbonne Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals