Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations

Juan Negrín et l’écriture de soi : analyse de pratiques textuelles et photographiques

Juan Negrín and the writing of the self: an analysis of textual and photographic practices
Juan Negrín y la escritura de sí: análisis de prácticas textuales y fotográficas
Sabrina Grillo

Entrées d’index

Palabras claves :

Juan Negrín, España, memoria, historia
Haut de page

Notes de l’auteur

Thèse dirigée par Mesdames les Professeures Pilar Martínez Vasseur (Université de Nantes) et Carmen Pineira Tresmontant (Université d’Artois) soutenue le 1er décembre 2017 devant un jury composé de MM. les Professeurs, Marie-Claude Chaput

Chaput

(Université de Paris X), Madame Pilar Martínez Vasseur

Martínez-Vasseur

(Université de Nantes), Monsieur Enrique Moradiellos

Moradiellos

García (Université d’Estrémadure), Monsieur Nicolas Morales (Université d’Aix-Marseille et Directeur des études scientifiques, époques moderne et contemporaine, de la Casa de Velázquez-EHESS), Monsieur José Miguel Pérez García

Pérez

(Université de Las Palmas de Gran Canaria), Madame Carmen Pineira Tresmontant (Université d’Artois), Madame Pascale Thibaudeau

Thibaudeau

(Université de Paris VIII).

Texte intégral

1S’intéresser à Juan Negrín, c’est revenir sur l’(H)histoire d’un protagoniste majeur du XXe siècle espagnol. Dernier opposant politique durant la Guerre Civile (1936-1939) face au Général Franco, il fut l’ultime chef du gouvernement de la IIe République. La découverte de l’existence d’archives qui n’étaient que partiellement étudiées dans la mesure où elles étaient en cours de transfert d’un appartement parisien à une Fondation qui porterait son nom. Ouverte officiellement le 3 février 2014, cet événement a ouvert la voie de ma thèse. Il est aisé de trouver des références aujourd’hui qui dénoncent ouvertement les agissements de Negrín concernant la politique qu’il mena tant sur le plan géostratégique qu’économique et financier. À partir de mon souhait de travailler la mémoire, la perception et l’interprétation de l’histoire par Negrín, j’ai travaillé dans une perspective interdisciplinaire entre l’analyse sociolinguistique et la civilisation de l’Espagne contemporaine ? Cette démarche m’a permis de croiser des supports de la mémoire de Negrín. J’ai tenu à revenir à son point de vue, par une approche de la subjectivité donc, et cela signifiait de s’éloigner des effets de mise en récits publiques du passé sur l’ethos de Negrín. La prise en considération de l’échelle de la micro-histoire a été le moyen de reconsidérer l’influence d’une certaine écriture de l’histoire, dans la même ligne que les travaux de l’historienne Arlette Farge qui ont offert de vraies alternatives aux modes de narration de l’histoire. Cette chercheuse a en effet travaillé sur l’instantané photographique parce qu’il propose selon elle des modes d'interprétation et de narration spécifiques dans le travail de l'historien. Introduire l'importance de la dimension sensible de l’histoire, des émotions, en regard des événements est l’angle original de ma thèse.

2Nous avons assisté en effet au cours des dernières années, à un déplacement du regard porté sur les moyens d’accéder et de représenter le passé avec une importance accrue de l’échelle de la micro-histoire via de nouveaux types de supports. En 2002, Jacques Maurice ou encore Josefina Cuesta avaient eu l’occasion de rappeler que la mémoire républicaine a été éclipsée sous les effets de la propagande franquiste et n’était toujours pas, à l’orée du XXIe siècle, une problématique à part entière auprès des historiens qui privilégiaient d’ailleurs la période de la guerre civile. Mais, depuis 2007, avec la promulgation de la Loi de Mémoire Historique en Espagne, un processus de récupération de la mémoire autour notamment des victimes républicaines a changé la donne. Cette loi a engendré la prise en considération d’une nouvelle sensibilité à la fois esthétique, politique mais aussi culturelle par rapport à la mémoire de la République et de la guerre civile. Les travaux des chercheurs, des universitaires mais aussi les œuvres littéraires ou cinématographiques ont mis en lumière la réhabilitation des vaincus et ont aussi cherché à comprendre les effets subjectifs de la guerre en allant à la rencontre des témoins pour rompre le silence fait sur cette époque. Dans ce contexte, mon intention première était donc de contribuer, modestement, à l’étude d’un des protagonistes de l’histoire de la IIe République, quelque peu oublié, qui a fait l’objet de multiples manifestations et publications récentes, à savoir Negrín. Mes travaux s’inscrivent donc à la croisée de la politique et du subjectif dans cette nouvelle dynamique de l’écriture de l’histoire qui donne de l’importance à la (re)construction affective. J’ai fait le choix donc de prendre pour axe principal de cette étude les formes d’expression de la subjectivité de Negrín en visant divers « lieux de mémoire ».

  • 1 Philippe Lejeune, Le pacte autobiographique, Paris : Seuil, 1996, p. 14.
  • 2 Danièle Méaux, Jean-Bernard Vray, Traces photographiques, traces autobiographiques, Saint-Étienne, (...)

3On le sait, pour Philippe Lejeune, l'autobiographie est le « récit rétrospectif en prose qu'une personne réelle fait de sa propre existence, lorsqu'elle met l'accent sur sa vie individuelle, en particulier sur l'histoire de sa personnalité »1. Mais, dans Le Pacte autobiographique, nulle mention des images. Or selon le professeur Jean-Paul Guichard : « ce qui fonde le récit rétrospectif (d’une) existence, c’est la mise en images de ses installations, de ses performances, de son corps »2. La découverte de correspondances, politique et privée, des mémoires inachevés annotés par Negrín, de milliers de photographies s’apparentaient à cette idée de performance et répondaient à mon objectif de saisir les conditions, les enjeux et les modalités de l’expression d’une subjectivité via l’écriture de soi. Dans notre société contemporaine placée sous l’empire de la visibilité, je souhaitais observer les relations privilégiées que l’image (photographique, filmique) entretient aujourd’hui avec l’écriture de soi. Mes recherches devaient donc croiser divers supports et reconsidérer le modèle narratif linéaire de l’écriture autobiographique à partir des cadres discursifs théorisés par Lejeune, pour les dépasser en adjoignant d’autres formes d’écriture de soi dans le but de mettre en lumière des caractéristiques de leur auteur/créateur. L’hétérogénéité de mon corpus a impliqué de prendre en compte de multiples théories : mémoire, génétique textuelle, étude de l’image entre autres.

4Au début de ma thèse, je reviens d’abord sur le contexte historique qui a concerné Negrín avant d’aborder la réalité d’une légende noire qui a marqué cet homme politique. Choisir de s’intéresser à Negrín, en ayant connaissance de la réalité d’une historiographie hégémonique avant les années 1960 et qui a bien évolué depuis, amenait inexorablement à traiter de la notion de mémoire de Negrín bien sûr, mais aussi de mémoire d’une époque, de la IIe République, de la guerre d’Espagne et ses lendemains. Ce qui atteste peut-être le plus que la vision manichéenne de l’histoire appartient bien au passé a été la réhabilitation de Negrín au Parti Socialiste Ouvrier Espagnol en 2009. Dans la première partie de la thèse traitant des correspondances de Negrín, je présente un corpus d’étude de documents privés et professionnels. L’ensemble suit une certaine évolution de la carrière politique de Negrín en tenant compte de la correspondance du Congrès des Députés et celle du Ministère de l’Économie et des Finances. J’y présente la valeur documentaire de ces sources pour la connaissance de l’histoire qu’elles permettent d’expliciter. J’ai trouvé en effet des traces de la recherche de soutiens à l’étranger avant que la République ne s’adresse à l’URSS, j’ai mesuré également l’entreprise de diplomatie de Negrín dans sa quête de soutiens financiers et matériels pour faire face à la guerre. J’ai souhaité aussi accéder au regard de Negrín à travers ses écrits du quotidien dans les sphères privées et par rapport à ses fonctions d’homme politique. C’est pourquoi, grâce une approche sociolinguistique, je prolonge la réflexion sur cette introspection de l’auteur qui fait de ces corpus épistolaires le réceptacle d’émotions, d’actions et du regard critique de Negrín, partagé entre la science, la politique et la famille. Je montre notamment qu’entre 1931 et 1937, période durant laquelle il occupa diverses fonctions, ses inquiétudes envers la tournure bolchevisante du PSOE s’accentuaient et débordaient dans le cadre privé. Par ailleurs, la correspondance menée avec sa compagne Feli renferme de nombreuses traces de son ressenti vis à vis de la politique d’alors.

5Dans la deuxième partie portant sur le discours de Londres avec ses deux versions (brouillon et finie) ainsi que les mémoires inachevés, je poursuis l’analyse des modalités d’introspection de Negrín à travers l’acte d’écriture. La génétique textuelle et l’analyse lexicométrique ont permis d’éclairer les indices matériels de sa mise en mots car il avait opéré divers retours sur ses textes. C’est ce laboratoire secret de l’écrivain qui m’a intéressée particulièrement. Je démontre comment se façonne une image de Negrín qui écrit en tenant compte de la perception d’autrui (discours, mémoires). La politique, la gestion de la guerre et ses effets sur le peuple espagnol fédéraient des réflexions rectificatrices de l’histoire officielle et parfois même elles témoignaient du regard autocritique de leur auteur. Il en résulte que du texte épistolaire aux mémoires, je suis parvenue à dégager des attitudes de Negrín et son ethos d’écrivain. Il réinvestit d’un support à l’autre des thèmes récurrents à l’origine de ses doutes et de ses inquiétudes à tel point que le trait de crayon reflète une écriture en tension, frustrée. Les opérations d’écriture, de réécriture, à travers les brouillons de textes privés et professionnels, à destination d’autrui ou pour soi, portent ainsi la trace du geste de l’autobiographie en images et configurent les espaces de saisie de la mémoire.

  • 3 Danièle Méaux, Jean-Bernard Vray, Traces photographiques, traces autobiographiques, op. cit., p. 19 (...)

6Enfin dans la troisième partie portant sur les regards de Negrín à travers la photographie et le cinéma documentaire, je reviens sur le rapport entre histoire et image avant de me concentrer sur la collection de photos conservées par Negrín. J’ai analysé de corpus photographique comme s’il s’agissait d’une sorte de journal intime qui participe d’une construction de l’image de soi. Negrín entendait bien conserver une vision du monde qui en même temps documentait sa propre vie en gardant tous ces clichés. Lui qui ne prit la plume que tardivement conserva très tôt des photos. Les signes mémoratifs des photos gardées composent un type d’écriture autobiographique car comme le rappelle Alain Schaffner, professeur de littérature à l’université de la Sorbonne Nouvelle : « les traces photographiques dont nous nous servons pour construire notre image ne sont pas forcément les nôtres, mais celles de nos proches et de ceux que nous aimons, celles des lieux, des objets qui nous sont ou nous ont été chers »3. Cette collection était pour lui certainement une façon de revenir métonymiquement en arrière sur soi en divers endroits et à diverses époques, remontant le fil de son histoire et de celle de son pays.

7Mon questionnement s’est intéressé à l’image véhiculée par Negrín, explorée à travers ses textes et ses photographies, mais aussi à partir de la récupération et de la circulation de son image dans l’espace livresque contemporain et dans le cinéma documentaire au XXIème siècle. Je défends que considérer le recours à l’image comme outil de compréhension d’une sensibilité, de valeurs, et de construction de la/des mémoire(s) était un moyen de tenir compte aussi d’une évolution de l’écriture de l’histoire. Le cinéma apparaît comme un véritable moyen d’analyser le passé parce qu’il relance des lectures de l’histoire en juxtaposant des temporalités différentes. J’ai abordé notamment comment les deux films traités mettent en scène la/les mémoire(s).

8À travers tous ces supports, j’ai tenu à aborder le point de vue de Negrín. Ma thèse entend offrir aux historiens la perspective de la subjectivité. J’ai envisagé donc la façon dont les textes, mais aussi les images, sont mis en place dans l’écriture de soi en déstructurant les supports traditionnels de l’autobiographie. Mon corpus d’étude a pris en compte diverses manifestations de l’écriture de soi, de l’appréhension de soi. Puissent-ils contribuer à apporter quelques éléments empiriques sur Negrín.

Haut de page

Notes

1 Philippe Lejeune, Le pacte autobiographique, Paris : Seuil, 1996, p. 14.

2 Danièle Méaux, Jean-Bernard Vray, Traces photographiques, traces autobiographiques, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, CIEREC, Travaux 114, coll. Lire au présent, 2004, p. 78-79.

3 Danièle Méaux, Jean-Bernard Vray, Traces photographiques, traces autobiographiques, op. cit., p. 196.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabrina Grillo, « Juan Negrín et l’écriture de soi : analyse de pratiques textuelles et photographiques », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 07 juillet 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ccec/7034 ; DOI : 10.4000/ccec.7034

Haut de page

Auteur

Sabrina Grillo

Université d’Artois

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Université d'Angers
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals