Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Goya y sus críticos (y otros ensayos)

Pierre Géal
Référence(s) :

Nigel Glendinning, Goya y sus críticos (y otros ensayos), Madrid, Ediciones Complutense, 2017, 630 p. (Edición e Introducción de Jesusa Vega)

Texte intégral

1Amateurs, connaisseurs et curieux de l'œuvre de Goya ne manqueront pas de se réjouir de la réédition de ce livre, dont l'édition espagnole de 1983 était depuis longtemps épuisée. On sait, en effet, toute l'importance de cet ouvrage pionnier dans les recherches sur ce qu'il est convenu d'appeler la fortune critique de l'artiste ; si des travaux récents ont permis d'en explorer certains aspects plus en détail, le panorama critique qu'il nous offre conserve aujourd'hui toute sa valeur.

2A sa parution, en 1977, cette étude se situait dans le champ, bientôt en plein essor, des réflexions sur l'histoire du goût, concrétisées par exemple, pour le domaine européen, par certains travaux de Francis Haskell (Rediscoveries in Art, 1976), et, pour le domaine hispanique, par les recherches de Ilse Hempel Lipschutz (Spanish Painting and the French Romantics, 1972), José Álvarez Lopera (De Ceán a Cossío : la fortuna crítica del Greco en el siglo XIX, 1987), María de los Santos García Felguera (La fortuna de Murillo (1682-1900), 1989 ; Viajeros, eruditos y artistas : los europeos ante la pintura española del Siglo de Oro, 1991) ou Francisco Calvo Serraller (La imagen romántica de España. Arte y arquitectura del siglo XIX, 1995). Il s'agissait, pour Glendinning, de mettre en perspective et d'analyser les différentes lectures et interprétations dont l'œuvre de Goya a fait l'objet, de son vivant jusqu'à nos jours. Loin de se limiter aux documents textuels –formant un corpus déjà considérable–, comme aurait pu l'y inciter sa formation littéraire, Glendinning opte judicieusement pour la prise en compte de sources extrêmement diversifiées, de la presse au cinéma en passant par la poésie, sans négliger la peinture elle-même, qu'elle fasse de la vie de Goya un thème propice à l'anecdote, qu'elle emprunte à son œuvre des motifs "goyesques", ou bien, plus profondément, qu’elle engage avec elle un véritable dialogue.

3Dans son introduction l'auteur souligne la nécessité préalable de tenir compte de l'accessibilité longtemps restreinte et très inégale des différentes œuvres de l'artiste. Ainsi, à l'étranger, l'œuvre peint demeure longtemps méconnu, à l'inverse des gravures, singulièrement des Caprices ; Delacroix, par exemple, a une connaissance précoce de cette série et possède, à sa mort, plusieurs autres gravures de Goya. Glendinning présente ici une brillante synthèse de cette évolution de la "visibilité" de Goya, sans négliger le rôle des reproductions photographiques.

4Dans les chapitres suivants, après un rappel biographique, Glendinning suit un parcours chronologique qui lui permet d'analyser comment naissent et se construisent des approches divergentes de Goya et de son œuvre, comment elles se concurrencent et peuvent entrer rapidement en conflit. Il apparaît ainsi que, du vivant même de l'artiste, des désaccords s'expriment au sujet de son style : "Es evidente que la técnica suelta y excesivamente abocetada de Goya nunca sería aprobada por los puristas y académicos. Los partidarios de las líneas puras nunca admitirían sinceramente a Goya. Sin embargo, incluso durante la vida del artista, hubo españoles y extranjeros que explicaron su técnica en términos de innovación más que de incapacidad, y pensaron que su visión y concepción personal de la pintura abrían nuevas direcciones en el arte." (p.76). Il apparaît aussi, par exemple, que la vision romantique de l'œuvre de Goya n'est pas simplement le fruit du regard étranger ; en Espagne même, en dépit du caractère politiquement conservateur du mouvement romantique, les premières notices biographiques publiées dans les années 1830 proposent déjà le portrait d'un artiste ennemi des conventions et passionné, véritable incarnation du peuple espagnol.

5S’il est chronologique, ce parcours est accompagné d’une mise en garde fort utile à l’égard d’un usage simpliste des catégories : on rencontre couramment, encore à la fin du XIXe siècle, l’image d’un Goya romantique, et une filiation se dessine entre le Goya de Viardot et celui de Sartre, plus d’un siècle plus tard.

6Le lecteur assiste ainsi aux métamorphoses successives d’un artiste tour à tour romantique, anticlérical et sceptique, conservateur et catholique, précurseur de l’Impressionnisme, de l’Expressionnisme et du Surréalisme. L’analyse de ces métamorphoses, toujours précise, s’appuie sur de nombreuses et longues citations. Les auteurs cités, parfois méconnus, font l’objet d’une brève présentation qui permet de contextualiser leur point de vue. Dès les premiers chapitres, l'enquête est nécessairement de caractère international ; l'érudition de Glendinning y trouve sa meilleure expression, et ce n'est pas l'un des moindres intérêts de l’ouvrage que de montrer les répercussions, en Espagne même, des lectures faites à l'étranger d'un peintre qui s'impose progressivement comme une incarnation de l'identité nationale.

7A la fin du livre, un chapitre particulier, consacré aux lectures de l'œuvre de Goya dans le champ « académique », montre le rôle joué par certains auteurs (parmi lesquels J. Ortega y Gasset) pour libérer l’artiste des mythes qui avaient fini par lui faire écran. Au-delà de ce travail de rectification, les principaux apports des spécialistes sont ici mis en perspective, des travaux d’Otto Benesh sur les liens entre l’œuvre de Rembrandt et celle de Goya à l’étude d’Edith Helman sur les rapports entre Goya et les ilustrados, jusqu’à l’analyse par Thomas Harris du processus créatif dans l’œuvre gravé.

8Dans l'un des textes placés en préface à cette étude, Jesusa Vega dresse un portrait émouvant de l'auteur, décédé en 2013, dont la vaste érudition allait de pair avec une grande modestie. Après une réflexion synthétique qui jette un éclairage précieux, en particulier, sur l’arrière-plan politique des approches critiques de Goya au XXe siècle, elle rappelle qu’en écrivant Goya y sus críticos, de même que dans ses autres travaux sur Goya publiés au fil des années, Glendinning ne se cantonnait pas au champ des discussions savantes : la question des attributions, particulièrement aiguë dans le cas de l'artiste aragonais, allait jusqu'à la fin de sa vie susciter de sa part, au-delà de l'érudition scientifique, un engagement éthique. Homme discret, il se fit pourtant un devoir d’intervenir dans l’espace public pour s’opposer à des désattributions dépourvues de fondement scientifique, telles celle du Colosse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Géal, « Goya y sus críticos (y otros ensayos) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 07 juillet 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ccec/7067

Haut de page

Auteur

Pierre Géal

Maître de conférences, Université de Grenoble

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Université d'Angers
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals