Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations

Vivre ensemble. Conflit et cohabitation à Ceuta et Melilla

Living together. Conflict and cohabitation in Ceuta & Melilla
Convivir. Conflicto y cohabitación en Ceuta y Melilla
Alicia Fernandez Garcia

Notes de la rédaction

Thèse soutenue le 27 septembre 2016, à l’université de Nanterre, devant un jury présidé par Pilar Martinez Vasseur (Rapporteure) et composé de Zoraida Carandell, Nanterre, Géraldine Galetoe (Rapporteure), Paris-Sorbonne, Antonio Javier Martin Castellanos, universidad de Cadiz, Julio Perez Serrano (directeur), universidad de Cadiz, Mercè Pujol (directrice), Nanterre. Thèse en cotutelle. Attribution du label Doctorat européen par l’Université de Nanterre et de la mention Doctor internacional par L’Université de Cadix.

Texte intégral

1Ceuta et Melilla sont deux enclaves espagnoles situées au nord de l’Afrique et prises par la force des armes : les Portugais s’emparèrent de Ceuta en 1415 qui devint espagnole en 1640, tandis que les Espagnols conquirent Melilla en 1497. Depuis lors, ces deux territoires à la souveraineté contestée sont des lieux d’affrontements entre les nationalismes espagnol et marocain. Villes-frontières confrontées à l’immigration clandestine, ce sont aussi deux sociétés plurielles où cohabitent juifs, musulmans, chrétiens et hindous. Elles condensent donc tous les défis des sociétés multiculturelles contemporaines, et attirent depuis quelques années l’attention des médias. Elles demeurent pourtant négligées par l’État espagnol et profondément méconnues. Comment les relations interculturelles se sont-elles forgées à Ceuta et Melilla au niveau social, politique et linguistique ? Qu’est-ce que vivre ensemble veut dire dans ces enclaves espagnoles ? Cette thèse étudie la complexité et l’ambivalence des rapports sociaux à Ceuta et Melilla. Un vivre ensemble étudié à travers le binôme « conflit et cohabitation », au singulier afin de marquer sa nature générique. Ainsi, plutôt que de quantifier le conflit, l’intérêt de cette recherche réside dans l’ambivalence même de chacun de ces termes et notamment dans les clivages qui les nourrissent : religieux, sociaux, culturels, ethniques et linguistiques. Cette recherche doctorale s’intéresse donc globalement aux relations interculturelles dans ces villes et plus particulièrement à celles qui existent entre les deux communautés principales, celle des Espagnols d’origine péninsulaire et celle d’origine marocaine. Des interactions qui ont été dans l’histoire et qui demeurent encore dans l’actualité intenses mais aussi controversées.

  • 1 Tamazight : langue parlée à Melilla par une bonne partie des Espagnols d’origine marocaine
  • 2 Dariya : langue parlée à Ceuta par une bonne partie des Espagnols d’origine marocaine.

2Cette thèse se veut une contribution à leur histoire sociale contemporaine et l’approche choisie s’avère originale car elle vise à combler un triple vide existant sur Ceuta et Melilla : d’une part, l’intérêt pour les relations interculturelles ; d’autre part, l’étude comparative des deux villes et l’approche ethnographique sur la nature de la cohabitation ; et enfin, les représentations identitaires, les rapports au nationalisme espagnol et les pratiques et représentations sociolinguistiques des jeunes. L’autre originalité de ce travail est celle de la méthode choisie, qui combine la synthèse historique, par la consultation d’archives et de 400 articles de la presse locale, avec un important travail empirique, grâce à cinq terrains de recherche qui m’ont permis de réaliser 193 entretiens semi-directifs et de recueillir 288 questionnaires. Pour penser le vivre ensemble, trois axes de lecture ont été privilégiés, à savoir la cohabitation, le conflit et l’ambivalence des relations interculturelles. Du point de vue de la « cohabitation », cette recherche a mis en avant comment le legs historique de ces deux villes, conçues pour être des présides, et la mémoire du passé colonial et des guerres avec le voisin marocain, ont conditionné socialement et politiquement les rapports entre les différentes communautés qui y habitent. De plus, l’étude du « conflit » dans les relations interculturelles au sein de ces enclaves a permis de dévoiler comment l’État et les institutions officielles ont forgé un discours visant à renvoyer les populations tamazighophones1 de Melilla et dariyophones2 de Ceuta à leur altérité, si elles ne s’adaptent pas au « moule » nationaliste espagnol omniprésent dans ces villes. Enfin, concernant l’« ambivalence » des relations interculturelles, cette thèse a mis en exergue comment au-delà d’une rhétorique institutionnelle soulignant l’égalité des communautés et l’ancrage d’un multiculturalisme « historique », les relations interculturelles dans ces villes demeurent imprégnées par la domination politique, sociale et linguistique de la communauté catholique majoritaire.

3La première partie de cette thèse consacrée à l’étude des relations interculturelles à travers l’histoire a permis de constater la dominance du conflit. Le devenir espagnol de ces deux territoires contestés a été marqué par la lutte contre le voisin musulman. Le rôle défensif accolé aux villes a sans doute déterminé leur croissance démographique et la militarisation de leurs périmètres. Leur mosaïque sociodémographique prit forme au cours du XIXe siècle grâce à l’installation d’une petite colonie de juifs et de ceux que l’on appelait à l’époque les « moros de paz ». Vers le milieu du XIXe siècle, ces villes furent prises, malgré elles, dans l’offensive coloniale espagnole. Pour justifier ces « guerres d’Afrique », les élites politiques menèrent une véritable campagne de dénigrement du voisin marocain présenté comme l’« infidèle », le traître et l’ennemi historique des Espagnols. Toutefois, si au cours de ces siècles, des « conflits » intercommunautaires existèrent, ils émergèrent surtout lors des périodes de conquête et dans la répression des populations frontalières par l’armée péninsulaire. L’expérience multiséculaire de la cohabitation à Ceuta et Melilla implique ainsi une conscience du vivre ensemble beaucoup plus importante qu’il n’est d’usage de le dire. Et ce, d’autant plus que les besoins du quotidien et la tolérance des citoyens contraste souvent avec les intérêts et les stratégies des élites politiques.

4Suite au désastre colonial de 1898, l’Espagne tâcha de récupérer en Afrique son prestige impérial. La survie de Ceuta et Melilla fut, depuis lors, intimement liée à l’internationalisation de la question marocaine et à l’évolution du mouvement africaniste espagnol. L’un des facteurs qui contribua à la transformation de ces vieux présides en villes modernes fut la déclaration du Protectorat espagnol au nord du Maroc en 1912. Durant ces années, le « vivre ensemble » devint une pratique fréquente, notamment grâce à la présence des voisins marocains dans les troupes auxiliaires indigènes (Regulares, la Compañía de Moros Tiradores del Rif et la Policía indígena). Des années pendant lesquelles l’armée fut l’arbitre du changement politique et social des villes. Après avoir été présentées par Franco comme les « pionnières du Mouvement », la période dictatoriale a été marquée par une certaine tolérance à l’égard des communautés religieuses. Ainsi, depuis les années 1940, le nombre de musulmans originaires du Maroc venus s’installer dans la périphérie des villes, s’est accru. Au milieu des années 1950 et suite aux guerres entre l’Inde et le Pakistan, un groupe de réfugiés hindous vint diversifier un peu plus la mosaïque socioculturelle des villes. Une fois la démocratie de retour, ces villes initièrent une dynamique démographique positive dans laquelle l’immigration marocaine occupe une place centrale.

5En 1995, Ceuta et Melilla furent finalement reconnues « Ciudades autónomas ». Une reconnaissance constitutionnelle timorée les incluant néanmoins dans le système autonomique espagnol, mais en perpétuant leurs différences à l’égard des autres villes péninsulaires ainsi que leur situation toujours à la marge du cadre institutionnel général. En effet, le retard dans la reconnaissance de l’autonomie a mis en évidence le manque d’un projet politique défini à l’égard de ces villes et de leur rôle au sein de l’Espagne. Une indifférence qui cache également le besoin de perpétuer un certain statu quo afin de ne pas susciter un regain des tensions avec le Maroc. Le flou autour du statut de l’autonomie des villes a toutefois déclenché une lutte sociale de la part des habitants. Ainsi, en 1991, une Plateforme autonomique fut créée à Ceuta par certains partis locaux afin de faire pression sur le gouvernement central. De même, une manifestation fut convoquée à Melilla le 6 décembre 1994. Enfin, lorsque le statut décaféiné de « Ville autonome » fut accordé, il fut l’objet d’une forte contestation sociale. Ainsi, à Ceuta, une grève générale fut organisée et elle fut accompagnée d’une marche vers Madrid. La vie politique des villes montre comment la lutte pour l’autonomie a toujours été un sujet central des campagnes électorales lors des élections municipales. Dans le contexte d’évolution de l’UE, si l’adhésion à l’espace Schengen (1995) a été présentée comme devant renforcer l’européanisation des villes, la réalité a été toute autre, car de nombreux migrants meurent désormais quotidiennement à leurs frontières. Ceuta et Melilla sont devenues des « points chauds » de la politique de contrôle des frontières en raison des vagues migratoires récurrentes de jeunes subsahariens et maghrébins qui tentent d’y pénétrer, voyant dans ces territoires une porte d’entrée en Espagne et vers l’Europe.

6Dans la seconde partie de cette thèse, l’étude de la société, de la politique et du nationalisme espagnol complète l’intérêt porté sur l’histoire sociale des villes. Ainsi, le chapitre « Ceuta et Melilla, mosaïques socioculturelles : dynamiques identitaires et cohabitation social » présente les principales communautés qui peuplent ces villes afin d’étudier leur démographie, leur organisation et leur religiosité. Des communautés très clivées socialement et caractérisées par un manque de mixité, comment le montre par exemple le taux très faible de couples mixtes, preuve de l’existence de liens sociaux privés très faibles. Des villes qui se caractérisent de même par un type de multiculturalisme asymétrique, à savoir par une ségrégation sociale et urbaine, une sorte de ghettoïsation, qui se conjugue avec de fortes inégalités entre les différents collectifs. Parallèlement, ce chapitre retrace l’historique de la lutte sociale des musulmans de Ceuta et Melilla pour l´accès à la citoyenneté espagnole. Dans le contexte de l´approbation de la « Ley de Extranjería » (1985), la situation des Marocains nés dans ces villes créa une controverse sociale et politique sans précédent. En les considérants comme des « étrangers », alors même que la plupart d’entre eux étaient nés dans ces enclaves, cette loi les excluait d’une appartenance possible au groupe social majoritaire. L’enjeu était en fait celui de la reconnaissance de leur autochtonie et l’entretien d’un certain nationalisme culturel et ethnique dans ces enclaves. Le collectif musulman de Ceuta et Melilla initia ainsi une lutte afin de sortir de l’invisibilité politique et sociale et d´acquérir une reconnaissance à part entière en tant que « citoyens espagnols », car ces habitants d’origine marocaine ne disposaient pas de documents juridiquement valides.

7Ensuite, le chapitre « Les partis politiques à Ceuta et à Melilla et les enjeux de l’identité locale (1977-2015) » s’intéresse aux arènes politiques dans ces villes où la droite conservatrice du Parti populaire est devenue hégémonique. De plus, en ce qui concerne les électeurs musulmans, s’ils sont plus nombreux sur les listes de partis, ils sont le plus souvent placés à des postes peu influents. Un électorat musulman qui est bien plus éclectique à Ceuta qu’à Melilla. L’ethnicité et le communautarisme défient encore la vie politique locale. Ainsi, malgré un refus de l’étiquette ethnique, les partis dirigés par des musulmans attirent la plupart des électeurs de ce collectif et vice-versa. Enfin, lors de l’étude du nationalisme espagnol et de son rapport à la mémoire à Ceuta et Melilla, j’ai tâché de montrer comment les discours officiels, l’invention de traditions, la célébration de cérémonies ainsi que l’usage de symboles ont été essentiels à la création dans ces enclaves d’un imaginaire national très patriotique axé sur la défense de la souveraineté espagnole. Ces faits traduisent le poids d’un nationalisme espagnol combatif qui demeure imprégné du legs franquiste. Une iconographie mémorielle qui participe à la transmission d’une mémoire sélective, à savoir celle des vainqueurs, et qui s’appuie sur une forme de négationnisme historique à l’égard de l’apport du voisin marocain dans les sociétés de ces villes. En effet, les quelques allusions faites à ces voisins marocains reprennent le plus souvent la dichotomie stéréotypée entre civilisation chrétienne et barbarie maure.

8La troisième partie de cette thèse intitulée « Stéréotypes, école et langues », s’intéresse d’abord, au rôle joué par les stéréotypes dans la construction des identités et à leurs impacts sur le vivre ensemble. Dans ces deux villes où l’habitant musulman a constamment été dressé comme « l’Autre » par excellence, l’analyse des mécanismes qui interviennent dans la représentation de soi-même et de celle d'autrui a permis de montrer la construction du stéréotype du maure comme « l’ennemi historique de ces villes ». La défense souveraine des villes par le biais des guerres d’Afriques (celle de 1859, 1893,1909 et 1921) a forgé le mythe du patriotisme des habitants. De même, cette recherche doctorale a mis en évidence comment la précarité socioéconomique des habitants d’origine marocaine nourrit encore de nos jours l’image stéréotypée du Marocain voulant vivre de l’assistanat. Enfin, l’impact de la mémoire et du nationalisme a permis de comprendre la portée du stéréotype maintes fois entendu chez les péninsulaires, de Ceuta et Melilla comme deux berceaux du franquisme. Depuis le début des années 2000, dans le contexte de regain de tensions internationales et des attentats terroristes, les autorités des villes tiennent un discours pluraliste et mènent des initiatives en faveur de la promotion de la diversité culturelle. Mais cette promotion se réduit souvent à une folklorisation des aspects religieux les plus remarquables des différentes cultures, dont la mise en scène reste cantonnée aux rues du centre-ville. Toutefois, la fabrique quotidienne de la coexistence qu’il est possible d’observer tant à Ceuta qu’à Melilla, est parfois symptomatique d’un véritable vivre ensemble dans la mesure où la cohabitation est une réalité quotidienne. Cependant, dans de nombreux quartiers et lieux publics, il est possible d’observer une sorte de cohabitation sociale en « trompe-l’œil » : on vit ensemble mais à côté l’un de l’autre. Si l’attachement à l’Espagne semble être un trait identitaire partagé, dans l’imaginaire collectif on a fait d’eux des Espagnols de deuxième classe.

9L’étude des relations interculturelles à l’école, en m’appuyant sur des entretiens et la passation de questionnaires, a permis de constater comment les élèves, indépendamment de leur groupe culturel d’origine, se disent ouverts aux autres. Ces déclarations d’intention sont toutefois mises en question par l’existence de préjugés et le refus de partager l’intimité avec un partenaire issu d’une autre culture. De plus, la pratique interculturelle dans les établissements scolaires des villes s’avère incomplète dans la mesure où l’apport arabo-musulman est souvent négligé. Finalement, la concentration de la population d’origine marocaine dans certains quartiers des villes a débouché sur l’existence de véritables « écoles-ghetto », dépourvues de toute diversité culturelle, où le redoublement et l’échec scolaire font des ravages. Des écoles qui font face à de nouveaux défis éducatifs tels que le port du voile, consenti dans les écoles des villes, et la forte demande des cours de religion. Enfin, le dernier chapitre « Nationalisme linguistique et contact de langues », montre comment la question linguistique dans ces villes est officiellement conjuguée au singulier. L’impact du nationalisme linguistique à Ceuta et Melilla se caractérise donc par la perception du dariya et du tamazight comme étant une menace pour l’identité collective et nationale car dans ces villes, le nationalisme linguistique espagnol a fait du castillan la représentation de l’appartenance au groupe majoritaire. En ce qui concerne les pratiques linguistiques, j’ai montré, à travers l’enquête par questionnaires, que si la majeure partie de mon échantillon constitué par les Espagnols d’origine marocaine, peut comprendre le dariya et le tamazight, ces lycéens ne se considèrent pas pour autant comme bilingues. Un bilinguisme qui est d’ailleurs perçu comme perturbateur, dans la mesure où il manifeste l’infériorité linguistique des locuteurs du dariya et du tamazight face à l’arabe, langue du sacré, et face aussi au castillan, langue de la réussite, de l’appartenance au groupe social majoritaire et de la « nation » espagnole. Cette carence de compétence bilingue s’explique par la perte de l’usage de ces deux langues au sein de la famille mais aussi par la négligence au sein même du système éducatif des compétences bilingues présentées initialement par une partie importante des élèves.

Haut de page

Notes

1 Tamazight : langue parlée à Melilla par une bonne partie des Espagnols d’origine marocaine

2 Dariya : langue parlée à Ceuta par une bonne partie des Espagnols d’origine marocaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alicia Fernandez Garcia, « Vivre ensemble. Conflit et cohabitation à Ceuta et Melilla », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 07 juillet 2018, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ccec/7079 ; DOI : 10.4000/ccec.7079

Haut de page

Auteur

Alicia Fernandez Garcia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Université d'Angers
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals