Navigation – Plan du site
Comptes rendus

En el torbellino. Unamuno en la Guerra Civil

Marie-Angèle Orobon
Référence(s) :

Colette y Jean-Claude Rabaté, En el torbellino. Unamuno en la Guerra Civil, Marcial Pons, Madrid, 2018, 287 p.

Texte intégral

1Quel hispaniste ne connaît pas l’affrontement qui opposa le professeur Miguel de Unamuno au général Millán Astray dans le grand amphithéâtre de l’Université de Salamanque le 12 octobre 1936 ? Cet épisode, qui ne devait être repris par l’historiographie que dans les années 60, serait marqué par la célèbre affirmation « vous vaincrez, mais vous ne convaincrez pas » qui deviendrait l’emblème non seulement de la lutte entre la force et la raison, mais aussi de la supériorité morale du camp des vaincus de la Guerre Civile espagnole.

2C’est principalement à la démythification de cet épisode que s’intéresse En el torbellino. Unamuno en la Guerra Civil à partir de documents (presse, correspondance privée, journaux intimes) peu exploités jusqu’à présent, voire inédits. Colette et Jean-Claude Rabaté offrent avec cet ouvrage, après l’excellente biographie qu’ils lui consacrèrent (Miguel de Unamuno. Biografía, Taurus, 2009), une enquête minutieuse concentrée sur les derniers mois de vie du philosophe, au début de la Guerre Civile, un temps habité par les doutes, les contradictions et les paradoxes, reflet métonymique de ce que fut la vie d’Unamuno, mais aussi de cette étape de l’histoire espagnole.

3Bien que les auteurs se proposent de faire émerger la « cohérence intra-historique » de l’attitude de Miguel de Unamuno, au-delà de l’écume des événements, tout le livre repose sur une solide contextualisation historique et politique, nationale et internationale, depuis la proclamation de la IIe République, sur fond de montée des totalitarismes en Europe, jusqu’au coup d’État du 18 juillet 1936, le début de la Guerre Civile et la mort du philosophe, le 31 décembre 1936. Les deux premiers courts chapitres, de la proclamation de la II République au soulèvement militaire, sont fondamentaux pour comprendre la croissante hostilité d’Unamuno envers le nouveau régime, bien que, comme on le sait, il ait proclamé lui-même la République en ce festif 14 avril 1931 depuis le balcon de la mairie de Salamanque. La vague de violence anticléricale de mai 1931, la dégradation de sa relation avec Manuel Azaña, ainsi que la politique favorable à l’autonomie de la République entameraient sérieusement son adhésion républicaine des premiers temps. Ensuite, la désillusion entraînée par le gouvernement conservateur (1933-1936), la révolution des Asturies d’octobre 34, le Front Populaire qui, d’après Unamuno entretient une “salvaje guerra incivil” achèveraient de consommer un divorce annoncé déjà dans son article “Y va otra vez de monodiálogo”, rejeté par la rédaction de El Sol et publié, le 12-XII-1932 dans Ahora avec lequel il débute alors sa collaboration (p. 28). Dans le fond, le changement radical d’Unamuno à l’égard de la République est le reflet d’une sorte de mirage –la pacifique révolution unitaire du 14 avril qui connaîtrait son climax le 1er mai suivant, lorsque Unamuno avait défilé à Madrid au bras de Francisco Largo Caballero et Indalecio Prieto– mirage qui se briserait à peine deux semaines plus tard avec l’incendie des couvents.

4L’ouvrage est essentiellement consacré à retracer, de façon précise et détaillée, le chemin parcouru par Unamuno depuis son adhésion explicite au « camp nationaliste » (« bando nacional ») jusqu’à ce que l’on connaît comme « l’altercation » du grand amphithéâtre de l’Université de Salamanque, en passant par la douloureuse prise de conscience devant les « Désastres de la guerre », titre opportun du chapitre IV, cardinal dans le déroulement de la narration historique. La claire réminiscence de Goya ne renvoie pas seulement à l’horreur sanguinaire et monstrueuse de la guerre, mais également à un réquisitoire anti-belliciste commun au peintre et au philosophe. “Da asco ser hombre”, écrit Unamuno dans son journal intime El Resentimiento trágico de la vida (cité p. 122). Et, en effet, le philosophe qui s’était fait, au début du XXè siècle, le chantre du mythe de la guerre civile en tant que thérapie palingénésique, comme le rappelle Juan Francisco Fuentes dans son article « Belle époque : Mito y concepto de guerra civil en España (1898-1939) » (Revista de Occidente, n° 389, 2013), en vint à condamner « la guerra civil incivil » dans les mois qui suivirent le soulèvement du 18 juillet 1936. Dans les pages de El Resentimiento trágico de la vida, magistralement interprétées par les auteurs, Unamuno dénonce le pouvoir d’anéantissement de la Guerre Civile et la culpabilité collective : “Entre los hunos [los rojos] y los hotros [los “nacionales”] están descuartizando a España” (cité p. 121).

5On ne peut manquer d’être frappé que, même au milieu de sa douloureuse prise de conscience et presque jusqu’à sa mort, Unamuno ait conservé sa confiance dans le général Franco pour sauver l’Espagne (« militarmente, al menos, este soldado puede salvar a España », cité p. 92) et qu’il ait cherché à le disculper rejetant la responsabilité des violences sur le général Mola (« el pobre Franco se ve arrastrado en ese camino de perdición », cité p. 177; « víctima y juguete de la jauría de hienas », cité p. 179). Aveuglement ou bien réminiscence du mythe de l’homme providentiel cher à la génération de 98 ? Égarement traversé d’éclairs de lucidité, car Unamuno pressent que « [l]a más feroz tiranía nos amenaza » (cité p. 179).

6Contrairement à ce qu’ils firent dans la biographie, les auteurs ne reconstituent pas l’intervention dans le Grand Amphithéâtre, qui, depuis le récit « canonique », reconstruit d’après des sources indirectes par Hugh Thomas dans son ouvrage fondateur The Spanish Civil War (1961), a été l’objet de nombreuses réécritures. Cette fois, la primauté est donnée à la source authentique pour offrir une analyse aussi minutieuse que bien informée des notes prises par Unamuno pendant la matinée littéraire organisée pour la fête du 12 octobre. Ce document, le dos de la lettre que lui avait adressée l’épouse d’Atilano Coco, emprisonné depuis le 31 juillet, afin qu’il intercède en sa faveur, est reproduit dans l’ouvrage (p. 138). À la lumière de la trajectoire intellectuelle et idéologique d’Unamuno, de ses essais et de ses romans, du contexte national et international, Colette et Jean-Claude Rabaté livrent une admirable interprétation de ce que put être la réplique du philosophe, après les interventions des orateurs (José María Ramos y Loscertales, Vicente Beltrán de Heredia, Francisco Maldonado de Guevara et José María Pemán) : l’intuition de la guerre internationale qui faisait rage sur le territoire national, le caïnisme, la supériorité du pouvoir de la raison sur la violence (« vencer y convencer »).

7Après ce 12 octobre 1936, Miguel de Unamuno à qui le Mouvement national avait rendu sa qualité de recteur, après sa destitution par Manuel Azaña le 22 août 1936, pour l’instrumentaliser en tant que caution intellectuelle, serait puni pour son acte de rébellion, « encarcelado disfrazadamente » (cité p. 166) dans sa propre maison. Mais le camp « nationaliste » devait se réapproprier la figure de l’intellectuel en un ultime et cruel trait d’ironie, puisque les funérailles d’Unamuno, auxquelles ne purent assister tous ses enfants, deux d’entre eux se trouvant en zone républicaine, revêtirent une ostensible mise en scène fasciste. Le cercueil, porté par quatre phalangistes (dont l’un, Miguel Fleta, avait chanté La Marseillaise sur la Puerta del Sol en ce désormais lointain 14 avril 1931) fut ensuite drapé de la bannière rouge et noire de la Phalange et salué, bras levés, selon le rite fasciste.

8C’est alors que dans le dernier chapitre commence un autre chemin qui, du point de vue des vaincus, mènerait l’intellectuel de Salamanque de sa chute –l’adhésion au camp « nationaliste » qui aboutit aux funérailles phalangistes– à sa rédemption –Unamuno en tant qu’emblème de la résistance républicaine après sa rébellion dans le Grand Amphithéâtre de son Université, comme devait le montrer le film de Frédéric Rossif Mourir à Madrid (p. 222-224). L’ouvrage aborde dans cette étape finale la dramatisation et mythification de la cérémonie du 12 octobre et, au-delà, l’élaboration du « mythe unamunien » (p. 227), essentiellement à partir du récit écrit en 1941 par Luis Gabriel Portillo, qui n’avait même pas assisté à l’incident. De cette narration dramatisée viennent les fausses interprétations et attributions erronées, comme la reconstruction de l’affrontement entre Unamuno et Millán Astray.

9Cependant, dès 1937, André Malraux avait offert dans L’espoir une version romancée de cette altercation, qui donne lieu à une réflexion, en résonance avec la thématique centrale du roman, autour de l’impossible relation du grand intellectuel, « l’homme de la nuance » et « par essence, anti-manichéen », avec l’action « manichéenne » par définition. « Unamuno manquera bien sa mort » affirme l’un des héros du roman. C’est justement ce double mouvement qu’expliquent Colette et Jean-Claude Rabaté avec nuance, prudence et humilité et sans chercher à disculper Miguel de Unamuno dont ils sont les spécialistes internationalement reconnus : le rendez-vous manqué final du philosophe avec l’histoire, cet aveuglement souligné à plusieurs reprises dans En el torbellino et sa rencontre post-mortem avec la légende.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Angèle Orobon, « En el torbellino. Unamuno en la Guerra Civil », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 07 juillet 2018, consulté le 15 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/ccec/7151

Haut de page

Auteur

Marie-Angèle Orobon

Maître de conférences honoraire, CREC Université Paris-iii

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Université d'Angers
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals