Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La represión franquista en el sudoeste de la provincia de Salamanca (1936-1948)

Michel Ralle
Référence(s) :

Ángel Iglesias Ovejero, La represión franquista en el sudoeste de la provincia de Salamanca (1936-1948), Centro de Estudios Mirobrigenses, Ciudad Rodrigo, 2016.

Texte intégral

Un territoire particulier, une approche ambitieuse

1Ce sont des raisons à la fois anecdotiques et personnelles qui ont d’abord attiré mon attention sur les travaux que Angel Iglesias a consacrés à la répression franquiste dans le sud-ouest de la province de Salamanque –en gros le district de Ciudad Rodrigo qu’il définit aussi comme la « umbría salmantina desde la frontera de Portugal hasta la sierra de Francia ». Ce territoire m’a été un peu familier et j’y avais entendu parler, il y a longtemps, des exécutions qui avaient accompagné sa prise en main par les militaires soulevés. En publiant il y a une dizaine d’années dans les riches numéros 9 et 10 de la revue Prohemio, les actes du colloque, « Memoria histórica-Historia oral », dont il avait été l’organisateur, A. Iglesias avait déjà livré des données décisives. Elles montraient que dans la plupart des communes l’impact social du processus répressif avait été fort et qu’il avait duré. Il s’agit pourtant d’une zone que les histoires de la guerre civile ont assez peu mentionnée et où les militaires ont avancé rapidement à l’été 1936 et apparemment sans comportements aussi systématiques et brutaux que dans bien d’autres.

2Dans ses premiers textes A. Iglesias avait assumé sans détour que le premier objectif de sa recherche était de récupérer la mémoire des victimes. Les dimensions modestes de l’ensemble des communes concernées ont aidé à repérer et à reconstituer beaucoup de leurs trajectoires. Le livre de 2016 se donne un objectif plus large : établir un bilan le plus complet possible de la répression et de son impact social. En même temps il prolonge de manière encore plus élaborée la réflexion initiale sur les composantes et les attitudes du premier franquisme dans ce domaine et sur les débats méthodologiques que peut susciter ce type de recherche. La proximité avec le terrain et un contact très effectif avec le quotidien des campagnes ont eu sans doute leur part dans le souci de cerner tant les appartenances et les insertions politiques que les nombreuses répercutions sociales de la répression que d’autres reconstitutions historiographiques ont pu négliger.

3Il est significatif que les travaux de A. Iglesias ait signalé d’emblée un net décalage entre les traces écrites d’ordre institutionnel, assez rudimentaires et orientées, des manifestations répressives et une mémoire encore vivace dans une partie des familles dont des membres ou des proches avaient soutenu la République. Elles avaient pourtant été contraintes au silence par la « estrategia de terror, perfectamente organizada y silenciada, como en casi todas las provincias de Castilla y León » –ce sont ses mots dans l’article « La estrategia de los vencedores de 1936-1939 y su hybris en El Rebollar salmantino : la memoria de las víctimas » (numéro 25 de Hispanística, p. 97). Cet écart a conduit à interroger la fiabilité des sources qu’elles soient orales ou archivistiques en les croisant de manière presque constante. C’est un des traits marquants du livre sur lequel le compte rendu reviendra car évoquer les obstacles rencontrés dans le travail de documentation a contribué à rendre les vécus des victimes et ceux des acteurs de la répression plus proches des lecteurs. La tentative de reconstituer l’ensemble des actes, et qui a impliqué de tenir compte au moins autant de leur portée sociale que de leurs significations politiques, a ainsi une dimension d’ordre anthropologique qui n’est pas fréquente dans ce type d’études.

4Établir un bilan qui comporte le plus grand nombre possible des initiatives répressives qui ont pu affecter le sud-ouest de la province a conduit à prendre en compte les nombreuses autres punitions, apparemment moins sévères et moins remarquées que les décès ou les longues détentions. Elles ont pesé sur le quotidien de la vie sociale en temps de répression, celui des villages comme, en partie, celui de Ciudad Rodrigo, lieu de décisions, de services et de sociabilités qui en en ont fait un petit cadre urbain. Ce que A. Iglesias a considéré comme son « objetivo prioritario […] poner nombre a las víctimas sin renombre de la represión franquista » (p.559), et qui devait être le premier point d’un ouvrage qu’il a voulu exhaustif, impliquait donc d’exposer toutes les occurrences répressives dans leur extrême diversité depuis les plus nettes et les plus visibles, jusqu’aux dommages apparemment moins lourds qui, des plus concrets aux plus symboliques, ont affecté la vie sociale des victimes.

5La construction du livre en a été tributaire puisqu’il devait faire à la fois la « historia de la gente » (p.567) et celle des fonctions politiques de la répression ce qui supposait d’y inclure, ce ne sont que des exemples, aussi bien la portée « pédagogique » de la terreur, que le type de cibles retenues –les « víctimas elegidas » (pp. 455ss) –, que les circonstances ou les considérations, y compris les arrière-pensées, qui ont décidé du type de châtiments –ils ont pu être « extrajudiciales » ou découler de décisions de tribunaux militaires. Il a dû ainsi trouver des moyens de combiner un très grand nombre d’informations et de précisions et analyser comment elles faisaient sens. L’apparence de simple énumération sous laquelle il se présente à première vue n’est finalement pas telle. Il sera donc question dans ce compte rendu d’aborder à la fois le projet lui-même et sa forme, les modalités de la recherche et, parmi les thèmes qui peuvent rendre compte du processus répressif, ceux qui concernent sa portée sociale et ceux d’histoire politique qui renvoient à la prépondérance des militaires, non sans tensions internes, dans l’objectif, à première vue partagé avec les autres intervenants politiques ou religieux, de destruction du nouvel État démocratique et des mouvements sociaux qui, avec quelques divergences, l’avaient soutenu.

La logique de l’exhaustivité

6La represión franquista en el sudoeste de la provincia de Salamanca (1936-1948) est un épais volume, déjà réimprimé, de 675 pages aux apparences et à la facture très soignées où apparaît d’emblée le souci de réunir de manière détaillée l’ensemble des manifestations répressives. Présentées, ou simplement mentionnées, tout au long de nombreux sous-chapitres et rubriques elles sont également rassemblées dans de longs appendices qui comportent tableaux et récapitulatifs par communes, par types de peines subies, par instances concernées, par acteurs impliqués dans les actes répressifs, par types de sanctions ou de victimes…

7La multiplicité des données est une première confirmation de la persistance des logiques de répression à l’œuvre depuis la prise de contrôle, au début de l’offensive militaire, du sud-ouest de la province de Salamanque –A. Iglesias dénombre plus de deux cents morts dans ce territoire assez peu peuplé– et aussi des conséquences sociales de l’oubli, tel que le régime franquiste l’a organisé, des victimes et de l’opposition populaire à l’offensive de l’été 1936. Le cas a été différent de celui de la voisine Extrémadure, théâtre de massacres de masse. Les plus connus, ceux de Badajoz et de Merida, rappelés dans beaucoup d’études, ont d’emblée donné du franquisme une image de violence et d’insensibilité que sa propagande n’a pu effacer. Ces moments extrêmes ont pu suggérer que la durée de la répression a été limitée dans les zones assez vite contrôlées. Il est vrai que le déroulement des opérations militaires a porté ailleurs l’attention des observateurs et que les punitions infligées dans la période de la mise en place du nouveau régime ont été moins perceptibles pour des opinions publiques étrangères assez vite bouleversées par la deuxième guerre mondiale et par les affrontements idéologiques qui l’ont suivie. La façon dont l’institution militaire s’est parfois désintéressée des débordements de ses soutiens supplétifs, ceux de phalangistes en particulier, impliquait de préciser les attitudes des uns et des autres dans un contexte où les justifications discursives qui ont accompagné l’entreprise de répression ont eu recours à la thématique du « front », el frente, entendue d’un point de vue global, auprès de populations qui en étaient loin, pour affirmer que l’état de guerre était partout. Ces dynamiques idéologiques dans lesquelles se sont inscrits les agents de la répression ont aussi fortement configuré le quotidien du territoire concerné.

8Il apparaît cohérent que l’ambition de l’ouvrage de ne négliger aucune initiative répressive, l’ait poussé à élargir son champ chronologique au-delà des années habituellement retenues. A celles de la phase de prise en main des territoires par les militaires et par leurs supplétifs, au cours de la guerre proprement dite, des études ajoutent celles de l’institutionnalisation, après « el estado campamental », du « nouveau régime ». En fixant le terme plus loin, à 1948, deuxième date du titre, la période qui a suivi le conflit est donc envisagée presque jusqu’au terme des mouvements de guerrillas. Qu’il y ait eu moins de documents disponibles pour les années quarante (p. 567) n’a pas dissuadé de les inclure puisqu’elles montraient la continuité de la volonté de répression –on verra que d’autres thèmes sur lesquels les informations étaient aussi aléatoires n’ont pas, non plus, été écartés.

Les documents

9Pour inclure des aspects moins spectaculaire, ou souvent considérés comme secondaires, de la répression et dont l’effacement pouvait atténuer ses conséquences, en particulier sociales, le livre a donc voulu prendre en compte l’ensemble des vecteurs qui, quel que soit leur statut, pouvaient transmettre une information. Celui, plus formel, du document d’archive en a d’autant moins exclu d’autres qu’il y a des failles dans les séries où il est inséré et que, par ailleurs, il fait peu état de l’impact social des initiatives répressives. S’il faut une trace archivistique pour confirmer des pistes fournies par les témoignages oraux, ceux-ci peuvent mettre parfois sur la voie de leurs conséquences. Les très nombreux propos recueillis dans plusieurs dizaines de localités autour de Ciudad Rodrigo confirment d’abord la durée et la persistance des effets des processus répressifs chez les victimes encore vivantes comme chez leurs proches ou chez d’éventuels témoins. Cette documentation est particulièrement riche pour la commune de Robleda et ses environs, le territoire que A. Iglesias connaît le mieux, mais elle est également dense et significative pour la plup art des villages. Et même si les témoignages ont pu déplacer, c’est assez rare, des reconstitutions vers ce qui relève du devoir de mémoire et, donc, d’une motivation qui ne serait pas d’ordre historiographique, sans lui l’auteur n’aurait pas essayé de recueillir un aussi grand nombre d’informations sur des destins tragiques ou de lourdes difficultés de vie et, au-delà de ceux-ci, sur le quotidien des habitants de la zone dont il a exploré l’histoire.

10Le livre est donc aussi le résultat d’une recherche d’archives de très grande ampleur dont la partie la plus spectaculaire est constituée par le dépouillement, lorsqu’ils ont fini par être accessibles et maniables, des dossiers personnels contenus dans les « Expedientes militares del Archivo Intermedio de la Región Militar Noroeste Ferrol ». C’est dans cette localisation géographique inattendue de ces sources, et qui rappelle des pratiques de documentation ou de surveillance du franquisme, que plusieurs centaines concernent le sud-ouest « salmantino ». Les archives provinciales ainsi que les papiers conservés par quelques municipalités ont été également consultés en profondeur. Aussi bien les archives militaires que celles du Gobierno civil, parce qu’elles s’inscrivaient dans une volonté de répression sans faiblesse, négligent des informations concrètes sur les faits ou sur les personnes. Ces attitudes sont l’occasion d’analyses éclairantes sur le souci d’affirmer la légitimité du « Movimiento » et du « Nuevo Estado ». La combinaison de deux types de documentation, que A. Iglesias définit comme « fuentes compatibles y complementarias », est rappelée jusque dans les conclusions du livre (p. 559). Ce croisement des sources a été d’autant plus pertinent que les enregistrements oraux ont commencé il y a une quarante d’années alors que les dépouillements d’archives ont été plus tardifs.

11Les failles documentaires n’ont atténué ni le souci d’exhaustivité du projet de A. Iglesias ni sa curiosité méthodologique, en particulier sa réceptivité à l’égard des approches qui peuvent rendre compte des attitudes des collectifs politiques et sociaux concernés. Le dernier point du chapitre final sur les victimes, et qui est consacré aux femmes, qu’elles aient fait l’objet d’une condamnation ou qu’elles aient été poursuivies de manière plus informelle, en est un des meilleurs exemples. Leur moindre présence dans la documentation officielle a rendu, en effet, plus difficile de cerner les formes de répression qui leur ont été infligées puisque les conseils municipaux, les représentations des partis du camp républicain –dans les quelques cas où il y en avait eu hors de Ciudad Rodrigo– et les directions des associations paysannes ne comprenaient formellement que des hommes et ce sont ces collectifs, faciles à identifier depuis qu’ils avaient pris part à une certaine redistribution des pouvoirs, qu’il s’est d’abord agi de supprimer. Les ordres et les bilans des exécutions ne laissent aucun doute sur le caractère prioritaire de la neutralisation violente des maires, des élus municipaux, des responsables d’associations parce qu’ils avaient constitué les bases de la présence du Front populaire –certains avaient été les premiers relais de la démocratisation de la vie politique pendant le premier « bienio » de la République. La logique de la répression n’a pas épargné ceux, et tout autant celles, dont la présence dans les rassemblements comme dans les échanges publics, avaient contribué d’une manière plus informelle à diffuser dans les communautés villageoises les nouvelles références politiques démocratiques.

12La moindre visibilité institutionnelle des femmes les a davantage exposées à des actes informels. Cependant il n’y a pas beaucoup d’éléments susceptibles d’identifier celles qui ont été victimes d’exécutions « extrajudiciales » dont le nombre a pu être sous-estimé. Une analyse serrée des condamnations écrites, complétée par des éléments des trajectoires des inculpées et des traces de leur présence sociale dans les voisinages ou dans les solidarités, confirme des capacités d’intervention significatives. La sévérité des verdicts, de presque de tous, et leur caractère effectif –les années de prison pour des cris de colère ou des plaisanteries ont rarement donné lieu à des remises de peines– ne constituent pas une information secondaire ni sur les comportements des autorités ni sur les initiatives féminines dans les confrontations sociales et politiques. Elles vont dans le même sens que les punitions informelles mentionnées dans les témoignages oraux : agressions des voisinages, boycotts, refus de donner du travail à des veuves, des mères, des filles ou des sœurs de victimes. Un cas particulièrement significatif a été l’obligation imposée par des membres de l’institution religieuse à des veuves de militants qui, lorsqu’elles ont eu la possibilité de se remarier, ont été contraintes de reconnaître que leurs maris victimes d’exécutions « extrajudiciales » étaient décédés de mort naturelle (p. 550).

Aux prises avec la multitude des cas, des images et des questions

13A. Iglesias écrit qu’il n’a réalisé qu’un « bosquejo significativo » (p. 46). Comment aurait-il pu en être autrement ? Pour autant c’est une impression d’exhaustivité que donne le grand nombre de situations, de confrontations, de lieux, d’images, voire de métaphores, qui se succèdent dans le livre. Il confirme la diversité considérable des modalités et des conséquences, en particulier sociales, de la répression. L’objectif de ne rien omettre de ce qui pouvait être rattaché aux initiatives répressives et à leurs conséquences a conduit, en tout cas, à multiplier les catégories, les rubriques voire les cas. C’était augmenter les risques de répétitions. A. Iglesias les a acceptées et elles ne pèsent pas forcément sur le récit car souvent les données s’éclairent entre elles, permettant de situer « bourreaux », un mot souvent utilisé à propos des acteurs de la répression, et « victimes » dans la diversité de leurs appartenances, sociales, politiques voire culturelles.

14Les villages et les voies de contact entre eux, les appartenances politiques, sociales et religieuses, les lieux de travail et de sociabilité, en s’ajoutant aux événements militaires et politiques eux-mêmes fournissent déjà de nombreuses occurrences que le livre nomme et classe. Les phases chronologiques du conflit, celles des changements des instances légales des villages en constituent d’autres. L’histoire sociale d’un monde rural fragmenté renvoie, pour sa part, aux relations contrastées entre propriétaires et salariés agricoles. Il est vrai que, après les mesures concernant l’embauche des travailleurs salariés auxquelles le passage de Largo Caballero au ministère du travail avait apporté, lors du premier « bienio » de la République, quelques protections d’ordre légal, la victoire électorale du Front populaire, après les deux années de revanche conservatrice, a été reçue par la petite paysannerie de la province comme un encouragement à mettre en culture des parties des grandes propriétés et des terrains communaux –des études sur les occupations des terres ont montré que ces initiatives éphémères de réforme agraire ont été fréquentes en Castille. Dans cette partie de la province, elles ont été défensives et pragmatiques avant que l’offensive des militaires n’y mette fin. Elles permettent en tout cas de préciser les logiques de répression dont leurs acteurs ont été victimes. D’autres mentions, trop nombreuses pour être résumées ici, concernent la vie sociale des villageois désormais soumise à punitions lorsque certaines de ses manifestations rappelaient, même de loin, des références ou des pratiques désormais prohibées. En particuliers ceux qui pouvaient être considérés comme proches du très relatif processus de modernisation sociale des décennies antérieures, instituteurs ou indifférents à l’égard des pratiques religieuses, ont été souvent objets de sanctions même en l’absence d’actes franchement politiques.

15A. Iglesias fait aussi un sort tant aux tournures des dénis inspirés par la peur –» algo habrán hecho », par exemple, pour commenter des exécutions–, qu’aux divers chemins de fuite –» el monte », « los puertos de la montaña », « los puentes entre riscos »…–, qu’aux actes, concrets et symboliques à la fois, de barbarie ou de dérision à l’égard des exécutés. Ces autres conséquences d’ordre social ou culturel, nombreuses et concrètes, sont significatives de la portée anthropologique de l’atmosphère de répression. Ainsi les reconstitutions de relations sociales tendues ou solidaires, y compris à travers leurs aspects langagiers –les enregistrements permettent d’accéder au niveau de langue des échanges quotidiens– ne relèvent pas seulement du pittoresque même si les citations qui en sont faites peuvent le rendre attachant. Cette voie a été peu empruntée par les travaux qui ont abordé la portée sociale de la répression franquiste.

16Plusieurs centaines d’entrées, sous-chapitres ou rubriques ponctuelles ont été ainsi établis et ils s’insèrent dans les trois grandes divisions du livre : a) les mémoires, qui ont été placées en premier ; b) les systèmes et les phases de répression, les formes et les degrés de celle-ci ; c) les bourreaux –divers par leurs fonctions et leurs statuts– et les victimes –qu’elles aient été jugées, ce sont de loin les moins nombreuses dans les premiers mois, ou non. A. Iglesias ne voit pas la distinction entre bourreaux et victimes comme une simplification de la relative complexité des relations internes aux villages –ni les confrontations politiques ni la composition sociale n’y étaient figées– car elle a structuré une grande partie des relations dans les communes.

17Un point de vue strictement historiographique trouverait sans doute excessif le nombre considérable des distinctions et des précisions, pour ne pas parler des petits détails, destinées à rendre compte du rapport à la répression dans le vécu des victimes et de leurs proches. La minutie des reconstitutions fait parfois revenir sur des cas déjà mentionnés dans un moment précédent du livre : lieux, dates et formes des initiatives font apparaître à plusieurs reprises des personnes et des caractéristiques sociales ou politiques déjà évoqués. C’est également le cas pour les acteurs et les instances dont ils dépendaient : militaires, phalangistes, ecclésiastiques, hommes de main des propriétaires, complices occasionnels... Assez souvent ces répétitions montrent des convergences entre les actes commis et des comportements sociaux et aussi, et tout aussi révélateurs qu’eux, les mots que les mémoire ont conservés ou réinventés. Les recoupements entre matériaux documentaires et témoignages oraux peuvent ainsi ajouter d’autres points de vue aux informations ponctuelles sur des modalités répressives d’abord comptabilisées dans les chiffres, bien sûr incontournables, des bilans. Il est vrai que les modalités des exécutions elles-mêmes relèvent de plusieurs définitions puisqu’une partie d’entre elles ont eu lieu à l’occasion de « sacas » de la prison de Ciudad Rodrigo dont ont été victimes plusieurs dizaines de détenus alors que leur sortie du lieu d’incarcération signifiait apparemment que les juridictions militaires ou policières avaient apparemment renoncé à les impliquer.

18La répression n’a pas seulement augmenté les risques « de sang » ou les peines sévères et longues de privation de liberté. D’autres sanctions, comme des amendes exorbitantes, on y a fait allusion, ont eu des conséquences redoutables, sous des formes mesquines, notamment parmi des individus de classe moyenne, médecins ou enseignants, qu’elles ont pu pousser vers la marginalisation ou vers une soumission humiliante. Les situations où des individus pourchassés ont dû trouver une issue, au moins provisoire, soit dans une cachette familiale, soit dans le « monte » soit au-delà de la « raya de Portugal » se sont multipliées. Le passage de la frontière représentait depuis longtemps une échappatoire mais, dans cette phase de l’histoire des relations entre les deux pays, la complicité entre les régimes péninsulaires l’a rendue illusoire.

19Cette atmosphère répressive a aussi atteint des références culturelles apparemment bien installées. L’accès au caractère conciliateur de certains rituels religieux a pu être interdit de fait. Le livre –témoignages et documents se complètent– mentionne plusieurs fois sans s’y attarder, mais c’est une image qui parle d’elle-même, que des familles ou des proches ont dû charger sur des ânes les cadavres de parents assassinés pour les conduire vers un lieu de sépulture difficile à trouver. Ajouter le désarroi à l’exclusion des victimes est significatif de la volonté de l’autorité de montrer un caractère inflexible. Jeter des cadavres dans des camions a participé de la même atteinte qui a été encore plus forte lorsque certains, ceux d’élus, ont été l’objet d’actes de dérision. En rapportant de manière aussi détaillée les modalités de la répression depuis la décision d’une autorité ou l’impulsion d’un groupe plus informel jusqu’aux perceptions apparemment les moins concrètes de leurs mises en œuvre, A. Iglesias reconstitue une signification sociale qui n’est pas souvent prise en compte dans d’autres travaux.

20Dans le sud-ouest de la province de Salamanque l’impact des initiatives répressives ont donc dépassé ce que l’on pouvait attendre d’une zone rurale dont les chiffres de la démographie ou des productions suggèrent un faible dynamisme. Les processus d’exode rural, que la Première guerre mondiale avait accélérés, y ont laissé plus de traces que les luttes sociales ; le dépeuplement de la plupart des communes à partir des années 1950-1960 a renforcé cette impression. Que le décor médiéval de Ciudad Rodrigo ait été le lieu de plusieurs rencontres entre Franco et Salazar dans les années 1950 a fait croire au retour d’une certaine normalité. La volonté d’éradication, non seulement de résistances, désormais presqu’impossibles, à l’ordre politique nouveau mais aussi de la curiosité pour le conflit qui avait eu lieu n’en a pas moins été sévère et durable. L’esprit des directives connues de Mola a bien sévi dans le sud-ouest salmantino. Il s’est traduit à la fois par des modalités strictes et brutales de contrôle politique des populations et par de forts et durables dommages infligés à leur vie sociale. Ces conséquences rappellent les questions de fonds que pose l’histoire du premier franquisme et notamment le lien entre les exécutions et les affrontements autour de la terre du premier semestre de 1936.

Parmi les apports du livre

21C’est l’atmosphère globale en temps de répression, « la historia de la gente » pour reprendre une expression du livre déjà citée, telle qu’elle apparaît à travers la multitude de cas et de trajectoires, personnelles ou collectives, recueillis et analysés, mais que ce compte rendu ne rapporte que très partiellement, qui est sans doute le premier apport de l’ouvrage de A. Iglesias. Les assassinats et les détentions de militants paysans ou de personnalités considérées comme démocratiques qui avaient participé d’une nouvelle configuration du champ politique, qu’elles aient appartenu formellement ou non à des organisations, ont très durablement affecté les vies de leurs proches, ou celles de membres moins actifs des collectifs qu’ils avaient animés, aussi bien dans les aspects concrets du quotidien que dans les possibilités de conserver des relations ouvertes avec les communautés villageoises dont ils faisaient partie. La manière dont le livre a combiné une accumulation de cas et de données et l’analyse des motivations politiques et sociales des acteurs de la répression est d’autant plus convaincante que l’une et l’autre prennent sens à travers leurs rapports.

22Les quelques interprétations ou les quelques accents qui n’emportent pas totalement la conviction ne semblent pas affecter la portée du livre. Le fait de comptabiliser des « victimes indirectes » ou celui d’attribuer à ceux qui ont mis en œuvre la répression une « hybris » qui les ferait participer d’une sorte d’essence du tragique peuvent être discutés mais ils n’affaiblissent pas la force de conviction des démonstrations. A. Iglesias devait trouver des moyens, au moins métaphoriques, de montrer les caractères exceptionnels de situations que d’autres approches historiographiques ont pu sous-estimer parce qu’elles se trouvaient dans des territoires où il n’y avait pas eu, apparemment, de massacres de masse. C’est comme cela, en tout cas, que l’auteur de ce compte rendu les a perçus.

23La remarquable abondance d’informations et de commentaires aurait pu faire perdre de vue les logiques politiques qui ont alimenté les initiatives répressives. Mais elles y sont bien présentes puisque la plupart des reconstitutions y renvoient au bout du compte et qu’elles sont prolongées par plusieurs mises au point, la plus significative est intitulée « balance final », qui reviennent sur les implications politiques et sociales des phases de la répression. Puisqu’il s’agissait d’éliminer l’ennemi, et avec lui ses références politiques et sociales, la brutalité a bien été une réponse virulente aux débats et aux mobilisations que des collectifs de paysans pauvres ou de petits propriétaires avaient engagés depuis le début de la deuxième République. Ces initiatives répressives devaient donc aussi être préventives –c’était l’esprit des injonctions de Mola– même là où, comme dans le sud-ouest salmantino, il y avait très peu de chances de riposte à une armée et aux supplétifs qui en étendaient la présence. Il a suffi que la République ait ouvert des possibilités d’actions sur le terrain pour les collectifs démocratiques et les salariés, surtout agricoles dans ce territoire, pour qu’ils soient devenus les plus suspects. Il est significatif, et les chiffres le montrent, que la répression ait été plus forte là où, après les élections de février 1936, des « gestoras municipales » ont pu prendre le pas, au moins de fait, sur les anciennes autorités communales. Elles ont moins proclamé des slogans qu’adopté des mesures concrètes de mise en culture qui n’ont pas donné lieu à des violences. Ceux que le livre appelle « víctimas elegidas », correspondent bien à l’objectif global et rigide des militaires à l’égard de tout ce qui pouvait être assimilé au relatif consensus démocratique du printemps. Ce sont des militants du PSOE, et plus fréquemment des sympathisants, engagés dans des associations de défense des paysans qui ont commencé à le rendre plus concret par des occupations de terre que le livre qualifie de « raisonnées ». Que la documentation ou des témoignages y aient vu parfois des communistes relève d’exagérations des agents de la répression mais plus encore de la volonté de disqualifier les convergences sur ces initiatives à ce moment du conflit.

24Si A. Iglesias est arrivé à rendre compte d’un tel ensemble des modalités de la répression franquiste c’est également parce qu’il a voulu identifier ses diverses composantes. Il apparaît alors que les rôles que beaucoup d’historiens ont attribué à chacune d’entre elles ont souvent repris, sans grande distance critique, des explications élaborées par le régime. La variété des intervenants l’a favorisé : composantes coloniales, ou plus classiques, de l’armée ; garde civile ; « carabineros », puisqu’il s’agit d’une zone de frontière ; militants de la Phalange ; membres de l’Église ; gardes de grandes propriétés ou de communs ; hommes de main … Comme il n’a pas manqué de cas où plusieurs ont agi ensemble ou que, dans d’autres, leurs participations se sont recoupées, des réticences de certains à être assimilés à toutes les modalités de la répression, même si elle leur a semblé nécessaire, ont été de fait gommées. Pourtant l’armée a tenu à être la seule à incarner l’institution étatique. A. Iglesias a relevé, et on l’a déjà signalé, la tendance des militaires à laisser attribuer à des débordements ou à des interventions incontrôlées des actes qui ne venaient pas directement de son appareil –les phalangistes ont été les premiers concernés dans la période, des premiers jours du conflit jusqu’à l’hiver, où les initiatives d’exécution ont été surtout extrajudiciaires. Pourtant les vrais responsable des « sacas » effectuées dans la prison de Ciudad Rodrigo appartenaient à des corps institutionnels : tribunaux, militaires et gardes civils. Marquer une certaine différence, notamment à l’égard de phalangistes ou de sympathisants, revenait à dire, au moins d’une manière détournée, que le pouvoir militaire, agissant dans les cadres établis de ses tribunaux, avait une légitimité à laquelle d’autres n’accédaient que grâce à elle. Il s’agissait bien de l’imposer et non de modifier des pratiques ou des formes de châtiments. A. Iglesias fait d’ailleurs remarquer que les considérants des accusations et des verdicts, lors donc d’initiatives d’ordre « judiciaire », sont remplis d’observations partisanes qui exaltent le mouvement des militaires. Ainsi, comme on l’a vu à propos des archives, le traitement officiel du processus de répression a présenté, dès le début, des éléments de la construction du pouvoir de Franco dont la première justification était sa qualité de chef des armées. Ils sont du même ordre que le rassemblement, sous son autorité, des composants politiques du soulèvement à qui il a imposé sa forme d’unification, une subordination de fait, au printemps 1937.

25Cette reconstitution détaillée de la diversité considérable des gestes répressifs et des dommages infligés aux victimes dans ce territoire réduit et particulier, au moins par son caractère frontalier, met bien au premier plan la logique du régime telle qu’elle s’est construite avec brutalité dès l’ouverture du conflit et avec l’appui des capacités d’action des propriétaires et de leur conformisme social et moral. Elle inscrit sans doute cet ouvrage parmi ceux qui sont arrivés, et ce ne sont pas seulement des livres d’histoire, à rendre compte de la réalité sociale que le franquisme a confortée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Ralle, « La represión franquista en el sudoeste de la provincia de Salamanca (1936-1948) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 07 juillet 2018, consulté le 18 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/ccec/7167

Haut de page

Auteur

Michel Ralle

Professeur émérite, Sorbonne Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Université d'Angers
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals