Navigation – Plan du site
Études. Miscellanées

La presse catholique irlandaise et la Guerre Civile espagnole. Étude de cas

The Irish catholic press and the Spanish Civil War. A case study
La prensa católica irlandesa y la Guerra Civil. Estudio de un caso
Pere Soler Paricio

Résumés

Cet article analyse le traitement des informations mises en œuvre par les articles et, dans une moindre mesure, les comptes rendus des livres en lien avec la Guerre Civile espagnole, publiées par les journaux catholiques irlandais The Irish Ecclesiastical Record, The Catholic Bulletin et Studies. Dans un premier temps, on résumera la position adoptée par l'Église d'Irlande avant le conflit puis on présentera les résultats synthétiques de l’analyse du ton général avec lequel la majorité des journaux catholiques du Sud ont abordé la question. Ensuite, on identifie les thèmes et les domaines de réflexion prépondérants qui ont occupé les essais et les recensions liés à la guerre, c'est-à-dire, l'interprétation de la nature du conflit, l'agenda politique du côté rebelle, la campagne contre les nationalistes basques et la défense du corporatisme catholique.

Haut de page

Texte intégral

L’Église catholique d’Irlande face à la Guerre Civile espagnole. Une introduction

  • 1 Irish Free State (État libre d’Irlande ou Saorstát Éireann) était le nom qui servait à désigner le (...)
  • 2 Terence Brown, Ireland. A Social and Cultural History. 1922-2002, London, Harper Perennial, 2004, p (...)
  • 3 J. H. Whyte, Church and State in Modern Ireland. 1923-1970, Dublin, Gill and MacMillan, 1971, p. 89 (...)
  • 4 Don O’Leary, Vocationalism and social catholicism in twentieth-century Ireland, Dublin, Irish Acade (...)

1La foi catholique, credo qui distinguait les irlandais du reste des habitants des îles Britanniques, fut étroitement liée au sentiment nationaliste, l’Église devenant ainsi une institution qui accompagna et contribua à consolider l’idiosyncrasie du Free State1. Le catholicisme irlandais intensifia son profil conservateur, pour ne pas dire réactionnaire, durant l’entre-deux-guerres. En conséquence, puisque l’État appliqua l’ordre moral dicté par la hiérarchie catholique, le divorce fut interdit et la censure fut appliquée aux publications et aux films2. L’Église passa d’une calme antipathie envers le communisme durant les années vingt à une opposition militante tout au long de la décennie 1930. Des publications religieuses comme Irish Catholic ou Catholic Mind lancèrent une campagne de propagande antisoviétique, en même temps que les groupuscules catholiques plus radicaux comme la Catholic Truth Society employèrent la violence pour attaquer l’extrême-gauche ; les lettres pastorales et les sermons des prêtres dénonçaient l’existence d’une conspiration marxiste qui planait au-dessus de l’île3. Le catholicisme social et le « vocationalisme » caractérisèrent aussi l’histoire de la corporation ecclésiastique durant cette époque. Inspiré de l’encyclique De Rerum Novarum de Léon XIII (1891), le mouvement social catholique, qui avait germé au début du xxe siècle dans certains secteurs de l’Église irlandaise, prit de l’ampleur après la publication en 1931 de l’encyclique Quadragesimo Anno de Pie XI, qui donna lieu au corporatisme catholique ou « vocationalisme » d’État. Pour résumer, le souverain pontife soutenait que les différents corps sociaux devaient réassumer, par un contact mutuel que le corporatisme catholique permettrait de mettre en place, certaines des fonctions qui étaient revenues à l’État. Plusieurs auteurs, laïcs ou religieux, défendirent les nouvelles théories papales dans des journaux irlandais tels que The Irish Monthly, United Ireland, Hibernia ou l’hebdomadaire The Standard. Certains de leurs articles s’opposaient aux idées modernes et au développement, de telle sorte que la critique de la démocratie parlementaire finit par se faire une place parmi les défenseurs du « vocationalisme »4.

  • 5 Parti politique fondé par Eamon De Valera en 1926, le républicanisme modéré et empreint de touches (...)

2Dans ce contexte, l’Église catholique d’Irlande accueillit avec beaucoup de préoccupation les nouvelles qui arrivèrent d’Espagne au début de la Guerre Civile. Après une timide réaction initiale, la corporation ecclésiastique adopta une posture agressive en faveur du camp franquiste, contre la République et en défense de l’Église espagnole. Le clergé insulaire s’opposa, dans une large majorité, à la position adoptée par l’exécutif du Fianna Fáil face au conflit, et n’hésita pas à galvaniser les fidèles avec les éléments de l’actualité qui pouvaient avoir une ressemblance, réelle ou imaginaire, avec la situation en Espagne5.

  • 6 L’évêque de Killaloe déclara que le Gouvernement irlandais devait rompre les relations diplomatique (...)
  • 7 Irish Independent, 03-ix-1936, p. 6.
  • 8 Irish Independent, 29-viii-1936, p. 13.

3Dans un premier temps, les dignitaires de l’Église catholique irlandaise ne s’associèrent pas aux manifestations de soutien à la cause rebelle qui eurent lieu dans l’île. Cependant, beaucoup de curés de paroisse qualifièrent Franco, en privé, de défenseur de l’Église. Au fur et à mesure des semaines, plusieurs prélats apportèrent publiquement leur soutien aux insurgés6. Certaines paroisses organisèrent, même, des collectes dans le but d’acheter des ambulances pour les insurgés7. À la fin du mois de septembre 1936, la Catholic Young Men’s Society ordonna à toutes ses branches de célébrer des messes extraordinaires et de consacrer leur office quotidien au bien-être de l’Église en Espagne8. Le 20 septembre, et face à une vaste assemblée de pèlerins, le cardinal MacRoy, primat de l’Église irlandaise, définit la posture à adopter en prononçant un discours qui non seulement soutenait la cause rebelle et condamnait le Gouvernement de Madrid, mais qui de plus exhortait les fidèles à fournir une aide économique aux insurgés. Plus important encore, le cardinal fixa l’interprétation de la nature du conflit livré en Espagne, que le catholicisme irlandais retiendrait jusqu’à la fin de cette guerre :

  • 9 Seán Cronin, Frank Ryan: the search for the Republic, Repsol Publishing, Dublin, 1980, p. 78-79 [Tr (...)

La signification du conflit espagnol est évidente. Il ne s’agit pas de l’armée contre le peuple, ni de l’aristocratie associée à l’armée et à l’Église contre les syndicats. Pas du tout. Il s’agit de savoir si l’Espagne restera telle que ce qu’elle a été pendant si longtemps, une terre chrétienne et catholique, ou une enclave bolchévique et anti-Dieu9.

  • 10 Irish Independent, 20-viii-1936, p. 9.
  • 11 Héritier du Cumann na nGaedheal, ancien parti de gouvernement qui regroupa les défenseurs du Traité (...)
  • 12 En novembre 1936, déjà, au terme d’une rencontre présidée par Patrick Belton, leader de l’organisat (...)
  • 13 Dermot Keogh, Ireland and Europe 1919-1989, Hibernian University Press, Cork & Dublin, 1990, p. 75- (...)

4L’Église entérina définitivement son soutien aux insurgés en organisant une collecte au profit de la campagne rebelle et des catholiques espagnols, qui eut lieu le 25 octobre 1936 dans toutes les églises de l’île. La somme récoltée fut récupérée par l’Irish Christian Front, une organisation irlandaise créée ex profeso en août de cette même année dans le but d’organiser des manifestations en défense de l’Espagne catholique et, par conséquent, du camp rebelle10. Cette plateforme, proche de l’Action catholique et de tendance clairement anticommuniste, installa des représentations locales dans différents comtés de l’île, composées de religieux, de laïcs liés à des associations religieuses, de représentants syndicaux, de conseillers du parti de l’opposition Fine Gael et d’élus indépendants11. Tout au long de leur existence et avant l’effondrement du mouvement à la fin de l’année 1937, certains porte-parole de l’organisme vantèrent en public les avantages du « vocationalisme » d’État12. Sous contrôle de l’Irish Christian Front et moyennant l’intervention de l’extrême-droite irlandaise, la quête récoltée par l’Église catholique finit par être remise à l’armée nationaliste espagnole13.

La presse catholique des 26 comtés et la Guerre Civile espagnole

  • 14 Fearghal McGarry, Irish Politics and the Spanish Civil War, Cork University Press, Cork, 1999, p. 1 (...)
  • 15 Fearghal McGarry, Irish Politics…, op. cit., p. 158-159.

5Les journaux du clergé régulier irlandais offrirent majoritairement leur soutien au camp rebelle. Ainsi de la revue de l’ordre des passionistes, The Cross, et de l’organe des franciscains, Assisi, qui déjà dans son éditorial du mois de septembre 1936 définit le conflit de cette façon : « Il n’y a aucun doute sur la révolte d’une partie de l’armée contre l’autorité légitimement établie. La guerre en Espagne donne à voir l’armée et les habitants d’un pays fondamentalement catholique, se réveillant face au mal qui a grandi parmi eux, et luttant pour défendre la chrétienté »14. Le journal des capucins, Franciscan Mission Advocate, consacra plusieurs articles aux attaques subies par les couvents de son ordre en Espagne, tandis que le mensuel jésuite Irish Monthly imputa le soutien du peuple au Front Populaire à une conspiration soviétique. Réduisant l’interprétation du conflit à une lutte entre marxistes et chrétiens, quand ce n’était pas entre espagnols et russes communistes, certaines publications telles que Lourdes Messenger ou Father Mathew Record avaient l’habitude de décrire les troupes insurgées comme des combattants courageux et héroïques, qualifiant en revanche les forces républicaines de lâches et cruelles. D’autre part, l’Église menaça de retirer ses publicités, et celles des organisations séculières proches, des journaux du Free State qui ne partageaient pas leur analyse sur le sens de la guerre. Ireland To-Day, The Leader et The Irish Times furent victimes de ce chantage. La solvabilité économique des deux derniers leur permit de surmonter la situation mais Ireland To-Day dut cesser son activité en mars 193815.

  • 16 Écrivain et journaliste, Aodh De Blácam travailla pour Enniscorthy Echo et The Irish Times jusqu’à (...)

6La publication de l’essai de Aodh De Blácam, For God and Spain, par Irish Messenger paracheva le travail de propagande de l’Église irlandaise concernant la Guerre Civile espagnole16. Selon ce que l’on peut lire dans les premières pages de l’œuvre, son but était de « […] déterminer clairement la vérité historique sur l’éclatement [de la guerre] et sur les objectifs des insurgés ». L’auteur soutenait que la majorité des journaux anglo-saxons avaient falsifié la nature du conflit, qu’il considérait comme une guerre sainte :

  • 17 Aodh De Blácam, For God and Spain. The truth about the Spanish War., “Irish Messenger” Series, Offi (...)

Faites que tous se rappellent que l’Espagne lutte pour la cause de la chrétienté quand ses soldats frappent pour faire reculer le matérialisme athée de Moscou, ainsi que les incendies d’églises, une fureur qui détruit la culture. Pour la liberté de notre foi, et pour la paix de notre propre tombe, la civilisation chrétienne, les partis de la droite et leurs soldats livrent la dernière croisade17.

  • 18 Idem, p. 10-13.

7De nombreux arguments qui figurent dans ce pamphlet furent repris par Gil Roblès, leader de la droite catholique espagnole et sympathisant des insurgés, dans une lettre qu’il envoya à De Blácam au début de la guerre. Le message exposait les bases de ce que l’espagnol décida d’appeler « notre mouvement salvateur ». L’essai de Blácam vantait les mérites du régénérationnisme économique que favorisa en son temps le dictateur espagnol Primo de Rivera, et il faisait l’éloge de Gil Roblès en tant qu’inspirateur du catholicisme social, une idéologie qu’il saluait comme étant « les seuls principes qui corrigent les égarements du capitalisme sans tomber dans les erreurs du communisme ». La proclamation de la République, les lois promulguées durant le bienio progressiste et le triomphe électoral du Front Populaire étaient attribués à une conspiration communiste, l’auteur qualifiant l’exécutif de Largo Caballero de « Gouvernement marxiste » qui avait déjà montré « son intention d’aller aussi loin que la Russie pour éradiquer l’ordre chrétien, la morale et la foi »18.

8Étant ainsi posé le contexte discursif qui encadra, dans les grandes lignes, le traitement de la Guerre Civile espagnole porté par les publications catholiques de l’île, nous analyserons ci-après la façon dont les journaux pieux The Irish Ecclesiastical Record, The Catholic Bulletin et la revue Studies abordèrent le conflit. Publié chaque semestre par la Maynooth University sous contrôle de l’épiscopat irlandais, le premier de ces journaux comportait des articles de théologie, de la liturgie, des événements intérieurs et internationaux au sujet de l’Église, de la théorie reliée au catholicisme social, de la littérature, de la philosophie et des questions sociales et économiques liées à l’actualité irlandaise. Il cessa d’être publié en 1968. The Catholic Bulletin était un mensuel qui compilait régulièrement les dernières nouveautés éditoriales dans le domaine de la littérature catholique, il hébergeait aussi dans ses pages des articles d’opinion, des essais et des nouvelles faisant référence soit à l’Église ou à l’état de la foi dans l’île et dans le monde. Il fut publié à Dublin jusqu’à sa disparition en 1939. Trimestrielle, la revue Studies était publiée dans cette même capitale par les jésuites irlandais. Elle abordait des thèmes politiques, culturels, sociaux et économiques à la lumière des valeurs chrétiennes. Elle est toujours éditée actuellement sous le même titre et sous le même format.

9Les articles sur la Guerre Civile espagnole et les critiques d’œuvres qui abordaient le conflit, publiés par ces trois journaux, comportent de nombreux points communs. Ainsi, la justification de l’analyse politique soutenue par la corporation religieuse au sujet de la réalité irlandaise – c’est-à-dire, le prosélytisme de la peur rouge et de l’anticommunisme – en lien avec la tragique situation qui se vivait en Espagne, la dénonciation des actes anticléricaux perpétrés dans le territoire républicain et le soutien au camp insurgé, les attaques au nationalisme basque et à sa forte adhésion au credo catholique comme alibi pour rejeter la campagne rebelle sur le front du Nord, la défense du « vocationalisme » corporatiste en lien avec le programme politique que préparait probablement le régime franquiste, l’exaltation des liens religieux qui avaient uni dans le passé le catholicisme irlandais et espagnol, et la publicité des textes-clé que la hiérarchie catholique espagnole avait rédigés et diffusés pour promouvoir la cause insurgée. Il faut préciser, tout de même, qu’à la différence de The Catholic Bulletin et Irish Ecclesiastical Record, Studies aborda la question sur un ton prudent, plus cérébral, puisqu’elle ignora beaucoup des nouvelles alarmistes et des chroniques déformées que les autres publications catholiques irlandaises reprirent, incluant au contraire dans ses pages quelques notes et recensions au sujet de la guerre qui faisaient preuve d’une certaine impartialité.

Pour l’Espagne et pour l’Irlande !

10Dans le domaine des manifestations explicitement pro-franquistes et antirépublicaines, le numéro de The Irish Ecclesiastical Record correspondant au second semestre de l’année 1936 incluait un article du révérend Arthur H. Ryan, qui résumait les thèses soutenues par celui-ci au cours d’une conférence donnée le 19 octobre de cette même année au St. Mary’s Hall de Belfast. Le texte du révérend légitimait ouvertement le soulèvement des militaires espagnols :

  • 19 Arthur Haydn Ryan, « Spain, the Church, and Europe », The Irish Ecclesiastical Record, Volume XLVII (...)

It has been my aim to show that the Insurgents in Spain are not engaged in a wanton revolt against democratic government, but that they were goaded into an inevitable uprising by hypocrisy and tyranny. It is not an émeute of the Army, a mere military pronunciamiento, [...] it is not a Monarchist revolt against the Republic, […] it is not a Conservative revolt againts Liberalism, [...] it is not a revolt of capitalists and Facists against the champions of labour, [...] it is a revolt of the decent, liberty-loving Spanish people, who dare to claim that even a priest or a nun has as much right to life as a dog, against the Satanic barbarism imported from Russia. It is a revolt of the people, using the army as the defenders of their liberties against that barbarism ; [...] in a word, the Civil War in Spain is a struggle for decency against barbarism, for civilization against chaos, for humanity against savagery, for Christ against anti-Christ ; and no lover of liberty, no believer in spiritual values, can do other than salute the Insurgents’ flag, and say, with the soldiers of Franco, ‘Viva España !’19

  • 20 Concernant les manifestations d’ordre politique proférées par ce religieux à la lumière des princip (...)
  • 21 James A. Cleary, « Smoke-Screen over Spain », The Irish Ecclesiastical Record, Volume LII. juillet- (...)

11Originaire de Belfast et à l’époque professeur adjoint de philosophie scholastique à la Queen’s University, Ryan, qui manifesterait par la suite son opposition à la suprématie absolue du pouvoir civil sur l’autorité religieuse, compléta son discours avec une série d’arguments qui accompagnèrent, de manière récurrente, les déclarations en faveur des rebelles que firent de nombreux religieux irlandais20. Ainsi, il critiquait et qualifiait d’anticléricales les mesures adoptées en Espagne depuis l’instauration de la République dans le domaine religieux, il accusait Moscou d’avoir organisé la tactique frontiste qui conduisit au pouvoir la gauche espagnole en 1936, et il dénonçait l’usage malintentionné de la Légende Noire d’Espagne depuis le début de la guerre dans le but de désorienter le public ; cela conduisait les protestants de l’Ulster, toujours selon lui, à voir le catholicisme espagnol comme l’ennemi des libertés civiles et religieuses, une association qui les amenait à définir le conflit comme une lutte entre la démocratie et le fascisme. À ce sujet, non seulement il dissociait l’Église catholique de toute sorte de relation avec le fascisme, mais citant Pablo Merry del Val, Chef du Bureau de Presse du Quartier Général de Franco et fils de l’ancien ambassadeur à Londres, il niait toute adhésion fasciste que l’on pourrait imputer aux rebelles. Deux ans plus tard, le prêtre James A. Cleary reprenait quelques-unes de ces thèses dans un article publié par le semestriel de Maynooth, dans lequel il affirmait que les atrocités anticléricales qui avaient été perpétrées en Espagne faisaient partie d’un plan prémédité par les soviétiques. Cleary montrait son étonnement face au soutien sur lequel la République pouvait compter en Irlande, attribuant la responsabilité de cette situation aussi bien à l’absence d’une véritable instruction chrétienne dont souffrait une partie de la population, qu’à la confusion que la propagande organisée par les grandes agences de presse juives, les sociétés maçonniques et les finances communistes avait fait germer parmi le public, qui selon lui, s’étaient chargé de jeter un voile sur la véritable nature du conflit espagnol21.

  • 22 Robert Sencourt, « The Spanish War - A Summary », The Irish Ecclesiastical Record, Volume LIV. juil (...)

12À la fin de la guerre, The Irish Ecclesiastical Record publia un dossier récapitulatif du conflit, rédigé par Robert Sencourt, pseudonyme de l’écrivain et essayiste néozélandais Robert Esmond Gordon George, qui continuait à justifier le soulèvement des insurgés à la lumière des excès qui avaient eu lieu dans le territoire loyaliste. En accord avec le discours partisan qui imprégna la majorité des publications pieuses irlandaises, Sencourt dénonçait le supposé soutien que la presse anglaise et nord-américaine avait apporté à la cause républicaine, reprochant de même aux Gouvernements français et britannique leur présumée connivence avec les autorités de Madrid. Enfin, et après avoir salué la victoire finale des rebelles, l’auteur proposait une réflexion sur l’avenir de l’Espagne, dont l’unité pouvait être menacée, de son point de vue, par la nature politique du mouvement phalangiste22.

  • 23 Fondateur et leader du Fianna Fáil, chef du Gouvernement entre 1932 et 1948 et chef de l’État de la (...)

13Sans surprise, les tendances fascistes que le régime nationaliste pourrait comporter compliquèrent le travail de propagande des partisans de Franco en Irlande. Alors que cette idéologie attirait peu de sympathies en Éire, les commentateurs de l’île se consacrèrent, en règle générale, à insuffler l’idée que le substrat totalitaire jouissait d’une expression minoritaire dans l’ensemble de l’alliance rebelle, à laquelle ils attribuaient, plutôt, des aspirations démocratiques et régénérationnistes. À défaut, ce type d’écrits panégyriques faisaient référence au compromis fasciste comme un moindre mal qui devait être accepté au nom d’un but légitime. Voilà les hypothèses développées dans un article pour The Catholic Bulletin, au milieu de l’année 1937, écrit par Fear Faire, alias de Liam Ó Rinn, spécialiste du gaëlique et traducteur érudit, qui à cette époque travaillait alors comme tel pour le Parlement irlandais. Dans un premier temps, le linguiste mettait l’accent sur l’importance du conflit espagnol, du fait qu’il pouvait entraîner le reste de l’Europe dans la guerre, ce à quoi il ajoutait que l’Espagne gardait pour les irlandais une importance sentimentale et spirituelle indéniable. Il assurait, de même, qu’après l’assassinat de Calvo Sotelo les nationalistes n’avaient plus qu’une seule option : frapper ou périr. Ensuite, et en accord avec le type de raisonnements que nous avons analysés dans les lignes précédentes, Faire soutenait que la propagande britannique en faveur de la République avait été si tenace et incisive, qu’une partie significative des citoyens irlandais continuait à penser que le gouvernement de Madrid était l’autorité légitime, et que le soulèvement n’était rien d’autre qu’une aventure militaire destinée à imposer une dictature militaire. En réplique, l’auteur de l’article s’appropriait la rhétorique présentée par Aodh De Blácam, citant les arguments avancés par Gil Roblès qui justifiaient le soulèvement contre le gouvernement républicain. Faire comparait l’homme politique espagnol avec De Valera, le définissant comme un leader catholique ami de la démocratie parlementaire et opposé au fascisme23. Selon lui, l’éloquence du dirigeant de la CEDA au moment de définir la nature de la guerre méritait que le catholicisme irlandais manifeste sa sympathie inconditionnelle envers les insurgés :

  • 24 Fear Faire, « From the Hill Tops », The Catholic Bulletin, Vol. XXVII, août 1937, nº 8, p. 578-583.

Here is the explanation of why we Catholics, from the very first moment, have allied ourselves entirely and without reserve with the present military uprising. We are free from any coercion in our choice. We have followed our consciences24.

14L’argumentation développée par Faire le conduit, irrémédiablement, au questionnement de l’orientation politique qu’il fallait attendre du nouveau régime nationaliste. C’est à ce moment conclusif de l’article, sous le sous-titre « Is Franco Fascist ? », que se présente, non sans une certaine dose d’ambigüité, le principe du moindre mal. Si l’auteur expliquait que le peuple irlandais ne devait pas s’aligner sur le fascisme, il vantait néanmoins certaines qualités de cette idéologie. Ensuite, après avoir souligné que Franco ne pouvait pas être qualifié de fasciste, il se montrait partisan d’une victoire du totalitarisme de droite en Espagne plutôt qu’une prolongation de la ploutocratie : « Franco’s movement is only partially Fascist, and even if it were wholly Fascist, we would think it better than the Slave State in which Englishmen live ». De la même façon, il exhortait les lecteurs de l’île à ne pas rejeter les phalangistes et les carlistes du fait d’être fascistes :

  • 25 Idem.

The purity of Spanish idealism deserves universal admiration. Little as we like Fascism, we would be sorry if any true Irishman should withhold admiration from the Riquetés and the Falangistas, the two groups which may be regarded as the Fascist arm in the alliance of parties that supports Franco25.

  • 26 Idem, Vol. XXVIII, février 1938, nº 2, p. 153-154.
  • 27 Idem, Vol. XXVIII, avril 1938, nº 4, p. 321-323.

15En 1938, les éditions successives de The Catholic Bulletin continuèrent de discréditer la cause loyaliste, en même temps qu’ils essayaient de légitimer la nature politique du régime nationaliste. À tel point que le numéro du mois de février décrivait l’arrière-garde insurgée comme un havre de paix et d’harmonie, sans privations alimentaires ni rationnements d’aucun type, avec des rues pleines de soldats et de jeunes demoiselles riant à toute heure, des cafés bondés et une vie à la campagne inaltérée par la guerre. Le portrait de l’Espagne républicaine, dont le combat était qualifié de « evil cause », présentait une situation diamétralement opposée26. En avril et sous le titre « Spain and Right to Revolt », la rédaction du mensuel soutenait que les nationalistes avaient gagné la guerre sur le terrain moral et qu’ils en feraient bientôt de même sur le plan militaire. Le texte justifiait le soulèvement militaire, défendait la légalité du nouveau régime, et faisait l’éloge des mesures politiques adoptées par le Généralissime ainsi que du caractère catholique de l’État que les insurgés étaient en train de construire27. L’éditorial de ce même numéro prenait soin de transcrire le discours prononcé par le président du Gouvernement irlandais à l’occasion de la fête de la Saint-Patrick, allocution durant laquelle De Valera exprima sa pitié envers les catholiques espagnols et défendit l’apport des valeurs chrétiennes dans l’action politique :

  • 28 Idem, p. 264.

Our Holy Father, [...] He sees the martyrdom of Catholic Spain, where Christ is crucified again in His members and Consecrated Host treated with contumely and sacrilegiously trampled upon. He sees the nations of the world severally going their own ways without allowing God to exercise any controlling influence on their actions and policies28.

  • 29 Idem, Vol. XXVI, août 1936, nº 8, p. 694; idem, Vol. XXVII, octobre 1937, nº 10, p. 792.

16Les critiques des œuvres publiées récemment au sujet de l’Espagne mentionnaient, dans leur grande majorité, le passé impérial de ce pays, sa tradition catholique, la biographie de certains des personnages les plus illustres de son histoire, l’état de la religion et de l’Église à cette époque, les causes de la guerre et son déroulement, ainsi que les bases idéologiques des deux camps belligérants. Grosso modo, les œuvres évoquées exemptaient l’Église catholique d’Espagne de toute responsabilité dans le conflit, défendaient la légitimité de la cause rebelle et dénigraient la résistance républicaine. Profitant du succès commercial généré par la thématique espagnole dans le marché éditorial, les journaux analysés publièrent aussi des critiques respectueuses de publications plus ou moins opportunistes telles que, entre autres, la traduction en anglais du poème El Cid Campeador que la propre maison d’édition du Catholic Bulletin, M. H. Gill and Son, réalisa en 1937 ; l’œuvre de Salvador de Madariaga, Religión y Cultura, qui évoquait l’état de la foi en Espagne ; ou les biographies de personnalités importantes de ce pays que venaient de publier, sous les balles, Seix y Barral à Barcelone ou Espasa-Calpe à Madrid et que l’on pouvait trouver en Irlande29.

17Parmi ce qui est apparemment anodin figurent, néanmoins, quelques critiques qui transcendent l’insignifiance et qui s’en prennent à la République. Lisons, en guise d’’exemple, la phrase écrite par un rédacteur de The Catholic Bulletin, commentant l’œuvre de l’historien britannique R. Trevor Davies, The Golden-Century of Spain, 1501-1621 :

  • 30 Idem, Vol. XXVII, décembre 1937, nº 12, p. 781.

If even one Englishman can write like this, how much ashamed any Irishman should be who by act or word assisted the element in Spain that is in arms against the cause and the soldiers of tradition!30.

  • 31 The Irish Ecclesiastical Record, Volume L. juillet-décembre, 1937, p. 204-205.
  • 32 Idem, Volume LI. janvier-juin, 1938, p. 671.
  • 33 Idem, Volume LII, juillet-décembre, 1938, p. 329.
  • 34 Idem, Volume LIII. janvier-juin, 1939, p. 446. Le numéro correspondant au semestre antérieur conten (...)
  • 35 Idem, p. 669-670.

18Il en allait de même avec les recensions inclues dans les éditions successives de The Irish Ecclesiastical Record. Le numéro du second semestre de l’année 1937 comportait une critique de la traduction en anglais, publiée récemment à Londres, du témoignage écrit par le conservateur Luis de Fonteriz, Seis meses bajo el terror rojo en Madrid : notas de un evadido ; sans nous attarder sur le contenu de l’œuvre, que le titre résume clairement, nous pouvons souligner que la note rédigée par la rédaction du journal réservait de lourdes critiques envers le gouvernement républicain31. La sélection de nouveautés bibliographiques en lien avec le conflit espagnol, décidée par le journal, se poursuivit, dans les mois qui suivirent, dans ce même registre thématique. Ainsi le montre la critique du livre écrit par le révérend Denis Gildea, publiée à Dublin par la maison d’édition des antonins Anthonian Press, Spain : Past and Present, une œuvre qui justifiait l’insurrection des militaires sur la base de principes religieux, et prédisait que l’Espagne nationaliste deviendrait le bourreau du communisme tout comme elle l’avait été dans le passé face à l’invasion musulmane de l’Europe et face au protestantisme32. On ne manquait pas de trouver, dans le numéro correspondant au second semestre de l’année 1938, le résumé et le commentaire d’une des nouveautés bibliographiques du moment, The tragedy of Spain, qui recueillait avec force les attaques subies par l’Église catholique en Espagne. Écrite par Mauritz Willen van Vollenhoven, ancien ambassadeur hollandais à Madrid, les liens matrimoniaux de ce diplomate avec l’aristocratie espagnole le situèrent dès le début du côté des insurgés33. En 1939, The Irish Ecclesiastical Record continua à publier des recensions bibliographiques qui saluaient la campagne de Franco et qui exprimaient leur solidarité avec le clergé espagnol. Parmi d’autres, Church in Spain. 1787-1937, de E. Allison Peers, universitaire versé dans l’hispanisme et qui, bien qu’il ne soit pas catholique, avait écrit plusieurs articles pour la revue catholique Univers qui furent compilés dans cette œuvre, qui défendait l’Église espagnole et le soulèvement des militaires rebelles34. On trouve aussi dans le numéro de janvier-juin la critique d’une œuvre écrite par l’homme d’Église Luis Carreras i Mas, The Glory of Martyred Spain, qui venait d’être traduite en anglais et qui faisait l’éloge de la cause des insurgés, en plus de décrire la persécution dont avait été victime l’Église catholique dans le territoire loyaliste. Après avoir résumé la biographie, publiée en Irlande, de Sœur Esperanza, nonne cistercienne du couvent de Valldonzella à Barcelone, la page suivante du semestriel fut consacrée entièrement à la recension de la récente traduction en anglais de El Estado Nuevo, travail doctrinal du martyr carliste et traditionnaliste Víctor Pradera, qui représenta l’application espagnole de l’encyclique Quadragesimo Anno et inspira la proposition politique du Bloc National de Calvo Sotelo35.

  • 36 Idem, Volume XLVIII. juillet-décembre 1936, p. 547-554.
  • 37 Sur l’impact du discours « La vostra presenza » ainsi que de la lettre « Las dos ciudades », voir H (...)
  • 38 The Irish Ecclesiastical Record, Volume L. juillet-décembre 1937, p. 420-438.

19Il convient de souligner, avant de conclure cette partie, que The Irish Ecclesiastical Record publia les deux documents les plus importants que l’Église catholique élabora en défense des catholiques espagnols et du camp insurgé. Nous voulons parler, d’une part, du discours « La vostra presenza » prononcé par Pie XI à Castelgandolfo le 14 septembre 1936, face à une vaste assemblée de prêtres espagnols qui avaient fui le territoire républicain. L’allocution du souverain pontife plaidait non seulement en faveur de la défense de l’Église espagnole, mais aussi pour la réconciliation des deux camps belligérants et pour la paix. Cependant, de nombreux prélats de la zone nationaliste l’utilisèrent, tout comme le ferait l’appareil de propagande du régime rebelle, pour proclamer la croisade ; une terminologie qui serait employée par la majorité des porte-parole de la presse catholique mondiale, irlandais inclus. The Irish Ecclesiastical Record transcrivit, sous le titre « Words of his Holiness Pope Pius XI addressed to the Bishops, priests, religious and laity, exiled from Spain », le texte intégral du discours36. Un an plus tard, le semestriel dublinois publia la lettre pastorale « Las dos ciudades », du cardinal primat de Tolède, Pla y Deniel, une lettre collective des évêques espagnols datée du 1er juillet 1937, avec pour objectif d’informer les catholiques du monde entier sur la nature du conflit et sur la position adoptée par l’Église catholique espagnole. Ce document fut rédigé à la demande de Franco pour être diffusé dans la presse étrangère, dans le but de contrecarrer la condamnation faite par plusieurs secteurs du catholicisme progressiste face aux assassinats de prêtres au Pays Basque et de milliers d’ouvriers et de paysans dans la zone rebelle, perpétrés par les troupes insurgées. Le Généralissime atteignit son but puisque la lettre s’avéra être un succès de propagande, la majorité des évêques du monde adoptant par la suite le point de vue des insurgés sur la nature de la guerre, ce qui validait la confessionnalisation du conflit37. Dans le cas qui nous occupe, l’éditorial de The Irish Ecclesiastical Record qui accompagnait la transcription complète de la lettre se félicitait d’offrir un témoignage véritable des atrocités perpétrées en Espagne contre l’Église, il critiquait la presse britannique pour ne pas avoir diffusé ce document, et il qualifiait les anticléricaux espagnols de marionnettes soviétiques38. En guise de conclusion, en octobre de cette même année, la hiérarchie catholique irlandaise publia ce document dans The Irish Press, accompagnant le texte d’une petite note qui disait :

  • 39 Eoin O’Duffy, Crusade in Spain, Browne and Nolan Limited, Dublin, 1938, p. 38 [Traduit de l’anglais (...)

La presse mondiale, hormis quelques honorables exceptions, a gravement trompé les nations sur l’origine de la Guerre Civile espagnole, sur les principes en jeu, et sur les événements qui expliquent ce conflit momentané39.

Une tentative sincère d’objectivité ?

20Faiblement représentés sur le plan quantitatif et en opposition à ce qui a été dit, il convient de souligner, ainsi que nous le précisions au début de cet article, que les journaux pris en référence, en particulier Studies, publièrent quelques articles et critiques qui modéraient la tendance philo-franquiste des journaux catholiques irlandais ; un espace était même offert occasionnellement aux recensions qui abordaient le conflit espagnol depuis la plus stricte objectivité.

21En exemple du premier cas, nous pouvons mentionner les articles de John Francis O’Doherty, curé catholique et professeur d’histoire à l’université de Maynooth, que The Irish Ecclesiastical Record inclut dans ses pages. Le numéro correspondant au premier semestre de l’année 1937 présentait un long dossier récapitulatif écrit par le prêtre, qui répertoriait les aléas éprouvés par l’Église catholique l’année précédente. Le texte invitait le lecteur à réfléchir sur les conséquences néfastes que signifierait la défaite de Franco, tant pour l’Église espagnole que pour la « civilisation de l’Europe occidentale en général ». Une fois encore, l’élément religieux se détachait comme facteur essentiel au moment de définir la nature de la guerre :

  • 40 John Francis O’Doherty, « Some notes on the Catholic Church in 1936 », The Irish Ecclesiastical Rec (...)

A variety of aims inspired the rebellion, but in the ultimate analysis the anti-government armies are fighting for all that the name and nation of Spain has connoted for centuries past; they are fighting for traditional Spain, as opposed to the new Spain which would fashion itself on the model of the new Russia40.

22La particularité de son traitement de la problématique réside dans le fait de remettre en question les informations anticléricales qui trouvèrent un écho en Irlande dans la presse catholique :

  • 41 Idem.

[…] while we are old enough to remember that atrocity-stories are not always true stories, we have no means of checking the stories in the present case; and because atrocities, which are very, very tragic if they are true, are ultimately of little historical importance41.

  • 42 John Francis O’Doherty, “The Catholic Church in 1937”, idem, Volume LI. janvier-juin, 1938, p. 1-19 (...)

23Un an plus tard, le semestriel de Maynooth incluait un nouvel article du révérend dans lequel il analysait la polarisation politique dans laquelle sombrait l’Europe, il mettait en évidence la course à l’armement à laquelle participait la majorité des nations, et il regrettait ce qu’il définissait comme un affaiblissement progressif des vraies valeurs chrétiennes dans le Vieux Continent. Avec ce contexte en toile de fond, O’Doherty se demandait laconiquement si l’Espagne finirait par embrasser l’idolâtrie allemande et italienne, l’athéisme soviétique ou le corporatisme portugais. En plus de cela, il faisait remarquer que la victoire de Franco ne parviendrait pas à liquider l’opposition antifasciste du pays, en même temps qu’il alertait sur l’existence d’un vigoureux nationalisme basque et catalan42.

  • 43 A. A. Parker, « III. Carlism in the Spanish Civil War », Studies, Vol. XXVI, nº 103, septembre 1937 (...)

24Les articles publiés par Studies qui réglaient sous forme d’étude tel ou tel élément concret de la guerre constituent, si cela est possible, l’exemple le plus réussi d’un traitement du conflit espagnol faisant preuve d’une certaine impartialité. Au cours de l’année 1937, Alexander Augustine Parker, hispaniste anglais spécialisé dans le Siècle d’Or et membre du Gonville and Gaius College de l’université de Cambridge, écrivit pour le trimestriel jésuite un article divisé en trois parties qui décrivait la contribution du carlisme à la cause nationaliste. Ayant assisté à Madrid à une série de rencontres carlistes de grande ampleur en 1932, l’article de cet universitaire décrivait la trajectoire suivie par ce mouvement depuis le début du conflit. Après avoir exposé le processus de création des requetés et de leur section féminine, les margaritas, l’article citait plusieurs publications de la maison d’édition Editorial Requeté pour expliquer les propositions politiques que le carlisme souhaitait mettre en œuvre à la fin de la guerre43.

  • 44 E. Allison Peers, « Behind the Lines in Barcelona and Valencia », idem, Vol. XXVI, nº 104, décembre (...)
  • 45 E. Allison Peers, « Michael Bakunin and Spanish Anarchism », idem, Vol. XXVII, nº 105, mars 1938, p (...)

25E. Allison Peers, dont nous avons cité la prise de position qui traversait son œuvre The Church in Spain. 1787-1937, publia, néanmoins, deux articles dans Studies qui se démarquent par leur impartialité et par leur vocation analytique. Le premier fut inclus dans le dernier numéro de l’année 1937 et tentait d’exposer, à travers son passage par Barcelone et Valence, l’état de l’arrière-garde républicaine. Il en ressort le récit des Journées de Mai, les réflexions sur les fractures apparues au sein du Front Populaire et l’analyse des raisons, officielles et extra officielles, qui justifiaient le transfert de la capitale républicaine d’une ville à une autre. Privilégiant la méthode à tout autre principe, le professeur de l’université de Liverpool s’était servi, pour son étude, en plus de l’expérience de terrain, de journaux espagnols comme Solidaridad Obrera, Frente Rojo, ABC de Sevilla o Umbral44. Le numéro suivant du trimestriel contenait dans ses pages un article de Peers, qui étudiait l’implantation de l’anarchisme en Espagne et l’influence des théories de Bakounine sur ce mouvement45.

  • 46 Joan Fitzpatrick Dean, Riot and Great Anger: Stage Censorship in Twentieth-Century Ireland, Univers (...)
  • 47 Patrick J. Gannon, « More Light on Spain », Studies, Vol. XXVI, nº 104, décembre 1937, p. 567-573.

26Pour finir, nous devons souligner l’importance, dans le domaine des critiques bibliographiques, de la contribution de Patrick J. Gannon, qui rédigea pour Studies deux compilations assez complètes sur les nouveautés éditoriales qui avaient été publiées dernièrement en relation avec la guerre d’Espagne. Prêtre catholique à l’esprit progressiste, il se fit remarquer aux côtés du religieux Peter Connolly par son opposition à la censure de l’État dans le domaine de la morale46. En accord avec son état d’esprit intellectuel, les recensions écrites par Gannon s’intéressaient aux œuvres qui analysaient le camp républicain, entre autres, la chronique de H. E. Kaminski, Ceux de Barcelone, l’essai de Jean-Richard Bloch, Espagne, Espagne !, ou le récent ouvrage de Clara Campoamor, La révolution espagnole vue par une républicaine, de même qu’aux titres reliés à l’étude du camp rebelle et des forces du conservatisme espagnol ; ainsi, certaines des traductions en anglais des œuvres les plus connues de José Ortega y Gasset, ou par exemple la chronique journalistique du reporter nord-irlandais Francis McCullagh, In Franco’s Spain47.

Quand les catholiques cessent d’être de bons chrétiens

  • 48 Joan-Carles Ferrer i Pont, Nosaltres sols: la revolta irlandesa a Catalunya, Publicacions de l’Abad (...)
  • 49 Pere Soler, Irlanda y la Guerra Civil española. Nuevas perspectivas de estudio, Tesis Doctorals en (...)
  • 50 Idem, p. 253-255.

27Les sympathies entre les nationalismes basque et irlandais remontent concrètement à l’Insurrection de Pâques en 1916, qui virent s’affronter dans les rues de Dublin les sécessionnistes et les forces de la Couronne britannique. La défense d’une culture en voie de disparition, la mythification d’une espèce d’âge d’or antérieur à la société préindustrielle et la forte adhésion au catholicisme prédisposèrent aux similitudes idéologiques qui devraient les unir48. Très tôt, le secteur « aberriano », c’est-à-dire, celui qui défendait l’indépendance du Pays basque en opposition à la « voie autonomiste », vit dans le républicanisme progressiste irlandais un modèle insurrectionnel à suivre, alors que ses opposants, les « foralistas » ou défenseurs de la « voie autonomiste » pour le Pays Basque, trouvèrent un modèle à imiter dans le canon pactiste du Cumann na nGaedheal – parti politique irlandais, à tendance modérée, à qui l’on doit la négociation avec la Grande-Bretagne qui se conclut par la signature du Traité – et l’avènement du Free State. Au cours des années vingt, l’Euzkadi-Buru-Batzar, organe suprême de direction du Partido Nacionalista Vasco (PNV), supervisa l’actualité de l’île et établit un contact naissant avec certaines sphères politiques du Saorstát. En 1932, une délégation du PNV se rendit dans l’État Libre, les émissaires basques étant récompensés par une visite du Dáil, où ils eurent une entrevue avec De Valera dans son bureau, ils discutèrent avec la majorité des ministres du cabinet exécutif et ils rencontrèrent de nombreux parlementaires de l’opposition ; les représentants du PNV furent reçus officiellement à l’University College Dublin et assistèrent à un fastueux dîner dans la capitale, célébré en leur honneur par le républicanisme irlandais49. Au vu de ces antécédents, et surtout, étant donné la forte adhésion du Pays basque au catholicisme, les prosélytes irlandais de la cause insurgée, laïcs comme religieux, durent affiner leur rhétorique et répéter les arguments avec lesquels il avaient tenté de convaincre le public de la légitimité de la campagne rebelle sur le front Nord. L’assassinat de quelques prêtres basques par l’armée rebelle et l’expulsion de son diocèse de l’évêque de Vitoria sur demande du gouvernement de Burgos compliquèrent leur tâche. Il faut savoir que, suite à une demande d’aide formulée par le comte navarrais Ramírez de Arellano, leader carliste, un corps expéditionnaire de volontaires s’était organisé en Irlande afin de combattre parmi les troupes rebelles. Eoin O’Duffy, responsable du recrutement et chef militaire de la brigade, maintint toujours devant la presse que l’unité s’était formée pour combattre le communisme athée incarné par les républicains espagnols et en défense du christianisme. À tel point qu’avant de se diriger avec ses hommes vers la Péninsule, O’Duffy conclut avec le haut commandement franquiste que la colonne s’intégrerait aux troupes carlistes et qu’elle ne serait pas employée sur le territoire basque, puisque les volontaires irlandais se trouvaient dans l’obligation de respecter le profond sentiment catholique de ses habitants50.

  • 51 Fear Faire, « From the Hill Tops », The Catholic Bulletin, Vol. XXVII, août 1937, nº 8, pp. 578-583

28Certains des articles et des critiques apparus dans The Catholic Bulletin abordent la question basque, laissant entrevoir la volonté de leurs auteurs de justifier l’assaut sur le Pays basque, de la part des insurgés. Ainsi le reflète le texte de Fear Faire, « From the Hill Tops », publié au milieu de l’année 1937. D’un côté, le célèbre traducteur soulignait que les séparatistes basques méritaient leur sort pour avoir scellé une alliance impie avec les rouges de Madrid et de Barcelone. Homme du Fianna Fáil, Faire se retranchait derrière l’argument d’affaiblir le vieil ennemi, la perfide Albion, comme raison suffisante pour approuver la prise de Bilbao : riche en industrie sidérurgique et en abondants dépôts de fer ; dorénavant les réserves de minéraux des zones industrielles de la ville serviraient l’Espagne véritable, et, en dernier ressort, l’Allemagne aussi, mais pas l’Angleterre51. Au début de l’année 1938, en plus de prédire la victoire de Franco, la rédaction du mensuel dublinois expliquait que les lecteurs ne devaient pas avoir pitié des basques, car non seulement ils combattaient aux côtés des ennemis de la foi, mais aussi parce que si leurs considérations souverainistes étaient prises en considération, on courait le risque d’amputer l’unité historique de l’Espagne, et par conséquent, cela encouragerait les unionistes du Nord qui défendaient la Partition et par conséquence le démembrement de la nation irlandaise :

  • 52 Idem, janvier 1938, nº 1, p. 26-27.

Irish folk who have fallen into the sentimental trap of sympathy with those Basques who went Red ought to remind themselves that, if the Basques are entitled to disrupt historic Spain, the Orangemen may claim some right to disrupt historic Ireland. If General Franco is not entitled to a united Spain, it may be held that we are not entitled to a united Ireland52.

  • 53 The Irish Ecclesiastical Record, Volume LIII. janvier-juin, 1939, p. 670. À peine quelques mois plu (...)

29À la fin de la guerre, The Irish Ecclesiastical Record publia une critique du pamphlet de Alfonso Merry del Val, Spanish Basques and Separatism, édité à Londres au début de l’année 1939 dans le but de disqualifier l’attitude du nationalisme basque au cours du conflit. Le journal de Maynooth se servit de la reconnaissance dont jouissait Del Val en Irlande, jadis ambassadeur au Royaume-Uni qui avait négocié l’établissement de relations diplomatiques entre l’Espagne et le Free State, pour justifier la Campagne du Nord qu’avait menée le général Mola. Selon la note rédigée par la rédaction du mensuel, qui accompagnait la critique, la lecture du libellé éclairerait les doutes que le public pouvait avoir au sujet de la légitimité de la lutte de Franco contre le séparatisme basque53.

Les enseignements du Saint-Père

  • 54 À ce sujet, en août 1937, la rédaction de The Catholic Bulletin consacra quelques pages à l’analyse (...)

30Pour les partisans du « vocationalisme », l’établissement d’un régime catholique conservateur dans le territoire nationaliste représentait, tout comme dans le cas du régime de Salazar, la meilleure des opportunités pour défendre le rôle de l’Église dans la société et dans la politique. Le respect du credo catholique et la volonté de restaurer une série d’attributions à la corporation ecclésiastique manifestés par certains leaders rebelles, étaient vus comme le prélude à la mise en place en Espagne d’un modèle d’État qui protégerait le corporatisme catholique. Ainsi, les prosélytes irlandais des théories politiques contenues dans les encycliques papales mirent l’accent sur les croyances catholiques du camp insurgé, mettant toujours en avant les initiatives et mesures de gouvernement que les autorités de Burgos avaient adoptées en connivence ou au profit de l’Église et de sa prééminence dans différentes sphères du domaine civil. Cependant, leurs articles et critiques prirent soin de purger, tout comme le fit la propagande élaborée en d’autres parties d’Europe en faveur du « vocationalisme » d’État, tout amalgame ou confusion qui pourrait persister suite à la comparaison entre le corporatisme catholique et le corporatisme fasciste54.

  • 55 The Catholic Bulletin, Vol. XXVI, août 1936, nº 8, p. 694. Des numéros ultérieurs du semestriel inc (...)
  • 56 Défenseur du salaire minimum, de la réduction horaire de la journée de travail et d’une juste distr (...)
  • 57 The Catholic Bulletin, Vol. XXVIII, avril 1939, nº 4, p. 318. Tant que dura la guerre en Espagne, l (...)
  • 58 The Catholic Bulletin, Vol. XXVIII, septembre 1938, nº 9, p. 685-689.
  • 59 Idem, Vol. XXVIII, décembre 1938, nº 12, p. 899-901. Bien que le conflit espagnol ne fût pas mentio (...)

31En août 1936, The Catholic Bulletin imprima, juste à côté de la critique concernant l’œuvre déjà citée de Salvador de Madariaga, Religión y Cultura, un résumé des conférences tenues en défense des principes économiques catholiques par le prêtre américano-irlandais John Augustine Ryan55. Spécialiste en théologie morale et porte-étendard de la justice sociale, il faut souligner que ce prêtre proposa une des lectures les plus progressistes de son époque sur les encycliques de Léon XIII et de Pie XI, ce qui l’amena à défendre une série de réformes qui finirent par être incorporées à la New Deal Coalition de Franklin D. Roosevelt56. Au printemps 1938, le mensuel dublinois publia une critique de The Portugal of Salazar, étude signée par Christopher Derrick, journaliste qui écrivit d’impétueux pamphlets pour la Catholic Truth Society et qui deviendrait éditeur du journal catholique Dublin Review, tâche qu’il assuma en parallèle de son travail de correspondant pour L’Osservatore Romano. L’œuvre faisait l’éloge du projet corporatiste du chef d’État portugais, et la recension qui l’encensait célébrait le fait que le fléau rouge qui s’était abattu sur l’Espagne n’avait pas traversé la frontière portugaise57. Quelques mois plus tard, l’éditorial de The Catholic Bulletin exaltait le renforcement économique du territoire nationaliste qui s’était produit grâce aux mesures mises en œuvre par les autorités de Burgos, en application du « vocationalisme » d’État prêché par le Saint-Siège. Selon le document dactylographié, les hommes politiques irlandais devraient adopter certaines de ces initiatives au vu des résultats obtenus par le nouveau régime espagnol58. Sur une ligne similaire, le numéro du mois de décembre de cette même année incluait un article de l’irlandais Conor Malone, chroniqueur catholique intéressé par la pédagogie et l’histoire culturelle, qui défendait le nouveau modèle éducatif de l’Espagne nationaliste. Le commentateur soutenait que les pouvoirs rebelles avaient restauré l’autorité de l’Église dans le domaine de l’éducation en décidant de la création d’une commission, dans laquelle les évêques espagnols étaient largement représentés, dans le but de définir les nouveaux programmes pour les établissements du secondaire. Cela était la meilleure façon, selon Malone, de promouvoir les valeurs de la philosophie catholique parmi les jeunes et de faire avancer l’implantation du corporatisme catholique. Le texte concluait que le régime de Franco avait indiqué à l’Irlande, une fois de plus, le bon chemin à suivre59.

32Nous pouvons conclure que la confessionnalisation du conflit espagnol a interféré dans la position que l’Église catholique d’Irlande adopta face à la guerre. Dans les grandes lignes, la presse catholique de l’île se laissa porter par un sentiment de sympathie, si ce n’est d’admiration, envers l’esprit de croisade dans lequel se drapa la campagne militaire des rebelles. Dans ce sens, le traitement de l’information effectué au sujet de la guerre par The Irish Ecclesiastical Record, The Catholic Bulletin et Studies, laisse entrevoir la capacité d’adaptation d’un état d’esprit qui transforme en ligne éditoriale une interprétation manichéenne et réductrice des événements. Les aspirations philanthropiques du catholicisme social se confondirent peut-être avec une lecture dogmatique du « vocationalisme » d’État qui, en dernier ressort, éclipsa le véritable sens du conflit et entérina la prééminence d’un discours éloigné de la réalité. Le clivage religieux établit, ainsi, la définition de la nature du conflit, les journaux mentionnés mettant alors en avant le caractère supposément confessionnel de la cause rebelle, par rapport à d’autres considérations comme le programme politique et la composition idéologique du mouvement nationaliste. Ensuite, la force avec laquelle le catholicisme irlandais avait transformé le communisme en anathème et l’intensité avec laquelle il avait prêché la peur du rouge, piétinèrent la légitimité du camp loyaliste aux yeux de la curie diocésaine et des congrégations paroissiales, dont le positionnement influença l’opinion des prêtres et des proches de l’Église qui publiaient leurs articles dans la presse religieuse de l’île. Le clergé insulaire et les porte-parole journalistiques qui la représentaient soutinrent le point de vue de leurs semblables espagnols et se servirent de la propagande franquiste, même pour justifier la purge de l’Église basque et du cadre institutionnel du Pays basque.

Haut de page

Notes

1 Irish Free State (État libre d’Irlande ou Saorstát Éireann) était le nom qui servait à désigner le nouvel État irlandais créé en 1921 à la suite de la signature du Traité, accord de paix entre les indépendantistes irlandais et le gouvernement de Grande-Bretagne, qui mit fin à la violente période connue sous le nom « Les Troubles ». Le Traité limita le statut politique du pays, relativement souverain dans les faits, à une formule nominale de vaste autonomie, semblable à celle des autres dominions faisant partie du Commonwealth. Ainsi furent reconnus le pouvoir du gouvernement de Dublin de même qu’un Parlement indépendant, dont les membres étaient contraints de jurer fidélité à la Couronne, et qui gouverneraient au destin des vingt-six comtés du sud de l’île.

2 Terence Brown, Ireland. A Social and Cultural History. 1922-2002, London, Harper Perennial, 2004, p. 7-18.

3 J. H. Whyte, Church and State in Modern Ireland. 1923-1970, Dublin, Gill and MacMillan, 1971, p. 89-90.

4 Don O’Leary, Vocationalism and social catholicism in twentieth-century Ireland, Dublin, Irish Academy Press, p. 38-44.

5 Parti politique fondé par Eamon De Valera en 1926, le républicanisme modéré et empreint de touches sociales avec lequel il se présenta face aux électeurs lui donna la victoire dans les urnes en 1932. Le Fianna Fáil gouverna en Irlande du Sud de manière ininterrompue jusqu’en 1948.

6 L’évêque de Killaloe déclara que le Gouvernement irlandais devait rompre les relations diplomatiques avec la République, tandis que l’évêque de Down et Connor réclama la mise en place d’une campagne de prières et d’aide destinée aux catholiques espagnols. Irish Independent, 18-viii-1936, p. 9. À Youghal, le révérend W. Carey invita ses fidèles à prier pour la victoire des insurgés, et déplora que le peuple irlandais ne se lance pas dans la défense du camp insurgé. Irish Independent, 19-viii-1936, p. 10.

7 Irish Independent, 03-ix-1936, p. 6.

8 Irish Independent, 29-viii-1936, p. 13.

9 Seán Cronin, Frank Ryan: the search for the Republic, Repsol Publishing, Dublin, 1980, p. 78-79 [Traduit de l’anglais].

10 Irish Independent, 20-viii-1936, p. 9.

11 Héritier du Cumann na nGaedheal, ancien parti de gouvernement qui regroupa les défenseurs du Traité, le Fine Gael fut créé en 1933 suite à la convergence entre les membres de cette formation, le Farmer’s Party et la droite radicale extraparlementaire. De tendance conservatrice, le Fine Gael prit la tête de l’opposition politique face au Fianna Fáil durant l’entre-deux-guerres, accédant au pouvoir en 1948 en faisant partie du premier gouvernement de coalition irlandais.

12 En novembre 1936, déjà, au terme d’une rencontre présidée par Patrick Belton, leader de l’organisation et membre du Parlement, une résolution fut approuvée qui défendait la mise en place en Irlande d’un ordre social basé sur les encycliques papales. Irish Independent, 16-xi-1936, p. 10. Au début de l’année 1937, l’organisation publia un manifeste qui ratifiait son adhésion au corporatisme catholique. « Irish Christian Front. Policy outlined in manifesto. Based on Papal Encyclicals », Irish Independent, 20-i-1937. De même, les déclarations de certains dirigeants de la plateforme apportèrent de l’eau au moulin de ceux qui accusaient l’association d’héberger un programme politique occulte. « ICF and the press. Mr, Patrick Belton T.D., Asks “doubting organs” to come to their support », Irish Press, 30-i-1937; « Suspicion of Partisanship. Naas Branch and Christian Front obstacle », Irish Press, 23-i-1937.

13 Dermot Keogh, Ireland and Europe 1919-1989, Hibernian University Press, Cork & Dublin, 1990, p. 75-77.

14 Fearghal McGarry, Irish Politics and the Spanish Civil War, Cork University Press, Cork, 1999, p. 142-143 [Traduit de l’anglais].

15 Fearghal McGarry, Irish Politics…, op. cit., p. 158-159.

16 Écrivain et journaliste, Aodh De Blácam travailla pour Enniscorthy Echo et The Irish Times jusqu’à devenir l’éditeur de Catholic Standard, tout en faisant une carrière politique en tant que membre du bureau exécutif du Fianna Fáil. Henry Boylan, A dictionary of Irish Biography, Gill and Mac Millan, Dublin, 1978, p. 98. Puisque, un an avant le début de la Guerre Civile espagnole, De Blácam avait traduit José María Pemán, un écrivain qui passa du monarchisme traditionnel à l’apologie de la dictature de Primo de Rivera pour plus tard offrir son soutien au régime franquiste, les autorités de Burgos accueillirent chaleureusement la publication de For God and Spain, qu’ils ne tardèrent pas à traduire en espagnol. Voir Ver Aodh De Blácam, Por Dios y por España: la verdad sobre la guerra española, Tip. El Santuario, 1937. Quant à l’adaptation en anglais de Pemán, voir José María Pemán & Aodh De Blácam (trad.), A Saint in a hurry: el divino impaciente, the story of Saint Francis Xavier, Sands and company, 1935.

17 Aodh De Blácam, For God and Spain. The truth about the Spanish War., “Irish Messenger” Series, Office of the “Irish Messenger”, Dublin, 1936, p. 4 [Traduit de l’anglais].

18 Idem, p. 10-13.

19 Arthur Haydn Ryan, « Spain, the Church, and Europe », The Irish Ecclesiastical Record, Volume XLVIII. juillet-décembre, 1936, p. 561-584.

20 Concernant les manifestations d’ordre politique proférées par ce religieux à la lumière des principes sociaux catholiques, et en particulier contre le stalinisme, voir Arthur Haydn Ryan, « The Church and Civil Governments », Studies, Vol. 41, nº 162, juin 1952, p. 151-162. Ryan écrivit d’autres articles pour des revues et des journaux pieux comme The Capuchin Annual, The Irish News et The Collegian, dont une sélection représentative fut éditée après sa mort. Arthur H. Ryan, Mirroring Christ’s Splendour, ed. Ambrose Macaulay, Dublin, Four Court Press, 1984.

21 James A. Cleary, « Smoke-Screen over Spain », The Irish Ecclesiastical Record, Volume LII. juillet-décembre, 1938, p. 225-233.

22 Robert Sencourt, « The Spanish War - A Summary », The Irish Ecclesiastical Record, Volume LIV. juillet-décembre, 1939, p. 596-610. Un an auparavant, le semestriel de mainooth avait publié une critique de l’étude sur le conflit espagnol, Spain’s ordeal, écrit par Sencourt en 1938. La rédaction du journal définirait l’œuvre comme le meilleur livre sur la Guerre Civile espagnole publié jusqu’alors. The Irish Ecclesiastical Record, Volume LII, juillet-décembre, 1938, p. 331.

23 Fondateur et leader du Fianna Fáil, chef du Gouvernement entre 1932 et 1948 et chef de l’État de la République d’Irlande entre 1959 et 1973, Eamon de Valera fut le grand timonier de la politique irlandaise durant les décennies centrales du xxe siècle. En se démarquant de l’indépendantisme représenté par le Sinn Féin et l’IRA, il réussit à prendre la tête des détracteurs du Traité au moyen d’une nouvelle formule de nationalisme possibiliste qu’il mettrait en pratique, de manière graduelle, à l’instauration définitive de la République d’Irlande. Défenseur de la Société des Nations et artisan de la neutralité irlandaise durant la Seconde Guerre Mondiale, ce colosse de la politique sauvegarda les intérêts des classes dirigeantes de l’île sans ignorer les secteurs les plus pauvres de la société, il prit soin de maintenir, de même, de bonnes relations avec la puissante Église catholique d’Irlande. Au sujet de Eamon de Valera et de la réponse du Fianna Fáil face à la guerre d’Espagne, voir Diarmaid Ferriter, Judging Dev: A reassessment of the life and legacy of Eamon de Valera, Royal Irish Academy, 2007.

24 Fear Faire, « From the Hill Tops », The Catholic Bulletin, Vol. XXVII, août 1937, nº 8, p. 578-583.

25 Idem.

26 Idem, Vol. XXVIII, février 1938, nº 2, p. 153-154.

27 Idem, Vol. XXVIII, avril 1938, nº 4, p. 321-323.

28 Idem, p. 264.

29 Idem, Vol. XXVI, août 1936, nº 8, p. 694; idem, Vol. XXVII, octobre 1937, nº 10, p. 792.

30 Idem, Vol. XXVII, décembre 1937, nº 12, p. 781.

31 The Irish Ecclesiastical Record, Volume L. juillet-décembre, 1937, p. 204-205.

32 Idem, Volume LI. janvier-juin, 1938, p. 671.

33 Idem, Volume LII, juillet-décembre, 1938, p. 329.

34 Idem, Volume LIII. janvier-juin, 1939, p. 446. Le numéro correspondant au semestre antérieur contenait une critique de l’étude rétrospective de l’histoire d’Espagne, Our Debt to Spain, que Peers avait publiée en 1938. Idem, Volume LII: juillet-décembre, 1938, p. 332.

35 Idem, p. 669-670.

36 Idem, Volume XLVIII. juillet-décembre 1936, p. 547-554.

37 Sur l’impact du discours « La vostra presenza » ainsi que de la lettre « Las dos ciudades », voir Hilari Raguer, La pólvora y el incienso. La Iglesia y la Guerra Civil española (1936-1939), Ediciones Península, Barcelona, 2001, p. 99-109.

38 The Irish Ecclesiastical Record, Volume L. juillet-décembre 1937, p. 420-438.

39 Eoin O’Duffy, Crusade in Spain, Browne and Nolan Limited, Dublin, 1938, p. 38 [Traduit de l’anglais].

40 John Francis O’Doherty, « Some notes on the Catholic Church in 1936 », The Irish Ecclesiastical Record, Volume XLIX. janvier-juin, 1937, p. 1-13.

41 Idem.

42 John Francis O’Doherty, “The Catholic Church in 1937”, idem, Volume LI. janvier-juin, 1938, p. 1-19.

43 A. A. Parker, « III. Carlism in the Spanish Civil War », Studies, Vol. XXVI, nº 103, septembre 1937, p. 383-398.

44 E. Allison Peers, « Behind the Lines in Barcelona and Valencia », idem, Vol. XXVI, nº 104, décembre 1937, p. 553-567.

45 E. Allison Peers, « Michael Bakunin and Spanish Anarchism », idem, Vol. XXVII, nº 105, mars 1938, p. 136-141.

46 Joan Fitzpatrick Dean, Riot and Great Anger: Stage Censorship in Twentieth-Century Ireland, University of Wisconsin Press, 2010, p. 137-140.

47 Patrick J. Gannon, « More Light on Spain », Studies, Vol. XXVI, nº 104, décembre 1937, p. 567-573.

48 Joan-Carles Ferrer i Pont, Nosaltres sols: la revolta irlandesa a Catalunya, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, Barcelona, 2007, p. 197-200.

49 Pere Soler, Irlanda y la Guerra Civil española. Nuevas perspectivas de estudio, Tesis Doctorals en Xarxa [http://hdl.handle.net/10803/113554], p. 62-67. Le Dáil Éireann ou Assemblée irlandaise est la chambre basse de l’Oireachtas, le parlement d’Irlande.

50 Idem, p. 253-255.

51 Fear Faire, « From the Hill Tops », The Catholic Bulletin, Vol. XXVII, août 1937, nº 8, pp. 578-583.

52 Idem, janvier 1938, nº 1, p. 26-27.

53 The Irish Ecclesiastical Record, Volume LIII. janvier-juin, 1939, p. 670. À peine quelques mois plus tard, le journal du Royal Institute of International Affairs in London publia une critique négative du feuillet, le qualifiant de partial et peu utile à la compréhension du phénomène abordé. International Affairs, Volume 18, Issue 6, 1 novembre 1939, p. 853.

54 À ce sujet, en août 1937, la rédaction de The Catholic Bulletin consacra quelques pages à l’analyse des articles de presse et pamphlets publiés par le prêtre Denis O’Keefe, professeur à l’University College Dublin, qui tentaient de distinguer les deux idéologies. Selon la conclusion de la critique publiée par le journal dublinois, « Sooner or later, no doubt, the corporative organisation of society will settle into an enduring system. At present, the great experiment is confused with Fascism, and so is regarded with suspicion in lands where Fascism is disliked ». The Catholic Bulletin, Vol. XXVII, août 1937, nº 8, p. 590-598.

55 The Catholic Bulletin, Vol. XXVI, août 1936, nº 8, p. 694. Des numéros ultérieurs du semestriel incluraient d’autres articles en faveur du corporatisme catholique, parmi lesquels ceux du révérend et professeur de l’université de mainooth Cornelius Lucey. Cornelius Lucey, « Christian corporativism », The Irish Ecclesiastical Record, Volume XLIX, mars 1937, p. 225-241; Cornelius Lucey, « The Message of the social encyclicals », Idem, Volume LII, août 1938, p. 113-130.

56 Défenseur du salaire minimum, de la réduction horaire de la journée de travail et d’une juste distribution des richesses, Ryan consacra certaines des ses œuvres principales à ces questions, partant toujours de la conviction que l’Église avait un rôle important à jouer dans les affaires publiques. Voir, entre autres titres, John A. Ryan, A Better Economic Order, New York, Harper and Brothers, 1935; ainsi que John A. Ryan, Catholic Principles of Politics, New York, Macmillan Co., 1940.

57 The Catholic Bulletin, Vol. XXVIII, avril 1939, nº 4, p. 318. Tant que dura la guerre en Espagne, la défense du régime portugais dans les pages du trimestriel fut assumée, principalement, par le prêtre Richard S. Devane. Jésuite et défenseur convaincu de la censure d’État dans le domaine de la sexualité et de la morale, il ne s’érigea pas seulement en fervent partisan du « vocationalisme » catholique en plus de se rapprocher du corporatisme continental, il écrivit aussi pour la revue du parti fasciste irlandais Ailtirí na hAiséirghe. Deux de ses articles publiés en 1937 par le journal de l’université de mainooth revendiquèrent le corporatisme catholique en lien avec le salazarisme. R. S. Devane, « The religious condition of Portugal », The Irish Ecclesiastical Record, Volume XLIX, juin, 1937, p. 577-592; R. S. Devane, « The Religious Revival under Salazar: A Second Spring in Portugal », idem, Volume L, juillet-décembre, 1937, p. 478-499. Sur la figure de ce curé et sur sa trajectoire comme activiste politique, consulter Aidan Beatty, « The Strange Career of R. S. Devane » [https://aidanbeatty.com/2017-iii-29/the-strange-carreer-of-r-s-devane].

58 The Catholic Bulletin, Vol. XXVIII, septembre 1938, nº 9, p. 685-689.

59 Idem, Vol. XXVIII, décembre 1938, nº 12, p. 899-901. Bien que le conflit espagnol ne fût pas mentionné dans les articles reliés au « vocationalisme » d’État que publia Studies à cette époque, il faut préciser qu’au cours de ces années la revue des jésuites accueillit dans ses pages divers articles qui défendaient cette doctrine. Nous pouvons mentionner, à titre d’exemple, les textes rédigés par Michael Tierney. Sénateur du Fine Gael et ancien collaborateur de l’extrême droite irlandaise, ce professeur de l’University College Dublin théorisa et fit connaître avec force le corporatisme catholique, déclarant publiquement sa sympathie pour le régime de Salazar et pour le chancelier autrichien Engelbert Dollfuss. Michael Tierney, « Ireland and the reform of democracy », Studies, Vol. XXIII, septembre 1934, p. 369-382; Michael Tierney, « Economic and the Worker », idem, Vol. XXVII, décembre 1938, p. 701-703. Sur les relations de cet universitaire avec le totalitarisme celte et sur son positionnement politique, voir Maurice Manning, The Blueshirts, Gill and Macmillan, Dublin, 1970, p. 220-226.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pere Soler Paricio, « La presse catholique irlandaise et la Guerre Civile espagnole. Étude de cas », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 13 juillet 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ccec/7176 ; DOI : 10.4000/ccec.7176

Haut de page

Auteur

Pere Soler Paricio

Université de Bretagne Sud

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Université d'Angers
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals