Navigation – Plan du site
Études. Miscellanées

Les substrats d’une pensée du « genre » dans les textes de María Zambrano

The substrates of a thought of "gender" in the texts of María Zambrano
Sustratos de un pensamiento de « género » en los textos de María Zambrano
Nadia Mékouar-Hertzberg

Résumés

Cet article analyse dans quelle mesure les textes de María Zambrano proposent des éléments théoriques susceptibles de croiser le concept de « genre ». Certes, les soubassements intellectuels et théoriques diffèrent nettement ; la pensée de la philosophe ne consiste nullement en une anticipation des « études de genre ». Cependant, ses textes contiennent des propositions épistémologiques novatrices. Ces propositions démontrent, si besoin était, la pertinence et la modernité d’une réflexion qui, avec d’autres, a contribué à l’émergence de domaines d’étude où le concept de « genre » s’est avéré pleinement efficace et fructueux.

Haut de page

Entrées d’index

Mots clés :

María Zambrano, genre, femmes

Palabras claves :

María Zambrano, género, mujeres
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Virginia Trueba, « Figuras femeninas de la razón poética. El pensamiento de María Zambrano desde u (...)
  • 2  María Zambrano a développé sa pensée sur la « raison poétique » comme « réforme de la rationalité  (...)

1María Zambrano (1904-1991), philosophe, écrivaine, est remise au centre des études académiques. Les études de genre ne sont pas étrangères à cet engouement si bien que le lien entre ce type d’approche et les textes de l’auteure a d’ores et déjà été établi. La belle réflexion de Virginia Trueba en est un exemple accompli : « Figuras femeninas de la razón poética – El pensamiento de María Zambrano desde una persectiva de género »1 envisage quelques-unes des figures féminines qui incarnent la « raison poétique », cette notion cruciale, véritable clé de voûte de la pensée de la philosophe. Dans le cadre de cette étude, nous nous tiendrons à une approche relativement succincte de la notion : celle de la « raison poétique » comme pratique d’une philosophie encline à l’intuition, comme logos célébrant l’union du poétique et du philosophique, comme mode de connaissance et de compréhension émancipé d’une pensée systémique2.

  • 3  María Zambrano, « Delirio de Antígona », in Orígenes, 18, La Habana, 1948 et « La tumba de Antígon (...)
  • 4  María Zambrano, « Diótima de Mantinea », in Litoral, Málaga, 1983.
  • 5  María Zambrano, « Eloísa o la existencia de la mujer », in Elena Laurenzi, María Zambrano, Nacer p (...)

2Ce sur quoi nous voudrions insister, en revanche, c’est sur la lecture ouvertement « genrée » à laquelle se prêtent les textes de M. Zambrano. Dans le cas précis de l’article de V. Trueba, le positionnement méthodologique consiste ainsi à privilégier les figures féminines, les figures en tant que féminines comme autant de vecteurs de la pensée philosophique de l’auteure. Parmi ces figures féminines apparaissent Antigone, certainement la plus connue d’entre elles3, mais aussi Diotime4, Héloïse5, ou encore Benina, héroïne tout droit sortie du roman de l’écrivain B. Pérez Galdós, Misericordia (1897) : autant de figures paradigmatiques d’une authentique remise en question d’un rationalisme corrosif et systématique. Ces figures féminines sont ainsi porteuses de la contestation d’un ordre philosophique, éthique et politique, d’un système de rationalité, justifiant, entre autres, une véritable « mise en images » des femmes.

3Nous souhaitons rester dans la même perspective que cette approche « genrée », en insistant sur le concept de genre comme marqueur d’une différenciation sexuée construite, certes, mais aussi comme « outil » diversifiant l’intellection du monde. En d’autres termes, il s’agit observer dans quelle mesure les prises de position de M. Zambrano, ses textes théoriques et ses créations littéraires – difficilement dissociables les uns des autres – inaugurent ce que sera et ce qu’impliquera le concept de genre, si controversé en ce début de XXIe siècle et objet de malentendus parfois sciemment entretenus.

Entre « genre » et « féminisme philosophique »

  • 6  Nous reprenons ici la synthèse proposée par l’ouvrage collectif Introduction aux Gender Studies qu (...)

4Communément, l’on peut en effet considérer que le concept de « genre » concentre quatre enjeux fondamentaux6 : 1/La posture « constructiviste » est certainement l’approche et la perception du concept la plus commune, voire la plus consacrée : au cœur, ou plus exactement, à l’origine des études de genre, se trouve effectivement la rupture avec l’essentialisme, et plus précisément avec le rapport établi, de façon implicite pendant des siècles, entre les données biologiques et les rôles, fonctions, statuts sociaux hiérarchisés. 2/Le concept de genre implique par ailleurs une approche du paradigme masculin/féminin qui soit « relationnelle » : on ne peut étudier un sexe sans le rapporter à l’autre, même s’il est clair que, dans une logique compensatoire, le féminin ait été plus étudié que le masculin. Dans cette perspective, on peut avancer que le masculin en soi n’a pas vraiment fait l’objet d’étude puisqu’il s’est subsumé, des siècles durant, dans le neutre et dans son utopie. 3/La prise en compte des relations de pouvoir qui se nouent entre le masculin et le féminin est également essentielle : même si les rapports de pouvoir sont multiformes, d’intensité variable, sans cesse reconfigurés dans les contextes historiques et géographiques multiples, la quasi-totalité des sociétés est marquée par une bipartition masculin/féminin impliquant une répartition inégale du/des pouvoir(s). 4/Enfin, la dynamique « intersectionnelle » est, depuis ces dernières années, de plus en plus largement prise en compte à partir d’un constat autocritique : le discours théoricien et politique autour du genre dénotait un rapport de supériorité hiérarchique de fait entre femmes (entre les femmes blanches, cultivées, d’une certaine catégorie socio-professionnelle et … toutes les autres). S’est alors imposée la nécessité méthodologique et éthique de croiser la problématique des relations genrées de pouvoir avec d’autres rapports de hiérarchie.

  • 7  Eric Fassin, « L'empire du genre. L'histoire politique ambiguë d'un outil conceptuel », L'Homme 3/ (...)

5Au vu de ces éléments, il appert que ce que l’on entend par « genre » n’est pas simplement synonyme de « différences des sexes construite » – ce à quoi il est souvent réduit –. C’est, certes, un concept permettant de poser la question du féminin et du masculin autrement que dans leur essence et dans leur rapport hiérarchisé, mais c’est aussi un outil riche de potentialités théoriques, susceptible de renouveler les approches et les modes de pensée. C’est pourquoi nous proposons de retenir deux caractéristiques du genre particulièrement pertinentes pour envisager un croisement de cette notion avec les réflexions de M. Zambrano. Ces deux aspects ont été signalés très clairement par Éric Fassin7. Le premier concerne l’ambiguïté des usages du terme, considéré tour à tour, et parfois simultanément, comme « outil critique » et comme « catégorie normative » :

Pour autant, la notion de genre n’échappera jamais définitivement à cette ambiguïté fondatrice : encore aujourd’hui, elle reste prise dans une double logique, potentiellement contradictoire, entre catégorie normative et outil critique. Autrement dit, le genre est, sinon par nature, du moins d’origine, une arme à double tranchant. C’est ce qu’il ne faut jamais perdre de vue pour comprendre l’histoire de sa circulation, comme on le voit lorsqu’on passe du transfert disciplinaire entre discours médical et féministe, au transfert national, d’une rive de l’Atlantique à l’autre.

6Un seul terme et deux versants dont l’un – le genre dans sa dimension herméneutique – permet finalement de desceller l’autre – le genre dans sa dimension prescriptive des « rôles » sexués –. Le genre désigne donc à la fois l’outil et l’objet que ce même outil démonte. Ce qui importe dans notre perspective, c’est précisément cette intrication du théorique avec l’objet théorisé ; ou encore, cette nécessité qu’impose l’objet (sommairement, « l’étude du féminin et du masculin ») de générer lui-même son propre outil d’analyse, interaction mutuelle de l’objet d’étude et de ce qui le théorise, magnifiquement illustrée par ce terme biface, cette lame « double tranchant » qu’est le « genre ».

7L’autre aspect important pour envisager la pertinence de la notion de genre à l’œuvre dans les textes de M. Zambrano est celui de l’historicité assumée du concept :

Dans un cas comme dans l’autre, on voit cependant que l’ambiguïté du genre tient au contexte politique. L’autonomie scientifique en serait-elle constamment menacée par l’hétéronomie ? […]. Les outils avec lesquels travaillent les sciences sociales n’échappent jamais à leur nature sociale. L’avantage des concepts ouvertement politisés, du point de vue même de la scientificité, c’est donc qu’ils ne permettent pas de s’aveugler sur cette vérité. Le genre nous engage ainsi à ne pas occulter l’historicité des notions avec lesquelles nous travaillons. Au contraire des sciences « dures », c’est dans le terreau de l’histoire que se construit l’architecture des sciences sociales ; et dans ce paysage mouvant, presque surréaliste, nos outils conceptuels se révèlent comme des montres molles imprégnées d’histoire.

8« Des montres molles imprégnées d’histoire » : il s’agit bien – et le concept de genre en est, selon E. Fassin, un bel exemple – d’envisager les concepts comme des vecteurs d’intellection mobiles, labiles qui, éloignés de toute fixité, se plient aux mécanismes d’une dynamique hétéronome ; il s’agit également de concevoir la « mollesse » comme gage de pertinence conceptuelle, la mollesse étant ici entendue dans le sens d’une certaine « plasticité » de l’outil conceptuel, ainsi susceptible d’évolutions, d’adaptabilité en fonction de son objet d’étude. Autrement dit, il convient d’accepter que « le penser », que l’acte de penser peuvent s’accommoder de catégories conceptuelles mouvantes et ouvertes.

  • 8  Définition tirée du dictionnaire Le Robert.

9Or, nous posons l’hypothèse que certains des textes de M. Zambrano contiennent en germe les éléments de cette « mollesse » assumée du concept de genre ; que le concept de genre y est en gestation précisément en tant que concept variable et malléable ; que s’y trouvent, à la fois, une méditation sur la construction hiérarchisée du féminin et du masculin, et, – peut-être plus important encore –, un authentique questionnement sur l’opportunité d’une réflexion théorique et philosophique dégagée de toute réification, notamment pour envisager la question du féminin et du masculin, de leur relation et de leur construction. Ces analyses de l’auteure sont donc porteuses, d’une part, d’une approche complexe sur le féminin et sur le masculin, sur la façon dont ces catégories sont établies, transmises, modifiées, etc., et, d’autre part, de l’exercice d’une méthodologie épistémologique, dont les outils sont constamment questionnés dans leur pertinence. Nous proposons d’utiliser le terme de « substrats » pour désigner cette présence en creux, cette présence en gestation d’une notion qui s’imposera postérieurement. Nous entendons par « substrat », « ce qui sert d'infrastructure à quelque chose, ce sur quoi s'exerce une action », « une base matérielle, un support, un socle, si ce n'est un terreau ou une assise qui permet de recevoir un quelconque élément [...] pour lui assurer pérennité ou développement »8. L’idée serait donc que les textes de M. Zambrano contiennent en germe une pensée du genre, lui « assure(nt) pérennité », en quelque sorte, et qu’ils en posent les premiers jalons.

  • 9  Celia Amorós, Hacia una crítica de la razón patriarcal, Barcelone, Anthropos, 1991.

10Indéniablement, nous pourrions tout aussi bien évoquer un certain « féminisme » même si, on le sait, M. Zambrano s’est distanciée à maintes reprises des mouvements ou propos féministes de son époque. Ce féminisme serait plutôt les prémisses de ce que la philosophe Celia Amorós désigne très justement comme « un féminisme philosophique »9, c’est-à-dire, non pas une « philosophie féministe », qui consisterait en la construction d’un ensemble ordonné et systématique, mais un mouvement de pensée en procès, en cours, une activité critique révisant les fondements et les principes d’une épistémologie essentiellement patriarcale :

  • 10  Celia Amorós, “Presentación (que intenta ser un esbozo del status questionis) », in C. Amorós (ed. (...)

He de aclarar, por otra parte, que prefiero con mucho hablar de feminismo filosófico que de filosofía feminista. A la filosofía ‘qua tale’ quizás no sea pertinente adjetivarla. La expresión “filosofía feminista” parece connotar un quehacer constructivo y sistemático que, de hecho, estamos aún en condiciones precarias de abordar : sin contar con los problemas que en la actualidad plantea hacer filosofía sistemática en general, feminista o no. [...] Prefiero, por estas razones teóricas y algunas otras de orden pragmático, hablar más bien de feminismo filosófico [...]. Pues lo que se quiere dar a entender con esta denominación es que el feminismo es susceptible de ser tematizado filosáficamente.10

11Autrement dit, le « féminisme philosophique » tel qu’il est défini par C. Amorós et que nous pourrions associer aux textes de M. Zambrano, est un projet à la fois intellectuel et politique. Il consiste à dénoncer les hiérarchies de genre à l’œuvre dans les sociétés, en dévoilant et en désarticulant les discours philosophiques patriarcaux qui opèrent essentiellement depuis le principe d’universalité. Le « féminisme philosophique » est ainsi un positionnement épistémologique et politique. Il s’appuie sur une méthode d’analyse du discours assimilable, selon les termes proposés par C. Amorós, à une véritable « herméneutique du soupçon » que la démarche de M. Zambrano la présage sans pour autant l’anticiper expressément.

« La question féminine » : une histoire de contexte

12M. Zambrano manifeste indéniablement la volonté d’insérer la question du féminin et du masculin dans un ensemble théorique ; elle prétend également articuler ce positionnement avec la mise en place d’un discours sur la théorie. Cette démarche s’exprime nettement, par exemple, dans le texte qu’elle écrit lors de la publication, à La Habana en 1946, de l’ouvrage du docteur Gustavo Pittaluga, Grandeza y servidumbre de la mujer :

  • 11  María Zambrano, « A propósito de la ‘grandeza y servidumbre de la mujer’ », in Aurora. Papeles del (...)

Es ahora, cuando la realidad social, política y económica ha abierto un hueco a la mujer, acogiéndola en “igualdad de condiciones que el varón”–al menos aparentemente–, cuando se impone y se necesita esa claridad última que solamente surge cuando las cuestiones prácticas están resueltas. Es ahora, aprovechando la tregua, cuando se hace posible y necesario mirar detenida, objetivamente la cuestión femenina11.

13Elle propose ici d’associer l’action politico-historique en faveur de l’insertion des femmes dans l’espace public à une réflexion sur « la question féminine », sur le féminin. Quelles sont ces « conditions pratiques » propices à un accomplissement théorique, à une dynamique réflexive, qui, en retour, donneraient toute son assise à cet « espace » ouvert aux femmes ? Au moment où elle en parle (1947), cet espace est déjà en train de se réduire en Espagne, en raison de la dictature franquiste et d’une politique visant, entre autres, à exclure les femmes de l’espace public et de tout exercice du pouvoir. Néanmoins, il correspondait à une réalité effective de la société espagnole des années 30 : c’est précisément parce qu’elle a été portée par ce contexte que M. Zambrano a initié, dès les premières années de son exil post-républicain, une réflexion profonde sur la question du féminin et du masculin.

14Plus précisément, cet « espace » auquel fait allusion M. Zambrano a été en partie institué par la mise en place d’associations laïques comme foyers d’éducation des femmes, dès les années 20. La « Residencia de señoritas » est ainsi destinée à accueillir les jeunes femmes désireuses d’exercer une activité professionnelle. Cette institution, décisive pour la formation des femmes, leur a fourni une culture solide, ainsi que la proximité avec de grands intellectuels. Dans le même registre, le « Lyceum club », conçu sur le modèle des lyceums fondés auparavant à Londres et Paris, comprend l'enseignement de la littérature, des Sciences et Arts plastiques ; véritable centre culturel, il est aussi une plate-forme de l'émancipation des femmes. Le cadre légal espagnol et son évolution ont été également des facteurs décisifs. La situation des femmes, largement en deçà de l'idéal démocratique, en retire quelques améliorations, sous la forme de lois et de décrets. De même, le texte constitutionnel (article 25) consacre l'abolition de la filiation, de la classe sociale, du patrimoine, des idées politiques, des croyances religieuses, mais aussi du sexe, comme source de privilège dans l'exercice de la loi : « No podrán ser fundamento de privilegio jurídico : la naturaleza, la filiación, el sexo, la clase social, la riqueza, las ideas políticas ni las creencias religiosas ».

15Cet exposé contextuel pourrait être largement approfondi. Dans notre perspective, il importe de remarquer surtout que M. Zambrano s'est pleinement investie dans la mise en place de cette République espagnole et qu’elle s’est largement engagée dans la vie culturelle et intellectuelle de cette époque. Ce contexte est donc indissociable de sa réflexion ; elle considère d’ailleurs explicitement qu’il conditionne, à maints égards, sa pensée sur les paradigmes du féminin et du masculin. L’on ne peut que rappeler, à ce propos, le véritable credo de l’écrivaine qui estime l’interaction entre vie et pensée comme consubstantielle à sa pratique de la philosophie :

  • 12  María Zambrano, «He estado siempre en el límite», interview accordée à Juan Carlos Marset, ABC, 23 (...)

Yo atravesaba entonces y creo que no he dejado de atravesar por una situación en la que me imponían la necesidad de ‘elegir’ : las personas que me amaban, desde siempre, me pedían que eligiese entre la literatura, la filosofía y la política. Pero yo no podía. […]. La filosofía me era irrenunciable, pero más irrenunciable me eran la vida, el mundo. Yo no podía apartarme de lo que sucedía en el mundo, ni considerarme aparte, ni podía estar sola, desligada, ni podía restringirme a una sola actividad12.

  • 13  Citons, pour l’Espagne, Carmen de Burgos, Victoria Kent, Clara Campoamor, Margarita Nelken, María (...)

16N’hésitant pas à revendiquer l'importance, voire le primat, de la personne dans l'élaboration de la pensée, elle invite donc à lire sa pensée au travers de sa trajectoire, à inscrire ses textes dans la biographie de son expérience. Il importe de souligner que cette conception de l’activité intellectuelle comme consubstantielle à l’expérience vitale n’est pas exclusive à M. Zambrano : elle est le propre d’une génération de femmes de l’Europe de l’Ouest qui ont participé de la féminisation des universités. L’exemple le plus connu est très certainement celui de Simone de Beauvoir dont Le deuxième sexe est publié en 1949, au moment où M. Zambrano produit, elle aussi, une réflexion importante sur les femmes. Dans tous les cas ou presque, ces étudiantes, devenues femmes de lettres et intellectuelles, intègrent dans leur réflexion théorique un positionnement personnel, politique ou, tout simplement, citoyen, refusant la coupure traditionnelle qui sépare vie, action politique et savoir ; dans tous les cas ou presque, la réflexion sur « la question féminine » s’enracine de façon assumée dans l’expérience personnelle et quotidienne qu’elles en ont. M. Zambrano fait donc partie de ce réseau d’intellectuelles13 qui, fortes d’un environnement culturel propice, ont réfléchi autrement sur la question de la « condition féminine ». Comme elles, elle s’est dégagée d’une posture féministe exclusivement légaliste, remettant la question féminine en perspective au travers d’une réflexion philosophique, épistémologique et parfois ontologique toujours reliée à une trajectoire vitale personnelle.

Défaire les images ...

17Cette pensée s’est essentiellement élaborée pendant l’exil de l’auteure hors d’Espagne, notamment quand elle a vécu à Cuba de 1940 à 1953. Durant cette décade, elle a écrit plusieurs articles sur « la subjectivité féminine » et sur la situation des femmes. Y sont toujours corrélés la défense des femmes et de leur intégration dans la sphère publique, un positionnement « féministe », même non assumé comme tel, avec la revendication d’un discours théorique novateur, tant dans le contenu que dans la forme. Pour M. Zambrano, donc, la « question féminine » recouvre un certain engagement, la dénonciation de normes que l’on qualifierait aujourd’hui « de genre » en même temps qu’une réflexion d’ordre théorique et herméneutique : cette « question féminine » apparaît ainsi indéfectiblement liée à une volonté forte de s’instituer, de « s’autoriser » dans le champ de la philosophie – dominé, à l’époque, par son père spirituel et professeur, José Ortega y Gasset –, et d’instituer, « d’autoriser » une forme de discours philosophique nouvelle. Ni la force percutante et revendicatrice de ses propos ni leur densité réflexive ne s’en trouvent réduites.

18Dans Eloísa o la existencia de la mujer, lorsque M. Zambrano retrace le parcours vital et intellectuel d’Héloïse, elle refait l’historique – exactement dans la même perspective de Simone de Beauvoir dans Le deuxième sexe – de la difficile émergence des femmes en tant que sujets. La femme médiévale, dit-elle, est une femme inventée, imaginée, plus exactement une femme « imagée », s’absorbant dans des images forgées par le logos masculin auquel elle n’a pas accès. Elle reste donc en périphérie de toute rationalité discursive, se rangeant plutôt du côté du sacré, du corps et du sensible :

  • 14  María Zambrano, « Eloísa o la existencia de la mujer » in Elena Laurenzi, María Zambrano, Nacer po (...)

La mujer queda encerrada por el hombre dentro de una imagen sagrada. En ella, se aparta, y se conserva a un tiempo, esa realidad persistente indefinible y reacia. […]. El proyectar una realidad en imagen es una manera de preservarse de ella, alejándola. Pero con esa ambivalencia propia de lo sagrado, la imagen que lo aleja mantiene al mismo tiempo su contacto. Y así el hombre, al crear « la imagen sagrada » de la mujer, se preserva de ella, asegurándose de su presencia [...]14.

  • 15  María Zambrano, « Eloísa o la existencia de la mujer », op. cit., p. 99.
  • 16  María Zambrano, Delirio y destino, op. cit., p. 29.

19Nous attirons l’attention sur la dimension sacrée sur laquelle M. Zambrano insiste à plusieurs reprises. Si la conception de la femme conçue comme image n’est pas nouvelle (M. Zambrano connaissait les études du médiéviste Étienne Gilson, notamment celles consacrées à Héloïse, Béatrice et à la figure de la « Dame lointaine »), la référence à une image dite « sacrée » paraît plus singulière. La femme est une projection, « l’ouvrage » de l’homme qui, ainsi, la tient à distance ; plus exactement, il tient à distance une dimension qui n’entre pas dans ses catégories rationnelles et discursives et qui, néanmoins, est une « réalité ». « L’image sacrée » dans laquelle la femme est enfermée aurait donc pour objectif de « domestiquer » cette dimension du sacré, de l’ineffable, de l’indéfinissable, de la maintenir en périphérie, à une distance suffisamment proche pour qu’elle reste admissible et tolérée, et suffisamment éloignée pour qu’elle ne perturbe pas l’ordonnancement des sociétés (en l’occurrence de la société médiévale) : cette « mise en images » des femmes serait une façon de maintenir le sacré « […] dentro de unos límites dóciles, en cierto modo, al querer del hombre que ante ella se postra »15. La dimension sacrée dont les femmes apparaissent prisonnières est donc un sacré « stratégique », permettant de légitimer, à bon compte, la forclusion de femmes maintenues à distance, mais pourvoyeuses, par là même, d’une « dose » d’idéal nécessaire, peu compatible avec la rationalité et seulement concevable et appréciable au travers d’images. La distance n’est ici nullement synonyme de reconnaissance et moins encore d’autonomie. Elle mène à légitimer la marginalisation, la forclusion voire l’effacement. Dans Delirio y destino, l’on trouve ainsi un commentaire très évocateur de l’évanescence dont sont frappés les êtres placés, ou qui se placent, sous le sceau des images : « Hay una imagen de sí densa, casi corpórea y si sus contornos son muy fijos, ya la imagen está en trance de convertirse en personaje más real que la persona misma, alimentado a su costa … Y mientras el personaje crece [...], la persona que lo sustenta se vuelve como un fanstasma »16.

20Plus encore, les femmes « imagées » ne peuvent accéder au statut de personne dans mesure où, créées de toute pièce, elles ne peuvent être créatrices :

  • 17  María Zambrano, « A propósito de la ‘grandeza y servidumbre de la mujer’ », op. cit., p. 143-148

¿Puede la mujer ser “individuo” en la medida en que lo es el hombre ? ¿Puede tener una vocación además de la vocación genérica sin contradecirla ? ¿Puede una mujer, en suma, realizar la suprema y sagrada vocación de la Mujer siendo además una mujer atraída por una vocación determinada ? ¿Puede unir en su ser la vocación de la Mujer como una de esas vocaciones que han absorbido y hecho la grandeza de algunos hombres : Filosofía, Poesía, Ciencia, es decir puede crear la Mujer sin dejar de serlo17 ?

  • 18  Nous reprenons ici les termes de Judith Butler insistant sur la notion de genre comme espace de né (...)

21La philosophe ouvre ici la voie à une réflexion fondamentale, posant la question de ce qui de la « vocación genérica », de cette prédisposition biologique qui, selon elle, voue la femme à la procréation, peut être négociable. Ses questions successives, renouvelées, insistantes, impliquent une proposition, ou, plus exactement, dégagent une perspective : celle qui permettrait d’articuler, d’« unir » une « vocation » propre au genre humain (selon l’acception étymologique du genus latin, « naissance, race, espèce »), ce donné que nous qualifierions volontiers aujourd’hui de « biologique », avec une vocation choisie, déterminée dans le sens de « précise », mais aussi de « sélectionnée » à dessein. Ce qui importe c’est l’intuition de cette articulation possible entre ce qui est négociable, construit, voulu, et ce qui ne l’est pas. Ce n’est certes pas une préfiguration du « genre ». C’est plutôt un de ces substrats théoriques diffus, inattendus et surprenants qui jalonnent l’œuvre de M. Zambrano et qui préparent à la possibilité de penser la différence sexuelle au-delà de la seule fatalité biologique, de la penser comme un tout inextricable où se retrouvent chevillés le donné biologique « fixe et non négociable » et ce qui « relève du social », « élément négociable et construit »18.

  • 19  María Zambrano, Obras Reunidas, Madrid, Aguilar, 1971, p. 10.

22Plus intéressant et révélateur encore est de constater que M. Zambrano situe précisément ces éléments de négociation sur le terrain de la création et de la pensée (Philosophie, Poésie, Sciences), au cœur d’un enjeu crucial : la femme n’est pas seulement vouée à la procréation ; elle est appelée aux œuvres de création. La question que pose M. Zambrano (« […] puede crear la Mujer sin dejar de serlo ? ») est capitale : elle envisage d’ores et déjà clairement l’épineuse question de la reconnaissance des femmes en tant que telles dans les secteurs de la création, notamment littéraire, sans perdre de vue la dimension universelle de la création. Elle permet de faire l’hypothèse d’une universalité enfin « dispensée » de neutralité. Plus exactement, elle inspire cette hypothèse avec la délicatesse nuancée qui est le propre de toute démarche exploratoire et innovante. Ainsi, la question « […] puede crear la Mujer sin dejar de serlo ? » n’exclut-elle pas, chez cette auteure, l’affirmation de la neutralité de l’instance créatrice : « Y ya, entre paréntesis, he de explicar que esto de decir “el autor” es algo enteramente espontáneo, debido a que este “autor” se me aparece como neutro y no como masculino. Neutro por más allá y no por más acá de la diferenciación existente entre hombre y mujer, ya que de pensamiento se trata »19. Ces antinomies, qui sont des nuances contextuelles plus que des contradictions, illustrent parfaitement, à notre sens, l’extraordinaire vitalité de la pensée de M. Zambrano posant ouvertement la « question féminine » dans une perspective philosophique, inventant de nouvelles perspectives sans toutefois les systématiser, fourmillant d’intuitions ou de propositions qu’elle dépose dans ces textes sans craindre aucunement d’encourir l’accusation d’incohérence ou d’approximation : autant de reproches inopérants puisque le principe de fonctionnement de sa pensée repose sur un refus du système clos. C’est précisément en ce sens, qu’à l’unisson d’autres penseuses et penseurs sans aucun doute, elle pose les jalons d’une réflexion novatrice sur les femmes et sur le féminin, elle rend possible l’émergence d’une analyse a priori éloignée des fondements chrétiens et souvent essentialistes qui caractérisent sa pensée. Aucunement corsetée par un quelconque systématisme, sa pensée prend des risques : ces coups d’éclat théoriques expliquent en partie la persistance et la permanence de la réflexion zambranienne au cœur de pensées actuelles dont les références théoriques et idéologiques sont pourtant profondément différentes.

23Précisons enfin que, selon M. Zambrano, « sortir des images », les « défaire », annuler, négocier les contours et les limites de cette invention, de cette construction normative pour les femmes, ne signifie pas forcément sortir du « sacré ». Sortir de l’image sans se départir du sacré, accomplir sa trajectoire vitale et singulière en réalisant une dimension « sacrée » qui, dans un premier temps, était facteur d’enfermement, c’est ce que le parcours d’Héloïse, en cela exemplaire pour M. Zambrano, met en lumière :

  • 20  María Zambrano, « Eloísa o la existencia de la mujer », op. cit, p. 103-104.

Existencia es identidad de posibilidad y de realidad : posibilidad que estaba cerrada en ‘la imagen sagrada’ como sucede siempre. [...] Eloísa coincidía con su imagen, privilegio que ella percibió agudamente [...]. Era la mujer quien aparecía en la plenitud de su existencia mas allá de los sueños del varón. Mas su ser respondía a ese sueño : era el contenido de la ‘imagen sagrada’ transformada en vida20.

24Ce maintien du sacré est important. Il n’implique plus une quelconque sacralisation de la femme – ce qui serait alors totalement contre-productif et contradictoire avec la perspective de M. Zambrano – : il signale l’émergence de la femme en tant que sujet « plein » au travers d’un horizon d’intelligibilité et de discursivité fondamentalement différent de la rationalité traditionnelle. L’on retrouve alors la corrélation de la « question féminine » avec la nécessité de reconnaître, d’assimiler une autre de façon de penser, une autre raison, cette « raison poétique » que M. Zambrano différencie si pertinemment de la rationalité traditionnelle ; ce qui nous importe à nouveau, dans l’optique du « substrat » du genre à l’œuvre dans cette pensée, c’est la nécessité de concevoir un autre système discursif, une autre herméneutique à partir du moment où le sujet féminin est pris en compte en tant que tel. Il ne s’agit évidemment pas d’assigner la femme à un certain type de rationalité, mais de faire rentrer en résonance la « question féminine » avec l’incorporation de nouvelles dynamiques conceptuelles et théoriques.

« Enrayer la machine théorique » – Un premier pas vers le genre

25Dans l’article « A modo de autobiografía », M. Zambrano, de façon bien plus ouverte et spontanée que dans son autobiographie officielle, Delirio y destino, fait état de souvenirs d’enfance très précis :

  • 21  María Zambrano, « A modo de autobiografía » in Anthropos 70/71, Barcelone, Marzo-abril 1987, p. 69 (...)

Primeramente quise ser una caja de música. Sin duda alguna me la habían regalado, y me pareció maravilloso que con sólo levantar la tapa se oyese la música ; pero sin preguntarle a nadie ya me di cuenta que yo no podía ser una caja de música, porque esa música por mucho que a mí me gustara no era mi música, que yo tendría que ser una caja de música inédita, de mi música, de la música, de la música que mis pasos, mis acciones, […]. Después supe de unos caballeros templarios, porque en Segovia, donde yo cumplí los seis años […] estaban, como un monumento nacional, los templarios. Yo le pregunté a mi padre quiénes eran […] ; recuerdo que me dijo que eran unos caballeros, y yo era una mujer. Y entonces pregunté si siendo yo una niña no podría ser nunca un caballero, por ser una mujer. Y esto se me quedó en el alma flotando, porque yo quería ser un caballero y quería no dejar de ser mujer, eso no ; yo no quería rechazar, yo quería encontrar, no quería renegar y menos aún mi condición femenina, porque era la que me había dado y yo la aceptaba, pero quería hacerla compatible con un caballero, y precisamente un templario21.

26Elle ajoute ensuite que c'est cette conscience, très tôt acquise, des interdits qui limitaient son existence de femme, qui la poussa vers la philosophie : « Y así cuando me di cuenta que no podía ser de echo nada, encontré el pensamiento, encontré lo que yo llamaba, lo que sigo llamando, filosofía. » L’anecdote, au-delà de la tendresse mi-amusée, mi-sérieuse qu’elle suscite, reprend avec force et conviction le « fil rouge » d’une pensée associant résolument la « question du féminin », la question de la « condition féminine » et de ses (dé)limitations dans l’organisation de la société avec le passage à la réflexion d’ordre philosophique, l’intégration de « plain pied » dans le champ de la « philosophie ». Comme par voie de conséquence de cette décision posée dès le plus jeune âge, mais fermement mûrie et assumée (devenir « templière » sans pour autant cesser d’être femme, selon ses dires), la jeune fille s’oriente vers un mode de connaissance qu’elle va assimiler profondément pour s’en détourner, pour en proposer une révision réfléchie, audacieuse et largement mise en pratique par elle-même.

  • 22  Nous renvoyons en particulier à l’article « Sobre el ámbito de la razón poética », de Carmen Revil (...)

27Il n’est pas dans notre objectif de présenter les contours de cette « réforme » de l’entendement. M. Zambrano en explicite les nécessités, notamment dans son essai, Los intelectuales en el drama de España et en définit les exigences, en particulier dans les réflexions philosophiques De la aurora et Filosofía y poesía22. Nous relevons surtout, nous le répétons, la relation entre l’affirmation de la nécessité d’une nouvelle rationalité et l’affirmation du sujet féminin en tant que tel : c’est parce que M. Zambrano, jeune fille, veut réaliser ce qu’elle pense être son « être de femme », qu’elle investira, littéralement, le territoire de la philosophie. Sans aller jusqu’à revoir sa dénomination (« encontré lo que yo llamaba, lo que sigo llamando, filosofía. »), elle en redéfinira les contours et le fonctionnement. C’est en ayant conscience des risques de glissements anachroniques que nous faisons référence aux remarquables analyses d’Elsa Dorlin sur les différentes théories féministes de ces quarante dernières années. Ce qui nous y conduit, c’est à nouveau cette interdépendance entre la « question féminine » et la mise en place de ce que M. Zambrano appelle « raison poétique » et de ce que, de façon plus contemporaine, nous qualifierions de dispositifs théoriques et conceptuels spécifiques et novateurs. Dans le chapitre « Épistémologies féministes », E. Dorlin affirme très clairement cette corrélation entre féminisme et émergence de nouvelles épistémologies :

  • 23  Elsa Dorlin, Sexes, genre et sexualités, Paris, PUF, 2008, p. 13.

Ces savoirs féministes ne produisent donc pas seulement un nouveau savoir sur les femmes, ils disqualifient à leur tour « la connaissance vraie », ils bouleversent l’économie du savoir lui-même et la distinction entre sujet et objet de la connaissance. Comme le souligne Luce Irigaray à propos de tout discours sur les femmes, l’enjeu n’est pas d’élaborer une nouvelle théorie dont la femme serait le sujet ou l’objet, mais d’enrayer la machine théorique elle-même, de suspendre sa prétention à la production d’une vérité et d’un sens par trop univoques23.

  • 24  María Zambrano, «La mujer en la cultura medieval», in Ultra, 4, Porto Rico, 1940, p. 100-103.

28M. Zambrano, non contente d’investir l’espace de la philosophie, domaine réservé exclusivement aux hommes, ou tout au moins présenté comme tel, va s’attacher à « enrayer la machine théorique elle-même », à « suspendre sa prétention à la production d’une vérité et d’un sens par trop univoques » tout en reliant cet enrayage à la « question féminine ». En quoi consiste sa démarche ? Essentiellement en une mise en retrait du principe d’objectivité tel qu’il fut institué dans la pensée occidentale : le contenu de ses textes, sa rhétorique, la trame de sa réflexion « dispersive », étrangère aux schémas discursifs traditionnels, supposent une véritable suspension des schèmes de pensée, une remise en question de la prétention d’objectivité « universalisante ». Cette tradition, selon elle, ne fait que masquer l’auto-représentation complaisante de ce qu’elle définit comme la « masculinité » : ainsi fait-elle apparaître que la masculinité et sa prédominance au travers des siècles ne se manifestent pas par un quelconque pouvoir sexuel, mais se caractérise plutôt par la détention exclusive d’un discours qui se prétend universel donc incontestable, par la détention exclusive d’une objectivité reconnue, autorisée donc autoritaire : « […] sobre todo en ciertas épocas, la masculinidad no se ha definido como poder sexual, sino como justicia y razón, es decir como objetividad »24.

  • 25  María Zambrano, « La mujer en la cultura medieval », op. cit, p. 275.
  • 26  María Zambrano, Delirio y destino, Madrid, Mondadori, 1989, p. 82.
  • 27  María Zambrano, Los intelectuales en el drama de España, Barcelone, Anthropos, 1989, p. 138.

29Dans cette perspective, la démarche de M. Zambrano se comprend aisément : la « question féminine » ne recouvre pas forcément, ou pas seulement, une remise en question de « l’image » et du statut des femmes, mais implique une révision du savoir, tout au moins d’un savoir patenté au seul critère de l’objectivité : « Hablar de la situación de la mujer en cualquier época supone hablar de una de las capas más profundas, de los estratos más profundos de la marcha de una cultura »25. M. Zambrano propose de concevoir un appareil théorique éloigné de tout hiératisme conceptuel, de toute prétention universaliste, définitive et définitoire voire de tout objectivisme. Comme ingrédient indispensable de cette redéfinition de l’objectivité, la philosophe fait émerger une instance nouvelle dans le paysage épistémologique de l’époque, celle du « sujet connaissant », la plaçant véritablement au centre de toute démarche épistémologique : « Pensar no es sólo captar los objetos, las realidades que están frente "al sujeto" y a distancia. El pensar tiene un movimiento interno que se verifica dentro del propio sujeto, por así decir. Si el pensar no barre la casa por dentro, no es pensar, sería simple clarificación lógica en que se repite lo ya pensado desde afuera »26. L’objectivité, l’objectivation ne disparaissent pas, mais s’enrichissent d’une prise en compte du sujet de la connaissance par le sujet lui-même. La pensée qui émane de ce mouvement de subjectivation n’en fait pas moins autorité ; elle n’en est pas moins autorisée. « Balayer devant sa porte », se connaître en tant que sujet connaissant, se savoir « soi » quand on « sait » (ou qu’on prétend savoir), fait, selon M. Zambrano, partie intrinsèque de l’acte de pensée. Par conséquent, cette démarche d’intellection suppose une constante autocritique, un exercice de la raison se questionnant elle-même dans ses attendus, ses pratiques et ses conclusions : « […] un nuevo uso de la razón, más complejo y delicado, que llevara en sí mismo su crítica constante, es decir que tendría que ir acompañado de la conciencia de la relatividad »27. Qu’il s’agisse de défendre la prise en compte de la subjectivité du sujet de la connaissance, voire de ses expériences et de son vécu ou de rappeler que la réflexion conceptuelle se nourrit d’une précarité bénéfique et stimulante, la démarche épistémologique est la même : elle consiste à revoir les fondements et le fonctionnement de la « machine théorique » à partir de la « question féminine » enfin posée, ou conjointement à elle. Du moins M. Zambrano ne semble-t-elle pas envisager de poser « la question féminine » autrement.

Conclusion

30Si l’on revient sur le concept de genre qui nous a permis d’ouvrir cette réflexion, l’on peut dire que c’est à la fois un outil conceptuel véritablement révolutionnaire, permettant de changer la donne de la réflexion sur le féminin, sur le masculin ainsi que sur leurs relations et leur construction, et un outil indissociable d’un passif culturel et intellectuel extrêmement riche et parfois inattendu : ce passif culturel fait d’ailleurs que le terme « genre » peut connaître des inflexions sémantiques significatives en fonction de l’espace socio-culturel (ici espagnol) dans lequel il s’inscrit.

  • 28  Joan W. Scott, De l’utilité du genre, Paris , Fayard, 2012, p. 11.

31Les textes de M. Zambrano manifestent une sensibilisation précoce aux questions relatives aux femmes et au féminin. La mise en exergue de l’inégalité des sexes y est fréquente et appuyée. Le contexte culturel et politique fut incontestablement porteur. Cependant, ces textes sont aussi – sont surtout – l’expression d’une exigence : celle de doubler les constats empiriques, les mesures politiques de circonstance par la mise en place d’un discours théorique sur la question. Lorsque nous affirmons que le concept de genre est présent sous forme de substrats, ce n’est pas la marque d’un déficit, pas plus que la formulation de ce qui serait une belle prémonition théorique de la part de la philosophe : il est en effet évident qu’elle se situe globalement dans un horizon conceptuel différent (comme en témoigne la mobilisation, dans ses écrits, de notions telles que la fraternité, la piété, la dormition, le sacrifice, etc.), et assez éloigné, sommes toutes, du concept de genre. Ce que l’on peut affirmer en revanche, c’est que ses diverses réflexions sur la question féminine portent en germe, de façon parfois proliférante, le principe d’une « négociation » autour de paradigmes du féminin (et donc du masculin) pourtant réputés comme « naturels » donc prescriptifs. Elles permettent également de faire valoir l’efficacité théorique d’outils conceptuels « mous », pour reprendre les termes d’E. Fassin, susceptibles d’évolutions, de métamorphoses et d’autocritiques. Ce dernier point constitue l’un des substrats de la pensée du genre les plus décisifs, car il détermine ce qui fera la pertinence du genre comme outil d’analyse : « Le genre n’est plus seulement une « construction sociale » [...]. Il constitue une tentative, historiquement et culturellement spécifique, de résolution du dilemme de la différence sexuelle [...]. Les différences sexuelles ne sont plus définies en fonction d’une opposition du masculin et du féminin qui serait transcendante [...], mais elles sont vues comme un problème impossible à trancher, un défi lancé à toute solution qui prétendrait être la seule valable »28. Se confronter aux problèmes comme étant « impossibles à trancher », refuser « toute solution qui prétendrait être la seule valable » : ces lignes programmatiques sur le genre sont dans la droite ligne des défis théoriques et poétiques que nous lancent, de façon toujours renouvelée, les textes de M. Zambrano.

Haut de page

Notes

1  Virginia Trueba, « Figuras femeninas de la razón poética. El pensamiento de María Zambrano desde una persectiva de género », in Revista Sociocriticism, Vol. XXVIII/1 et 2, Universidad de Granada (España), 2013, p. 16-51.

2  María Zambrano a développé sa pensée sur la « raison poétique » comme « réforme de la rationalité » dans trois écrits majeurs : Hacia un saber sobre el alma (publié en 1934), Filosofía y poesía (publié en 1939), De la Aurora, (publié en 1986).

3  María Zambrano, « Delirio de Antígona », in Orígenes, 18, La Habana, 1948 et « La tumba de Antígona », in Senderos, Barcelone, Anthropos, 1989.

4  María Zambrano, « Diótima de Mantinea », in Litoral, Málaga, 1983.

5  María Zambrano, « Eloísa o la existencia de la mujer », in Elena Laurenzi, María Zambrano, Nacer por sí misma, Madrid, 1995, p. 90-117. Nous utiliserons cette édition. Le texte est paru initialement dans la revue Sur, 124, Buenos Aires, 1945.

6  Nous reprenons ici la synthèse proposée par l’ouvrage collectif Introduction aux Gender Studies qui distingue les enjeux théoriques majeurs impliqués par les études de genre. Voir Laure Bereni et alii, Introduction aux Gender Studies, Paris, De Boeck, 2011.

7  Eric Fassin, « L'empire du genre. L'histoire politique ambiguë d'un outil conceptuel », L'Homme 3/2008, n° 187-188, p. 375-392. URL : www.cairn.info/revue-l-homme-2008-3-page-375.htm.

8  Définition tirée du dictionnaire Le Robert.

9  Celia Amorós, Hacia una crítica de la razón patriarcal, Barcelone, Anthropos, 1991.

10  Celia Amorós, “Presentación (que intenta ser un esbozo del status questionis) », in C. Amorós (ed.), Feminismo y Filosofía, Madrid, Síntesis, 2000, p. 9-10.

11  María Zambrano, « A propósito de la ‘grandeza y servidumbre de la mujer’ », in Aurora. Papeles del Seminario María Zambrano, nº 1, Barcelone, 1999, p. 143-148. Ce texte fut une première fois publié dans la revue Sur, 150, 1947.

12  María Zambrano, «He estado siempre en el límite», interview accordée à Juan Carlos Marset, ABC, 23 abril 1989, p. 70-71.

13  Citons, pour l’Espagne, Carmen de Burgos, Victoria Kent, Clara Campoamor, Margarita Nelken, María Lejárraga, etc.

14  María Zambrano, « Eloísa o la existencia de la mujer » in Elena Laurenzi, María Zambrano, Nacer por sí misma, Madrid, 1995, p. 99.

15  María Zambrano, « Eloísa o la existencia de la mujer », op. cit., p. 99.

16  María Zambrano, Delirio y destino, op. cit., p. 29.

17  María Zambrano, « A propósito de la ‘grandeza y servidumbre de la mujer’ », op. cit., p. 143-148

18  Nous reprenons ici les termes de Judith Butler insistant sur la notion de genre comme espace de négociation : « Le genre n’est-il pas pour nous comme cette partie de la différence sexuelle relevant du social (le genre serait alors le degré extrême du social dans la différence sexuelle), élément négociable et construit – ce que le Vatican veut précisément contester en revenant à la notion de sexe – sur le terrain du naturel, là où le naturel lui-même est conçu comme fixe et non négociable ? », in Judith Butler, Défaire le genre, Paris, Éditions Amsterdam, 2006, p. 213.

19  María Zambrano, Obras Reunidas, Madrid, Aguilar, 1971, p. 10.

20  María Zambrano, « Eloísa o la existencia de la mujer », op. cit, p. 103-104.

21  María Zambrano, « A modo de autobiografía » in Anthropos 70/71, Barcelone, Marzo-abril 1987, p. 69-73.

22  Nous renvoyons en particulier à l’article « Sobre el ámbito de la razón poética », de Carmen Revilla qui explique très clairement que la « réforme » que propose M. Zambrano n’est pas à proprement parler « nouvelle » et ne consiste nullement en une pensée systémique. Elle reprend la comparaison proposée par l’auteure elle-même : celle d’une goutte d’huile miscible, mais non soluble, imprégnant ce qui n’est pas elle, mais sans jamais se fondre, « […] como una gota de aceite que apacigua y suaviza, una gota de felicidad. Razón poética […]. Es lo que vengo buscando. Y ella no es como la otra, tiene, ha de tener muchas formas, será la misma, en géneros diferentes », Carmen Revilla, « Sobre el ámbito de la razón poética », in Anthropos, Suplementos, Barcelone, 1992.

23  Elsa Dorlin, Sexes, genre et sexualités, Paris, PUF, 2008, p. 13.

24  María Zambrano, «La mujer en la cultura medieval», in Ultra, 4, Porto Rico, 1940, p. 100-103.

25  María Zambrano, « La mujer en la cultura medieval », op. cit, p. 275.

26  María Zambrano, Delirio y destino, Madrid, Mondadori, 1989, p. 82.

27  María Zambrano, Los intelectuales en el drama de España, Barcelone, Anthropos, 1989, p. 138.

28  Joan W. Scott, De l’utilité du genre, Paris , Fayard, 2012, p. 11.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadia Mékouar-Hertzberg, « Les substrats d’une pensée du « genre » dans les textes de María Zambrano », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 08 juillet 2018, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/ccec/7270 ; DOI : 10.4000/ccec.7270

Haut de page

Auteur

Nadia Mékouar-Hertzberg

Université de Pau et des Pays de l’Adour, Laboratoire LLCAA E.A. 1925

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Université d'Angers
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals