Navigation – Plan du site
Études. Miscellanées

L’ennemi dans l’après-guerre espagnole, 1939-1945

The enemy in the Spanish postwar
El enemigo en la postguerra española
Javier Domínguez Arribas

Résumés

Le présent travail étudie les figures de l'ennemi au début de la période de l'après-guerre espagnole (1939-1945), comme ils ont été désignés par le régime franquiste naissant. Les gauchistes, les séparatistes, les francs-maçons et les juifs sont pris en compte, en accordant une attention particulière à la disproportion entre le niveau répressif et discursif, entre la persécution qu'ils subissaient et la rhétorique qui les stigmatisait. Étonnamment, les ennemis qui ont subi la répression la plus féroce en fait - les « rouges » - n'étaient pas toujours ceux qui ont reçu les pires attaques dans la propagande. Enfin, les fonctions accomplies par la représentation de l'ennemi dans le système franquiste sont interprétées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La guerre civile espagnole prit fin le 1er avril 1939. Dans les jours qui suivirent la victoire des insurgés, tous les journaux publièrent dans leur première page une consigne officielle qui leur avait été envoyée par les services de propagande du nouvel État franquiste :

  • 1 La Vanguardia Española, Barcelone, 4 avril 1939, p. 1, et Arriba, Madrid, 4 avril 1939, p. 1. Ce tr (...)

Espagnols, alerte. L’Espagne reste sur le pied de guerre contre tout ennemi de l’intérieur ou de l’extérieur. Perpétuellement fidèle à ses morts, l’Espagne, avec la faveur de Dieu, est toujours en marche, Une, Grande et Libre, vers son destin irrévocable.
Debout l’Espagne ! Vive Franco !1

2C’était une déclaration assez conventionnelle de fidélité à la mémoire des morts, doublée d’un appel à rester en garde face à un ennemi toujours aux aguets. Or, qui étaient ces ennemis qui exigeaient une vigilance constante ? La réponse est moins simple que l’on pourrait croire.

  • 2 Catálogo de carteles de la República y la guerra civil españolas, Madrid, Biblioteca Nacional, 1990 (...)

3Tenter de distinguer les ennemis dans l’après-guerre en Espagne, les ennemis du franquisme, requiert avant tout de considérer la définition de l’ennemi pendant la guerre civile, telle qu’elle apparaît dans la propagande rebelle. Sur une affiche réalisée probablement en 1937, qui reproduit un élément habituel de la propagande politique déjà utilisé en Russie ou en France (celui du coup de balai), nous trouvons une ébauche de réponse si nous regardons les maux balayés par un vigoureux soldat franquiste : le bolchevisme, les politicards, l’injustice sociale, les francs-maçons, le séparatisme et la Fédération anarchiste ibérique (FAI)2. Néanmoins, dans la désignation des diverses têtes de l’ennemi, la version la plus répandue est celle qui apparaissait déjà dans un entrefilet publié dans le journal phalangiste de Pampelune quelques jours après le début de la guerre : 

  • 3 Cf. José Antonio Ferrer Benimeli, « Franco contra la masonería », Historia 16, n.º 15, juillet 1977 (...)

Camarade !
Tu as l’obligation de poursuivre le judaïsme, la franc-maçonnerie, le marxisme et le séparatisme.
Détruis et brûle leurs journaux, leurs livres, leurs revues, leurs propagandes.
Camarade ! Pour Dieu et pour la Patrie3.

4Si nous passons du nom générique aux individus, ces quatre ennemis sont donc les Juifs, les francs-maçons, les marxistes et les séparatistes (autrement dit les nationalistes basques et catalans). Précisons dès lors que les termes « marxisme » ou « communisme » étaient le plus souvent appliqués à l’ensemble des gauches, tout comme celui de « rouges », qui sera utilisé ici de préférence. Occasionnellement il est possible de trouver aussi des références à d’autres ennemis comme le libéralisme (souvent assimilé à la franc-maçonnerie), les Russes ou les Anglo-saxons, mais à un second niveau, raison pour laquelle ils ne figureront pas au centre des pages qui suivent.

5Les rouges et les séparatistes étaient des ennemis aussi déclarés que redoutables car ils avaient fait échouer le coup d’État de juillet 1936 et avaient combattu les insurgés pendant trois ans. En revanche, les francs-maçons et les Juifs, considérés souvent comme les deux têtes d’une même entité maléfique (la judéo-maçonnerie), étaient insignifiants en Espagne, aussi bien d’un point de vue quantitatif que qualitatif. De plus, les ennemis stigmatisés par la propagande (rouges, séparatistes, francs-maçons et Juifs) n’étaient pas exactement les mêmes que ceux condamnés par les lois franquistes, comme nous le verrons. En fait, pour un observateur extérieur, la notion d’ennemi dans l’après-guerre espagnole serait caractérisable d’emblée par le surprenant décalage entre le plan numérique, le plan répressif et le plan discursif ; entre la réalité de la répression et la propagande. Afin d’expliquer pareil décalage, ces différents plans seront pris en considération successivement : d’abord celui de la répression, ensuite celui de la propagande, pour finir avec une interprétation des fonctions de cette dernière, et ceci entre la fin de la guerre civile en 1939 et celle de la guerre mondiale en 1945.

6Ces limites chronologiques, prises en tant que début et fin de l’après-guerre espagnole, peuvent susciter débat. En effet, même la date initiale est problématique : le 1er avril 1939 marque la fin officielle du conflit, mais comme limite entre la guerre et l’après-guerre ce repère perd quelque peu de son sens dans les régions où le soulèvement avait triomphé ou dans celles où les combats étaient finis depuis longtemps. En ce qui concerne la représentation de l’ennemi, cette limite initiale est particulièrement diluée en raison des continuités, par exemple thématiques, avec la période de la guerre civile. Naturellement, il est encore moins simple d’établir la limite finale de l’après-guerre espagnole. En tout cas, l’époque ainsi nommée en Espagne (« la posguerra ») ne finit pas en 1945. Néanmoins, la période comprise entre 1939 et 1945 présente une cohérence certaine, non seulement à cause de la guerre mondiale, qui conditionne toute la politique franquiste même si l’Espagne n’y participe pas directement, mais aussi parce qu’elle correspond à l’époque de prépondérance des phalangistes et à leur contrôle de la propagande, ce qui donna de l’unité à la représentation de l’ennemi. Enfin, cette période est sans doute celle au cours de laquelle les ennemis auront été traités avec une plus grande virulence, que ce soit dans les actes ou dans les mots.

Répression

7Évoquer la réalité de la répression implique nécessairement de prêter attention aux quatre groupes cités plus haut –rouges, séparatistes, francs-maçons et Juifs– et à leur différence de nature : d’une part les partisans d’une option politique, d’autre part les membres d’une organisation secrète (ou discrète) et d’une minorité ethnico-religieuse. Cette différence de nature entraîne des différences remarquables d’ordre numérique.

  • 4 Ce pourcentage a été calculé à partir des chiffres fournis par Javier Tusell Gómez, Las elecciones (...)
  • 5 Javier Tusell Gómez, Las elecciones, op. cit., vol. II, p. 12-13 et 84.

8Il serait absurde d’avancer des chiffres précis concernant les deux premiers groupes, mais pour notre démonstration il suffit d’affirmer que les sympathisants des gauches étaient majoritaires dans une bonne partie de l’Espagne, si nous nous en tenons aux résultats électoraux de février 1936, qui donnèrent la victoire au Front populaire avec plus de quatre millions et demi de suffrages et plus de 47 pour cent des voix4. Quant à ceux que la propagande d’après-guerre qualifiait de « séparatistes », qui incluaient des sympathisants nationalistes à des degrés divers, depuis les défenseurs de la culture du pays jusqu’aux partisans de l’indépendance de la Catalogne et du Pays Basque, leur nombre dépassa sans doute plusieurs centaines de milliers. À eux seuls, les nationalistes basques avaient obtenu plus de 125 000 voix aux élections de février 1936 et la première force politique de la Catalogne (l’Esquerra Republicana), en plus de faire partie du Front populaire, était également nationaliste5. Sans vouloir réduire la définition de l’ennemi à de simples chiffres électoraux, du moins est-il possible de soutenir que les rouges et les séparatistes comptaient au total plusieurs millions de personnes ; ils étaient donc des ennemis numériquement très significatifs.

  • 6 Cf. José Antonio Ferrer Benimeli, « Franco y la masonería », in Josep Fontana (éd.), España bajo el (...)
  • 7 Cf. Haim Avni, Spain, the Jews, and Franco, Philadelphie, The Jewish Publication Society of America (...)

9En revanche, les autres ennemis désignés par la propagande franquiste étaient très peu nombreux. De fait, selon les chiffres de la franc-maçonnerie espagnole, sans doute surestimés, le nombre de francs-maçons dans le pays ne dépassait pas 5 000 en 19366. Si certains d’entre eux avaient pu s’avérer influents à titre individuel dans l’Espagne de la Seconde République, il n’en allait pas de même avec la franc-maçonnerie en tant qu’organisation. Pour leur part, les Juifs étaient aussi peu nombreux que les francs-maçons dans la Péninsule, et ce depuis leur expulsion au xve siècle (le cas des possessions nord-africaines faisant exception). Seule l’ascension au pouvoir de Hitler et ses mesures antisémites favorisèrent l’arrivée en Espagne d’un nombre croissant de Juifs, qui atteignit un chiffre d’environ 6 000 en 1936, à la veille de la guerre civile. Au terme de cette dernière, trois ans plus tard, il ne restait que 600 Juifs dans la Péninsule7.

10Les trois premiers groupes –rouges, séparatistes et francs-maçons– furent poursuivis par la Loi des responsabilités politiques. Approuvée le 9 février 1939, peu de temps avant la fin de la guerre, cette loi fut la norme la plus importante qui régît la répression de l’ennemi pendant l’après-guerre civile espagnole. La responsabilité y était conçue de manière extrêmement large car elle n’était pas limitée aux militants des organisations mentionnées, mais incluait toutes les personnes qui s’étaient opposées au soulèvement, même d’une façon passive (ou, selon les termes de son article premier, avec « passivité grave »). Cette mesure mettait hors la loi une longue liste d’organisations politiques et syndicales, qui pourrait être résumée ainsi : les intégrants du « soi-disant Front populaire » (c’est-à-dire les rouges) ; « les organisations séparatistes » et « toutes les loges maçonniques » (art. 2e).

11Cette Loi des responsabilités politiques fut suivie de la Loi de répression de la franc-maçonnerie et du communisme, adoptée le 1er mars 1940. Malgré son intitulé, elle visait presque exclusivement à la persécution des francs-maçons, établissant à leur égard des peines très sévères (entre douze et trente ans d’emprisonnement pour avoir appartenu à la franc-maçonnerie), mais susceptibles d’être réduites si l’accusé cédait à la délation de ses anciens frères. Pouvant être appliquée de façon rétroactive, cette loi toucha les francs-maçons qui n’avaient pas subi la persécution de la guerre civile, souvent moins organisée. Elle permit en outre une répression particulièrement méticuleuse qui aboutit à des extrêmes absurdes : des franquistes reconnus ou des militaires soulevés en 1936 furent condamnés, parfois à cause d’un bref passage par les loges de nombreuses années auparavant, sans parler des maçons jugés par contumace qui étaient décédés depuis longtemps.

  • 8 Juan Ortiz Villalba, « La persecución contra la Masonería durante la Guerra Civil y la Post-guerra  (...)

12Cette loi ne doit pas faire oublier que les forces de gauche en général et les communistes en particulier furent les principales victimes de la répression franquiste, et ce jusqu’en 1975, lorsque d’autres secteurs de l’opposition bénéficiaient d’une certaine tolérance. La persécution anticommuniste constitua sans doute un trait majeur du régime. Cependant, comme le signale Juan Ortiz Villalba, la répression qui toucha les organisations de gauche fut spécialement « intensive », avec beaucoup plus d’exécutés notamment, tandis que celle qui frappa la franc-maçonnerie fut surtout « extensive », car peu de maçons purent échapper à la persécution (même si les conséquences de celle-ci furent moins graves que pour les rouges)8.

  • 9 Gonzalo Álvarez Chillida, « La eclosión del antisemitismo español », art. cit.

13En ce qui concerne les Juifs, la situation des quelques centaines d’entre eux qui restaient dans la Péninsule en 1939 devint extrêmement difficile pendant les premières années de l’après-guerre espagnole. Ils subirent dans certains cas des humiliations –à Séville notamment– et virent leur culte autorisé seulement dans les possessions nord-africaines. Étant donné l’inquiétant contexte européen, ainsi que la rhétorique antisémite du régime de Franco à travers ses journaux et la présence de la Gestapo en Espagne (qui visait en particulier les Juifs allemands), il n’est pas étonnant que des conversions au catholicisme s’en soient suivies. En mai 1941 le ministère de l’Intérieur ordonna le fichage de tous les Juifs demeurant dans le pays. Selon les ordres émis, les Séfarades devaient faire l’objet d’une surveillance spéciale, car ils pouvaient passer inaperçus plus facilement. Cette initiative, connue sous le nom d’« Archives judaïques » (Archivo Judaico), n’entraîna cependant pas de conséquences répressives. En dépit de ce climat d’oppression, les autorités franquistes, considérant qu’il n’existait pas en Espagne un « problème juif », n’approuvèrent pas de mesures discriminatoires spécifiques, ce qui contraste avec la situation prédominante dans l’Europe du Troisième Reich9.

  • 10 Voir Bernd Rother, Franco y el Holocausto, Madrid, Marcial Pons, 2005 (éd. or. allem., 2001).

14À ce titre, la position ambiguë de l’Espagne de Franco vis-à-vis de la persécution antisémite nazie doit être soulignée. Surtout au début de la guerre mondiale, les autorités franquistes tolérèrent que plusieurs dizaines de milliers de Juifs –plus de 20 000 selon les estimations de Rother– traversent la Péninsule pour fuir les nazis. En revanche, une petite partie seulement des Séfarades considérés comme Espagnols en Europe (car leur statut de protégés leur donnait droit à des titres d’identité émis par les consulats) fut autorisée à suivre ce chemin ; le reste fut abandonné à son sort. Dans tous les cas, les Juifs ne pouvaient passer par la Péninsule qu’à condition de la quitter le plus tôt possible ou, selon les mots du ministre des Affaires étrangères, passer « comme la lumière à travers le verre ». Par ailleurs, des initiatives individuelles furent prises par certains diplomates (comme Ángel Sanz Briz à Budapest) pour protéger des Juifs poursuivis10.

15En somme, les forces de gauche étaient présentées comme les pires ennemis de la nouvelle Espagne, suivies des trois autres groupes. Tout comme les nationalistes catalans et basques, les rouges étaient à coup sûr des ennemis : ils s’étaient opposés aux rebelles depuis les tranchées et avaient fini par être vaincus. Rien de surprenant dans ces conditions à ce que les gauchistes et les séparatistes fussent considérés comme des ennemis de premier ordre. Même si la distinction entre ennemis réels ou imaginaires manque ici de précision (car les obédiences maçonniques avaient montré leur soutien à la République), nul ne doute que les gauchistes et les séparatistes feraient partie des premiers et que les judéo-maçons pourraient être inclus parmi les seconds. Sans avoir jamais été nombreux ni très influents, ils étaient devenus presque inexistants dans l’Espagne de l’après-guerre. L’étonnement ne peut que croître lorsque l’on apprend qu’ils ne furent pas poursuivis de la même manière : les francs-maçons avec acharnement et les Juifs à peine.

16Malgré ces écarts considérables, les quatre groupes ont en commun le fait d’avoir été stigmatisés par la propagande franquiste, et ce d’une façon non proportionnée à leur importance numérique ou à leur statut légal.

Propagande

17Il serait malaisé de comprendre la représentation de l’ennemi dans les discours franquistes d’après-guerre sans que soient d’abord évoquées les continuités et les ruptures au sein de l’appareil de propagande par rapport à la période précédente. De manière générale, l’effort de propagande franquiste diminua très nettement depuis la victoire des insurgés, ce qui peut sembler logique. En outre, l’importance de chaque moyen de propagande changea : les tracts et les affiches perdirent du poids en tant que mécanisme de persuasion politique, alors que les journaux en gagnèrent. Cette évolution fut liée aux processus engagés après la fin de la guerre civile. Lorsque les rebelles occupèrent toute l’Espagne, le nouvel État put enfin neutraliser les foyers de propagande concurrents –de l’Armée, des partis, des alliés étrangers– et centraliser son contrôle. Ce changement permit un renforcement des méthodes de contrôle de l’information, depuis la censure préalable de toutes sortes de publications, périodiques ou non (une censure qui devint omniprésente) jusqu’à l’épuration des journalistes, tout en passant par les consignes, ces ordres imposés quotidiennement aux journaux qui leur disaient ce qu’ils devaient ou ne devaient pas publier.

  • 11 Javier Domínguez Arribas, El enemigo, op. cit., p. 297-308 et 361.

18Sous ces conditions, la presse espagnole se fit de plus en plus uniforme et la représentation de l’ennemi dans ses pages n’échappa pas à cette tendance, ce qui se manifesta de la façon la plus évidente à l’époque de la guerre mondiale. Pendant ces années, néanmoins, les journaux espagnols se seraient moins concentrés sur l’ennemi que pendant la guerre civile, et quand ils le faisaient c’était avec moins d’acharnement. Cette tendance se révèle à première vue compréhensible après la victoire des rebelles et, surtout, après la défaite des loyaux sur le champ de bataille et l’interdiction des organisations qui avaient soutenu la République, comme si la désignation de l’ennemi n’était pas aussi nécessaire qu’auparavant11. De plus, il semblerait que pendant la guerre civile les journaux aient rivalisé de virulence contre les rouges et les autres, utilisant la violence rhétorique à l’égard de l’ennemi comme une sorte d’indicateur du degré d’engagement avec la cause commune.

  • 12 Idem, p. 174 et 304.

19Quant au traitement de l’ennemi dans les brochures d’origine officielle, deux périodes très différentes sont à distinguer en fonction des secteurs politiques qui contrôlaient les services de propagande. Jusqu’en 1941 ceux-ci se trouvaient sous l’égide d’un groupe d’intellectuels phalangistes radicaux et, à cette époque, le département en charge des publications de propagande semble avoir montré une certaine indifférence envers l’ennemi, à en juger par le contenu de ses brochures. On préféra y expliquer la pensée phalangiste en positif, plutôt que s’en prendre aux ennemis du régime. La situation changea en 1941 lorsque cette équipe de phalangistes radicaux fut remplacée dans les services de propagande par une Phalange totalement soumise à Franco. Dans les brochures de propagande officielle furent alors reprises les attaques contre les ennemis du régime, avec quelques exceptions qui seront évoquées plus loin12.

  • 13 La distinction entre types de propagande en fonction des destinataires (« propaganda para el campo (...)
  • 14 Cf. José Manuel Grandela, Balas de papel. Anecdotario de propaganda subversiva en la Guerra Civil e (...)
  • 15 Archivo de la Fundación Nacional Francisco Franco (AFNFF), doc. 26952, 13 août 1937.

20D’une façon plus générale, en ce qui concerne l’ensemble des moyens de propagande, l’après-guerre espagnole fut marquée par la fin de l’ancienne distinction entre la propagande adressée au « camp rouge » et celle adressée au « camp national », du fait qu’elle avait perdu sa raison d’être. Le ton des discours sur l’ennemi en fut doublement modifié : il ne fut dans cette après-guerre ni aussi violent que celui utilisé par les franquistes pour son propre camp ni aussi conciliant que celui destiné au camp républicain13. Cela signifie que dans les moyens de propagande qui parvenaient aux partisans de la République, le ton se durcissait par rapport à la guerre civile, lorsque l’on insistait plutôt sur le caractère fraternel de l’Espagne de Franco (parfois pour inciter les soldats à la désertion) ou que l’on jetait sur les villes de la zone républicaine de petits pains enveloppés dans des messages sur la justice sociale du nouvel État14. Pendant la guerre les services de propagande rebelles prirent même des mesures pour proscrire les insultes lorsque l’on s’adressait à l’ennemi15.

  • 16 José Manuel Grandela, Balas de papel, op. cit., illustrations centrales sans numérotation.
  • 17 Un bon exemple du discours antiséparatiste officiel dans l’éditorial d’Arriba, Madrid, 1er octobre (...)

21Regardons maintenant la représentation que donna de chacun des ennemis la propagande officielle. Les nationalistes catalans et basques furent probablement ceux dont l’on se préoccupa le moins dans l’ensemble de l’Espagne. Il sembla logique de se servir des arguments anti-séparatistes là surtout où ils s’avéraient les plus nécessaires : en Catalogne et au Pays basque. Les sympathisants nationalistes de ces deux territoires (qui sont restés longtemps dans la zone loyale) ressentirent sans doute le durcissement du discours sur l’ennemi évoqué plus haut : d’abord, pendant la guerre civile, ils avaient reçu des tracts de propagande franquiste en catalan et en basque (jetés depuis les avions)16, pour subir ensuite la répression culturelle de l’après-guerre. En même temps, si d’un point de vue qualitatif un durcissement se fit sentir, la propagande officielle anti-séparatiste paraît avoir diminué d’un point de vue quantitatif après la fin de la guerre, en dépit des exemples nombreux dont faisait encore état la presse17.

  • 18 Cf. Archivo General de la Administración (AGA), Cultura (C.), 21/41.

22L’une des voies empruntées pour attaquer le nationalisme, et peut-être la principale, fut de souligner ses liens avec les autres ennemis de l’Espagne et de la civilisation chrétienne, comme la franc-maçonnerie et le communisme. Les séparatistes étaient accusés notamment de s’être alliés avec les persécuteurs du clergé et du catholicisme. Par cette procédure on mettait en doute en particulier la religiosité affichée des nationalistes basques, un fait qui avait affaibli pendant la guerre l’argument majeur de la propagande des rebelles, à savoir l’idée qu’ils défendaient la religion tandis que leurs ennemis la persécutaient. Un pamphlet publié en 1939 par les services officiels de propagande, intitulé El catolicismo de los nacionalistas vascos, pourrait dans ce sens en être une bonne illustration18.

23En ce qui concerne les rouges, la propagande officielle se chargea de marteler qu’ils étaient les principaux ennemis de la nouvelle Espagne, tout en s’abstenant de faire normalement la distinction entre républicains, socialistes, communistes et anarchistes. Parfois, le communisme fut pris comme paradigme de toutes ces forces, et il est possible d’affirmer que l’anticommunisme devint un des traits essentiels de la propagande franquiste.

24Quelques caractéristiques de ces discours méritent d’être relevées.

  • 19 C’est une affaire étudiée en détail par Herbert R. Southworth, Le mythe de la croisade de Franco, P (...)
  • 20 Par exemple, Federico de Urrutia, ¡Terror rojo! Las « Chekas » de Barcelona. Historia de la barbari (...)
  • 21 Voir notamment les exemples cités par Francisco Sevillano, Rojos, op. cit., p. 64-77 et 172-173.
  • 22 Francisco Sevillano, « El ‘rojo’. La imagen del enemigo en la ‘España nacional’ », in Xosé M. Núñez (...)

25D’abord, la propagande contre les rouges se retrouva au centre du système de légitimation franquiste, surtout lorsque le coup d’État de juillet 1936 fut présenté comme une mesure préventive pour faire avorter une révolution communiste imminente19. Cette propagande se caractérisa également par la grande importance accordée au thème classique de la « terreur rouge », manifeste dans des brochures par exemple, quoique dans une moindre mesure que pendant la guerre civile20. Ensuite, un autre trait majeur fut le classisme, qui envahit les textes dédiés à la question, avec l’inévitable ridiculisation de la façon de parler des classes populaires de Madrid, ainsi que l’insistance sur la prétendue odeur des rouges21. Enfin, un dernier élément clé de la propagande antigauchiste fut le mécanisme de l’aliénation, souligné par Francisco Sevillano Calero, par lequel les rouges espagnols se trouvaient assimilés à des étrangers, notamment à des Russes22. Curieusement, il s’agit d’un mécanisme directement opposé à l’incorporation forcée des séparatistes à la communauté nationale. Les rouges étaient des étrangers même s’ils se proclamaient espagnols, alors que les séparatistes étaient des Espagnols même s’ils ne le voulaient pas.

  • 23 Cf. Javier Domínguez Arribas, El enemigo, op. cit., chap. VI ou « La propaganda anti-judeo-masónica (...)

26Néanmoins, malgré le poids de la propagande exercée contre les rouges, quelques anomalies apparaissent. Le cas des brochures de propagande officielle, qui prêtèrent à peine attention aux ennemis jusqu’en 1941, a déjà été évoqué. Après cette date, les responsables des services de propagande décidèrent d’utiliser ces brochures pour s’adresser essentiellement à un « lecteur de type populaire » et créèrent à cet effet plusieurs maisons d’édition fictives, destinées à cacher l’origine officielle de certaines publications. Dans ces nouvelles collections, dont la plus notable fut Ediciones Toledo, les ennemis de l’Espagne et de la Phalange, que ce soient les francs-maçons, les réactionnaires, les Anglo-saxons, les Juifs…, furent attaqués avec énergie. Or curieusement, le marxisme ou les gauches n’y occupèrent pas une position importante. Cette remarque suggère qu’il se serait probablement agi d’une question d’efficacité persuasive à l’égard d’un secteur considéré pour le moins réticent au nouveau régime, sinon sympathisant des rouges23.

  • 24 Sur les effets du pacte germano-soviétique en Espagne, Benito Bermejo Sánchez, « L’Espagne », in La (...)

27Si nous examinons à présent cet autre moyen de propagande que fut la presse, nous découvrons une nouvelle circonstance où l’on mit en sourdine l’anticommunisme, cette fois en raison du contexte international. À cause de leurs liens avec le Troisième Reich, les autorités franquistes atténuèrent la propagande antibolchevique après la signature du pacte germano-soviétique en août 1939. La répercussion sur les journaux fut flagrante : les campagnes anticommunistes, fréquentes entre le printemps et l’été 1939, y cessèrent momentanément, jusqu’à la rupture du pacte en juin 1941 et l’envoi par Franco de la División Azul sur le front de l’Est pour lutter aux côtés des Allemands. Les attaques anticommunistes reprirent alors avec force dans les journaux espagnols24.

  • 25 Cf. J. Boor (pseud. de Francisco Franco), Masonería, Madrid, Gráficas Valera, 1952, par exemple.

28Quant à l’entente imaginaire formée par les francs-maçons et les Juifs, elle occupa dans la propagande d’après-guerre une place centrale par rapport à leur importance relative en tant qu’ennemis. D’innombrables pages furent dédiées à la dénonciation des manigances de cette union maléfique. Franco lui-même se consacra personnellement à la propagande antimaçonnique et dans une moindre mesure antisémite, ce qui contribua à l’impulser encore davantage25.

  • 26 Sur le mythe judéo-maçonnique, voir Luc Nefontaine et Jean-Philippe Schreiber, Judaïsme et franc-ma (...)

29Concernant le péril judéo-maçonnique, le franquisme ne fit qu’actualiser des thèmes très anciens, tout en leur donnant un écho inouï grâce à l’utilisation d’un appareil de propagande étatique. À partir de sources antérieures, le mythe judéo-maçonnique était né en France au début du xixe siècle et avait acquis sa pleine maturité pendant les dernières décennies du siècle. Il fut introduit en Espagne grâce à la considérable influence d’une kyrielle d’intellectuels catholiques français qui lui avaient donné sa forme définitive. Ensuite, les droites espagnoles l’utilisèrent comme arme de propagande contre leurs ennemis politiques, spécialement dans le cadre des tensions de la Seconde République (1931-1936)26. Il n’est pas étonnant que les insurgés de 1936, issus de ces mêmes droites antilibérales, aient agité le spectre de l’un des ennemis séculaires de l’Espagne catholique, les Juifs, plus dangereux encore grâce à leur prétendue association avec la franc-maçonnerie. Ce traditionnel ennemi juif devint particulièrement utile à un moment où les autres ennemis héréditaires, les maures, ne pouvaient plus être invoqués à des fins de propagande par les rebelles car l’armée coloniale marocaine luttait à leurs côtés. Les républicains, eux, n’allaient pas s’en priver.

30Dans les discours du franquisme les différents ennemis apparaissent souvent liés, parfois sous la forme d’une alliance, parfois sous celle d’une subordination, mais jamais d’une façon très cohérente. Les discours antisémites modernes, qui dénonçaient en même temps le caractère capitaliste et révolutionnaire des Juifs, rendaient crédible l’improbable alliance des francs-maçons et des rouges, par l’intermédiaire des Israélites. Néanmoins, si d’autres ententes imaginaires étaient parfois évoquées, c’était l’union prétendue des Juifs et des francs-maçons qui était considérée comme indissoluble, en raison de la longue tradition de propagande réactionnaire qui avait associé les deux éléments du tandem depuis des décennies. En revanche, le danger représenté par les rouges était relativement nouveau, ce qui explique qu’on les ait associés aux autres ennemis avec moins d’insistance et que les arguments anticommunistes aient pu apparaître isolés plus fréquemment.

  • 27 Voir Javier Domínguez Arribas, El enemigo, op. cit., chap. V.

31Si nous considérons pour un instant les Juifs et les francs-maçons de manière séparée, nous constatons d’une part que la propagande de Franco semble avoir accordé un rôle plus important aux derniers, à en juger par le nombre de références les concernant, et d’autre part, que dans les journaux espagnols de l’époque de la guerre mondiale, le lien entre les références antisémites et antimaçonniques était devenu progressivement moins systématique. Les premières furent conditionnées de préférence par le contexte international (en particulier diverses mesures antijuives en Europe, la débâcle française, l’attitude des Anglo-saxons) ; les secondes, par le contexte national (l’approbation et l’application de la loi antimaçonnique notamment). Toutes diminuèrent vers la fin de la guerre mondiale, lorsque la défaite de l’Axe s’annonça probable27.

32L’utilisation de cet ennemi judéo-maçonnique pouvait s’avérer avantageuse par rapport à celle de l’ennemi rouge du point de vue de la propagande, pour plusieurs raisons. D’un côté, le caractère secret, mystérieux, presque invisible des judéo-maçons rendait plus forte leur valeur sensationnaliste, ce qui contrastait avec la presque banalité des rouges espagnols. D’un autre côté, malgré l’importance de l’ennemi rouge, il y eut des circonstances où les arguments anticommunistes n’étaient pas des plus utiles et furent consciemment mis de côté par les propagandistes du régime : ils ne servaient donc pas pour convaincre les partisans des gauches, et devinrent quelque peu gênants après le pacte germano-soviétique. Un effet de cet affaiblissement relatif de la propagande anticommuniste consista en un glissement de l’hostilité vers les Juifs et les francs-maçons, ce qui n’allait déranger presque personne à l’intérieur de l’Espagne, secteurs populaires ou opposants compris, ni gêner la politique extérieure du moment.

Fonctions

33Quelques considérations sur les fonctions de l’ennemi dans la propagande s’imposent, dans la mesure où il est impossible d’appréhender la rhétorique relative aux ennemis de la nouvelle Espagne sans se pencher sur son utilisation par le régime à des fins diverses, voire contradictoires. La représentation du danger judéo-maçonnico-bolchevique fut essentiellement la même pendant l’après-guerre, la guerre civile et la période précédente, à savoir celle que la droite antilibérale avait diffusée depuis longtemps. En réalité, seule l’utilisation de ces anciens arguments par le pouvoir était nouvelle, ce qui entraîna un changement de leurs fonctions.

  • 28 Sur Tusquets et Ferrari Billoch, voir Javier Domínguez Arribas, El enemigo, op. cit., chap. IV et V (...)

34La propagande contre les ennemis du franquisme fut très diversement utilisée, son impact variant selon la période précise et les catégories de population visées : l’ensemble des Espagnols, les opposants du régime ou ses partisans, pour en évoquer seulement trois. Concernant l’ensemble de la population, ces discours servirent d’une part à expliquer d’une façon simpliste les maux que subissait l’Espagne et, d’autre part, à légitimer le nouveau régime et le conflit fratricide qui était à son origine. En même temps, la propagande et ses ressorts permirent de réprimer les opposants, à travers les listes divulguées dans la presse ou grâce à la participation d’importants propagandistes antimaçonniques et anticommunistes à des tâches répressives, surtout durant la guerre civile. Pensons à Juan Tusquets, Francisco Ferrari Billoch, Mauricio Karl et Eduardo Comín Colomer28. Enfin, lors de l’après-guerre, au fur et à mesure que s’estompait la nécessité d’une répression directe (car elle avait déjà atteint une ampleur considérable), ces mêmes discours servirent à menacer les vaincus, leur rappeler leur statut et ainsi les dissuader de toute résistance.

  • 29 Notons à ce propos la pertinence des observations générales de Ragnhild Fiebig-von Hase : « At the (...)

35Il est possible d’attribuer à la propagande concernant l’ennemi certaines fonctions dirigées concrètement vers les secteurs politiques soutenant le régime (c’est-à-dire la coalition de phalangistes, catholiques, traditionalistes et monarchistes). La nature de ces fonctions suscite un intérêt particulier. En effet, comme dans d’autres contextes d’après-guerre, on mit en valeur la figure de l’ennemi commun pour appeler à l’unité entre les diverses composantes de cette coalition. Jusqu’en avril 1939, la guerre contre les rouges avait garanti une sorte d’union sacrée parmi les rebelles, qui laissèrent momentanément leurs différends de côté. Il ne subsistait pas de doutes sur la priorité militaire ni sur l’identité de l’ennemi commun à vaincre. En revanche, les tensions entre les différents secteurs franquistes émergèrent clairement à la fin de la guerre civile, se cristallisant autour de l’imposition d’un modèle idéologique et de la distribution du pouvoir et provoquant des crises graves à l’intérieur de la coalition gouvernante au début des années quarante. Le pouvoir fédérateur de l’ennemi commun devint donc plus nécessaire que jamais, et à ce titre il fut consciemment invoqué dans des campagnes de propagande officielles dont le but était, en soulageant ces tensions, d’assurer la pérennité du régime29.

  • 30 AGA, C., 21/119 et 39.

36Le meilleur exemple de ce type de fonction réside dans une campagne menée pour l’unité entre l’Armée et la Phalange en février 1942. Divers moyens de propagande furent employés pour donner l’alerte contre un ennemi commun qui voulait « diviser pour mieux régner ». Dans un tract diffusé à Madrid, les manœuvres entreprises pour diviser l’Armée et la Phalange furent attribuées à « la franc-maçonnerie internationale », à « la ploutocratie juive » et à « la vésanie bolchevique »30. L’élément le plus intéressant de cette campagne fut peut-être une affiche intitulée « Manœuvres maçonniques » qui renfermait des idées analogues. Un « capitaliste franc-maçon » et un « rouge » tentent de semer la zizanie en murmurant à l’oreille d’un militaire et d’un phalangiste, respectivement :

Le capitaliste franc-maçon.- La Phalange est coupable de tout.
Le rouge.- Les militaires sont tes ennemis.

37Mais ces manœuvres ne pouvaient qu’échouer, étant donné l’unité affichée entre le militaire et le phalangiste tant dans leur geste (ils se serrent vigoureusement la main) que dans leurs paroles :

  • 31 Ce dialogue se trouve en bas de l’affiche. AGA, C., 21/119.

L’officier.- Qu’en penses-tu, camarade ?
Le phalangiste.- Qu’au cri sacré de vive l’Espagne ! et pour Franco personne ne sera capable de nous séparer31.

38Néanmoins, une autre fonction de l’ennemi au sein du conglomérat franquiste entrait apparemment en contradiction avec la précédente. Dans d’innombrables occasions, les figures de l’ennemi furent invoquées non pour rassembler, mais pour attaquer les alliés-adversaires à l’intérieur du régime, souvent au moyen d’insinuations, l’objectif étant d’affaiblir les factions concurrentes. Ainsi, aux carlistes fut reproché leurs liens avec les nationalistes catalans et basques, en raison de leur défense des fors, et aux phalangistes leur proximité avec les rouges, à cause de leur rhétorique révolutionnaire et de certains éléments de leur style (qui imposait le tutoiement généralisé, par exemple). Cependant, l’accusation portant sur des liens avec la franc-maçonnerie était particulièrement redoutable, car pratiquement impossible à réfuter compte tenu de la représentation de la « secte » comme une entité secrète et donc très habile à s’infiltrer dans les organisations de ses adversaires. Ce type d’insinuations, pouvant être véhiculées par la presse, étaient souvent lancées contre les monarchistes par les phalangistes qui se trouvaient à la tête de l’appareil de propagande. Ceci ne doit d’ailleurs pas faire oublier que toutes les composantes de la coalition franquiste, y compris la Phalange, étaient susceptibles de faire l’objet de ces accusations.

  • 32 Voir Javier Domínguez Arribas, El enemigo, op. cit., chap. VII, ou « La expresión de los conflictos (...)

39D’un point de vue chronologique un parallélisme s’observe avec le mécanisme évoqué auparavant. Si l’invocation de l’ennemi commun comme facteur de rassemblement s’imposa particulièrement dans le contexte des tensions de l’après-guerre, ces mêmes tensions au sein de la coalition franquiste motivèrent la prolifération de rumeurs et d’insinuations concernant l’infiltration de l’ennemi dans les factions concurrentes ou les liens de leurs membres avec lui, et surtout avec la franc-maçonnerie. De telles insinuations s’exprimaient déjà avant 1939, mais d’une façon beaucoup moins ouverte et beaucoup moins fréquente que par la suite, en raison de l’effort de guerre partagé32.

Conclusion

40En somme, l’examen de l’ensemble des ennemis de l’après-guerre fait apparaître une absence de proportionnalité entre les chiffres, la répression et le discours tenu à leur égard. La propagande contre les gauches eut beau s’avérer très violente pendant l’après-guerre, jusqu’en 1945 elle ne se montra pas proportionnelle au caractère central du communisme en tant qu’ennemi du régime de Franco.

  • 33 Sur le « projet de réconciliation fasciste » des phalangistes, voir notamment Ismael Saz Campos, Es (...)

41Deux facteurs différents peuvent contribuer à expliquer ce décalage entre les plans répressif et discursif. Le premier est lié à l’équipe qui contrôla jusqu’en 1945 la propagande officielle, constituée d’intellectuels phalangistes dont la soumission au Caudillo ne fut pas inconditionnelle jusqu’en 1941. Non par hasard, les phalangistes étaient en général les moins portés sur la question des classes et, si l’on peut s’exprimer ainsi, les « moins anticommunistes » de la coalition franquiste. Avec leur rhétorique révolutionnaire et ouvriériste, ils ne se sentaient guère à l’aise face aux arguments sans cesse déployés contre les rouges par les secteurs les plus conservateurs du conglomérat qui soutenait Franco. Le peu d’attention relative accordée aux rouges peut avoir eu un rapport avec le désir intégrateur (intégrateur dans le totalitarisme) de ces phalangistes33. Nous avons parfois l’impression que, plutôt que de s’en prendre à la gauche, ils préférèrent utiliser les services de propagande pour attaquer les autres factions de la coalition franquiste, par exemple les monarchistes, en les identifiant à la franc-maçonnerie. Dans ce sens, il est légitime de se demander si l’attention démesurée prêtée à l’ennemi judéo-maçonnique ne correspondit pas en partie à un étrange mécanisme indirect d’intégration du vaincu rouge et séparatiste pendant l’après-guerre. Cherchait-on à ne pas augmenter la tension avec les anciens ennemis ?

42Un deuxième facteur favorable à la compréhension du décalage mentionné est lié aux usages faits de l’ennemi. Si la propagande anticommuniste ne fut pas aussi envahissante qu’on aurait pu l’imaginer, c’est qu’elle « ne servait pas à tout ». Ainsi, la valeur explicative de l’ennemi rouge avait des limites : toutes les calamités de l’Espagne ne pouvaient en effet lui être attribuées. Et dans les circonstances où les arguments anticommunistes s’avéraient inopérants, l’ennemi judéo-maçonnique apparut dans toute son efficacité en tant qu’ennemi de substitution. Les différents ennemis, tels qu’ils se profilaient dans les discours de l’après-guerre, et pas seulement sous les traits des rouges ou des séparatistes, firent remplir à la propagande du régime des fonctions très diverses. Le recours aux figures de l’ennemi permit de réguler des tensions internes au régime, en laissant une voie ouverte pour leur expression (à travers les accusations mentionnées) ou pour leur désactivation (grâce à l’ennemi commun).

43Pour conclure, nous ajouterons quelques mots concernant la suite de la dictature. Après 1945 la tendance s’infléchit vers une réduction du décalage entre l’ennemi décrié dans la propagande et celui qui fait l’objet de la répression. Ainsi, dans le discours officiel disparaissent les motifs antisémites, l’antimaçonnisme perdure mais diminue au fil des années et l’anticommunisme reste intact jusqu’à la mort de Francisco Franco en 1975 et la fin du franquisme.

Haut de page

Notes

1 La Vanguardia Española, Barcelone, 4 avril 1939, p. 1, et Arriba, Madrid, 4 avril 1939, p. 1. Ce travail a été présenté dans la journée d’études « Les lendemains de guerre civile en Méditerranée dans l’antiquité et à l’époque contemporaine » (Université Paris XIII, 15 mars 2013). Son point de départ est une thèse doctorale menée à bien dans l’EHESS et soutenue en 2006. Elle a été publiée en espagnol et en français : Javier Domínguez Arribas, El enemigo judeo-masónico en la propaganda franquista (1936-1945), Madrid, Marcial Pons, 2009, et L’ennemi judéo-maçonnique dans la propagande franquiste (1936-1945), Paris, Honoré Champion, 2016.

2 Catálogo de carteles de la República y la guerra civil españolas, Madrid, Biblioteca Nacional, 1990, p. 130, affiche n.º 124.

3 Cf. José Antonio Ferrer Benimeli, « Franco contra la masonería », Historia 16, n.º 15, juillet 1977, p. 37-51 (p. 40).

4 Ce pourcentage a été calculé à partir des chiffres fournis par Javier Tusell Gómez, Las elecciones del Frente Popular en España, Madrid, Cuadernos para el Diálogo, 1971, vol. II, p. 13.

5 Javier Tusell Gómez, Las elecciones, op. cit., vol. II, p. 12-13 et 84.

6 Cf. José Antonio Ferrer Benimeli, « Franco y la masonería », in Josep Fontana (éd.), España bajo el franquismo, Barcelone, Crítica, 1986, p. 246-268 (p. 268).

7 Cf. Haim Avni, Spain, the Jews, and Franco, Philadelphie, The Jewish Publication Society of America, 1982, p. 45 (éd. or. en hébreu, 1974), et Gonzalo Álvarez Chillida, « La eclosión del antisemitismo español : de la II República al Holocausto », in Gonzalo Álvarez Chillida et Ricardo Izquierdo Benito (dirs.), El antisemitismo en España, Cuenca, Universidad de Castilla - La Mancha, 2007, p. 181-206.

8 Juan Ortiz Villalba, « La persecución contra la Masonería durante la Guerra Civil y la Post-guerra », in José Antonio Ferrer Benimeli (dir.), Masonería, política y sociedad, Saragosse, Centro de Estudios Históricos de la Masonería Española, 1989, vol. II, p. 649-678 (surtout p. 670-671 et 676) ; Joan-Carles Usó i Arnal, « Nuevas aportaciones sobre la represión de la masonería española tras la Guerra Civil », in José Antonio Ferrer Benimeli (dir.), Masonería, política y sociedad, op. cit., vol. II, p. 599-647.

9 Gonzalo Álvarez Chillida, « La eclosión del antisemitismo español », art. cit.

10 Voir Bernd Rother, Franco y el Holocausto, Madrid, Marcial Pons, 2005 (éd. or. allem., 2001).

11 Javier Domínguez Arribas, El enemigo, op. cit., p. 297-308 et 361.

12 Idem, p. 174 et 304.

13 La distinction entre types de propagande en fonction des destinataires (« propaganda para el campo nacional, para el campo rojo y para el extranjero ») apparaît par exemple dans le récit d’un membre des services de propagande pendant la guerre : José Ignacio Escobar, Así empezó, 2e éd. aug., Madrid, G. del Toro Editor, 1975, p. 254 (1e éd., 1974). Sur le ton des messages adressés à l’ennemi, p. 258-261.

14 Cf. José Manuel Grandela, Balas de papel. Anecdotario de propaganda subversiva en la Guerra Civil española, s. l., Salvat, 2002, p. 139-146.

15 Archivo de la Fundación Nacional Francisco Franco (AFNFF), doc. 26952, 13 août 1937.

16 José Manuel Grandela, Balas de papel, op. cit., illustrations centrales sans numérotation.

17 Un bon exemple du discours antiséparatiste officiel dans l’éditorial d’Arriba, Madrid, 1er octobre 1939, p. 1.

18 Cf. Archivo General de la Administración (AGA), Cultura (C.), 21/41.

19 C’est une affaire étudiée en détail par Herbert R. Southworth, Le mythe de la croisade de Franco, Paris, Ruedo Ibérico, 1964 (1e éd. esp., 1963). Du même auteur, El lavado de cerebro de Francisco Franco. Conspiración y guerra civil, Barcelone, Crítica, 2000.

20 Par exemple, Federico de Urrutia, ¡Terror rojo! Las « Chekas » de Barcelona. Historia de la barbarie marxista, Madrid, E. Giménez, 1939. Sur l’utilisation de ce thème pendant la guerre civile, Francisco Sevillano, Rojos. La representación del enemigo en la guerra civil, Madrid, Alianza, 2007, p. 43-61. Quelques exemples de la période de la guerre : Antonio Pérez de Olaguer, El terror rojo en Cataluña, Burgos, Ediciones Antisectarias, 1937 ; et, du même auteur, El terror rojo en Andalucía, Burgos, Ediciones Antisectarias, 1938.

21 Voir notamment les exemples cités par Francisco Sevillano, Rojos, op. cit., p. 64-77 et 172-173.

22 Francisco Sevillano, « El ‘rojo’. La imagen del enemigo en la ‘España nacional’ », in Xosé M. Núñez Seixas et Francisco Sevillano Calero (éds.), Los enemigos de España. Imagen del otro, conflictos bélicos y disputas nacionales (siglos xvi-xx), Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2010, p. 325-340 (et surtout p. 326-329).

23 Cf. Javier Domínguez Arribas, El enemigo, op. cit., chap. VI ou « La propaganda anti-judeo-masónica durante el primer franquismo : el caso de Ediciones Toledo (1941-1943) », in José Antonio Ferrer Benimeli (coord.), La masonería en Madrid y en España del siglo xviii al xxi, Saragosse, Gobierno de Aragón, 2004, vol. II, p. 1165-1194.

24 Sur les effets du pacte germano-soviétique en Espagne, Benito Bermejo Sánchez, « L’Espagne », in Laurent Gervereau, Denis Peschanski et al., La propagande sous Vichy 1940-1944, Nanterre, BDIC, 1990, p. 263-271 (p. 268) ; et Gabriel Jackson, Aproximación a la España contemporánea 1898-1975, Barcelone, Grijalbo, 1981, p. 130.

25 Cf. J. Boor (pseud. de Francisco Franco), Masonería, Madrid, Gráficas Valera, 1952, par exemple.

26 Sur le mythe judéo-maçonnique, voir Luc Nefontaine et Jean-Philippe Schreiber, Judaïsme et franc-maçonnerie. Histoire d’une fraternité, Paris, Albin Michel, 2000, et Gonzalo Álvarez Chillida, El Antisemitismo en España. La imagen del judío (1812-2002), Madrid, Marcial Pons, 2002, chap. VII et X.

27 Voir Javier Domínguez Arribas, El enemigo, op. cit., chap. V.

28 Sur Tusquets et Ferrari Billoch, voir Javier Domínguez Arribas, El enemigo, op. cit., chap. IV et VI. Sur Karl et Comín, voir José Luis Rodríguez Jiménez, « La función de la conjura judeo-masónica-comunista en la propaganda franquista. La aportación de la policía política », in Enfrontaments civils : postguerres i reconstruccions, Lérida, Universitat de Lleida, 2002, vol. II, p. 1170-1181, et, du même auteur, « Funcionarios de la policía franquista al servicio de la teoría de la conspiración : El caso de Comín Colomer », in José Antonio Ferrer Benimeli (dir.), La Masonería Española en el 2000. Una revisión histórica, Saragosse, CEHME / Gobierno de Aragón, 2001, vol. II, p. 921-935.

29 Notons à ce propos la pertinence des observations générales de Ragnhild Fiebig-von Hase : « At the end of wars, the community-building glue of the collective effort for victory disappears. Disillusion spreads and a reorientation becomes necessary ». Cf. Ragnhild Fiebig-von Hase, « Introduction », in Ragnhild Fiebig-von Hase et Ursula Lehmkuhl (éds.), Enemy Images in American History, Oxford, Berghahn Books, 1997, p. 1-40 (ici, p. 26).

30 AGA, C., 21/119 et 39.

31 Ce dialogue se trouve en bas de l’affiche. AGA, C., 21/119.

32 Voir Javier Domínguez Arribas, El enemigo, op. cit., chap. VII, ou « La expresión de los conflictos en el seno de la coalición franquista. El caso de las acusaciones de masonería (1936-1945) », in Julien Lanes Marsall, David Marcilhacy, Michel Ralle, Miguel Rodríguez (éds.), De los conflictos y de sus construcciones. Mundos ibéricos y latinoamericanos, Paris, Éditions Hispaniques, 2013, p. 255-262.

33 Sur le « projet de réconciliation fasciste » des phalangistes, voir notamment Ismael Saz Campos, España contra España. Los nacionalismos franquistas, Madrid, Marcial Pons, 2003, p. 260-265.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Javier Domínguez Arribas, « L’ennemi dans l’après-guerre espagnole, 1939-1945 », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 08 juillet 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ccec/7402 ; DOI : 10.4000/ccec.7402

Haut de page

Auteur

Javier Domínguez Arribas

Université Paris XIII-Pléiade

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Université d'Angers
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals