Navigation – Plan du site

Éditorial

Manuelle Peloille
Traduction(s) :
Editorial

Texte intégral

1Dans le premier article de la rubrique « Études », Javier Dominguez élargit ses recherches initiales sur l’utilisation du procès en judéo-maçonnerie comme arme au sein même du camp franquiste, pour montrer la disproportion entre le discours et la pratique répressive. Par exemple, les « rouges », objet d’une répression violente dans les faits, n’étaient pas la cible privilégiée des discours, dont la violence était réservée aux ennemis moins dangereux.

2Dans le numéro 19, Gaëlle Fauchard nous proposait un résumé de sa thèse Le secteur du transport et de la logistique en Espagne : Handicaps, perspectives et enjeux, soutenue en 2016. C’était un avant-goût du deuxième article de ces miscellanées, qui analyse les stratégies de sortie de crise de ce secteur en pleine expansion en Espagne.

3Contrairement à ce que le titre du deuxième article pourrait laisser penser, Nadia Mekouar, loin d’appliquer à Maria Zambrano, de manière anachronique, la catégorie « genre » – forgée, ne l’oublions pas, dans un contexte nord-américain à une époque donnée– examine comment se trouvent chez la philosophe espagnole des éléments de conceptualisation de ce qui plus tard sera théorisé de manière systématique par Judith Butler. L’intérêt de son travail repose dans la genèse d’un concept, d’une théorie, d’un système.

4De la même manière que longtemps, on a conclu à l’échec de la révolution industrielle en Espagne, mais en prenant toujours un modèle extérieur ; à l’échec ou l’absence de Lumières espagnoles, encore une fois suivant un paradigme externe, Jesús Millán remet en question la thèse de l’échec de la construction de l’État national dans l’Espagne du xixe siècle. Envisageant l’Espagne telle qu’elle était, il examine les modalités de formation d’un modèle propre, indissociable du statut de puissance coloniale. Miguel Ángel Bernal, et avant lui plusieurs autres, avait déjà écrit en 2005 « En cuantas ocasiones se ha replanteado el problema de ‘nación’ en España –y han sido muchas hasta el presente– de algún modo está latente la cuestión americana: los distintos modos de entender España, en parte, descansan en las diversas maneras en que quieran valorarse sus relaciones y conexiones con los antiguos dominios del Imperio ».

5Pere Soler analyse pour sa part les contradictions de la presse catholique irlandaise face à la Guerre Civile espagnole, tant par rapport à l’église d’Espagne que par rapport à l’Église basque, distincte depuis 1861. L’analyse de presse fait ressortir une confessionnalisation du conflit espagnol, qui masque toutes les autres dimensions au profit d’une application dogmatique de l’encyclique De rerum novarum de 1891.

6Les résumés de mémoire et de thèse confirment, si besoin était, l’expansion du champ des études de genre ou d’histoire des femmes (Ginés Cervantes et Sylvie Turc-Z .). En Espagne, des revues comme Arenal ou une association comme aeihm (Asociación Española de Investigación de Historia de las Mujeres) le confirment. La thèse de Sabrina Grillo revient sur el malo de la película, Juan Negrín. Alicia Fernandez Garcia examine sur les échanges culturels dans les territoires de Ceuta et Melilla. Au sein des études filmiques, champ largement affirmé dans les études hispaniques, comme l’a montré la journée d’études Hispanisme et études cinématographiques : émergence et consolidation d’un champ de recherche, tenue en juin en 2017, les supports digitaux trouvent une place, comme on peut le voir dans le premier résumé de la section « Mémoires, thèses et habilitations », signé Mercedes Alvárez San Román.

7Il va sans dire que les colonnes de la revue demeurent ouvertes aux dossiers thématiques, en français et où en espagnol. Que l’été soit fécond pour nos lecteurs et pour l’équipe de rédaction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuelle Peloille, « Éditorial », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 14 juillet 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ccec/7419

Haut de page

Auteur

Manuelle Peloille

Université d'Angers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Université d'Angers
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals