Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Militancias radicales. Narrar los sesenta y setenta desde el siglo xxi

Manuelle Peloille
Référence(s) :

Cecilia Gonzalez-Scavino et Aránzazu Sarría Buil (ed.), Militancias radicales. Narrar los sesenta y setenta desde el siglo xxi, Madrid-Buenos Aires, Postmetropolis Editorial/Protohistoria ediciones, 2016

Texte intégral

1Voici un ouvrage à dimension transatlantique, au vu de ses deux coordinatrices scientifiques, de la maison d’édition et du contenu des contributions. Le propos est d’étudier le regard du début du xxie siècle, époque de consommation de la destruction des grands modèles, des grands récits, des grandes perspectives, sur la période de la Transition démocratique espagnole, et, plus généralement, sur la déconstruction progressive, à partir de la fin des années soixante, des modèles hérités des grandes luttes, des grands idéaux de la première moitié du xxe siècle, qu’ils soient républicains, anarchistes, communistes, féministes. Pareille déconstruction fut le facteur de transmission d’une mémoire et de reconfiguration des mouvements qui avaient portés ces idéaux.

2Si l’on exclut la contribution à caractère général de Hans Lauge Hansen, « Modos narrativos en la memoria de los movimientos militantes » (p. 87-106), quatre sont les contributions consacrées à l’Espagne contemporaine, dont deux abordent plus spécifiquement l’histoire.

3Idoia Estornés Zubizarreta, dans « La militancia antifranquista vasca en la selva de los mitos » (p. 39-59), après avoir rappelé les différents types de mythes, nationaux, religieux, de progrès social, en vogue dans les années 60, cerne les mythes utilisés dans les milieux militants basques anti-franquistes. Dans tout mouvement, le mythe, qui a pour fonction de galvaniser les militants et les résistants en temps de dictature, comme ce fut le cas sous la dictature franquiste, fut envisagé en action, et jamais sous l’angle de leur généalogie. Dans la lignée des travaux de Caro Baroja (El mito del carácter nacional. Meditaciones a contrapelo, 1970, traduit en français) et de Jon Juaristi, elle relève quatre mythes principaux : l’indigénisme égalitaire et matriarcal ; l’indépendance originelle ; le nationalisme du peuple en marche ; et la lutte sans fin Espagne versus Euskadi, dont la Guerre Civile est l’incarnation la plus nette. Le recours à de telles mythes, écrit-elle, masque les fractures au sein même de la société basque, ainsi que le soutien de nombreuses personnalités basque ou soulèvement franquiste. Il est surprenant que les travaux de Jon Juaristi ne soient convoqués ni en note ni en bibliographie. En effet, Vestigios de Babel (1992) explique que les nationalistes basques font remonter le peuple de Biscaye à la lignée de Tubal, qu’ils développent très tôt un concept de volksgeist avant la lettre, avec Andrés de Poza au xvie siècle. Un lustre auparavant, El linaje de Aitor : la invención de la tradición vasca (1987), montrait comment se structurèrent ces mythes après la suppression des fors en 1876. Comme dans le discours des séparatistes catalans, le discours mythique du nationalisme basque des années soixante a relégué l’affrontement « républicains versus nationalistes » au profit de la lutte « Pays basque contre Espagne » ou « Catalogne contre Espagne ». L’auteure de l’article, statistiques des personnes exécutées à l’appui (p. 50) signale que le Pays basque et la Navarre comptent 4000 morts, sur un total de 180 000 pour toute l’Espagne. Il y a distorsion cognitive, entre faits établis et mythe, qui se maintient jusqu’à nos jours et qui selon elle est le fruit de trois facteurs : l’ignorance ; quelque chose qui s’assimile à la forclusion, à savoir le rejet d’un signifiant fondamental expulsé de l’univers symbolique du sujet ; le rôle de l’ETA, notamment sous l’aspect de la terreur.

4Dans « La memoria de la militancia universitaria en la narrativa española : une recuperación progresiva » (p. 157-178), Amélie Florenchie analyse la récupération de la mémoire des militants universitaires dans le roman espagnol, concluant à une disproportion avec leur rôle réel mais en accord avec la réalité de la répression à leur encontre. Isabelle Touton, pour sa part, se centre sur la transmission de la lutte féministe de la transition à nos jours (« Memoria y legado de las militancias feministas de la Transición en la España post-15-m : algunas pistas de reflexión », p. 179-208). Elle se pose de trois questions : comment et dans quels espaces fut rendue possible ou au contraire bloquée la transmission de l’héritage de la lutte féministe de la Transition ; quand et par quels moyens peut-on dater le changement dans l’acceptation du rôle du féminisme dans les récits la transition ; et enfin par canaux le féminisme est-il parvenu aux mouvements sociaux les plus récents. L’article poursuit avec un bilan de luttes féministe lors de la Transition. Dans tous les cas, l’historiographie se centre sur les conquêtes obtenues par les femmes mais très rarement sur leur rôle actif, chose à corriger selon l’auteure. Il en est de même dans le mouvement du 15-M (2011) des Indignés : la perspective féministe se voyait opposer l’idée d’une révolution indépendante du sexe ; les propositions du campement ont refusé de considérer la perspective de genre. Son hypothèse est que le féminisme a fait son irruption dans le mouvement des Indignés, mais il n’est pas héritier du féminisme de la Transition, sauf lorsque l’avortement fut de nouveau restreint en 2013.

5L’article d’Aránzazu Sarría Buil, « Las memorias de Cipriano Mera, el ejercicio de historiar una militancia política » (p. 209-236) contribue à la connaissance de cette figure, étudiée en France par Clément Magnier (Cipriano Mera Sanz, 1897-1975, de la guerre à l’exil, Paris, cnt-rp, 2011). Si l’auteur a mis le mot « memoria » au pluriel, c’est qu’elle traite de l’auto-histoire présente dans le témoignage de l’intéressé, mais aussi de la mémoire qui apparaît au moment de son enterrement en 1975, enfin de la réélaboration de cette mémoire au cours de la première décennie du xxie siècle, sur la base de documentaires et d’ouvrages publiés à quelque trente années d’intervalle. Elle commence par montrer l’intérêt de l’enregistrement muet d’un peu moins de neuf minutes, tourné lors de son enterrement au cimetière de Boulogne-Billancourt, à la fonction mémorielle certaine, dans un contexte de crise de la cnt. Ce document, nous explique Aránzazu Sarría, regarde le passé et l’avenir, dans la mesure où il fait ressurgir la mémoire de la Guerre Civile et de la défaite mais aussi invite à la reconstruction du Mouvement Libertaire Espagnol. Outre ce documentaire, l’article analyse deux ouvrages, et il en ressort l’importance du témoignage dans la transmission de figures emblématiques, la construction de modèles pour un futur mouvement libertaire. Ces ouvrages jouent le rôle de relais. Mais en même temps, ils apparaissent dans cet article comme en phase avec préoccupations au sujet des nouvelles façons de narrer l’histoire, concernant, aussi, la relation entre pratique et théorie révolutionnaire. La figure de Cipriano Mera, considérée comme cohérente sous cet angle, sert de matière à un documentaire (Vivir de pie. Las guerras de Cipriano Mera, 2009) aux ambitions esthétiques plus prononcées, et qui insiste sur la transmission, au-delà des défaites et des nécessaires évolutions idéologiques.

6En cette période de cinquantenaire de Mai 68, cet ouvrage fort soigné nous aide à situer les principaux courants militants d’Espagne et de l’Amérique hispanique dans leur historicité, 68 étant une charnière bien nette, où la transmission mémorielle le dispute à une nécessaire adaptation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuelle Peloille, « Militancias radicales. Narrar los sesenta y setenta desde el siglo xxi », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 13 juillet 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ccec/7441

Haut de page

Auteur

Manuelle Peloille

3L.AM, Université d’Angers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Université d'Angers
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals