Navigation – Plan du site
Comptes rendus

L’ambassadeur de la République des Lettres. Vie et œuvre de Robert Robert i Casacuberta (1827-1873)

Marie-Angèle Orobon
Référence(s) :

Julien Lanes Marsall, L’ambassadeur de la République des Lettres. Vie et œuvre de Robert Robert i Casacuberta (1827-1873), Paris, Éditions Hispaniques, 2017, 553 p.

Texte intégral

1Issu de la thèse dirigée par Marie-Linda Ortega, l’ouvrage de Julien Lanes Marsall, L’ambassadeur de la République des Lettres. Vie et œuvre de Robert Robert i Casacuberta (1827-1873), retrace la biographie littéraire et politique d’un personnage qui a porté en lui une époque et une pensée en mouvement. Assurément Robert Robert, par sa trajectoire, est représentatif de ce xixe siècle espagnol dans lequel se sont forgées les nouvelles idéologies (le républicanisme, le socialisme utopique, l’internationalisme), tout en intégrant une génération (celle de Emilio Castelar, Francisco Pi y Margall, Fernando Garrido, etc.) qui éclot politiquement lors de la révolution progressiste de 1854, connaît la prison (le Saladero par deux fois pour Robert), puis occupe le devant de la scène nationale avec la Révolution de 1868. La biographie de Roberto Robert synthétise également les deux pôles de la vie politique et culturelle d’alors. Né en 1827 à Barcelone où il fait ses premières armes journalistiques, Robert est attiré à un peu plus de 20 ans par Madrid, l’indispensable tremplin pour les jeunes écrivains ambitieux. Dès lors ses activités le mèneront de l’une à l’autre et il collaborera simultanément et durablement à la presse barcelonaise et madrilène, notamment El Telégrafo (Barcelone) dès1868 avec plus de 400 articles et le fameux Gil Blas (Madrid), figure de proue de la presse satirique, qu’il rejoint dès le premier numéro en 1864. À sa disparition prématurée, la presse madrilène et barcelonaise rendra un hommage unanime à Robert Robert, cet écrivain polygraphe à l’œuvre polymorphe.

2Organisé en 15 chapitres, l’ouvrage de Julien Lanes se présente selon deux approches distinctes : l’une chronologique, depuis les années de formation autodidacte du jeune apprenti joaillier de Barcelone jusqu’aux premières chroniques journalistiques et son implication dans la Révolution de 1868 qui le conduirait à la députation ; l’autre, transversale, appréhende, en finesse et en profondeur, les multiples talents littéraires et les différentes expériences politiques de Roberto Robert.

3Si rien ne semblait prédisposer l’orphelin de père, placé à 12 ans par sa mère comme apprenti joaillier pour subvenir aux besoins de la famille, à une carrière littéraire et politique, l’insatiable curiosité pour les lettres de Robert et le contexte barcelonais des bullangas et insurrections des années 40 conduiraient le jeune homme vers les idéaux républicains et les premières collaborations en 1850 dans la presse satirique barcelonaise. Robert fut-il membre de la Societat Filomática aux côtés de Pi y Margall, Antoni Altadill, Ceferi Tressera, comme le suppose l’historien Pere Gabriel ? Bien que Lanes Marsall n’ait trouvé aucun document qui puisse le confirmer, cette hypothèse est l’occasion d’un intéressant développement sur le mouvement de promotion pour l’instruction et la moralisation de la classe ouvrière né à Barcelone et à Madrid dans le sillage du socialisme utopique. Une fois à Madrid, Robert participera à ces expériences d’éducation ouvrière et nouera des liens étroits avec « La escuela de El Trabajador » de Cervera. Ce Majorquin attaché à « la formation intellectuelle et l’instruction industrielle de la classe ouvrière » (p. 63) lui offrira ses premières collaborations journalistiques à Madrid. Et Robert sera probablement proche de la madrilène Velada de Artistas, Artesanos, Jornaleros y Labradores, plus tard Fomento de las Artes, où se forme le bouillonnement d’idées qui produirait l’effervescence de la révolution de 1868, comme l’indique Anselmo Lorenzo qui y avait fait ses classes (p. 71).

4Arrivé à Madrid en 1851, Robert intègre le Parti Démocrate fondé peu avant et combat sur les barricades des journées révolutionnaires de juillet 1854, tel un héros romantique prêt à se sacrifier, comme le dépeindra Pérez Escrich dans El Frac Azul (p. 80). À la suite d’un article satirique antimonarchiste publié dans El Tío Crispín, hebdomadaire interdit dès le premier numéro, Robert sera emprisonné 18 mois au Saladero de Madrid, où il contractera la tuberculose qui l’emportera en avril 1873. L’incarcération s’avèrera, cependant, féconde : il collabore probablement à différents journaux, réalise plusieurs traductions et rédige son premier roman de mœurs, El último enamorado (publié en 1857). À la sortie de prison, en octobre 1856, Robert entame sa collaboration au grand quotidien démocratique La Discusión, d’abord anonymement en tant que rédacteur de la rubrique étrangère, puis en tant que chroniqueur parlementaire de 1859 à 1864, dardant ses flèches contre les modérés, l’esprit militariste de O’Donnell et les représentants de l’Union Libérale. Ces années-là voient ainsi la ferme émergence publique de l’écrivain, tout en dessinant nettement le profil de polygraphe de Robert qui poursuit, après El Cañón Rayado (publié dans le contexte de la guerre d’Afrique de 1859-1860), une fructueuse et longue collaboration avec l’éditeur Inocenci López Bernagosi, en assurant deux chapitres de l’ambitieuse œuvre collective par livraisons Prisiones de Europa en 1862-1863. L’intention y est bien moins de relater une expérience personnelle que d’attirer l’attention sur les mineurs incarcérés, les micos, et de revendiquer le besoin d’éducation dans l’esprit de « l’humanisme populaire » qui anime cette décennie, comme l’a bien analysé José María Jover Zamora (p. 144). Par la suite, on retrouvera Robert associé aux multiples initiatives journalistiques de l’infatigable éditeur barcelonais : El Tiburón, Lo Xanguet, Un Tros de Paper, autant de publications où le journaliste donnera libre cours à son talent de satiriste politique qui sera sa caractéristique essentielle.

5Avec son retour à Barcelone en 1864 ou 1865, Robert s’affirme comme homme de la conciliation au milieu de la querelle entre individualistes castélariens et socialistes pimargalliens appelant à l’union dans son opuscule « Al Partido Democrático » (mai 1865). Puis, élu président du Comité provincial démocratique barcelonais, il exhortera au rassemblement, auquel devrait œuvrer finalement la commune opposition à la politique répressive de Narváez. Associé à la naissance du journalisme littéraire catalan, Robert là aussi s’affirmera comme homme du consensus entre les partisans de la Renaixença et ceux du xaronisme, le mouvement catalaniste dans sa vocation populaire qui va à l’encontre de l’idéalisation romantique de la Renaixença. Julien Lanes dresse alors un tableau très vivant de la Barcelone festive et burlesque des rebotigas et talleres des années 60, mais aussi de l’effervescence politique qui précède la révolution de 1868.

6L’étape politique qui s’ouvre alors est, logiquement, l’objet d’une attention particulière. C’est que le Sexenio Democrático signifie, avec l’avènement de la démocratie en Espagne, l’autonomie de l’espace public (Robert évoque « la elocuencia de las calles », cit. p. 261), le développement de la presse satirico-politique et la naissance du Parti Républicain Démocratique Fédéral. Robert participera pleinement à cette modernisation politique par ses écrits, ses actions et ses combats au sein du Congrès où il est élu dans la minorité républicaine en janvier 1869 (il le sera à nouveau en 1872, mais pas en 1871). Le député Robert se fera le défenseur des libertés individuelles, du laïcisme républicain et s’impliquera dans l’abolition des quintas. Au cœur des dissensions qui déchirent le parti républicain entre benevolentes et intransigentes et les différentes conceptions du fédéralisme, sur fond d’insurrection fédérale à l’automne 1869, Robert prend ses distances vis-à-vis des fédéralistes catalans comme Almirall ou Clavé et donne la priorité à la légalité constitutionnelle. Proche de l’aile droite du républicanisme et de la bienveillance castélarienne, Robert est partisan, en 1872, d’une coalition avec les radicaux de Ruiz Zorrilla, ce qui ne l’empêche pas de railler la politique radicale dans la revue satirique Gil Blas. Ambiguïté de Robert ? Plutôt une façon de concilier l’esprit de transaction de l’homme politique et la liberté du satiriste.

7Très opportunément Lanes Marsall aborde avec la Commune de Paris les liens étroits qui ont existé entre les républicains et l’internationalisme. Membre de l’Internationale, Robert dénonce, comme Baldomer Lostau, un autre député républicain et internationaliste, l’erreur que représente l’apolitisme internationaliste : « ¿Por qué género de milagro podrá romperse jamás el íntimo enlace entre lo político y lo social ? ¿Qué es la política sino el arte social por excelencia ? », écrit-il dans le compte rendu du premier Congrès ouvrier à Barcelone (La Ilustración de Madrid, 12/07/1870, cit. p. 329). Lors du thé fraternel organisé par l’ait en appui à la Commune, Robert rend hommage en français et en espagnol à la fraternité universelle. S’il ne peut prendre part aux débats sur l’Internationale au Congrès (octobre-novembre 1871), car il n’est plus député, Robert s’élève contre son illégalisation dans Gil Blas et rédige les distiques d’une aleluya satirique contre les « évangélistes de l’ordre » (p. 334).

8Il prolonge dans la littérature son combat anticlérical avec l’opuscule El gran tiberio (1871), et surtout dans la trilogie écrite entre 1869 et 1871 Los cachivaches de antaño, Los tiempos de Mari-Castaña et La espumadera de los siglos. Cette exploration dans le passé dont l’Espagne, estime Robert, est malade est une sévère attaque contre le « poder negro », en lien avec le combat sécularisateur des débuts du Sexenio et la contre-offensive du « front catholique » (p. 408). Entre Quevedo et Larra, héritier de l’esprit des Lumières, Robert propose ce que Julien Lanes appelle, parodiant Menéndez Pelayo, « une histoire satirique des orthodoxes espagnols » (p. 415).

9À plusieurs reprises la biographie convoque la notion d’« l’hybridité » pour définir Robert. En effet, ce journaliste, romancier, traducteur, satiriste, polémiste, républicain, internationaliste et franc-maçon a oscillé, sans conflit, entre le catalan et le castillan, entre Barcelone et Madrid et a harmonieusement fusionné littérature et politique. Cette hybridité pourrait également être synthétisée dans le genre jocoserio que Robert a cultivé avec tant de talent, sous la tutelle du dieu Momus, « fou du roi et philosophe » (p. 441). On ne peut qu’être reconnaissant à Julien Lanes de s’attaquer avec méthode et finesse à la définition de ce genre (p. 437-445), que l’on cite si souvent sans jamais s’attarder à l’expliquer. On sent chez Lanes Marsall une véritable délectation dans les analyses textuelles qui débusquent les références littéraires et politiques et savent capter l’esprit d’un siècle. La délicieuse pochade robertienne, Crítica de la bufonada cómica Macarronini I (1870), « aussi impromptue et soudaine qu’une barricade » (p. 392), qui est une immédiate réaction à la pièce interdite de Navarro Gonzalvo, est commentée avec subtilité et humour. On peut regretter toutefois, dans le cas des « jocosidades parlamentarias » (publiées dans Gil Blas), admirablement expliquées d’un point de vue rhétorique, le manque d’ancrage dans l’actualité, car la satire est aussi information.

10On l’aura compris, ce livre sur Robert récompensé par le prestigieux prix Serra d’Or de catalanística en 2018 est bien plus qu’une biographie. Cette étude rayonnante et foisonnante, accompagnée d’une sélection d’illustrations, écrite dans une langue élégante (quoique non exempte de quelques hispanismes), animée par un constant souci d’exhaustivité et par une prudence de bon aloi est également une plongée dans une époque riche et complexe où la figure de Robert est un excellent tremplin pour convoquer tout le bouillonnement politique, idéologique, culturel et intellectuel des années médianes du xixe siècle espagnol.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Angèle Orobon, « L’ambassadeur de la République des Lettres. Vie et œuvre de Robert Robert i Casacuberta (1827-1873) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 21 | 2018, mis en ligne le 12 janvier 2019, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/ccec/7634

Haut de page

Auteur

Marie-Angèle Orobon

Maître de conférences honoraire, Université Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université d'Angers
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals