Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations

Au carrefour des expériences individuelles et collectives dans l’anarchisme hispanique (1870-1940)

Présentation de l’Habilitation à diriger des recherches soutenue par Joël Delhom le 28 septembre 2018 à l’Université d’Angers
Between individual and collective experiences in Hispanic anarchism (1870-1940)
En la encrucijada de las experiencias individuales y colectivas en el anarquismo hispánico (1870-1940)
Joël Delhom

Texte intégral

1Titre de la synthèse des travaux : Au carrefour des expériences individuelles et collectives dans l’anarchisme hispanique (1870-1940), Angers, Université d’Angers, 2018, 83 p.
Titre de la monographie inédite : Los obreros zapateros de Barcelona. Una historia sindical: su organización, sus huelgas, la socialización revolucionaria del sector del calzado y el desagrupamiento franquista (1840-1940), Angers, Université d’Angers, 2018, 2 vols., 624 et 145 p.
Composition du jury : Gérard Brey (Univ. de Franche-Comté), Nicole Fourtané (Univ. de Lorraine), Pere Gabriel Sirvent (Univ. Autonome de Barcelone), José Antonio Miranda Encarnación (Univ. d’Alicante), Manuelle Peloille (Univ. d’Angers, garante), Néstor Ponce (Univ. de Rennes-
ii), Mercedes Yusta Rodrigo (Univ. de Paris-viii, présidente).

2Après avoir soutenu en 1996 une thèse portant sur l’évolution idéologique de l’intellectuel péruvien Manuel González Prada (1844-1918) du libéralisme radical vers l’anarchisme, à partir des sources de sa pensée, j’ai poursuivi mes approches interdiscursives de son œuvre. Parallèlement, mon intérêt s’est déplacé vers l’anarcho-syndicalisme au Pérou, dans d’autres pays latino-américains et en Espagne, ainsi que des intellectuels anarchistes vers le mouvement ouvrier lui-même. La place accordée aux femmes m’a également occupé, de même que l’écriture autobiographique militante. J’ai, en outre, réalisé quelques travaux bibliographiques, notamment un inventaire raisonné de Mémoires et témoignages publiés ou inédits d’anarchistes et anarcho-syndicalistes espagnols. Une quinzaine de contributions et deux ouvrages collectifs représentatifs de ces recherches ont été joints au dossier d’hdr, soutenue le 28 septembre 2018 à l’Université d’Angers.

3Mon travail d’édition critique des Mémoires inédits de Manuel Sirvent Romero (1889-1968), un leader anarchiste espagnol des années vingt, cordonnier de métier, m’a conduit à analyser l’organisation et les luttes sociales des ouvriers de la chaussure à Barcelone entre 1840 et 1940. Ces bornes temporelles permettent d’apprécier les évolutions du syndicalisme et des mentalités ouvrières en lien avec les transformations des moyens de production dans un secteur économique traditionnel d’une importance considérable, puisque la chaussure était le principal produit manufacturé exporté par l’Espagne à la fin du xixe siècle. Il existe des études concernant la province d’Alicante et les Baléares, mais rien sur les cordonniers de Barcelone, alors que cette ville a été l’un des principaux centres nationaux de production, à la pointe de la mécanisation.

4Dans cette monographie inédite, le regard est tourné vers la base plutôt que vers la partie supérieure des organisations syndicales, sans exclure pour autant leur articulation. Il recherche l’émergence et les manifestations d’une conscience de classe – dans une acception ouverte et dynamique de cette expression. Je me suis donc concentré sur l’organisation en tant qu’indicateur du niveau de cohésion sociale, qui se construit en dépassant les différences catégorielles ; sur la grève, qui est de surcroît un signe de la volonté revendicative et de l’intensité de la lutte de classe ; sur les discours, qui donnent en plus accès à la subjectivité et aux représentations des individus ou collectifs qui s’expriment ; sur l’évolution des revendications matérielles, à travers lesquelles se manifestent les adaptations aux changements dans les modes de production ; sur la mise en œuvre d’une solidarité au sein du métier et avec d’autres métiers, localement et au-delà ; sur le degré d’implication démocratique de la base dans les prises de décision et dans la gestion des organisations (renouvellement des comités syndicaux), etc.

5L’étude est organisée en dix chapitres divisés en trois parties. La première partie couvre six décennies du xixe siècle, mais se concentre dans le deuxième chapitre sur les années 1868-1888, où deux organisations internationalistes successives dominées par les anarchistes structurent le mouvement ouvrier. Plusieurs congrès d’Unions nationales de cordonniers et tanneurs y sont étudiés dans le détail. Le premier chapitre fait le lien avec l’associationnisme mutuelliste depuis 1840 et le troisième aborde les réorganisations de la fin du siècle, tant du côté ouvrier que patronal. Les conflits sociaux sont, bien sûr, passés en revue. La deuxième partie se focalise sur les vingt premières années du xxe siècle. Le quatrième et le sixième chapitre analysent respectivement les grèves générales de 1903 et de 1918. Le cinquième chapitre s’intéresse à la période de stagnation et de réorganisation qu’encadrent ces deux conflits majeurs. L’environnement industriel est systématiquement présenté et des liens sont établis avec le contexte politique et économique plus général chaque fois que c’est nécessaire. Les décennies vingt et trente font l’objet de la troisième partie. Le septième chapitre est surtout axé sur la grève générale de 1931 et le huitième sur le Congrès national du secteur du cuir en octobre 1932. La socialisation révolutionnaire est au cœur du neuvième chapitre, dans lequel sont également examinées la Conférence nationale des syndicats du cuir CNT-UGT d’octobre 1936 et les conséquences du Décret de collectivisation et de contrôle ouvrier pris par la Generalitat ce même mois. Enfin, le dixième chapitre étudie le processus de décollectivisation de 1939. Des illustrations (surtout des articles de presse scannés) accompagnent le texte et mettent ainsi le lecteur en contact direct avec les sources.

6L’Appendice documentaire complète l’étude en intégrant un certain nombre de documents que j’ai jugé utile de mettre à la disposition des chercheurs, ainsi que des tableaux et graphiques reprenant de manière systématique des données quantitatives. On y trouve donc des règlements et statuts d’organisations de 1852 à 1907 ; la composition des comités syndicaux de 1908 à 1918 et de septembre 1937 à décembre 1938 ; un tableau et des graphiques montrant l’évolution de l’industrie de la chaussure à Barcelone de 1889 à 1932 à partir des statistiques fiscales ; les accords salariaux négociés avec le patronat en 1931 ; un tableau récapitulatif des grèves de 1839 à 1939 ; des photographies d’ateliers et d’ouvriers au travail ; des résolutions adoptées par des organisations syndicales à différents moments ; une fiche officielle de synthèse sur la décollectivisation ; un tableau retraçant l’évolution du nombre de cordonniers et d’adhérents syndicaux sur la période étudiée ; et enfin une liste chronologique et alphabétique des militants mentionnés dans les sources.

7Je suis parvenu à identifier un certain nombre de militants importants et à montrer que les cordonniers de Barcelone avaient fourni au mouvement ouvrier des activistes radicaux, même si en tant que collectif ils ne semblent pas en avoir surclassé d’autres du point de vue de la violence exercée dans les luttes (mais la radicalité n’est pas qu’une affaire de violence, elle est avant tout une rupture conceptuelle avec l’ordre établi). En effet, la consolidation d’une conscience de classe a été un processus long et difficile dans ce métier où le travail à la pièce et le travail à domicile étaient prédominants et, par conséquent, les logiques individualistes bien enracinées dans la tradition artisanale. Les crises économiques et l’abondance de la main-d’œuvre, féminine en particulier, furent également des freins puissants, sans parler des périodes fréquentes de répression politique et patronale.

8La Fédération régionale espagnole de l’Internationale introduisit parmi les travailleurs la notion de lutte des classes et l’idée de collectivisation des moyens de production dans une société fédéraliste autogérée par les producteurs eux-mêmes. Dès cette décennie 1870 apparaît la volonté de réunir les cordonniers et les autres ouvriers du cuir, voire même l’ensemble de l’industrie du vêtement, dans une fédération unique, par souci d’efficacité syndicale en développant les solidarités. Ce premier élan d’une grande richesse conceptuelle fut brisé par la répression et, malgré une réorganisation dans les années quatre-vingt, ne connut véritablement un deuxième saut qualitatif qu’avec la création en 1910 de la Confédération nationale du travail (cnt). Celle-ci, surtout lorsqu’elle adopta huit ans plus tard l’organisation en syndicats uniques de branche, favorisa la conjonction des intérêts des ouvriers industriels avec ceux des cordonniers qui travaillent dans de petits ateliers de sous-traitance ou à domicile. La grève générale de 1903 avait rendu visibles les différences de sensibilité idéologique et de combativité entre les travailleurs sur machines – peut-être déjà les plus nombreux – et les autres, qui rendaient difficile l’unité dans la lutte. Elle a permis aussi de percevoir nettement que la base était bien plus modérée et pragmatique que les cadres syndicaux, issus principalement des ouvriers les plus qualifiés.

9Malgré un renouvellement des militants et quelques décisions de congrès, l’acceptation du travail salarié des femmes et de leur organisation autonome fut plus théorique que pratique jusqu’aux années trente. C’était pourtant une conséquence inévitable de l’augmentation de la mécanisation de la production, qui faisait diminuer les besoins en personnel qualifié et rendait la force physique inutile dans certaines tâches. Dans les grèves, alors que les ouvrières se montraient généralement solidaires, leurs intérêts passaient toujours après ceux des hommes, dont il s’agissait de protéger l’emploi concurrencé par les bas salaires féminins, dans un secteur caractérisé par l’insuffisance de la rémunération moyenne pour couvrir les besoins fondamentaux d’une famille de quatre personnes.

10En revanche, la cnt parvint à faire jouer la solidarité régionale puis nationale des cordonniers lors des grands conflits dans la capitale catalane en 1918 et 1931, où certains patrons se montraient intransigeants. Même si, en raison des répressions, des crises et de l’affaiblissement syndical qui en résultait, les travailleurs perdaient rapidement les avantages conquis par les grèves, on observe depuis le début du xxe siècle une tendance à la fragmentation croissante du front patronal. Les intérêts et les capacités de résistance des petits patrons et des industriels lors des conflits divergeaient suffisamment pour pousser les premiers à négocier assez vite, tandis que les seconds tablaient sur un pourrissement jusqu’à l’épuisement économique des ouvriers. Les victoires plus ou moins nettes des cordonniers en 1918 et 1931 s’expliquent autant par l’affaiblissement patronal que par le renforcement syndical.

11Outre la réduction du temps de travail, le nivellement des salaires sur le territoire national et la mise en œuvre de la solidarité, les polémiques dans la presse avec le patronat sont un des aspects qui mettent en évidence l’identité de classe et la confiance acquise par les cordonniers de Barcelone. On peut parfois même évoquer une véritable stratégie de communication. Au xxe siècle, les ouvriers n’hésitent pas à donner des leçons aux patrons qui les prennent de haut et à mettre en cause leur responsabilité dans les crises de surproduction. Ils leur reprochent aussi de faire payer aux travailleurs, par une politique de réduction des coûts salariaux, leur manque d’investissements pour moderniser l’industrie. On perçoit alors, surtout dans les années trente, que la mentalité des cordonniers a évolué : leur modèle de référence a cessé d’être l’artisanat et ils aspirent aux avantages que pourrait leur procurer la grande industrie.

12Au deuxième semestre de 1936, la socialisation par les ouvriers d’une petite partie de l’industrie de la chaussure permet une rationalisation de la production et une amélioration sociale indéniables dans l’euphorie des premières semaines révolutionnaires. Cependant, les besoins de l’industrie de guerre renforcent la conversion de l’organisation syndicale au productivisme. La priorité est alors d’approvisionner les miliciens partis au front et de maintenir l’alliance antifasciste avec les autres forces. Il semble que l’horizontalité démocratique dans la prise de décision ait progressivement diminué au profit de la centralisation économique et d’une bureaucratisation syndicale croissante, mais relativement inefficaces. Parallèlement se développent à la base de nouvelles résistances à la discipline du travail. Il n’y avait, en effet, rien de naturel à la transformation du syndicat et de ses cadres en des avatars du patronat, dont les ouvriers croyaient enfin s’être débarrassés. Le travail à la pièce, dont l’abolition avait été un leitmotiv des revendications durant des décennies et venait tout juste d’être conquise à la faveur des événements révolutionnaires, refit même son apparition, car le syndicat voulait augmenter les rendements et les travailleurs leur rémunération… La durée hebdomadaire du travail, d’abord diminuée, fut aussi rapidement revue à la hausse.

13En outre, les rapports de force politiques s’étaient modifiés. Alors que la cnt était prédominante à Barcelone dans la chaussure, l’anarcho-syndicalisme dut s’entendre avec l’ugt, contrôlée par les communistes, d’une part, et avec la Generalitat, d’autre part, renonçant ainsi à ses objectifs communistes libertaires adoptés lors du Congrès de mai 1936. Suite à une réorganisation de la structure de la cnt, le syndicat du cuir fut démembré dans la mesure où les cordonniers furent intégrés dans la Fédération de l’industrie textile et les tanneurs rattachés à celle de l’industrie chimique. C’était la fin de l’autonomie et de l’intégration verticale du secteur du cuir initiée par les militants syndicaux vers 1870.

14Je pense avoir montré que la grève générale dans cette profession est le fruit tardif et exceptionnel d’un long travail d’organisation et de maturation de la conscience de classe dans un contexte de dégradation des conditions de travail. Elle est aussi une expérience fondamentale de lutte de classe. Le caractère politique tactique que l’on attribue souvent à une conjonction de grèves générales de différents métiers, par exemple celle de 1931, serait peut-être à relativiser.

15Cette monographie s’achève sur une approche critique du processus de décollectivisation de l’année 1939. Elle met en évidence la non prise en compte dans les opérations comptables des passifs des entreprises qui avaient été socialisées et de leurs soldes bancaires en juillet 1936. De ce fait, la perte financière subie par les petits entrepreneurs affectés par la collectivisation est considérablement moins importante que ce qu’indiquent les chiffres officiels du régime franquiste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël Delhom, « Au carrefour des expériences individuelles et collectives dans l’anarchisme hispanique (1870-1940) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 21 | 2018, mis en ligne le 25 janvier 2019, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ccec/7645 ; DOI : 10.4000/ccec.7645

Haut de page

Auteur

Joël Delhom

Maître de conférences HDR, Université de Lorient Bretagne-Sud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université d'Angers
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals