Navigation – Plan du site

AccueilCahiers de civilisation espagnole...21Comptes rendusDetrás de la cortina. El sexo en ...

Comptes rendus

Detrás de la cortina. El sexo en España (1790-1950)

Marie-Angèle Orobon
Référence(s) :

Jean-Louis Guereña, Detrás de la cortina. El sexo en España (1790-1950), Madrid, Cátedra, 2018, 630 p.

Texte intégral

1Après Les Espagnols et le sexe : xixe-xxe siècles (Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013, 478 p.), Jean-Louis Guereña vient d’en faire paraître la version espagnole (assurée par Marisa Guereña Mercier) aux éditions Cátedra. Cette belle édition reprend celle de 2013, mais inclut une bibliographie actualisée sur le sujet et la mention des traductions espagnoles des ouvrages français, notamment de Michèle Perrot, ainsi que les contributions les plus récentes de l’auteur à ce thème d’étude, auquel il se consacre depuis plus de trois décennies.

2Bien que le titre mentionne l’ancrage chronologique 1790-1950, l’ouvrage est essentiellement centré, comme l’édition française, sur le dernier quart du xixe siècle et les premières décennies du xxsiècle, jusqu’à la seconde république, c’est-à-dire lorsque ce qui touche à l’érotisme et la pornographie connaît sa plus grande production et sa meilleure visibilité. Cependant, comme dans Les Espagnols et le sexe, le xviiie siècle et la première partie du xixe  siècle n’en sont pas absents. Cette période est abordée par le biais de l’analyse des derniers Índices de libros prohibidos (1790-1805), au début de la troisième partie (« Erotismo y pornografía : un ‘infierno’ español »), ainsi que par le préservatif masculin, étudié dans le deuxième chapitre de la première partie (« El sexo por proteger : el preservativo masculino o condón »). Introduit clandestinement en Espagne en provenance d’Angleterre et de France, dans la deuxième moitié du xviiie siècle, le condom (« condón », « goma ») sert moins au contrôle de la fécondité qu’à la prévention des maladies vénériennes, ce qui l’associe pleinement à la « culture du bordel » (« cultura del burdel », p. 156).

3Cette traduction-actualisation permet aussi d’inclure des découvertes récentes, comme le don effectué en 2012 à la Bibliothèque Nationale de Madrid d’un précieux exemplaire de la première édition, imprimée vers 1820-1830, du recueil poétique de Nicolás Fernández Moratín, Arte de las putas, précédé d’un Álbum de Venus, anthologie illustrée de poèmes de type érotico-pornographique (p. 132).

4Justement, une autre nouveauté à mettre à l’actif de cette édition espagnole est la présence d’un cahier d’illustrations hors-texte (entre les pages 320 et 321), dont on avait regretté l’absence dans l’édition française, mais on sait bien que les auteurs peuvent rarement être tenus pour responsables de ces carences, soumis qu’ils sont aux contraintes éditoriales. Cette fois, les amatrices et amateurs d’images de l’époque pourront y trouver leur compte. Ainsi aux côtés de quelques-unes des estampes de l’Álbum de Venus, figurent des couvertures d’ouvrages et fascicules, certaines en couleurs, qui arborent souvent une caution médicale, dans une confusion entre médecine du sexe et érotisme, comme par exemple Guía íntima del matrimonio. La noche de bodas : Sus placeres, refinamientos y sorpresas, guide signé par un certain docteur Octave hispanisé en Octavio Pladeur. Le livret contient aussi de nombreuses publicités pour préservatifs et même une photo de condoms du xixe siècle, en boyau de porc, conservés et exposés… à la Bibliothèque de l’Université de Salamanque avec d’autres objets curieux « oubliés par les lecteurs » (p. 134). Des cartes de visite de prostituées, plus ou moins sophistiquées, certaines photographiques, une fiche sanitaire, des gravures extraites du célèbre Juego de billar d’Eusebi Planas enrichissent également ce cahier. Signalons aussi la reproduction d’une des verrières art déco qui ornaient le bordel de « Madame Petit », célèbre maison close de Barcelone. C’est le motif d’une autre de ces verrières, conservées au Musée Historique de la cité comtale, qui agrémente superbement la couverture de Detrás de la cortina.

5La parution de cette belle traduction est une excellente nouvelle pour le lectorat de langue espagnole, qui, comme l’indique Jean-Louis Guereña, parle de moins en moins français, au profit de l’anglais. Cette édition très soignée a éliminé certaines répétitions qui alourdissaient la version française et confirme, s’il en était besoin, l’ampleur de la recherche et de la connaissance de l’auteur sur ce sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Angèle Orobon, « Detrás de la cortina. El sexo en España (1790-1950) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 21 | 2018, mis en ligne le 12 janvier 2019, consulté le 21 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ccec/7671 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccec.7671

Haut de page

Auteur

Marie-Angèle Orobon

Maître de conférences honoraire, Université Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université d'Angers
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search