Navigation – Plan du site

AccueilCahiers de civilisation espagnole...21ÉtudesL’émigration péruvienne en Espagn...

Études

L’émigration péruvienne en Espagne entre 1985 et 2017 : de la réalité à la fiction

The Peruvian emigration to Spain between 1985 and 2017: from reality to fiction
La emigración peruana a España entre 1985 y 2017 : de la realidad a la ficción
Nicole Fourtané

Résumés

Cette étude dresse, dans un premier temps, le contexte politique et socio-économique du Pérou et de l’Espagne pour expliquer l’ampleur de l’attraction migratoire qu’exerce ce pays sur les Péruviens. Jusqu’en 2005, l’Espagne offre des possibilités d’intégration favorables : régularisations des clandestins, possibilité d’obtention de la nationalité espagnole. À partir de 2008, la crise en Espagne engendre un phénomène de retour au pays d’origine mais la migration ne se tarit pas pour autant. Ensuite, nous abordons le profil type de ces migrants et nous analysons, enfin, la migration vécue de l’intérieur par un Péruvien sans nom à travers le roman Paseador de perros (2008) de Sergio Galarza : emplois multiples, difficultés d’insertion, précarité du logement, appropriation des lieux, solitude, sentiment de rejet, etc.

Haut de page

Texte intégral

1Après des décennies de migrations internes de la Sierra vers les villes de la Côte et en particulier vers Lima, les Péruviens décident d’aller tenter leur chance à l’étranger. L’Espagne devient la destination préférentielle d’émigration après les États-Unis dès 1985. Ce phénomène migratoire d’ampleur inédite s’explique par la crise et la violence que connaît le Pérou à cette époque-là, mais aussi par la situation favorable qu’offre l’Espagne. Sa destination devient attractive par le fait que la langue n’est pas un obstacle pour les migrants appartenant pour la plupart aux couches moyennes de la société, mais surtout par les innombrables offres d’emploi que propose le pays en pleine expansion économique et par les avantages que l’ancienne mère patrie réserve aux populations latino-américaines qui s’installent sur son sol. Dans un premier temps, nous dresserons le contexte politique et socio-économique du Pérou et de l’Espagne pour expliquer l’attraction qu’exerce celle-ci sur les Péruviens, puis nous dresserons le profil type de ces migrants. Enfin, nous analyserons la migration vécue de l’intérieur par le protagoniste du roman Paseador de perros (2008) de Sergio Galarza.

Le contexte politique et socio-économique péruvien

  • 1 Le taux d’inflation est de 62,9 % en 1986, 114,5 % en 1987 (Banco Central de Reserva del Perú, Memo (...)
  • 2 Banco Central de Reserva del Perú, Memoria al 31 de diciembre de 1990, op. cit., p. 9.
  • 3 Omar de León Naveiro, Crisis económica y Estado de derecho en Perú, Madrid, Editorial Fundamentos, (...)
  • 4 En 1991, le taux de pauvreté était de 55,1 % et la pauvreté extrême touchait 24,2 % des Péruviens. (...)
  • 5 Voir à ce sujet notre article : Nicole Fourtané, « Le réalisme populaire au quotidien. Vers l’émerg (...)
  • 6 Entre 2001 et 2010, la population urbaine en âge de travailler augmente de 2,2 % par an en moyenne (...)
  • 7 Idem, p. 99-100, 115-166 ; Organización Internacional para las Migraciones (oim), Perfil migratorio (...)
  • 8 Congreso de la República, «Ley N° 30001», El Peruano, Lima, jueves 14 de marzo de 2013.
  • 9 À titre d’exemple, en 2012, 10 946 Péruviens ont quitté l’Espagne, alors que 5 795 y sont arrivés. (...)
  • 10 Entre 2006 et 2016, 7 304 000 Péruviens ont cessé d’être pauvres. En 2016, le pays ne compte plus q (...)
  • 11 Banco Mundial, «Gasto público en educación, total (% del pib)», Datos 2015, consulté le 20/04/2018, (...)
  • 12 Banco Mundial, «Gasto en salud, total (% del PIB)», Datos 2014, consulté le 20/04/2018, https://dat (...)

2Au Pérou, la décennie 1980 et les années suivantes sont synonymes de faillite de l’État, de récession, de chaos et de violence. Sous la première présidence d’Alán García entre 1985 et 1990, l’hyperinflation atteint des taux records1et le « Fujichoc » adopté par son successeur, Alberto Fujimori, en août 1990, pour redresser la situation, entraîne des hausses de prix considérables des produits de première nécessité. La conjoncture empire avec le désengagement de l’État dans des domaines aussi sensibles que la santé et l’éducation et avec les privatisations d’entreprises publiques. La récession est telle que le Produit Intérieur Brut par habitant de 1990 est similaire à celui de 19602 et les salaires de 1990 n’atteignent que le tiers de la valeur qu’ils avaient en 19743. En 1991, de très nombreux Péruviens vivent au-dessous du seuil de pauvreté ou dans l’indigence4 et se voient contraints d’inventer des stratégies de subsistance inédites pour faire face aux exigences incontournables de l’existence quotidienne5. À cette crise économique majeure s’ajoute la violence fomentée par les groupes d’action terroriste du Sentier Lumineux et du Mouvement révolutionnaire Túpac Amaru (MRTA), d’une part, et la lutte antisubversive menée par les forces armées pour rétablir l’ordre, d’autre part. Bien qu’une amélioration de la situation soit notoire à partir de 1993, le flux migratoire vers l’Espagne ne se tarit pas. Dans les années 2000, la migration prend encore plus d’ampleur et est motivée par l’inadéquation de l’emploi à la croissance incessante de la population active qualifiée, ayant parfois fait des études supérieures6, la corruption, l’insécurité urbaine et le désir d’améliorer ses conditions de vie face aux profondes inégalités qui caractérisent la société péruvienne, en dépit de la forte croissance macro-économique enregistrée par le pays7. Cependant, la crise qui sévit en Espagne à partir de 2008 engendre un phénomène massif de retour à la patrie d’origine. Face à son acuité entre 2009 et 2014, le gouvernement péruvien met en place des aides spécifiques fixées par la Loi N° 30001 ou « Ley de Reinserción Económica y Social para el Migrante Retornado », adoptée le 14 mars 20138. Avec l’afflux des rapatriés, les départs faiblissent aussi mais restent d’actualité, bien que, dans les années 2010-2014, le solde migratoire en Espagne soit négatif9. En effet, même si le taux de pauvreté a diminué au Pérou, il reste encore très élevé et, de surcroît, 72 % de la population travaille toujours dans le secteur informel10. L’État investit trop peu dans l’éducation (4 % du PIB en 2015)11 et la santé (5,5 % du PIB en 2014)12. Les difficultés d’ascension sociale dans une société très hiérarchisée, la précarité du marché de l’emploi, l’inadéquation de la réalité socio-économique aux attentes des classes moyennes, toutes ces données font que le désir de s’expatrier temporairement ou de façon durable traverse l’esprit de nombre de Péruviens. De plus, depuis décembre 2016, ces derniers n’ont plus besoin de visa pour entrer en Europe et y résider trois mois. Le flux des arrivées reprend, stimulé aussi par la reprise économique espagnole.

Le contexte socio-économique espagnol et la politique migratoire

  • 13 María Luisa Setién, et alii, Migrantes peruanos…, op. cit., p. 81.
  • 14 Andrés Tornos, Rosa Aparicio, et alii, Los peruanos que vienen, Madrid, Editorial Universidad Ponti (...)
  • 15 María Asunción Merino Hernando, Historia de los inmigrantes peruanos en España. Dinámicas de exclus (...)
  • 16 Jefatura de Estado, «Ley Orgánica 7/1985, de 1 de julio, sobre derechos y libertades de los extranj (...)
  • 17 Ainsi, en 1996, seules 18 demandes ont été présentées et accordées ; en 1997, 445 ont été satisfait (...)
  • 18 Asunción Merino Hernando, La inmigración peruana a España: motivos, momentos y formas de ingreso en (...)
  • 19 María Asunción Merino Hernando, Historia de los inmigrantes peruanos…, op. cit., p. 162.
  • 20 Jefatura de Estado, «Ley Orgánica 18/1990 de 17 de diciembre, sobre reforma del Código civil en mat (...)
  • 21 Selon nos calculs, basés sur les chiffres fournis par l’Observatorio Permanente de la Inmigración, (...)
  • 22 Jefatura de Estado, «Ley Orgánica 4/2000, de 11 de enero, sobre derechos y libertades de los extran (...)
  • 23 Jefatura de Estado, «Ley Orgánica 8/2000, de 22 de diciembre, de reforma de la Ley Orgánica 4/2000, (...)
  • 24 Daniela Vono de Vilhena, ¿Preferidos y favorecidos? El proceso de asentamiento de la población lati (...)

3Les Péruviens sont, chronologiquement, les premiers Latino-Américains à venir en Espagne pour des motifs économiques. Les flux sont continus depuis 1980, vont croissant au fil du temps jusqu’à la crise de 2008 mais, bien qu’ils diminuent alors, ils ne s’épuisent pas pour autant. Le chiffrage de cette population est particulièrement éloquent sur l’accroissement considérable de cette communauté en deux décennies : 4 463 membres en 1991, 34 975 en 2001 et 132 552 en 201113. Il y a déjà 402 inscrits au Consulat péruvien de Madrid en 1985 et, à partir de 1990, 2 000 nouveaux venus s’enregistrent chaque année14. Ils constituent même à cette date le contingent étranger le plus important après les Marocains. L’attraction de l’Espagne s’explique par le renforcement des mesures que mettent en place les États-Unis» à partir de 1986 et surtout en 1990 pour contrôler de façon plus stricte l’immigration15. En 1985, l’Espagne sur le point d’entrer dans l’Union européenne promulgue la « Ley de Extranjería » qui fixe les conditions de séjour pour les étrangers16. Le décret d’application 1119/1986 en détaille les conditions concrètes. Pour s’installer dans le pays d’accueil, ceux-ci doivent obtenir un permis de résidence et de travail, généralement accordés pour un an, renouvelables pour la même durée. Au bout de cinq ans, l’étranger peut obtenir un permis de résidence permanent délivré également pour cinq ans. La population étrangère jouit des mêmes droits que les Espagnols : assistance sanitaire, services sociaux et éducation publique gratuite. Le regroupement familial est possible après un an de résidence si le demandeur a obtenu le renouvellement de son permis pour une année supplémentaire, à la condition qu’il ait les revenus suffisants pour accueillir sa famille et dispose d’un logement approprié. Cependant, à cette époque, peu d’immigrés étaient au courant de ce dispositif et pouvaient l’envisager17. De plus, jusqu’en février 1992, les Péruviens n’avaient pas besoin d’autorisation pour entrer dans le pays. Beaucoup sont venus avec un passeport de tourisme et sont restés ensuite clandestinement mais leur nombre est difficile à évaluer. À partir de cette date, les candidats au voyage doivent s’enregistrer préalablement au Consulat d’Espagne au Pérou pour obtenir un visa d’entrée sur le territoire espagnol et un permis de séjour18. Les touristes doivent avoir l’argent suffisant pour assumer leurs dépenses dont le montant est fixé à 2 000 dollars19. Au bout de deux ans de résidence légale, selon la Loi 18/1990 (article 22.1), les Latino-Américains peuvent demander la nationalité espagnole20. Les Péruviens y ont largement recours mais alors ils ne sont plus considérés comme tels et sortent des statistiques21. La loi 4/2000 insiste sur l’intégration sociale des migrants et est perçue comme très ouverte22. Elle a donc un effet d’appel des travailleurs dont le pays, en plein boom économique et à la population vieillissante, a besoin dans l’agriculture, le bâtiment, le tourisme, l’hôtellerie, les services domestiques et à la personne. Signe de cette perspective d’accueil, l’article 6.1 accorde même le droit de vote aux élections municipales aux étrangers en situation régulière. Aussi la loi 8/2000 apporte-t-elle des restrictions à ce dispositif primitif favorable et limite-t-elle les libertés des immigrants illégaux, lesquels sont privés du droit de réunion, de manifestation, de syndicalisation et de grève. Elle restreint aussi leur accès aux soins aux seules urgences et leurs enfants ne peuvent pas aller au-delà de l’enseignement primaire public. De plus, elle établit un quota annuel de travailleurs étrangers dans les secteurs déficitaires en main-d’œuvre et fixe à cinq ans, au lieu de deux, la durée du séjour nécessaire pour obtenir un permis de séjour pour enracinement23. Cependant, face à la présence massive de clandestins dans le pays, les gouvernements successifs, socialistes et conservateurs, proposent six processus de régularisations. Le premier est ouvert en 1986, le deuxième en 1991, au cours duquel 5 664 Péruviens sont régularisés, le troisième en 1996, où 1 133 d’entre eux obtiennent leurs papiers, le quatrième en 2000, où 2 231 demandes sont satisfaites, le cinquième en 2001, qui donne lieu à 933 régularisations, et le sixième en 2005, où 2 950 personnes voient leur situation normalisée24. Jusqu’en 2005, l’Espagne offre aux Péruviens des possibilités d’intégration favorables bien que les activités qu’ils exercent leur imposent déjà de longues périodes sans travail.

  • 25 Ministerio de Empleo y Seguridad Social, Retorno voluntario productivo 2009-2016, disponible sur ht (...)

4À partir de 2008, la crise engendre un taux de chômage record dont les étrangers sont les premières victimes. Face à cette situation, le gouvernement espagnol adopte un Décret de retour volontaire le 31 octobre 2008 et signe un accord bilatéral de Sécurité sociale avec le Pérou. Les chômeurs qui veulent profiter de cette mesure s’engagent à ne pas revenir en Espagne pendant trois ans. Ils se classent en deux catégories, ceux qui partent sous le régime des prestations sociales qui leur seront versées par l’Espagne au Pérou et ceux qui ont un projet productif. Visiblement, ces programmes ne répondent pas à l’attente de la majorité des Péruviens qui espèrent sans doute retrouver des opportunités de travail sur place, puisque seulement 514 personnes ont opté pour cette solution entre 2009 et 201625.

  • 26 Ministerio de Empleo y Seguridad Social Anuario de Estadísticas Laborales, Inmigración y emigración (...)
  • 27 À Madrid, le rmi est fixé en 2018 à 400 euros pour une personne seule, 512,67 euros pour deux perso (...)
  • 28 María Luisa Setién, et alii, Migrantes peruanos…, op. cit., p. 263-271.
  • 29 ine, Migraciones exteriores. Flujo de emigración por año, país de destino y nacionalidad (española/ (...)
  • 30 ine, Notas de prensa. Cifras de población a 1 de enero de 2017. Migraciones 2016. Datos provisional (...)

5Même si la perception du chômage ne peut s’étendre que de quatre à vingt-quatre mois selon la durée de cotisations à la Sécurité sociale du chômeur et si les bénéficiaires de prestations sont loin de correspondre au nombre de demandeurs d’emploi, comme l’indique l’Anuario de Estadísticas Laborales des dernières années26, le subside minimum d’insertion (renta mínima de inserción)27 permet d’attendre une meilleure conjoncture car elle ne sera pas aussi favorable au Pérou. Les avantages en Espagne restent précieux : les immigrés peuvent profiter de l’éducation gratuite pour leurs enfants, ainsi que de l’assistance médicale et autres services sociaux inexistants au Pérou, éléments que tous valorisent28. Pourtant, la crise dans la durée suscite un phénomène de retour au pays d’origine, très important entre 2010 et 2014, y compris parmi ceux qui ont acquis la nationalité espagnole29, mais de nouveaux arrivants se présentent toujours, même s’ils sont moins nombreux que par le passé : 5 236 en 2015 et 8 061 en 201630.

  • 31 Jefatura de Estado, «Ley Orgánica 2/2009, de 11 de diciembre, de reforma de la Ley Orgánica 4/2000, (...)

6Néanmoins, la possibilité de procéder au regroupement familial, à partir de la loi 2/2009, passe de une à cinq années et empêche la venue des parents de moins de 65 ans. Autre nouveauté : les permis de résidence et de travail sont désormais délivrés simultanément. La loi reconnaît les cas de violence domestique (art. 31 bis), les droits de réunion, manifestation, association, syndicalisation et grève à tous les étrangers, tout en considérant comme une infraction grave ou très grave le fait de travailler sans permis et de ne pas être inscrit à la Sécurité sociale (partie VII)31.

Profil type des migrants péruviens

  • 32 Ministerio de Empleo y Seguridad Social, Anuario estadístico de extranjería, op. cit., 1997, Tabla  (...)
  • 33 ine, Migraciones exteriores. Flujo de inmigración procedente del extranjero por año, sexo, grupo de (...)
  • 34 ine, Notas de prensa, n° 854, 30 de junio de 2014, p. 8.
  • 35 inei, oim, Perú. Estadísticas de la Emigración Internacional de Peruanos e Inmigración de Extranjer (...)
  • 36 ine, Notas de prensa, n° 854, 30 de junio de 2014, p. 4.
  • 37 Ministerio de Empleo y Seguridad Social, Concesiones de nacionalidad española por residencia, Resul (...)

7L’arrivée massive des Péruviens en Espagne connaît deux périodes phares : entre 1991 et 1997, période de grosse crise économique et politique au Pérou, et entre 2003 et 2008, nouvelle période d’incertitudes politiques et de conflits sociaux, car les créations d’emplois et les salaires ne répondent pas aux attentes des classes moyennes. Le public n’est pas tout à fait le même dans les deux périodes : la première touche les classes moyennes supérieures (médecins, professeurs, ingénieurs), la seconde concerne les couches inférieures de cette catégorie sociale. Tout comme il y a des pics dans les arrivées – 1997 avec 21 233 arrivants32 et 2008 avec 27 426 arrivants33 –, il y en a aussi dans les départs – 2012 : 9 542 personnes et 2013 : 11 78134 –. Pour la période 2011-2016, le Pérou enregistre 21 881 retours en provenance d’Espagne35. Au cours de l’année 2013, l’INE estime que la communauté péruvienne a perdu 23,7 % de ses membres36, attirés sans doute par la « Ley de Reinserción social y económica », beaucoup plus favorable pour eux que celle de l’Espagne. À ce phénomène s’ajoute le fait que cette même année marque le record des naturalisations, puisque 20 788 personnes obtiennent la nationalité espagnole37.

  • 38 Andrés Tornos, Rosa Aparicio, et alii, Los peruanos que vienen, op. cit., p. 33.
  • 39 María Asunción Merino Hernando, Historia de los inmigrantes peruanos…, op. cit., p. XXXVI.
  • 40 inei, oim, Perú. Estadísticas de la Emigración…, op. cit., p. 21.

8La première phase (décennies 1980-1990) est marquée par un taux très important de Péruviens en situation d’illégalité, même s’il est difficile à évaluer. Les chiffres officiels de la Direction générale des Migrations et ceux des Consulats du Pérou ne coïncident pas. Alors que la première enregistre, en 1995, 12 782 Péruviens dotés d’un permis de résidence, 35 000 sont inscrits dans les Consulats de Madrid, Barcelone, Valence et Séville38. À Madrid, en 1996, les sources officielles comptabilisent 9 702 immigrés, le Consulat en compte 22 00039. L’INEI mentionne que, pour la période 1990-2015, les motifs invoqués pour sortir du pays sont à 80,5 % des raisons touristiques, bien que la plupart des intéressés restent plus d’un an à l’étranger, ce qui confirme que le voyage n’est qu’une première étape et qu’il faudra ensuite régulariser sa situation en Espagne pour y demeurer. Seuls, 0,9 % sortent du Pérou en affichant leur volonté de résider à l’étranger, 0,7 % invoquent des motifs personnels, 0,4 % disent se déplacer pour affaires et 0,2 % partent pour travailler40. Ces données montrent bien que leur intégration en Espagne sera ensuite compliquée.

  • 41 María Asunción Merino Hernando, Historia de los inmigrantes peruanos…, op. cit., p. 66-105.
  • 42 Ministerio Del Interior, Anuario estadístico 1993-2, Madrid, Ministerio de Justicia e Interior, 199 (...)
  • 43 Luis Eduardo Thayer Correa, La expropiación del tiempo y la apropiación del espacio. La incorporaci (...)
  • 44 María Luisa Setién, et alii, Migrantes peruanos…, op. cit., p. 83.

9C’est la raison pour laquelle, dans cette période initiale, des associations consacrées à l’aide juridique des nouveaux arrivants, telles ARIPERÚ ou MARKASA, se sont créées pour aider les compatriotes à mettre leurs papiers en règle. INKARRY, quant à elle, se consacre aux demandeurs d’asile, car beaucoup de clandestins tentent cette voie pour régulariser leur situation, mais cette stratégie se révèle inefficace41 : en 1993, sur 2 290 demandes concernant 2 790 personnes, seules 63 sont résolues favorablement et touchent 128 Péruviens42. Dans la deuxième phase, où la migration est beaucoup plus motivée par des raisons économiques et touche les couches moyennes plus basses, alors que les réseaux de migrants sont bien établis, que l’information sur les conditions d’entrée et de travail circule des deux côtés de l’Atlantique, que la population immigrée s’est densifiée (entre 2001 et 2011, elle s’est presque multipliée par quatre), le collectif péruvien est celui qui présente le taux d’irrégularités le moins élevé, estimé seulement à 16 % en 200443 et à 6 % en 200944.

  • 45 Andrés Tornos, Rosa Aparicio, et alii, Los peruanos que vienen, op. cit., p. 35-36.
  • 46 Raquel Martínez Buján, La reciente inmigración latinoamericana a España, Santiago de Chile, cepal, (...)
  • 47 ine, Población residente por fecha, sexo, grupo de edad y nacionalidad, Perú, Mujeres, Hombres, 1 d (...)
  • 48 María Asunción Merino Hernando, Historia de los inmigrantes peruanos…, op. cit., p. 157-160.

10Tout au long de la période, l’immigrant péruvien en Espagne a un profil caractéristique : il est jeune, a entre 25 et 40 ans, est célibataire (70 %), a fait des études secondaires, voire même supérieures, et a parfois exercé une activité professionnelle au Pérou. Cependant, la grande nouveauté est la présence massive des femmes. Les premières années (1991-1995), elles représentent 56 % du collectif45, l’équilibre se fait en 2000 où les personnes de sexe masculin sont 62,2  %46 mais, au 1er janvier 2017, les femmes redeviennent majoritaires : 33 172 pour 26 910 hommes47. Lorsqu’il s’agit de couples mariés, l’épouse part en général la première car elle peut trouver à s’employer plus facilement dans les services domestiques ou à la personne et elle laisse les enfants à la charge du mari. Il est très rare que les deux conjoints arrivent ensemble48.

  • 49 Ministerio de Empleo y Seguridad Social, Anuario estadístico de extranjería, op. cit., 2003, Nacimi (...)
  • 50 ine, Migraciones exteriores. Flujo de inmigración…, op. cit., calculs personnels à partir des donné (...)
  • 51 Ces chiffres correspondent donc à l’année 2009, année qui a connu la population péruvienne maximale (...)

11La densification de la communauté péruvienne en Espagne s’explique également par les naissances d’enfants de père et/ou de mère péruviens, supérieures à mille chaque année depuis l’an 200049. De plus, lorsque l’on observe les flux d’immigration depuis 2008, l’on s’aperçoit que les enfants de moins de 14 ans occupent une place importante dans les arrivées, puisqu’ils sont 3 950 en 2008, 680 en 2014, 956 en 2016 et 867 au premier semestre 2017. Le regroupement familial joue aussi son rôle dans la venue des ascendants âgés de plus de 65 ans : 370 en 2008, 396 en 2014, 705 en 2016 et 482 au premier semestre 201750. Dans la Communauté de Madrid, au 1er janvier 2010, les moins de 16 ans étaient 7 137, les 30-34 ans, la tranche d’âge la plus nombreuse, étaient 10 718 et les plus de 65 ans 2 05551. Tous ces éléments contribuent au rééquilibrage de la physionomie de cette communauté qui, malgré tout, reste majoritairement jeune.

  • 52 Luis Eduardo Thayer Correa, La expropiación del tiempo…, op. cit., p. 74-75.
  • 53 Andrés Tornos, Rosa Aparicio, et alii, Los peruanos que vienen, op. cit., p. 79-82.
  • 54 Ministerio de Empleo y Seguridad Social, Extranjeros con autorización de estancia por estudios en v (...)

12Les départs d’une personne seule sont le fruit d’une stratégie familiale qui compte sur les envois d’argent de l’expatrié pour améliorer le niveau de vie de ceux qui restent. Ces transferts, estimés à 250 millions d’euros en 2004, représentent 19,6 % des revenus des foyers au Pérou. 60 % des sommes reçues sont affectées aux dépenses journalières, 21 % à l’éducation des enfants, 8 % permettent d’investir dans des affaires et 6 % contribuent à constituer des économies en vue de l’avenir52. Cependant, l’émigration vers l’Espagne, qui a un coût certain en raison de la distance qui sépare les deux pays, est motivée par le désir d’avoir de meilleurs salaires qu’au Pérou et de trouver dans le pays d’accueil une qualité de vie supérieure53. Elle suppose d’avoir un bon réseau de relations qui pourra aider le nouveau venu à se loger, à trouver du travail et à s’intégrer dans la société espagnole. Une des principales stratégies des jeunes immigrants péruviens consiste à venir avec un statut d’étudiant et à rester ensuite. Alors qu’en 1996, ceux-ci n’étaient que 304, les chiffres enregistrés se renforcent au fil du temps, jusqu’à atteindre un pic en 2010 (2 419). Ils redescendent ensuite jusqu’en 2012 (1 702), puis ils remontent graduellement chaque année (2 380 en 2017)54.

  • 55 María Asunción Merino Hernando, Historia de los inmigrantes peruanos…, op. cit., p. XVII.
  • 56 Ministerio de Trabajo, Secretaría de Estado de Inmigración y Emigración, Anuario estadístico de inm (...)
  • 57 Comunidad de Madrid, Informe de población de origen extranjero empadronada en la Comunidad de Madri (...)
  • 58 Institut d’estadística de Catalunya, Ampliació de resultats de la población estrangera 2000-2017, a (...)
  • 59 Colectivo Ioé, Mercedes Fernández, Encuesta Nacional de Inmigrantes 2007: el mercado de trabajo y l (...)

13La communauté péruvienne se concentre en priorité à Madrid (66 %) et dans une moindre mesure à Barcelone (30 %)55. À titre d’exemple, en 1996, on recense 9 702 Péruviens à Madrid et 5 383 à Barcelone ; en 1997, ils sont 11 214 à Madrid et 6 320 à Barcelone. Entre 1991 et 1996, cette population a enregistré une croissance de 142,34 %56. En 2015, ils ne sont plus que 30 126 membres dans la Communauté de Madrid et, en 2016, 27 331, soit une perte de – 9,28 %57. Cette population réside majoritairement dans le centre de Madrid et dans les agglomérations de la couronne sud de la capitale et a un point de rencontre, le parc du Retiro. En Catalogne, en 2009, les Péruviens étaient 35 513 mais n’étaient plus que 18 286 en 201758. Les immigrés proviennent majoritairement de Lima et sa province : 55 % à Madrid, 48 % en Catalogne et 67 % dans la Communauté Valencienne ; de la zone côtière : 28 % à Madrid – en particulier d’Arequipa et du département de La Libertad (9%) –, 12% dans la région de Valence, d’Ica notamment ; enfin de la Sierra : 14% à Madrid, surtout de Cajamarca (3 %) et Junín (3 %), 37 % en Catalogne et 21% à Valence59.

  • 60 Luis Eduardo Thayer Correa, La expropiación del tiempo…, op. cit., p. 92.
  • 61 María Asunción Merino Hernando, Historia de los inmigrantes peruanos…, op. cit., p. 173.
  • 62 Ministerio de Trabajo, Secretaría de Estado de Inmigración y Emigración, Anuario estadístico de inm (...)
  • 63 Ministerio de Empleo y Seguridad Social, Trabajadores extranjeros afiliados a la Seguridad Social e (...)
  • 64 María Luisa Setién, et alii, Migrantes peruanos…, op. cit., p. 261-265.
  • 65 Luis Eduardo Thayer Correa, La expropiación del tiempo…, op. cit., p.133, 150-151.

14Il faut reconnaître que peu de Péruviens arrivent à trouver en Espagne un travail correspondant à leur formation initiale. Ils doivent se contenter d’emplois peu qualifiés mais nettement mieux rémunérés qu’au Pérou, bien qu’en général les salaires des étrangers soient inférieurs à ceux des Espagnols pour une même occupation. Néanmoins, même s’ils ont des conditions de vie dures, ils trouvent en Espagne un surplus de qualité de vie qu’ils n’auraient pas dans leur pays d’origine60. Mis à part les médecins, informaticiens et professeurs qui ont réussi à s’insérer dans le marché du travail espagnol grâce à leur formation, les hommes s’investissent dans l’hôtellerie et le bâtiment, alors que la plupart des femmes travaillent dans le secteur des services. Jusqu’en 1993, les infirmières peuvent retrouver un poste similaire61, mais toutes les autres femmes doivent se contenter du statut d’employée de maison ou faire du service à la personne, car la population vieillissante espagnole a des besoins impérieux dans ce domaine. Ainsi, en 1996, sur les 9 608 permis de travail délivrés, 51 concernent le secteur agraire, 173 l’industrie, 362 le bâtiment et 8 872 les services62. En 2016, sur les 30 424 Péruviens affiliés à la Sécurité sociale, on compte 15 521 femmes et 14 903 hommes. 707 travaillent dans l’agriculture, 1 324 dans l’industrie, 2 312 dans le bâtiment et 26 081 dans les services, dont 18 447 employées de maison. On recense seulement 1 579 travailleurs indépendants63. Le premier emploi est rarement définitif. L’entrée dans le monde du travail espagnol se fait par les services. Ensuite, l’immigré change de secteur d’activité pour améliorer ses revenus et sa situation concrète, notamment en ce qui concerne les horaires, voire pour obtenir des congés payés64. Néanmoins, la progression se fait lentement, avec un fort taux d’occupation temporaire ; il faut en moyenne six ou sept ans pour que l’immigrant se stabilise dans un poste correspondant à ses attentes65.

La migration dans Paseador de perros de Sergio Galarza

  • 66 Sergio Galarza, Paseador de perros (2008), Barcelona, Candaya Editorial, 2009. Toutes les citations (...)

15Paseador de perros66 corrobore un certain nombre d’aspects que nous venons de souligner dans la présentation générale du phénomène mais s’en démarque également en partie. Ce roman, paru au Pérou en 2008, puis en Espagne en 2009 après une adaptation de la langue pour un lectorat espagnol, est le fruit de l’expérience de l’auteur. En effet, celui-ci a émigré à Madrid en 2005 avec un visa d’étudiant. Après son arrivée, il a effectivement promené des chiens pendant deux ans, avant d’être vendeur en librairie à la Casa del Libro. Comme il l’avoue lui-même, « Paseador de perros se construyó por kilómetros de kilómetros entre las calles y parques de Madrid » (134). Cet ouvrage qui a obtenu à sa parution le prix « Nuevo Talento » de la FNAC est le premier élément de sa trilogie madrilène : JFK (2012) et La librería quemada (2014).

16Dans Paseador de perros, l’auteur relate l’aventure d’un immigrant péruvien sur le point d’avoir trente ans, sans papiers, dans la capitale espagnole. Dans son cas, le choix de la migration correspond à une volonté de tourner la page de sa vie sans relief à Lima, qu’il présente comme le désir de « borrar el Lado A de un disco sin éxito » (8). Il n’est donc pas motivé par des nécessités économiques, mais le protagoniste est confronté aux mêmes difficultés que ses compatriotes venus pour améliorer leurs conditions de vie. Bien qu’il soit difficile de dater les faits évoqués, l’allusion directe au gouvernement socialiste de José Luis Rodríguez Zapatero qui a autorisé le mariage homosexuel (loi du 2 juillet 2005) (56), ainsi que l’album Those the brokes du groupe Magic Numbers paru en 2006 (83), permettent de les situer entre les années 2005 et 2008.

17La première constatation qui s’impose à la lecture de ce roman narré à la première personne est l’omission du nom et du prénom du locuteur. « Si la X no fuera la primera letra de mi documento de identidad, nadie me reconocería como inmigrante » (50). Cet anonymat voulu est le premier reflet de la perte d’identité qui affecte la personne en terre étrangère à partir du moment où elle n’a pas de situation légale. Par contre, sa fiancée péruvienne, avec laquelle il s’est lancé dans l’aventure, Laura Song, est clairement identifiée. Étant donné l’importance accordée à la musique dans ce récit, le choix du patronyme est révélateur. D’ailleurs, les deux amants se séparent au moment où ils ne vibrent plus à l’unisson sur leurs airs préférés (19).

18Le premier problème abordé est celui du logement. Les points de chute sont temporaires, précaires et multiples, liés aux opportunités des rencontres, pour lesquels le réseau des connaissances péruviennes joue un rôle essentiel :

Vivo en Malasaña, antes lo hice en La Latina, el barrio al que me mudé con Laura Song después de unos meses de ocupar gratis una habitación en el piso de un amigo en la Concepción, frente al parque Calero, ese ex hogar de yonquis donde hoy sólo queda el cadáver de sus leyendas. Después de la ruptura, unos parientes tan lejanos que recién conocí aquí, me alojaron por unos días a unas calles de la habitación que alquilamos, pero no soporté cruzar a diario por delante del edificio donde todo terminó. Tuve la suerte de que unas estudiantes danesas me eligieran como compañero de piso al lado de la Plaza Dos de Mayo, el alma de Malasaña, donde los niños corretean y trepan entre los juegos de un pequeño parque infantil, mientras bandas de adolescentes latinos matan las horas disfrazados de pandilleros del Bronx y los gringos convertidos en madrileños artificiales comparten las terrazas de los bares con los jóvenes españoles que se mudan al barrio de moda (para siempre). La habitación de La Latina quedaba en un sótano, lo que nos emparentaba con los topos. En el invierno el sol apenas se asomaba por las ventanas a ras del suelo y para saber si era de día o de noche había que mirar el reloj, aunque la hora nos tenía sin cuidado porque entonces éramos dos jóvenes desempleados y deslumbrados por el bullicio de una ciudad que respiraba el polvo de las construcciones y el humo de la fiesta perpetua (10-11).

19Après leur séparation, Laura Song est hébergée par une amie (37). Quand les Danoises donnent l’ordre au protagoniste de quitter l’appartement à la fin du mois, après les dissensions avec un des jumeaux cubains avec lesquels elles sortent, à la suite de son rejet de la musique qu’ils mettent à plein volume, alors qu’il rentre fatigué et veut dormir (71), celui-ci retrouve Pauline, une Française, qu’il a connue à La Latina et qui vit avec un étudiant péruvien et une top model russe (85). Avec elle, les nuits se passent dans les bars et les dancings ou à fumer du haschisch (101-102). « Gracias a Pauline, olvidaba que mi situación no era la que había imaginado » (102).

20Le deuxième problème concerne le travail. Il se caractérise par une très grande instabilité. Avant de se consacrer aux promenades de chiens et aux soins des chats et d’un raton-laveur pour éviter les gens et leurs récriminations, le protagoniste a effectué des travaux multiples, toujours au bas de l’échelle, et exercé des activités refusées par les Espagnols, tout comme ses congénères :

Cuando era lavaplatos el dueño me apuraba a gritos aunque no hubiera muchos clientes y encima tenía que ahuyentar a las ratas del Deep South para poder tirar la basura en un contenedor que emanaba gases tóxicos. Cuando limpiaba la piscina de un hotel los huéspedes se quejaban siempre: habían encontrado un pelo o la hoja de un árbol flotando a su alrededor. Y cuando fui teleoperador tuve que soportar los discursos motivadores de un colombiano que no paraba de preguntarme cómo me sentía (7).

21Cependant, il ne soupçonnait pas que  

pasear perros es un trabajo a tiempo completo, se trabaja todos los días, incluidos los feriados, no hay vacaciones ni excusas por enfermedad. […] Es una labor sacrificada. Si el servicio lo exige hay que levantarse a las seis de la mañana de lunes a domingo (18).

22Il avoue même : « he sido doblegado por la dictadura de los perros, mis jefes reales » (45). Il en arrive même à se considérer enfermé dans une prison gouvernée par les chiens (69). Il confesse : « duermo menos de cinco horas al día para pasear a los putos perros desde las siete de la mañana […] y cuando llego a mi piso no me dan ganas de hacer nada de nada » (114). En effet, le soir, il a les jambes enflées et engourdies en raison des heures de marche effectuées au cours de la journée (93). Il partage cette tâche avec d’autres Latino-Américains, tous en situation illégale :

Los paseadores de perros pertenecemos a un gremio minúsculo de inmigrantes. Un mexicano ilegal, una pareja de lesbianas venezolanas, una argentina de la pampa […]. Ninguno tiene visa de trabajo (61).

23Bien qu’ils soient plusieurs dans l’entreprise dirigée par JFK, il s’agit d’un travail solitaire (44) : « Un colombiano, un venezolano y una brasileña son mis compañeros de trabajo, aunque nunca los veo » (57). En été, cette tâche devient un véritable supplice en raison de la chaleur étouffante qui règne dans le métro, les différents moyens de transport et les rues de la capitale totalement vidées de leurs habitants (44, 52, 66-67). En effet, les distances entre les divers lieux auxquels il doit se rendre pour aller chercher les chiens à leur domicile et les promener sont l’occasion d’arpenter la ville et sa proche banlieue. Ces va-et-vient sont pour lui l’occasion de s’approprier l’espace dans lequel il évolue et de trouver sa place dans la capitale espagnole. Néanmoins, le protagoniste passe plus de temps dans les transports qu’à promener les chiens (18, 40, 96) : « Ir y volver de aquellos lugares me tomaba el doble de tiempo que el paseo a los perros » (39). Ces parcours donnent lieu à une radiographie précise de Madrid et des habitants de ses quartiers périphériques, de Malasaña à Coslada, d’Alcorcón à La Moraleja, au point que ce roman peut être considéré comme un kaléidoscope de la nouvelle physionomie de Madrid envahie par les populations immigrées : Arabes, Roumains et Latino-Américains divers, entre autres (19, 39, 40, 56, 66).

24Cette activité est l’unique mode de survie du protagoniste : « trabajaba para comer » (43). D’ailleurs, l’argent qu’il gagne ne lui suffit pas pour subvenir à ses besoins : « lo que yo ganaba no alcanzaba para cubrir los gastos » (12) et cette préoccupation le mine (83) : « lo único que pienso es en cuándo se me va a acabar la plata » (114). Lors de sa première entrevue avec son employeur, il se demande en riant comment il est possible de tomber plus bas : « ¿Se podía caer más bajo? Siempre se puede y yo aún no lo sabía » (12), conclut-il. À travers ses déambulations dans Madrid, il promène sa désillusion, son mal-être et surtout sa solitude. Il reconnaît qu’il a fait une erreur en partant de Lima (20). « Este viaje era un error » (73), pense-t-il et il avoue : « Las sorpresas se han ido al cielo como globos de helio y han dejado estacionada en la tierra la maldita certeza de mi desdicha » (69). Face à son échec, la tentation du retour au Pérou le hante : « a cada rato me pregunto si debería volver » (113). La dépression qu’il connaît lui ôte toute capacité de décision pour se ménager ne serait-ce qu’un peu de repos : « la depresión […] me impedía negarme a trabajar de lunes a domingo » (83). Le désenchantement qu’il éprouve concerne également tous les étrangers qu’il rencontre :

En los pasadizos y andenes del metro me cruzo con esos rostros extranjeros de expresión amarga, tímida, indiferente, pero con una misma historia: todos buscan el dinero que les asegure un futuro mejor, sin saber que el futuro no es el dinero  (67).

25Quant aux Latino-Américains qu’il croise au cours de ses promenades et avec lesquels il échange quelques propos, « viven atados a la nostalgia, extrañando a sus familias y su comida » (62). Il censure leur absence de curiosité pour découvrir le monde ambiant :

¿Para qué han venido a este país si nunca pisan los museos ni los cines con películas en versión original? Sólo leen los diarios gratuitos que se reparten a la entrada de las estaciones del metro. Si no es por el acento, su ropa los delata como inmigrantes, pero ganan más dinero que un paseador de perros (71-72).

26Pourtant, le protagoniste ne dit pas un mot de sa descente aux enfers à ses parents, car il aurait honte de leur parler de ses tribulations :

Mis padres no sabían nada de estas aventuras. Les escribía un resumen mensual si el colchón no me atrapaba después de la jornada. Eran resúmenes de tres líneas que repetían generalidades, decía que estaba bien, hacía un comentario sobre el clima y mandaba saludos para todos (34).

27Alors que son patron lui a annoncé la faillite de son négoce et que son état psychique est au plus mal, il se résout à les appeler par téléphone un dimanche après-midi, comme s’ils étaient son ultime rempart, mais personne ne répond à ses trois tentatives (121-122). Dans les pires moments de solitude, le soir, il attend un appel téléphonique qui ne vient pas (100).

28La musique est le seul moyen qu’il a d’oublier son désespoir. Elle l’accompagne dans toutes ses allées et venues et lui permet de surmonter son découragement :

Compré unos discos usados que necesitaba para soportar la dejadez y la soledad que me invadían por la noche. Agregué el Those the brokes de los Magic Numbers a mi colección, un disco que no es perfecto (ya no hay discos perfectos), pero que contiene un par de temas alegres, los que necesitaba escuchar (83-84).

29Il profite des promenades dans les parcs pour écouter ses airs favoris (23). Il affectionne particulièrement les groupes avec des réminiscences folk ou country (51), chante des chansons aux chiens (22) et se vante même de leur donner une éducation musicale hors normes : « ¿Cuántos perros tienen un paseador que los eduque con las canciones de Nick Drake, Sr. Chinarro y un largo etcétera folkie? » (107). Dans sa désespérance, il trouve un refuge dans la chanson de Martha and The Muffins, « Echo Beach » (1979), qui lui permet de rêver à un coucher de soleil sur une plage de Bali : « Hay lugares a los que uno quisiera regresar en momentos de desesperación. En esos instantes sólo te queda recurrir a las plegarias. La mía se llama “Echo Beach” » (115). Après avoir énoncé les paroles de la strophe qui évoquent l’absence d’horizon dans le travail, il s’interroge : «  ¿Dónde queda mi “Echo Beach”? » (116) mais il n’apporte pas la réponse à cette question existentielle.

30Le racisme n’est pas absent du regard des Espagnols qui voient leur pays envahi par les immigrants (56) : « A los españoles viejos no les gusta que lleguen tantos extraños a su país »  (49), ni de celui des concierges (56) : « Su mirada también dispara odio » (57). Ces regards malveillants matérialisent le rejet dont les étrangers sont victimes de la part de la population autochtone et la xénophobie qu’elle nourrit à leur égard. Pourtant, le protagoniste crée de vraies relations avec les vieillards et autres personnes pour lesquels il promène les chiens :

Había una anciana que siempre me regalaba caramelos cuando volvía del Retiro con su perro. Tenía que ser más rápido que ella para coger los caramelos de la mesa, porque si ella trataba de dármelos salían volando por los aires. A otra vieja le calentaba la comida y le ayudaba a comer mientras le recordaba que el Caudillo ya había muerto (70).

31La première, atteinte de la maladie de Parkinson, lui demande un jour : « Dile a alguien que venga a ayudarme » et il obtient des adresses qui pourront répondre à ses besoins en interrogeant des religieuses rencontrées à l’entrée du métro (111-112). Chez ses clients, il se comporte comme « un agent secret » (121) et devient « détecteur expert des malades mentaux » (45), essayant de pénétrer les secrets de leur monde, véritables révélateurs de la profondeur de la misère humaine :

Pasear un perro o cuidar cualquier animal es como leer el diario de la familia. Cuando te dan las llaves de una casa entras en un matorral de recuerdos, en un cementerio donde la fuerza del olvido trata de destruir las lápidas que pueden llevarte por rutas de abismos, porque el pasado es un agujero negro. Ahí están el padre que mantiene a un mapache como único recuerdo de su hijo, el hombre que agoniza sin una pierna, la divorciada que alimenta su biblioteca de autoayuda cada semana con nuevos títulos, las abuelas que me preguntan si volveré al día siguiente, los pisos con la cama deshecha y los platos sucios en el fregadero (43).

32Sa fuite en avant le conduit à décider d’aller en France. Les renseignements sommaires dont il dispose pour s’y installer permettent de deviner qu’il y connaîtra le même type d’errance qu’en Espagne, comme si un cercle vicieux auquel il ne pouvait échapper présidait à sa destinée :

Está decidido, renuncio a los perros, me largo a Francia. Quiero dormir en los cementerios de París, donde se supone que están enterrados los más grandes talentos de la humanidad. […]
Tomaré un bus hasta Barcelona y de ahí en adelante iré a dedo por la carretera. Cargaré chorizos, compraré pan en el camino y atravesaré los pueblos sin entrar a los bares por precaución, no fuera a emocionarme muy pronto y a gastarme el poco dinero que llevaré. […]
Pauline vive cerca de los Pirineos. Acercarme por allí no me entusiasma. La ex novia de un amigo vive en París, lo cual me asegura al menos un techo. Un escritor peruano con fama de salvaje conduce el tranvía en Nantes. Me dicen que en Lille no habrá problema para conseguir drogas. Montpellier parece el nombre de una joven pequeña y tímida (125-126).

33Le protagoniste confirme ainsi son identité de voyageur, il poursuit son pèlerinage « por la ruta incierta de los anhelos » (7).

Conclusion

  • 67 Nicole Fourtané, « Équatoriennes et Équatoriens en quête d’une vie meilleure en Espagne au prisme d (...)

34Après avoir été le contingent latino-américain le plus important dans les années 1990, les Péruviens immigrés en Espagne se trouvent actuellement relégués au second plan par les Équatoriens et les Colombiens, arrivés après eux, à tel point que ces derniers occultent leur tangibilité et les font disparaître des résultats de nombreuses statistiques. Cependant, leur présence est constante depuis les années 1980 et, en dépit de la crise qui engendre des retours au pays d’origine, les arrivées se poursuivent, malgré une législation et une politique d’accueil restrictives. Ces migrants, une fois que leur situation s’est stabilisée, ce qui peut prendre du temps, trouvent en Espagne de meilleures conditions de vie qu’au Pérou au prix d’un déclassement social important et d’un déracinement qui, d’une certaine façon, leur permet d’aller de l’avant, car, au fil des années, ils se libèrent des contraintes sociales qui pesaient sur eux et s’ouvrent à d’autres façons de penser et de vivre pour s’intégrer dans la société qui les accueille. Le choix de la nationalité espagnole faite par nombre d’entre eux, lesquels restent toujours Péruviens de cœur, cache aussi désormais une partie de la réalité numérique de cette communauté. Paseador de perros témoigne de la vie d’un immigrant clandestin à Madrid et des difficultés qu’il rencontre pour survivre et se loger, ainsi que de ses désillusions. Néanmoins, le parcours du protagoniste aide le lecteur à découvrir la face cachée de la capitale et de sa périphérie. L’expérience vitale qui se joue dans ce roman, même si elle est désenchantée, ne renvoie pas l’image négative de la migration qui s’impose à la lecture des romans équatoriens de même thématique67.

Haut de page

Notes

1 Le taux d’inflation est de 62,9 % en 1986, 114,5 % en 1987 (Banco Central de Reserva del Perú, Memoria al 31 de diciembre de 1987, Lima, bcrp, 1987, p. 21), de 1 722,3 % en 1988 (Banco Central de Reserva del Perú, Memoria al 31 de diciembre de 1988, Lima, bcrp, 1988, p. 18), de 2 775,3 % en 1989 et de 7 650 % en 1990 (Banco Central de Reserva del Perú, Memoria al 31 de diciembre de 1990, Lima, bcrp, 1990, p. 19).

2 Banco Central de Reserva del Perú, Memoria al 31 de diciembre de 1990, op. cit., p. 9.

3 Omar de León Naveiro, Crisis económica y Estado de derecho en Perú, Madrid, Editorial Fundamentos, 1995, p. 32.

4 En 1991, le taux de pauvreté était de 55,1 % et la pauvreté extrême touchait 24,2 % des Péruviens. Vicente Albornoz, Cecilia Durán, et alii, Pobreza, desigualdad de oportunidades y políticas públicas en América Latina, Río de Janeiro, sopla, Fondation Konrad Adenauer, 2012, p. 138.

5 Voir à ce sujet notre article : Nicole Fourtané, « Le réalisme populaire au quotidien. Vers l’émergence d’un nouveau modèle de société au Pérou ? », in América. Cahiers du CRICCAL, Paris, Presses de La Sorbonne Nouvelle, 4e trimestre 2000, p. 19-27.

6 Entre 2001 et 2010, la population urbaine en âge de travailler augmente de 2,2 % par an en moyenne mais la qualité des emplois ne suit pas. Le sous-emploi touche, en 2010, 37,8 % de la population active et le travail informel concerne, en 2011, 71,5 % de la population occupée. María Luisa Setién, et alii, Migrantes peruanos a Canadá, Chile y España. Ciudadanía y redes familiares transnacionales, Bilbao, Universidad de Deusto, 2015, p. 114-116.

7 Idem, p. 99-100, 115-166 ; Organización Internacional para las Migraciones (oim), Perfil migratorio del Perú 2012, Lima, oim, 2012, p. 79-81.

8 Congreso de la República, «Ley N° 30001», El Peruano, Lima, jueves 14 de marzo de 2013.

9 À titre d’exemple, en 2012, 10 946 Péruviens ont quitté l’Espagne, alors que 5 795 y sont arrivés. Parallèlement, 574 Espagnols sont revenus du Pérou et 1 248 y sont partis. Tout permet de penser que ces derniers sont des Péruviens qui ont acquis la nationalité espagnole et sont rentrés au pays d’origine avec leurs enfants nés en Espagne (Instituto Nacional de Estadística (ine), Notas de prensa, n° 788, 25 de junio de 2013, p. 7, 11, 14). Entre le 1er janvier 2013 et le 1er janvier 2014, la communauté péruvienne résidant en Espagne a perdu 26 056 membres passant de 109 609 à 83 583 personnes (ine, Notas de prensa, n° 854, 30 de junio de 2014, p. 4).

10 Entre 2006 et 2016, 7 304 000 Péruviens ont cessé d’être pauvres. En 2016, le pays ne compte plus que 20,7 % de pauvres, dont 13,9 % en zone urbaine et 11 % à Lima. 93,4 % des pauvres travaillent dans le secteur informel. Instituto Nacional de Estadística e Informática (inei), Evolución de la pobreza monetaria en el Perú, 2016, Lima, inei, mayo de 2017, p. 19, 21, 34.

11 Banco Mundial, «Gasto público en educación, total (% del pib)», Datos 2015, consulté le 20/04/2018, https://datos.bancomundial.org/indicador/SE.XPD.TOTL.GD.ZS?locations=PE

12 Banco Mundial, «Gasto en salud, total (% del PIB)», Datos 2014, consulté le 20/04/2018, https://datos.bancomundial.org/indicador/SH.XPD.TOTL.ZS?locations=PE

13 María Luisa Setién, et alii, Migrantes peruanos…, op. cit., p. 81.

14 Andrés Tornos, Rosa Aparicio, et alii, Los peruanos que vienen, Madrid, Editorial Universidad Pontificia de Comillas, 1997, p. 13.

15 María Asunción Merino Hernando, Historia de los inmigrantes peruanos en España. Dinámicas de exclusión e inclusión en una Europa globalizada, Madrid, csic, 2002, p. XXXVII.

16 Jefatura de Estado, «Ley Orgánica 7/1985, de 1 de julio, sobre derechos y libertades de los extranjeros en España», B.O.E., n° 158, 3 de julio de 1985.

17 Ainsi, en 1996, seules 18 demandes ont été présentées et accordées ; en 1997, 445 ont été satisfaites sur les 854 déposées et, en 1998, 434 ont été autorisées sur les 475 sollicitées (Ministerio de Empleo Y Seguridad Social, Anuario estadístico de extranjería, Madrid, Secretaría general de Inmigración e Emigración, 1996, Tabla I.12 ; 1997, Tabla I.14 ; 1998, Tabla I.17, disponibles sur : http://extranjeros.empleo.gob.es/es/ ObservatorioPermanenteInmigración/Anuarios). En 2017, pour le regroupement du conjoint, l’Espagne exige l’apport de 799 euros et 266 euros pour chaque membre supplémentaire (legalteam, «En este año 2017, España sigue exigiendo la misma cantidad de dinero de la que deben valerse los extranjeros que quieran reagrupar a sus familiares», 27 de octubre de 2017. Disponible sur http://legalteam.es/lt/en-este-ano-2017-espana-seguira-exigiendo-la-misma-cantidad-de-dinero-de-la-que-deben-valerse-los-extranjeros-que-quieran-reagrupar-a-sus-familiares/).

18 Asunción Merino Hernando, La inmigración peruana a España: motivos, momentos y formas de ingreso en los noventa, en línea, sin fecha, p. 8, disponible sur http://e-spacio.uned.es/fez/eserv.php?pid=bibliuned:500383 -Articulos-4100&dsID=Documento.pdf.

19 María Asunción Merino Hernando, Historia de los inmigrantes peruanos…, op. cit., p. 162.

20 Jefatura de Estado, «Ley Orgánica 18/1990 de 17 de diciembre, sobre reforma del Código civil en materia de nacionalidad», B.O.E., n° 302, 18 de diciembre de 1990.

21 Selon nos calculs, basés sur les chiffres fournis par l’Observatorio Permanente de la Inmigración, entre 1994 et 2016, 121 275 Péruviens ont choisi de devenir Espagnols et se sont ainsi mis à couvert des risques inhérents à leur statut d’étrangers (Andrés Tornos, Rosa Aparicio, et alii, Los peruanos que vienen, Madrid, Editorial Universidad Pontificia de Comillas, 1997, p. 52 pour l’année 1994 ; Ministerio de Empleo Y Seguridad Social, Concesiones de nacionalidad española por residencia. Resultados 1996-2016. Disponible sur http://extranjeros.empleo.gob.es/es/Estadisticas/operaciones/concesiones.index.html.

22 Jefatura de Estado, «Ley Orgánica 4/2000, de 11 de enero, sobre derechos y libertades de los extranjeros en España y su integración social», B.O.E, n° 10, 12 de enero de 2000. Cette loi présentée par le gouvernement conservateur de José María Aznar, qui n’a pas dans la première législature (1996-2000) la majorité au Parlement (156 sièges sur 350), a été votée par tous les partis politiques, à l’exception du sien, le Partido Popular qui s’est abstenu. Ceci explique qu’elle soit considérée par les Espagnols comme une mesure adoptée par les socialistes.

23 Jefatura de Estado, «Ley Orgánica 8/2000, de 22 de diciembre, de reforma de la Ley Orgánica 4/2000, de 11 de enero, sobre derechos y libertades de los extranjeros en España y su integración social», B.O.E, n° 307, 23 de diciembre de 2000.

24 Daniela Vono de Vilhena, ¿Preferidos y favorecidos? El proceso de asentamiento de la población latinoamericana en España, Barcelona, Universitat Autónoma de Barcelona, 2010, p. 169.

25 Ministerio de Empleo y Seguridad Social, Retorno voluntario productivo 2009-2016, disponible sur http://extranjeros.empleo.gob.es/es/Retorno_voluntario/datos/4_Retorno_voluntario_productivo.pdf ; Retorno voluntario Atención social 2009-2016, Disponible sur http://extranjeros.empleo.gob.es/es/Retorno_voluntario/ datos/2_Atencion_social_por _anualidades_y_paises_de_retorno.pdf.

26 Ministerio de Empleo y Seguridad Social Anuario de Estadísticas Laborales, Inmigración y emigración, Demandantes de empleo extranjeros, Prestaciones por desempleo extranjeros. Disponible sur http://www.empleo.gob.es/es/estadisticas/contenidos/anuario.htm.

27 À Madrid, le rmi est fixé en 2018 à 400 euros pour une personne seule, 512,67 euros pour deux personnes et 587,78 euros pour trois personnes. Le montant maximum peut atteindre 735,90 euros. Comunidad de Madrid, Renta Mínima de Inserción, Año 2018, disponible sur http://www.madrid.org/cs/Satellite?c= CM_InfPractica_FA&cid=1142614927563&language=es&pagename=ComunidadMadrid%2FEstructura&pv=135436840903.

28 María Luisa Setién, et alii, Migrantes peruanos…, op. cit., p. 263-271.

29 ine, Migraciones exteriores. Flujo de emigración por año, país de destino y nacionalidad (española/extranjera), 2008-2016, disponible sur http://ine.es/jaxiT3/Tabla.htm?t=24303&L=0.

30 ine, Notas de prensa. Cifras de población a 1 de enero de 2017. Migraciones 2016. Datos provisionales, 29 de junio de 2017, p. 10.

31 Jefatura de Estado, «Ley Orgánica 2/2009, de 11 de diciembre, de reforma de la Ley Orgánica 4/2000, de 11 de enero, sobre derechos y libertades de los extranjeros en España y su integración social», B.O.E., n° 299, 12 de diciembre de 2009.

32 Ministerio de Empleo y Seguridad Social, Anuario estadístico de extranjería, op. cit., 1997, Tabla I.II.

33 ine, Migraciones exteriores. Flujo de inmigración procedente del extranjero por año, sexo, grupo de edad y nacionalidad (española/extranjera) y país de nacimiento en relación con el país de origen, 2008-2016, disponible sur : http://www.ine.es/jaxi/Tabla.htm?path= /t20/p277/prov/e01/l0/&file=01005.px&L=0, Tabla 2-4287.s.

34 ine, Notas de prensa, n° 854, 30 de junio de 2014, p. 8.

35 inei, oim, Perú. Estadísticas de la Emigración Internacional de Peruanos e Inmigración de Extranjeros 1990-2015, Lima, oim, 2016, p. 180.

36 ine, Notas de prensa, n° 854, 30 de junio de 2014, p. 4.

37 Ministerio de Empleo y Seguridad Social, Concesiones de nacionalidad española por residencia, Resultados 2013, op. cit.

38 Andrés Tornos, Rosa Aparicio, et alii, Los peruanos que vienen, op. cit., p. 33.

39 María Asunción Merino Hernando, Historia de los inmigrantes peruanos…, op. cit., p. XXXVI.

40 inei, oim, Perú. Estadísticas de la Emigración…, op. cit., p. 21.

41 María Asunción Merino Hernando, Historia de los inmigrantes peruanos…, op. cit., p. 66-105.

42 Ministerio Del Interior, Anuario estadístico 1993-2, Madrid, Ministerio de Justicia e Interior, 1993, p. 94, 96, disponible sur http://www.interior.gob.es/documents/642317/1830179/AEM_1993_2.pdf/6f0e0d79-2fd9-4906-b68b-416ba2380687.

43 Luis Eduardo Thayer Correa, La expropiación del tiempo y la apropiación del espacio. La incorporación de los inmigrantes latinoamericanos a la Comunidad de Madrid, Madrid, Universidad Complutense, 2009, p. 73.

44 María Luisa Setién, et alii, Migrantes peruanos…, op. cit., p. 83.

45 Andrés Tornos, Rosa Aparicio, et alii, Los peruanos que vienen, op. cit., p. 35-36.

46 Raquel Martínez Buján, La reciente inmigración latinoamericana a España, Santiago de Chile, cepal, eclac, mayo de 2003, Serie Población y desarrollo 40, p. 40.

47 ine, Población residente por fecha, sexo, grupo de edad y nacionalidad, Perú, Mujeres, Hombres, 1 de enero de 2017, disponible sur http://www.ine.es/jaxiT3/Tabla.htm?t=9674.

48 María Asunción Merino Hernando, Historia de los inmigrantes peruanos…, op. cit., p. 157-160.

49 Ministerio de Empleo y Seguridad Social, Anuario estadístico de extranjería, op. cit., 2003, Nacimientos, Tabla XII.9, p. 539.

50 ine, Migraciones exteriores. Flujo de inmigración…, op. cit., calculs personnels à partir des données annuelles.

51 Ces chiffres correspondent donc à l’année 2009, année qui a connu la population péruvienne maximale à Madrid : 64 551 pour la Communauté de Madrid et 41 189 pour la ville elle-même. Comunidad de Madrid, Informe demográfico de la población extranjera en la Comunidad de Madrid. Enero 2010, Comunidad de Madrid, Observatorio de Inmigración/Centro de Estudios y Datos, 2010, p. 332, 333, 340.

52 Luis Eduardo Thayer Correa, La expropiación del tiempo…, op. cit., p. 74-75.

53 Andrés Tornos, Rosa Aparicio, et alii, Los peruanos que vienen, op. cit., p. 79-82.

54 Ministerio de Empleo y Seguridad Social, Extranjeros con autorización de estancia por estudios en vigor según nacionalidad y lugar de residencia, 1996-2017, Tabla I, disponible sur http://extranjeros.empleo.gob.es/es/Estadisticas/operaciones/con-autorizacion/index.html.

55 María Asunción Merino Hernando, Historia de los inmigrantes peruanos…, op. cit., p. XVII.

56 Ministerio de Trabajo, Secretaría de Estado de Inmigración y Emigración, Anuario estadístico de inmigración 1996-2009, Madrid, Observatorio Permanente de la Inmigración, 1996, p. 20, 29 ; 1997, p. 31. Disponible sur : http://extranjeros.empleo.gob.es/es/ObservatorioPermanenteInmigracion/Anuarios/index.htm.

57 Comunidad de Madrid, Informe de población de origen extranjero empadronada en la Comunidad de Madrid. Enero de 2016, Comunidad de Madrid, Observatorio de Inmigración – Centro de Estudios y Datos, 2016, p. 15.

58 Institut d’estadística de Catalunya, Ampliació de resultats de la población estrangera 2000-2017, années 2009 et 2017, disponibles sur https://www.idescat.cat/poblacioestrangera/?b=0.

59 Colectivo Ioé, Mercedes Fernández, Encuesta Nacional de Inmigrantes 2007: el mercado de trabajo y las redes sociales de los inmigrantes, Madrid, Ministerio de Trabajo e Inmigración, 2007, p. 167.

60 Luis Eduardo Thayer Correa, La expropiación del tiempo…, op. cit., p. 92.

61 María Asunción Merino Hernando, Historia de los inmigrantes peruanos…, op. cit., p. 173.

62 Ministerio de Trabajo, Secretaría de Estado de Inmigración y Emigración, Anuario estadístico de inmigración…, op. cit., 1996, Tabla V. 9.

63 Ministerio de Empleo y Seguridad Social, Trabajadores extranjeros afiliados a la Seguridad Social en alta laboral según sector de actividad, por país de nacionalidad, aex, 2016, aex 4, 5, 6, disponible sur http://www.empleo.gob.es/es/estadisticas/anuarios/2016/AEX/AEX.pdf.

64 María Luisa Setién, et alii, Migrantes peruanos…, op. cit., p. 261-265.

65 Luis Eduardo Thayer Correa, La expropiación del tiempo…, op. cit., p.133, 150-151.

66 Sergio Galarza, Paseador de perros (2008), Barcelona, Candaya Editorial, 2009. Toutes les citations renvoient à cette édition. Dorénavant, nous citons la page du roman en la mettant entre parenthèses dans le texte.

67 Nicole Fourtané, « Équatoriennes et Équatoriens en quête d’une vie meilleure en Espagne au prisme de la littérature », in Laurence Denooz, Sylvie Thiéblemont-Dollet, Déplacements, publics, Nancy, pun, Éditions de l’Université de Lorraine, 2017, p. 319-331.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicole Fourtané, « L’émigration péruvienne en Espagne entre 1985 et 2017 : de la réalité à la fiction », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 21 | 2018, mis en ligne le 13 janvier 2019, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ccec/7742 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccec.7742

Haut de page

Auteur

Nicole Fourtané

Professeur émérite, LIS, Université de Lorraine

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université d'Angers
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search