Navigation – Plan du site

AccueilCahiers de civilisation espagnole...22Éditorial

Éditorial

Manuelle Peloille
Traduction(s) :
Editorial

Texte intégral

1Si les Cahiers de civilisation espagnole contemporaine ont vocation à faire place aux miscellanées, afin de respecter le principe de liberté académique, exceptionnellement dans ce numéro, la rubrique « Études » est constituée d’un dossier consacré à la bande dessinée et au roman graphique portant sur la Guerre Civile et ses suites. Tout est parti d’un séminaire d’étude organisé par le laboratoire 3L.AM en mars 2018 à Angers, auquel ont participé Pierre-Alain de Bois, Silvina Campo, Michel Matly et Olivier Ruaud. Après une présentation synthétique de Michel Matly, qui a étudié de manière exhaustive, sous la direction de Viviane Alary, la bande dessinée autour de la Guerre d’Espagne, et qui a publié en 2018 l’ouvrage de référence El cómic sobre la Guerra Civil chez Cátedra, Silvina Campo, auteure d’une thèse en histoire Le PCF et les usages du passé résistant (1944-1974), nous a proposé une étude comparative entre la bande dessinée espagnole et française lors des deux guerres de 1936-1939 et 1939-1945. Vinrent ensuite deux études de cas : les œuvres de Carlos Giménez, qui ont fait l’objet de la thèse récemment soutenue de Pierre-Alain de Bois, à paraître en Espagne d’une part ; les Historiciclos de Forges, satire de l’Espagne franquiste et des inerties de la Transition, d’autre part, avec le travail d’Olivier Ruaud. Leurs contributions furent la base de ce dossier, qui est disposé comme suit : trois travaux synthétiques précèdent quatre études de cas.

2Entre mars 2018 et aujourd’hui nous sont parvenues trois autres contributions, que nous avons acceptées. Deux envisagent les bandes dessinées autour de la Guerre Civile et du franquisme sous l’angle de l’histoire des femmes : Francesca Crippa propose un panorama, tandis que Vanessa Auroy étudie le diptyque d’Altarriba et Kim, El arte de volar et El ala rota. La troisième, due à Benoît Mitaine, se centre sur la répression dans les adaptations des mémoires de Pablo Uriel et Miguel Núñez. L’ensemble de ces contributions que nous proposons au lecteur, curieux éclairé, candidat aux concours ou chercheur, aborde la question de la reconnaissance de l’art bédéistique et de son statut, aux croisées du témoignage, de l’engagement et de l’histoire. Cette dernière apparaît à la lecture du dossier comme un matériau, en même temps que la bande dessinée participe de la mémoire collective transmise entre les générations. Ces travaux offrent des éléments de périodisation de la représentation de la guerre et de la récupération de la mémoire des vaincus, montrant que la bande dessinée suit un cheminement proche de celui de l’historiographie, avec les mêmes périodes de silence et d’inflation mémorielle. La figure féminine, étudiée spécifiquement, y est envisagée non comme auteure mais comme personnage, le plus souvent adjuvant des héros ou antihéros masculins, même si, comme le souligne Francesca Crippa à la fin de son article, la représentation de la femme est hétérogène.

3Les résumés de thèses et de travaux inédits peuvent toujours être adressés à la rédaction, ainsi que des propositions libres de comptes rendus.

4La rédaction souhaite à nos lecteurs un été fécond et reposant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuelle Peloille, « Éditorial », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 22 | 2019, mis en ligne le 14 juillet 2019, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/ccec/7902

Haut de page

Auteur

Manuelle Peloille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université d'Angers
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search