Navigation – Plan du site

AccueilCahiers de civilisation espagnole...22ÉtudesLa bande dessinée revendicative e...

Études

La bande dessinée revendicative et mémorielle de Carlos Giménez

Carlos Giménez's protest and memorial comic strip
El comic reivindicativo y memorial de Carlos Giménez
Pierre-Alain de Bois

Résumés

Cet article s’intéresse à l’auteur espagnol de bande dessinée Carlos Giménez, et propose une analyse de trois de ses principales œuvres « revendicatives et mémorielles », Paracuellos, Barrio et 36-39 : Malos Tiempos. L’étude permettra de montrer comment Carlos Giménez a usé de cet art séquentiel qu’est la BD pour mettre en mots et en images des souvenirs douloureux liés à la Guerre Civile et à ses conséquences, et comment, avec le temps, l’auteur est passé d’une écriture de la dénonciation à une écriture de la mémoire, qu'il semble vouloir aujourd’hui transmettre aux générations futures.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Citons entre autres prix, celui de la meilleure œuvre et du meilleur scénario pour Paracuellos 3, r (...)

1Carlos Giménez, né en 1941 à Madrid, est l’un des dessinateurs et scénaristes les plus importants en Espagne, dont une grande partie de l’œuvre constitue un témoignage précieux de plus de cinquante ans d’Histoire en Espagne, depuis la Guerre Civile jusqu’à la Transition démocratique. Son talent est aujourd’hui unanimement consacré. En témoignent les nombreux prix qu’il a obtenus1, en Espagne comme ailleurs, parmi lesquels le Prix du patrimoine du célèbre Festival d’Angoulême en 2010 pour l’une de ses œuvres les plus connues, Paracuellos. Cette série retrace son enfance passée dans les foyers l’Auxilio Social, l'assistance publique espagnole pendant le franquisme, sous coupe de la Phalange, auquel il sera fait référence plus avant dans cet article.

2Doté d’un style immédiatement reconnaissable, avec ce trait, qui oscille entre le réalisme et la caricature, et surtout ce graphisme en noir et blanc si caractéristique, Carlos Giménez est devenu une référence incontournable pour qui s’intéresse au 9e art, qui dépasse le cadre espagnol. En outre, il est l’un des précurseurs en Espagne de la bande dessinée pour adultes, pouvant même être considéré comme un pionnier en matière de bande dessinée autobiographique, et plus largement de bande dessinée testimoniale, dénonciatrice, et mémorielle.

  • 2 Les trois séries que nous avons choisi de traiter ici ont été traduites en français, chez Audie-Flu (...)
  • 3 Pour un accès aisé à ces albums, nous ne renvoyons pas ici aux premières éditions, chez De la Torre (...)

3L’analyse de trois de ses principales œuvres « revendicatives et mémorielles »2, que constituent Paracuellos, Barrio et 36-39 : Malos Tiempos3, permettra de montrer comment Carlos Giménez a usé de cet art séquentiel qu’est la BD pour mettre en mots et en images des souvenirs douloureux liés à la Guerre Civile et à ses conséquences.

4Nous verrons également comment, avec le temps, l’auteur est passé d’une écriture de la dénonciation à une écriture de la mémoire, qu'il semble vouloir aujourd’hui transmettre aux générations futures.

Paracuellos, une œuvre pionnière en matière de bande dessinée autobiographique

  • 4 L’assistance publique sous le franquisme.

5L’enfance douloureuse que Carlos Giménez a passée dans les orphelinats de l’Auxilio Social4, puis son adolescence non moins difficile dans le Madrid des années cinquante, le marqueront à jamais et constitueront pendant longtemps un traumatisme dont il aura du mal à se défaire. Il s’agit là d’une réalité que l'auteur a vécue personnellement et qui l’a indéniablement marqué, comme tant d’autres Espagnols, et qu’il souhaite faire connaître pour la dénoncer. C’est donc ce qu’il va faire après la mort de Franco, d’abord dans Paracuellos, puis dans Barrio, que nous évoquerons plus loin. En effet, les changements politiques induits par la mort du dictateur marqueront un tournant dans la carrière de Carlos Giménez : si, tout au long des années 60-70, il s'était essentiellement consacré à la BD pour enfants, il va dès lors pouvoir dessiner une œuvre véritablement personnelle, à la fois revendicative et mémorielle, dans laquelle il va exprimer les traumatismes qu’il a vécus durant son enfance. Des albums qui sont représentatifs d’un auteur aux prises avec le franquisme qui lui a gâché une bonne partie de sa vie.

6Paracuellos fait alors de l’auteur madrilène un précurseur en matière de bande dessinée autobiographique, voire même un pionnier de la mémoire historique de l’après-guerre, même si à la fin des années 70, le terme n’existait bien entendu pas encore, et dont le jeune Giménez qui écrivait les histoires de Paracuellos n’avait pas conscience ; ce n'est qu'avec les années que le témoignage prend sens, comme le suggère Maurice Halbwachs :

  • 5 Maurice Halbwachs, La mémoire collective, Paris, PUF, 1967 [1950], p. 39.

C'est du souvenir lui-même, c'est autour de lui, que nous voyons en quelque sorte rayonner sa signification historique. Nous savions bien, par l'attitude des grandes personnes en présence du fait qui nous a frappés, qu'il méritait d'être retenu. Si nous nous en souvenons, c'est parce que nous sentions qu'autour de nous on s'en préoccupait. Plus tard, nous comprendrons mieux pourquoi. Le souvenir, au début, était bien dans le courant, mais il était retenu par quelque obstacle, il restait trop au bord, pris dans les herbes de la rive5.

  • 6 Nous renvoyons au livre d’Elvire diaz, dans lequel l’auteure recense environ 70 romans. Oubli et mé (...)

7Le fait de revenir sur son propre passé, encore si proche, pour le dénoncer, était quelque chose que l'on pouvait déjà observer à l'époque dans le cinéma et la littérature6, mais le faire en bande dessinée était en revanche beaucoup plus rare ; c'est ce qui fait d'ailleurs toute l'originalité de Carlos Giménez.

  • 7 [des histoires en minuscule]
  • 8 Roselyne mogin–martin, « Carlos Giménez

8Ici, le point de départ, c’est son expérience personnelle : l’auteur part de sa propre biographie, qu’il met au service de la dénonciation. À cet égard, il insiste sur l’authenticité des histoires narrées dans la série. Il ne prétend pas faire une œuvre d’historien à propos de tout ce qui a pu se passer dans ces foyers, mais plutôt laisser une trace de ce que lui-même appelle ces « historias pequeñas »7, autrement dit une version limitée mais sincère des faits, à partir de la « reconstitution de sa mémoire personnelle »8. En résumé, il s’agit bien pour Giménez de cristalliser ses souvenirs d’enfance et les péripéties de l’enfant de la guerre qu’il a été, et de mettre en mots et en images des souvenirs douloureux qu’il lui avait été pendant longtemps impossible de raconter. Ce pacte d'authenticité et de sincérité contribue à l'adhésion du lecteur.

  • 9 Aujourd’hui composée de 8 albums. On distingue trois périodes de création, avec les deux premiers t (...)

9La série Paracuellos9 est avant tout le témoignage d’un survivant qui ne veut en aucun cas oublier les souffrances, les brimades et les sévices que lui-même et ses camarades d’infortune ont subi au cours de ces années passées dans les orphelinats de l’Auxilio Social, soumis à une éducation fondée sur la religion et l’instruction militaire. Car ce que Carlos Giménez prétend évoquer tout au long des histoires, c’est précisément l’atrocité des conditions de vie au sein d’une institution qui, dévoyant sa mission de protection, se fit le relais du pouvoir dictatorial. Des conditions qui s’apparentent littéralement à une véritable torture ; torture que devaient endurer les enfants, victimes de maltraitance physique et morale : l’isolement, la séparation familiale, le froid, la faim, sans oublier la discipline de fer à laquelle ils étaient soumis, faite de punitions et autres châtiments, sont omniprésents, et la violence y est institutionnalisée et sert les adultes dans l’asservissement, l’endoctrinement et l’instrumentalisation des enfants qui leur étaient confiés, et qu'il dessine sous un jour attachant. La série s'inscrit, plus largement, dans la représentation de l'orphelinat à la période cruciale de l'après-guerre.

  • 10 « La obra nacional de Auxilio Social », prologue écrit par Antonio martín, repris pour la réédition (...)

10Par cette dénonciation, l'auteur veut aussi contrecarrer et discréditer la propagande franquiste, et l'image que le régime a voulu donner à ces foyers, comme on le voit sur les photos d’époque vantant les mérites de l’institution, reproduites dans le paratexte du second volume de Paracuellos10.

  • 11 « La visita », Paracuellos, Barcelone, Ediciones Glénat, « Colección Carlos Giménez », 1999, p. 8.

11Il suffit d’analyser une planche de Paracuellos, par exemple l’une des toute premières histoires de l’album, intitulée « La Visita »11, pour se rendre compte à quel point Giménez réussit à nous plonger dans cet univers, jusqu’à parfois créer un certain mal-être chez le lecteur :

  • 12 Sur la création de l’Auxilio Social, et le rôle de la Sección Femenina de la Phalange, nous renvoyo (...)
  • 13 [Tuer le dragon de la faim]

12Dans cette histoire, le petit Elías commet l’erreur de dire à la Delegada de la Sección Femenina12, venue faire une visite d’inspection du foyer, qu’il voudrait bien un autre verre de lait. Terrible affront envers l’institution, puisque cela sous-entend que les enfants n’y mangeraient pas à leur faim… Ce qui apparaît d’autant plus inadmissible au regard de la devise de l’Auxilio Social, qui était précisément : « Matar el dragón del hambre »13, amplification de l'expression espagnole « tuer le petit ver de la faim », et référence au Saint Patron de la Couronne d'Aragon, Saint Georges. Une fois la Déléguée partie, la surveillante en chef obligera le petit garçon à boire, jusqu’à se rendre malade et tout vomir, devant le regard hébété de ses camarades affamés.

  • 14 L’espace entre les cases.

13Ce qui saute aux yeux tout d’abord, c’est la densité des pages, composées de vingt vignettes scrupuleusement disposées en quatre bandes de cinq cases. Un aspect compact qui contribue à renforcer l’atmosphère étouffante du récit. Des vignettes alignées, sans le moindre espace intericonique14, tel un régiment prêt à défiler, telle une illustration métaphorique de l’éducation paramilitaire que recevaient les enfants dans les foyers. Au final, ce sont quarante vignettes, disposées de manière similaire sur deux pages, qui s’avèrent être un condensé d’oppression et de cruauté, dans lesquelles les enfants sont représentés tels des détenus.

  • 15 Le tremendismo est une esthétique littéraire apparue dans la littérature espagnole au milieu du XXe (...)

14L’expressivité des visages sert également à renforcer cet étouffement, cette vision tremendista15 et oppressante que le lecteur, parfois obligé de s’arrêter de lire pour reprendre son souffle, peut ressentir à la lecture de Paracuellos. L’expression des sentiments joue un rôle essentiel dans le déroulement de la série : la peur, la tristesse, la déception, la souffrance sont mises en avant par l’utilisation fréquente du gros plan, notamment sur les visages des enfants et sur leurs yeux, en opposition aux expressions menaçantes de haine qui émanent des visages irascibles des instructeurs, censés pourtant les protéger et les éduquer. Le portrait qui nous est fait des adultes, tant les hommes que les femmes, apparaît donc en opposition totale avec les qualités requises au départ pour diriger ces foyers et attribuées par la propagande franquiste : une vocation maternelle ou paternelle, et l'amour des enfants…

15Les enfants sont la réduplication des adultes, puisqu'ils finissent par reproduire à leur échelle ce système coercitif dont ils sont victimes. D’ailleurs, c’est ce que n’hésite pas à montrer Giménez, dans sa volonté de dénoncer la perversion d’un système qui embrigade et avilit les plus jeunes. Ainsi, certaines histoires illustrent davantage ces relations horizontales, des enfants entre eux, que les relations verticales avec les adultes :

  • 16 Cf note de bas de page n°7.
  • 17 Le titre qu’a donné à son livre l’écrivaine et historienne espagnole Ángela cenarro est à cet égard (...)
  • 18 Ángela cenarro, Los niños…, op. cit., p. 267-268.
  • 19 [le visage aimable du régime de Franco]

16Lorsque Giménez reprendra la série vingt ans plus tard16, celle-ci aura tendance à se distendre, tant sur le fond que sur la forme, reflet d’un auteur qui a su se libérer du traumatisme qui le tourmentait jusqu'alors. Le rapport au souvenir n’est en effet plus tout à fait le même dans les suites de Paracuellos. La distance temporelle a sans doute influencé un certain changement dans la vision personnelle que l’auteur pouvait avoir sur son passé. Ainsi, à la dénonciation initiale très forte semble s’être substitué « une volonté de ne pas oublier, et de reconstruire, plus que de véritablement dénoncer ». Cependant, le dramatisme de Paracuellos reste toujours très fort, d’autant plus que le lecteur sait que cela a existé, et que les situations qui y sont décrites ont été vécues, de près ou de loin, par l’auteur et d’autres enfants de sa génération17. En outre, nombre de lecteurs avouent avoir lu avec émotion la bande dessinée et s’être reconnus dans les personnages de fiction représentés et dans les situations décrites dans les histoires, souvent terribles, des premiers albums, et « ont [ainsi] pris conscience de partager une identité commune »18. La série constitue donc bien la récupération d’une histoire personnelle et plurielle à la fois, de personnes qui ont des souvenirs en commun. Il s’agit d’un témoignage qui sait susciter l'émotion chez le lecteur, et qui efface complètement les images idylliques que la propagande franquiste a voulu donner à l’Auxilio Social, une institution longtemps perçue comme « la cara amable del régimen de Franco »19.

Barrio : une chronique de la réalité de l’après-Guerre Civile vue par un adolescent

  • 20 Revue transgressive et engagée créée en 1973, qui aborde de manière critique l’actualité de l’Espag (...)
  • 21 Roselyne mogin–martin, « Carlos Giménez
  • 22 Comme nous avons pu l’observer pour Paracuellos, la série Barrio comporte elle aussi deux périodes (...)

17Alors qu’il poursuit sa série Paracuellos, Giménez entame Barrio, qu’il publie, histoire après histoire, dans la revue satirique El Papus20, entre octobre 1977 et mai 1978. Le lien entre Paracuellos et Barrio est évident et, même s’ils sont présentés comme indépendants, tous deux sont « construits en interaction »21, autour des souvenirs ou des réflexions personnelles d’un auteur qui porte un regard rétrospectif sur son propre passé, Barrio22 se voulant au départ la suite de Paracuellos. Il s’agit pour les deux albums d’une écriture liée, pour l’une à son enfance, pour l’autre à son adolescence.

18Au terme de ces huit longues années passées dans les foyers de l’Auxilio Social, années qui ont été pour lui un enfer, Carlos Giménez rejoint sa famille, à Madrid, et retrouve le quartier de son enfance où il va pouvoir passer toute son adolescence.

  • 23 « Un retrato sociológico de un tiempo concreto de nuestra historia », Antoni guiral, Homenaje a Car (...)
  • 24 « Una mañana de domingo », Barrio, Barcelone, Ediciones Glénat, « Colección Carlos Giménez », 2005, (...)

19Le retour à Madrid signifie pour lui retrouver une certaine forme de liberté ; commence alors en quelque sorte pour lui la vraie vie. Débutent ce que seront, tant d’un point de vue personnel que narratif, les années d’apprentissage de l’auteur, marquées par des moments douloureux mais aussi des moments de joie partagée avec les amis du quartier. Barrio reflète l’initiation d’un personnage en devenir qui se construit, qui récupère aussi le temps perdu dans les foyers, et qui tente d’appréhender un environnement, celui de l’Espagne des années cinquante, qui s’avère plutôt hostile. En effet, plus de dix ans après la fin de la Guerre Civile, bon nombre d’Espagnols sont encore touchés de plein fouet par les difficultés matérielles, la faim, la maladie, la privation de liberté et le manque généralisé de tout. Dans Barrio, l’auteur reconstruit pas à pas ce que Carlos adolescent a vécu, toujours via le prisme de Carlines, qui sert de fil rouge aux différentes histoires. Giménez revient sur ce passé avec une vision amère, désabusée et très critique, nous offrant un « un portrait sociologique »23 d’une époque bien grise, une sorte une chronique de la réalité de ce quartier où il a grandi avec ses traditions et ses coutumes. Il y dépeint la société de cette Espagne de l’après-guerre, lorsqu’il existait encore une culture populaire de la rue et du quartier, et fait évoluer des personnages qui, au-delà des archétypes qu’ils incarnent, racontent la vie quotidienne des classes populaires. Il s’agit là d’anecdotes qui font l’histoire silencieuse d’un pays. C’est d’ailleurs cette mise en scène du quotidien, ce côté pittoresque, costumbrista, qui permet d’adoucir quelque peu parfois la dénonciation, même si dans les rues de Madrid règnent la famine, la pauvreté, le manque généralisé de tout ; des rues où les passants croisent vendeurs ambulants, mendiants, prostitués et autres mutilés de guerre en train de faire la manche24, comme on le voit dans un extrait de l’épisode intitulé « Una mañana de domingo » :

  • 25 Voir le prologue de Paracuellos 6, « Por si a alguien le interesa », Barcelone, Ediciones Glénat, « (...)

20La capitale espagnole ainsi recomposée permet à l’auteur de faire revivre une histoire qui n’est pas si lointaine. C’est l’histoire de l’auteur mais c’est aussi celle des Espagnols au sens large, comme on peut la trouver dans la Crónica sentimental de España de Manuel Vázquez Montalbán, dans les films de Berlanga ou les photographies de Ramón Masats. Les histoires sont le fruit d’une mémoire collective de tous ces enfants de la Guerre, mais pas seulement, car, à la différence de Paracuellos, les protagonistes ne sont plus exclusivement des enfants, on trouve aussi des adultes. Ce sont donc plusieurs générations entières d’Espagnols, ayant vécu la « posguerra », qui peuvent se retrouver dans Barrio. N’oublions pas que nous ne sommes plus dans le milieu carcéral de l'internat de l’Auxilio Social mais dans un milieu ouvert, « normal », pour reprendre l’adjectif employé par Giménez lui-même25. Dans les rues de Madrid, se côtoient hommes et femmes, jeunes ou moins jeunes. C’est donc plus largement aussi leur mémoire que l’auteur transmet dans Barrio. Il s’agit d’une mémoire qui, dans le cas précis de l’auteur, a sans doute été déformée au fil du temps, car tributaire des souvenirs d’enfance qui sont par définition fugaces et parfois empreints d’une certaine nostalgie.

  • 26 « Paja », Barrio 2, Barcelone, Ediciones Glénat, « Colección Carlos Giménez », 2005, p. 31.

21Mais, si le rythme de la série s’avère plutôt « modéré », notamment comparé à Paracuellos, force est de constater que la dénonciation de la cruauté et de la répression du régime franquiste y sont toujours présentes. Si les murs du foyer-prison de Paracuellos sont désormais moins visibles, on les rencontre néanmoins assez facilement, les limites étant dorénavant idéologiques. Dans ce « portrait sociologique », la misère et les difficultés matérielles liées à l’autarcie économique qui asphyxient une grande partie de la société espagnole sont largement palpables dans les histoires de Barrio. Quant aux traces du passé et de la Guerre Civile, elles sont également visibles, même si elles sont moins évidentes, et ne sont pas forcément connues de tous, comme le montre l’extrait ci-dessous. Les maisons détruites par les bombardements, ou encore les façades marquées par la mitraille éveillent la curiosité de deux enfants, de retour chez eux après la bataille, mais seul l’un d’entre eux sait vraiment à quoi elles correspondent, car sa mère le lui a expliqué, tandis que l’autre a visiblement du mal à le croire26. Une telle situation suppose les fractures dans la transmission de la mémoire chez une partie des Espagnols :

  • 27 « El fusilado », ibid., p. 62.

22Plus subtile, mais non moins terrible, est l’évocation du père fusillé pendant la Guerre Civile27, au détour d’une conversation entre Pablito et son ami Ugeñín. Ce dernier lui raconte l’histoire transmise à voix basse dans sa famille, et nous rappelle le déchirement qu’a entraîné le conflit pour bon nombre de familles républicaines et les conséquences dramatiques pour tous ces jeunes Espagnols nés à cette époque, victimes innocentes et indirectes du conflit. L’alternance champ/contre-champ, les gros plans sur leurs visages attristés, le regard fuyant d’Ugeñín, les réponses parfois laconiques de Pablito, ponctuées de silences, pesants, donnent à lire une scène des plus émouvantes.

  • 28 Maurice Halbwachs, La mémoire collective, op. cit., p. 41-44.
  • 29 Nous renvoyons aux reprises, au tournant du millénaire, de Paracuellos et de Barrio.
  • 30 « …na[issent] d’une prise de conscience collective plus qu’individuelle ». Antonio altarriba, La Es (...)

23Enfin, si les séries Paracuellos et Barrio cristallisent les souvenirs d’enfance et les péripéties vécues par l’enfant de l’après-guerre qu’a été Giménez, elles vont aussi très vite englober ceux d’autres personnes, amis et proches, ayant vécu les mêmes expériences, en même temps, ce qui tend à créer une mémoire collective qui se transmet à travers les générations28. Le point de départ est de toute évidence autobiographique, mais il semble que les deux séries acquièrent une autre dimension et vont au-delà du simple récit personnel et rétrospectif. S’opère alors une sorte de fusion de l’individuel avec le collectif, et c'est ce qui caractérise les derniers albums de la série29. De fait, il apparaît clairement que la notion du groupe y est plus forte : il y a moi, Carlos Giménez et mon double Carlines mais aussi mes camarades, et ceux qui vivent autour de moi : les voisins, les autres habitants du quartier. Autrement dit, la place de l’auteur dans le récit dessiné est dissimulée dans un ensemble plus large qui le dépasse. Sans doute aussi car il s’agit là d’évènements qu’il n’a pas directement vécus mais qu’on lui a racontés, et qu’il rapporte à son tour dans les cases dessinées, à tel point que l’on pourrait parler d’autobiographie collective : « Nace[n] de una conciencia social más que individual »30.

24La valeur testimoniale de ces histoires est donc un autre aspect fondamental de ces bandes dessinées. Ainsi, si Giménez répond en partie à une prise de conscience entendue comme responsabilité envers toutes ces personnes qui ont, comme lui, beaucoup souffert du régime franquiste, on perçoit aussi chez lui la volonté de raconter pour aider à mieux comprendre et faire connaître ce passé, aussi cruel soit-il, notamment auprès des nouvelles générations. Et à cet égard, la bande dessinée, medium accessible et destiné au plus grand nombre, est à même de toucher un large public, et ce faisant, s’avère ici un instrument adéquat et efficace pour transmettre cette mémoire aux générations futures.

  • 31 La Loi dite de la Mémoire Historique 52/2007 fut proposée par le gouvernement José Luis Rodriguez Z (...)

25Précisément sur ce point, il est intéressant de se pencher sur la tétralogie 36-39 : Malos Tiempos. Cette série sur la Guerre Civile, écrite il y a une dizaine d’années alors que l’actualité en Espagne était marquée par les débats autour de la mémoire historique et les projets de loi31 visant à la réhabilitation morale et politique des victimes du franquisme, constitue à notre avis une « somme » des diverses tendances de l’œuvre de Carlos Giménez.

36-39 : une plongée en-deça de l’expérience autobiographique

  • 32 Série constituée de quatre tomes publiés entre 2006 et 2009 chez Glénat, dans la « Colección Carlos (...)

26Après avoir publié sans relâche les suites de Paracuellos et de Barrio entre 1999 et 2007, Carlos Giménez se lance dans la rédaction de ce qui constitue à ce jour une œuvre majeure dans la production bédéistique autour de la Guerre Civile espagnole, la tétralogie 36-39 : Malos Tiempos32. Celle-ci peut être considérée comme l’œuvre de maturité d'un auteur qui, après une représentation « en creux » de la Guerre Civile avec la série Paracuellos, puis une évocation mémorielle du conflit et de la répression de la « posguerra » dans Barrio, opère un recul dans le temps et nous donne à lire cette fois un traitement direct du conflit.

  • 33 C’est le titre du roman d’Annette Wierviorka, spécialiste de l’histoire du génocide et de la constr (...)

27Les raisons de ce retour en arrière peuvent tout d’abord trouver une explication dans le contexte des années 2000 : 36-39 : Malos Tiempos s’avère, au moment où elle paraît, en phase avec une société espagnole qui « veut savoir », et qui est avide de témoignages, à la faveur de ce que l’on a pu précisément appeler « l’ère du témoin »33. En saisissant le moment où une partie de la société admettait de libérer des vérités tenues jusque-là secrètes, et en inscrivant pleinement son récit dans cette reconnaissance des victimes du franquisme et de leurs souffrances. De plus, il comblait ce qui pouvait s’apparenter alors à un vide narratif, du moins en bande dessinée, ce thème n’ayant jusque-là été que très peu abordé par le médium graphique.

28Cette série représente à la fois « une continuité et un tournant »dans l’œuvre de l’auteur madrilène. Continuité d’abord sur la forme : la parenté avec ses bandes dessinées à succès est nette et les analogies formelles nombreuses. Le style, la composition des planches et la mise en page reste très traditionnelle, le découpage en une série d'anecdotes courtes, ou encore bien évidemment le graphisme en noir et blanc, se reconnaissent au premier coup d’œil. En outre, les personnages ont une ressemblance certaine avec ceux qui peuplent les pages des deux séries auxquelles nous avons fait référence plus haut.

29Continuité dans les thématiques traitées : si l’auteur décide de revenir sur la Guerre Civile, c’est aussi parce que, bien que libéré du traumatisme lié à son enfance vécue dans les foyers de l’Auxilio Social, il n’en reste pas moins aux prises avec son passé, et cette guerre apparaît comme l’origine de ses maux personnels. Une bande dessinée sur la Guerre Civile était donc le « chaînon manquant » dans l’œuvre de l’auteur madrilène, et permettait d’expliquer l’après-guerre, que Giménez avait déjà abordée en partie dans Barrio, comme nous avons déjà pu le commenter. L’écriture de la tétralogie constituerait donc, une fois de plus, une catharsis nécessaire, mais serait surtout à rattacher aux questions mémorielles, avec un auteur qui met de plus en plus l’accent sur l’héritage de la mémoire, que l’on pourrait alors à juste titre considérer ici comme une mémoire libératrice.

  • 34 « Malos Tiempos, los desastres de la Guerra », prologue que signe Antonio martín au premier tome. 3 (...)

30Mais, si Giménez peut se souvenir de son enfance et de son adolescence, il ne peut bien évidemment pas se souvenir de la période 1936-1939, puisque, nous l’avons dit plus haut, il est né en 1941, ce qui change passablement la perspective et fait de la tétralogie un récit de mémoire dont les modalités d’écriture sont particulières, et différentes de celles de ses albums à forte connotation autobiographique. En renvoyant à une période que l’auteur n’a pas pu connaître, 36-39 : Malos Tiempos interroge de ce fait le rapport au souvenir, et pose certain nombre de questions quant à la construction du récit dessiné et au rapport à la mémoire, puisqu’il s’agit là d’un souvenir d’avant sa naissance. Aussi, pour écrire cette tétralogie, l’auteur s’est approprié des souvenirs qui ne sont pas les siens, ceux des derniers témoins en train de disparaître, qui étaient enfants ou adolescents à l’époque du conflit34, et en particulier, ceux d’un ami proche, âgé d’une dizaine d’années lorsque la guerre a éclaté, et qui lui aurait raconté ce qu’il avait vécu :

  • 35 Carlos giménez, « Puntualizaciones y reconocimientos del autor », Todo 36-39: Malos Tiempos, Op. Ci (...)

En primer lugar, y con un agradecimiento especial, debo citar a mi buen amigo Timoteo. Sin él no hubieran existido estos álbumes, ya que es él quien me ha contado con mucha paciencia y detalle, prácticamente todas las historias que contienen estos cuatro libros. Timoteo padeció la guerra siendo niño, y lo que él recuerda, lo que él vivió, lo que él vio y sintió es lo que he procurado contar en estos relatos35.

  • 36 Editeur et spécialiste de la bande dessinée, il a en particulier coordonné l’ouvrage consacré à Car (...)
  • 37 « al ignorar [quién es ese amigo], no podemos valorar la credibilidad que su amigo tiene. Es más, n (...)

31Nous employons ici volontairement le conditionnel, car, si Carlos Giménez dit s’être basé sur cet hypotexte oral pour construire ses histoires, il a également comblé son absence d'expérience de la guerre par différentes lectures (documents, archives…). Mais, comme le laissait entendre Antonio Martín36 lorsque nous l’avions interrogé sur le sujet, il est difficile de savoir si cet ami a réellement existé, et dans quelle mesure il est finalement une source fiable37.

  • 38 Roselyne mogin-martin, « Expliquer la Guerre Civile en bandes dessinées : 36-39 : Malos Tiempos de (...)

32Ce qui est certain, c’est le besoin qu’éprouve Carlos Giménez de vivre la Guerre, de la « réexperimenter » par l’imagination créatrice, pour mieux la dénoncer et ainsi « pouvoir tourner une page et compléter le testament qu’il va transmettre aux jeunes générations »38.

  • 39 J’emprunte ici le titre d’une sous-partie de l’article écrit par Roselyne mogin-martin, ibid., p. 4 (...)

33A la différence de Barrio ou de Paracuellos, la guerre n’est plus ici une simple toile de fond mais est le sujet même des quatre tomes et des cinquante-trois histoires qui composent la tétralogie. Il s’agit d’histoires relativement courtes et construites sur des scénarios simples et faciles à mémoriser. L’auteur ne prétend pas faire là œuvre d’historien mais il nous livre plutôt ce qui s’apparenterait à une chronique du quotidien, à l’écart mais aussi à côté des champs de bataille. Pour raconter cette « Histoire au ras de la vie quotidienne »39, l’auteur madrilène met en scène une famille d’Espagnols moyens : Marcelino, ouvrier modèle et républicain dans l’âme, sa femme Lucía et leurs quatre enfants, Paula, Sole, Carmen et Marcelinito, habitants d’un quartier modeste de la classe ouvrière, qui constituent le fil rouge des histoires qui composent la série et en sont les protagonistes. Ainsi, les histoires racontent leurs expériences et s’attachent au destin des individus plutôt qu’aux évènements purement historiques.

34En choisissant de mettre en scène cette famille républicaine « ordinaire », et qui autrement dit fait partie du camp des futurs vaincus, l’auteur nous donne donc à voir le côté le moins héroïque de la guerre. Et pourtant, toutes les victimes de la guerre n’en demeurent pas moins des « héros », des « héros du quotidien » pourrait-on dire : s’ils ne se battent pas à proprement parler avec des armes, ils n’en sont pas moins des combattants à part entière, qui luttent pour survivre. Leur combat est autre mais tout aussi périlleux : il faut se loger, échapper aux bombardements, et surtout trouver de quoi manger pour vivre ou plutôt survivre au jour le jour. Car le manque de tout, la faim, la maladie, la peur permanente de la mort, voilà l’effet qu’a la guerre sur les populations civiles.

35Carlos Giménez nous livre dans 36-39 un plaidoyer contre la guerre. Le graphisme sert alors le propos d’un auteur qui, pour illustrer la guerre dans toute son horreur, use d'un trait qui rappelle les Désastres de la Guerre de Goya. Car la guerre, ce sont tous ces morts sans étiquette, ce sont ces corps décharnés qui essaiment dans les pages des albums et envahissent l’espace figuratif. De fait, nombreux sont les épisodes dans lesquels apparaissent des scènes représentant des situations limite, où le potentiel du dessin sert à dépasser tant bien que mal l’indicible tant les histoires sont parfois terribles :

  • 40 Benoît mitaine, « Une guerre sans héros ? La Guerre Civile dans la bande dessinée espagnole (1977-2 (...)
  • 41 Isabelle touton, « La bande dessinée de témoignage sur la Guerre Civile et ses prolongements en Esp (...)

36Et si Carlos Giménez s’applique à nous montrer avec « avec une insistance pédagogique » ces images insoutenables, c’est pour mieux condamner les coupables de telles atrocités. En choisissant le rejet de la couleur, Giménez reste tout d'abord fidèle à ce qui constitue son style : l’emploi du seul noir et blanc, indépendamment du sujet traité, est une des caractéristiques du style de Giménez, et il semble ici particulièrement approprié, « le noir, en tant que symbole de la douleur, du deuil, de la mort, [étant] la couleur qui sied le mieux à la guerre »40. L’esthétique des vignettes, dont l’agencement reste plutôt simple, est aussi des plus sombres : l’expressivité du dessin, qui oscille entre réalisme et caricature, et les nombreux portraits et gros plans sur l’expression des visages et sur les corps décharnés, mêlés à des clairs-obscurs saisissants, immergent le lecteur dans l’époque et le mettent mal à l’aise. L’impact émotionnel est fort, avec cette mort omniprésente qui hante les pages des albums et « sature le champ de lecture »41 ; la mort devient banale, routinière. Tous ces passages dessinés montrent au demeurant combien cette écriture visuelle que permet la bande dessinée, sa capacité à représenter, au sens littéral du terme, celui de rendre présent les choses, se trouvent ici au service de la dénonciation, comme au temps de la gravure.

  • 42 « El frutero », 36-39: Malos Tiempos I, op. cit., p. 52.
  • 43 « El cuartel de la montaña », 36-39: Malos Tiempos II, op. cit., p. 20.

37D’ailleurs, dans cette représentation de la guerre, l’auteur investit une charge personnelle importante et une orientation idéologique forte qui témoignent d’un discours engagé. En attestent ces répliques, à travers ses personnages clefs, Marcelino, le porte-parole de l’auteur tout au long de la série, et sa femme Lucía, qui tour à tour délivreront le même message : « ¡Ellos la empezaron !, ¡¡Maldito sea el que empieza una guerra ! ! »42 ; « ¡Malditos los que la empezaron !, ¡Malditos los que dispararon el primer tiro… ! »43 :

  • 44 Michel matly, « Bande dessinée et Guerre Civile espagnole: représentations et clés d'analyse », Thè (...)

38Mais par-delà cette dénonciation, évidente, l’objectif est bien de récupérer la mémoire des protagonistes, par une génération qui ne la connaîtra que par le récit. Par son appartenance à une société et une époque donnée, l'auteur de bande dessinée s'inscrit plus ou moins dans une de ces représentations dominantes de la Guerre Civile, et « son œuvre a une double fonction, celle de transmettre cette représentation et de participer à la construction d'autres représentations futures »44. Les lecteurs de bande dessinée inscrivent l’œuvre dans leurs propres constructions préalables du sujet, pas forcément semblables entre elles ni à celle de l'auteur. À son tour, la lecture de l’œuvre pourra conforter ou faire évoluer les représentations de ses lecteurs et jouer un rôle, fût-il minime, dans les changements de celles-ci. C’est là un aspect non négligeable de l’œuvre de Carlos Giménez, d’autant qu’il va de pair avec cette affirmation de plus en plus perceptible chez l’auteur qui est celle d’éduquer les jeunes générations. S’agit-il de parler à une nouvelle génération qui n’était pas née à l’époque ? Sans doute en partie. D’où l’importance ici de la transmission par le biais de la littérature, et en l’occurrence de la bande dessinée, d’un savoir relatif à l’Histoire, palliant les angles morts des livres scolaires espagnols.

  • 45 Danielle corrado, « Carlos Giménez: la bande dessinée pour mémoire », in Lignes de front: bande des (...)

39L’étude de ces trois œuvres clefs dans la production de Carlos Giménez nous a permis de montrer combien les bandes dessinées de l’auteur madrilène contribuent à la récupération de la mémoire d’une génération de vaincus. Ce n’est peut-être pas de l’Histoire avec un grand H, ce qui n’a au demeurant jamais été la vocation de Giménez, mais ces récits dessinés sont une « mise en image » de ce passé récent dans l’histoire de l’Espagne. Ils sont même plutôt à considérer comme un condensé d’histoires inédites : il s’agit de récits de mémoire particuliers à travers lesquels l’auteur nous offre sa propre vision de l’après-guerre et de la guerre. Autrement dit, l’enjeu n’est plus seulement de retranscrire ce qu’a été le conflit mais plutôt une certaine mémoire de la guerre. 36-39 : Malos Tiempos est en ce sens « une lecture de la Guerre Civile et un condensé des enjeux de la mémoire »45. En tant que témoin de l’Histoire, l’auteur se doit de laisser une trace afin que ne soit pas perdue la mémoire des événements.

40Et à ce titre, la bande dessinée, medium accessible qui combine esthétique et réflexion, par sa capacité de représentation et cet impact qu’elle peut avoir sur le lecteur, est apparue comme un outil intéressant pour lutter contre l’oubli, former à une prise de conscience collective se rapportant à un passé douloureux, éduquer à la citoyenneté, et rétablir une certaine vérité, pendant longtemps passée sous silence. Autant de réflexions qui sont en outre le reflet des questionnements qui traversent la société espagnole aujourd’hui.

41En tout état de cause, la tétralogie est en mesure d’apporter les réponses aux nouvelles générations qui s’interrogent et veulent savoir. Sur ce point, il nous est apparu pertinent d’insister sur l’intérêt pédagogique de la bande dessinée de Carlos Giménez, qui s’avère un format intéressant pour précisément transmettre et éduquer, et potentiellement sensibiliser un public différent, et peut-être aussi plus jeune, sur une période de l’Histoire qui est encore l’objet de polémiques et continue de soulever des débats en Espagne. En jouant ce rôle de passeur de mémoire, Carlos Giménez contribue donc à sa manière à lutter contre l’oubli et tisse un lien intergénérationnel non négligeable :

  • 46 Maurice Halbwachs, La mémoire collective, op. cit., p. 42.

L'histoire n'est pas tout le passé, mais elle n'est pas, non plus, tout ce qui reste du passé. Ou, si l'on veut, à côté d'une histoire écrite, il y a une histoire vivante qui se perpétue ou se renouvelle à travers le temps et où il est possible de retrouver un grand nombre de ces courants anciens qui n'avaient disparu qu'en apparence46.

  • 47 Paul ricoeur, La mémoire, l'histoire, l'oubli, Paris, Le Seuil, 2000, p. 108.

42En outre, à travers toutes ses bandes dessinées « revendicatives et mémorielles », Carlos Giménez a su, lui qui fait partie des vaincus de la guerre, prendre sa revanche sur ceux qui lui avaient gâché une bonne partie de sa vie et l’avaient privé de sa liberté. Ses bandes dessinées sont en ce sens la clef de sa résistance et aussi le témoignage de sa victoire, mais pas seulement, car le devoir de mémoire dont il semble faire un impératif, « c'est [aussi] le devoir de rendre justice, par le souvenir, à un autre que soi »47.

Haut de page

Bibliographie

Œuvres de Carlos Giménez

Paracuellos, Barcelone, Ediciones Glénat, « Colección Carlos Giménez », 2000.

Paracuellos 2, Barcelone, Ediciones Glénat, « Colección Carlos Giménez », 2000.

Paracuellos 3, Barcelone, Ediciones Glénat, « Colección Carlos Giménez », 1999.

Paracuellos 4, Barcelone, Ediciones Glénat, « Colección Carlos Giménez », 2001.

Paracuellos 5, Barcelone, Ediciones Glénat, « Colección Carlos Giménez », 2002.

Paracuellos 6, Ediciones Glénat, « Colección Carlos Giménez », Barcelone, 2003.

Paracuellos 7, Hombres del mañana, Barcelone, Reservoir Book, Penguin Random House Mondadori, 2016.

Paracuellos 8, Las madres no tienen la culpa, Barcelone, Reservoir Book, Penguin Random House Mondadori, 2017.

Barrio, Barcelone, Ediciones Glénat, « Colección Carlos Giménez », 2001.

Barrio 2, Barcelone, Ediciones Glénat, « Colección Carlos Giménez », 2005.

Barrio 3, Barcelone, Ediciones Glénat, « Colección Carlos Giménez », 2006.

Barrio 4, Barcelone, Ediciones Glénat, « Colección Carlos Giménez », 2007.

36-39 : Malos Tiempos I, Barcelone, Ediciones Glénat, 2006.

36-39 : Malos Tiempos II, Barcelone, Ediciones Glénat, 2007.

36-39 : Malos Tiempos III, Barcelone, Ediciones Glénat, 2008.

36-39 : Malos Tiempos IV, Barcelone, Ediciones Glénat, 2009.

Premières éditions des albums cités :

Paracuellos, Madrid, Ediciones Amaika, 1977.

Paracuellos, Madrid, Ediciones De la Torre, colección « Papel Vivo », n° 8, 1979.

Paracuellos 2-Auxilio Social, Madrid, Ediciones De la Torre, colección « Papel Vivo », n° 25/26, 1982.

Barrio, Madrid, Ediciones De la Torre, Colección « Papel Vivo », n° 4, 1978.

Traduction en français des albums cités :

Paracuellos (intégrale), Paris, Audie, Les albums Fluide Glacial, 2009.

Barrio (intégrale), Paris, Audie, Les albums Fluide Glacial, Paris, 2011.

Les temps mauvais, Madrid, 1936-1939 (intégrale), Paris, Audie, Les albums Fluide Glacial, 2013.

Ouvrages critiques consultés :

Sur la BD et Carlos Giménez :

Antonio altarriba, La España del tebeo, la historieta española de 1940 a 2000, Madrid, Espasa, 2001.

Antonio martin, Carlos Giménez, Un Hombre/Mil Imágenes, nº1, Barcelone, Norma Editorial, 1982.

Sur la BD et la Guerre Civile :

Danielle Corrado, « Carlos Giménez : la bande dessinée pour mémoire », in Lignes de front : bande dessinée et totalitarisme, (Coord. Viviane alary et Benoît mitaine), Genève, Georg éditeur, 2011.

Michel Matly, « Bande dessinée et Guerre Civile espagnole : représentations et clés d'analyse », Thèse de Doctorat, Clermont-Ferrand, Université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand II, 2016.

Michel Matly, El comic sobre la Guerra Civil, Madrid, Cátedra, 2018.

Benoît Mitaine, « Une guerre sans héros ? La Guerre Civile dans la bande dessinée espagnole (1977-2009) » [en ligne], in Cahiers de la Méditerranée, n° 83, 2011. http://cdlm.revues.org/index6256.html

Roselyne Mogin-Martin, « Carlos Giménez

GIMÉNEZ

Carlos

 : autobiographie d’une enfance en bande dessinée », in Théâtre du monde. Mélanges offerts à Manfred Eggert, études réunies par Christophe Dumas et Manfred Gangl, Angers, Université d’Angers, Presses Universitaires d’Angers, 2006.

Roselyne Mogin-Martin, « Expliquer la Guerre Civile en bandes dessinées : 36-39 : Malos Tiempos de Carlos Giménez

GIMÉNEZ

Carlos

 », in Les cahiers du GRIMH n° 7, Image et éducation, Lyon, Université Lumière-Lyon II, 2012.

Isabelle Touton, « La bande dessinée de témoignage sur la Guerre Civile et ses prolongements en Espagne : de l’enfermement traumatique à la construction de l’évènement », in Clôtures et mondes clos dans les espaces ibériques et ibéro-américains, Dominique Breton et Gomez-Vidal Bernard Elvire (dir.), Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2011.

Sur l’Histoire de l’Auxilio Social :

Ángela cenarro , Los niños del Auxilio Social, Madrid, Espasa, 2009.

Pierre-Alain de bois, « La bande dessinée Paracuellos et la construction d’une conscience collective d’enfants de l’Auxilio Social », in HispanismeS, n° 8, 2016.

http://www.hispanistes.org/images/PDF/HispanismeS/Hispanismes_8/14_De_Bois_Pierre-Alain_HispanismeS_8.pdf

Sur la mémoire :

Elvire diaz, Oubli et mémoire. La résistance au Franquisme dans le roman espagnol depuis la transition, Collection Mondes hispanophones n° 36, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011.

Maurice Halbwachs, La mémoire collective, Paris, PUF, 1967 [1950].

Paul ricoeur, La mémoire, l'histoire, l'oubli, Paris, Le Seuil, 2000.

Annette wierviorka, L’ère du témoin, Paris, Fayard, collection « Pluriel », 2013.

Haut de page

Notes

1 Citons entre autres prix, celui de la meilleure œuvre et du meilleur scénario pour Paracuellos 3, reçus au Salón del Cómic de Barcelone en 1999, le plus important en Espagne.

2 Les trois séries que nous avons choisi de traiter ici ont été traduites en français, chez Audie-Fluide Glacial, ce qui représente un intérêt non négligeable pour le public francophone. Voir bibliographie.

3 Pour un accès aisé à ces albums, nous ne renvoyons pas ici aux premières éditions, chez De la Torre, mais plutôt aux éditions disponibles chez Glénat Espagne, plus récentes, et référencées en bibliographie

4 L’assistance publique sous le franquisme.

5 Maurice Halbwachs, La mémoire collective, Paris, PUF, 1967 [1950], p. 39.

6 Nous renvoyons au livre d’Elvire diaz, dans lequel l’auteure recense environ 70 romans. Oubli et mémoire. La résistance au Franquisme dans le roman espagnol depuis la transition., Collection Mondes hispanophones n°36, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011.

7 [des histoires en minuscule]

8 Roselyne mogin–martin, « Carlos Giménez

GIMÉNEZ

Carlos

 : autobiographie d’une enfance en bande dessinée », in Théâtre du monde – Mélanges offerts à Manfred Eggert, études réunies par Christophe dumas et Manfred gangl, Angers, Presses Universitaires d’Angers, 2006, p. 239.

9 Aujourd’hui composée de 8 albums. On distingue trois périodes de création, avec les deux premiers tomes parus respectivement en 1979-1982 ; puis quatre autres albums, publiés entre 1999 et 2003 ; et enfin, deux nouveaux tomes sortis en 2016 et 2017. Nous renvoyons à la bibliographie.

10 « La obra nacional de Auxilio Social », prologue écrit par Antonio martín, repris pour la réédition de Paracuellos chez Glénat, mais à l’origine paru dans Paracuellos 2-Auxilio Social, Madrid, Ediciones De la Torre, colección « Papel Vivo», n°25/26, 1982.

11 « La visita », Paracuellos, Barcelone, Ediciones Glénat, « Colección Carlos Giménez », 1999, p. 8.

12 Sur la création de l’Auxilio Social, et le rôle de la Sección Femenina de la Phalange, nous renvoyons au livre d’Ángela cenarro auquel il sera fait référence plus loin : Los niños del Auxilio Social, Madrid, Espasa, 2009.

13 [Tuer le dragon de la faim]

14 L’espace entre les cases.

15 Le tremendismo est une esthétique littéraire apparue dans la littérature espagnole au milieu du XXe siècle, et notamment chez Camilo José CELA. Elle se caractérise par une crudité notable dans la présentation de la trame narrative, associée à une récurrence de situations violentes et dramatiques.

16 Cf note de bas de page n°7.

17 Le titre qu’a donné à son livre l’écrivaine et historienne espagnole Ángela cenarro est à cet égard porteur de sens. Cf note de bas de page n°11.

18 Ángela cenarro, Los niños…, op. cit., p. 267-268.

« Muchas viñetas son exactamente lo que he vivido », « todas [las historias contadas] las he vivido: […] el infierno, la cárcel, los miedos, recuerdo algo de las cosas de Carlos Giménez que son exactamente iguales ».

[De nombreuses vignettes reflètent exactement ce que j’ai vécu. Toutes les histoires, je les ai vécues : l’enfer, la prison, les peurs, je me souviens de certaines anecdotes que Carlos Giménez raconte qui sont exactement les mêmes.]

19 [le visage aimable du régime de Franco]

Réponse apportée par l’auteure lors de la présentation de son livre à la FNAC de Madrid. Interview complète disponible à l’adresse suivante: http://antoncastro.blogia.com/2009/121702-angel-cenarro-una-entrevista.php

20 Revue transgressive et engagée créée en 1973, qui aborde de manière critique l’actualité de l’Espagne, et caractérisée par des contenus subversifs et provocateurs.

21 Roselyne mogin–martin, « Carlos Giménez

GIMÉNEZ

Carlos

 : autobiographie d’une enfance… », op. cit.

22 Comme nous avons pu l’observer pour Paracuellos, la série Barrio comporte elle aussi deux périodes de création distinctes: un premier album paru en 1979 chez De la Torre, et trois autres chez Glénat Espagne à partir de 2005. Voir bibliographie.

23 « Un retrato sociológico de un tiempo concreto de nuestra historia », Antoni guiral, Homenaje a Carlos Giménez, Un Hombre/Mil Imágenes, nº1, Barcelone, Norma Editorial, 1982, p. 53.

24 « Una mañana de domingo », Barrio, Barcelone, Ediciones Glénat, « Colección Carlos Giménez », 2005, p. 30.

25 Voir le prologue de Paracuellos 6, « Por si a alguien le interesa », Barcelone, Ediciones Glénat, « Colección Carlos Giménez », 2003.

26 « Paja », Barrio 2, Barcelone, Ediciones Glénat, « Colección Carlos Giménez », 2005, p. 31.

27 « El fusilado », ibid., p. 62.

28 Maurice Halbwachs, La mémoire collective, op. cit., p. 41-44.

29 Nous renvoyons aux reprises, au tournant du millénaire, de Paracuellos et de Barrio.

30 « …na[issent] d’une prise de conscience collective plus qu’individuelle ». Antonio altarriba, La España del tebeo, la historieta española de 1940 a 2000, Madrid, Espasa, 2001, p. 340.

31 La Loi dite de la Mémoire Historique 52/2007 fut proposée par le gouvernement José Luis Rodriguez Zapatero en 2006 pour finalement être adoptée, après maintes controverses, par les Cortès le 31 octobre 2007. Cette Loi vise, entre autres, à reconnaître les victimes de la Guerre Civile et de la dictature franquiste : « […] de quienes padecieron persecución o violencia durante la Guerra civil y la Dictadura» (Art.1). Voir sur cette question Jordi Guixé, Jesús Alonso, y Ricard Conesa, Diez años de leyes y políticas de memoria (2007-2017), Madrid, Libros de la Catarata, 2019.

32 Série constituée de quatre tomes publiés entre 2006 et 2009 chez Glénat, dans la « Colección Carlos Giménez». Voir bibliographie.

33 C’est le titre du roman d’Annette Wierviorka, spécialiste de l’histoire du génocide et de la construction de la mémoire, dans lequel elle développe les relations entre le témoignage et l'histoire. L’ère du témoin, Paris, Plon, 1998, rééd. Fayard, collection « Pluriel », 2013.

34 « Malos Tiempos, los desastres de la Guerra », prologue que signe Antonio martín au premier tome. 36-39: Malos Tiempos I, Ediciones Glénat, Barcelone, 2006.

35 Carlos giménez, « Puntualizaciones y reconocimientos del autor », Todo 36-39: Malos Tiempos, Op. Cit., p. 18. [D’abord, je dois remercier du fond du coeur mon ami Timoteo. Sans lui, ces histoires n’auraient pas existé, car c’est lui qui m’a raconté avec beaucoup de patience et de détails pratiquement toutes les histoires que contiennent ces quatre albums. Timoteo a souffert de la guerre quand il était enfant, et c’est ce dont lui se souvient, ce qu’il a vécu, ce qu’il a vu, et ce qu’il a ressenti, que j’ai essayé de retranscrire dans ces histoires.]

36 Editeur et spécialiste de la bande dessinée, il a en particulier coordonné l’ouvrage consacré à Carlos Giménez qu’il a coordonné, et auquel nous avons déjà fait référence : Carlos Giménez, Un Hombre/Mil Imágenes, nº1, Norma Editorial, Barcelone, 1982, et a écrit de nombreux prologues pour les albums de Giménez.

37 « al ignorar [quién es ese amigo], no podemos valorar la credibilidad que su amigo tiene. Es más, nada demuestra que ese amigo exista, al menos no como fuente de todas las historias que Giménez narra en los cuatro libros de Malos Tiempos.

[Ne sachant pas qui est cet ami, nous ne pouvons pas évaluer sa crédibilité. Pis, rien ne démontre que cet ami existe vraiment, ni qu’il soit la source de toutes les histoires que Giménez raconte dans les quatre tomes de Malos Tiempos.]

Entretien personnel réalisé, chez lui, à Barcelone, en juillet 2013, et reproduit dans la thèse doctorale de l’auteur du présent article. http://www.theses.fr/s78524

38 Roselyne mogin-martin, « Expliquer la Guerre Civile en bandes dessinées : 36-39 : Malos Tiempos de Carlos Giménez

GIMÉNEZ

Carlos

 », in Les cahiers du GRIMH n° 7, Image et éducation, Lyon, Université Lumière-Lyon II, 2012, p. 421-430.

39 J’emprunte ici le titre d’une sous-partie de l’article écrit par Roselyne mogin-martin, ibid., p. 422.

40 Benoît mitaine, « Une guerre sans héros ? La Guerre Civile dans la bande dessinée espagnole (1977-2009) » [en ligne], in Cahiers de la Méditerranée, n° 83, 2011. http://cdlm.revues.org/index6256.html

41 Isabelle touton, « La bande dessinée de témoignage sur la Guerre Civile et ses prolongements en Espagne : de l’enfermement traumatique à la construction de l’évènement », in Clôtures et mondes clos dans les espaces ibériques et ibéro-américains, Dominique Breton et Gomez-Vidal Bernard Elvire (dir.), Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2011, p. 385.

42 « El frutero », 36-39: Malos Tiempos I, op. cit., p. 52.

43 « El cuartel de la montaña », 36-39: Malos Tiempos II, op. cit., p. 20.

44 Michel matly, « Bande dessinée et Guerre Civile espagnole: représentations et clés d'analyse », Thèse de Doctorat, Clermont-Ferrand, Université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand II, 2016, p. 41.

45 Danielle corrado, « Carlos Giménez: la bande dessinée pour mémoire », in Lignes de front: bande dessinée et totalitarisme, (Coord. Viviane alary et Benoît mitaine), Genève, Georg éditeur, 2011.

46 Maurice Halbwachs, La mémoire collective, op. cit., p. 42.

47 Paul ricoeur, La mémoire, l'histoire, l'oubli, Paris, Le Seuil, 2000, p. 108.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Alain de Bois, « La bande dessinée revendicative et mémorielle de Carlos Giménez », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 22 | 2019, mis en ligne le 14 juillet 2019, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/ccec/7960 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccec.7960

Haut de page

Auteur

Pierre-Alain de Bois

3L.AM, Université d’Angers

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université d'Angers
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search