Navigation – Plan du site

AccueilCahiers de civilisation espagnole...22ÉtudesDes guerres et des dictatures à t...

Études

Des guerres et des dictatures à travers les vignettes

Wars and Dictatorships in Spanish and French comics
Guerras y dictaduras a través de las tiras de comics
Silvina Campo

Résumés

L'article propose une analyse de bandes dessinées autour de la Guerre Civile espagnole et la Seconde Guerre Mondiale, par des auteurs qui ont été témoins et victimes de ces conflits durant leur enfance.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans cet article nous voudrions analyser comment la bande dessinée (bd) – art considéré pendant longtemps comme ‘mineur’ – a contribué à sensibiliser les jeunes générations à la réalité douloureuse de la guerre. Si beaucoup de régimes et de dictateurs n’ont pas hésité à utiliser les bandes dessinées pour « discipliner les âmes » des enfants et des adolescents, la bd a aussi pris sa revanche et a raconté les époques tragiques de l’histoire des sociétés. Franco, l’État français et l’occupant nazi n’ont pas dédaigné les illustrés et les albums destinés aux enfants pour véhiculer leurs idées. Il suffit de jeter un coup d’œil à Pelayos, Flecha, Flechas y Pelayos, d’un côté des Pyrénées et de l’autre, Le Téméraire, pour ne citer que quelques titres parmi d’autres. Mais, si dans ce cas, la bd a été le moyen de conquérir un public jeune et a été le support d’une propagande politique, a posteriori, les comics se sont révélés un moyen efficace pour sensibiliser le public aux dangers représentés par ces dictatures.

2Nous voulons analyser ce deuxième mouvement : comment à partir du présent le monde de la bd est-il parti à la recherche de ces passés pour faire un usage de ceux-ci ? Dans le cas qui nous occupe, il s’agit en général de revenir sur une époque douloureuse, vécue par certains auteurs, qui ont connu ces différents régimes, et dans d’autres, de sensibiliser les jeunes générations. Nous focaliserons notre attention sur quelques bd ayant comme sujet la Guerre d’Espagne et la Seconde Guerre mondiale en France et les régimes politiques qui ont été instaurés à l’ombre de ces conflits. Dans une démarche comparative, nous nous proposons d’étudier les différences et similitudes dans le traitement de ces deux conflits qui ont secoué ces pays d’un côté et de l’autre des Pyrénées.

3Même s’il s’agit de deux confits différents, aux contextes dissemblables, avec des régimes antidémocratiques aux profils propres (la dictature franquiste et le régime de Vichy), dans les deux cas, l’horreur de la guerre a laissé des traces indélébiles. Précisément, le fil rouge qui guidera notre recherche sera le lien entre l’enfance et la guerre, l’enfance et les régimes dictatoriaux qui y ont émergé. Comment parle-t-on à posteriori d’une conflagration qui a bouleversé les points de repère de l’univers enfantin ? Comment les adultes qui étaient enfants à l’époque des faits se souviennent-ils de ces époques-là ? Quelles tendances peuvent être distinguées dans le monde de la bd à ce propos ?

4Comme l’affirme Audoin-Rouzeau, c’est la guerre au xxe siècle qui a fait voler en éclats le cadre protecteur de l’enfance en plein renforcement dans l’Europe du xixe siècle. En effet, il est possible d’identifier au xxe siècle une nouvelle sensibilité, qui s’exprime à partir de la Grande Guerre, avec la volonté d’intégrer l’enfance aux cultures des guerres nationales. Cette propagande qui vise à enrôler les enfants dans le combat patriotique national constitue une rupture avec le siècle précédent, le xixe siècle, et ouvre la période de l’enrôlement ultérieur des régimes totalitaires.

  • 1 Voir Stéphane Audoin-Rouzeau, La guerre des enfants, 1914-1918, Paris, Colin, 1993.

5L’intégration des enfants dans la guerre témoigne du déplacement de la violence en direction des populations désarmées. La mobilisation des enfants dans les entreprises guerrières a été physique et matérielle (s’ils sont obligés de travailler ou de participer à l’effort militaire, par exemple), mais aussi morale et idéologique. On a tendance à analyser les enfants comme objets passifs de la violence de la guerre. Cependant, ils peuvent se révéler des sujets capables de se l’approprier, de prendre l’anomie guerrière et la reconstruire avec des moyens à leur disposition1.

  • 2 Ainsi, il est difficile de délimiter l’enfance de la jeunesse. Mais même si les frontières sont por (...)
  • 3 Carlos Gimenez, Paracuellos, 6 vols., Paris, Fluide Glacial, [1977-2003], 2009.
  • 4 Carlos Gimenez, Les temps mauvais Madrid 1936-1939, 4 vol., Paris, Fluide Glacial, [2007-2008], 201 (...)
  • 5 Julio Ribera, Montserrat Souvenirs d’une guerre civile, Pantin, Bamboo Éditions, 2004.
  • 6 Marcel Gotlieb, « Chanson aigre-douce », in J’existe. Je me suis rencontré, Paris, Dargaud, [1969], (...)
  • 7 Les enfants sauvés. Huit histoires de survie, Paris, Delcourt, 2008.
  • 8 Serge Le Tendre, (scénario et adaptation, d’après les ouvrages originaux de Jean-Pierre Guéno), Par (...)

6Face à la grande quantité de bandes dessinées qui abordent le sujet signalé au-dessus, nous avons choisi de privilégier certains exemples au détriment d’autres – non moins dignes d’intérêt – mais qui s’adaptaient mieux à notre objet de recherche2. Nous ne prétendons pas aborder toutes les bd qui font référence à ces « passés qui ne passent pas », mais dans cette première étape de notre enquête, nous focaliserons notre étude sur quelques exemples : Paracuellos3 et Les temps mauvais. Madrid 1936-19394, de Carlos Giménez et Montserrat. Souvenirs d’une guerre civile5 de Julio Ribera pour le cas espagnol. En ce qui concerne le contexte français, nous avons sélectionné l’ouvrage de Marcel Gotlib, J’existe. Je me suis rencontré6, un travail collectif : Les Enfants sauvés7, et Paroles d’étoile8 de Le Tendre.

Carlos Giménez : Paracuellos

7L’auteur, né à Madrid en 1941, n’a pas vécu la guerre fratricide mais les conséquences du conflit qu’il a su très bien décrire dans Paracuellos. Les travaux réunis sous ce titre ont été publiés très peu de temps après la mort de Franco, à partir de 1976 et 1977, c’est-à-dire dans la période connue comme la Transition.

  • 9 Danielle Corrado, « Carlos Giménez : la bande dessinée pour mémoire » in Vivianne Alary et Benoît M (...)

8Si l’auteur avait déjà travaillé comme dessinateur et puis aussi en tant que scénariste des genres les plus divers (récit d’aventures, science-fiction, chroniques de la vie quotidienne), ce sont les bd inspirées de sa propre enfance qui ont contribué le plus à le faire connaître en Espagne et dans d’autres pays9.

  • 10 Michel Matly, « L'image de la Guerre civile espagnole dans la bande dessinée entre 1936 et 1975-I » (...)
  • 11 Viviane Alary et Danielle Corrado (dir.), La guerre d’Espagne en héritage. Entre mémoire et oubli ( (...)
  • 12 Benoît Mitaine, « Une guerre sans héros ? La Guerre civile dans la bande dessinée espagnole (1977-2 (...)

9Tel que Michel Matly soutient, les bd ayant comme sujet la Guerre Civile pendant la durée même du conflit ont été abondantes. En revanche, elle a été beaucoup plus discrète pendant la dictature franquiste, pour renaître après la mort de Franco10. Certes, si dans les premiers mois postérieurs à sa disparition, il y a eu un mouvement pour récupérer la mémoire, celui-ci disparaît rapidement, car il y a un désir d’oublier la guerre et la dictature. Plus encore, il y a un pacte tacite entre les partis politiques qui s’accordent à ne pas instrumentaliser la guerre à des fins partisanes11. Dans ce sens, dans les bd à caractère commercial, ce thème est absent. En revanche, c’est dans les bd d’auteur et destinées au public adulte qu’un énorme succès est au rendez-vous12. Et les créations de Carlos Giménez illustrent cette tendance. Son œuvre développe ce qu’on appelle la première vague de bd à aborder ces sujets épineux : les conséquences de la Guerre Civile et la dictature franquiste.

  • 13 Antonio Alatarriba, «Los tebeos de Franco», en Antonio Altarriba, (dir.), Los intelectuales y la di (...)
  • 14 Hartmut Nonnenbacher, «La memoria del franquismo en el comic español», en Winter, Ulrich (ed.), Lug (...)
  • 15 Antonio Altarriba, «Los tebeos…» op. cit., p. 177.

10Précisons que du point de vue socioculturel, le monde de la bd où a fait irruption l’œuvre de Giménez était en pleine transformation. Comme le signale Antonio Altarriba, si la Transition dans l’univers politique se produit de manière pacifique, dans celui de la bd, la rupture est plus profonde et brutale13. Certes, dans cette période, la bd vécut un grand boom avec la création de nouvelles maisons d’édition et la parution de 150 publications14. De plus, les dessinateurs laissent l’anonymat pour avoir un profil distinctif et se présenter comme auteurs et créateurs d’une œuvre propre. Cela coïncide avec l’attention portée par les experts et chercheurs sur la bd, à laquelle on concède assez d’importance pour en faire un objet d’étude15.

  • 16 Créé en Valladolid en 1936, par Mercedes Sanz Bachiller, veuve d’Onésimo Redondo, cet organisme a p (...)
  • 17 Verónica Sierra Blas, Paroles orphelines…, op. cit., p. 93-95.
  • 18 Idem, p. 80

11Le lien entre bd et enfance est plus important que jamais dans cet ouvrage, car c’est la vie quotidienne oppressante du franquisme vécue par des enfants confiés à l’assistance sociale qui est décrite. Les histoires et les anecdotes reprises dans Paracuellos sont des histoires qui lui ont été racontées par des enfants enfermés dans ces foyers et que l’auteur a vécues personnellement. En effet, Giménez a connu les orphelinats, car la mort de son père et la maladie de sa mère ont obligé sa famille à le confier à l’assistance sociale espagnole. Il passera neuf ans dans cinq centres différents de l’Auxilio Social16, l’institution d’assistance publique la plus emblématique de Franco. La vocation de cet organisme était d’offrir assistance aux orphelins de guerre même si après son objectif a été élargi et qu’elle a ouvert ses portes aux enfants de toute condition ainsi qu’aux femmes enceintes, mères allaitantes, adultes indigents. À cet effet, on ouvrit des cantines et des foyers d’enfants, des garderies, des orphelinats, des centres d’alimentation infantile, etc.17. Si beaucoup d’enfants ont disparu dans la guerre sous les bombardements, dans les fuites massives, les évacuations, il y en a eu d’autres qui ont été volés à leurs parents, eux-mêmes victimes de la répression franquiste (emprisonnés, obligés de s’exiler ou de se cacher, assassinés ou morts sur le front ou simplement disparus). Ces enfants « de l’ennemi » ont été confiés à ces orphelinats. Si en 1940 ces organisations avaient 9 000 mineurs sous leur tutelle, l’année suivante leur nombre augmente pour atteindre 12 000, chiffre qui ne cessa pas d’augmenter dans les années suivantes, notamment dans la première décennie de l’après-guerre. Des asiles, des hospices, des couvents, des internats religieux se remplirent de ces enfants et même des maisons de redressement ont reçu des enfants de prisonniers du franquisme et d’autres victimes de représailles de Franco, mais aussi des enfants rapatriés qui étaient sans famille ou qui ne leur avaient pas été restitués pour les motifs cités plus haut18. Paracuellos, nom de cet ouvrage, est aussi celui d’un de ces centres.

  • 19 Le foyer Bibona, le foyer Azul, foyer général Millas, foyer Batalla del Jarama (Paracuellos), foyer (...)
  • 20 Les premiers épisodes ont été publiés dans la revue “Muchas gracias” en 1976 et ils ont constitué u (...)
  • 21 Idem, p. 186.

12L’auteur affirma que le titre le plus approprié de la série serait « Histoires de l’Assistance Sociale » ou « Histoires d’enfants dans les foyers de l’Assistance Sociale pendant la période franquiste de l’après-guerre », car finalement c’est le sujet de cette bd. Mais à mesure que ces histoires étaient publiées, comme les lecteurs retenaient plus le nom de Paracuellos que ceux des autres foyers19, c’est cette appellation qui a été choisie lors de la compilation de toutes les récits20. Ajoutons que Paracuellos fait aussi référence à un lieu où beaucoup de franquistes ont été assassinés par les « rouges » et où la dictature organisait des commémorations. De cette manière, Giménez s’est approprié et il a ré-signifié un lieu de mémoire du franquisme21.

  • 22 Danielle Corrado, « Carlos Giménez …, op. cit., p. 207.

13Sa publication sous la forme de bd ne doit pas faire penser qu’il s’agit d’un récit frivole ou léger, car la série est divertissante mais aussi sérieuse. En effet, son style mélange à la fois des aspects sombres et comiques, avec un ton réaliste que ne laisse pas de côté cependant la caricature22.

  • 23 Modesto dit le démon (sans parents), Carlos (il n’a pas de père et sa mère est au ‘sana’ à Bilbao p (...)
  • 24 Carlos Gimenez, Paracuellos, op. cit., p. 189.
  • 25 Idem, p. 204.

14Le personnage principal, Pablito Giménez, est accompagné par d’autres enfants23, qui pour différents motifs, habitent un orphelinat qui est le cadre de toutes leurs aventures. Dans ce microcosme enfantin, les inégalités sont également présentes. Ainsi, les enfants qui avaient un talent ou une habileté exerçaient un certain pouvoir sur les autres, dépourvus de telles capacités. Dans ce sens, citons par exemple savoir jouer au football, savoir réparer des ballons crevés comme le faisait Sacha El Plancha, savoir dessiner des bd comme Pablito Giménez, être le meilleur scénariste comme Peribañez, ou avoir une jolie écriture comme Polito. En outre, tous ceux qui coopéraient avec les surveillants de la phalange devenaient à leur tour des bourreaux pour leurs camarades. Les habitants du foyer avaient leurs propres codes et échelles de valeurs où la pire chose était celle d’être un « lèche-bottes » et pire encore « un cafteur »24. La misogynie est très présente chez les enseignants qui ne cessent pas de répéter que « les hommes ne pleurent pas » et qu’il faut « courir vraiment comme des hommes et non comme des fillettes »25.

15Les expériences omniprésentes tout au long de l’œuvre sont la faim, la soif, le manque d’affection, la maltraitance et les châtiments corporels. L’hypocrisie des autorités et notamment de l’Église Catholique et des membres de la Phalange, est montrée du doigt. Mais sans doute, la pire punition est celle de ne pas pouvoir quitter le foyer et rejoindre les êtres chers. Les adieux avec leurs familles sont toujours déchirants et la peur d’être oublié, le fait de ne pas recevoir de visites ou d’être obligés de passer les fêtes et les vacances à Paracuellos, sont insupportables.

  • 26 Idem, p. 147.
  • 27 Ainsi pour faire arrêter de pleurer à un nouveau, d’autres garçons le consolent en le proposant de (...)
  • 28 Voir Carlos Gimenez, Paracuellos, op. cit., p. 56-60.
  • 29 Idem, p. 60-62.
  • 30 Idem., p. 145.
  • 31 Hartmut Nonnenbacher, «La memoria…, op. cit., p. 178.

16Dans ce monde cruel, les illustrés, tels que Pulgarcito, Coyote, Florita, El Cachorro26, semblent l’une des rares sources de joie enfantine27. Pablito déclara par exemple son envie de collectionner des bd et sa vocation pour devenir dessinateur. Il imagine même revenir au foyer pour offrir des revues aux enfants qui ne peuvent pas les acheter28. De plus, il participe à un concours de dessins, où il obtient comme prix la publication de son œuvre et une somme d’argent29. Non seulement la lecture et l’imitation des exploits des héros de la bd occupent les heures de loisir mais aussi la confection de ces dessins animés30. Cela corrobore le jugement pertinent de Hugo Pratt quand il a déclaré que les bd étaient le « cinéma des pauvres », car il s’adresse aux enfants qui n‘ont pas accès au cinéma et qui ne connaissent pas encore le phénomène de la télévision31.

Julio Ribera : Montserrat Souvenirs de la guerre civile

  • 32 Julio Ribera, Montserrat, op. cit., p. 15.
  • 33 Idem, p. 26.
  • 34 Julio Ribera, Montserrat, op. cit., p. 27.

17Julio Ribera, né en 1927 à Barcelona, a connu la Guerre Civile en tant qu’enfant. Montserrat est précisément le récit de son enfance, qui reconnait un avant et un après le conflit. Aux tendres souvenirs des jeux innocents dans l’insouciance, succèdent des expériences difficiles dont la plus dure est la mort de sa petite sœur, qui donne nom au volume. La déclaration de la guerre marque son univers enfantin avec l’irruption de nouveaux sigles, de nouveaux mots : poum, fai, cnt et de nouvelles images : « Tout le monde levait le poing en criant ‘No pasarán’ ! »32, le défilé des Brigades Internationales33. Peu à peu, les sirènes d’alarme, les bombardements, les nuits dans les refuges, la peur de perdre un parent, ont fait partie de leur vie quotidienne. Le départ de son père au front, les sorties au cinéma pour calmer la faim, les petites misères humaines (comme le vol de nourriture des adultes aux enfants) sont restés aussi comme souvenirs indélébiles. Certains aspects de cette ambiance guerrière ont été incorporés à l’univers des jeux. Ainsi, par exemple, l’avion tombé dans le jardin où les enfants s’amusaient s’est révélé un jouet inespéré. Et l’arrivée des petits réfugiés madrilènes, considérés comme des envahisseurs dangereux par les enfants du quartier, a reproduit à petite échelle une guerre des adultes34.

  • 35 Idem, p. 32-33.

18La victoire de Franco constitue un moment clé dans la bd, décrit avec minutie, en énumérant les changements que cela supposait dans la vie déjà bouleversée des temps de guerre. Avec ses yeux d’enfants, il cite le drapeau qui est différent, les portraits de Franco partout, la soudaine importance de l’épicier du quartier, les films qui désormais étaient doublés en espagnol, les artistes qu’on ne connaissait pas et dont la plupart étaient Italiens ou Allemands, l’obligation de chanter l’hymne et de faire le salut nazi lors de l’entracte, le climat d’intolérance dans son lycée qui a aussi changé de nom35. Parmi ces changements, seul un le touche favorablement : le retour de captivité de son père.

19Après la perte de son grand-père et de ses deux oncles, le décès de Montserrat marque aussi la fin de son enfance. Même s’il décrit la mort de la petite, jamais l’auteur ne fait référence à la souffrance de ses parents et/ou à sa propre douleur. Lui-même avoua qu’il ne s’est pas rendu compte ou qu’il n’a pris conscience de la mort de sa sœur que quand il a vu l’hommage de ses amis et voisins. Avec Montserrat, c’est toute une époque qui disparaît, et un espoir qui s’évanouit définitivement : celle d’une Espagne libre et démocratique.

20Si dans le cas de Giménez et de beaucoup d’autres auteurs, le récit de la guerre et du franquisme est fait en noir et blanc pour mieux communiquer la douleur, la mort et la souffrance des expériences endurées ; dans le cas de Ribera, au contraire on voit l’utilisation de la couleur.

  • 36 Michel Matly, « L'image de la Guerre…, op. cit.
  • 37 Rose Duroux, « La « juste mémoire » ? », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne] (...)

21Le travail de Ribera illustre une deuxième vague dans la publication des bd sur ce passé récent, qui débute dans les années 200036. La publication de Montserrat s’est produite dans un contexte particulier. Elle coïncide avec la fondation de l’Association pour la Récupération de la Mémoire Historique en en 2000 et la proposition parlementaire approuvée à l’unanimité de la condamnation du franquisme et de la reconnaissance des victimes de la Guerre Civile et de la dictature en novembre 2002. Ces initiatives visaient à favoriser une « réconciliation » nationale, que s’est cristallisé par exemple, dans la proposition de faire défiler ensemble un membre de la Division Azul et un vétéran de la Division Leclerc le 12 octobre 200437. Le panorama était donc assez différent de celui où Paracuellos a été édité. Si avec l’ouvrage de Giménez il y a eu une libération de la parole à propos des temps de la guerre et de la dictature, c’est pendant les années 2000 que l’intérêt pour ce passé récent a atteint son apogée, que se prolonge jusqu’à nos jours.

Carlos Giménez : Temps difficiles

  • 38 Carlos Gimenez, Temps difficiles, op. cit., p. 234.
  • 39 Idem, p. 3.
  • 40 Danielle Corrado, « Carlos Giménez…, op. cit.,p. 210.
  • 41 Par exemple quand Gregorio Martinez demande au chef phalangiste Jacinto Avellano d’intercéder pour (...)

22Les quatre volumes qui composent cet ouvrage en noir et blanc illustrent la période du conflit, que Giménez n’a pas vécue mais sur laquelle il s’est très bien documenté. Giménez dit ne pas agir en tant qu’historien et déclare ne pas être neutre mais objectif. Il n’est pas neutre, car il prend parti pour les républicains et il est contre les insurgés fascistes qui voulaient obtenir par la force ce qu’ils n’avaient pas pu obtenir dans les urnes. Mais, en même temps, il a essayé d’être objectif, en racontant les excès commis des deux côtés38. Signalons aussi la volonté de l’auteur de démystifier la conflagration de l’aura romantique avec laquelle artistes et intellectuels avaient enveloppé ce conflit majeur de l’histoire espagnole. C’est pour cela que Giménez affirma : « De 1936 à 1939 eut lieu en Espagne ce que certains historiens, versés en littérature, ont appelé ‘la dernière guerre romantique’. Pour ceux qui l’ont vécue, ce fut simplement ‘la guerre’»39. Même si le sujet est la guerre à part entière et non seulement le cadre où se développe l’action, ce sont plutôt les petits faits de la vie quotidienne qui sont décrits. Le monde semble avoir perdu ses repères essentiels : celle de la distinction entre la lumière et l’obscurité, le jour et la nuit. Comme le signale Danielle Corrado, la journée est toujours décrite sous des tons sombres et avec des visages fermés par la gravité des événements et la nuit est éclairée par les éclats produits par les bombes40. Les « promenades », la mutilation des cadavres, les exécutions sommaires, les sanctions et actes arbitraires41 et les règlements de compte sont montrés tout au long de la série. Des expériences extrêmes sont devenues normales et habituelles, incorporées à la routine quotidienne : la mort, les bombardements, la faim, les dénonciations, les exécutions sommaires, la peur, le décès des enfants.

23Le cadre géographique dans le premier tome alterne entre les zones républicaines (Madrid) et les zones nationalistes (la vile de Zamora), pour finalement se fixer sur la ville de Madrid, dans différents quartiers, à la suite des déménagements de la famille protagoniste. C’est le portrait d’une capitale assiégée depuis novembre 1936 par les troupes de Franco et qui ne tombera qu’en mars 1939.

24Giménez raconte la vie quotidienne d’une famille madrilène composée d’un père ouvrier (Marcelino), sa femme qui s’occupe du foyer et des enfants (Lucía) et les petits (Marcelino, Sole et Paula). Vu le parti pris de l’auteur, c’est plutôt la dimension intimiste, privée et familiale qui est privilégiée. Cela dit, on ne cache pas que Marcelino est un homme de gauche, ayant voté par le parti d’Azaña, Gauche républicaine. Ni Marcelino le père ni son fils ne sont des héros : au contraire, le premier se sent lâche dans certaines situations et même sa femme voudrait qu’il réagisse d’une autre manière dans certains cas (par exemple, elle s’oppose à l’aide que Marcelino donne à un fils de sa patronne qui est fasciste).

  • 42 Ainsi dans le refuge, Marcelino fils veut s’asseoir à côté d’un garçon de son âge, issu d’une famil (...)
  • 43 Danielle Corrado, « Carlos Giménez…, op.cit., p. 215-216.

25Dans ce récit, il n’y a pas de héros mais des vaincus décrits avec dignité. L’absence de manichéisme est un trait important de l’ouvrage. Il n’y a pas de gentils républicains et d’odieux fascistes mais des bons et des méchants dans les deux camps. Les injustices d’un côté et de l’autre ne sont pas cachées42. Cela dit, il ne met pas sur un pied d’égalité les violences faites par les franquistes et celles des défenseurs de la République. Certes, l’auteur est très clair quand il s’agit de dénoncer qui est le responsable du conflit. Dans ce sens, il établit sans nuances que les républicains ont été obligés de réagir face à la barbarie nationaliste43.

  • 44 Carlos Gimenez, Temps difficiles, op. cit., p. 71-72.
  • 45 Idem, p. 120.
  • 46 Idem, p. 132-133.

26Il n’y a pas un enfant qui raconte dans cet ouvrage mais plutôt la volonté de montrer la vie quotidienne des familles ravagées par la guerre dont les enfants sont des membres soumis aux mêmes difficultés. En effet, les petits vivent les principaux maux de l’époque : faim, froid, maladies, peur des bombardements… Cependant, ils n’ont pas nécessairement une attitude passive, car ils sont curieux et veulent tout regarder et tout savoir. Les enfants participent avec joie à l’effort de guerre en construisant des parapets et des murets44. La réalité les oblige de surcroît à participer au ravitaillement : Marcelino attend tous les jours devant le magasin de patates afin d’être payé par une jeune dame qui le compense avec une péséta par jour45. Le petit Marcelino cherche les mégots de cigarette pour son père qui adore fumer, même si pour cela il avait dû frapper un autre enfant pour l’obtenir46.

  • 47 Idem, p. 9-10.
  • 48 Idem, p. 16.
  • 49 Marcelino écrit des poèmes pour oublier le conflit et, en même temps, organise un concours de rédac (...)

27Du monde guerrier, les enfants choisissent aussi leurs héros : ils admirent les Pioneros qui chantent, jouent la mandoline et défilent dans le quartier47. Ils regardent les ouvriers défiler avec des armes qu’ils ont reçues pour défendre Madrid et ils les imitent48. Parmi les loisirs des enfants, la guerre peut se révéler tantôt une expérience à fuir à travers l’écriture, tantôt une source d’inspiration49.

28Quant à Marcelino fils, on ne lui cache pas les duretés de la guerre : d’une part, il est curieux comme les autres enfants et va voir les dépouilles qui jonchent la carrière ; d’autre part, son propre père l’emmène lorsqu’il va voir si son oncle fut fusillé ou pas et ainsi l’aider à reconnaître le cadavre. Il y a donc des attitudes et des gestes contradictoires de la part des adultes à l’égard des enfants : tantôt, ils veulent les protéger des dangers (des bombardements, des maladies contagieuses), tantôt ils les familiarisent avec les horreurs du conflit.

  • 50 Carlos Gimenez, Temps difficiles, op. cit., p. 94.
  • 51 Idem, p. 221.
  • 52 Danielle Corrado, « Carlos Giménez…, op. cit., p. 215.

29Un lieu commun dans ce récit de Giménez mais aussi dans celui de Ribera est la perte des animaux de compagnies des enfants. Face à la faim extrême, Sito, le chat, est sacrifié, comme le sera le canari dans Montserrat50. Si la perte des animaux chéris est présente, la mort des enfants n’est pas cachée non plus. À l’image de la disparition de la petite sœur dans Montserrat, le dernier chapitre de Mauvais temps, raconte la mort du camarade de jeux de Marcelino, Abel. Cet épisode est central pour illustrer le mal incarné par la Phalange. La dernière est personnifiée par une voisine, Mme Tea, qui envoie un prêtre auprès de l’enfant, ce qui lui indique clairement que sa fin approche. Tout le quartier était indigné par l’attitude de cette dame : on ne lui pardonne pas d’avoir terrorisé un enfant dans ses derniers moments51. La mort d’Abel, c’est aussi la continuation de la violence guerrière, cette fois dans l’après-guerre, à travers d’autres agents : la phtisie, la maladie, la famine et bref, les conséquences du conflit dans les jeunes générations espagnoles52. En certaine manière sa mort est la disparition de l’innocence et avec elle de l’enfance et d’un futur meilleur pour l’Espagne.

  • 53 Rose Duroux, « La juste mémoire », op. cit., p. 620.
  • 54 Mercedes Yusta, « Témoins, historiens et ‘mouvement pour la récupération de la mémoire historique’  (...)

30Signalons que la publication de Les temps difficiles en 2007-2008 coïncide avec la déclaration de l’année 2006 comme année de la « mémoire historique » et la discussion autour de la Loi de mémoire historique votée par Zapatero en octobre 2007. Celle-ci condamne le franquisme et reconnaît les victimes de ce régime en leur donnant droit aux compensations économiques. Les sentences sommaires des temps de guerre et de dictature sont annulées. Les emblèmes et symboles qui n’honorent qu’un seul camp (œuvres d’art par exemple), dans les lieux contrôlés par l’État, sont supprimés et le Valle de los Caídos, lieu de recueillement pour tous, ne pourra héberger des manifestations partisanes53. Parallèlement, l’ouverture de fosses, les exhumations et la prolifération des associations de mémoire historique en tant que dépositaires de la mémoire des victimes ont configuré un nouveau rapport de force. Ces phénomènes ont amené à une prise de parole plus ample, surtout de personnes qui n’avaient pas eu une appartenance politique dans le passé et qui n’avaient jamais parlé54.

  • 55 Ces initiatives ont été complémentées par la projection du documentaire La guerra dibujada, sur la (...)

31Par ailleurs, du point de vue de l’univers de la bd espagnole, on trouve des changements substantiels. En effet, en 2006, s’est tenu à Barcelone le xxiv Salon de la bd, où l’une des figures honorées était précisément celle de Carlos Giménez. La reconnaissance exprimée vis-à-vis de cet auteur témoigne de la valeur accordée par les lecteurs à ceux qui ont osé raconter à haute voix et dans l’espace public ce qui ont vécu pendant ces années obscures dans l’intimité de l’espace personnelle et /ou familial. Soulignons que dans ce Salon du Comic qui commémora le 70ème anniversaire du conflit, a eu lieu l’exposition « Guerra de Papel 1936-1939 : los cómics de la Guerra Civil española », ainsi que « La jaula de la memoria », que groupait des bd et « tebeos » produits sur ce sujet, depuis le conflit fratricide jusqu’à l’actualité55. Cela illustre d’une part l’intérêt et la curiosité du public pour ce passé controversé ainsi que la consécration de la bd comme un outil adéquat pour connaître cette période. Dans ce sens, la présence d’un dossier historique dans le volume Temps difficiles, illustre le souhait de familiariser les lecteurs, surtout ceux qui n’ont pas vécu les faits narrés de l’histoire de la guerre fratricide. Certes, l’incorporation des suppléments pédagogiques dans les bd illustre une tendance à la concevoir comme un outil d’apprentissage, que va au-delà du contexte hispanique.

Marcel Gotlib56 : « Chanson aigre-douce »

  • 56 Signalons que c’est Marcel Gotlib qui a découvert l’ouvrage de Carlos Giménez, Paracuellos, et qui (...)

32Cette bd autobiographique, a été publiée par la première fois en 1969, dans « Rubrique-à-Brac », section de la revue Pilote. Sa publication coïncide avec la naissance de la fille de l’auteur, qui éveille en lui les souvenirs de sa propre enfance. En effet, Gotlib avait 8 ans quand en 1942, il a dû échapper des nazis et s’installer à la campagne. Il y a passé ses premières années, caché dans une ferme, chez les Coudray. La vie en plein air, le contact quotidien avec les animaux, l’aident à cacher sa peine et à se protéger de la solitude.

33Une comptine qu’un ami de l’école l’a appris lui permet d’affronter ses moments difficiles à une âge si précoce. Cette comptine, qu’il répète tout le temps et qu’au début lui-même ne comprend pas, opère comme un symbole de l’époque qu’il traverse. Certes, la chanson semble l’apaiser dans ce contexte « d’orage national et international », qui à son tour, contraste avec la sensation de sécurité et chaleur qu’il trouve dans l’étable avec les animaux de la grange. Gotlib dit avoir compris les paroles de la comptine en 1969, année significative que coïncide avec la naissance de sa fille. L’année 1977, elle a huit ans, se réveille alors l’écho des expériences qu’il a vécues au même âge. Il espère qu’il n’y aura pas d’« orage » dans l’enfance de sa petite et :

  • 57 Marcel Gotlieb, J’existe…, op. cit., p. 205.

Pour qu’elle puisse avoir de son enfance, autre chose qu’une comptine, autre chose qu’un museau de chèvre tiède et humide, dans le creux d’une paume, au fond d’une étoile obscure, comme souvenir à se mettre sous la dent… en l’an de grâce 2004 quand elle aura 35 ans57.

  • 58 Idem.

34La bd est en noir et blanc, et le trait est naïf, comme le ton même du récit. Il n’y a pas des scènes violentes ou déchirantes mais un goût doux-amer comme le titre de l’histoire. Il s’agit de seulement deux planches mais qui sont très fortes : il s’agit de montrer comme les enfants, dans les pires moments, trouvent refuge dans la simplicité de choses et dans une imagination débordante. Les difficiles épreuves ne sont pas dites ouvertement mais tout est suggéré avec pudeur et timidité. Ce fut la première fois que Gotlib a fait référence à son enfance pendant la guerre dans la bd. Quelques années plus tard, il reviendra sur ces années-là dans ses mémoires58. Dans ce dernier ouvrage, où ces planches sont aussi reproduites, il raconte la lâcheté du concierge qui permet l’arrestation de son père. Mais il se rappelle aussi la solidarité des voisins qui ont accepté de cacher sa famille ainsi que d’autres juifs persécutés de l’immeuble dans son appartement la nuit où des soldats allemands sont venus les chercher.

  • 59 Didier Pasamonik et Joël Kotek, (dir.), Shoah et bande dessinée. L’image au service de la mémoire, (...)

35Cependant, ces informations ne sont pas incorporées dans la bd. Chanson aigre-douce fait référence à l’univers de la guerre et à ses conséquences de manière très indirecte et voilée. Cela s’explique si on tient compte que longtemps l’Holocauste a été un sujet difficilement abordé dans la bd. Étant donné le caractère limite et extrêmement traumatique de cette expérience et la considération du comics comme un genre mineur, celui-ci n’apparaissait pas comme le medium idéal pour transmettre des histoires si douloureuses. On doit tenir compte que la bd s’adressait surtout aux enfants, et donc en France, par la loi de juillet 1949 de Protection de la Jeunesse, ce sujet était, en général, évité. De plus, les premiers temps de l’après-guerre furent ceux de la reconstruction où la population voulait laisser derrière elle Vichy et les horreurs de la guerre. Il y avait une volonté de considérer le conflit et toute sa cohorte des malheurs (Occupation, Collaboration, dénonciations, torture, déportations, etc.) comme une parenthèse qu’il fallait laisser dans le passé. En même temps, il était impossible de faire référence au sort du peuple juif sans signaler la collaboration des autorités de Vichy et de la coopération des forces de l’ordre allemandes et françaises. Pour ne pas secouer le difficile équilibre d’une société largement touchée par le conflit, les souffrances furent enterrées. Les survivants des camps qui ne trouvaient pas l’écho souhaité, ont décidé de consacrer leurs énergies pour se reconstruire. Cette mise à l’écart, que ne voulait pas dire oubli, se traduisait par une Shoah rarement évoquée ou de manière marginale. La Bête est morte, publiée à la Libération, fut la première bd à évoquer le massacre des Juifs de manière très claire, même si les personnages du récit n’étaient pas des humains mais des animaux59. Pendant longtemps cette bande dessinée sera la seule à évoquer cette tragédie.

  • 60 La France de Vichy de l’historien américain Paxton et les films Le chagrin et la pitié, de Ophuls e (...)

36Dans ce contexte, « Chanson aigre-douce » constitue une exception. Et si elle fait irruption dans les vignettes à la fin des années 19960, c’est parce que plusieurs événements avaient contribué à secouer l’opinion publique. En effet, après une période de latence ou silence, le procès judiciaire contre Adolf Eichmann (1961-1962) a constitué un tournant majeur dans l’évocation de ce traumatisme. De plus, la Guerre de Six Jours (1967) ainsi que celle de Kippour (1973) ont contribué au réveil des souvenirs des survivants. D’ailleurs, une mobilisation des intellectuels et des descendants des victimes du génocide se sont mobilisés contre la prescription de la Loi relative aux crimes contre l’humanité en 1964. Le cinéma et l’historiographie ont coopéré dans cette recherche de la vérité, chacun à sa manière, à travers des travaux remarquables60. À cela se sont ajoutées des séries télévisées telles que Holocauste par exemple, qui ont eu un grand succès d’audience aux années 1970, ce qui a permis une prise de conscience mondiale sur les dangers du nazisme. Finalement Maus, ouvrage d’un fils d’un survivant de la Shoah, a changé la donne. Tous ces facteurs ont donc encouragé le témoignage sur ce passé terrible, même si à la fin des années 1960, quand Gotlib a publié ce travail, ces allusions étaient encore timides et discrètes. Certes, il n’a utilisé que le mot « orage » pour faire décrire le climat oppressif de la guerre et l’Occupation. Plus encore, l’arrestation de son père ou les horreurs des camps n’apparaissent pas dans les bulles.

Paroles d’étoiles et Les enfants sauvés

  • 61 Dans une histoire, la bd est en noir et blanc avec des traits en rouge où l’on devine des fils de s (...)

37Paroles d’étoiles est une bd spéciale car bien que vignettes illustrent le parcours des enfants pendant la guerre, elles s’inspirent d’un récit de quelqu’un qui n’a pas vécu en première personne la Shoah. En conséquence, ce n’est pas l’enfant-acteur de chaque histoire qui a réalisé la bd mais un tiers qui met son art au service des témoins de la barbarie. Certes, Guéno a recueilli les récits de ceux qui étaient des enfants pendant les « années noires » et a récrée cet univers dans un récit, transposé dans les vignettes par Le Tendre. Le travail du scénariste a été illustré par plusieurs dessinateurs61. La bd est toujours accompagnée de photos et de textes qui ne font que répéter le récit déjà développé dans les vignettes, comme si celles-ci ne suffisaient pas pour évoquer ce passé. Dans le cas de Les enfants sauvés, il y a aussi un tiers qu’intervient pour communiquer le témoignage de ces enfants persécutés devenus adultes : Philippe Thirault. Toutes les bd sont en couleurs, mais les dessinateurs et les couleurs utilisées ne sont pas toujours les mêmes.

  • 62 Comme quand une nonne a dit aux enfants qu’exceptionnellement ils devraient dormir avec leurs chaus (...)

38Dans les deux ouvrages, il y a une grande quantité de points en commun dans les expériences des uns et des autres. Certains lieux et objets sont fréquemment évoqués : gare de l’Est, l’Hôtel Lutétia, l’étoile jaune, les billets jeté depuis un train, des photos, des objets personnels considérés comme gardiens d’une mémoire familiale, le changement de nom, de famille et de résidence, les lettres de leur famille ou l’absence de celles-ci ; le bruit des bottes ; quelqu’un qui frappe à la porte et la peur que cela provoque… On trouve aussi la volonté de déguiser ou embellir une réalité trouvée insupportable62.

  • 63 Comme c’est le cas d’Irène.
  • 64 Serge Le Tendre, Paroles d’étoiles…, op. cit., p. 42.

39Ils ressentent un sentiment d’abandon quand leurs familles les confient à des proches ou à des inconnus qui peuvent se charger d’eux ; ils se sentent coupables quand ils apprennent l’arrestation de leurs parents, en détresse face à l’extrême solitude. Certains arrivent à transformer cette immense douleur, en aidant d’autres personnes persécutés63. La guerre signifie pour tous eux la fin de l’innocence. Un des survivants affirma : « on avait raflé mon enfance »64.

  • 65 Serge Le Tendre, Paroles d’étoiles…, op. cit., p. 6.

40Aucun de ces enfants a été envoyé dans les camps, et seulement Robert à l’âge adulte décide de visiter le camp d’Auschwitz, qu’il imagine déjà dans ses cauchemars. L’univers concentrationnaire, à la différence de Chanson aigre-douce, est non seulement évoqué mais en outre les camps sont appelés par leur nom : Auschwitz, Dachau, Buchenwald… On peut aussi constater certains liens entre la Guerre d’Espagne et la Seconde Guerre mondiale : le père de Claire et celui de Catherine sont partis combattre en Espagne contre Franco et ils ne reviendront plus65.

  • 66 Par exemple dans le policier qui agresse verbalement Claire en voyant son étoile jaune et menace de (...)
  • 67 Citons par exemple la directrice d’Irène, les nones que recueillent des enfants, la concierge qu’ai (...)

41Les délateurs ou collaborateurs des politiques raciales sont présents et personnifiés dans les récits66, de même que les personnes solidaires67.

  • 68 Annette Wieviorka, « Un objet de contrebande » in Didier Pasamonik et Joël Kotek (dir.), Shoah…, op (...)
  • 69 Didier Pasamonik et Joël Kotek, (dir.), Shoah…, op. cit., p.150.
  • 70 Idem, p. 4-15.

42À la différence du travail de Gotlib, cet ouvrage et Les enfants sauvés illustrent une nouvelle étape dans la représentation du génocide dans les bandes dessinées. Cette nouvelle phase se caractérise par la consolidation dans l’espace public français et international de la prise de conscience des horreurs des camps de concentration68. Cela s’est traduit à travers les moyens les plus divers (musées, conférences, voyages aux champs, films, etc.) et par la publication abondante des bd faisant référence à la Shoah dans les plus divers registres (littéraire, de fiction, dans la science-fiction, etc.). Cela fait écho à plusieurs événements dans la sphère publique. D’une part, entre la fin des années 1980 et 1990 il y a eu des procès contre des nazis et des figures de la collaboration responsables dans les persécutions raciales tels que Barbie (1987), Touvier (1994) et Papon (1998). D’autre part, le président Jacques Chirac, pour la première fois, en 1995, a reconnu la responsabilité de l’État Français dans l’extermination des juifs. En outre, la montée de l’extrême droite en France et du négationnisme ont aussi encouragé les survivants à prendre parti dans les débats à ce propos dans la cité69. Avec la disparition des derniers survivants de l’horreur des camps, ce sont les nouvelles générations qui sont appelés à témoigner de ce que leurs parents ou grands-parents ont vécu. Tous ces facteurs ont permis que la Shoah – comme d’autres génocides – devienne un sujet de plein droit dans la bd et atteigne un essor notable dans les années 200070.

  • 71 Jonathan Haudot, Shoah et bande dessinée, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 212-213.
  • 72 Les enfants sauvés…, op. cit., p.20.
  • 73 Jonathan Haudot, Shoah et …, op. cit., p. 214.

43Signalons aussi qu’est perceptible un autre changement à l’intérieur des bulles abordant la Shoah. Certes, la présence des Justes dans la bd a été, au début, discrète et épisodique. Dans « Chanson aigre-douce », par exemple, il n’y a pas de références ni aux Justes ni aux délateurs. Bien qu’un couple de fermiers l’ait accueilli, il semblait trouver plus de réconfort auprès des animaux que d’eux. Dans les autres deux ouvrages ici étudiés, au contraire, la présence des personnes solidaires et des délateurs est plus claire et précise. Dans ce sens, la visibilité des Justes dans les bulles notamment à partir de 2008 – année de publication de nos sources –, est en rapport avec sa reconnaissance dans la sphère publique. Certes, pour la première fois, l’État a rendu hommage aux Justes de France en janvier 2007. Au cours de cette cérémonie au Panthéon et retransmise à la télé, Jacques Chirac, président de la République et Simone Veil, présidente de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, ont dévoilé une plaque en leur honneur. Cette reconnaissance officielle et publique a marqué un avant et un après dans la considération de cette figure historique71. Même si dans Paroles d’étoiles et Les enfants sauvés ce n’est pas la parole directe des Justes qui s’exprime, car leur action est toujours articulée autour de celle d’un rescapé, son action bienfaisante est clairement montrée au public. Pour ne citer qu’un exemple : dans Les enfants sauvés, Mireille souhaita qu’un couple de fermiers béarnais qui a hébergé toute sa famille soit reconnu ‘Juste parmi les nations’72. Cette inclusion dans les récits opère, d’une part, comme un signe de gratitude et de reconnaissance de la solidarité manifestée par ces personnes et d’autre part, encourage aux lecteurs à imiter leur exemple73.

44Comme dans l’ouvrage de Le Tendre, Les enfants sauvés se complète avec un dossier pédagogique qui inclut des photos, un petit vocabulaire, une liste d’organisations s’occupant des enfants pendant et après la guerre (notamment de l’Association Yad Laleyed France, de Beith Lohamel Haghetaot ou la maison des enfants combattants) ainsi qu’une bibliographie sélective et des films sur le sujet.

  • 74 Le cas français est particulier, car 11 400 enfants ont été déportés, dont 2 000 n’avaient pas 6 an (...)

45L’objectif le plus évident des albums est de transmettre à un public adulte le témoignage de ceux qui ont survécu à la terreur et d’empêcher que celle-ci puisse se répéter. En même temps, il s’agit d’un travail très soigné, avec un solide étayage documentaire porteur d’informations complémentaires qui aident à connaitre comment des enfants ont échappé à la Shoah et comment a eu lieu leur sauvetage notamment en France74. Cette conception de la bd comme outil pédagogique se trouvait présente aussi dans le cas espagnol analysé.

Réflexions finales

46Si dans certains cas les bd ont signifié dans ces temps durs un moment de paix et de bonheur, plusieurs décennies plus tard, elles ont eu pour dessein de dénoncer ces régimes dictatoriaux. Les vignettes permettent de témoigner d’un passé douloureux qui ne doit pas se répéter.

47Dans notre recherche des bd écrites et ou dessinées pour des personnes ayant vécu leur enfance pendant la Guerre d’Espagne et la dictature, nous avons trouvé des exemples illustrant les deux cas. Si Ribera témoigne de la perte de références du monde enfantin pendant le conflit fratricide, Giménez opère comme acteur et témoin direct des épreuves endurées par les enfants de l’Auxilio Social pendant la dictature franquiste.

  • 75 Par exemple, bd réalisées par fils des fusillés pour des raisons politiques, ou fils des résistants (...)

48En revanche, en ce qui concerne la Deuxième Guerre mondial en France, les exemples trouvés dans leur majorité font référence à la Shoah. Nous n’avons pas trouvé des bd illustrant d’autres situations au cours de ce conflit75 ; et si c’était le cas, il ne s’agissait pas d’ouvrages appartenant aux écrivains étant petits à l’époque des faits. Il y a une quantité abondante de récits pour les enfants et les adolescents, consacrées à transmettre des exploits guerriers des résistants, mais tous ces ouvrages ont été écrits par des auteurs qui ont vécu les ‘années noires’ étant déjà jeunes ou adultes.

  • 76 La production bédéistique autobiographique des années 2000, elle trouve ses représentants en Paco R (...)
  • 77 Viviane Alary et Danielle Corrado, « L’autobiographie dessinée…, op. cit., p. 89.

49Les bd analysées ont montré la guerre et ses conséquences de plusieurs manières, de façon à atteindre les plus divers objectifs : amuser les lecteurs, diffuser le point de vue d’une des parties concernées, témoigner des dangers dérivés des conflits… L’évocation de ces faits en première personne a donné plus d’intensité et de crédibilité à ce qui était raconté. Sur ce point, néanmoins on peut distinguer des bd autobiographiques (Paracuellos et Montserrat) et d’autres bien documentées où les auteurs ont recueilli des témoignages de première main (Mauvais temps). Dans ce sens, dans le cas espagnol, il y a eu deux temps forts de l’autobiographie dans la bd : les années 1970-1980 et les années 2000.76 Giménez représente la première génération, avec Paracuellos, tandis que Ribera adhère à la seconde vague. L’émergence de la première génération est contemporaine d’un mouvement plus large que se vérifie non seulement dans l’expression graphique mais dans le terrain littéraire aussi et que coïncide avec une libération de parole favorisé par la disparition de Franco. Depuis les années 1960 mais surtout au cours de la Transition (1975-1982), les « vaincus de la guerre » expriment leur volonté de communiquer ce qu’ils ont enduré pendant la guerre et/ou la dictature franquiste. Carlos Giménez, le représentant le plus emblématique de cette première génération, a réussi à articuler son histoire personnelle avec les débats autour du passé récent, de manière que ses ouvrages se placent à l’avant-garde du « mouvement de récupération historique » que débutera quelques années plus tard77. La force et la consolidation de cette mouvance dans l’espace public espagnol au cours des années 2000 explique le succès de Montserrat et de la série Mauvais Temps. Il y a un besoin de la part des auteurs de témoigner mais aussi une forte demande sociale pour connaître ce passé récent.

  • 78 Jonathan Haudot, Shoah et …, op. cit., p. 10.

50En ce qui concerne le cas français, c’est seulement dans ces dernières années que la bd s’est transformée dans un outil mémoriel du génocide juif78. Si d’autres supports ont été prolifiques en ce sens, la bande dessinée n’a pas toujours été un vecteur privilégié pour raconter cette terrible épreuve. Dans ce sens, il faut tenir compte des préjugés existants sur la bd, souvent vue comme un genre mineur et inapproprié pour aborder ce type de thèmes, et la législation existante sur les publications visant le public enfantin.

  • 79 Idem, p. 229.
  • 80 Idem, p. 101.

51L’évolution de la représentation de la Shoah dans le monde des bulles a été similaire à celui du souvenir du génocide dans l’espace public79. « Chanson aigre-douce » (1969) constitue une exception dans l’univers des bulles, habitué à faire silence à propos du génocide. Le travail de Gotlib, très discret et réduit à seulement deux pages, semble faire suite à toute une série de changements qu’ont transformé la vision que la société française avait de la Shoah. De sa part, Paroles d’étoiles et Les enfants sauvés, publiés dans les années 2000, font partie d’une multiplication en France de bandes dessinées ayant pour sujet l’Holocauste. Possiblement, le besoin de se rappeler de cette tragédie (dans un moment où il n’y a presque plus de témoins du génocide), la reconnaissance de la bd comme un art à part entière et le succès des fictions littéraires et cinématographiques sur ce sujet expliqueraient cette expansion80.

  • 81 Jonathan Haudot, Shoah et …, op. cit.,p. 68-69.
  • 82 Idem, p. 67.

52Nous pouvons distinguer plusieurs types des bd ayant pour thème la Shoah : 1) les bandes dessinées réalisées par les survivants de la Shoah, qui témoignent de ce qu’ils ont vécu quand ils étaient enfants ou adultes (nous nous intéressons notamment à ce qu’ils ont enduré quand ils étaient des enfants) ; 2) des vignettes qui transmettent des souvenirs de la Shoah grâce à l’intervention d’un tiers qui ne l’a pas vécue personnellement mais qui prend soin de bien transmettre le témoignage confié. Parfois il peut arriver que des membres de la deuxième ou troisième génération prennent la responsabilité de diffuser le récit de ce qu’ont enduré leurs parents ou grands-parents. 3) ceux qui prennent la relève dans la diffusion de la Shoah à travers la bd ne sont même pas juifs et n’ont pas connu l’univers concentrationnaire mais ils se font un devoir d’aider à prendre conscience de ce drame81. Le travail de Gotlib illustre le premier cas, tandis que Paroles d’étoiles et Les enfants sauvés publiées en 2008, correspondent à la seconde catégorie. Cette dernière tendance est devenue de plus en plus commune ces dernières années, face à la disparition biologique des derniers survivants et à la volonté de continuer à transmettre leur vécu82. La même grille pourrait être appliquée dans le cas espagnol et pour les mêmes raisons. Paracuellos et Montserrat seraient des exemples de la première catégorie, en tant que Mauvais Temps illustrerait la deuxième.

53Si les conflits décrits dans les vignettes ont frappé les enfants, leurs conséquences dans leurs existences furent très dissemblables selon leur sexe, âge, contexte familial, proximité ou non des lignes du front, appartenance aux familles de vainqueurs ou perdants, possibilité de rester ou non avec leurs familles ; dans tous les cas, il y a eu des pertes irréparables. Quand la guerre a gagné le monde des enfants, leur univers a éclaté en mille morceaux. L’irruption du conflit a marqué un avant et un après dans leurs vies et dans leurs mémoires. Même si ce n’était pas leur guerre, les enfants ont été obligés d’y participer à leur manière. Certains ont fini par se l’approprier et la mimer dans leurs jeux et loisirs, inspirés par l’idéologie de leurs aînés. D’autres durent rester cachés et s’habituer à la discrétion et au silence.

54Comme Giménez le signale dans Paracuellos, le triomphalisme a été abandonné pour laisser place aux plus faibles, aux victimes. Cette tendance a été très évidente dans le monde des illustrés espagnols de la Transition mais aussi en France. Dans les vignettes des deux pays ont focalise l’attention sur les victimes, ceux qui ont perdu, ont été vaincu. Il y a un effort pour donner de la visibilité à ceux qui étaient des gens ordinaires, invisibles, anonymes ; et une volonté de donner la parole à ceux qui ont été obligés de se taire et de se cacher. En tout cas, il ne s’agit pas des héros dans le sens habituel du terme. Cette tendance dans le 9e art, n’est pas isolée mais elle suit celle qu’on peut constater dans l’historiographie, et dans les recherches des périodes historiques étudiées.

55D’un côté et d’autre des Pyrénées, on trouve la volonté de témoigner des expériences endurées, avec le soutien heuristique des historiens : il s’agit de proposer un travail très documenté et, en même temps, intéressant sur le plan esthétique. Bien qu’il ne s’agisse pas de travaux des historiens et que les auteurs n’aient pas eu la prétention de faire une œuvre historique, ils se sont informés et documentés sur les faits racontés. De plus, dans les ouvrages sélectionnés, on constate la présence des dossiers historiques qui non seulement traduisent une volonté pédagogique (celle de contextualiser le récit dans des coordonnées géographiques et chronologiques), mais aussi une intention mémorielle (celle de mieux transmettre des expériences douloureuses pour éviter qu’elles soient répétées dans l’actualité). Même si ces dossiers ne prétendent pas remplacer les manuels d’histoire, il y a un effort pour ajouter à la dimension ludique des connaissances précises. Cette tendance est très nette à partir des années 1990-2000 en France et en Espagne.

  • 83 Vincent Marie, La bd en classe : Enseigner la souffrance et la mort avec « C’était la guerre des tr (...)
  • 84 Philippe Tomblaine, La Seconde Guerre mondiale dans la bande dessinée, Montrouge, Éditions PLG, 201 (...)

56Qu’est qu’on montre dans ces récits ? Ni Franco, ni Hitler ni Pétain sont représentés, comme si l’incarnation de l’horreur était mise à distance. Certes, ces personnages ne sont pas présents physiquement, cependant, les horreurs qui dérivent de ses dictatures se trouvent dans chaque page. En effet, la guerre moderne, les souffrances qu’elle provoque, les ruines et la destruction semée sont visibles et lisibles. Les échos des conflits se révèlent, soit à échelle collective (avec des vignettes qui font allusion aux attaques aériens, par exemple), soit à échelle individuelle (par exemple, la mort d’un enfant ou la disparition d’un animal de compagnie très aimé). De cette manière, on vise à alerter sur les dangers des guerres car celles-ci détruisent les sociétés mais surtout portent atteinte aux êtres fragiles et vulnérables tels que les enfants. La visibilité des conflits et de leurs ravages permet donc de faire acte d’accusation contre la guerre83. Maintenant, la bd semble faire la guerre à la guerre, et transmettre la souffrance des enfants qui l’ont subie84.

Haut de page

Notes

1 Voir Stéphane Audoin-Rouzeau, La guerre des enfants, 1914-1918, Paris, Colin, 1993.

2 Ainsi, il est difficile de délimiter l’enfance de la jeunesse. Mais même si les frontières sont poreuses, nous avons voulu nous interroger sur l’enfance plutôt que sur l’adolescence. D’ailleurs, cette analyse provisoire ne focalise l’attention que sur la bd en France et en Espagne. Nous laissons donc de côté les comics d’autres pays où la production des bédéistes est pourtant très forte (EEUU, Japon), mais aussi l’Allemagne et Israël acteurs historiques concernés par les drames ici évoqués. Même si nous avons trouvé des ouvrages sur le vécu des enfants au cours de la guerre de 1939-1945 dans d’autres pays, nous avons concentré notre regard sur la France.

3 Carlos Gimenez, Paracuellos, 6 vols., Paris, Fluide Glacial, [1977-2003], 2009.

4 Carlos Gimenez, Les temps mauvais Madrid 1936-1939, 4 vol., Paris, Fluide Glacial, [2007-2008], 2013.

5 Julio Ribera, Montserrat Souvenirs d’une guerre civile, Pantin, Bamboo Éditions, 2004.

6 Marcel Gotlieb, « Chanson aigre-douce », in J’existe. Je me suis rencontré, Paris, Dargaud, [1969], 2014, p. 204-205.

7 Les enfants sauvés. Huit histoires de survie, Paris, Delcourt, 2008.

8 Serge Le Tendre, (scénario et adaptation, d’après les ouvrages originaux de Jean-Pierre Guéno), Paroles d’étoiles. Mémoires d’enfants cachés, 1939-1945, Toulon, Soleil, 2008.

9 Danielle Corrado, « Carlos Giménez : la bande dessinée pour mémoire » in Vivianne Alary et Benoît Mitaine (dir.) Bande dessinée et totalitarisme. Lignes de front, Genève, Georg Éditeur, 2011, p. 207.

10 Michel Matly, « L'image de la Guerre civile espagnole dans la bande dessinée entre 1936 et 1975-I », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 17 janvier 2016, consulté le 30 novembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/5911 ; DOI : 10.4000/ccec.5911

11 Viviane Alary et Danielle Corrado (dir.), La guerre d’Espagne en héritage. Entre mémoire et oubli (de 1975 à nos jours), Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2007, p.7

12 Benoît Mitaine, « Une guerre sans héros ? La Guerre civile dans la bande dessinée espagnole (1977-2009) », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 83 | 2011, mis en ligne le 15 juin 2012, consulté le 30 novembre 2017. URL: http://cdlm.revues.org/6256

13 Antonio Alatarriba, «Los tebeos de Franco», en Antonio Altarriba, (dir.), Los intelectuales y la dictadura franquista Cultura y poder en España de 1939 a 1975, Madrid, Editorial Pablo Iglesias, 2013, p. 177

14 Hartmut Nonnenbacher, «La memoria del franquismo en el comic español», en Winter, Ulrich (ed.), Lugares de memoria de la Guerra Civil y el franquismo Representaciones literarias y visuales, Madrid, Vervuert Iberoamericana, 2006, p.179.

15 Antonio Altarriba, «Los tebeos…» op. cit., p. 177.

16 Créé en Valladolid en 1936, par Mercedes Sanz Bachiller, veuve d’Onésimo Redondo, cet organisme a pris le nom d’Auxilio de Invierno sur le modèle allemand de Winterhilfe. En mai 1937, cet organisme devint la Delegacion Nacional de Auxilio Social. En 1939, l’Auxilio Social disposait de 2487 cantines, 1561 cuisines de solidarité, et 3 000 centres de petite enfance et maternité. En octobre 1940, plus de 50 000 enfants démunis se trouvaient sous la responsabilité de cet organisme. Cf. Verónica Sierra Blas, Paroles orphelines. Les enfants et la guerre d’Espagne, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, p. 93

17 Verónica Sierra Blas, Paroles orphelines…, op. cit., p. 93-95.

18 Idem, p. 80

19 Le foyer Bibona, le foyer Azul, foyer général Millas, foyer Batalla del Jarama (Paracuellos), foyer généralissime Franco, foyer Joaquin Garcia Morato (Barajas), foyer Enfermeria, Sanatorioum Santa Clara (institution à laquelle ils appelaient Chipiona). Voir Carlos Gimenez, Paracuellos…, op. cit, p. 5.

20 Les premiers épisodes ont été publiés dans la revue “Muchas gracias” en 1976 et ils ont constitué un avant et un après dans l’histoire de la bd espagnole. Voir Harmut Nonnenbacher, «La memoria…, op. cit., p. 187. Le titre n’a pas été choisi par l’éditeur ni pas l’auteur mais par les lecteurs.

21 Idem, p. 186.

22 Danielle Corrado, « Carlos Giménez …, op. cit., p. 207.

23 Modesto dit le démon (sans parents), Carlos (il n’a pas de père et sa mère est au ‘sana’ à Bilbao pour la tuberculose), Confitura (abandonné par son père et dont la mère fait sa vie) ; Rudy (son père est en prison parce qu’il était rouge), Zampa (sans parents, mais avec un grand frère interné dans un autre foyer), Antolin (un albinos), Pirraca (mangeur des mouches, des papillons, des guêpes et des ordures), Muertetuna (qui urine au lit), Hormiga (dont la mère est morte et le père, prisonnier par vol, puis enrôlé dans la division Azul pour combattre en l’URSS, pour finalement abandonner le foyer et refaire sa vie), Felipe Alsina (un rêveur qui souhaite quitter le foyer et dont la grand-mère meurt avant qu’il puisse entreprendre le voyage), parmi d’autres. Carlos Gimenez, Paracuellos, p. 14.

24 Carlos Gimenez, Paracuellos, op. cit., p. 189.

25 Idem, p. 204.

26 Idem, p. 147.

27 Ainsi pour faire arrêter de pleurer à un nouveau, d’autres garçons le consolent en le proposant de lire des illustrés, et de jouer les rôles des personnages de bd. Carlos Gimenez, Paracuellos, op. cit., p. 48. Pablito reste très émotionné et surpris quand il a la preuve l’oncle de Bartolo, un de ces copains du foyer le célèbre dessinateur de bd Luis Bermejo. En revanche, la destruction de tous les illustrés du foyer y compris ceux de Pablito par Mlle Sagrario, provoque une intense douleur chez le gamin. Carlos Gimenez, Paracuellos, op. cit., p. 84-85.

28 Voir Carlos Gimenez, Paracuellos, op. cit., p. 56-60.

29 Idem, p. 60-62.

30 Idem., p. 145.

31 Hartmut Nonnenbacher, «La memoria…, op. cit., p. 178.

32 Julio Ribera, Montserrat, op. cit., p. 15.

33 Idem, p. 26.

34 Julio Ribera, Montserrat, op. cit., p. 27.

35 Idem, p. 32-33.

36 Michel Matly, « L'image de la Guerre…, op. cit.

37 Rose Duroux, « La « juste mémoire » ? », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2008, mis en ligne le 20 juin 2011, consulté le 30 novembre 2017. URL: http://ccec.revues.org/833 ; DOI: 10.4000/ccec.833

38 Carlos Gimenez, Temps difficiles, op. cit., p. 234.

39 Idem, p. 3.

40 Danielle Corrado, « Carlos Giménez…, op. cit.,p. 210.

41 Par exemple quand Gregorio Martinez demande au chef phalangiste Jacinto Avellano d’intercéder pour sa vie, le dernier pour compléter le groupe de 12 hommes à fusiller, prend à tout hasard le premier homme qui traverse la rue.

42 Ainsi dans le refuge, Marcelino fils veut s’asseoir à côté d’un garçon de son âge, issu d’une famille de droite, qui est malmenée par le reste des gens réfugiés dans une cave. Marcelino réagit de la sorte, inspiré par les arguments de sa mère, mais son père s’oppose en disant qu’ils sont des ennemis, des fascistes. Cf. Carlos Gimenez, Temps difficiles, op. cit., p. 162-163. De même, Marcelino raconte qu’un soldat fasciste lui a donné à manger dans la caserne, alors que son père scandalisé dit « putain de guerre, on sait même plus qui haïr. » Cf. Carlos Gimenez, Temps difficiles, op. cit., p. 196.

43 Danielle Corrado, « Carlos Giménez…, op.cit., p. 215-216.

44 Carlos Gimenez, Temps difficiles, op. cit., p. 71-72.

45 Idem, p. 120.

46 Idem, p. 132-133.

47 Idem, p. 9-10.

48 Idem, p. 16.

49 Marcelino écrit des poèmes pour oublier le conflit et, en même temps, organise un concours de rédaction sur la guerre, avec un prix pour le meilleur récit : un pot-au-feu à la fin de la guerre. Cf. Carlos Gimenez, Temps difficiles, op. cit., p. 82-83.

50 Carlos Gimenez, Temps difficiles, op. cit., p. 94.

51 Idem, p. 221.

52 Danielle Corrado, « Carlos Giménez…, op. cit., p. 215.

53 Rose Duroux, « La juste mémoire », op. cit., p. 620.

54 Mercedes Yusta, « Témoins, historiens et ‘mouvement pour la récupération de la mémoire historique’ : une nouvelle mise en récit de la guerre d’Espagne », in Viviane Alary et Danielle Corrado (dir.), La guerre…, op. cit., p.65.

55 Ces initiatives ont été complémentées par la projection du documentaire La guerra dibujada, sur la chaîne 2 de TVE en 2006. Cf. Rose Duroux, «La justa memoria…, op. cit.

56 Signalons que c’est Marcel Gotlib qui a découvert l’ouvrage de Carlos Giménez, Paracuellos, et qui a traduit le premier volume.

57 Marcel Gotlieb, J’existe…, op. cit., p. 205.

58 Idem.

59 Didier Pasamonik et Joël Kotek, (dir.), Shoah et bande dessinée. L’image au service de la mémoire, Paris, Éditions Denoël et Mémorial de la Shoah, 2017, p. 17.

60 La France de Vichy de l’historien américain Paxton et les films Le chagrin et la pitié, de Ophuls et Lacombe Lucien de Malle respectivement.

61 Dans une histoire, la bd est en noir et blanc avec des traits en rouge où l’on devine des fils de sang. Dans ce cas, le ton de la bd est ainsi choisi pour donner encore plus de dramatisme à un abus sordide. Voir l’histoire de Solange.

62 Comme quand une nonne a dit aux enfants qu’exceptionnellement ils devraient dormir avec leurs chaussures, car il était possible de faire un jeu dans le bois d’à côté. Marguerite découvre la vérité qui se cachait derrière cette annonce : ils devaient se cacher de la milice si celle-ci venait les chercher. Cf. Serge Le Tendre, Paroles d’étoiles…, op. cit., , p. 39.

63 Comme c’est le cas d’Irène.

64 Serge Le Tendre, Paroles d’étoiles…, op. cit., p. 42.

65 Serge Le Tendre, Paroles d’étoiles…, op. cit., p. 6.

66 Par exemple dans le policier qui agresse verbalement Claire en voyant son étoile jaune et menace de l’arrêter si elle retourne au parc, la concierge qui a dénoncé la famille d’Agnès. Les profiteurs ne sont pas absents de ce tableau sombre : ainsi par exemple l’associé du père d’Irène n’aide pas celle-ci que quand la directrice de l’école l’exige de le faire. La peur et ou la lâcheté des gens est palpable aussi quand la propriétaire de l’hôtel où Irène habite, l’a mise à la porte pour être juive. Cf. Serge Le Tendre, Paroles d’étoiles, op. cit., p 13.

67 Citons par exemple la directrice d’Irène, les nones que recueillent des enfants, la concierge qu’aidait Irène à chercher des refuges pour d’autres juifs, le gendarme qui a conseillé la famille de Robert de fuir face à une arrestation imminente, le boulanger qui connaissant la vraie identité d’Agnès et de sa mère et qui les aidait avec un bol de farine ; Paul et Yvonne – une bonne et le jardinier communiste – qui ont pris sous sa protection la fille de leur patron juif, Martine ; Madame Pommier qui a accueilli Catherine. A la Libération, Irène se console en pensant que si aucun des amis de ses parents l’a aidée, ils ne l’ont pas dénoncée, et cela soulage en certaine manière sa douleur.

68 Annette Wieviorka, « Un objet de contrebande » in Didier Pasamonik et Joël Kotek (dir.), Shoah…, op. cit., p. 9.

69 Didier Pasamonik et Joël Kotek, (dir.), Shoah…, op. cit., p.150.

70 Idem, p. 4-15.

71 Jonathan Haudot, Shoah et bande dessinée, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 212-213.

72 Les enfants sauvés…, op. cit., p.20.

73 Jonathan Haudot, Shoah et …, op. cit., p. 214.

74 Le cas français est particulier, car 11 400 enfants ont été déportés, dont 2 000 n’avaient pas 6 ans. En revanche, 50 000 ont été sauvés par les parents eux-mêmes et grâce à la solidarité de la population française, dont 10 000 par l’intermédiaire de circuits clandestins des œuvres juives. Les organismes n’ont pas été structurés de la même manière, car le poids de l’occupant fut différent selon les régions et cela a obligé à suivre des stratégies différentes aussi. C’est dans la région occupée où se trouvaient la plupart des enfants juifs, car la région parisienne était la principale zone de concentration de populations juives immigrées. La plupart des familles ont dispersé leurs enfants par leurs propres moyens en essayant de trouver des nourrices à la campagne. Pour cela, elles ont été aidées par le Comité de la rue Camelot (regroupement des juifs immigrés non communistes), par l’œuvre de secours aux enfants (OSE) et les Éclaireurs israélites en France (EIF). Les organisations comme l’UJRE (Union des Juifs pour la résistance et l’entraide) étaient sous la férule communiste et le Cercle amical lié au Bund, le parti socialiste juif, avait leur propre réseau de sauvetage. Le rappel de l’œuvre déployée par ces associations est aussi une manière de reconnaitre son importance dans le sauvetage des enfants et de les rendre hommage. Les enfants sauvés…, op. cit., p. 67.

75 Par exemple, bd réalisées par fils des fusillés pour des raisons politiques, ou fils des résistants ou simplement des enfants soumis aux restrictions de l’Occupation, pour ne citer que quelques cas.

76 La production bédéistique autobiographique des années 2000, elle trouve ses représentants en Paco Roca, Fermin Solis, Nacho Casanova, parmi d’autres. Cf. Viviane Alary et Danielle Corrado, « L’autobiographie dessinée en terres ibériques », in Viviane Alary, Danielle Corrado et Benoît Mitaine (dir.), Autobio-graphismes: bande dessinée et représentation de soi, Chêne-Bourg, Éditeur Georg, 2015, p. 82

77 Viviane Alary et Danielle Corrado, « L’autobiographie dessinée…, op. cit., p. 89.

78 Jonathan Haudot, Shoah et …, op. cit., p. 10.

79 Idem, p. 229.

80 Idem, p. 101.

81 Jonathan Haudot, Shoah et …, op. cit.,p. 68-69.

82 Idem, p. 67.

83 Vincent Marie, La bd en classe : Enseigner la souffrance et la mort avec « C’était la guerre des tranchées » de Tardi, Screen CRDP Poitou-Charentes, 2008.

84 Philippe Tomblaine, La Seconde Guerre mondiale dans la bande dessinée, Montrouge, Éditions PLG, 2015, p.263.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvina Campo, « Des guerres et des dictatures à travers les vignettes », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 22 | 2019, mis en ligne le 14 juillet 2019, consulté le 30 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/ccec/7986 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccec.7986

Haut de page

Auteur

Silvina Campo

Docteur en histoire, chercheuse indépendante

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université d'Angers
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search