Navigation – Plan du site

AccueilCahiers de civilisation espagnole...22ÉtudesLe traitement du terrorisme dans ...

Études

Le traitement du terrorisme dans les Historiciclos de Forges : du choix de la case vide

How Forges treats terrorism in Historiciclos: choosing the empty box
El tratamiento del terrorismo en los Historiciclos de Forges o la elección de la casilla vacía
Olivier Ruaud

Résumés

En 1977, le dessinateur Antonio Fraguas de Pablo, plus connu sous le nom de Forges, publia une bande dessinée, Los Historiciclos, une histoire de l’Espagne sous Franco, en s’aidant de techniques narratives diverses et variée. Cet article est essentiellement dédié à sa vision du terrorisme et en particulier l’action du groupe terroriste eta. Du fait d’un style propre à la publication, Forges ne cède jamais aux sirènes de la violence à laquelle il interpose l’humour, une autre information ou du texte brut, reproduisant ainsi les techniques informatives de la dictature de Franco, l’humour en moins. Le choix, de la case vide, s’il est loin d’être aisé, en dit parfois davantage que mots et dessins. C’est ce que Forges offre au lecteur.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

Forges, Franquismo, eta, terrorismo, humor, cómic, tebeo
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Forges, Los historiciclos de Forges, Madrid, Sedmay, 1977. Format d’un album, 23 x 30. 24 pages par (...)

1Le 22 février 2018 a été tristement marqué par la disparition du dessinateur Antonio Fraguas de Pablo, plus connu sous le nom de Forges, dont les vignettes quotidiennes publiées dans le quotidien El País donnaient un éclairage de l’actualité teintés à la fois d’un humour et d’une ironie inégalables. Si avant l’année 1995, date d’entrée dans le quotidien national, le dessinateur avait connu une carrière riche dans des maisons d’éditions aussi diverses que variées avec des thématiques extrêmement éclectiques, l’un de ses premiers succès commerciaux fut incontestablement les Historiciclos1, publiés en 1977 par la maison Sedmay. La série, une histoire de l'Espagne franquiste en bandes dessinées, adopte en apparence les procédés de publication de la presse de l'époque, à savoir la diffusion de non information quand il ne s'agissait pas de désinformation, dans un cadre formel qui pourrait sembler rigide. Jouant ironiquement avec les aspects officiels et officieux de l'histoire qu'il questionne, Forges en profite pour explorer également les différents recours, graphiques et textuels, dans cette représentation humoristique du franquisme. Un mot d’ordre cependant qu’il s’impose tout au long de la série : le consensus. À cet égard, choisir de faire le récit du franquisme en bandes dessinées et de surcroît en 1977 quand l’Espagne est en recherche de consensus, voilà qui relève de la gageure. Se pose également la question de la tonalité humoristique de la série, car, si les Espagnols dans leur grande majorité cherchent alors la conciliation, l’humour n’est pas nécessairement propice à l’engendrer, d’autant que la période ciblée est caractérisée par une noirceur qu’on répugne alors à faire revivre. Sans entrer d’ailleurs dans un catalogue de cette Espagne « noire », le terrorisme s’avérait l’une des thématiques qui ne pouvait être passée sous silence par l’illustrateur, et en particulier l’eta, organisation armée basque indépendantiste d'inspiration marxiste fondée en 1959 pour résister initialement au franquisme avant de glisser vers une organisation indépendantiste, comme nous le verrons. Comment Forges s’y prit-il pour raconter ce pan sanglant de l’histoire espagnole, pour faire rire de ce qui n’est pas drôle ou encore pour délivrer un message grave ? Reprenant à son compte des techniques propres à la dictature relatives au contrôle de l’information, à savoir essentiellement son insipidité, son évacuation ou encore le glissement d’une autre information moins importante, l’illustrateur recourt à plusieurs expédients. Il peut ainsi se limiter strictement au communiqué dans une case dénuée de toute référence graphique et se cantonnant strictement au texte brut, d’autant plus quand l’information s’avère lourde émotionnellement. La deuxième méthode consiste, elle, à noyer l’importance de l’information dans une autre nouvelle, souvent plus légère et donnant lieu à une illustration très souvent humoristique et systématiquement éloignée du caractère grave du message lié au terrorisme.

Le détournement

  • 2 Les huit vignettes apparaissent en pages 159, 179, 189, 195 et 197.

2Il s’agit d’une des techniques habilement utilisées par Forges. Le dessinateur traite en général de l’information choc dans le récitatif pour ensuite « botter en touche » dans le dessin. À l’inverse d’un grand magazine français, c’est le poids des mots sans le choc des photos. Ce procédé a bien des avantages : s’il permet d’évoquer les évènements tragiques de la violence terroriste de la fin du franquisme, il laisse également la porte ouverte à une situation décalée généralement porteuse de rire. Consensus oblige, l’information ne sera à aucun moment traitée par une image brutale. Mais si le dessinateur dédramatise une information en général maîtrisée, il n’en pense, ou plutôt n’en dessine pas moins. Quand au traitement du terrorisme , il demeure relativement peu abordé puisqu’il représente à peine huit vignettes2 dans un corpus de 200 pages dont voici quelques exemples.

FORGES. Los historiciclos de Forges. Los forrenta años, n° 9. De cuando « Matesa Cañi », 1969, juin 1973, Sedmay, 1977, p. 159.

  • 3 « Cigarro puro de escasa calidad. »

3Ce premier dessin évoque le choc que fut pour cette Espagne en autarcie l’arrivée de jeunes femmes touristes et l’attitude maladroite tournant en ridicule Mariano, le personnage fétiche de Forges, voulant absolument conquérir la beauté nordique occupée à prendre un bain de mer et de soleil. Insistant sur la maladresse de ce cadre du régime, Forges lui fait demander à son subalterne d’appeler le secrétariat général technique afin de savoir comment dire cigarillo3 en suédois. Certes, la demande est incongrue, d’autant plus que ledit cigarillo était d’une qualité médiocre et qu’à part fumer sous la douche... Mais au-delà du trait humoristique évoqué ici, le récitatif reprend la naissance de l’eta et s’arrête sur l’assassinat du chef de la Brigade Politique-Sociale de Guipúzcoa, Melitón Manzanas, sur lequel nous reviendrons, une façon euphémistique d’évoquer les événements sanglants du terrorisme qui commençaient à peine à émailler le pays, ainsi que le rappelle le récitatif :

L’eta commence à occuper les titres de journaux. Le 2 août, meurt à Saint-Sébastien le chef de la Brigade Polico-sociale de Guipuzcoa, Meliton Manzanas. La spirale de la violence apparaît au Pays Basque pendant qu’une vague de chaleur fait monter la température à 56° à Ecija, « la poêle de l’Andalousie »

La case vide

4Le second procédé utilisé par Forges reprend le titre de cette intervention. Nous l’avons dit, Forges, dessinateur du consensus politique et social de la transition démocratique ne cède pas aux sirènes du sensationnalisme quand il s’agit d’évoquer la violence. Face à la gravité que représentait le danger terroriste sur la terre espagnole, il choisit de représenter en grand un récitatif sur des fonds de couleur ou parfois noirs, lorsque l’horreur atteint son comble. La technique a plusieurs avantages : tout d’abord, elle est efficace en ce que le texte cru évoque une information toute autant brute. D’autre part, le lecteur rompu aux codes des Historiciclos sait que lorsque l’illustrateur se cantonne au texte pur, l’heure est à la solennité autant qu’au sérieux et que l’information qui va être délivrée relève bien plus d’un caractère factuel, informatif et historique que d’un trait d’humour qui s’achève souvent sur un contrepoint ironique qui vient clore ce qui est énoncé et dont voici la première case vide.

FORGES. Los historiciclos de Forges. Los forrenta años, n° 9. De cuando « Matesa Cañi », 1969, juin 1973. Sedmay, 1977, p. 173.

  • 4 Euskadi ta Asktasuna (País vasco y libertad): Pays Basque et Liberté.
  • 5 Un Pays Basque étendu.
  • 6 Emile Témime et al., Historia de la España contemporánea, desde 1808 hasta nuestros días, Barcelone (...)
  • 7 Rafael Abella, La vida cotidiana en España bajo el régimen de Franco, Barcelone, Argos Vergara, 198 (...)

5L’année 1970 se clôt avec un fait caractéristique de la dimension répressive de ce franquisme tardif. Au mois de décembre, en effet, s’ouvrait le procès de Burgos au cours duquel seize activistes de l’eta, dont deux curés, devaient être jugés pour de nombreux délits, dont l’assassinat du Commissaire Manzanas. Cette première vignette s’inscrit davantage dans le premier procédé et pointe les premières revendications identitaires. Le modèle du Général Franco commençait à montrer des signes de fragilité et la Catalogne affichait une vitalité nouvelle grâce à son activité territoriale, au retour des cours en catalan à l’université et à la chanson, malgré les censures imposées aux chanteurs comme Raimon par exemple. Le monastère de Monserrat devint quant à lui le symbole de la revendication catalane, que ce soit sur le plan politique ou culturel. Le pacifisme de l’identité catalane est explicable par le prestige que garda la Généralité durant son exil et en particulier en la personne du Président Tarradellas. Il en alla autrement pour le Pays Basque où la situation se durcit rapidement. En 1966, les Députations de Biscaye et de Guipuzcoa réclamèrent en vain le retour de leur droits, ce qui constitua un premier élément de tension. Du fait de l’apparente disparition de forces politiques traditionnelles comme le PNV (Parti National Basque) et le gouvernement basque demeurant en exil, la place était vacante et fut occupée par le groupe extrémiste constitué par l’eta,4 résultat d’une scission du PNV, partisan d’une indépendance totale et revendiquant un socialisme flou. Le groupe choisit la voie de la violence et du terrorisme et revendiqua une Gran Euskadi5 qui engloberait la Navarre ainsi que les Pyrénées Atlantiques françaises. L’enlèvement du Consul allemand Beihl à Saint-Sébastien par l’eta aviva les tensions et eut comme conséquence une présence policière accrue au Pays Basque ainsi qu’une répression manquant parfois de nuance du fait du soutien, volontaire ou non, de la population6. Le gouvernement, incapable de faire face, décréta l’Etat d’Exception. Le franquisme montrait son vrai visage et à l’étranger, de nombreuses manifestations eurent lieu devant les ambassades espagnoles afin de manifester leur désapprobation envers le franquisme et ses pratiques. Avec ce procès et ses mesures autoritaires, le Régime venait de détricoter l’image de pseudo respectabilité qu’il avait mis tant d’années à édifier. Le 28 décembre, on rendit compte du verdict à l’encontre des indépendantistes dont neuf furent condamnés à mort. Le dictateur, afin de manifester son indulgence, commua les peines de mort en peines de prison trois jours plus tard7. Comme parfois, face à des évènements aussi tragiques, Forges relègue l’humour et s’empare directement du sujet dans le récitatif. Certes, la tentation est grande d’établir un parallèle relatif avec le No-Do, avec toutefois quelques restrictions : d’une part, et contrairement au journal télévisé franquiste, le récitatif de Forges est parfaitement renseigné et délivre une information digne d’intérêt. D’autre part, au regard de la violence des événements, le dessinateur privilégie le texte à l’image ainsi que la nouvelle à l’humour, comme le rappelle le cartouche que nous traduisons :

La fin des années 70 est caractérisée par une grande tension en Espagne. Alors qu’au Chili, le président Salvador Allende, candidat de l’Union Populaire, est élu le 2 décembre, à la veille du jugement des présumés membres de l’eta, accusés d’avoir tué l’inspecteur Meliton Manzanas, le consul allemand à Saint-Sébastien Beihl, est séquestré par l’eta comme moyen de pression face à ce qui allait se produire le lendemain, date à laquelle le Conseil de Guerre commence. La tension en dehors mais aussi en Espagne est très forte. Des manifestations ainsi que des grèves ouvrières et d’étudiants éclatent dans tout le pays. Le quatorze, l’Etat d’Exception est décrété pour Guipuzcoa, ainsi que la suspension de nombreux articles du Fuero des Espagnols durant trois mois, et le quinze, l’article 18 de ce Fuero est suspendu dans toute l’Espagne pour six mois. Afin d’apaiser l’état de l’opinion publique du pays, on met en place l’opération bien connue de la « place d’Orient » qui a lieu le dix-sept. Le vingt-quatre, dans un contexte national tendu, le consul Beihl est libéré. Le vingt-neuf, la sentence du Conseil de Guerre est publiée et décrète six peines de mort. Au cours d’un climat de grande tension populaire nationale et étrangère, Franco, dans son discours du 30 décembre, fait savoir que dans sa grande générosité, il a commué les peines de mort imposées.

6Plus précisément, les peines de mort qui furent au nombre de neuf et non de six. De plus, le verdict initial prévoyait également vingt-cinq peines de réclusion et treize acquittements, comme le rappelle cette une du journal ABC :

  • 8 Rafael Abella, La vida cotidiana…, op. cit., p. 230.

7L’escalade de la violence se poursuivit et commotionna l’Espagne toute entière lorsque l’eta enleva l’industriel Felipe Huarte le 16 janvier 1973 : on passait ainsi des attentats à l’extorsion. Ce que révélait cet état de fait dans les consciences collectives, c’était l’incapacité du franquisme qui avait géré d’une main de fer l’ordre public et se trouvait maintenant contesté publiquement8. Dans la même lignée que le détournement, Forges relaye l’information dans le récitatif de la vignette qui suit.

FORGES. Los historiciclos de Forges. Los forrenta años, n° 9. De cuando « Matesa Cañi », 1969, juin 1973. Sedmay, 1977, p. 179.

  • 9 Le montant de la somme apparaît dans l’article de Alfredo Semprún, « Detención en Guipúzcoa de vari (...)
  • 10 Si las piedras hablaran.

8Il rappelle que la libération de l’homme fut assujettie au versement d’une forte somme d’argent. Plus précisément, celle-ci s’éleva à cinquante millions de pesetas, ce que corroborent certains individus liés à l’enlèvement et qui furent arrêtés le trois mars 19739. Afin de ne pas s'appesantir sur l’évolution inquiétante du groupe terroriste dans ces nouvelles exactions, Forges, dessinateur humoristique et maître du graphisme et du verbe, s’en sort par une pirouette. Il évoque en effet les diatribes télévisées de Monseigneur Guerra-Campos et l’anecdote suivante : l'ecclésiastique avait clos son allocution du programme El Octavo día en disant que « Si quelqu’un pouvait dire que ce qu’il venait d’affirmer n’était pas vrai, eh bien on pouvait aussi dire que c’était comme si les pierres parlaient ». Rien à redire à cela si ce n’est que fortuitement, le programme qui suivit était une série écrite par Antonio Gala qui s’intitulait... Si les pierres parlaient10, ce que corrobore cette grille de programme de la première chaîne du 26 novembre 1972 et qui permet, là encore, de reléguer une information grave par un tour de passe-passe, le superficiel s’imposant sur l’essentiel.

ANONYME. Programas de televisión. ABC. 26/11/1972. p. 88. C’est nous qui soulignons.

9Devant le caractère ubuesque de la situation et sans doute le peu d’intérêt des sermons de l’homme d’église, Mariano propose à Concha de danser, le prêche constituant un fond sonore semblable à une musique d’ambiance.

10Ce que dit ce décalage et cette façon de le traiter, c’est très certainement l’inquiétude qui commençait à monter dans l’opinion publique du fait des actions du groupe, ce qui était symptomatique d’un affaiblissement du Régime débordé par cette nouvelle violence, ce que tendent à corroborer les évènements suivants.

  • 11 Santos Julia, Un siglo de España, Política y sociedad, op. cit., p. 210.

11L’escalade dans la violence continua le 13 septembre 1974 avec l’attentat de la Cafétéria Rolando, également connu comme attenta de la calle del Correo, endroit situé près de la Direction Générale de la Sécurité et fréquenté par des policiers. Malgré les dénégations du groupe clamant qu’il n’avait pas commis l’attentat, l’armée réclama le droit d’avoir une réponse adéquate face à la menace. Comme conséquence de cet épisode, l’eta se divisa en automne 1974 en eta Militar, destinée exclusivement à la lutte armée, et l’eta Político-Militar combinant action politique et armée11. Forges relaye l’information dans la vignette suivante, toujours avec cette technique d’une information enchâssée par un autre élément n’ayant que peu de lien avec l’information terroriste.

FORGES. Los historiciclos de Forges. Los forrenta años, n° 10. Los forren... ¡Adiós, Franco, adiós ! Sedmay, 1977, p. 189.

  • 12 efe, « Inaugurado el túnel de Vallvidrera », La Vanguardia. 26-viii-1991.
  • 13 Enric Canals, « El Ayuntamiento de Barcelona rescata la concesión de los túneles del Tibidabo », El (...)

12Le récitatif évoque avec précision le nombre de victimes : douze morts et cinquante blessés, en précisant également comme l’historien Santos Juliá que jamais il n’y eut de preuves concluantes impliquant le groupe terroriste. Pis encore, des personnes furent inculpées alors même qu’elles n’avaient rien à voir avec la tragédie. Là encore, par le procédé de glissement le caractérisant, le dessinateur change de sujet en passant à une autre information relative à la responsabilité du maire Masso et à son sens de l’économie puisqu’il disait toujours apporter au bureau un sandwich afin de ne pas coûter d’argent à la communauté. L’humour réside dans ce que l’homme se plaint d’avoir encore un sandwich... au caviar. Voici donc la première charge ironique du dessin, l’économie n’étant qu’un écran de fumée et en rien avérée. Forges poursuit ensuite sa technique de glissement ou d’enchâssement à l’aide d’une autre information ironique, une affiche qui dit : « Tunnel du Tibidabo. (Vue panoramique). 25. 000 000 000 de pesetas (pour l’instant) ». Si rien n’apparaît sur l’affiche, c’est que les travaux commencés en 1967 ne furent achevés que vingt-quatre ans après12, du fait d’une mésentente entre le Ministère des Travaux Publics, la mairie et le consortium en charge du projet13. Point culminant des informations relayées ici : c’est en achevant son dessin sur une note humoristique que Forges évoque une nouvelle tragique relative au terrorisme basque en Espagne et à ses conséquences dramatiques.

  • 14 efe, « eta se responsabiliza de la muerte del inspector de policía don José Ramón Morán », ABC, 23-(...)
  • 15 efe, « Asesinato en San Sebastián de un subinspector de policía »ABC, 30-iii-1975, p. 17.
  • 16 Rafael Abella, La vida cotidiana…, op. cit., p. 237-238.

13Désireux de s’en prendre à ce qui symbolisait le plus « l’occupation » espagnole, eta assassina l’Inspecteur de police José Ramon Moran le 22 avril 1975 alors qu’il se rendait au Commissariat de Guecho à Algorta en Biscaye. L’assassinat fut revendiqué le lendemain dans un communiqué à Bordeaux14. Près d’un mois plus tôt, le 29 mars 1975, eta assassinait un sous inspecteur de police, José Diaz Linares, d’une rafale de mitraillette dans une fourgonnette. Le même jour, l’assassinat était revendiqué dans un communiqué à Bordeaux, lui aussi15. Consécutivement à ces attentats, Guipúzcoa y la Biscaye furent placées sous état d’exception, une fois encore. Le Gouvernement, débordé par les évènements, décréta une loi Antiterroriste limitée aux assassinats. Dans le même temps, la liberté d’expression vécut une période de réelle persécution et de nombreuses fermetures de journaux. La paix, scandée tant et tant par le Régime était bien révolue, et ce dernier assistait à l’effondrement du système16. Cette recrudescence d’actes violents dans le Pays Basque est reprise par Forges dans ce dessin.

FORGES. Los historiciclos de Forges, Los forrenta años, n° 10. Los forren... ¡Adiós, Franco, adiós ! Sedmay, 1977, p. 195.

  • 17 Idem, p. 236-237.

14Forges précise dans le récitatif de son dessin que : « On déclare également secret officiel les informations provenant d’Euskadi dans la presse. On met en place un important dispositif contre l’eta. » Une fois encore, Forges insère une autre information afin de ne pas avoir à dessiner la violence. Il s’attarde cette fois sur une autre caractéristique de cette année 1975, à savoir la crise économique. Les Espagnols, habitués à la nouvelle société de consommation, durent revoir leurs prétentions budgétaires à la baisse. Les salaires furent réajustés. Comme si cela ne suffisait pas, l’Andalousie fut frappée par la sécheresse la plus importante du siècle dernier. Déjà en 1974 des signaux inquiétants s’étaient profilés : les recettes du tourisme chutèrent, faute de clients touchés eux aussi par la crise, le chômage augmentait et l’inflation était de 17 %17. Forges, pour signifier ces coupes salariales et une stricte surveillance des prix, représente la désapprobation d’hommes faisant la queue dans une rue afin de tirer la langue ou de faire un bras d’honneur à un article placardé sur le mur qui informe de la dureté du Décret relatif à la surveillance des prix. Mise en abyme forgesienne ? Les hommes ne s’exposent pas directement en faisant ces gestes grossiers mais le font à l’aide d’une marionnette, expédient bien utile et permettant, outre d’enchâsser l’action, de se mettre à distance de l’action incivique par le biais d’un objet qui déshumanise l’action en quelque sorte.

15Sous la plume du dessinateur, apparaissent ainsi de gauche à droite les victimes de ces restrictions : des commerçants, dont les crayons à l’oreille des premiers et troisième personnages ne trompent pas, et un garçon de café comme dernier personnage. Dans ce dessin, désireux de traiter l’information terroriste relative à l’eta, Forges, s’il la verbalise, ne la relègue pas moins pour y insérer la nouvelle relative au contrôle des prix, reprenant encore ce procédé « gigogne » de la gravité de l’information « désamorcée » par une information moindre et/ou un procédé humoristique.

16La même technique est reprise pour un événement qui devait commotionner l’opinion publique et affaiblir considérablement le général Franco : l’assassinat de l’Amiral Carrero Blanco par l’eta le 20 décembre 1973.

FORGES. Los historiciclos de Forges, Los forrenta años, n° 10. Los forren... ¡Adiós, Franco, adiós ! Sedmay, 1977, p. 184.

  • 18 Marie-Aline Barrachina, Recherches sur les ressorts de la propagande franquiste (1936-1945), Discou (...)

17Là encore, plutôt que de s’attarder sur l’attentat en lui-même et sur les responsables – l’eta n’est jamais mentionné – Forges ne l’évoque que dans un long récitatif difficilement déchiffrable. Cette spécificité du texte prenant presque le pas sur l’illustration s’explique par le moment historique de l’événement et par les conséquences gouvernementales qu’il impliqua notamment en termes de redistribution ministérielle. Coup de griffe à l’image du vice-président Fernandez-Miranda : Forges fustige en ces termes l’extrême droite dans la dernière phrase du récitatif, suite à la décision prise par ce dernier de protéger les leaders de l’opposition : « La droite extrême, folle de rage, est maîtrisée par l’attitude froide et énergique du président en fonction. » Le dessinateur choisit à cet effet de représenter cette Espagne archaïque par un soldat de l’Empire en écho au positionnement idéologique initial du Régime après la Guerre Civile. Rappelons en effet que, comme le souligne la spécialiste Marie-Aline Barrachina : « […] le thème impérial comme ciment idéologique de poids convenait à Franco comme aux différentes composantes du régime »18 et que l’Espagne franquiste, des années durant, s’inscrivit dans ce qu’elle souhaitait être la démonstration de la continuité de l’Espagne impériale. Car ce que prétend ce soldat ridicule, c’est protéger le régime en allant combattre ses ennemis. L’anachronisme est vestimentaire : l’homme est affublé d’une fraise, d’un casque colonial et d’une hallebarde. Mais, très maladroit, il abime le mur en sortant de chez lui avec son arme. Cette maladresse, tournant le régime en ridicule, fait que Concha, sa maligne épouse, épuise son mari de ses sempiternels propos ironiques : « Bien visé, sauveur héroïque de la civilisation occidentale. Le crépi artistique à 40. 000 pesetas de la salle à manger à dégager. Tu es merveilleux, Romerales. » Sous couvert d’humour, Forges parvient à donner une information essentielle sans toutefois avoir recours au dessin, ce qui peut susciter toujours deux éléments de réflexion. Dans un premier temps, il s’agit du procédé de glissement, permettant, tel un prestidigitateur graphique, d’escamoter l’essentiel pour l’accessoire. En second lieu, participant de ce même principe, il est loisible d’imaginer que Forges s’en inspire largement, dessinant ainsi en palimpseste, le fond prenant le pas sur la forme.

Le sous-produit du terrorisme basque : petit(e) » frap »

  • 19 Jesús García, « El “líquido de la verdad” que mató a Cipriano Martos », El País, 30-viii-2016.
  • 20 Carlos Hermida Revillas, « La oposición revolucionaria al franquismo: el Partido Comunista de Españ (...)

18C’est le même procédé qu’il utilise pour traiter les assassinats de la nouvelle organisation terroriste frap, le Frente Revolucionario Antifascista y Patriótico, Front Révolutionnaire Antifasciste et Patriotique, groupe créé suite à une réunion du premier Congrès du Parti Communiste Espagnol en avril 1973 en Italie. Le premier mai de la même année, au cours de manifestations à Madrid, un sous inspecteur de la Brigade Politique Sociale fut assassiné près de Atocha. Le groupe terroriste revendiqua l’action et la réplique du régime ne se fit pas attendre. De nombreux militants furent arrêtes et torturés, en réponse aux brutalités policières, le frap multipliait les actions dans toute l’Espagne. Malgré les nombreuses détentions et la mort du militant Cipriano Martos à qui la police avait fait boire de force un cocktail à base d’acide19, l’organisation du mouvement connu sous le sigle d’oso, Oposición Sindical Obrera, Opposition Syndicale Ouvrière, convoqua une grève générale du bâtiment qui fut suivie par des milliers de travailleurs20. Forges représente l’action terroriste du groupe d’extrême gauche en utilisant le même procédé que pour l’eta, c’est à dire en se cantonnant seulement de rappeler l’information en récitatif sans la représenter.

FORGES. Los historiciclos de Forges, Los forrenta años, n° 9. De cuando « Matesa Cañi », 1969, juin 1973. Sedmay, 1977, p. 179.

  • 21 Une coquille s’est glissée dans la légende de Forges, il faut lire «oso» pour «uso».

19Le dessin rappelle que les membres de l’OSO furent condamnés à cent trente deux années de prison21puis évoque l’action de plus en plus récurrente du frap. L’information est délayée avec une nouvelle moindre mais non moins ironique relative à la création en Angleterre d’un sous-comité visant à enquêter sur les sous-comités, une façon implicite sans doute de moquer la complexité administrative du franquisme mais surtout de cacher l’essentiel au profit de l’accessoire. La nouvelle, certes ubuesque, ne présente que peu d’intérêt si ce n’est reprendre encore cette moquerie dans la moquerie : la mise en abyme d’une administration par capillarité franquiste, aussi inefficace que corrompue.

  • 22 Carlos Hermida Revillas, « La oposición revolucionaria al franquismo… », art. cit., p. 308-309.

20Le point culminant de cette époque marquée par le terrorisme se produisit en 1975 en ce qui concerne le frap. L’époque était extrêmement troublée : grèves, agitation antifranquiste et répression du régime. Celui-ci décida en effet d’organiser des groupes de combat. Les actions s’ensuivirent : tentatives d’investir le journal Ya : le 14 juillet, un commando assassina un membre de la Police Armée dans la rue Alenza, un autre policier fut grièvement blessé dans la rue Cartagena et un lieutenant de la Guardia Civil fut tué dans le quartier de Batan. La réplique franquiste ne se fit pas attendre : les détentions furent nombreuses, les actes de torture fréquents ainsi que des Conseils de Guerre. Point d’orgue de cette répression : le 27 septembre 1975, Ramón Garcia Sanz, José Luis Sanchez Bravo et Humberto Baena, militants du frap et du pce, furent fusillés. Le même jour, on exécuta Angel Otaegui et Juan Paredes, membres de l’eta. À l’étranger, les réactions furent très nombreuses et l’opinion publique internationale condamna fermement ces condamnations à mort22. Compte tenu de l’importance des évènements et sans doute de la difficulté de leur représentation tant sur le plan graphique qu’humoristique, Forges a recours à la case vide, sans dessin aucun, le procédé soulignant des faits lourds en termes de coûts de vies humaines.

FORGES. Los historiciclos de Forges, Los forrenta años, n° 10. Los forren... ¡Adiós, Franco, adiós ! Sedmay, 1977, p. 197.

21Le dessinateur rappelle dans le récitatif le nombre les conséquences de cette nouvelle terreur s’abattant sur l’Espagne ainsi que l’extension de la loi Anti-terroriste à l’ensemble des citoyens espagnols. Il évoque également les condamnés à mort dont trois furent graciés par le général Franco et les réactions internationales à l’encontre du régime. En ce qui concerne les procédés typographiques, le fait d’utiliser un fond noir symbolise ici le deuil de ces victimes, terroristes, policières ou civiles, dans un système qui maintint la terreur jusqu’à la fin. Ce que tendent à démontrer ces nombreux exemples d’un traitement particulier- ou devrions-nous dire « non traitement » ?-, c’est, pour le dessinateur, la difficulté sans doute de dire l’indicible, expliquant que le texte prenne parfois le pas sur le dessin, quand celui-ci n’est pas traité de façon parfaitement anecdotique, insipide et déconnecté, comme ce fut le cas des informations sous la dictature.

  • 23 Plus précisément, le procédé apparaît à la page 81 pour évoquer la mort de Ramper et Jardiel, idole (...)

22En conclusion, ces deux procédés d’enchâssement et de case vide sont deux recours typiques de Forges et s’avèrent bien utiles à l’heure de traiter la gravité des évènements présentés. Dans les Historiciclos, cette technique graphique du texte pur n’est reprise en tout et pour tout que sept fois23. Certes, c’est peu et cela signifie que le dessinateur privilégia l’illustration humoristique dans cette histoire espagnole en bande dessinée. Une posture consensuelle dictée par les évènements d’une Espagne en pleine transition démocratique d’un illustrateur prolifique et talentueux et qui, face à l’horror vacui d’un terrorisme mortifère, sut opposer avec ironie et humour des cases toujours exemptes de violence, mais jamais vides de sens.

Haut de page

Notes

1 Forges, Los historiciclos de Forges, Madrid, Sedmay, 1977. Format d’un album, 23 x 30. 24 pages par fascicule, couverture incluse, dont 19 consacrées exclusivement à la bande dessinée. Les 10 numéros sont intitulés comme suit : n° 1, La «paz» (1939), n° 2. De cuando la blue división (1940-1942), n° 3. De cuando el complot judeo-masónico internacional 1943-1946, n° 4. De cuando la soledad y los pantanos, (1947-1951), n° 5 de cuando «chao Stalin y ¡hola tío Sam!» (1952-1955), n° 6. De cuando los estudiantes y el Opus (1956-1959), n° 7. De cuando Fraga y Fabiola (1960-1964, n° 8. De cuando Palomares y la mini-falda (1965-1968), n° 9. De cuando «Matesa Cañi», 1969 - junio de 1973, n° 10. Los forren... ¡Adiós, Franco, adiós!

2 Les huit vignettes apparaissent en pages 159, 179, 189, 195 et 197.

3 « Cigarro puro de escasa calidad. »

4 Euskadi ta Asktasuna (País vasco y libertad): Pays Basque et Liberté.

5 Un Pays Basque étendu.

6 Emile Témime et al., Historia de la España contemporánea, desde 1808 hasta nuestros días, Barcelone, Ariel Historia, 1982, p. 357-358.

7 Rafael Abella, La vida cotidiana en España bajo el régimen de Franco, Barcelone, Argos Vergara, 1985, p. 224.

8 Rafael Abella, La vida cotidiana…, op. cit., p. 230.

9 Le montant de la somme apparaît dans l’article de Alfredo Semprún, « Detención en Guipúzcoa de varios individuos implicados en el secuestro de Huarte », ABC, 03-iii-1973, p. 21. Afin de corroborer l’information du journal acquis au franquisme, nous citons également efe, « 4 000 millones en secuestros », El País. 31-x-1993.

10 Si las piedras hablaran.

11 Santos Julia, Un siglo de España, Política y sociedad, op. cit., p. 210.

12 efe, « Inaugurado el túnel de Vallvidrera », La Vanguardia. 26-viii-1991.

13 Enric Canals, « El Ayuntamiento de Barcelona rescata la concesión de los túneles del Tibidabo », El País, 16-vi-1982.

14 efe, « eta se responsabiliza de la muerte del inspector de policía don José Ramón Morán », ABC, 23-iv-1975, p. 7.

15 efe, « Asesinato en San Sebastián de un subinspector de policía »ABC, 30-iii-1975, p. 17.

16 Rafael Abella, La vida cotidiana…, op. cit., p. 237-238.

17 Idem, p. 236-237.

18 Marie-Aline Barrachina, Recherches sur les ressorts de la propagande franquiste (1936-1945), Discours, mis en scène, support culturel, Université de Nice Sophia-Antipolis, 1995. Cité par Florence Belmonte, Aux origines de la Presse du Mouvement, (Espagne, 1936-1946), Montpellier, ETILAL, Espagne contemporaine, Presses de l’Université Paul Valéry, 2004, p. 225-226.

19 Jesús García, « El “líquido de la verdad” que mató a Cipriano Martos », El País, 30-viii-2016.

20 Carlos Hermida Revillas, « La oposición revolucionaria al franquismo: el Partido Comunista de España (marxista-leninista) y el Frente Revolucionario Antifascista y Patriota », Historia y comunicación social, n° 2, 1997, p. 307.

21 Une coquille s’est glissée dans la légende de Forges, il faut lire «oso» pour «uso».

22 Carlos Hermida Revillas, « La oposición revolucionaria al franquismo… », art. cit., p. 308-309.

23 Plus précisément, le procédé apparaît à la page 81 pour évoquer la mort de Ramper et Jardiel, idoles populaires des années cinquante. Le second est à la page 132 pour un autre fait tragique : la mort de l’étudiant Grimau en 1962 au cours duquel Forges fustige le manque d’humanité du Général Franco ainsi que son absence de vision diplomatique. Le troisième se trouve en page 162, au cours d’un épisode que nous avons déjà évoqué, à savoir la mort d’un autre étudiant tombé dans une cour intérieure, Enrique Ruano, le 20 janvier 1969. Le quatrième est celui que nous citons ici. Le cinquième, à la page 182, fait écho à celui de la page 173 et relaye la mort du Président Chilien Salvador Allende et celle – discutée – de Pablo Neruda, malgré les précautions oratoires de Forges. Trois autres vignettes intégralement rédigées apparaissent en page 197. La première relaye l’information du présumé esprit d’ouverture du 12 février 1974 du Président Arias Navarro consécutive à sa nomination, la seconde, un autre état d’urgence suite aux attentats de l’eta et du frap et aux réactions internationales après la condamnation à mort de certains d’entre eux en 1975. Quant à la troisième, elle relate la dernière apparition du Général Franco au balcon du Palais d’Orient en 1975, déjà très affaibli comme le montre sa main droite au moment du salut sur les vidéos d’époque.

Haut de page

Table des illustrations

Légende FORGES. Los historiciclos de Forges. Los forrenta años, n° 9. De cuando « Matesa Cañi », 1969, juin 1973, Sedmay, 1977, p. 159.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/8168/img-1.png
Fichier image/png, 882k
Légende FORGES. Los historiciclos de Forges. Los forrenta años, n° 9. De cuando « Matesa Cañi », 1969, juin 1973. Sedmay, 1977, p. 173.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/8168/img-2.png
Fichier image/png, 367k
Légende ABC. 29/12/1970
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/8168/img-3.png
Fichier image/png, 223k
Légende FORGES. Los historiciclos de Forges. Los forrenta años, n° 9. De cuando « Matesa Cañi », 1969, juin 1973. Sedmay, 1977, p. 179.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/8168/img-4.png
Fichier image/png, 867k
Légende ANONYME. Programas de televisión. ABC. 26/11/1972. p. 88. C’est nous qui soulignons.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/8168/img-5.png
Fichier image/png, 108k
Légende FORGES. Los historiciclos de Forges. Los forrenta años, n° 10. Los forren... ¡Adiós, Franco, adiós ! Sedmay, 1977, p. 189.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/8168/img-6.png
Fichier image/png, 1,2M
Légende FORGES. Los historiciclos de Forges, Los forrenta años, n° 10. Los forren... ¡Adiós, Franco, adiós ! Sedmay, 1977, p. 195.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/8168/img-7.png
Fichier image/png, 1,3M
Légende FORGES. Los historiciclos de Forges, Los forrenta años, n° 10. Los forren... ¡Adiós, Franco, adiós ! Sedmay, 1977, p. 184.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/8168/img-8.png
Fichier image/png, 1,2M
Légende FORGES. Los historiciclos de Forges, Los forrenta años, n° 9. De cuando « Matesa Cañi », 1969, juin 1973. Sedmay, 1977, p. 179.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/8168/img-9.png
Fichier image/png, 772k
Légende FORGES. Los historiciclos de Forges, Los forrenta años, n° 10. Los forren... ¡Adiós, Franco, adiós ! Sedmay, 1977, p. 197.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/8168/img-10.png
Fichier image/png, 464k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Ruaud, « Le traitement du terrorisme dans les Historiciclos de Forges : du choix de la case vide », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 22 | 2019, mis en ligne le 14 juillet 2019, consulté le 25 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/ccec/8168 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccec.8168

Haut de page

Auteur

Olivier Ruaud

LLACS, Université Montpellier-iii Paul Valéry

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université d'Angers
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search