Navigation – Plan du site

AccueilCahiers de civilisation espagnole...22Comptes rendusDames de fraises, doigts de fée, ...

Comptes rendus

Dames de fraises, doigts de fée, les invisibles de la migration saisonnière marocaine en Espagne

Gérard Brey
Référence(s) :

Chadia Arab, Dames de fraises, doigts de fée, les invisibles de la migration saisonnière marocaine en Espagne, Casablanca, En toutes lettres, 2018, 188 pages, 75 DH, 15 euros.

Texte intégral

  • 1 https://www.ine.es et Maite Blázquez Cuesta y Ainhoa Herrarte Sánchez, Inmigración y mercado de tra (...)

1Au 1er janvier 2019, selon l’Institut National de la Statistique espagnol (Instituto Nacional de Estadística), le nombre d’étrangers enregistrés dépassait les cinq millions et représentait 10,7 % des 47 millions d’habitants du pays. Parmi eux, 812.412 Marocains (456.497 hommes et 355.915 femmes), soit 16 %, première nationalité devant les Roumains (669.434). En 2015, ces personnes originaires du royaume chérifien occupaient essentiellement des emplois non ou peu qualifiés dans le secteur primaire surtout l’agriculture (25,9 %), le commerce et la réparation (17,3 %), l’hôtellerie (15,7 %), le bâtiment (10,3 %), l’industrie manufacturière (8,4 %), le service domestique à la personne (6, %), ou dans diverses autres activités (10 %), le nombre d’emplois qualifiés n’en occupant qu’à peine 6,8 %.1 Outre ces travailleurs et travailleuses provenant du Maroc et résidant de façon permanente en Espagne, existe aussi une émigration saisonnière, celle de jeunes femmes venant travailler quelques mois dans les coopératives fraisières de la province de Huelva (ouest de l’Andalousie). Avec une récolte de 280.300 tonnes en 2017-2018, cette province produit la quasi totalité de la production de l’Espagne, second producteur après les Etats-Unis et premier exportateur mondial, essentiellement par camions réfrigérants entiers vers les pays du nord de l’Europe.

2Chadia Arab a soutenu à l’université de Poitiers en 2007 une thèse de Géographie sur l’émigration masculine en provenance de Beni Ayatt, à quatre-vingts kilomètres à l’ouest de Beni Mellal-Khénifra dans le Moyen Atlas : La circulation migratoire des Aït Ayad. Construction d'un espace migratoire entre le Maroc, la France, l'Espagne et l'Italie (Rennes, PUR, 2009). Elle a ensuite étudié, depuis une perspective de sociologue, les conditions de vie des « dames de fraises » marocaines. Son livre, nourri par une série d’entretiens et de questionnaires auprès de ces femmes mais aussi d’autres acteurs (recruteurs officiels, employeurs, médiateurs, membres d’associations, chercheuses), s’ouvre sur le témoignage de l’une d’entre elles, Saïda. Pas de scolarité, mariée à 15 ans, un enfant l’année suivante, un mari militaire éloigné, une belle-famille exigeante, un divorce avec un enfant à charge, des parents trop pauvres pour subvenir aux besoins de ces deux bouches à nourrir. Obligée dès lors de gagner sa vie elle-même, Saïda se lance dans la broderie à domicile mais les débouchés manquent, s’emploie dans une usine mais qui finit par fermer, puis dans une autre, et enfin dans les travaux des champs pour l’équivalent de cinq euros contre neuf heures de peine. En décembre 2007, âgée de 36 ans et alors que son fils en a 19, Saïda embarque avec des centaines d’autres à Tanger pour aller travailler dans les serres suffocantes d’une coopérative andalouse, payée d’abord à l’heure puis à la tâche. Et ainsi six années de suite, avec son lot d’humiliations et de harcèlement, sans compter la promiscuité dans les baraquements. Puis survient la tentation de rester, dans la clandestinité malgré un contrat qu’elle estime « payer » très cher à celui (un patron agricole ?) qui l’embauche à raison de douze heures par jour comme domestique pour 500 euros mensuels seulement. Alors que le salaire minimal horaire des employées de maison est alors d’environ cinq euros ! Au bout de quatre ans, elle finira par obtenir une carte de résidente d’une année et se voir ainsi régularisée.

Son parcours –conclut C. Arab– ressemble à celui de bien d’autres travailleuses saisonnières en Espagne. […et] résume ces histoires de vies parfois brisées, usées, maltraitées, ruinées par le temps et les difficultés de la vie quand on est femme, seule et pauvre avec des enfants au Maroc.  (p.16-17).

3En fait, si Saïda n’avait pas eu d’enfant à charge et n’avait pas auparavant travaillé dans son pays dans les champs, elle n’aurait sans doute pas été retenue par les services officiels marocains chargés de recruter et d’acheminer, en concertation avec les autorités espagnoles, cette main d’œuvre saisonnière dont les exploitants d’or rouge de la province de Huelva ont besoin de février à juin.

  • 2 Sur les aspects juridiques et institutionnels de ce système entre 2004 et 2011, on pourra se référe (...)
  • 3 Une question analysée par Djemila Zeneidi, « L'enfermement à la campagne ? Les conditions de vie de (...)
  • 4 Au printemps 2018, dix saisonnières se confient à l’afp : « Scandale des abus sexuels : Le témoigna (...)

4Alternant très habilement témoignages, portraits et analyses, C. Arab explique dans un ouvrage très bien documenté et imprégné d’une sincère empathie, comment s’est organisée cette migration saisonnière marocaine de façon tout à fait officielle à partir de 2007, sous les auspices du « Programme d’assistance financière et technique aux pays tiers dans les domaines de la migration et de l’asile » instauré en 2004 par l’Union Européenne et dans le cadre de la collaboration entre les services marocains de l’Agence Nationale de Promotion de l'Emploi et des Compétences (anapec), la mairie socialiste de Cartaya et les patrons des coopératives, avec le concours d’une Fundación para Trabajadores Extranjeros en Huelva créée en 2008.2 Il s’agissait à la fois d’instaurer un cadre légal à ce flux migratoire spécifique et, au moyen de contratos en origen, de sélectionner le contingent annuel de main d’œuvre féminine temporaire dont le secteur a besoin, en s’assurant de l’aptitude des intéressées et de la certitude qu’à l’issue de la saison elles rentreraient bien chez elles, tenues par des obligations et des liens de famille et/ou par des projets d’avenir comme acheter une maison ou monter un petit commerce. Ce système assurait aux femmes la prise en charge du voyage aller-retour, un logement collectif, un travail mieux rémunéré qu’au Maroc, une prise en charge médicale, le service de médiateurs et médiatrices en cas de divergence ou de conflit avec l’employeur. Avec ce système, on voulait éviter que, comme en 2006, la moitié des 1.800 Marocaines embauchées ne s’évaporassent dans la nature (p. 55). Et l’on y parvint : en 2008 moins de 5 % des « dames de fraises » rompirent le contrat souscrit et basculèrent dans l’immigration illégale. Mais entre la volonté d’un soi-disant « gagnant-gagnant » et les réalités concrètes, il y a parfois une marge. Autorités et employeurs y trouvent plus leur compte que ces journalières qui ne parlent pas l’espagnol et ont du mal à faire valoir tous leurs droits auprès de quelques patrons non respectueux de leurs engagements contractuels ou se gardent bien, par exemple, de payer les heures supplémentaires. Vivre à plusieurs permet de nouer des solidarités ; mais la cohabitation se fait souvent pesante et la distance avec le village voisin rend l’approvisionnement compliqué.3 Chadia Arab ne passe pas sous silence la question de l’isolement sentimental et sexuel de ces jeunes femmes, ni le harcèlement auquel il est difficile de résister, sans compter que porter plainte en cas d’abus ou de viol reste très compliqué. Certaines, avec l’aide du Syndicat des Travailleurs Andalous, ont osé le faire l’an passé, comme la presse de plusieurs pays s’en est fait l’écho.4 Pour cela, et à cause de quelques cas de prostitution, ces femmes sont parfois confrontées, au retour, au rejet de la part de l’entourage familial ou du village d’origine.

  • 5 Rebeca Hortigüela (Rabat), « Un sector abierto a la explotación. Jornaleras marroquíes de la fresa  (...)

5Pour autant, nombre de ces femmes parviennent à économiser, à améliorer leur sort et ceux de leurs enfants et parents, voire à s’émanciper de la tutelle d’un homme et à découvrir un mode de vie différent. Cette évolution est subtilement étudiée par notre sociologue qui montre que chaque femme se construit différemment à travers cette expérience vitale, dans un livre où le récit du vécu mais aussi les témoignages nuancés des médiateurs de la futeh ou d’autres interlocuteurs, tempère l’aridité des statistiques. Un livre à la fois solide scientifiquement et passionnant par l’épaisseur humaine des témoignages, qui, tout en soulignant « les limites » de cette migration temporaire des « dames de fraises », estime que « pour la plupart d’entre elles, la migration a été plutôt bénéfique sur leurs conditions de vie et a constitué une certaine forme d’ascension sociale » (p.170). Une histoire encore inachevée. En effet, à partir de 2008 l’aggravation du chômage local a poussé les immigrés déjà installés et les Espagnols eux-mêmes à remplacer ces femmes marocaines dans les champs de fraises malgré la rudesse des conditions de travail, et seules « 2.000 à 3.000 “chanceuses” ont continué à circuler entre 2007 et 2013 » (p.16). Mais depuis 2017 le flux a repris de plus belle, car le programme a été relancé de façon spectaculaire : en 2019, 19.190 Marocaines (soit 35 % de plus qu’en 2018) ont obtenu un visa : 11.490 sont des repetidoras qui ont déjà fait le voyage tandis que 7.700 novices font la saison pour la première fois.5

  • 6 « Fraises d’Espagne, on arrête le massacre ? », https://leblogdejeudi.fr, 16 mai 2013, consulté le (...)

6Si l’ouvrage de Chadia Arab s’efforce de ne négliger aucun aspect de la question, on aurait aimé connaître le statut exact, le fonctionnement, les obligations et les bénéfices de ces » coopératives » souvent mentionnées et sur leurs « patrons » ; ou encore sur les produits utilisés dans cette fraisiculture andalouse et les risques sanitaires qu’ils font éventuellement courir à ces travailleuses. Une utilisation sur laquelle l’attention a été attirée depuis quelque temps par les écologistes. « En 2005 –lit-on sur un de leurs sites– la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes a trouvé des traces de pesticides dans 76 % des barquettes [importées d’Espagne] contrôlées. Le verdict d’une étude allemande est encore pire : il y aurait au total plus de 105 molécules différentes détectées, parmi lesquelles [des pesticides ou fongicides comme] le cyprodinil, le fludioxonil, le fenhexamide, le tolyfluanide (désormais interdit en France) et l’azoxystrobine »6.

Haut de page

Notes

1 https://www.ine.es et Maite Blázquez Cuesta y Ainhoa Herrarte Sánchez, Inmigración y mercado de trabajo. Informe 2016, Madrid, Ministerio de Empleo y Seguridad Social, 2017, p. 141, http://extranjeros.mitramiss.gob.es/es/ObservatorioPermanenteInmigracion/Publicaciones/fichas/publicacion_32.html, consultés le 10 mai 2019.

2 Sur les aspects juridiques et institutionnels de ce système entre 2004 et 2011, on pourra se référer aussi à l’article de chercheurs de Huelva, Mercedes Gordo Márquez, Juan Antonio Márquez Domínguez y José Manuel Jurado Almonte, « La Fundación para Trabajadores Extranjeros en Huelva (futeh) y la gestión colectiva de los contratos en origen en Marruecos », Agir. Revista Interdisciplinar de Ciências Sociais e Humanas, Matosihnos, Portugal, An 1, vol. 1, n.º1, juillet 2013, p. 160-195 ; en ligne sur academia.edu, consulté le 10 mai 2019.

3 Une question analysée par Djemila Zeneidi, « L'enfermement à la campagne ? Les conditions de vie des saisonnières marocaines dans la province de Huelva (Espagne) », Hommes et Migrations, Paris, n° 1301, 2013, p. 9-16 ; https://journals.openedition.org/hommesmigrations/1898 ?lang =fr, consulté le 22 mai 2019.

4 Au printemps 2018, dix saisonnières se confient à l’afp : « Scandale des abus sexuels : Le témoignage des cueilleuses de fraises marocaines en Espagne », http://femmesdumaroc.com/a. Cela facilite le relais de leurs accusations par la presse européenne au-delà de l’Andalousie. Au Maroc : Rania Laabid, « Cueilleuses de fraises marocaines victimes d’abus sexuels en Espagne : ce que l’on sait », http://fr.le360.ma/, 28 mai 2018 ; Ibtissam Ouazzani, « Espagne : un manager de fermes de fraises arrêté pour abus sexuels envers des ouvrières marocaines », https://www.huffpostmaghreb.com, 28 mai 2018. En Espagne : Javier Martín-Arroyo, « Cuatro temporeras marroquíes señalan a un manijero por abusos sexuales en Huelva. La fiscalía denuncia ante el juzgado al encargado de una explotación agraria de Moguer », El País, Madrid, 31 de mayo de 2018 ; « Fresas sin explotación ni acoso sexual. Las circunstancias que rodean a las temporeras de Huelva crean un panorama de impunidad donde los abusos proliferan sin ninguna garantía de derechos fundamentales », El País, 7 de junio de 2018 ; María Martín et Sara Rosati, « La revolución de la temporeras. Un grupo de jornaleras marroquíes expone la vulnerabilidad ante posibles abusos de mujeres extranjeras, analfabetas, solas y pobres », El País, 10 de junio de 2018. En France : Julia Avellaneda, « Des cas de harcèlement perturbent la récolte des fraises en Espagne », http://madame.lefigaro.fr/, 28 juin 2018. Plus récemment, un grand quotidien britannique s’en fait l’écho par la voix d’Annie Kelly, « Rape and abuse : the price of a job in Spain’s strawberry industry », The Guardian, Londres, 14 avril 2019, tous consultés le 22 mai 2019.

5 Rebeca Hortigüela (Rabat), « Un sector abierto a la explotación. Jornaleras marroquíes de la fresa : otra forma de entrar (y quedarse) en España », El Confidencial, 30 de enero de 2019, https://www.elconfidencial.com, consulté le 22 mai 2019.

6 « Fraises d’Espagne, on arrête le massacre ? », https://leblogdejeudi.fr, 16 mai 2013, consulté le 25 mai 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Brey, « Dames de fraises, doigts de fée, les invisibles de la migration saisonnière marocaine en Espagne »Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 22 | 2019, mis en ligne le 13 juillet 2019, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/ccec/8237 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccec.8237

Haut de page

Auteur

Gérard Brey

Professeur émérite, Université de Franche Comté, Besançon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search